Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 55 - n° 3Comptes rendusLes Nouvelles Frontières du socia...

Comptes rendus

Les Nouvelles Frontières du social. L’intégration européenne et les transformations de l’espace politique de la protection sociale, M. Ferrera

Presses de Sciences Po, Paris (2009). 388 p.
Arnaud Mias
p. 404-406
Référence(s) :

Maurizio Ferrera, Les Nouvelles Frontières du social. L’intégration européenne et les transformations de l’espace politique de la protection sociale, Presses de Sciences Po, Paris, 2009, 388 p.

Texte intégral

1Traduction d’un ouvrage paru en 2005, Les Nouvelles Frontières du social propose une analyse ambitieuse du destin des systèmes européens de protection sociale, retraçant leur genèse et leur solidification pour interroger l’influence de l’intégration européenne sur leurs transformations récentes. Ces questions fondamentales et complexes sont abordées à partir d’un cadre théorique puissant posé dans le premier chapitre de l’ouvrage, qui tend à replacer le politique, et l’État au premier chef, au cœur de l’explication des difficultés actuelles des États-providence, contre une lecture trop focalisée sur les déterminants économiques (globalisation et concurrence internationale). Maurizio Ferrera prolonge ainsi les travaux de Stein Rokkan (et de Peter Flora dans une moindre mesure) sur la construction de l’État en les déplaçant dans la sphère de l’État social et en complexifiant la mobilisation faite du triptyque d’Albert O. Hirschman, exit, voice et loyalty. Sans caricaturer ce modèle théorique sophistiqué, on peut dire que le ressort explicatif de l’ouvrage repose sur le concept de « frontières » que l’auteur définit comme « des ensembles de normes et de règles qui définissent le type et le degré de fermeture d’une collectivité donnée vis-à-vis de l’extérieur, puisqu’elles régulent l’accès aux ressources et aux possibilités proposées à l’intérieur et à l’extérieur de l’espace défini, tout en facilitant les dynamiques de cohésion entre les membres » (p. 27). Dans une optique wébérienne, l’auteur met en évidence le rôle fondateur des frontières dans la formation du groupe national. Le chapitre 2, consacré à la période de formation des différents États-providence jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, souligne l’importance de la dynamique de fermeture, qui en favorisant, par les mécanismes redistributifs, le sentiment d’appartenance à une communauté et les dispositions de solidarité sociale, a renforcé partout l’État-Nation. Cette articulation entre délimitation externe et cohésion interne des groupes sociaux est un élément clé de la construction des États-providence. M. Ferrera propose de la saisir à travers le concept de « structuration circonscrite », pointant l’interdépendance entre les dimensions de territoire (clôture d’un espace donné) et d’appartenance (la « structuration » comme cohésion et différenciation interne).

2La description de la genèse et de l’apogée des systèmes européens de protection sociale (chapitres 2 et 3), en s’appuyant sur des études historiques déjà bien connues, propose un récit relativement familier. Le cadre d’analyse permet de rendre compte des différences de temporalité et de la dichotomie entre systèmes universel et professionnel de protection sociale, renvoyées aux clivages structurants (Église-État, villes-campagnes, etc.) et aux rapports entre centre et périphérie dans chacun des pays étudiés. L’originalité vient de l’importance donnée dans cette dynamique historique à la disparition progressive des possibilités de défection, au renforcement concomitant du loyalisme et à la mise en place de dispositifs permettant la prise de parole interne.

3Car c’est justement sur ces éléments que la construction européenne a fini, selon l’auteur, par peser de plus en plus lourdement, en remettant en cause les différentes modalités de fermeture qui permettent la solidarité sociale. Le chapitre 4 décrit le mouvement d’intégration européenne comme la création d’un espace politique original fondé sur un ordre institutionnel interprété comme une nouvelle « législation pour les défections et les prises de parole » (p. 224). L’Union européenne (UE), à travers la jurisprudence sociale de la Cour de Justice des Communautés européennes (CJCE) abondamment commentée dans ce chapitre, ouvre de nouvelles options de « localisation » et de « vocalisation », et structure ainsi de nouveaux intérêts stratégiques et de nouveaux schémas d’interaction. Dans cette évolution, l’institutionnalisation croissante du champ de la libre circulation des travailleurs, à partir du règlement 1 408 de 1971, apparaît comme un moment analytique pivot : « de simple outil technique pour gérer la diversité des législations, le règlement [a conduit à] redéfinir les frontières des espaces nationaux de cohésion sociale » (p. 167). Dans une configuration où les espaces d’appartenance se chevauchent, les droits sociaux se dissocient de plus en plus de la citoyenneté sociale, tendant à n’être reliés qu’à la situation professionnelle ou au statut de résidence. Même si les États contrôlent encore très fortement la définition des droits sociaux, ils perdent de plus en plus la maîtrise de la fonction de filtrage par la citoyenneté nationale, et perdent ainsi l’instrument de base de la fermeture, provoquant la déstructuration de leurs systèmes de solidarité sociale respectifs. La fin du chapitre 4 s’attache à décrire les « fronts » de la résistance des États à cette déstructuration, le remaniement des frontières transnationales étant devenu un enjeu de luttes entre national et supranational. Cet ébranlement de la structuration nationale des droits sociaux est également le résultat de la régionalisation croissante des politiques sociales (chapitre 5), particulièrement prononcée en Italie — qui fait l’objet d’un développement spécifique — mais qui s’observe dans les autres pays européens, sous l’effet notamment des fonds structurels de l’UE.

