Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 2Comptes rendusÉboueurs de Marseille. Entre lutt...

Comptes rendus

Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales, P. Godard, A. Donzel

Syllepse, Paris (2014). 232 p.
Delphine Corteel
p. 211-213
Référence(s) :

Pierre Godard et André Donzel, Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales, Syllepse, Paris, 2014, 232 p.

Texte intégral

1Des voyageurs auraient décrit Marseille comme « la ville la plus sale d’Europe » au début du xixe siècle (p. 25), et l’étiquette de « ville sale » continue de coller à la cité phocéenne. Ces dernières années, les propos d’édiles désignant les éboueurs comme responsables de cet état ont été largement repris dans la presse locale et nationale. Les grèves et le fini-parti, règle qui permet aux éboueurs affectés à la collecte des ordures de quitter leur poste une fois la tournée de collecte terminée et que l’on retrouve également à Paris, Lyon, Bordeaux et bien d’autres villes, seraient la cause de tous ces maux : les éboueurs, peu préoccupés du bien public, travailleraient trop vite, trop peu et fort mal. Écrit à quatre mains par un syndicaliste — Pierre Godard, éboueur à Marseille pendant 23 ans — et un sociologue — André Donzel, chargé de recherche au CNRS, qui a fait de Marseille son terrain de prédilection —, l’ouvrage, qui relève d’un registre hybride entre étude scientifique et plaidoyer militant, vise à déconstruire ces accusations en s’appuyant sur l’analyse des transformations du service au fil du temps. Les auteurs laissent de côté l’activité quotidienne des éboueurs, dont il est peu question. Ils optent pour une approche originale, étudiant le service de propreté comme l’un des éléments de l’administration municipale, et se concentrent sur les enjeux politiques et les luttes syndicales. En la matière, l’expérience de P. Godard constitue une source de tout premier plan. En outre, les auteurs mobilisent des documents tirés des archives municipales, départementales et syndicales, et font référence à de nombreux ouvrages sur Marseille ainsi qu’à des articles de la presse locale et nationale.

2Le premier chapitre retrace la genèse du livre : l’organisation d’une table ronde sur la propreté urbaine à Marseille à l’initiative de l’intersyndicale des agents territoriaux, en présence des équipes syndicales du public comme du privé, des élus en charge du dossier, des associations de riverains et des commerçants, et à laquelle intervient le sociologue A. Donzel. Les auteurs se lancent ensuite dans une synthèse des travaux sur l’histoire de la propreté à Marseille. Le chapitre 2 porte sur la longue période qui court de l’Antiquité aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, avec un passage assez appuyé sur le xixe siècle et la première moitié du xxe siècle. On y retrouve les étapes de l’évolution de la collecte et du traitement des déchets urbains, mises en évidence, notamment par Sabine Barles (2005) ou Catherine de Silguy (1996).

3Les chapitres 3 à 9 constituent le cœur de l’ouvrage : ils décortiquent les rouages du « petit système » mis en place par Gaston Defferre dès son élection à la tête de la municipalité en 1953. Avec l’appui du syndicat Force ouvrière (FO), G. Defferre structure, à l’échelle de l’administration municipale tout entière, un système clientéliste d’une longévité exceptionnelle puisqu’il perdure encore aujourd’hui et fut au cœur des débats de la campagne municipale de 2014. Les auteurs montrent en effet que FO bénéficie d’un accès privilégié, voire exclusif, au cabinet du Maire, et que les chefs de ce syndicat ont la mainmise sur les carrières, tentant ainsi de « tenir la base ». Cependant, ni le « petit système », ni la privatisation partielle de la collecte au milieu des années 1980 ne réussissent à endiguer les luttes des personnels municipaux, pas plus que celles des éboueurs des sociétés privées. En effet, l’intérêt de l’ouvrage est de montrer qu’à cette volonté d’assujettissement, les autres organisations syndicales et « la base » répondent de manière répétée, et parfois victorieuse, par des mouvements visant à briser le carcan du « petit système », contre la détérioration des conditions de travail, pour l’élaboration de règles claires — en particulier en matière de progression de carrière pour les agents municipaux — et l’instauration d’un dialogue social pluraliste, notamment depuis le début des années 2000. Si la CGT apparaît, dans les premières années, comme un rempart contre le « petit système », l’arrivée du Parti Communiste au gouvernement en 1981 et surtout à la Mairie en 1983 sonne le glas d’une CGT combative. Au milieu des années 1980, alors que les sacs et paniers dans lesquels sont entreposées les ordures ménagères doivent être remplacés par des conteneurs et que la privatisation partielle de la collecte est en débat, c’est la CFDT qui prend la tête de la mobilisation. Mais la position de la direction de la CFDT dans les conflits nationaux sur les retraites de 1995 et 2003 provoquera le départ de nombreux adhérents vers SUD puis la transformation de la CFDT des territoriaux des Bouches du Rhône en Syndicat Démocratique Unitaire adhérant à la FSU. Cette histoire des organisations syndicales, de leur implication dans les luttes comme dans les débats liés à l’organisation du service de collecte et aux conditions de travail des éboueurs et, plus largement, des agents territoriaux, est aussi celle de Pierre Godard qui n’eut jamais sa carte à FO mais s’investit successivement à la CGT, à la CFDT et enfin à SUD FSU 13.

4À cette histoire syndicale et politique s’entremêle celle des « petits » arrangements entre amis et des connivences multiples entre le monde politique, les entreprises privées et, parfois, « le milieu », qui président à l’attribution de marchés de collecte et de traitement des ordures, dont l’« affaire Guérini » est l’un des derniers avatars. Le dernier chapitre est en effet consacré aux tensions autour des modalités de traitement des déchets — incinération ou stockage — et aux difficultés de mise en œuvre de la collecte sélective.

5Fins connaisseurs des arcanes marseillais, les auteurs nous livrent une chronique passionnante et très documentée qui tend parfois à surestimer la singularité de la cité phocéenne par manque de mise en perspective, soit avec d’autres villes, soit au niveau national.

6Le « petit système » est sans doute une singularité marseillaise et la mobilisation des éboueurs, des cantinières et autres territoriaux pour imposer un pluralisme syndical est, à cet égard, exemplaire. Cependant, l’histoire est racontée du point de vue de Pierre Godard lui-même, au prisme des bifurcations de ses engagements. Aux lecteurs qui souhaiteraient élargir un peu la perspective, on peut signaler la parution récente de l’ouvrage de Cristina Nizzoli (2015), C’est du propre ! Syndicalisme et travailleurs du « bas de l’échelle » (Marseille et Bologne), qui s’intéresse entre autres à l’action de la CGT Propreté de Marseille.

7En outre, le fini-parti, la privatisation partielle de la collecte, les difficultés associées à la mise en place du tri des déchets, les conflits autour des installations de traitement ou encore les « affaires » liées à l’attribution des marchés publics de collecte et de traitement des déchets s’observent dans d’autres villes. La mobilisation de sources syndicales, d’enquêtes journalistiques, ou des travaux de sciences sociales qui se sont multipliés ces vingt dernières années sur les déchets, leurs travailleurs et l’espace urbain, aurait permis de sortir Marseille de son irréductibilité, sans en gommer la spécificité.

8Ailleurs aussi, le contrôle de l’ordure est affaire de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Barles, S., 2005. L’invention des déchets urbains. France : 1790-1970. Champ Vallon, Seyssel.

De Silguy, C., 1996. Histoire des hommes et de leurs ordures, du Moyen Âge à nos jours. Le Cherche-Midi, Paris.

Nizzoli C., 2015. C’est du propre ! Syndicalisme et travailleurs du « bas de l’échelle » (Marseille et Bologne). Presses universitaires de France, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Corteel, « Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales, P. Godard, A. Donzel »Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 211-213.

Référence électronique

Delphine Corteel, « Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales, P. Godard, A. Donzel »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 13 avril 2016, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1106 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1106

Haut de page

Auteur

Delphine Corteel

Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES)
UMR 8533 CNRS et ENS Cachan
61, avenue du Président Wilson, 94235 Cachan Cedex, France
delphine.corteel[at]univ-reims.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search