Navigation – Plan du site
Prix du jeune auteur

Pouvoir statutaire, pouvoir relationnel. Une analyse organisationnelle des architectes en situation de travail

Deuxième prix
Status and Relationships as Sources of Professionals’ Power: An Organisational Analysis of Architects at Work
Marie Piganiol
p. 253-272

Résumés

L’objectif de cet article est de contribuer au débat sur la vulnérabilité professionnelle. Il interroge la capacité des professionnels à défendre leur expertise dans des contextes organisationnels marqués par des formes de contrôle renouvelées et une division du travail poussée. Il s’appuie pour cela sur une enquête ethnographique de plusieurs mois portant sur le travail de conception d’un projet architectural parisien. Croisant les outils de la sociologie des professions avec ceux de la sociologie des organisations, nous proposons d’appréhender le pouvoir des professionnels non pas seulement comme un attribut statutaire lié à la professionnalisation d’un groupe social (pouvoir statutaire), mais aussi dans sa dimension relationnelle, c’est-à-dire comme une capacité d’action négociée dans un système d’interdépendances (pouvoir relationnel). L’article montre que face aux contraintes très fortes auxquelles ils sont soumis dans leur contexte de travail, les architectes développent des formes de résistance et de nouveaux espaces de pouvoir à partir de ressources qu’ils tirent, d’une part, de la solidité de leur statut et, d’autre part, des relations sociales qui composent leur contexte de travail.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 29 septembre 2015 ; accepté le 4 mai 2016

Notes de l’auteur

Des versions antérieures de cet article ont fait l’objet de discussions lors du congrès de l’Association française de sociologie à Nantes en 2013, du séminaire « Cities are back in town » à Sciences Po et du séminaire du CSO en 2014. Je remercie les participants pour leurs questions et leurs remarques. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à Henri Bergeron et à Patrick Castel avec lesquels j’ai eu l’occasion de discuter de nombreuses fois de ce travail et dont les commentaires m’ont permis de clarifier l’argument de cet article. Ce texte a également bénéficié des lectures minutieuses et des précieux conseils de Jérôme Aust, Sophie Dubuisson-Quellier, Célia Keren et Olivier Pilmis ; qu’ils trouvent ici l’expression de ma gratitude. Enfin, je remercie les membres du comité de rédaction de Sociologie du travail et du jury du Prix du jeune auteur 2015 pour l’accueil favorable qu’ils ont réservé à mon travail et pour leurs critiques constructives.

Texte intégral

  • 1 Nous entendons la profession dans son acception anglo-saxonne. Dans cette perspective, les professi (...)
  • 2 On peut citer à cet égard le rapport Attali rendu à Nicolas Sarkozy le 23 janvier 2008 et la loi n° (...)
  • 3 Le secteur de l’hôpital s’est mobilisé à la suite de l’appel lancé par Avenir Hospitalier, un regro (...)

1Les réformes et évolutions qui touchent depuis une vingtaine d’années les contextes de travail des professionnels, par exemple les médecins, les chercheurs ou les architectes, font l’objet de vifs débats publics et académiques1. Face à l’émergence ou à la visibilité accrue de nouveaux acteurs — gestionnaires et managers, agences publiques ou concurrents de marchés connexes —, la question de l’autonomie des professionnels fait surface. Si cette dernière est périodiquement remise en question par les responsables politiques, de droite comme de gauche2, elle fait en retour l’objet de mobilisations régulières de la part des groupes professionnels visés qui dénoncent les menaces pesant sur la qualité de leurs services, comme lors de la grève des médecins hospitaliers en octobre 2014, des manifestations de chercheurs un mois plus tard, ou à travers la publication du Livre Blanc des architectes3.

  • 4 À plusieurs égards, les architectes constituent un cas paradigmatique du phénomène professionnel. E (...)

2Certains travaux de sociologie des professions confirment les appréhensions exprimées par les professionnels sur le devenir de leur statut et des services qu’ils prodiguent. Le secteur de la santé a constitué un terrain d’étude privilégié à cet égard. Les récentes réformes des établissements hospitaliers soumettent les médecins à des injonctions de rentabilité et de redevabilité plus vives (Mas et al., 2011), fragilisent l’autorité des médecins face aux managers (Pierru, 2012) et affectent en conséquence la logique de soin (Belorgey, 2010). Ces évolutions ne concernent pas les seules professions médicales, selon Florent Champy (2009, 2011). Elles touchent l’ensemble des professions dont la rationalisation des contextes de travail remet en cause le caractère « prudentiel » de l’activité, c’est-à-dire la capacité à définir, à superviser et à évaluer les finalités et les moyens mobilisés dans leur travail. C’est en tout cas la thèse soutenue à partir du cas des architectes. Cas emblématique de profession assermentée4, les architectes seraient aujourd’hui menacés dans leur contexte de travail en raison d’une division et spécialisation accrue des tâches (qui se manifeste par l’émergence de nouveaux acteurs comme les bureaux d’études), d’une normalisation croissante (par un recours plus fréquent à des règles de certification de la qualité ou à des procédures de collaboration), d’une injonction à l’objectivité (dans des cahiers des charges abondant d’objectifs chiffrés) et d’une contractualisation étendue (les programmes sont plus souvent cadrés en amont du choix de l’architecte). Selon Florent Champy, la rationalisation des contextes de travail vulnérabilise les architectes : elle affecte leur autonomie de réflexion et de décision, et les dépossède de leur capacité à défendre leur conception de la qualité dans les projets architecturaux. In fine, elle menacerait la cohérence des valeurs esthétiques, fonctionnelles et même sociales dont les architectes seraient les garants.

  • 5 Nous reprenons la définition de l’autonomie telle qu’elle a été développée dans les travaux néo-wéb (...)

3Ces travaux, dont l’objectif est bien de faire la sociologie d’une profession particulière ou des professions en général, adoptent en conséquence une approche monographique : les professions sont étudiées dans différentes scènes sociales, ou aux étapes successives de leur professionnalisation. Une telle approche permet en effet de mettre en valeur les spécificités du phénomène professionnel. Il nous semble toutefois que la question de la vulnérabilité requiert aussi de s’interroger sur la façon dont les professionnels réagissent concrètement aux contraintes et aux acteurs qui menacent leur autonomie5. En effet, si on l’observe dans le cadre de l’exercice ordinaire de la profession, la question de la vulnérabilité ne se pose pas seulement à l’échelle du groupe professionnel : elle est liée à la capacité des travailleurs professionnels de faire valoir leur expertise et de réaliser leurs tâches comme ils l’entendent dans leur contexte de travail.

  • 6 Une fois sélectionnés, les architectes disposaient d’une dizaine de mois pour concevoir le projet a (...)

4À partir du cas des architectes, cet article questionne le pouvoir des professionnels dans des contextes de travail défavorables à leur autonomie. Pour cela, nous avons choisi d’approcher les architectes dans une perspective synchronique et in situ, c’est-à-dire par leur travail et par les relations qu’ils entretiennent avec les nombreux acteurs qui interviennent dans la conception architecturale. Pendant dix mois, nous avons observé le processus de conception architecturale de plusieurs bâtiments réalisés dans le cadre d’un grand projet urbain au Nord-Ouest de Paris (voir l’encadré 1). Nous avons pu analyser empiriquement les ressources et les marges de manœuvre dont disposaient les architectes pour défendre leur expertise face à leurs commanditaires. Or, à plusieurs égards, le projet architectural que nous avons étudié apparaît comme un cas paradigmatique des évolutions qui touchent les professionnels dans leur situation de travail. La diversité des programmes, la densité de l’opération, la multiplicité des normes et des contraintes urbaines réglementaires, les enjeux politiques et financiers ainsi que le calendrier très court de l’opération rendaient le projet particulièrement difficile à concevoir pour les architectes6. La complexité du projet était redoublée par le fort investissement d’acteurs extérieurs à la profession qui, des élus parisiens aux promoteurs, en passant par l’aménageur et les bureaux d’études, intervenaient directement dans la conception architecturale. Notre cas se présente ainsi comme une situation limite, plaçant les architectes dans un contexte organisationnel très contraignant, les soumettant à des injonctions variées et à un contrôle politique, économique et technique étroit.

Encadré 1. Présentation du terrain d’enquête
Entre octobre 2012 et juillet 2013, nous avons observé la conception de plusieurs opérations immobilières dans un projet urbain d’une cinquantaine d’hectares dans le Nord-Ouest de Paris. Ce travail d’observation nous a permis d’assister aux réunions de conception de plusieurs immeubles de logements, commerces, bureaux, ainsi que l’élaboration d’espaces publics. Nous avons ainsi pu étudier sur une longue période le déroulement et l’évolution des interactions entre les acteurs impliqués : promoteurs, architectes, aménageurs, bureaux d’études, services municipaux, élus. Par ailleurs, une quarantaine d’entretiens a été effectuée entre octobre 2012 et décembre 2014 auprès d’acteurs publics (élus, services administratifs de divers échelons d’action publics, établissements et agences publiques) et privés (architectes, urbanistes, promoteurs, bailleurs sociaux, aménageurs, bureaux d’études, constructeurs, associations et fédérations professionnelles) impliqués dans la réalisation du projet.
Le projet se composait de deux lots représentant 39 000 m2, regroupant des logements sociaux et libres, des résidences pour étudiants et doctorants, un immeuble de bureaux, des locaux commerciaux, un parking et une station de métro.

