Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’alimentation sous contrôle. Tracer, auditer, conseiller, L. Bonnaud, N. Joly (Eds)

Éducagri éditions & Éditions Quae, Paris (2012). 192 p.
Sandrine Barrey
p. 567-569
Référence(s) :

Laure Bonnaud et Nathalie Joly, L’alimentation sous contrôle. Tracer, auditer, conseiller, Éducagri éditions et Éditions Quae, Paris, 2012, 192 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L. Bonnaud est rattachée à l’unité Risques, Travail, Marchés, État (RiTME) de l’INRA (Ivry sur Sein (...)

1L’ouvrage coordonné par Laure Bonnaud et Nathalie Joly1 est le fruit d’une réflexion élaborée lors d’une journée d’études à l’INRA en 2011. Il réunit neuf contributions, issues de disciplines et de traditions variées : l’économie des filières agroalimentaires, l’histoire et la sociologie des sciences, l’anthropologie de l’écriture, la sociologie et l’anthropologie économiques.

2Alors que nous pensions avoir fait le tour des recherches sur le contrôle de l’alimentation depuis la crise de la vache folle et le développement accru des systèmes de surveillance dans le secteur agroalimentaire, ce livre fait à nouveau le point sur des enjeux socio-économiques de première importance, comme en ont témoigné encore tout récemment les affaires du « concombre tueur », des « farines animales » ou de « la viande de cheval ». Les coordinatrices nous suggèrent de déplacer le regard sur des activités d’audits et de traçabilité plus quotidiennes et bien moins visibles que ces scandales alimentaires. Pour suivre ce programme, elles entendent adopter une posture bien connue : « Sans perdre de vue ces dénonciations [adressées au contrôle et à la traçabilité] mais en se rapprochant du terrain et des pratiques quotidiennes des acteurs, cet ouvrage prend l’option d’une approche pragmatique des normes, de la traçabilité et des audits » (introduction, p. 18).

3C’est ce pragmatisme qui donne à l’ouvrage collectif son fil conducteur, malgré la diversité des disciplines engagées et des objets et périodes considérés. Ainsi, les contributions de la première partie rendent compte des activités — considérées comme des accomplissements pratiques et situés — liées à la mise en œuvre des normes : les audits internes assurés par un syndicat de défense de la filière de l’époisses (chapitre 2 : J.-M. Weller), le travail des conseillers agricoles concernant les plans de fumage (réglementés) des exploitations (chapitre 3 : N. Joly), les opérations d’agréage des tomates réalisées par les organisations de producteurs (chapitre 4 : L. Bonnaud, Z. Bouhsina et J.-M. Codron). La première contribution (chapitre 1 : K. Tusting) ne concerne pas le secteur agroalimentaire mais présente l’approche ethnographique privilégiée dans cette partie. Les cinq contributions de la seconde partie sont un peu plus hétérogènes du point de vue théorique, mais ont en commun de prendre au sérieux ce que les normes font au marché et ce que les logiques d’action marchandes font aux normes, à travers des objets aussi variés que l’histoire de la construction d’une norme alimentaire européenne (chapitre 5 : N. Jas), le marché des normes de l’agriculture biologique (chapitre 6 : M.-F. Garcia-Parpet), l’appellation d’origine protégée (AOP) Beacon Fell en Angleterre (chapitre 7 : L. Sayre), l’AOP Ombrie (chapitre 8 : C. Papa) et l’AOP Volailles de Bresse (chapitre 9 : L. Bérard).

4De ce travail collectif émergent de nouveaux résultats ou sont affinés de plus anciens résultats. Je peux en retenir ici seulement deux. Le premier est relatif aux contraintes instaurées par le contrôle de l’alimentation pour des acteurs chargés de le mettre en œuvre. Ces contraintes tiennent parfois au contrôle lui-même (ce que montre par exemple Laurence Bérard avec les critiques de certains producteurs de Volaille de Bresse concernant la lourdeur et la complexité des audits), mais elles peuvent aussi tenir aux micro-désajustements qui découlent du contrôle en acte. Elles constituent alors de véritables épreuves qui obligent les différents professionnels à redéfinir sans arrêt leur compétence et le contenu de leurs activités professionnelles (chapitres 2, 3 et 4), à jouer avec les contours de la réglementation (chapitres 3, 5 et 8), mais aussi et surtout à requalifier ce qui doit être intégré dans le jugement pour faire preuve (chapitre 2).

5Un second point intéressant émerge au fil des contributions, qui concerne les enjeux de la mise en visibilité du travail qui s’opère dans les coulisses du contrôle ordinaire. Cette visibilisation « pourrait nuire à l’intérêt des travailleurs », fournir de « nouvelles formes de surveillance et de procéduralisations » (N. Joly, p. 75) et mettre en péril la réputation et la capacité de commercer des organisations de producteur (L. Bonnaud et al., p. 89) ; mais elle permettrait aussi de révéler les rapports de force institutionnels et marchands bien plus larges qui se jouent dans la construction des normes et dans le contrôle « en train de se faire » (chapitres 4, 5 et 6 en particulier). Ceci démontre, si besoin était encore, que le pragmatisme n’est pas exempt d’une certaine capacité critique.

6Ce livre est passionnant et sa conclusion présente l’immense avantage d’ouvrir des pistes de recherche très stimulantes. Le principal problème qu’il soulève est la spécificité de l’alimentation dans ces activités d’audits et de traçabilité, et plus encore la spécificité des aliments : observerait-on les mêmes résultats dans le secteur pharmaceutique ou dans l’industrie automobile ? Contrôler une tomate, est-ce la même chose que contrôler un poisson ou une vache ? De ce point de vue, il manque l’analyse des activités des consommateurs-mangeurs qui prennent pourtant part de manière très active à ce « contrôle ordinaire » de l’alimentation : quels sont les rapports, sans doute différenciés, qu’ils entretiennent avec l’étiquetage et la traçabilité ? Et quelles sont leurs représentations du contrôle de l’alimentation en général ? Voilà sans doute du « grain à moudre » pour un autre ouvrage.

Haut de page

Notes

1 L. Bonnaud est rattachée à l’unité Risques, Travail, Marchés, État (RiTME) de l’INRA (Ivry sur Seine), tandis que N. Joly travaille au sein du laboratoire de recherche sur les innovations socio-techniques et organisationnelles en agriculture (LISTO) de l’INRA (Dijon).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Barrey, « L’alimentation sous contrôle. Tracer, auditer, conseiller, L. Bonnaud, N. Joly (Eds) », Sociologie du travail, Vol 55 - n° 4 | 2013, 567-569.

Référence électronique

Sandrine Barrey, « L’alimentation sous contrôle. Tracer, auditer, conseiller, L. Bonnaud, N. Joly (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol 55 - n° 4 | Octobre-Décembre 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/11052

Haut de page

Auteur

Sandrine Barrey

Centre d’Études et de Recherches Travail Organisation Pouvoir (CERTOP)
Université de Toulouse II – Le Mirail
5, allées Antonio Machado, 31058 Toulouse, France
barrey[at]univ-tlse2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals