Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 2Comptes rendusSociologie politique de la santé,...

Comptes rendus

Sociologie politique de la santé, H. Bergeron, P. Castel

Presses universitaires de France, Paris (2015). 480 p.
Lynda Sifer-Rivière
p. 221-223
Référence(s) :

Henri Bergeron et Patrick Castel, Sociologie politique de la santé, Presses universitaires de France, Paris, 2015, 480 p.

Texte intégral

1Sociologie politique de la santé se présente comme un manuel de sociologie politique de la santé dans lequel Henri Bergeron et Patrick Castel étudient les dimensions politiques des transformations contemporaines de la santé et de la médecine, et la façon dont ces transformations donnent à voir une reconfiguration plus large des rapports entre l’État, les citoyens et les professionnels de santé. Les auteurs se sont lancés dans une entreprise ambitieuse : proposer une revue de littérature raisonnée sur les travaux de sociologie et de sciences politiques pour tracer les dimensions politiques des questions de santé de manière relativement nouvelle en France.

2Comment les différents systèmes de santé ont-ils évolué depuis leur création ? Comment expliquer le statut et les protections de la profession médicale ? Dans quelle mesure l’individualisation et la responsabilisation des individus constituent-elles l’un des traits caractéristiques majeurs des politiques de santé contemporaines ? Les auteurs assument un parti pris concernant la sélection bibliographique pour répondre à de telles questions. Celle-ci vise à rendre compte du caractère structuré et structurant des questions de santé, qui sont « conçues comme un lieu privilégié d’engagement et de cristallisation des luttes politiques et sociales (structurées) ; elles composent également un espace où se définissent et se forment (et se déforment) des biens collectifs d’importance […] et où se manifeste la réflexivité des sociétés contemporaines : ce qui se décide en santé a des conséquences qui se réalisent bien au-delà du champ de la médecine et de la santé (structurantes) » (p. 4).

3Ce choix contribue à ce que le périmètre de la sociologie française de la santé ne soit que partiellement représenté au profit des travaux nord-américains. Il explique également la mobilisation d’un large spectre des perspectives théoriques mobilisées tout au long des trois parties qui traversent l’ouvrage : fonctionnalisme, travaux des interactionnistes, constructivisme, néo-institutionnalisme sociologique et historique, théorie de l’acteur-réseau, Science Studies, approches foucaldiennes ou encore aux approches cognitives des politiques publiques, sociologie économique.

4La première partie est consacrée à l’examen des trajectoires des systèmes de santé occidentaux et des déterminants socio-politiques qui sous-tendent leurs réformes actuelles (les politiques dites curatives). Les auteurs étudient d’abord l’émergence et la diversité des systèmes collectifs, publics et privés, d’assurance et de protection sociale, puis les réformes continues qui les ont traversées ces quarante dernières années. Le deuxième chapitre met en perspective les arguments et les discours déployés pour justifier les réformes — comme la construction sociale de la notion de « crise » — avec les instruments mobilisés dans les politiques publiques, présentés sous forme de typologie.

5La deuxième partie est consacrée à l’étude des phénomènes organisationnels et professionnels. De facture plus classique, le troisième chapitre retrace les nombreux travaux consacrés à la profession médicale, en y intégrant, ce qui est original, les travaux des historiens des sciences. Le quatrième chapitre, plus dense, porte sur l’organisation des soins et les décisions médicales, en s’intéressant à la fois aux travaux étudiant les changements qui ont affecté le fonctionnement des hôpitaux « en tant que formes particulières de bureaucratie » (p. 191) et aux travaux qui ont analysé la rationalisation des pratiques et des effets des réformes sur l’encadrement des pratiques médicales.

6La troisième partie étudie le mouvement de recomposition des politiques de santé publique. C’est notamment à partir de la question des savoirs et de leur circulation que les auteurs analysent de nombreux travaux pour dégager un sens aux récentes évolutions observées dans la formulation des politiques de santé publique, de prévention, de promotion de la santé et de sécurité sanitaire. Le cinquième chapitre analyse une littérature foisonnante sur les savoirs médicaux, et plus largement sanitaires, en accordant de l’importance à leur méthode de production, plus précisément aux processus de production des normes faisant appel aux savoirs scientifiques. Le chapitre six, lui, se focalise sur le rôle des associations de patients dans la formation des politiques de santé. Les auteurs proposent une perspective historique stimulante sur les effets des mobilisations collectives associatives et sur leur capacité de contestation des formes d’autorité scientifique, médicale et publique, et parfois marchande. Le septième et dernier chapitre examine les transformations de la santé publique. Cette dernière partie de l’ouvrage met en évidence la faible prise en considération des inégalités de santé ou encore l’accroissement d’actions sanitaires plutôt centrées sur les individus que sur les structures dans le contour des politiques de santé publique.

7H. Bergeron et P. Castel proposent ainsi un état des lieux critique de la recherche contemporaine sur les questions de santé dans un style pédagogique dont le mérite est de ne pas sacrifier le fond. Les apports sont nombreux, comme faire dialoguer des travaux d’obédiences diverses et donner une place importante et bienvenue aux travaux des historiens des sciences. La démarche interdisciplinaire qui sous-tend cette revue de littérature, même si elle n’est pas systématiquement mise en avant, participe beaucoup à la qualité de leur entreprise. On peut cependant se poser la question, non sans importance, du recours au terme « politique » pour structurer cet état des lieux « des sociologies des questions de santé » — pour prendre l’expression heureuse utilisée dans l’introduction générale (p. 2). On peut convenir que cette qualification contribue à situer ce manuel parmi ceux déjà existants. Mais la disparition du terme « médecine » dans le titre de l’ouvrage au profit des termes « politique » et « santé » soulève bien des interrogations à l’égard de l’étude des transformations contemporaines de la santé et de la médecine. C’est dans la conclusion générale que l’on peut pleinement saisir une tension entre une analyse raisonnée de la littérature, présentée sous la forme d’un manuel, et une réflexion programmatique moins visible visant à rendre compte de la stabilité et du changement social. On s’attendrait à voir discuté le scénario d’une « grande » rupture de l’organisation et des régulations des systèmes de santé occidentaux sous-jacent tout au long des chapitres, mais c’est un scénario à l’égard duquel les auteurs restent finalement hésitants et prudents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lynda Sifer-Rivière, « Sociologie politique de la santé, H. Bergeron, P. Castel »Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 221-223.

Référence électronique

Lynda Sifer-Rivière, « Sociologie politique de la santé, H. Bergeron, P. Castel »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 31 mars 2016, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1126

Haut de page

Auteur

Lynda Sifer-Rivière

Centre de recherche, médecine, sciences, santé, santé mentale, société (Cermes3),
UMR CNRS 8211, Unité Inserm 988, EHESS, Université Paris Descartes,
7, rue Guy Môquet, BP 8, 94801 Villejuif Cedex, France
lynda.sifer.riviere[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search