Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Énergie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, J. Cihuelo, A. Jobert, C. Grandclément (Eds)

Lavoisier, Paris (2015). 260 p.
François-Mathieu Poupeau
p. 219-221
Référence(s) :

Jérôme Cihuelo, Arthur Jobert et Catherine Grandclément (dir.), Énergie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, Lavoisier, Paris, 2015, 260 p.

Texte intégral

1Pour les chercheurs en sciences sociales, l’énergie constitue un objet d’études en pleine expansion, du fait notamment d’une actualité très porteuse (transition énergétique, libéralisation des marchés, diplomatie internationale sur le climat). La production académique en témoigne, tant en France qu’à l’étranger, où, en l’espace d’une décennie, colloques, séminaires, conférences, publications se sont largement emparés du sujet. Le livre coordonné par Jérôme Cihuelo, Arthur Jobert et Catherine Grandclément, premier d’une collection à venir (« Socio-économie de l’énergie »), pourrait, ce faisant, susciter une certaine appréhension : celle d’ajouter un peu plus de confusion dans un paysage académique déjà bien rempli. Ouvrage collectif, il pourrait présenter les mêmes défauts que beaucoup de publications de ce type, collections de contributions souvent peu pensées et peu articulées. Ouvrage « maison » intégralement rédigé par une équipe de chercheurs « embarqués » (le GRETS, Groupe de recherche énergie, technologie et société, qui travaille au sein du département R&D d’EDF), il pourrait faire craindre de se cantonner à accumuler des études de cas répondant surtout à une logique de « commandes » internes, sans vraie ambition académique.

2Ces deux écueils, les co-auteurs parviennent à les éviter en nous proposant un livre très bien conçu et rédigé, qui apporte une contribution stimulante des sciences sociales aux débats actuels sur l’énergie. L’ouvrage est organisé en trois parties, qui correspondent à autant d’enjeux majeurs de la transformation des relations entre énergie et société : la question des innovations technologiques et de leur appropriation (autour de la figure de l’usager), la généralisation d’une relation de service (autour de la figure du client), la « mise en société » des questions d’énergie (autour de la figure du citoyen). Il ne s’agit pas ici de résumer l’ensemble des contributions, tant elles sont denses et portent sur des sujets variés, avec parfois leur propre problématique intellectuelle.

3En s’emparant d’objets nouveaux, conçus pour accompagner la transition énergétique (les bâtiments économes en énergie, les compteurs et réseaux intelligents, les véhicules électriques), la première partie de l’ouvrage permet d’éclairer la question des interactions entre technologies et usages. On y voit des usagers toujours très présents dans le déploiement des innovations, même si, dans certains cas, leur activité invisible — car informelle — d’appropriation conforte de manière paradoxale la vision de consommateurs passifs que peuvent avoir d’eux les concepteurs des technologies (Caroline Escoffier, Catherine Grandclément, Pierre Scolan). On mesure l’importance des chaînes d’acteurs (Isabelle Garabuau-Moussaoui), des formes d’organisations (Magali Pierre), des intermédiaires (Véronique Beillan) qui structurent le déploiement des innovations, en privilégiant certains types de publics, en influençant les usages, en contribuant à la performance de certains équipements.

4La deuxième partie s’attache à saisir la pénétration d’une nouvelle figure contemporaine des transformations du secteur énergétique, celle du client, à la fois dans les cas ordinaires de la relation de service et dans la gestion de situations de pauvreté et de précarité. Elle articule deux niveaux de réflexion. Une réflexion à caractère théorique tout d’abord (Jérôme Cihuelo) propose, à travers une modélisation triangulaire, d’accorder une plus grande attention aux formes organisationnelles qui structurent la relation de service, quelque peu à rebours d’une sociologie de type interactionniste. Cette réflexion est bien illustrée par une contribution portant sur le traitement par EDF des clients en situation précaire, qui montre l’émergence de normes d’action collectives internes participant, selon les auteurs, de la performance des dispositifs (Cécile Caron, Mathieu Durand-Daubin). Elle est prolongée par une focale d’analyse plus large, qui sort de l’organisation pour s’intéresser aux formes de partenariats et de coopération qui se nouent entre les différents acteurs des dispositifs de traitement de la précarité énergétique (Élodie Merle).

