Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 55 - n° 3Comptes rendusDe la visibilité. Excellence et s...

Comptes rendus

De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, N. Heinich

Gallimard, Paris (2012). 590 p.
Marie Buscatto
p. 413-415
Référence(s) :

Nathalie Heinich, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Gallimard, Paris, 2012, 590 p.

Texte intégral

1Les sociologues sont toujours plus nombreux et nombreuses à s’intéresser aussi bien aux pratiques culturelles de masse — rap, séries télévisées ou mangas — qu’aux figures contemporaines de la célébrité — sportifs, mannequins, acteurs, chanteuses ou princesses médiatiques. Dans le prolongement des travaux fondateurs d’Edgar Morin sur les stars ou de Theodor Adorno sur la société de consommation, se sont ainsi multipliées les enquêtes empiriques et les analyses théoriques portant aussi bien sur les fondements du développement de telles pratiques que sur les modalités de leur mise en œuvre. Comment en effet saisir et expliquer des phénomènes tels que les cultes entretenus par les fans d’Elvis Presley, de Claude François ou de Madonna, l’émotion suscitée par la mort de Lady Diana, le succès populaire des émissions de télé-réalité ou l’attrait fulgurant du public pour la vie intime des people ?

2Le dernier ouvrage de Nathalie Heinich participe de ce mouvement de réflexion sociologique visant aussi bien à décrire les nouvelles formes prises par la célébrité, qu’à tenter d’en repérer les fondements sociaux. Faisant preuve de ce qu’elle nomme elle-même un « bricolage méthodologique » (p. 383), l’auteure constitue pour ce faire un matériau d’analyse plutôt hétéroclite : des extraits de presse et d’ouvrages autobiographiques, des observations impromptues ou des travaux empiriques réalisés par d’autres sociologues.

3Dans une première partie, « Le capital de visibilité », sont précisés les contours de cette « nouvelle catégorie sociale ». Tout d’abord, l’émergence d’individus d’abord définis par leur « visibilité » — et non par leur activité, leur talent ou leur charisme — tient à la multiplication et à la diffusion des images grâce aux innovations techniques qui se sont succédé dans le temps, des prémices de la photographie à l’irruption d’internet. Par ailleurs, le simple fait d’être « visible » unit dans une même réalité sociale et dans une même expérience subjective, des personnes aux statuts et aux activités très divers — mannequins, chanteurs, acteurs, personnalités royales ou sportifs. La « visibilité » fonctionne alors comme un « capital » qui se développe d’autant plus qu’il est mobilisé : plus un individu est visible, plus il accroît sa célébrité, et donc son capital de visibilité. Pour finir, cette « nouvelle catégorie sociale » constituerait une « nouvelle élite sociale » qui attire même ceux et celles qui lui étaient a priori les plus contraires, comme les intellectuels ou les créateurs. « La nouvelle élite de la visibilité noue la singularité à la popularité à l’encontre des formes traditionnelles de l’influence et de l’excellence, autant que de la valeur du mérite » (p. 84). La deuxième partie, « Histoire de la visibilité », permet à N. Heinich de préciser les manières dont la visibilité s’est affirmée comme source principale de construction de la célébrité, en lien avec le développement technique des moyens de diffusion des images dans le temps et dans l’espace — daguerréotype, photographie, cinéma, presse écrite, radio, télévision, internet, webcam. L’auteure aborde alors, dans une troisième partie intitulée « Distribution du capital de visibilité », les formes prises par la célébrité. Elle met en œuvre pour cela une catégorisation fondée sur la « valeur » fondant la célébrité, de la « valeur endogène créée par la situation même de visibilité » à la « valeur ajoutée (liée) à un statut ou à une compétence préexistante » (p. 168). Si les membres des familles royales héritent de leur capital de visibilité par leur seule filiation, les personnalités de la télévision existeraient par leur présence à l’écran, là où les sportifs et les politiques construiraient leur visibilité à partir d’une compétence spécifique. La célébrité des mannequins, des chanteurs ou des acteurs serait fondée aussi bien sur des compétences spécifiques que sur leur capacité à être visible en dehors de toute performance spécifique. L’apparence devient alors un élément primordial de construction de la visibilité, notamment pour les femmes actrices, chanteuses ou mannequins grâce auxquelles « une nouvelle voie s’offre ainsi à l’imaginaire de l’ascension sociale féminine » (p. 210). Pour finir sont abordés les héros de faits divers dont la visibilité serait par définition « endogène ». La tendance contemporaine serait ainsi celle du passage « des stars aux ‘people’ » dans un vaste mouvement de démocratisation de la visibilité toujours plus accessible au commun des mortels, en dehors de tout fondement spécifique. C’est alors que, dans une quatrième partie, « Gestion du capital de visibilité », sont observés « les multiples effets de ce phénomène sur le monde professionnel, l’économie, le droit, ainsi que sur les émotions et les valeurs » (p. 260). Sont notamment présentés les « artisans de l’apparence » qui participent à mettre en valeur les stars ou à organiser leur gestion des relations avec le monde extérieur, de l’attachée de presse au garde du corps en passant par la maquilleuse ou le paparazzi.