4Même en l’absence de compétences spécifiques en matière de protection sociale, l’intégration européenne a donc été synonyme de rupture des équilibres sociaux et politiques qui sous-tendent historiquement les dispositifs de redistribution à l’échelle nationale. Si les États donnent l’apparence d’une maîtrise des systèmes de protection sociale, de « nouvelles frontières » de la solidarité sociale s’esquissent d’ores et déjà. La question, avancée dans le chapitre conclusif de l’ouvrage, est de savoir dans quelle direction évoluent les systèmes européens —même si les héritages institutionnels servent de filtres et font que tous les systèmes nationaux ne sont pas affectés de la même façon et avec la même ampleur par la déstructuration portée par l’UE. Si un scénario de restructuration défensive selon les anciennes frontières est envisageable, M. Ferrera suggère la possibilité d’une européanisation de la solidarité sociale, rappelant que la formation de l’État-Nation s’est opérée par la suppression des frontières internes et la construction de nouvelles frontières externes communes.

5Cet ouvrage importe par la réhabilitation du politique qu’il propose. M. Ferrera met bien en évidence la fonction politique de l’État-providence, support de cohésion territoriale et d’intégration sociale. Il montre à quel point la citoyenneté sociale a représenté un instrument de fermeture des frontières nationales. Cette réhabilitation du politique s’exprime également à travers une lecture qui met en avant le rôle de l’UE dans l’évolution des États-providence, contre des lectures qui donneraient le primat à des facteurs économiques (mobilité croissante du capital) ou démographiques (vieillissement). Cette influence ne tient d’ailleurs pas tant aux conséquences de la politique libérale menée par les institutions européennes, qu’à la recherche d’une redistribution transfrontalière et d’une extension des droits à l’assistance sociale pour les citoyens d’autres États-membres.

6Il faut également saluer la continuité avec laquelle le même cadre d’analyse est appliqué à la formation des systèmes nationaux et à l’intégration européenne, témoignant de la volonté de replacer celle-ci dans une dynamique historique plus longue du territoire européen. L’ouvrage participe ainsi d’une normalisation de l’UE comme objet d’étude, qui évite l’écueil du clivage entre perspective critique (tout ce que l’Europe sociale n’est pas) et chronique sans recul des initiatives européennes (tout ce qu’elle prétend être). La notion d’espace politique permet ici d’appréhender l’interdépendance croissante entre politiques européennes et nationales. L’influence de l’intégration européenne n’est pas recherchée du côté d’une improbable harmonisation ou convergence des systèmes de protection sociale. M. Ferrera montre au contraire que la production légale de l’UE exerce une influence bien réelle qui peut entraîner des transformations nationales contradictoires, voire divergentes.

7On peut toutefois s’interroger sur la possibilité d’intégrer l’assurance-chômage dans ce modèle explicatif (dont l’analyse se limite aux retraites et à l’assurance-maladie). Gageons qu’elle induirait de réévaluer le rôle des syndicats et du patronat dans ces dynamiques, acteurs qui sont quasiment évacués de l’analyse (l’index ne propose que deux renvois à « syndicats », et aucun pour « patronat » ou « paritarisme »). Ce faible intérêt pour les relations professionnelles témoigne sans doute à la fois du cadre théorique adopté, qui fait prévaloir le clivage centre-périphérie sur tout autre, et du matériau analysé, la jurisprudence de la CJCE, qui place les gouvernements nationaux au cœur des litiges étudiés. Le lecteur ressent à cet égard une certaine frustration face à une approche qui peine à rendre compte de la capacité des acteurs à peser sur les évolutions décrites. La mobilisation stratégique des règles de droit et la manière dont les décisions peuvent être construites à partir d’une certaine représentation et d’un emprunt sélectif aux modèles étrangers restent des points aveugles d’une approche par ailleurs stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Mias, « Les Nouvelles Frontières du social. L’intégration européenne et les transformations de l’espace politique de la protection sociale, M. Ferrera », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 3 | 2013, 404-406.

Référence électronique

Arnaud Mias, « Les Nouvelles Frontières du social. L’intégration européenne et les transformations de l’espace politique de la protection sociale, M. Ferrera », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 3 | Juillet-Septembre 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 29 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/11290 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.11290

Haut de page

Auteur

Arnaud Mias

Université de Rouen, DYSOLA
rue Lavoisier, 76821 Mont Saint-Aignan cedex, France
arnaud.mias[at]univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search