  • 7 Cette distinction ne résume pas la diversité des capacités d’action des professionnels dans le mond (...)

5Pour autant, les architectes sont-ils seuls contre tous dans ces situations de travail ? Nous soutenons que face aux contraintes très fortes auxquelles ils sont soumis, les architectes développent des stratégies de résistance et trouvent de nouveaux espaces de pouvoir à partir de ressources qu’ils tirent, d’une part, de la solidité de leur statut et, d’autre part, des relations sociales qui composent leur contexte de travail. L’objectif de cet article est ainsi de contribuer au débat sur la vulnérabilité des professionnels en proposant de distinguer deux formes de pouvoir : le pouvoir statutaire et le pouvoir relationnel7. La première forme de pouvoir rejoint l’acception que développe la sociologie des professions d’inspiration néo-wébérienne. Le pouvoir est analysé à l’échelle des groupes professionnels et constitue le corollaire de l’autonomie dont ils jouissent, lorsqu’ils ont acquis une situation d’exclusivité dans leur activité. Dans cette perspective, le pouvoir résulte de leur capacité à fermer leur territoire à leurs seuls membres, par exemple en ayant recours à l’État (Freidson, 1982 ; Starr, 1982) ou en revendiquant le monopole d’un savoir abstrait (Abbott, 1999). La deuxième forme de pouvoir est constitutive de la sociologie des organisations. Dans cette perspective, le pouvoir est local et négocié, et se comprend au regard des relations d’interdépendance entre des acteurs devant agir collectivement : il renvoie alors à la capacité de certains acteurs à agir sur d’autres groupes ou individus (Dahl, 1957 ; Friedberg, 1993). La possession d’un savoir abstrait ou d’un monopole d’activité ne constitue ainsi que l’une des sources de contrôle dans une organisation donnée. Dans ces travaux, le pouvoir résulte également de la maîtrise des rapports entre une organisation et son environnement, du contrôle des flux d’information entre les acteurs, et de la définition des règles (Friedberg, 1988). Dans cette perspective, le lien entre la rationalisation des contextes de travail et la fragilisation des professionnels concernés n’est pas mécanique : la capacité d’agir est à chaque fois singulière et ne peut être préjugée.

6Après avoir présenté le projet architectural et les acteurs qui le composent, nous analyserons la manière dont les outils de contrôle agissent sur le travail des architectes dans les projets. Nous mettrons ensuite en évidence les formes de résistance que déploient les architectes pour défendre leur expertise. Nous verrons que, pour autant qu’ils puissent percevoir et saisir les ressources que leur ouvre leur contexte de travail, les architectes peuvent tirer de la conception des formes de pouvoir statutaire et relationnel.

1. Présentation du projet architectural

7En dehors d’un grand équipement au nord du futur quartier dont la conception est confiée à un architecte mondialement connu, ce projet urbain sollicite des agences d’architectes dont la taille, l’ancienneté et les moyens sont très contrastés. Le projet architectural que nous avons étudié regroupe trois agences d’architectes. La première agence, installée depuis 1993 à Paris, est composée d’une vingtaine d’architectes et réalise l’essentiel de ses projets en Île-de-France. La deuxième, installée à Roubaix depuis 2000, regroupe une quinzaine de personnes travaillant dans toute la France. Sur ce projet, l’agence collabore avec un architecte indépendant, travaillant seul dans sa propre agence. Enfin, la troisième agence, créée en 1981, compte plus de 160 architectes installés à Lyon, Paris, Kiev et Varsovie, et réalise des projets en France et à l’étranger. Chacune des agences est responsable d’une partie des programmes. La première a pour charge de réaliser un bâtiment de bureaux et deux immeubles de logements ; la deuxième doit réaliser trois immeubles de logements sociaux, une résidence pour étudiants et jeunes travailleurs et des appartements pour doctorants ; enfin, la troisième conçoit les locaux commerciaux situés aux rez-de-chaussée des autres programmes.

  • 8 Bertrand Delanoë, alors Maire de Paris, avait promis en 2008 l’installation de 200 000 m2 de pannea (...)

8La conception des bâtiments n’implique pas la seule présence des architectes. Cette opération urbaine est d’abord fortement investie par les élus parisiens pour qui ce projet présente des enjeux politiques forts, en particulier au regard des objectifs environnementaux qu’il permet d’atteindre. Ceux-ci sont suivis par les élus avec d’autant plus d’acuité qu’ils font l’objet de promesses électorales et sont inscrits dans des documents cadres de la ville de Paris8. Le contrôle politique de la conception du quartier passe ensuite par l’intermédiaire d’un acteur spécifique, l’aménageur. Nommé et financé en grande partie par la Ville de Paris, l’aménageur travaille au service de cette dernière. Le rôle de l’aménageur consiste à acheter les terrains que la Mairie veut rénover, à préciser avec elle le contenu des différents programmes, avant de procéder à l’aménagement des terrains à proprement parler par la dépollution des sols et la réalisation de voiries et de réseaux. L’aménageur fournit aux architectes et aux promoteurs deux cahiers des charges : un document général et un cahier des charges environnemental (le cahier de prescriptions environnementales et de développement durable, CPEDD). L’aménageur est organisé en deux directions — celles de l’aménagement et de l’ingénierie — supervisées par un secrétariat général dont relèvent les responsabilités financières et juridiques. C’est aux responsables de l’aménagement (chefs de projet et directeur) qu’incombe le suivi de l’intégralité de la phase de conception : ils veillent à ce que les architectes et promoteurs respectent les objectifs des cahiers des charges. Assurant la médiation avec les concepteurs, ils vérifient régulièrement la faisabilité financière, juridique et technique des esquisses successives auprès du secrétariat général et de la direction de l’ingénierie.

  • 9 Le promoteur assure et finance la construction d’immeubles. Son objectif consiste à tenir l’économi (...)
  • 10 Il s’agit des rendements sur plan : sur le nombre de m2 constructibles que le promoteur achète à l’ (...)

9Le projet implique ensuite une équipe de promoteurs chargés de financer l’opération9. Deux entreprises de promotion sont associées sur le lot. La première, qui joue également le rôle de coordination, s’occupe des programmes de logement (accession libre, logements sociaux et résidences spécialisées) et de bureaux. La seconde prend en charge la réalisation des commerces. Les enjeux économiques de ce projet conduisent les deux entreprises à encadrer très étroitement et de manière hebdomadaire le travail des architectes : le bilan de l’opération représente la moitié du chiffre d’affaires de l’année du premier groupe sur toute la France. En raison des prix élevés du marché foncier parisien et de la dimension prototypique du projet, les promoteurs veillent en priorité à maximiser les surfaces habitables sur les terrains10 et à maîtriser les coûts techniques de l’opération. Sur le projet, chaque programme de logement, de bureau et de commerce est piloté par un chef de programme avec qui les architectes travaillent directement. Les chefs de programme sont responsables de la commercialisation des bâtiments et contrôlent régulièrement l’équilibre économique de l’opération avec la direction financière de leur entreprise. La coordination de l’ensemble des programmes du lot est enfin assurée par deux assistants à maîtrise d’ouvrage travaillant à plein temps sur l’opération et assistant à l’ensemble des réunions avec les architectes et aménageurs. En plus du contrôle régulier du rendement des plans des architectes, les deux sociétés de promotion font intervenir très en amont sur ce projet l’entreprise de construction dans une procédure de prix maximum garanti (PMG) : tout au long de la phase de conception, les éléments des plans des architectes sont régulièrement chiffrés par l’entreprise qui s’engage sur un coût global de construction auprès du promoteur.

10Enfin, le travail de conception du projet fait intervenir auprès des architectes de nombreux acteurs spécialisés. Outre les experts que l’on retrouve dans la plupart des projets immobiliers, comme les bureaux d’études techniques (structure, fluide, coordination), la Ville de Paris oblige l’équipe sélectionnée à s’entourer d’un paysagiste et d’un bureau d’études spécialisé en développement durable. Tous deux ont pour mission de conseiller les architectes sur les performances environnementales des bâtiments et de fournir à l’aménageur et à ses propres bureaux d’études des évaluations régulières des plans au regard du CPEDD tout au long du processus de conception.

  • 11 La loi n° 77-2 du 3 janvier 1977 sur l’architecture impose le recours aux architectes diplômés par (...)

11Notre cas se présente donc schématiquement comme un système d’interdépendances opposant, autour d’intérêts non congruents et de ressources singulières, les responsables de l’aménagement au sein de la société d’aménagement (délégataires du pouvoir politique), les chefs de programme et coordinateurs des deux entreprises de promotion immobilière (détenteurs de ressources financières) et les architectes (disposant réglementairement du monopole d’activité sur le projet)11. Autour de chacun d’eux gravitent des experts, travaillant notamment dans des bureaux d’études environnementaux, chargés de préciser, d’ajuster et de concilier les projets aux objectifs et aux intérêts des uns et des autres. Ce système d’acteurs fait apparaître des formes de contrôle politique, économique et technique étroit du travail de conception architecturale.

2. Des contrôles politiques et économiques du travail architectural

12Le contexte de conception présente plusieurs propriétés qui contraignent le travail des architectes : un nombre très important d’acteurs reflétant une division du travail poussée, des instruments de régulation de la qualité (notamment de la qualité environnementale des bâtiments), des outils d’évaluation quantitatifs, et une contractualisation de la conception (au moyen de cahiers des charges détaillés et engageants pour les concepteurs). Ces formes de contrôle sont fixées et mobilisées par les commanditaires des services architecturaux : l’aménageur et le promoteur. Nous allons voir que les architectes sont soumis à des formes de contrôle politique d’une part, et de contrôle économique d’autre part, qui les conduisent à rendre compte de leurs choix esthétiques et fonctionnels de manière systématique.

2.1. Contrôle politique et pouvoir hiérarchique en amont de la conception

13Le projet urbain que nous avons étudié appelle l’intervention d’un aménageur qui joue un rôle pivot dans la conception du quartier et des bâtiments qui le composent. Il intervient dans la définition des programmes, assure la supervision et l’évaluation de leur conception. Il est chargé d’agir comme intermédiaire entre les élus et les services de la ville d’un côté, et les promoteurs et architectes de l’autre côté. Cette position lui confère des ressources pour agir sur la conception des bâtiments du futur quartier.

14Dans notre cas, les responsables de l’aménagement disposent de trois types de ressources pour cadrer le travail des architectes. Ils sont premièrement les délégataires des demandes politiques des élus locaux. Cette position leur confère une légitimité et une place privilégiée dans la construction et la circulation de la réputation des promoteurs et des architectes. Pour ces deux derniers acteurs, la création et la stabilisation de leur capital social sont au principe de leurs stratégies de développement : le fonctionnement des consultations qui s’appuie sur les références des candidats renforce des processus cumulatifs où la sélection des architectes et des promoteurs s’appuie en partie sur leurs projets passés. Deuxièmement, les responsables de l’aménagement mobilisent des bureaux d’études qui ont pour mission de traduire les demandes politiques des élus dans des cahiers des charges destinés à cadrer la conception en amont du choix des architectes et des promoteurs. Les bureaux d’études qui ont développé une expertise environnementale occupent une place conséquente dans notre projet urbain parisien. Ils produisent des instruments de cadrage, d’évaluation, et de conseil à la conception architecturale. Troisièmement, les responsables de l’aménagement sont pourvoyeurs de terrains à bâtir et le restent jusqu’à la validation du travail de conception. La possession des terrains et la possibilité d’en négocier le prix à l’issue de la conception constituent un moyen de pression fort sur les promoteurs. Indirectement, les injonctions que les responsables de l’aménagement adressent aux chefs de programme des promoteurs ont une incidence sur le contenu des commandes du projet, et donc sur le travail des architectes. Ces trois formes de contrôle politique confèrent aux responsables de l’aménagement une forme de pouvoir hiérarchique sur le projet d’architecture : ils sont en mesure de fixer les règles de conception en amont du projet, et de les adosser à des ressources politiques et foncières essentielles pour les équipes sélectionnées.

15Les responsables de l’aménagement disposent d’un large répertoire d’outils techniques et réglementaires pour cadrer le travail des équipes de promoteurs et d’architectes dans le travail de conception. Ils rédigent, avec l’urbaniste en charge de la coordination du quartier, le cahier des charges programmatique (indiquant le type de bâtiments à réaliser, leur emplacement, le nombre de m2 à construire et leur répartition, les hauteurs maximales à respecter, le calendrier, le type de montage commercial, etc.), gèrent l’acquisition et la cession des terrains, définissent le phasage ainsi qu’un pré-bilan de l’opération, participent à la sélection des équipes de maîtrise d’œuvre et fixent des réunions régulières de recadrage de la conception.

16Si les dispositifs de programmation sont communs à la plupart des opérations d’aménagement, la spécificité de notre projet urbain réside dans la démarche prototypique de la Ville sur les questions environnementales. En conséquence, les responsables de l’aménagement élaborent avec leurs bureaux d’études, leur urbaniste et leur paysagiste un cahier des charges spécifique : le cahier de prescriptions environnementales et de développement durable (CPEDD). Concrètement, le CPEDD expose le contexte urbain et environnemental de l’opération urbaine, définit les engagements généraux et les certifications associées de la Ville de Paris, de l’aménageur et des promoteurs sur les questions environnementales, précise les exigences environnementales pour chacun des thèmes considérés comme prioritaires (comme l’énergie, le confort thermique et l’éclairage naturel), énumère la liste des bilans, plans et schémas correspondant à chaque étape de la conception, et fournit enfin les indicateurs à atteindre pour chacune des cibles, en précisant la méthodologie et les hypothèses à suivre. Le cahier des charges a une portée contractuelle pour les équipes d’architectes et de promoteurs. Pour toute dérogation, les promoteurs doivent payer des sanctions financières à l’aménageur. Les chefs de programme ont donc intérêt à surveiller étroitement le travail des architectes au cours du projet. Le CPEDD et son caractère contraignant contreviennent ainsi à l’autonomie des architectes parce qu’ils touchent directement aux éléments fondamentaux de la conception architecturale, comme la morphologie ou le choix des matériaux.

17Pour réglementer la qualité environnementale des bâtiments, les responsables de l’aménagement et leurs experts environnementaux ont traduit les objectifs politiques de la Ville en une série de règles et d’objectifs quantitatifs que doivent tenir les architectes. Sur les objectifs d’énergies renouvelables par exemple, ils indiquent le volume annuel de production photovoltaïque du futur bâtiment, ainsi que le protocole méthodologique à suivre pour évaluer la performance de chaque projet. Le cahier des charges impose aux architectes le type d’informations à produire, les hypothèses à prendre en compte, l’échelle de calcul et les logiciels de simulation à utiliser. Le niveau de détail est voué à croître à mesure de l’avancement du projet et soumet les architectes à un niveau croissant de contraintes.

18Le cahier des charges environnemental n’a pas pour seule ambition d’alimenter les éléments à prendre en compte par les architectes dans la phase de diagnostic. Il est mobilisé par les responsables de l’aménagement à étapes régulières du travail de conception. Dès la phase de concours, en amont du processus de conception, il sert de support aux membres du jury pour sélectionner les architectes : les esquisses qui dérogent aux principes généraux du cahier des charges environnemental sont écartées. C’est ce qu’indique cet ancien chef de projet à la direction de l’aménagement :

« X [l’expert environnemental de l’aménageur] nous l’a très bien expliqué et démontré : si vous avez un bâtiment très vitré, vous ne tiendrez pas les exigences. Donc on a fixé des exigences qui servent de garde-fous, par exemple sur le taux de vitrage. Si vous avez des fenêtres plus grandes, vous allez avoir plus de lumière, mais en thermique c’est mauvais. […] Donc c’est aussi pour éviter que les architectes au concours arrivent avec un projet de logement avec 50 % des surfaces vitrées, parce qu’on sait que de toute manière on ne le tiendra pas. Quand tout est vitré, on sait qu’on va être rattrapé par les calculs thermiques. On fait les calculs de manière très simplifiée au stade concours, même s’il y a toujours des gens qui disent qu’ils y arriveront… C’est souvent fallacieux. Parfois on nous vend des images en concours avec des bâtiments très vitrés, inondés de lumière, et après c’est pas évident parce que […] on sait que c’est une catastrophe thermique. Donc c’est pour éviter ce genre de déconvenues » (Chef de projet [au moment de la rédaction du CPEDD] ; direction de l’aménagement, aménageur, entretien du 14/03/2013).

19Une fois les architectes désignés, chaque réunion de travail de conception est l’occasion pour les responsables de l’aménagement de recadrer les esquisses intermédiaires du projet des architectes et des promoteurs au regard du CPEDD. En intégrant des métriques standardisées qui permettent de mettre les esquisses en équivalence, de les comparer, et de les évaluer à l’aune de leur performance thermique, le cahier des charges environnemental est mobilisé par les responsables de l’aménagement comme un moyen de peser sur les projets des architectes. Or, ces instruments sont d’autant plus contraignants qu’ils sont soutenus par des acteurs politiques puissants. C’est ce que suggère l’une des chefs de projet à la direction de l’aménagement au moment de la conception :

« Au niveau technique, on a tout un arsenal qui a été mis en place et qui est soutenu par le Plan Climat et par les élus qui ont défendu certains objectifs et qui ont communiqué dessus : le photovoltaïque par exemple, c’est un truc… les gens, tout le monde a retenu 40 000 m² de photovoltaïque, mais maintenant nous il faut qu’on les fasse ! Les opérateurs [les promoteurs] nous disent : “vous êtes sûrs ?” “Si vous n’êtes pas d’accord, allez voir Anne Hidalgo !” C’est une caution solide » (Chef de projet, direction de l’aménagement, aménageur, entretien du 22/01/2014).