5La troisième partie opère un nouvel élargissement. Il s’agit, cette fois, de s’intéresser à la « mise en société » des questions énergétiques, à travers la délibération collective (les débats sur l’énergie, Mathieu Brugidou, Arthur Jobert), la gestion des controverses (cas du projet Superphénix, Claire Le Renard) et l’analyse de la « fabrique » de l’opinion publique (Béatrice Hammer, Ferenc Fodor). Ces champs de recherche, qui ont été très investis dès l’origine du GRETS, trouvent matière à réflexion dans l’actualité récente. Le livre propose, de ce point de vue, des clés de lecture multiples et instructives (science politique, sociologie des controverses, sémiotique, linguistique) pour décrypter ce qui se joue dans l’émergence de ces nouvelles formes de relations entre énergie et société.

6La lecture de cet opus dense et riche appelle deux remarques, de nature plus critique. La première est que l’ouvrage manque peut-être d’une « thèse forte » ou, à défaut, de quelques constats agrégés susceptibles de nous proposer des pistes de réflexion sur l’évolution des rapports entre énergie et transformations sociales. Certes, la conclusion s’emploie avec soin à revenir sur les enseignements que nous apportent les différents chapitres. Jérôme Cihuelo et Arthur Jobert y développent, avec un réel souci de pédagogie, la notion de « situations d’interface » pour rendre compte de la multiplication des points de contact entre l’énergie et la société. Si cette notion constitue un « ciment » théorique ingénieux liant les différents chapitres, elle reste somme toute assez descriptive et n’embraie malheureusement pas sur la formulation de quelques hypothèses générales. Le lecteur aimerait savoir si, finalement, cette multiplication de « situations d’interface » participe d’une gestion plus ouverte et pluraliste des questions d’énergie sur les trois volets traités que sont les innovations technologiques (les usagers sont-ils finalement davantage entendus ?), la relation de services (quel statut les clients ont-ils réellement au sein de l’entreprise ?) ou les mises en débat de l’énergie (les nouvelles arènes de délibération ont-elles une influence sur les choix stratégiques ?). Certes, l’exercice est difficile voire périlleux, les évolutions étant complexes et parfois contradictoires. Mais quelques pistes de réflexion auraient pu être néanmoins esquissées.

7La seconde remarque exprime plutôt un regret : celui de ne pas voir suffisamment apparaître EDF comme l’un des lieux de gouvernement de ces « situations d’interface ». Comment est gérée, au sein de l’entreprise, la prolifération des scènes d’interaction dont l’ouvrage s’est fait l’écho ? À quelles formes d’arbitrage donne-t-elle lieu ? Quels déplacements entraîne-t-elle dans les rapports de force internes ou dans les représentations professionnelles ? Que nous disent finalement ces transformations sur ce qu’est le groupe EDF aujourd’hui, dans son mode de gouvernement et dans sa culture d’entreprise ? Ici encore, quelques pistes de réflexion seraient utiles aux chercheurs et aux citoyens, mais aussi aux dirigeants de l’entreprise.

8Malgré ces deux remarques, l’ouvrage mérite d’être lu car il représente une tentative, réussie de notre point de vue, d’articuler des champs et des disciplines souvent convoqués de manière disjointe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Mathieu Poupeau, « Énergie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, J. Cihuelo, A. Jobert, C. Grandclément (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 219-221.

Référence électronique

François-Mathieu Poupeau, « Énergie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, J. Cihuelo, A. Jobert, C. Grandclément (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1121

Haut de page

Auteur

François-Mathieu Poupeau

Laboratoire techniques, territoires et sociétés (LATTS)
UMR 8134 CNRS, École des Ponts ParisTech et Université Paris-Est Marne-la-Vallée
6-8, avenue Blaise-Pascal, Cité Descartes, Champs-sur-Marne, 77455 Marne-la-Vallée, France
fm.poupeau[at]enpc.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals