Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 2Comptes rendusL’entreprise dans la société. Une...

Comptes rendus

L’entreprise dans la société. Une question politique, M. Capron, F. Quairel-Lanoizelée

La Découverte, Paris (2015). 280 p.
Élise Penalva-Icher
p. 213-215
Référence(s) :

Michel Capron et Françoise Quairel-Lanoizelée, L’entreprise dans la société. Une question politique, La Découverte, Paris, 2015, 280 p.

Texte intégral

1Depuis une quinzaine d’années, la notion de « responsabilité sociale des entreprises » (RSE) s’est imposée dans l’univers managérial, non sans susciter certaines interrogations : phénomène de mode vide de sens pour les uns, véritable remise en cause des modèles de production pour les autres, on ne sait pas exactement à quoi la RSE renvoie. Partant de ce constat, des chercheurs issus de différentes disciplines (sciences de gestion, économie, sociologie) se sont attachés à décrire cet objet, à en définir les contours en interrogeant la nature des politiques sociales et/ou environnementales des entreprises, ou à mettre en question sa portée régulatoire. Nombreux sont les travaux qui traitent du « R » de ce sigle, souvent avec un certain désenchantement quant à la promesse de responsabilisation de l’activité économique. Néanmoins, peu de travaux se sont attardés sur la dernière lettre du sigle : le « E » pour « entreprise ».

2En effet, l’entreprise n’est pas une entrée évidente pour les sciences sociales. En économie, elle est généralement oubliée dans l’opposition entre organisation et marché. La sociologie lui reconnaît un caractère institutionnel et s’intéresse de plus en plus à elle en tant que processus de coordination. Une partie de la sociologie économique américaine lui préfère souvent, peut-être à tort, l’étude des marchés. Pour le droit, l’objet « entreprise » n’existe pas et on parle de société comme personne morale. Il est vrai que les réalités de l’entreprise sont multiples. Pourtant, afin de penser le capitalisme contemporain, il est devenu aujourd’hui intéressant de se pencher sur cet acteur incontournable de l’activité économique qui est encastré dans les territoires et le tissu social.

3Cet ouvrage a l’avantage de poser, en partant de la RSE, les contours de l’objet « entreprise » comme un objet légitime en sciences sociales. En effet, il vise à dépasser la définition de la responsabilité et propose une (re)définition de l’entreprise comme un acteur certes économique, mais également social et politique. Une des qualités du livre réside dans le positionnement interdisciplinaire des auteurs. Michel Capron et Françoise Quairel-Lanoizelée, par la grande clarté et pédagogie de leur exposé, relèvent très bien ce défi de définir l’entreprise. Le recours à la sociologie économique est un moyen utile pour cela, qui aurait pu être complété au demeurant par une attention plus forte encore aux acquis de la sociologie de l’entreprise. Passant par le prisme des politiques d’entreprises, ils offrent une compréhension de l’activité économique à partir de cet acteur « mésosocial », c’est-à-dire encastré dans des interdépendances organisationnelles comme, par exemple, les relations mères-filiales dans un secteur donné. Cette approche innovante évite l’écueil de faire de cet ouvrage un ouvrage supplémentaire sur la RSE : il a quelque chose de nouveau à proposer dans ce champ déjà bien balisé.

4Le livre se découpe de la manière suivante. Tout d’abord les auteurs s’attachent à définir leur objet (chapitres 1 et 2). Pour ce faire, ils contextualisent la notion d’entreprise en décrivant les formes variées qu’elle a prises au cours de l’histoire, tout en présentant les analyses mobilisées pour leur légitimation (libérale, institutionnelle, etc.). Cela suppose également de revenir en détail sur la notion d’intérêt général et ses représentations. Ce passage permet d’éclairer et de dépasser la théorie des parties prenantes qui sert souvent de soubassement idéologique à la RSE. Le chapitre 3 constitue le cœur de l’ouvrage, avec la notion de redevabilité (accountability) qui est le concept, plus précis et moins moral que la responsabilité, développé par les auteurs pour penser la place subordonnée des entreprises dans la société et mesurer leurs actions. Être redevable consiste à rendre des comptes aux tiers concernés, c’est-à-dire aux acteurs des systèmes de production, d’échange ou de consommation liés à l’entreprise. Ceux-ci deviennent visibles et légitimes si l’on pense l’encastrement des entreprises qui sont prises dans des liens d’interdépendance avec ces tiers : État, fournisseurs, actionnaires, clients, etc. — bref, la société. La suite de l’ouvrage traite de ces interactions entre les entreprises et les différents acteurs de la société. Sont étudiées les dynamiques relationnelles (chapitre 4), la réglementation (soft et hard law, chapitre 5) et la stratégie des entreprises (chapitre 6). Les deux derniers chapitres ouvrent des perspectives en termes de pilotage des entreprises (chapitre 7) ou de gouvernance (chapitre 8).

5Si l’ouvrage offre un apport incontestable, il connaît également certaines limites pour le lecteur sociologue. Ce dernier restera peut-être un peu sur sa faim quant aux explicitations empiriques fournies pour étayer un propos pourtant fort. Si les auteurs maîtrisent parfaitement leur sujet et fournissent un certain nombre d’exemples concrets, souvent relayés dans le texte par des encadrés, on peut néanmoins parfois regretter que ces exemples ne soient pas davantage traités avec les outils de l’enquête en sciences sociales. L’ancrage de ces exemples dans du matériau qualitatif ou quantitatif ne les rendrait que plus pertinents. On pense par exemple à des entretiens avec les acteurs porteurs d’initiatives de réglementation ou à l’observation de réunions de rédaction des normes multi-parties. Ces éléments montreraient comment celles-ci se négocient entre les acteurs. De même, l’historicisation de la notion d’entreprise est bien présente dans cet ouvrage, dont les auteurs mobilisent le cas nord-américain dans une approche comparative pour déconstruire les évidences autour de la RSE. Mais on aurait aimé que cette méthode soit plus développée dans l’ensemble du livre, comme par exemple autour des notions d’intérêt général ou de « devoir de vigilance » des sociétés mères vis-à-vis de leurs filiales. Ces deux aspects auraient permis de mieux mettre en évidence la grande variabilité des modes d’inscription des entreprises dans la société : modèle bureaucratique, ordre professionnel, système marchand, etc.

6La contribution de ce livre repose sur une nouvelle définition de l’entreprise développée à partir de la notion de redevabilité, qui permet de penser l’entreprise comme encastrée dans la société. Le concept d’encastrement, développé par Karl Polanyi, semble être l’un des concepts les plus porteurs des trente dernières années en sciences sociales. En effet, l’encastrement permet de penser les interdépendances entre acteurs et de témoigner de la diversité des relations entre entreprises et société. Depuis les années 1970 et l’avènement de la nouvelle sociologie économique, la notion de marché a été considérablement revisitée grâce à cette notion, mais celle d’entreprise avait été un peu mise de côté. Ce livre y remédie et ouvre de belles perspectives de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Penalva-Icher, « L’entreprise dans la société. Une question politique, M. Capron, F. Quairel-Lanoizelée »Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 213-215.

Référence électronique

Élise Penalva-Icher, « L’entreprise dans la société. Une question politique, M. Capron, F. Quairel-Lanoizelée »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 13 avril 2016, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1110 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1110

Haut de page

Auteur

Élise Penalva-Icher

Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO)
UMR 7170 CNRS et Université Paris Dauphine, Paris Sciences et Lettres
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris Cedex 16, France
elise.penalva[at]dauphine.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search