4Il est alors temps pour l’auteure de glisser, dans la cinquième partie, « Expérience de la visibilité », vers une description plus subjective de l’expérience de la visibilité tant du point de vue des personnes célèbres que du public qui leur donne vie. Frissons, émotions, sentiments sont autant de mots qui caractérisent les manières dont le public des célébrités décrit son rapport à celle ou à celui qui est au cœur de sa fascination : Lady Di, Presley ou Travolta suscitent chez leurs fans des attachements individuels et collectifs spectaculaires — lettres d’amour, cérémonies de célébration, désirs intenses de voir et de toucher l’idole ou appropriation de ses traces… En retour, les stars sont traquées jusque dans leurs gestes les plus intimes et se voient imposer le dévoilement permanent de leur vie privée. La visibilité prend ainsi des formes tyranniques qui ne compenseraient pas toujours le bonheur d’être célébré.

5Pour conclure, dans une sixième et dernière partie, « Axiologie de la visibilité », N. Heinich s’essaie à identifier la « valeur » attachée à ce nouveau phénomène social, à saisir le « principe au nom duquel l’on estime les êtres et l’on mesure leur grandeur » (p. 493). Du point de vue des « savants », les personnes célèbres manqueraient fortement de légitimité en raison du manque de mérite attaché à la seule visibilité, loin des qualités héroïques attachées au talent, au sacrifice ou au courage. La « simple expression de la “personnalité”, voire de la “fabrication” de l’ “image” » (p. 504) fait de la visibilité une « grandeur sans mérite » pour les « savants » (p. 502). En revanche, pour les « simples », pour la majorité des gens selon l’auteure, la visibilité apparaîtrait comme « un facteur d’authentique grandeur » (p. 511). Est alors admirée, chez ces gens célèbres, la grâce reçue qui les distinguerait du commun des mortels, légitimant en retour l’admiration, la passion, la fascination de la foule pour ces stars, ces idoles, ces vedettes. N. Heinich en conclut d’ailleurs que « la visibilité est une valeur d’autant mieux acceptée, et une réalité d’autant plus présente, qu’on descend dans l’échelle hiérarchique, qu’il s’agisse des milieux sociaux, des niveaux d’étude, des classes d’âge ou des sexes » (p. 562).

6À travers cet ouvrage, N. Heinich rend compte avec brio d’un phénomène social qui affecte tous les moments de notre vie quotidienne et suscite de nombreux commentaires, savants, journalistiques ou profanes. Elle en rend compte de manière organisée et analytique, multipliant les exemples parlants et les anecdotes spectaculaires empruntés aussi bien aux collègues scientifiques qu’à la presse populaire ou à ses observations. Cependant, si le raisonnement fonctionne bien, dans le prolongement des nombreux travaux existant sur le sujet et cités par l’auteure avec pertinence, il manque en originalité et en capacité explicative pour deux raisons principales. D’une part, le matériau empirique mobilisé, de deuxième main pour l’essentiel, semble bien trop hétéroclite pour permettre de conclure de manière aussi radicale aussi bien sur la visibilité comme phénomène univoque que sur les fondements sociaux, économiques ou juridiques de cette réalité sociale. On aurait apprécié des preuves empiriques solides et systématiques, un matériau construit de manière méthodique comme ont pu le faire Alain Chenu sur les couvertures de Paris Match, Gabriel Segré sur les fans d’Elvis Presley ou Dominique Pasquier sur les fans d’Hélène et les garçons (trois recherches d’ailleurs abondamment citées par l’auteure). L’ouvrage se rapproche ainsi davantage de l’essai stimulant que de la démonstration scientifique et ne réussit guère en retour à développer une analyse approfondie de ce phénomène. D’autre part, et de manière liée nous semble-t-il, l’apport spécifique de N. Heinich à la littérature empirique déjà nombreuse, aurait pu être de nous aider à comprendre ce qui explique cet attrait d’une grande majorité pour les « personnalités » éclatantes, et à en préciser les éléments de constitution. Le grand sportif n’est pas le chanteur de rock, la princesse médiatique n’est pas la mannequin de Dior… Une analyse plus systématique des différences entre ces gens célèbres et entre leurs publics aurait sûrement permis à l’auteure d’avancer dans une meilleure compréhension empirique des raisons pour lesquelles certaines personnes sont attirées par certaines célébrités, éventuellement selon leur sexe, leur milieu social, leurs préférences sexuelles, leurs origines « ethniques » ou leurs trajectoires scolaires. L’opposition opérée entre « simples » et « savants » paraît ici bien faible pour rendre compte d’un phénomène si complexe. Là encore, la faiblesse du matériau empirique de première main ne permet guère d’avancer de nouvelles pistes d’analyse pour une meilleure compréhension de cette passion contemporaine pour l’authenticité, l’intimité ou la personnalité de nos stars.

7Cet ouvrage n’en reste pas moins un bel essai, fort stimulant et bien documenté, fondé sur de nombreux travaux empiriques de qualité, abordant avec brio les manières dont se transforment les valeurs de notre société contemporaine, entre passion démocratique et fascination aristocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Buscatto, « De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, N. Heinich »Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 3 | 2013, 413-415.

Référence électronique

Marie Buscatto, « De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, N. Heinich »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 3 | Juillet-Septembre 2013, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/11353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.11353

Haut de page

Auteur

Marie Buscatto

Institutions et dynamiques historiques de l’économie, CNRS et Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
16, boulevard Carnot, 92340 Bourg-La-Reine, France
marie.buscatto[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search