Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 2Comptes rendusL’immigration ou les paradoxes de...

Comptes rendus

L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome 3 : La fabrication des identités culturelles, A. Sayad

Raisons d’agir, Paris (2014). 208 p.
Angéline Escafré-Dublet
p. 223-224
Référence(s) :

Abdelmalek Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome 3 : La fabrication des identités culturelles, Raisons d’agir, Paris, 2014, 208 p.

Texte intégral

1Dans le troisième volume de L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, sont présentés cinq textes inédits d’Abdelmalek Sayad qui portent sur la construction des identités, en lien avec la question culturelle. Intitulé « La fabrication des identités culturelles », cet opus traite des liens entre immigration et culture, cette dernière notion étant prise dans une acception large comme « ce “je-ne sais-quoi”, ces riens qui font les “évidences sociales” lorsqu’elles sont vécues sur le mode du “cela va de soi” ou sur le mode des réalités tenues pour naturelles » (pp. 102-103). Directement lié au contexte politique et migratoire de la fin des années 1970, moment où sont rédigés les cinq textes qui le constituent, l’ouvrage offre, à la fois, une réflexion sur la formation des identités en contexte migratoire et un témoignage sur l’émergence d’une lecture culturelle de la présence des immigrés en France.

2Le premier texte rappelle les principales clés d’analyse proposées par A. Sayad sur l’immigration en France, et l’immigration algérienne en particulier : l’illusion du provisoire ; les contradictions entre un cadre juridique qui offre aux étrangers la possibilité de devenir français et une société qui continue à les considérer comme des immigrés ; enfin, les ambiguïtés entre nationalité et appartenance nationale. Il souligne que « l’immigré est d’une hexis corporelle et d’une manière de se comporter différents, donc susceptible d’altérer le panorama esthétique “national” » (p. 58), ce qui permet d’articuler la question nationale aux réflexions sur les identités culturelles qui vont suivre. Le deuxième texte offre une réflexion sur l’évolution lexicale dans les questions migratoires et l’apparition du terme « minorité », au début des années 1970. Ce détour sémantique introduit le troisième texte, qui porte plus expressément sur « les usages sociaux de la “culture des immigrés” ». A. Sayad y souligne combien les conditions culturelles révèlent « les contradictions multiples de l’immigration » — que ce soient les discours relatifs à la personnalité culturelle des immigrés ou le caractère stéréotypé des cultures d’origine que l’institution cherche à valoriser. Le quatrième texte porte sur l’Islam, au moment où le gouvernement annonce des dispositions destinées à faciliter la pratique de cette religion. A. Sayad revient alors sur la période de la colonisation, pour montrer qu’on a fait de l’Islam un principe « pseudo-explicatif » des comportements des populations (p. 126). Enfin, le cinquième texte témoigne de l’investissement d’A. Sayad dans l’émission de télévision Mosaïque, diffusée sur France 3, et financée par le ministère du Travail, pour informer les publics sur l’immigration. Grâce à des entretiens avec des journalistes, il montre comment le contenu de cette émission était modelé par les représentants des ministères, tandis que les journalistes tentaient de faire connaître les conditions de vie et de lutte des immigrés, avec des résultats limités.

3Dans cet ensemble de textes, mis en perspective par une préface d’Amin Allal, on voit donc s’articuler les différentes logiques identifiées par Abdelmalek Sayad comme présidant à la formation des identités en contexte migratoire : une expérience sociale distincte, les spécificités liées à la migration postcoloniale et, enfin, un processus générationnel. En les caractérisant comme relevant de la formation des identités « culturelles », il s’inscrit dans les travaux qui se développaient alors autour, notamment, de Carmel Camillieri. A. Sayad insiste en outre sur le rôle du politique. C’est un des principaux apports de cet ouvrage, qui nous fait percevoir les enjeux liés à l’immigration tels qu’ils pouvaient être appréhendés compte tenu de l’évolution de la politisation de l’immigration dans ces années. A. Sayad bénéficie pour l’analyser d’un positionnement privilégié, au croisement des réseaux scientifiques militants et institutionnels (pp. 18-19). Il est donc à même de souligner l’émergence d’une lecture culturelle de la présence des immigrés développée par la puissance publique, alors que l’ « ethnicisation des rapports sociaux » n’est pas encore à l’ordre du jour dans le champ des sciences sociales. En effet, la sociologie des migrations a plus souvent utilisé la culture comme facteur explicatif du social que comme objet à part entière, ce qui explique cette publication tardive des écrits d’A. Sayad sur le sujet. Pourtant, ce que l’auteur nomme « la fabrication des identités culturelles » apparaît ici comme un objet pertinent pour comprendre l’articulation des différents rapports de pouvoir qui contribuent à structurer les phénomènes migratoires dans nos sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angéline Escafré-Dublet, « L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome 3 : La fabrication des identités culturelles, A. Sayad »Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 2 | 2016, 223-224.

Référence électronique

Angéline Escafré-Dublet, « L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome 3 : La fabrication des identités culturelles, A. Sayad »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 2 | Avril-Juin 2016, mis en ligne le 31 mars 2016, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1130 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1130

Haut de page

Auteur

Angéline Escafré-Dublet

Triangle – Action, discours, pensée politique et économique,
UMR 5206 CNRS, Université de Lyon 2, ENS de Lyon, IEP de Lyon et Université Jean Monnet Saint-Etienne
15, Parvis René Descartes, BP 7000, 69342 Lyon Cedex 07, France
angeline.escafre-dublet[at]univ-lyon2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search