20Les indicateurs intégrés dans le cahier des charges n’ont pas seulement vocation à accroître la performance énergétique des constructions. Les règles fixées en amont de la conception structurent fortement l’espace des schématisations possibles et contribuent à créer de nouveaux problèmes (comme la performance énergétique des façades) que l’expertise des architectes ne permet pas de résoudre à elle seule. Ces règles sont pensées comme des leviers déployés par les bureaux d’études et les responsables de l’aménagement pour obliger des acteurs disposant réglementairement d’un monopole d’activité à renouveler leurs registres de conception. Pour cela, les bureaux d’études et l’aménageur répertorient les solutions de conception architecturale susceptibles d’atteindre les objectifs, en proposant par exemple différents traitements architecturaux de façades équipées de modules photovoltaïques (voir la figure 1).

Figure 1. Exemple de traitements architecturaux de panneaux photovoltaïques installés sur des façades

Figure 1. Exemple de traitements architecturaux de panneaux photovoltaïques installés sur des façades

Source : CPEDD, ZAC Clichy-Batignolles Secteur Ouest, Paris Batignolles Aménagement, 07/05/2012, p. 54.

21Le déploiement d’objectifs quantifiés et de propositions techniques associées crée l’illusion que le traitement architectural peut se passer de la phase d’inférence du travail de conception. Entendue comme une chaîne de mise en problèmes et de déduction caractéristique du travail professionnel (Abbott, 1999), l’inférence renvoie au processus de définition d’une solution lorsque cette dernière ne peut émerger directement du problème initial. En faisant « comme si » le traitement architectural pouvait naturellement se déduire d’une série de contraintes fixes, le CPEDD vise à éroder la dimension discrétionnaire du travail professionnel en décloisonnant la phase intermédiaire d’inférence. La mobilisation des instruments de conception n’a donc pas pour seule ambition de définir les propriétés des projets urbains et architecturaux. En intervenant directement dans la hiérarchisation des principes de conception, les responsables de l’aménagement et leurs bureaux d’études cherchent à décloisonner le travail architectural et à contester aux architectes le monopole de leur expertise :

« C’est aussi une démonstration qu’on cherche à faire. On est conscient qu’on est dans de l’expérimental. Le but c’est qu’on arrive aussi à faire de l’architecture avec des panneaux photovoltaïques. C’est quelque chose auquel on croit beaucoup, et qui n’est pas complètement évident, parce qu’aujourd’hui, des brise-soleil photovoltaïques, il y a plein de bureaux qui en ont, c’est souvent moche, il faut dire ce qui est. C’est qu’il n’y a pas eu de réflexion. Et nous on est persuadé qu’on peut l’intégrer. On est persuadé qu’on peut le faire […]. On s’était dit effectivement qu’il fallait… on avait fait en sorte que l’objectif ne soit pas vraiment atteignable raisonnablement sans mobiliser les façades. Mais on n’avait pas voulu écrire qu’il fallait faire du photovoltaïque en façade. C’était un peu hypocrite, mais on s’était dit qu’on laissait quand même le degré de liberté en fait, tout en sachant que ce serait très compliqué de le faire sans mobiliser les façades » (Expert, bureau d’études environnemental auprès de l’aménageur, entretien du 14/03/2013).

« Tous ces gens-là [les experts environnementaux] ont une action assez forte, on ne se rend pas toujours compte encore, sur l’écriture architecturale des projets, en fait. La réponse pragmatique à pas mal de ces exigences du CPEDD aboutit à une nouvelle écriture architecturale. Qu’on va devoir accepter. Parce que des solutions adaptées avec des contraintes fixes, eh bien il n’y en a pas 50 000. Et nous, on a encore du mal, et notamment sur le photovoltaïque. Donc quand on les met horizontaux, c’est qu’on ne veut pas que ça se voie. […] Un panneau, si l’on veut qu’il soit performant, il est à … 30° ou 45°, et les bureaux d’études, ils sont très… ils comprennent pas, ils doivent nous trouver vieux cons quelque part, parce que eux, ça ne les gène pas qu’une façade soit recouverte de plein de panneaux comme ça à 30°. […] Pour nous, le rendu esthétique, il est aussi important que le rendu des panneaux, tant pis si le rendu n’est pas au top du top, mais nous on préfère qu’il soit intégré parce que pour l’instant on trouve ça assez moche ! » (Architecte, entretien du 30/07/2013).

22Le CPEDD présente donc plusieurs propriétés qui permettent aux responsables de l’aménagement de peser sur le travail de conception des architectes. Premièrement, l’expertise environnementale qu’il mobilise reste relativement peu investie par les architectes eux-mêmes, qui sont en conséquence moins équipés pour la contester (Cauchard, 2015). Deuxièmement, cette expertise est soutenue par des acteurs disposant de ressources politiques et foncières indispensables aux architectes. Troisièmement, le CPEDD est défini en amont de la conception et est mobilisé par les responsables de l’aménagement tout au long du projet.

2.2. Contrôle économique de la conception architecturale

23Le travail de conception confronte les architectes aux chefs de programme des deux entreprises de promotion, qui disposent eux aussi de ressources pour agir sur leurs choix. Ces ressources sont de trois types. Premièrement, elles proviennent de la capacité des promoteurs à mobiliser les capitaux nécessaires à la réalisation du projet. Deuxièmement, les promoteurs sont les seuls à entretenir des relations avec les acquéreurs des immeubles futurs. Les architectes n’ont pas accès à la demande finale : ils doivent donc s’appuyer, dans le travail de conception, sur les informations relayées par les chefs de programme concernant les attentes des investisseurs finaux. Cette position permet aux promoteurs de reformuler et de filtrer les demandes conformes à leurs intérêts. Troisièmement, dans le cadre de ce projet les chefs de programme ont sollicité l’entreprise de construction en amont de la conception. Chargée, comme son nom l’indique, de la réalisation des bâtiments, celle-ci est généralement mobilisée une fois le travail de conception terminé et validé par les services municipaux. Sur cette opération, les promoteurs font intervenir l’entreprise de construction pendant la phase de conception, dans une procédure de prix maximum garanti (PMG) : les éléments des plans des architectes sont régulièrement chiffrés par l’entreprise qui s’engage sur un coût global de construction auprès des promoteurs. L’entreprise propose en outre des « optimisations » des postes des dépenses, c’est-à-dire des solutions techniques alternatives de réduction des coûts : elles concernent le plus souvent le choix de matériaux moins onéreux, et une simplification d’éléments esthétiques, généralement sur les façades. Pour les chefs de programme, cette procédure permet de sécuriser leur bilan financier puisqu’ils obtiennent ainsi une garantie sur leurs coûts de construction. Cette procédure autorise donc les promoteurs à contrôler plus étroitement le travail des architectes : l’entreprise de construction fournit tout au long du travail de conception des données chiffrées à partir des éléments des plans des architectes. Là encore, les promoteurs cloisonnent les relations entre l’entreprise de construction et les architectes. Le chiffrage financier des plans est connu des seuls promoteurs (chefs de programme et coordinateurs) qui peuvent s’en servir pour contester les choix esthétiques et fonctionnels des architectes. Les architectes sont donc contraints par le pouvoir que les promoteurs tirent de leur capacité à organiser l’opacité entre des univers sociaux disjoints mais interdépendants.

24D’une certaine manière, les promoteurs rejoignent la figure de l’« entrepreneur-frontière » proposée par Henri Bergeron et al. (2013). Placés au croisement d’univers sociaux séparés, ils organisent et traduisent les informations indispensables aux architectes, cherchent à modifier la logique de travail de ces derniers, tout en renforçant les frontières qui séparent les architectes des constructeurs et des acquéreurs. Cette position permet en effet aux promoteurs d’infléchir les choix architecturaux qu’ils jugent trop coûteux :

« L’argument, c’était massue. On leur a dit : “on a fait chiffrer vos projets tels que vous les avez dessinés ; ils coûtent x, nous on a un budget de y, qui est de 40 % inférieur à x. Soit on rentre dans le budget y et on fait l’opération, soit vous restez sur vos positions et on ne fait pas l’opération”. L’architecte, il avait je ne sais pas combien de millions d’euros d’honoraires à la clé. Donc il ne pouvait pas se permettre non plus de dire “ah non, ce projet il me saoule, je passe à autre chose”. […] J’ai mis en place un système de cartographie, un tableau Excel A3 où vous avez une liste d’optimisation par lot et par programme : parking, résidence étudiante… Et du coup, d’un seul coup d’œil vous pouvez savoir : telle optimisation sur le bureau c’est… 150 000 €. Donc ça permettait de faire un arbitrage facile. Ça, ça me va, c’est que 40 000 €, l’archi se braque dessus, on y renonce […]. Mais les garde-corps vitrés qui étaient complètement exorbitants, il n’y avait aucun élément métallique, il a lâché l’affaire, ça coûtait un million d’euros… c’était ça toute l’intelligence qu’on a essayé de développer dans ce truc, c’est qu’il n’ait pas accès aux prix réels. On lui a donné des éléments, mais à un moment… On lui proposait quelque chose, et on ne lui donnait pas toute la lisibilité » (Coordinateur du projet, promoteur, entretien du 18/07/2013).

25La mobilisation d’éléments de chiffrage par les promoteurs contribue à intervertir les étapes du travail professionnel : en obligeant les architectes à s’engager sur des délibérations au début du travail de conception, les promoteurs les forcent à décloisonner les étapes intermédiaires de la conception. Instrumenter finement les conditions du traitement architectural leur permet de renforcer leurs outils d’arbitrage, mais aussi d’agir directement dans la phase d’inférence du travail architectural. Le déploiement d’outils managériaux autorise ainsi les promoteurs à contester l’autonomie de réflexion et de choix dont les architectes pouvaient auparavant se prévaloir. Il agit sur la temporalité, le contenu et l’articulation des tâches qui composent la phase d’inférence. C’est ce qu’indique l’une des architectes du projet :

  • 12 Après les premières « esquisses » permettant de sélectionner un groupe d’architectes sur un projet, (...)

« Ce qui est compliqué, c’est que notre maîtrise d’ouvrage [le promoteur] a décidé de lancer une procédure en PMG [prix maximum garanti] pendant l’APS [avant-projet sommaire]12, donc en fait ça a perturbé la linéarité, la progression normale et logique du projet. C’est-à-dire qu’on a dû se retrouver à travailler sur des détails, alors que le projet n’était pas encore assez avancé pour travailler sur des détails, pour les présenter. Généralement on les fait, mais pour nous. On y pense, mais c’est pas officiel. Et donc on a dû passer beaucoup de temps à faire ça, déjà pour nous. Pour garantir un certain nombre de prestations. Et puis on a dû s’adapter aux demandes d’économies. Juste après la fin de l’atelier, on a commencé à nous dire que tout ce qu’on avait proposé allait coûter trop cher, et que donc il fallait revenir dessus. Donc ça a été un peu brutal. Et surtout c’était inattendu, on ne savait pas. C’est particulier. Par exemple, sur le loyer maîtrisé, on a enlevé toute une façade de balcon filant sur le cœur d’îlot. Il y a eu toute une discussion sur la façade des logements sociaux. Sur les bureaux, il y a eu beaucoup de changements de prestations en façade. Des matériaux de façade, des types de menuiseries… sur les logements, il y a des prestations intérieures qui ont été supprimées pour faire des économies. Tout ça c’est plutôt le promoteur qui a arbitré » (Architecte, entretien du 31/07/2013).

26Soumis à un contrôle politique et économique étroit prenant la forme d’outils managériaux structurant respectivement l’amont (le diagnostic) et l’aval de la conception (le traitement), les architectes sont contraints d’ouvrir en partie la phase d’inférence de leur travail et tenus de rendre compte de leurs choix de manière systématique.

3. Les ressources de la résistance des architectes

27Comment les architectes réagissent-ils aux fortes contraintes auxquelles ils sont soumis dans ce contexte de travail ? Nous allons voir qu’ils développent des stratégies de résistance et retrouvent de nouvelles formes de pouvoir, en puisant des ressources à la fois dans leur statut et dans les relations sociales qui composent leur contexte de travail.

3.1. Les ressources du pouvoir statutaire

28Si le contexte de travail que nous avons présenté fait peser de fortes contraintes sur les architectes, ces derniers ne sont pas démunis pour défendre leur rôle et leur expertise dans la conception. Leur capacité à déployer des stratégies de résistance s’explique en partie par la persistance de logiques statutaires qui leur sont favorables. Nous allons voir que la pérennité de leur statut se manifeste de deux manières. Premièrement, les commanditaires du projet (les promoteurs et les aménageurs) gardent une conscience aiguë des frontières qui les séparent des architectes pour ce qui touche au cœur de la conception, c’est-à-dire à l’activité projectuelle. Les outils qu’ils mobilisent pour défendre leurs propres intérêts dans le projet visent moins à remettre en cause le monopole d’activité des architectes qu’à les obliger à rendre compte de leurs choix de manière systématique. Deuxièmement, la division du travail de conception qu’implique le projet étudié ici ne place pas les architectes et les acteurs périphériques (les bureaux d’études) sur un pied d’égalité. Les hiérarchies restent très sensibles dans la répartition des tâches de la conception.

  • 13 Nous suivons en ce sens Florent Champy (2009, 2011) qui place la culture professionnelle au cœur de (...)

29En dépit des outils qu’ils déploient pour cadrer le travail de conception en amont et en aval de la conception, les responsables de l’aménagement et les promoteurs touchent finalement peu au cœur de l’activité des architectes. Cela est d’autant plus surprenant a priori que l’expertise architecturale est largement distribuée parmi les acteurs du projet. En effet, un certain nombre d’agents formés dans des écoles d’architectes sont présents chez les aménageurs, au sein des bureaux d’études et même chez les promoteurs du projet. Détenteurs d’un diplôme d’architecte, socialisés à la culture du groupe professionnel, certains ont même exercé en tant qu’architectes DPLG pendant plusieurs années. Loin de menacer les architectes dans leur monopole, ces agents font au contraire preuve d’une profonde adhésion aux valeurs constitutives de la profession, aux membres de laquelle ils reconnaissent une distinction statutaire. Les propos suivants sont extraits d’entretiens avec deux agents travaillant sur ce projet dans la société d’aménagement et auprès des promoteurs. Tous les deux diplômés d’une école d’architecture, ils possèdent les savoirs et savoir-faire constitutifs de la profession et sont sensibles aux valeurs que doit revêtir une œuvre architecturale13. Pourtant, ils considèrent que les architectes sont les seuls à posséder une vision cohérente du projet à l’échelle du bâtiment, à assumer l’intégrité esthétique du bâtiment et à disposer du cadre réglementaire qui les autorise à monopoliser l’activité projectuelle :

« Nous on est plutôt à l’échelle urbaine, donc on doit articuler les enjeux urbains, les usages, la qualité architecturale, l’ambiance du quartier, et puis aussi quand même les enjeux financiers sur l’opération. Moi je suis architecte-ingénieur, et j’ai fait du génie climatique et j’ai fait un double cursus avec l’école d’archi, donc là où j’étais sensible dans la discussion c’est que… on ne peut pas dire à un archi “tu fais comme ça parce que c’est plus performant”. Parce qu’à un moment il faut respecter… il faut respecter l’intégrité du projet du concepteur. Amener le concepteur à se poser des questions, oui, à répondre à des questions de la meilleure façon possible, oui. Mais on ne peut pas lui démonter son projet en lui disant… Parce que c’est son choix. Le concepteur doit être là pour entendre les avis et faire ses choix » (Chef de projet, direction de l’aménagement, aménageur, entretien du 22/01/2014).

« Le bâton de pèlerin, c’est le maître d’œuvre… Nous on n’est pas maîtres d’œuvre, on n’a pas vocation à l’être même si après, on a aussi le droit d’avoir des idées, mais il faut que chacun reste à sa place. Tu vois pour les bureaux, j’ai trouvé dommage que [l’architecte] n’ait pas traité ce déhanchement tel qu’il l’avait pensé à l’origine. Ce qui fait que c’était une façade qui était un peu en surplomb. Ça supposait de traiter la façade de manière différente, mais il avait un parti esthétique tellement accroché en tête que… mais après ça tu respectes, c’est le choix du maître d’œuvre » (Coordinateur, promoteur, entretien du 18/07/2013).

30Les logiques statutaires traversent également la division du travail architectural entre les architectes et les acteurs périphériques à la profession, comme les experts des bureaux d’études environnementaux. Alors que l’expertise de ces derniers est fortement valorisée dans le cadre du projet urbain, les bureaux d’études se cantonnent au « sale boulot » (Hughes, 1996) ou aux tâches les plus « impures » (Abbott, 1981), c’est-à-dire aux parties ingrates de la pratique professionnelle et mobilisant peu de savoir abstrait. Ils réalisent les opérations de classement, de traduction et de synthèse des documents nécessaires au travail de diagnostic des architectes. Ils sont par ailleurs régulièrement sollicités par ces derniers pour leur fournir des informations spécifiques sur la performance des matériaux ou pour réaliser l’évaluation environnementale des esquisses successives. Ces opérations sont généralement chronophages et pourtant nécessaires aux architectes :

« C’est-à-dire que dans un projet à l’ancienne on a un bureau d’études tous corps d’État qui va faire une vérification un peu moins poussée des objectifs environnementaux à la fin de la phase, c’est assez typique. Or, là, sur ce genre de projet, il faut travailler main dans la main avec un bureau d’études spécialisé, et travailler main dans la main avec l’ingénieur tout au long de la phase de conception, parce qu’évidemment… je veux dire, on s’appelle tout le temps. On demande… par exemple, toutes les épaisseurs de matériaux, les types de matériaux, etc., tout ça, ça a été demandé à notre ingénieur avant de vraiment dessiner les choses. Et les maquettes 3D étaient régulièrement envoyées à F. [l’expert environnemental de la maîtrise d’œuvre] pour vérifier qu’il n’y avait pas de problème majeur. Et on se voyait au moins deux fois par semaine. […] F., c’est son rôle, ils parlent le même langage avec les AMO [les experts de l’aménageur]. Moi je connais les coefficients de porosité, les coefficients de… je vois en gros, mais je suis incapable de comprendre tous les tableaux avec les exigences environnementales. Et comme F., il connaît très bien tout ça… donc il a servi d’intermédiaire, il a synthétisé tout, il a produit énormément de notes » (Architecte, entretien du 31/07/2013).

  • 14 Sur ce point nous rejoignons à nouveau Florent Champy (2011), pour qui la juridiction des architect (...)

31Cet extrait illustre de deux manières la persistance du statut dans la division du travail expert. Premièrement, si les bureaux d’études se saisissent de certaines modalités du travail de conception qui étaient auparavant dévolues aux architectes, ils ne les dépossèdent toutefois pas du cœur de leur activité professionnelle. En effet, le travail des bureaux d’études environnementales reste circonscrit à la mobilisation de savoirs architecturaux, et ne porte ni sur les valeurs ni sur les savoir-faire constitutifs de la profession14. Le travail des bureaux d’études articule des savoirs généraux liés aux techniques du bâtiment (par exemple les morphologies bioclimatiques) et aux dispositifs et équipements (comme les panneaux photovoltaïques), et des données locales très hétérogènes qu’ils sont amenés à extraire des esquisses des architectes, comme des réglementations urbaines de la collectivité ou des expérimentations architecturales existantes. Dans ce contexte, leur travail consiste à hybrider des savoirs pour élaborer des outils qui n’ont de sens qu’au regard de leur application locale et concrète. Les experts environnementaux ne s’arrogent donc ni la capacité d’arbitrer entre valeurs architecturales, ni la mise en œuvre des savoir-faire nécessaires aux étapes d’expérimentation, de schématisation et de synthèse qui composent le travail de conception et qui restent réservées aux architectes. Deuxièmement, en externalisant la gestion de nouvelles techniques (en l’occurrence environnementales) et le contrôle de leur application, les architectes s’appuient sur les bureaux d’études et leurs ressources pour répondre aux demandes de leurs commanditaires. La division du travail n’est donc pas nécessairement défavorable aux architectes. Ces derniers peuvent bénéficier de la mobilisation d’acteurs périphériques dans des contextes qui, comme nous l’avons vu précédemment, bouleversent la temporalité de la conception et de ses phases, et leur imposent de rendre compte de leurs choix de manière systématique. La complexification des contextes de travail n’annihile donc pas forcément les logiques statutaires dont bénéficient les professionnels.

3.2. Le pouvoir relationnel des architectes en situation de travail

32La persistance du pouvoir statutaire dans la conception confère aux seuls architectes la capacité de mettre en forme leurs choix esthétiques et fonctionnels. Cette forme de pouvoir ne résume toutefois pas l’ensemble des capacités d’action dont disposent les architectes pour défendre leur conception du projet. Contraints d’agir collectivement, les agents du projet sont pris dans un système d’interdépendance dont les architectes peuvent tirer des formes de pouvoir relationnel. Pris entre les injonctions contradictoires de leurs commanditaires, les architectes peuvent jouer sur l’équilibre des forces entre aménageurs et promoteurs pour nouer des alliances ponctuelles et retrouver de nouvelles capacités de contrôle.

33En effet, les intérêts et les logiques que poursuivent les promoteurs et les aménageurs dans le projet sont très contrastés et pèsent sur le travail de conception des architectes. L’objectif des promoteurs est d’assurer la vente des bâtiments ; ils veillent donc à ce que les qualités des unités d’habitations, de bureaux et de commerces puissent être aisément identifiables, classables, hiérarchisables par les acquéreurs potentiels. Si les propositions architecturales novatrices des projets peuvent renforcer leur commercialisation en les démarquant des produits considérés comme similaires, elles ne sont acceptées par les chefs de programme que dans la mesure où elles n’ébranlent ni l’équilibre financier de l’opération, ni la lisibilité des biens sur les marchés immobiliers. Au contraire, les responsables de l’aménagement sont chargés par la mairie de réaliser un quartier à vocation prototypique dans ses propriétés écologiques et urbaines. À travers l’opération urbaine et les projets architecturaux, les élus cherchent à faire la démonstration qu’ils sont capables de promouvoir de nouveaux modèles urbains et de favoriser de nouveaux usages de la ville. Dans ce projet, la ville et son aménageur placent donc l’innovation au cœur de l’identité du futur quartier.

34Or, comme nous l’avons évoqué précédemment, chacun des deux maîtres d’ouvrage dispose de ressources spécifiques empêchant l’autre d’imposer ses intérêts et logiques de conception sans contrepartie. Pour les promoteurs, l’accomplissement de leur opération dépend de la validation des responsables de l’aménagement qui disposent de ressources foncières et politiques indispensables au projet immobilier. À l’inverse, ces derniers sont soumis à un calendrier politique étroit qui les limite dans leur capacité à bloquer les projets des chefs de programme. Le travail de conception architecturale s’inscrit donc dans une structure de pouvoir opposant les aménageurs et les promoteurs et dont l’issue est indéterminée a priori. Cette situation ouvre en conséquence une marge d’incertitude quant à la place de l’innovation dans la conception. En effet, les objectifs à atteindre étant nombreux et non congruents, les architectes disposent d’une certaine liberté pour choisir entre les cibles définies par leurs commanditaires. L’équilibre relatif des relations de pouvoir entre ces deux acteurs permet en outre aux architectes de jouer sur leur antagonisme : ils peuvent créer des alliances ponctuelles avec l’un afin de défendre les propositions architecturales contestées par l’autre.

  • 15 La valeur d’usage appartient au système de valeurs professionnelles des architectes et renvoie à la (...)

35Les architectes du projet nouent ainsi ponctuellement des alliances avec les responsables de l’aménagement pour défendre leurs choix architecturaux vis-à-vis des promoteurs. Pour cela, ils s’appuient notamment sur le CPEDD. En effet, les objectifs et prescriptions identifiés pour accroître la performance environnementale des constructions peuvent converger avec les principes esthétiques et fonctionnels de conception préconisés par les architectes. Par exemple, l’objectif d’ensoleillement des logements permet de réduire les consommations énergétiques mais participe également du confort intérieur et renforce ainsi la valeur d’usage du bâtiment15. Si le cahier des charges est, dans sa globalité, envisagé par les architectes comme un facteur de réduction de leur autonomie professionnelle, il ne présente pas systématiquement des objectifs antagonistes à ce que les architectes considèrent comme des principes de qualité architecturale. En mobilisant le CPEDD lors des négociations avec les promoteurs, les architectes s’assurent le soutien des responsables de l’aménagement et donnent à leurs choix esthétiques et fonctionnels une légitimité politique :

« Et en fait le CPEDD a été assez utile pendant la phase de négociation économique avec B. [l’entreprise de promotion], parce qu’il permet de garantir un certain nombre de prestations, par exemple l’interdiction d’avoir des menuiseries en PVC. L’interdiction du PVC ça se verra. C’est bête à dire mais, aujourd’hui, il y a très peu de projets qui sortent avec des menuiseries qui ne sont pas en PVC. C’est assez courant d’avoir des menuiseries en PVC maintenant, donc le fait que le CPEDD nous interdise des menuiseries en PVC a vraiment permis de garantir la qualité architecturale, pour le coup. Donc ce seront des menuiseries en bois pour le loyer maîtrisé et pour l’accession. Et pour les volets roulants aussi. On aurait eu des volets roulants en plastique. Ils sont interdits sur la ZAC pour éviter qu’il y ait des dégagements de fumées toxiques si le PVC brûle. Donc on a réussi à avoir des volets coulissants en bois. Curieusement, le CPEDD nous a surtout servi pour garantir la qualité architecturale auprès des promoteurs » (Architecte, entretien du 31/07/2013).

« Les failles dans la volumétrie ont permis de faire plus de lumière à l’intérieur du lot et d’avoir le moins possible de logements mono-orientés, ce qui est notre but en tant qu’architectes et qui correspond au CPEDD. Donc on a réussi à conserver les logements traversants alors que le programme a été rétréci et qu’il ne correspond plus au programme du preneur, mais on a quand même réussi à les conserver grâce au CPEDD » (Architecte, entretien du 31/07/2013).

  • 16 L’exigence de performance économique faisant partie des valeurs professionnelles que Florent Champy (...)

36Les architectes peuvent également nouer des alliances avec le promoteur pour défendre leurs choix architecturaux vis-à-vis des responsables de l’aménagement et de la Ville. Là encore, les instruments de cadrage destinés à contrôler le travail de conception — comme la procédure de PMG évoquée supra — n’agissent pas systématiquement à l’encontre des intérêts des architectes16. C’est le cas, par exemple, lors d’un conflit qui oppose les responsables de l’aménagement aux architectes et aux promoteurs dans la conception d’un projet de logements pour étudiants. Situé à un emplacement particulièrement visible, le projet est assorti d’un cahier des charges ambitieux de la part des responsables de l’aménagement qui souhaitent faire du bâtiment une figure emblématique du quartier. L’objectif de production d’énergie renouvelable très élevé nécessite pour être atteint de recouvrir entièrement les façades de panneaux photovoltaïques. Pour des raisons différentes, les architectes et les promoteurs s’opposent à l’objectif des aménageurs. Le sujet est évoqué lors de nombreuses réunions hebdomadaires, où ils cherchent ensemble des solutions pour faire accepter aux responsables de l’aménagement de ne pas recourir aux façades. Les architectes avancent des raisons esthétiques : la visibilité des panneaux donnerait au bâtiment une allure technique qui empêcherait d’exprimer une écriture architecturale harmonieuse. Les promoteurs s’y opposent quant à eux pour des raisons marchandes : les panneaux photovoltaïques nécessitent une maintenance régulière et spécifique lorsqu’ils sont disposés sur les façades. Leur installation induit des coûts d’entretien supplémentaires pour les futurs investisseurs du bâtiment et peut donc gêner la commercialisation de l’immeuble. Après plusieurs réunions conflictuelles, les architectes et les promoteurs commandent une étude de faisabilité à leurs bureaux d’études et à l’entreprise de construction. Ils font apparaître le traitement architectural exigé par l’aménageur, évaluent son potentiel de production photovoltaïque et son coût. Le détour par le scénario architectural alternatif permet alors aux architectes de défendre leur projet initial en convoquant et en confrontant des justifications économiques et environnementales :

« Au départ, quand on a senti effectivement qu’il y avait une volonté forte de l’aménageur, qu’il y avait une volonté d’affichage pour le photovoltaïque, on s’est dit : “on va essayer de le recouvrir complètement de photovoltaïque”. Alors aujourd’hui, il y a un façadier, qu’on a été voir, qui est à Lyon, et qui a bien développé son produit, mais si tu veux, c’est pas du tout développé à une échelle suffisamment industrielle pour que le produit en tant que tel soit rentable. Mais là on a fait une vraie étude. […] Il y avait plein de raisons qui faisaient que c’était cohérent de le faire là. Et puis quand on a analysé les coûts, qu’on l’a fait chiffrer par l’entreprise, c’est monté… quand bien même c’était une façade, une façade en photovoltaïque, on s’est rendu compte qu’en fait, les surcoûts n’étaient pas à la hauteur de la performance photovoltaïque. On aurait fait une étude très sommaire, qui aurait été très peu conclusive, je pense que l’aménageur aurait été en droit de dire : “Vous n’êtes pas allés au bout du bout. Vous n’avez pas démontré que ce n’était pas possible”. Donc on leur a expliqué que ce n’était pas justifié. Et l’aménageur là-dessus nous a entendus. On ne peut pas se permettre de plaquer quelques panneaux photovoltaïques pour dire : “on fait de l’affichage” » (Coordinateur du projet, promoteur, entretien du 18/07/2013).

37Qu’elles s’opèrent auprès des aménageurs ou des promoteurs, les alliances que les architectes peuvent nouer avec chacun d’eux sont susceptibles de renforcer la légitimité de leurs choix pour deux raisons. Elles permettent d’une part aux architectes de motiver leurs choix esthétiques auprès de leurs commanditaires en recourant à d’autres registres d’arguments qui empruntent notamment à la thématique du coût. Elles les conduisent d’autre part à faire porter leurs choix par des acteurs disposant de ressources importantes dans les structures d’interdépendance où ils sont placés.

4. Conclusion

38Cet article visait à questionner le lien entre la rationalisation des contextes de travail et la vulnérabilité des professionnels concernés. Cas emblématique de profession assermentée, les architectes sont soumis à des formes de contractualisation, d’objectivation, de normalisation et de division du travail plus fortes qu’auparavant. Toutefois, ces évolutions ne permettent pas à elles seules de conclure à la vulnérabilité des professionnels. Interroger la capacité des professionnels à défendre leur conception de la qualité dans ces contextes suppose d’analyser concrètement les situations de travail et les structures de pouvoir qui caractérisent ces dernières. Nous avons montré que le pouvoir des professionnels dans leur contexte de travail dépendait d’une part de la solidité de leur statut, et d’autre part d’éléments locaux, c’est-à-dire de la structure des relations sociales dans lesquelles ils sont pris et de leur capacité à y trouver une place qui leur permette (ou non) de défendre leur conception de la qualité.

39La normalisation et la division du travail de conception ne constituent pas nécessairement et systématiquement une menace pour les professionnels. À l’instar de la normalisation des pratiques médicales étudiée par Patrick Castel et Ivanne Merle (2002), les règles qui encadrent le travail de conception peuvent en retour servir les intérêts des professionnels auxquels elles s’adressent. Elles peuvent constituer des ressources en faisant l’objet de manipulation et devenir des supports d’alliances et de contestation. De même, l’ouverture du travail de conception aux acteurs extérieurs à la profession n’entame pas nécessairement le pouvoir statutaire des professionnels : d’une part parce qu’elle ne touche pas forcément au cœur de leur métier, et d’autre part parce qu’elle peut au contraire permettre à ces derniers de rendre compte de leurs choix de manière plus robuste auprès des commanditaires. Appréhender le pouvoir non pas seulement comme un attribut statutaire lié à la professionnalisation d’un groupe social, mais aussi dans sa dimension relationnelle, c’est-à-dire comme une capacité d’action négociée dans un système d’interdépendance, nous permet de montrer que les architectes ne sont pas complètement victimes de l’évolution de leur contexte de travail.

40L’intensité du pouvoir que peuvent tirer les professionnels de leur contexte de travail est donc à chaque fois spécifique. Le cas du projet urbain et architectural que nous avons choisi est en conséquence singulier et peut apparaître à plusieurs égards comme une situation limite. Les données recueillies sur notre terrain d’enquête nous conduisent à faire apparaître deux acteurs dont la présence est certainement moins centrale dans d’autres projets : les acteurs politiques et les experts environnementaux. Sur le pouvoir des premiers, on pourra avancer que la plupart des projets architecturaux sont réalisés de manière « diffuse », c’est-à-dire sur des terrains isolés, n’impliquant pas la participation d’un aménageur, dans des espaces faisant l’objet d’une pression foncière plus lâche qu’à l’intérieur de Paris, et d’un contrôle politique plus distant de la part de la collectivité. Concernant les seconds, on pourra opposer que leur rôle se cantonne généralement à des interventions beaucoup plus ponctuelles. Notre contexte n’est pas représentatif des situations de travail auxquelles les architectes sont généralement confrontés : il fait apparaître un système d’acteurs où les architectes sont, davantage qu’ailleurs, aux prises avec des intérêts pluriels qui menacent leur autonomie professionnelle. La spécificité de notre cas empirique ne constitue pas un obstacle à la généralité de nos résultats puisqu’elle nous conduit justement à nuancer l’apparente vulnérabilité de la profession des architectes là où elle semble a priori extrêmement saillante.

41La perspective synchronique de l’article nous a amenée à considérer que les architectes jouissaient d’une pleine autonomie de réflexion et de décision avant le développement de dispositifs de contrôle des pratiques professionnelles depuis environ deux décennies. Ce postulat mériterait à son tour d’être questionné, pour deux raisons. Premièrement, les travaux qui ont porté sur les périodes antérieures se sont davantage focalisés sur la professionnalisation des architectes que sur les relations de pouvoir dans leurs contextes de travail. Deuxièmement, la question de l’autonomie est plus complexe qu’un jeu à somme nulle. Comme le montrent les travaux récents sur les transformations des régimes de financement de la recherche (Barrier, 2011) ou sur l’évolution des modes de gestion dans les organisations culturelles (Kletz et al., 2014), les nouvelles contraintes de travail amènent souvent les professionnels à redéfinir le contenu de leur travail et les espaces de leur autonomie, sans les en déposséder entièrement.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A., 1981. Status and Status Strain in the Professions. American Journal of Sociology 86 (4), 819-835.

Abbott, A., 1999. The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor. University of Chicago Press, Chicago.

Barrier, J., 2011. La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques. Sociologie du travail 53 (4), 515-536.

Bergeron, H., Castel, P., Nouguez, É., 2013. Éléments pour une sociologie de l’entrepreneur-frontière. Revue française de sociologie 54 (2), 263-302.

Belorgey, N., 2010. L’hôpital sous pression. Enquête sur le nouveau management public. La Découverte, Paris.

Bezes, P., Demazière, D., Le Bianic, T., Paradeise, C., Normand, R., Benamouzig, D., Pierru, F., Evetts, J., 2011. Dossier-débat : New Public Management et professions dans l’État : au-delà des oppositions, quelles recompositions ? Sociologie du travail 53 (3), 293-348.

Castel, P., et Merle, I., 2002. Quand les normes de pratiques deviennent une ressource pour les médecins. Sociologie du travail 44 (3), 337-355.

Cauchard, L., 2015. Normalisation environnementale, dynamiques d’expertise et recomposition du système des professions. Les architectes face aux conseillers environnement pour le bâtiment. SociologieS [En ligne : https://sociologies.revues.org/5019].

Champy, F., 2001. Sociologie de l’architecture. La Découverte, Paris.

Champy, F., 2009. Sociologie des professions. Presses universitaires de France, Paris.

Champy, F., 2011. Nouvelle théorie sociologique des professions. Presses universitaires de France, Paris.

Dahl, R., 1957. The Concept of Power. Behavioral Sciences 2, 201-215.

Dubost, F., 1985. Les nouveaux professionnels de l’aménagement et de l’urbanisme. Sociologie du travail 27 (2) 154-164.

Freidson, E., 1982. La profession médicale. Payot, Paris.

Freidson, E., 2001. Professionalism, the Third Logic: On the Practice of Knowledge. University of Chicago Press, Chicago.

Friedberg, E., 1988. L’analyse sociologique des organisations. Privat, Paris.

Freidberg, E., 1993. Le pouvoir et la règle. Le Seuil, Paris.

Hassenteufel, P., 1997. Les médecins face à l’État : une comparaison européenne. Les Presses de Sciences Po, Paris.

Hughes, E., 1996. Le regard sociologique. Essais choisis. Recueil de textes traduits et présentés par Jean-Michel Chapoulie. Éditions de l’EHESS, Paris.

Kletz, F., Hénaut, L., Sardas, J.-C., 2014. New Public Management and the Professions Within Cultural Organizations: One Hybridization May Hide Another. International Review of Administrative Sciences 80 (1), 89-109.

Mas, B., Pierru, F., Smolski, N., Torrielli, R. (Eds), 2011. L’hôpital en réanimation. Éditions du Croquant, Paris.

Moulin, R., Dubost, F., Gras, A., Lautman, J., 1973. Les Architectes. Métamorphose d’une profession libérale. Calmann-Levy, Paris.

Ollivier, C., 2012. Division du travail et concurrences sur le marché de l’architecture d’intérieur. Revue française de sociologie 53 (2), 225-258.

Paradeise, C., 1988. Les professions comme marchés du travail fermés. Sociologie et sociétés 20 (2), 9-21.

Pierru, F., 2012. Le mandarin, le gestionnaire et le consultant. Actes de la recherche en sciences sociales 194, 32-51.

Starr, P., 1982. The Social Transformation of American Medicine. Basic Books, New York.

Verpraet, G., 1987. Les coalitions dans les professions de l’urbanisme. Sociologie du travail 29 (1), 70-85.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons la profession dans son acception anglo-saxonne. Dans cette perspective, les professions renvoient aux groupes sociaux qui revendiquent un monopole d’exercice et une forte autonomie dans leur activité. Les professionnels contrôlent la nature de leur expertise, la formation et la socialisation de leurs membres au travers d’organisations spécifiques qui entretiennent les valeurs et règles éthiques autour desquelles ils se sont constitués (Freidson, 2001).

2 On peut citer à cet égard le rapport Attali rendu à Nicolas Sarkozy le 23 janvier 2008 et la loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques — dite « loi Macron » —, qui proposent notamment d’ouvrir les professions « réglementées » pour encourager la croissance économique.

3 Le secteur de l’hôpital s’est mobilisé à la suite de l’appel lancé par Avenir Hospitalier, un regroupement de syndicats de médecins. La grève dénonçait les facteurs de dégradation des conditions de travail, comme la bureaucratisation de l’hôpital et la tarification à l’activité. Du côté de la recherche, on peut citer le collectif « Sciences en marche » qui a organisé en décembre 2014 des manifestations de chercheurs et d’étudiants contre la mise en concurrence des universités et la baisse des budgets dans l’enseignement supérieur. Dernier exemple, la mobilisation des architectes en février 2004, à la Mutualité de Paris, a débouché sur la rédaction d’un Livre Blanc dénonçant le développement des Partenariats public-privé (PPP) à l’origine de la multiplication des réglementations et de la « marchandisation » de leur activité.

4 À plusieurs égards, les architectes constituent un cas paradigmatique du phénomène professionnel. En effet, les architectes se sont appuyés historiquement sur l’État pour la défense de leur juridiction (Moulin et al., 1973), la clôture de leur marché du travail (Paradeise, 1988) et la constitution d’un monopole d’activité. Ils jouissent d’une culture professionnelle structurée au cours de leur formation et entretenue par l’Ordre des architectes (Champy, 2001), qui s’est en outre particulièrement attaché à défendre les intérêts des architectes face à la montée de métiers concurrentiels tout au long du xxe siècle (Dubost, 1985 ; Verpraet, 1987 ; Ollivier, 2012).

5 Nous reprenons la définition de l’autonomie telle qu’elle a été développée dans les travaux néo-wébériens de sociologie des professions et qui renvoie à la capacité de contrôler l’offre et la demande de services professionnels (Freidson, 1982 ; Abbott, 1999).

6 Une fois sélectionnés, les architectes disposaient d’une dizaine de mois pour concevoir le projet avant de déposer leur permis de construire auprès de la Ville de Paris. Compte tenu de la taille du projet et de l’imbrication des programmes, le délai de réalisation était considéré par l’ensemble des acteurs du projet comme un temps particulièrement court.

7 Cette distinction ne résume pas la diversité des capacités d’action des professionnels dans le monde social en général. Elle vise à identifier les différents ressorts du pouvoir des professionnels en situation de travail. Patrick Hassenteufel (1997) a bien montré, à propos des médecins, que le pouvoir professionnel — qu’il définit par l’autonomie dans la pratique et le monopole de l’exercice des soins — n’est qu’un aspect de leur domination, qui se traduit également par un pouvoir politique (leur capacité à agir sur les décisions publiques), un pouvoir économique (leur niveau de revenu), et un pouvoir social (leur prestige). Il nous semble toutefois que ces trois dernières dimensions ne rendent pas spécifiquement compte des capacités d’action des professionnels dans les relations d’interdépendance qui caractérisent leur contexte de travail. Pour une synthèse des perspectives et des questions relatives à l’analyse des groupes professionnels face à la rationalisation de leur contexte de travail, voir l’introduction du dossier-débat que la revue Sociologie du travail a consacré au New Public Management et aux professions dans l’État : Bezes et al., 2011.

8 Bertrand Delanoë, alors Maire de Paris, avait promis en 2008 l’installation de 200 000 m2 de panneaux photovoltaïques dans la capitale. Ces promesses renforçaient les objectifs du « Plan Climat » visant à réduire de 75 % les émissions de gaz à effet de serre de Paris entre 2004 et 2050.

9 Le promoteur assure et finance la construction d’immeubles. Son objectif consiste à tenir l’économie du projet immobilier de manière à ce que la vente des unités de bâtiment (logements, commerces, bureaux) lui permette de couvrir les coûts liés à la conception (il rémunère les architectes et les bureaux d’études), à la réalisation (l’entreprise de construction) et à la commercialisation, mais aussi les frais financiers et surtout de dégager une marge.

10 Il s’agit des rendements sur plan : sur le nombre de m2 constructibles que le promoteur achète à l’aménageur, une partie correspondant par exemple aux couloirs et parties communes, aux épaisseurs de matériaux, ne seront pas revendus comme surface habitable aux acquéreurs. C’est cette partie que les promoteurs cherchent à minimiser. Dans le projet que nous avons suivi, l’objectif de rendement du promoteur était de 88 % de surface habitable.

11 La loi n° 77-2 du 3 janvier 1977 sur l’architecture impose le recours aux architectes diplômés par le gouvernement (DPLG) et rattachés à l’Ordre des architectes pour tout dépôt de permis de construire relatif à des surfaces construites supérieures à 170 m².

12 Après les premières « esquisses » permettant de sélectionner un groupe d’architectes sur un projet, la phase d’APS constitue la première étape du travail de conception architecturale. Au terme de cette phase, le maître d’œuvre apporte des éléments concernant la morphologie du bâtiment, ses principes généraux d’organisation et l’allocation des surfaces.

13 Nous suivons en ce sens Florent Champy (2009, 2011) qui place la culture professionnelle au cœur de sa théorie des professions.

14 Sur ce point nous rejoignons à nouveau Florent Champy (2011), pour qui la juridiction des architectes englobe trois éléments que l’on peut classer dans un ordre croissant d’importance : les savoirs (qui ont trait notamment aux techniques de construction), les savoir-faire (par exemple la capacité de projection), et les valeurs (comme le principe d’harmonie).

15 La valeur d’usage appartient au système de valeurs professionnelles des architectes et renvoie à la qualité des fonctions techniques du bâtiment, selon Florent Champy (2011, p. 64).

16 L’exigence de performance économique faisant partie des valeurs professionnelles que Florent Champy (2011, p. 64) identifie au sujet des architectes, on peut avancer que les outils de mesure des coûts ne constituent pas en eux-mêmes une entrave à la défense de la qualité architecturale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Exemple de traitements architecturaux de panneaux photovoltaïques installés sur des façades
Crédits Source : CPEDD, ZAC Clichy-Batignolles Secteur Ouest, Paris Batignolles Aménagement, 07/05/2012, p. 54.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/1144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Piganiol, « Pouvoir statutaire, pouvoir relationnel. Une analyse organisationnelle des architectes en situation de travail », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 3 | 2016, 253-272.

Référence électronique

Marie Piganiol, « Pouvoir statutaire, pouvoir relationnel. Une analyse organisationnelle des architectes en situation de travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 3 | Juillet-Septembre 2016, mis en ligne le 11 juillet 2016, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1144 ; DOI : 10.4000/sdt.1144

Haut de page

Auteur

Marie Piganiol

Centre de sociologie des organisations (CSO), UMR 7116 CNRS et Sciences Po, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
marie.piganiol[at]sciencespo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals