Navigation – Plan du site
Varia

Entre « usage contrôlé », invisibilisation et externalisation. Le précariat étranger face au risque chimique en agriculture intensive

“Controlled Use,” Invisibilization, and Outsourcing: Precarious Foreign Workers and Chemical Risk in Intensive Agriculture
Frédéric Décosse
p. 322-340

Résumés

À partir des récits et parcours d’ouvriers marocains embauchés par le biais des contrats saisonniers de l’Office des migrations internationales (OMI), cet article montre comment le gouvernement du risque chimique en agriculture autorise la circulation de substances toxiques dans le milieu de travail. En mettant en place un cadre réglementaire d’exposition, l’« usage contrôlé » des pesticides produit des contaminations « clandestines » et permet la non-prise en charge des affections contractées. Il s’agit alors de répondre à la question suivante : comment l’immigration saisonnière OMI organise-t-elle à la fois l’invisibilisation des expositions professionnelles aux pesticides et l’externalisation des pathologies ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien avec M. Marigot, porte-parole de la Confédération paysanne des Bouches-du-Rhône, Arles, j (...)

1« On est dans un système où l’exploitant n’a pas la possibilité de sauter un traitement. On traite à outrance parce qu’on n’a pas les moyens de perdre un pourcentage de la récolte, la marge est trop mince. C’est la course au zéro défaut, parce que si vous plantez 15 salades au mètre carré, vous devez en ramasser 15. Si vous n’en ramassez que 12, vous êtes mort, parce que votre marge, c’est deux salades »1, explique M. Guy Marigot, ancien maraîcher intensif reconverti dans l’apiculture biologique. Les pesticides constituent en effet la clé de voûte de ces systèmes productifs où, sous l’effet des processus d’accumulation et d’endettement forcés (Mollard, 1977), le travail est formellement soumis à un capital intégré d’amont (banques, fournisseurs d’input, etc.) en aval (centrales d’achat) (Vuarin, 1980) ; la chimie est donc en quelque sorte ce qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est venu se substituer au savoir-faire agronomique empirique du paysan, l’irremplaçable remède à tous les maux censé garantir à son utilisateur devenu « exploitant agricole » une aussi chimérique qu’impérative croissance sans fin des quantités produites à l’hectare. En même temps qu’il le rend techniquement et économiquement dépendant des insecticides, herbicides, fongicides, engrais et autres accélérateurs de croissance — l’agriculture française occupe respectivement les troisième et cinquième rangs mondiaux en matière d’utilisation de pesticides et de fertilisants —, le système productiviste condamne l’agriculteur non seulement à réduire toujours plus ses coûts de main-d’œuvre, mais également à gérer l’impact économique et sanitaire de l’exposition de la force de travail aux traitements chimiques.

  • 2 En 2005, l’OMI est remplacé par l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrants (ANAE (...)
  • 3 Sur l’intérêt heuristique des « histoires orales » et des parcours de vie en santé au travail, voir (...)

2Dans les serres et les vergers du sud de la France, l’embauche de travailleurs maghrébins par le biais des contrats saisonniers de l’ex-Office des migrations internationales (OMI)2 satisfait à cette double exigence. Or si les travaux consacrés à cette population laborieuse ont mis l’accent sur les motivations salariales des employeurs, à savoir l’extraction de la plus-value maximale — absolue et/ou relative à la précarité du statut migratoire et d’emploi (Berlan et Gambade, 1981 ; Morice, 2006 ; Décosse, 2011) —, peu d’analyses ont en revanche porté sur l’articulation entre contrats OMI et gestion du risque chimique. C’est cette lacune que cet article s’attache à combler, reprenant ainsi la piste de recherche de la mise en invisibilité des atteintes professionnelles sur les intérimaires du nucléaire définie par Annie Thébaud-Mony (2000). La question centrale à laquelle cet exposé cherche à répondre peut-être formulée ainsi : comment l’immigration saisonnière OMI — en encadrant et disciplinant la mobilité de manière à séparer strictement les espace-temps de production et de reproduction de la force de travail migrante — organise-t-elle l’invisibilisation de l’exposition professionnelle des ouvriers aux pesticides, ainsi que l’externalisation de leurs pathologies ? Cet article décrit l’envers de l’« usage contrôlé » des pesticides (Bertrand et al., 2007), à partir de récits d’ouvriers3 vus comme des « experts bruts » de leurs propres santé et conditions de travail (Pitti, 2010). Il montre en quoi ce principe axiologique du gouvernement du risque chimique en agriculture met en place un cadre réglementaire d’exposition qui, loin de protéger effectivement les salariés précaires, autorise la circulation dans le milieu de travail de substances par nature toxiques, produit des contaminations « clandestines » et permet la non-prise en charge des affections contractées.

Encadré 1. Méthodologie
Cet article est issu d’une recherche multi-située réalisée entre la France, l’Espagne et le Maroc entre 2004 et 2009, dans le cadre de ma thèse doctorale (Décossse, 2011) et partiellement financée grâce à une allocation de recherche. La méthodologie retenue croise travail d’archives, observation participante au sein du Collectif de défense des travailleurs étrangers saisonniers dans l’agriculture (CODETRAS) et entretiens semi-directifs (160). Ces derniers ont été menés auprès d’ouvriers agricoles migrants, de syndicalistes, de travailleurs sociaux, de médecins, d’inspecteurs et de contrôleurs du travail, de techniciens régionaux de prévention et de responsables du ministère de l’Agriculture, de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET) et de la Mutualité sociale agricole (MSA).

1. L’« usage contrôlé » des pesticides au prisme du travail réel

  • 4 Entretien avec M. A. Idrissi, Douar Inahnahen, Ajdir (Taza, Maroc), septembre 2005. Le nom de l’ens (...)

3Châteaurenard se situe dans le nord du département des Bouches-du-Rhône. En lisière d’un verger de poiriers, six hectares de serres plastiques abritent toute l’année des cultures successives d’avoine, de salades et de melons. Au cours de la décennie 1990, la production maraîchère de cette exploitation s’est intensifiée. Trois récoltes de salades s’effectuent désormais d’octobre à avril, contre une seule auparavant. Cette utilisation accrue de la terre a rendu incontournable sa stérilisation en début de campagne. Sous serre, l’éradication des formes de vie animale, végétale et bactérienne « concurrentes » des cultures s’effectue au moyen d’une fumigation du sol au bromure de méthyle (BM). L’application de ce biocide universel inodore s’effectue en combinaison avec un marqueur olfactif, la chloropicrine, dérivé de la famille des organochlorés. Le BM est un neurotoxique puissant qui agit par accumulation dans le système nerveux de l’ion du métal lourd et oxydant qu’est le brome. Sa manipulation fait l’objet de mesures de prévention et d’une organisation du travail spécifiques : depuis 1986, le traitement est externalisé vers des entreprises spécialisées et agréées, dont les salariés sont réglementairement assujettis à une surveillance médicale renforcée. Cette gestion du risque chimique par l’externalisation ne fait toutefois pas disparaître l’exposition des salariés organiques, comme l’illustre le témoignage de M. A. Idrissi, ancien saisonnier OMI rencontré dans son village d’origine du Rif, au nord du Maroc : « Le gaz, moi je ne l’ai vu que deux fois en huit ans passés chez X. La plupart du temps, il le passait quand on était déjà reparti au Maroc. C’est d’autres ouvriers qui venaient le faire, d’une autre entreprise je veux dire. Ils posaient les bâches sur le sol et faisaient entrer le gaz sous le plastique où il doit rester un moment. Le patron le laissait agir une semaine. Du coup, les gars partaient et c’est nous qui devions retirer les bâches »4.

  • 5 Sur les accidents lors de fumigations au BM au sein des entreprises utilisatrices, voir Prince-Devi (...)
  • 6 Entretien avec M. S. Idrissi, Douar Inahnahen, Ajdir (Taza, Maroc), septembre 2005.

4Si le BM est un cas à part, il constitue un bon révélateur d’un certain nombre de logiques à l’œuvre au sein de la gestion institutionnelle du risque chimique en agriculture. En mettant en avant et en encadrant réglementairement son « usage contrôlé », les autorités de régulation retardent son interdiction immédiate et assurent ainsi le maintien en circulation d’une molécule identifiée comme dangereuse pour l’utilisateur. Le dispositif réglementaire mis en place ne prend toutefois en compte ni la durée d’action du produit, ni la logique économique des exploitants qui réduisent le forfait de la prestation effectuée par l’entreprise spécialisée et leurs coûts en faisant débâcher par leurs propres salariés. Loin de supprimer le risque, cette mesure met en fait en place un cadre d’exposition réglementaire formellement protecteur qui, parce que le droit est « un discours intrinsèquement puissant » (Bourdieu, 1986 : 17), crée une confusion entre le mot et la chose et masque les conditions réelles dans lesquelles s’opère l’exposition. À l’intérieur de ce cadre légal d’utilisation, l’exposition des travailleurs extérieurs est devenue quotidienne là où elle n’était auparavant qu’occasionnelle et répartie sur un plus grand nombre de salariés5. Mise en invisibilité puisque désormais construite comme clandestine, l’exposition réelle déborde l’« usage contrôlé » défini par les autorités de régulation, comme l’explique M. S. Idrissi, parent du salarié précédent et également employé en Provence comme saisonnier OMI : « C’est eux qui mettent le gaz, mais c’est nous qui posons le plastique sur le sol et qui l’enlevons une semaine après. Sans protection. Et quand tu débâches, il y a de l’eau qui coule sur le dessus et le dessous du plastique, une eau qui dégage une mauvaise odeur6 ».

5L’ablation des bâches est une étape du traitement dont le caractère contaminant et la dangerosité toxicologique sont attestés par de nombreuses études pour les salariés organiques des sociétés fumigées. L’une d’elle rapporte par exemple le cas de quatre salariés intoxiqués alors qu’ils retiraient le film plastique dix jours après l’injection du gaz dans le sol, tandis qu’une autre établit que le débâchage « peut s’accompagner de concentrations de 15 ppm à 40 ppm pendant quelques secondes ou minutes », soit 3 à 8 fois la valeur limite de moyenne d’exposition (Testud et al., 2001 : 228). Enfin, une enquête réalisée par la Caisse centrale de la Mutualité sociale agricole (MSA) entre 1992 et 1996, à partir d’une vingtaine d’incidents survenus notamment en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), identifie comme facteur de risque « le débâchage réalisé par des personnes non averties, n’appartenant pas à l’entreprise de fumigation » (Testud et al., 2001 : 224). Le risque est donc connu des autorités de régulation, et sa persistance comme sa non-prise en compte indiquent qu’il est d’autant plus « acceptable » qu’il est supporté par des travailleurs dont l’exposition reste occulte. Construit sur la base d’outils réglementaires (tels que les seuils d’exposition, l’agrément ou encore la surveillance médicale renforcée), le contrôle supposé de l’utilisation du BM invisibilise les marges du travail prescrit et reproduit la division technique des risques du travail réel.

  • 7 Voir Baldi et al. (2010).

6Cet exemple montre que l’exposition aux produits toxiques ne se limite pas aux seuls applicateurs. Les pesticides ont au contraire un retentissement sur l’ensemble de l’environnement de travail, et ce, à travers deux biais principaux : la coactivité et la « réentrée » dans les espaces de culture traités. Parce qu’elle prend acte de la nécessité d’appréhender l’exposition aux pesticides à travers l’activité de travail réelle (Sznelwar, 1992), l’étude de ces situations est cruciale et révèle les angles morts d’un système de protection focalisé sur la dimension individuelle de l’exposition. Dans la pratique (à la fois concrète en entreprise, et législative dans les politiques préventives), la protection collective s’efface devant la protection individuelle. Ce décalage apparaît clairement dans le bilan du réseau de toxicovigilance Phyt’attitude, lorsque la MSA conclut : « Dans la stratégie de prévention, la protection collective vient toujours en amont de la protection individuelle. Les seules données dont nous disposons concernent les cabines [de tracteurs], fermées ou non7 ». Parent pauvre d’une protection collective dont le caractère prioritaire n’est affirmé que pour les besoins de cohérence rhétorique, la cabine filtrante sur un tracteur ne protège en fait que l’applicateur — à condition que la cartouche du filtre soit régulièrement changée et que la fenêtre, fréquemment obstruée par les dépôts de produits (Mohammed-Brahim, 1996), offre une visibilité suffisante pour pouvoir rester fermée... — et ne limite pas l’exposition sur l’ensemble de l’environnement de travail. Sa proximité avec les équipements de protection individuelle (EPI), dont elle n’est en définitive qu’une simple extension, explique qu’elle puisse être intégrée au sein de la logique préventive institutionnelle. Elle n’en questionne en effet ni les fondements, ni la portée et prolonge l’idée que l’étanchéité des protections confine l’ouvrier dans une bulle, l’isole hermétiquement d’un espace de travail où sont épandues des substances dont la toxicité pour l’homme peut pourtant être avérée. On reste donc dans le cadre du « modèle de prévention par écrans [qui], en limitant la prévention du risque chimique à la seule interposition face aux dangers, [...] s’interdit de fait de rechercher et d’agir sur [leurs] déterminants techniques, organisationnels et humains mêmes […], et se prive des marges de manœuvre mobilisables pour une démarche intégrée de prévention du risque chimique » (Garrigou et Mohammed-Brahim, 2009 : 52). La gestion politique et bureaucratique du risque pesticide s’inscrit en fait davantage dans l’ordre du discours et du symbolique que dans celui de l’action et du matériel. Elle vise avant tout à ne pas interdire, ou du moins à laisser faire, la commercialisation et l’utilisation de produits pouvant être cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR) et rend donc inexorables des expositions (et donc des affections) tout en les construisant comme clandestines par un report de responsabilité sur l’exploitant agricole. Car comme le remarquent justement Christian Nicourt et Jean-Max Girault : « En prescrivant l’usage de protections individuelles réputées pour leur inappropriabilité aux exigences du travail, elles incitent à poursuivre l’emploi de produits reconnus toxiques, en imputant aux viticulteurs la responsabilité de leurs affectations sanitaires » (2009).

  • 8 Entretien avec M. Habib-Chorfa, Salon-de-Provence (13), juin 2004.

7Retour maintenant sur les marges de la prévention institutionnelle et tout d’abord sur la « coactivité », c’est-à-dire sur la superposition de deux tâches différentes dans le même espace-temps de travail. En plein champ et notamment en arboriculture, le traitement s’opère couramment pendant que les ouvriers sont occupés à tailler, à éclaircir... La chasse aux coûts de main-d’œuvre et la banalisation du traitement s’opposent alors à une organisation du chantier protégeant les salariés d’une exposition indirecte au risque chimique. Saisonnier OMI en charge du traitement dans une exploitation arboricole, M. Habib-Chorfa raconte : « Le sulfate, c’est toujours le chef d’équipe qui faisait la préparation. Moi j’étais chargé de le passer. Parfois avec une machine dans le dos. Ça te brûle la peau, le soir tu as mal à l’estomac, à la tête, ça tourne... Sinon, il y a un autre appareil qui mobilise trois salariés : un qui conduit le tracteur et deux autres à l’arrière avec une lance chacun. Enfin, il y a le tracteur. Il passe à côté de toi, quand t’es en train de travailler. Tu ne peux pas t’arrêter, tu dois continuer à bosser... de sorte que tu reçois plein de produit sur toi »8. D’un point de vue technique, la fréquente utilisation en arboriculture de pulvérisateurs non discriminants de type atomiseurs tractés favorise les expositions indirectes, dans la mesure où le spectre de diffusion du produit est large, où la vitesse d’épandage raccourcit le temps et modifie la nature de l’interaction entre l’opérateur véhiculé et les ouvriers occupés dans le champ et où l’« effet de voûte » créé par la pulvérisation en gouttelettes est susceptible de reproduire les conditions d’une « exposition proche de celle d’une pulvérisation en milieu clos » (Testud et al., 2001 : 29).

  • 9 Entretien avec M. S. Idrissi, op. cit. [6].

8La réentrée désigne quant à elle le moment d’exposition où les ouvriers agricoles pénètrent dans un champ traité, où ils sont en contact avec des végétaux souillés par les pesticides épandus (contamination cutanée) et/ou respirent un air vicié (inhalation). Si depuis 2006, la réglementation impose avant la réentrée le respect d’un délai compris entre 6 heures et 48 heures, la pratique dans certaines exploitations intensives en est très éloignée, comme le rapporte M. S. Idrissi, ancien responsable du traitement et tractoriste dans une exploitation de la région de Miramas : « Le patron me confiait le sulfate. C’est moi qui faisais la préparation. Lui me montrait quels produits mélanger. Ce n’était pas toujours les mêmes. Des fois c’était de la poudre, d’autres fois du liquide. Il fallait souvent mélanger deux, trois, quatre, parfois jusqu’à cinq produits différents et remplir la cuve du tracteur. Il arrivait alors que le produit me coule sur les mains. C’est comme quand je nettoyais : je remplissais la cuve d’eau, puis j’enlevais le bouchon ; l’eau et la mousse coulaient alors par terre et sur mes mains. Et le soir, je ne pouvais pas toujours prendre de douche vu qu’il n’y en avait que 2 pour 40 ouvriers. Certains soirs, ça n’allait pas : mal à la tête, les yeux qui piquaient... mais bon, je m’endormais et le lendemain, ça allait mieux. Faut dire que comme il y avait environ 200 serres à traiter, ça durait 2 ou 3 jours de suite. Sans cabine sur le tracteur, ni masque, ni combinaison... Et quand je passais le produit, les ouvriers sortaient de la serre et rentraient juste après. C’était encore mouillé, plein de produits »9. Alors que les délais sont fixés en fonction de chaque produit, les pesticides sont ici épandus en mélange. Or si la persistance d’un produit peut faire l’objet de mesures et que le délai de réentrée peut donc être déterminé à partir d’une base toxicologique certes relative — les quantités de matière active restantes sont susceptibles de varier en fonction de paramètres tels que la technique de pulvérisation utilisée, la dose appliquée, la température ambiante, la ventilation... (Chaigneau et Chauvel, 2004) — mais réelle, il n’en est pas de même pour un « mélange extemporané », dont il est pour ainsi dire impossible de calculer la toxicité cumulée.

  • 10 Entretien avec X, Bureau de la réglementation et de la sécurité au travail, ministère de l’Agricult (...)

9Un responsable du ministère de l’Agriculture commente à ce propos : « Pour les mélanges, on ne connaît rien de la toxicité potentialisée, donc on fait de la gestion de risque et pas de l’évaluation de risque, que les toxicologues sont incapables de réaliser. On fait au mieux, c’est-à-dire qu’on écarte ce qu’on estime être trop dangereux. Pour le reste, on essaiera de faire mieux quand on aura les moyens. On tente d’éviter les catastrophes quoi. L’autre solution, c’est d’autoriser les mélanges au cas par cas. On a essayé, mais on s’est rapidement retrouvé avec des milliers de mélanges possibles sur les bras. La Direction des végétaux a été débordée. Mais même ça, c’était de la gestion de risque, au sens où un toxicologue, pour faire effectivement une évaluation de risques, il lui faut des tas de données que l’on n’a pas avec un mélange. Je ne suis pas en train de vous dire que le ministère de l’Agriculture a pris un arrêté optimal. Les mélanges avant, c’était du non-dit. Tout le monde savait qu’il y avait des mélanges, mais personne n’y faisait rien. Personne ne voulait s’en occuper, parce que c’est impossible à évaluer. Et puis d’autre part, il y a un problème technique qu’on n’a jamais réussi à résoudre. Avec le mélange, l’utilisateur épand par exemple trois produits en un seul passage. Maintenant, si on l’interdit, il faudra qu’il s’expose trois fois en les passant un par un. Croyez-vous qu’il soit mieux protégé ? »10 Dans cet environnement toxique non mesurable, la production de la norme répond effectivement davantage à une logique de risk management que de risk assessment. À l’image d’Alexandre tranchant le nœud gordien que les experts sont incapables de dénouer (Callon et al., 2001 : 26), les autorités de régulation adoptent ainsi une réglementation minimale qui n’interdit que les mélanges des produits les plus toxiques (T et T+), c’est-à-dire ceux contenant « plus de 0,1 % de substance active cancérogène de catégorie 1 ou 2, ou plus de 0,5 % de substance active mutagène de catégorie 1 ou 2 » (Delemotte, 2004 : 145). Les autres combinaisons de produits restent donc autorisées alors qu’aucune d’entre elles n’a fait l’objet d’une homologation spécifique.

  • 11 Entretien avec M. Ouelaouch, Douar Inahnahen, Ajdir (Taza, Maroc), septembre 2005.

10Si la question de l’exposition indirecte des salariés lors de la réentrée se pose pour tout type de culture — et notamment l’arboriculture où le haut du corps des ouvriers est en contact prolongé avec le feuillage (Nash, 2004) —, elle se présente avec une acuité particulière sous serre, compte tenu du confinement : l’évaporation du et/ou des produit(s) y est plus lente, et la redéposition sur les plantes des particules chimiques en suspension plus forte, du fait de la condensation. Compte tenu des conditions spécifiques de température et d’hygrométrie (90 %), l’absorption des pesticides par la peau pourrait en outre y être favorisée (Samuel et al., 2002 : 2). Le témoignage de M. Ouelaouch rend compte d’une situation sanitaire alarmante au sein de l’entreprise de maraîchage sous serre qui l’a employé comme saisonnier de 1989 à 2001 : « Je faisais un peu de tout chez X. Je plantais, récoltais, arrosais, emballais... Je traitais aussi. Le sulfate, ce sont uniquement les ouvriers sous contrat OMI qui le passaient, pas ceux titulaires de cartes de séjour. Les douze saisonniers de l’exploitation l’appliquaient chacun leur tour. Avant de traiter, il fallait préparer la bouillie et remplir la citerne. Généralement, on ne mettait qu’un produit à la fois, sauf pour les tomates, où il fallait en mélanger deux. Pour les abricots aussi, c’est un seul produit à la fois, mais en tout on appliquait séparément cinq produits différents. Une fois la préparation terminée, chacun prenait une lance et on avançait derrière le tracteur. Sans masque, ni combinaison. Quand on arrivait dans les serres pour traiter, les ouvriers sortaient et rentraient tout de suite après. Après, tout le monde avait les bras brûlés, des démangeaisons... Chaque jour, ça recommençait. À chaque sulfatage, deux ou trois personnes allaient à la clinique de Miramas. Pour la peau, la gorge, la tête, l’estomac... Chaque jour, il manquait deux ou trois personnes : soit parce qu’ils étaient hospitalisés une nuit ou deux, soit parce que, malgré les pressions du patron, ils restaient dormir dans la chambre, trop malades pour travailler »11.

  • 12 Il faut noter à ce propos que les médecins du travail ont été tardivement concernés par les questio (...)
  • 13 Depuis 2001, l’article R230-1 du Code du travail impose à l’exploitant d’établir un document unique (...)

11Le corpus d’entretiens rassemblés au cours de cette recherche rend compte d’une grande diversité de situations selon les entreprises : dans certaines d’entre elles, les saisonniers effectuent tout ou partie du traitement, dans d’autres, c’est le patron et le chef d’équipe qui s’en chargent, partiellement ou totalement ; la personne responsable du traitement est parfois toujours la même, ou peut changer à chaque traitement. Dans le cas spécifique de l’entreprise où travaillait M. Ouelaouch, seuls les saisonniers y sont affectés, par roulement, tandis que les permanents, dotés d’un titre de séjour plus stable, y échappent. Difficile pour autant d’établir si cette division technique du travail est le produit d’une stratégie patronale d’externalisation du risque chimique ou la résultante d’une plus grande capacité d’opposition des salariés stables. Les deux hypothèses ne sont d’ailleurs pas exclusives l’une de l’autre... Mais finalement, l’intentionnalité des acteurs en la matière importe peu. L’assignation exclusive des saisonniers au traitement tend ici de facto à concentrer le risque chimique sur une catégorie de travailleurs structurellement moins formée, moins organisée et moins bien suivie médicalement — les salariés OMI échappent largement à la visite d’embauche (Décosse, 2008)12. En outre, si d’un côté le roulement pratiqué dans l’entreprise répartit les quantités de produits ingérées entre l’ensemble des travailleurs, il diminue de l’autre la probabilité que l’employeur forme les saisonniers à la manipulation des substances et qu’il les signale aux services de médecine du travail comme applicateurs devant faire l’objet d’une surveillance médicale spéciale13. L’ensemble de ces éléments concourt à une invisibilisation des expositions, tout comme à une externalisation des futures affections.

2. Les équipements de protection individuelle : de l« usage contrôlé » à la responsabilité ouvrière

  • 14 Entretien avec M. Soussi, Saint-Chamas (13), juin 2004.

12Les récits de MM. S. Idrissi et Ouelaouch dessinent les contours d’une pratique répandue qui, parce qu’elle cherche à articuler au plus juste le traitement chimique et les autres tâches, expose largement les ouvriers pourtant non directement affectés à l’application des pesticides. Dans d’autres entreprises, le « sulfate » (pour reprendre les mots de ceux qui le vivent) s’effectue le soir, après la journée de travail, les ouvriers ne « réentrant » dans les serres que le lendemain. C’est ce qu’illustre le témoignage suivant, livré par M. Soussi, ancien saisonnier OMI devenu ouvrier permanent dans une société où la conduite des cultures est hautement technicisée : dans deux hectares de serres en verre chauffées, les tomates sont développées hors sol, c’est-à-dire plantées non en terre, mais dans des pains de laine de roche reliés à un goutte-à-goutte qui leur fournit eau, engrais et autres nutriments (sels minéraux). Faut-il pour autant faire le lien de corrélation entre le degré de maîtrise technique d’une structure et la mise en place d’instruments de protection contre le risque chimique ? L’enquête n’a pas permis de valider cette hypothèse pourtant couramment mise en avant par la MSA. Une certitude en revanche : si le délai de réentrée trouve ici à s’appliquer, il reste soumis à une logique de rentabilisation des temps morts de l’activité de travail. M. Soussi explique : « Le soir, un ouvrier portant un masque passe la poudre. C’est du souffre mélangé avec un autre produit. Je ne peux pas te donner des renseignements plus précis, parce que les produits sont cachés. On ne peut pas les voir, c’est secret, interdit. L’ouvrier a une bonbonne de poudre dans le dos qu’il vaporise à l’aide d’un pulvérisateur à moteur. C’est un produit qui tue les insectes et guérit les feuilles. Il ferme ensuite la porte avec un cadenas et laisse agir toute la nuit. Le matin, il aère une heure à une heure et demie avant qu’on entre dans la serre. Mais malgré ça, on a le nez qui pique et qui coule. On tousse. Et on ne nous dit pas toujours que la serre a été traitée. Des fois, on leur demande et ils disent que non, alors qu’ils ont sulfaté. Le patron ne nous donne jamais de masque. Par contre, il en a pour le contrôle. Mais de toute façon, on ne peut pas travailler avec un masque, il fait trop chaud dans la serre »14.

13Outre le temps écoulé entre l’application et la réentrée, le degré de ventilation de la serre et la circulation de l’information (protection collective), ainsi que la mise à disposition des masques (protection individuelle) apparaissent dans ce récit comme autant de failles du dispositif de prévention du risque chimique. Le fait que, l’application des pesticides soit dissimulée aux travailleurs indique que leur manipulation pose problème au patron, en vertu du principe posé par Angus Wright dans son enquête sur les ouvriers agricoles migrants au Mexique : personne ne peut assumer cyniquement son statut d’empoisonneur (2005 [1990]). Le contrôle de l’information sur la réalité des traitements fait partie des stratégies de dénégation des exploitants : l’évitement leur sert à échapper à une confrontation avec les salariés exposés susceptible de déboucher sur une mise en évidence, voire sur une reconnaissance symbolique de leur responsabilité en matière d’exposition. Pour le dire autrement, la mise en danger au travail s’accompagne nécessairement d’un effort pour l’invisibiliser, ou à défaut pour imposer une représentation légitime du risque afin de le rendre compatible avec les impératifs de préservation de la santé des travailleurs et de maximisation de la plus-value extraite du travail salarié.

14Au-delà de la question de leur mise à disposition effective par l’employeur, le port des EPI génère des contraintes pour les travailleurs des serres, du fait de l’humidité et de la chaleur. Celles-ci sont de deux types que je distingue ici pour les besoins de l’analyse, quitte à donner l’impression que la première, la notion de confort, recouvre un caractère secondaire et subjectif qu’elle n’a pas. D’une part donc, ce qui a trait au confort du travailleur : à savoir les sensations d’échauffement, la transpiration, la difficulté à respirer ou à se mouvoir normalement — liées au port du masque, de la combinaison, des gants... — qui accroissent la pénibilité du travail dans un environnement en lui-même déjà contraignant, et ce, d’autant plus que l’effort physique nécessaire (Meyer, 1997) augmente l’activité respiratoire et cardiaque du salarié. D’autre part, ce qui empêche directement le salarié de s’acquitter de sa tâche, comme la diminution — du fait du port des gants —, de l’amplitude et de la précision des gestes de la main et de la sensibilité tactile, ou encore la réduction par le port du masque des possibilités de communication entre ouvriers... Si, pour ces raisons, le port des EPI est contraignant pour les applicateurs des pesticides, il le serait encore plus pour les autres salariés devant travailler avec toute la journée (et non le seul temps du traitement), échanger avec leurs collègues et réaliser des tâches requérant dextérité et rapidité, telles que l’effeuillage, la récolte... L’inadaptation des EPI au travail sous serre est une dimension du problème de l’exposition aux pesticides qui fait pourtant l’objet de peu de reconnaissance au niveau institutionnel. Si le discours dominant tient l’ouvrier pour responsable de la non-utilisation des équipements (supposément liée à son inconscience face au risque, à son manque de formation, à son besoin d’éprouver et/ou de faire montre de sa virilité...), il pose rarement la question de leur portabilité. Une telle représentation transfère la responsabilité de l’exposition de l’industrie agro-chimique (productrice des pesticides et des EPI), de l’exploitant (sous l’autorité duquel s’élabore le procès de travail), des autorités en charge de la régulation (homologation, élaboration de la réglementation relative à l’application), du conseil (conseillers techniques), de la formation (préventeurs), du contrôle (inspection) et du suivi médical (médecins du travail)... vers le salarié. Dans un système d’« usage contrôlé », qui plus est réduit à sa dimension individuelle, où l’innocuité des pesticides est supposée garantie, toute contamination, affection et/ou accident est obligatoirement dû à une erreur humaine, à une prise de risque de l’ouvrier ; l’analyse des « causes » de l’exposition laisse donc place à une « mise en cause » de l’utilisateur (Dodier, 1994).

  • 15 Directive 89/391/CEE du 12 juin 1989, Journal officiel n° L 183 du 29/06/1989.
  • 16 Entretien avec M. El Fakiri, Entressen (13), juin 2004.

15Outre son manque de fondement matériel, ce discours fait peu de cas de l’obligation de sécurité qui pèse sur l’employeur en vertu de la directive-cadre européenne15 de 1989, transcrite dans le Code du travail en son article R. 231-54-6 s’agissant des EPI. Cette obligation naît de l’axiome qui structure toute relation de travail salariée : la subordination contractualisée de l’employé au patron (Supiot, 2007 [1994]). C’est justement ce que rappelle le témoignage suivant de M. El Fakiri, saisonnier OMI régulièrement embauché dans la même « saison » de huit mois par deux employeurs différents, dont il perçoit le second, qui fait face à des ouvriers organisés, comme un « bon patron » : « On est six à avoir ces deux contrats successifs, qu’on signe chaque année en début de saison à Casablanca. En juin, on part de chez X pour aller travailler chez Y. Contrairement à X, Y est un bon patron. Il paie tout, parce que lui, il ne fait pas de contrat OMI... Enfin, il prend juste ceux de X. Il faut dire que c’est une grosse ferme : serres en verre chauffées, cultures hors sol, exportation de 100 à 200 palettes de tomates (très grosses, pleines d’eau, sans goût...) en Allemagne et en Hollande (sauf le second choix qui reste à Châteaurenard), une quarantaine d’ouvriers, dont beaucoup de permanents syndiqués à la Confédération générale du travail (CGT)... Avant, Y ne nous donnait pas nos droits. Un jour, les permanents — des Marocains avec des cartes de séjour — ont fait appel à la CGT et se sont opposés au patron. Aujourd’hui, il y a cinq délégués. On fait des réunions avec eux et ces jours-là, on est quand même payés. Quand ils partiront à la retraite, ça risque de changer. Mais bon, pour le moment, on a tout : masques, combinaison, lunettes, boules Quiès contre le bruit des machines... Et il t’oblige à mettre ton masque ! »16

  • 17 Entretien avec M. A. Idrissi, op. cit. [4] ; entretien avec M. Soussi, op. cit. [14].
  • 18 Selon l’enquête SUMER 2002-2003, la moitié des salariés exposés à au moins un produit n’a accès à a (...)
  • 19 Notes de service du Bureau de la réglementation et de la sécurité au travail, ministère de l’Agricu (...)

16La mise à disposition et l’obligation de porter les EPI s’imposent d’autant plus ici que la présence de travailleurs permanents favorise le développement d’un contre-pouvoir ouvrier organisé autour de l’outil syndical. Pour autant, cette configuration revêt un caractère exceptionnel, du moins si on la compare au reste de l’échantillon mobilisé pour cette enquête et aux témoignages de saisonniers OMI rapportés jusqu’ici, où la non-fourniture d’EPI est la règle pour les applicateurs et, a fortiori, pour les salariés indirectement exposés. Dans deux récits précédemment cités17, les travailleurs migrants indiquent que si ces protections sont présentes sur l’exploitation, elles ont surtout vocation à être présentées aux inspecteurs en cas de contrôle : le respect de la réglementation en matière de protection individuelle est alors de pure forme et biaise les observations des agents de contrôle qui, avec les données de l’enquête SUMER et celles de la MSA sur les accidents du travail liés aux pesticides constituent la principale source de connaissance institutionnelle en la matière18. Selon les observations réalisées19 entre 2002 et 2004, moins de la moitié de la population agricole embauchée en arboriculture bénéficie d’un masque et un plus petit nombre encore dispose d’un équipement respiratoire destiné à la protection contre les gaz et vapeurs organiques (A2) et inorganiques (B2), ou contre les particules solides et liquides (P3). Sous serre, où l’exposition par inhalation est plus élevée, le taux est à peine supérieur et moins de 15 % des entreprises possèdent des appareils respiratoires à ventilation assistée, qui augmentent pourtant sensiblement le confort de l’opérateur, et donc la portabilité du masque. En outre, parce que les lunettes et, a fortiori, les écrans faciaux sont presque toujours absents, et ce, pour l’ensemble des cultures observées, il existe un risque important de projections oculaires pour l’opérateur, notamment lors des phases de préparation, de rinçage du matériel, mais aussi durant l’application. Enfin, si les vêtements de protection sont présents dans 70 % à 90 % des exploitations, ceux-ci se résument souvent à un bleu de travail ou à un ciré de pluie, tenues peu adaptées à la manipulation des pesticides, voire susceptibles d’augmenter le degré d’exposition (Garrigou et al., 2008).

  • 20 Note de service DGFAR/SDTE/N2006-5029 : 13.
  • 21 Note de service DGFAR/SDTE/N2005-5014 : 11.

17Les agents de contrôle signalent en outre que « peu d’opérateurs portent l’ensemble des EPI [et] ceux-ci sont souvent sales ou en mauvais état (non renouvelés régulièrement) »20. Si la présence des EPI dans les entreprises évaluées ici ne présume en rien de leur mise à disposition réelle, elle ne renseigne pas non plus sur l’état du matériel. Or la manipulation répétée des pesticides pose des problèmes d’entretien, de renouvellement et de stockage des équipements. Une combinaison trouée ou souillée ne présente évidemment pas les mêmes garanties protectrices qu’un vêtement neuf — d’où la recommandation d’utiliser des équipements jetables qui, s’ils évitent au producteur ou au salarié d’avoir à les laver (éliminant ainsi une source d’exposition indirecte) ont cependant un coût comparativement plus élevé. Il en est de même pour les gants (Packham, 2006), dont « le renouvellement n’est ni assez régulier, ni assez fréquent »21.

Encadré 2. Controverse autour de la fiabilité des équipements de protection individuelle
Les EPI constituent le principal pilier de l’« usage contrôlé » des pesticides. Dans les modèles d’évaluation actuellement utilisés par exemple, les toxicologues considèrent que le port d’un vêtement de protection permet d’éviter à l’opérateur jusqu’à 90 % de la contaminationa. À partir d’une étude ergotoxicologique réalisée en viticulture, une équipe constituée autour d’Alain Garrigou démontre pourtant que le port d’un tel habit n’évite globalement pas la contamination (voire qu’il l’augmente durant les phases de traitement et de nettoyage) et révèle, à la suite de tests en laboratoire, que les combinaisons de type 4 officiellement recommandées contre les pesticides (alors qu’elles sont conçues pour un usage industriel et que leur efficacité n’a pas été testée au préalable pour l’usage agricole) sont perméables à des herbicides d’usage courant (2008). Parce qu’ils assument un statut de « lanceur d’alerte » (Chateauraynaud et Torny, 1999), ces chercheurs adressent en 2007 une note au ministère et à la MSA et médiatisent ensuite largement leurs résultats dans la presse spécialisée. Dans un courrier adressé aux services de l’Inspection du travail en juillet 2007, le directeur général du Travail du ministère réagit : si le ministère « ne conteste pas ces données […] qu’il juge préoccupantes », il cite les résultats d’une étude hollandaise prouvant « que le port des EPI diminue de façon significative l’exposition du travail ». Il rappelle « que les tests de laboratoire ne sont pas représentatifs de l’exposition d’un applicateur aux produits phytosanitaires » et précise que l’efficacité de la combinaison « dépend d’abord de la formation de l’opérateur (procédure d’habillage et de déshabillage), du bon état du vêtement (élimination dès qu’il est contaminé ou endommagé) et de son adaptation à la tâche effectuée ». Cette réponse donne à voir différentes stratégies mobilisées par l’administration pour défendre l’« usage contrôlé » ici interrogé : citation de la littérature favorable, remise en cause de la validité du protocole scientifique mobilisé, rappel des bons usages en matière d’utilisation. En 2010, une étude menée par l’AFSSET vient toutefois confirmer les observations de A. Garrigou au sujet des combinaisons fournies par l’industrie. Selon l’agence : « sur les dix modèles testés, seuls deux présentent des classes de perméation conformes à celles annoncées » par les fabricants ; en outre, la littérature suggère que la perméation d’un mélange de produits ne peut être connue a priori ; enfin il est établi que la perméation varie selon le produit utilisé et que les combinaisons de type 4 n’offrent aucune résistance face aux solvants présents dans les produits formulésb.

________________
a. Entretien avec M. Fastier, chef de l’unité « Toxicologie des produits réglementés », AFSSET, Arcueil, mai 2008.
b. AFSSET, Rapport d’appui scientifique et technique, janvier 2010 : 70-72.

  • 22 Norme AFNOR FD S 76-050 citée in Note de service DGFAR/SDTE/N2003-5001.

18La question se pose en des termes équivalents pour les masques lorsqu’ils sont stockés à proximité des produits. Concernant les équipements respiratoires, il faut également souligner l’importance du changement des cartouches filtrantes (à la fois pour les masques et les cabines de tracteur) pour que celles-ci gardent leurs propriétés. Dans la mesure où la durabilité de la cartouche varie en fonction des conditions de stockage, du temps d’utilisation, du type de produit..., il est difficile pour l’exploitant (et a fortiori pour le salarié) d’évaluer son état de fonctionnement. Les autorités de régulation sont là encore amenées à faire de la « gestion de risque » et recommandent ainsi de changer le filtre « tous les six mois, plus souvent selon les conditions d’utilisation de l’appareil de protection respiratoire, et immédiatement en cas de perception d’une odeur par l’utilisateur du filtre »22. Cette prescription établit des dispositions obligatoires (périodicité « plancher » de renouvellement) qu’elle combine avec des mesures plus souples, assises sur des éléments objectifs « mesurables » (fréquence d’utilisation) et subjectifs (odeur). Soulignons que la perception olfactive de l’applicateur est ici retenue comme un marqueur pertinent de l’exposition, alors que le discours préventif institutionnel souligne généralement les limitations de ce « savoir-faire de prudence » ouvrier (Cru et Dejours, 1983) au motif qu’il conduit à surévaluer le risque d’exposition par inhalation, à minimiser l’importance de l’exposition cutanée et à sous-estimer a priori la dangerosité des produits ne présentant pas d’odeur spécifique. En l’absence d’indication sur l’utilisation moyenne du filtre, et compte tenu du caractère composite et flou de la norme produite, il est au final impossible à l’applicateur de déterminer avec précision la fréquence de renouvellement requise.

19Que la norme résulte d’une évaluation scientifique solide (risk assessment) ou d’un arbitrage politico-administratif à partir des quelques données disponibles (risk management), elle se présente toujours comme une mesure de protection efficace contre le risque. En d’autres termes, par le truchement du droit et de la doxa de l’« usage contrôlé » (constamment actualisée par l’industrie chimique aux travers de ses formations, de ses ouvrages de référence, de ses liens étroits avec les structures de décision...), la fonction instrumentale de la norme au sein du système de mise sur le marché et d’utilisation des pesticides fait que le caractère satisfaisant ou non de l’expertise scientifique sur laquelle elle a été édifiée est relégué au second plan, sinon occulté. Le processus de normalisation invisibilise les bases sur lesquelles s’est prise la décision de recourir à tel ou tel EPI, parce qu’il produit avant tout de la croyance : celle qui permet de laisser circuler ces substances sur le marché et dans l’univers professionnel.

3. Migration saisonnière « OMI » et externalisation des atteintes

  • 23 Entretien avec M. A. Idrissi, op. cit. [4].

20Dix ans durant, M. A. Idrissi a travaillé comme ouvrier polyvalent dans les Bouches-du-Rhône, à raison de six mois par an. Après cinq saisons passées dans l’entreprise, il se voit confier l’épandage des pesticides. Il raconte cette expérience : « Je traitais soit avec la lance, soit avec le pulvérisateur à dos. Sans masque, ni combinaison, ni gants. Des masques, il y en avait pourtant dans la remise, mais le patron ne les sortait qu’en cas de contrôle. Dès la première semaine de traitement, des boutons sont apparus sur mes mains et se sont rapidement transformés en crevasses remplies de pus. À l’hôpital d’Avignon, on m’a diagnostiqué une allergie aux produits et recommandé de changer de métier. Mais bon, tu sais comment c’est le contrat OMI... Pas le choix. J’ai été arrêté deux semaines et c’est parti avec les médicaments. Mais dès que j’ai repris le travail, les boutons sont revenus. En quatre mois, j’ai fait trois séjours à l’hôpital. Et chaque année, c’était pareil ! J’ai passé trois scanners et un spécialiste m’a dit un jour : “Tu as maintenant de l’asthme aux poumons et l’allergie cutanée risque de s’étendre aux pieds”. C’est ce qu’il m’arrive depuis que je suis rentré au Maroc. En juillet 2000, le patron ne m’a pas prolongé le contrat. En arrêt maladie depuis avril, j’allais me faire soigner à l’hôpital, mais je n’étais plus en règle. Le 1er octobre, la police est venue m’arrêter là-bas. Quelqu’un de l’hôpital d’Avignon m’a dénoncé. Ils m’ont mis en garde-à-vue, puis au centre de rétention d’Arenc. J’y suis resté 15 jours, suis passé devant trois juges différents et finalement, j’ai été expulsé le 15 octobre. Depuis, je suis bloqué ici, sans contrat. Je dois payer moi-même les médicaments et c’est très cher parce que je dois en prendre une quinzaine.»23

21L’histoire de M. A. Idrissi donne à voir les différents canaux par lesquels les pathologies qui affectent les saisonniers OMI dans leur travail en France sont invisibilisées et externalisées. Car s’il existe a priori un lien d’« imputabilité » — du fait des époques de survenance et du caractère récurrent des éruptions —, entre l’exposition directe (pulvérisation) et indirecte au produit de traitement (contact avec les plans imbibés) et les manifestations allergiques, le caractère professionnel de l’affection ne fait l’objet d’aucune demande de reconnaissance par le salarié. De ce fait, les dépenses de santé engagées lors de son séjour en France sont prises en charge au titre de la branche « maladie » et non de la branche « accident du travail et maladie professionnelle » (AT-MP) à laquelle seul l’employeur cotise. Par ce biais s’opère une socialisation des coûts de reproduction de sa force de travail. D’un point de vue technique, si le tableau de maladies professionnelles (MP) n° 44 renvoie bien à des « lésions eczématiformes [et] urticaires de contact récidivant en cas de nouvelle exposition au risque » et identifie comme travaux susceptibles de provoquer ces affections « la manipulation ou emploi habituels, dans l’activité professionnelle, de tous produits », la relation de cause à effet, pour être établie, doit être confirmée par un « test épicutané positif au produit manipulé » (Abadia et al., 2010 : 311). En d’autres termes, la concordance entre les symptômes présentés et le descriptif clinique figurant dans le tableau des MP est en dernier ressort établie sur la base d’un examen qui n’est réalisable que dans la mesure où le salarié est capable de nommer le produit incriminé et qui n’a, en soi, aucune finalité thérapeutique. Cela suppose en revanche qu’il soit chargé de réaliser la préparation de la « bouillie » et qu’il manipule lui-même les bidons et autres emballages.

  • 24 Entretien avec le docteur Mokrani, Service des urgences de l’Hôpital de Salon-de-Provence (13), mai (...)

22Ce dernier élément constitue un obstacle commun à d’autres demandes de reconnaissance de MP liées à l’exposition aux pesticides. Dans le cas des affections provoquées par des substances insecticides et fongicides organophosphorées (tableau MP n° 11), le diagnostic doit être confirmé par un « abaissement significatif du taux de cholines-térase sérique et de l’acétylcholinestérase des globules rouges » (Abadia et al., 2010 : 292). Or, comme l’explique le docteur Mokrani, médecin urgentiste à l’Hôpital de Salon-de-Provence, cet examen n’est pas intégré dans le dispositif de soins, essentiellement fondé sur la clinique : « On distingue les intoxications graves et non graves. La littérature décrit toute une symptomatologie qui nous permet de faire la différence sur le plan clinique. Quand c’est grave, il s’agit d’un organophosphoré, bien entendu. La plupart du temps, les patients viennent avec la référence du produit. On fait de la réanimation, on utilise des antidotes de type Atropine, Contrathion... et puis, on hospitalise quelques jours. On [ne dose pas] la cholinestérase pour confirmer biologiquement l’impression clinique qu’on a. On ne la dose qu’en cas d’accident d’anesthésie au curare. On ne va pas attendre [les résultats d’] un examen qui ne se fait pas ici, mais dans un labo marseillais. On traite le symptôme en fait dans ces intoxications-là, pas une maladie. Nous on est un service d’urgences. On ne s’occupe pas de maladie professionnelle, c’est ça le souci »24.

  • 25 Même si une telle assertion reste prisonnière du principe selon lequel « la dose fait le poison », (...)

23La logique thérapeutique entre ici en conflit avec l’obligation médico-légale de pratiquer un test biologique pour valider le diagnostic et ouvrir un droit à réparation au titre de la maladie professionnelle. Dans les cas d’intoxications « graves » (qui sont a priori les plus susceptibles de générer des séquelles25 et donc de faire l’objet d’une demande de reconnaissance), non seulement le dosage de la cholinestérase n’est pas réalisé, mais de surcroît l’injection d’antidotes régénère l’enzyme neurotransmettrice et efface toute trace d’intoxication chimique. S’il y a effectivement ici urgence à stopper un processus d’intoxication pouvant être fatal au patient, le contre-exemple du curare montre que lorsque la responsabilité médicale est engagée (possible erreur médicale au cours de l’anesthésie), cet examen est intégré au protocole de prise en charge et est alors réalisé en amont et indépendamment des soins. Ce manque de convergence des logiques thérapeutiques et médico-légales s’explique, certes, par la différence de finalité de ces deux champs de la médecine (soigner d’un côté, prouver de l’autre), mais aussi par l’absence d’enjeu corporatif pour la profession médicale.

  • 26 L’« utilitarisme migratoire » renvoie à la « propension qu’ont les sociétés à régler la question mi (...)

24Retour maintenant auprès de M. A. Idrissi qui, malgré le lien établi par le médecin entre les symptômes et la manipulation d’un produit de traitement, opte pour le maintien dans l’emploi plutôt que pour une demande de prise en charge au titre de la maladie professionnelle. Le changement de métier recommandé par le praticien est impossible en l’absence d’un droit au séjour à la fois stable dans le temps et non conditionné à la réalisation exclusive de travaux agricoles chez un employeur donné. Le bridage de sa mobilité professionnelle, opéré par ce dispositif migratoire utilitariste26 qu’est le contrat saisonnier OMI, l’amène donc à chercher à « tenir » son travail pour ne pas risquer de le perdre, en gérant au mieux ses arrêts maladie, c’est-à-dire en ne s’arrêtant qu’en dernier recours. Ses hospitalisations systématiques constituent pour son employeur des gages que ces arrêts ne sont pas de complaisance et le mettent pour un temps à l’abri de toute suspicion de simulation. Mais à mesure que l’allergie progresse et devient de plus en plus invalidante, l’équilibre qui s’est construit entre le saisonnier et son patron, ce modus vivendi trouvé dans la gestion au coup par coup de cette affection, se rompt sous l’effet de l’allongement des périodes d’arrêt. L’employeur refuse finalement de prolonger le contrat initial, comme il le faisait jusque-là chaque année.

  • 27 Articles L.161-8 et R.161-3 CSS.

25Sans cette prolongation, c’est non seulement son droit au séjour qui s’éteint, mais également ses droits sociaux. Ses indemnités journalières (IJ), perçues au titre de la maladie afin de compenser sa perte de gain temporaire, sont en effet suspendues par la MSA à échéance de son contrat de travail, de même que ses allocations familiales et ses remboursements de soins. Cette pratique de la Caisse des Bouches-du-Rhône viole les dispositions du Code de sécurité sociale qui organisent le maintien des droits d’un assuré social durant quatre ans pour ce qui touche aux prestations en nature (remboursement de soins) et durant un an en ce qui concerne les prestations en espèces (IJ)27. En imposant un « infra-droit » dérogatoire (Lochak, 1976) qui suspend l’accès à une couverture sociale financée sur la base de la socialisation d’une partie du salaire perçu par M. A. Idrissi durant ses périodes d’activité, l’organisme de Sécurité sociale agricole participe activement à l’externalisation des coûts de prise en charge et donc à la séparation de la production et de la reproduction de la force de travail migrante. Cette séparation s’effectue en trois temps successifs : tout d’abord, l’« illégalisation » de M. A. Idrissi dès lors que sa présence sur le territoire n’est plus génératrice de plus-value pour son employeur ; ensuite, la criminalisation de sa prétention à soigner une affection contractée pendant et du fait de son travail — l’illégitimité de son corps malade au sein de l’hôpital rend ici compte de la démission de l’institution médicale face à l’impératif d’hospitalité, cette « hospitalité absolue [qui] commande de rompre avec l’hospitalité de droit, avec la loi ou la justice comme droit » (Dufourmantelle et Derrida, 1997 : 29) ; enfin, son expulsion, et donc l’extra-territorialisation de la pathologie vers le pays d’origine du saisonnier, sa famille et son mode de production domestique étant appelés désormais à supporter le coût du renouvellement de sa force de travail.

  • 28 Entretien avec Mlle Aïssaoui, Entressen (13), juin 2004.
  • 29 Entretien avec M. Ouelaouch, op. cit. [11].

26De par la nature de son affection, l’histoire de M. A. Idrissi met en lumière une forme d’altération de la santé commune chez les saisonniers OMI. Mais parce que les dermatoses de contact et autres eczémas contractés à la faveur de la manipulation des pesticides constituent pour ces hommes le lot commun du travail en agriculture intensive, ils donnent lieu à peu d’arrêts de travail et font la plupart du temps l’objet d’une pseudo-consultation en pharmacie ou d’une automédication. Une travailleuse sociale témoigne : « Un ouvrier est venu l’autre jour à la permanence et il se plaignait de démangeaisons dans le dos. Il a enlevé son tee-shirt : son dos était couvert de cloques. Il est allé à la pharmacie, où on lui a donné une crème »28. Entre 1985 et 1987, M. Ouelaouch travaillait quant à lui dans une exploitation de la région d’Arles. S’il était paysan avant de migrer en France, son travail n’avait toutefois rien de comparable avec celui demandé par cette grosse entreprise maraîchère intensive qui produit des courgettes, tomates et melons dans une soixantaine de serres, auxquelles s’ajoutent 14 hectares de plein champ. Il raconte son expérience : « Là-bas, je faisais un peu de tout. On plantait, récoltait, traitait... Le sulfate, je le passais avec mon beau-frère. Une fois tous les trois jours environ. Même quand les ouvriers travaillaient dans les champs. Sans masque, ni combinaison, rien de tout ça. Avant, on faisait la préparation. Ça consistait à mettre le produit dans la citerne et à le diluer avec de l’eau. Je ne sais pas quel produit on mettait, mais sur certains bidons, il y avait des têtes de mort. Après le traitement, je me chargeais aussi du nettoyage de la citerne. Ça, c’est la merde ! Quand tu enlèves le bouchon, l’eau et la mousse te coulent sur les mains et les bras, et ce, même si tu portes des gants. Ça brûle, ça gratte, ça fait des boutons. Le soir, j’avais les yeux qui piquaient, qui pleuraient. La gorge me brûlait, ça coinçait là [il pose sa main sur le haut de sa cage thoracique]. Et puis aussi, le mal de tête, le nez qui coule... Un jour, je suis allé chez le toubib, le généraliste du village. Je lui ai montré les boutons et je lui ai expliqué que je faisais le sulfate. Il m’a demandé si je mettais un masque, m’a donné des médicaments et m’a arrêté une semaine. J’ai pris les médicaments, mais je ne me suis pas arrêté. Le patron a fait pression en ce sens. Si j’étais resté dormir, il m’aurait foutu dehors »29.

27L’observance thérapeutique butte irrémédiablement sur la précarité du statut migratoire et d’emploi du saisonnier OMI et se heurte au refus (explicite ou anticipé) de l’employeur dès lors que le médecin recommande un arrêt de travail. Le travailleur migrant module donc le traitement en fonction de ses marges de manœuvre et faute de pouvoir s’arrêter, les allergies aux produits et autres gênes et pathologies non invalidantes sont considérées comme étant des « risques du métier » qu’il faut supporter et soigner a minima. Un grand nombre de saisonniers des serres interrogés décrivent les mêmes symptômes (asthénie, céphalée, larmoiement, rhinorrhée, dyspnée, crampes abdominales, nausées, diarrhées, etc.), témoignant d’une intoxication collective répétée aux pesticides. Ces traces renvoient d’ailleurs au descriptif des affections provoquées par les organophosphorés et les carbamates anticholinestérasiques, tel qu’il figure dans le tableau n° 11 des MP du régime agricole. Faute de faire l’objet d’un signalement et in fine d’une demande de reconnaissance, ces symptômes sont normalisés par les ouvriers, au sens où ceux-ci les intègrent à leur routine professionnelle. Car « la routine, c’est-à-dire la répétition incessante des mêmes gestes dans les mêmes situations, sans événement perturbateur, est une façon de construire la preuve de l’absence d’action toxique sur la personne » (Dodier, 1985 : 23-24).

  • 30 Entretien avec M. D. Idrissi, Miramas (13), septembre 2007.

28Les saisonniers chargés d’appliquer les pesticides rapportent par exemple qu’ils boivent systématiquement du lait après le traitement. Cette routine peut prendre des modalités différentes selon les salariés, car s’il existe une expérience et une pratique collective codifiée, la gestion du danger est en dernier recours individuelle, ce qui, au-delà de l’adhésion à la croyance et à la « communauté de pratiques » (Wenger, 1998), favorise les interprétations et conduites singulières. Si pour la majorité des saisonniers rencontrés, le pouvoir thérapeutique du lait réside dans son absorption, pour M. D. Idrissi (neveu de M. S. Idrissi), celui-ci agit comme une purge : « Un jour, mon frère et un collègue étaient en train de passer un pesticide, chacun avec un pulvérisateur. Moi, j’étais derrière. Je ramassais le plastique, je quittais les chenilles [abris bas de plastique montés sur arceaux]. Tout d’un coup, il s’est mis à faire très chaud. L’odeur du produit était très forte. Je suis tombé. J’ai dû arrêter de travailler. J’ai bu du lait, pour vomir, pour ne pas garder le produit. Je ne suis pas allé chez le médecin. Le lendemain, ça allait mieux, j’ai repris le travail »30

  • 31 Entretien avec M. Rabih, Entressen (13), juin 2004.

29Peu importe au fond que le lait ait ou non un effet antipoison ; l’essentiel est de répéter cette action après chaque exposition et de constater une disparition des symptômes d’intoxication le lendemain. Le salarié possède alors une norme de gestion du danger, dont la stricte observance lui donne une apparente confirmation empirique qu’elle est effective pour se protéger a minima des substances qu’il ne peut refuser d’épandre sans protection sans risquer de perdre son emploi la saison suivante. Si cette routine permet aux salariés de « faire avec » le risque au quotidien (De Certeau, 1990 [1980] : 231), son refoulé n’est que fonctionnel et la conscience du danger n’est jamais loin. Comme le reconnaît M. Rabih au détour d’un entretien : « Avant, c’était Abdel, le chef d’équipe, qui faisait le traitement mais il a eu des problèmes de gorge pour lesquels il est toujours soigné et le médecin l’a dispensé. Comme je sais conduire, le patron m’a dit de le remplacer. Je devais traiter 10 à 20 serres par jour. Sans masque et je prenais toute les vapeurs dans la gueule. Du coup, des fois, je rêve qu’un jour je vais chopper un cancer »31.

4. Conclusion

30Replacée au cœur d’une approche critique du gouvernement du monde toxique au travail, l’étude fine des récits et des parcours des ouvriers migrants OMI a permis de mettre au jour les apories de l’« usage contrôlé » des pesticides. Elle invite à une réflexion plus large sur la division internationale actuelle des risques du travail agricole au sein du capitalisme mondialisé. En situation réelle de travail, le recours intensif aux biocides de synthèse oblige les saisonniers étrangers des serres et vergers du sud de la France à « faire avec ». Ces contaminations n’ont cependant rien de commun avec celles que les modèles d’exposition simulent en vue de la mise en circulation de ces produits sur le marché. L’application en mélange, le contexte spécifique de la culture sous abris en région chaude, la coactivité et la réentrée sont autant d’angles morts d’un système de prévention pensé depuis le laboratoire et la technostructure. Cette « prévention par écran » qui tend à retourner la responsabilité de l’exposition contre le salarié se révèle d’autant plus ineffective que celui-ci est placé dans une situation de précarité qui lui interdit de facto d’exercer son droit de retrait et, a fortiori, de transformer le travail auquel il est assigné. Tandis que le caractère saisonnier de son emploi tend à effacer les traces de ces expositions clandestines, l’interdiction qui lui est faite de se fixer géographiquement comme son accès réduit aux droits sociaux et au dispositif de reconnaissance des AT-MP permettent une externalisation des coûts de reproduction de sa force de travail vers son pays d’origine et son économie familiale.

Haut de page

Bibliographie

Abadia, G., Brisbart, C., Cosset, Y., Delépine, A., Chapouthier-Guillon, A., Gorvel, A., 2010. Les maladies professionnelles. Guide d’accès aux tableaux du régime général et du régime agricole de sécurité sociale. INRS ED 835, Paris.

Baldi, I., Dedieu, F., Duby, C., Grillet, J.-P. et al. (2010). Phytosanitaires et pratiques agricoles : Phyt’attitude au cœur de la prévention (1997-2007), 10 années de bilans. CCMSA/Direction de la santé, 13, Bagnolet.

Berlan, J.-P., Gambade, I., 1981. Un quignon de pain : marché du travail et conditions de vie et de travail des ouvriers agricoles en agriculture intensive. INRA/CEFI, Rapport de recherche, Paris.

Bertrand, A., Chateauraynaud, F., Torny D., Charriau, J.-P., Gomel, B., 2007, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux : expérimentation d’un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticides. AFSSET/EHESS/GSPR, Rapport de recherche, Paris.

Bourdieu, P., 1986. La Force du droit. Actes de la recherche en sciences sociales, 64 (1), 3-19.

Callon, M., Lascoumes, P., Barthe, Y., 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Le Seuil, Paris.

Chaigneau, A., Chauvel G., 2004. Exposition des travailleurs sous serre aux pesticides. Document de synthèse SPV/Ministère de l’Agriculture, Paris.

Chateauraynaud, F., Debaz, J., Fintz, M., 2011. La Dose fait-elle toujours le poison ? Une analyse sociologique des mondes de la recherche et de l’expertise à l’épreuve des faibles doses. ANSES-GSPR/EHESS, Rapport de recherche, Paris.

Chateauraynaud, F., Torny D., 1999. Les Sombres Précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. EHESS, Paris.

Cru, D., Dejours, Ch., 1983. Les savoir-faire de prudence dans les métiers du bâtiment. Les cahiers médico-sociaux, 3, 239-247.

Daubas-Letourneux, V., 2005. Connaissance des accidents du travail et parcours d’accidentés. Regards sociologiques sur les angles morts d’une question de santé publique, Thèse de sociologie de l’université de Nantes.

Davezies, P., 2007. L’aptitude médicale dans le système français de santé au travail : origine, interrogations, débats. Médecine du travail & ergonomie, 44, 73-82.

De Certeau, M., 1990 (1980). L’invention du quotidien (I). Arts de faire. Gallimard, Paris.

Décosse, F. 2011. Migrations sous contrôle. Agriculture intensive et saisonniers marocains sous contrat MOI. Thèse de sociologie de l’EHESS.

Décosse, F., 2008. La Santé des travailleurs agricoles migrants : un objet politique ? Etudes rurales, 182, pp. 103-120.

Delemotte, B., 2004. Santé au travail en milieu agricole. Masson, Paris.

Dodier, N., 1994. Causes et mises en cause. Innovation sociotechnique et jugement moral face aux accidents du travail. Revue française de sociologie, 35, pp. 251-281.

Dodier, N., 1985. La construction pratique des conditions de travail : préservation de la santé et vie quotidienne des ouvriers dans les ateliers. Sciences sociales et santé, 3 (2), 5-39.

Dufourmantelle, A., Derrida J., 1997. De l’hospitalité. Calmann-Lévy, Paris.

Garrigou, A., Baldi, I., Dubuc, P., 2008. Apports de l’ergotoxicologie à l’évaluation de l’efficacité réelle des EPI devant protéger du risque phytosanitaire : de l’analyse de la contamination au processus collectif d’alerte. Pistes 10 (1), 17 p.

Garrigou, A., Mohammed-Brahim, B., 2009. Une approche critique du modèle dominant de prévention du risque chimique. L’apport de l’ergotoxicologie. Activités 6 (1), 49-67.

Jas, N., 2008. Pesticides et santé des travailleurs agricoles en France au cours des années 1950-1960. In: Bonneuil, Ch., Denis, G., Mayaud, J.-L. (Eds), Sciences, chercheurs et agriculture. Pour une histoire de la recherche agronomique. Quae/L’Harmattan, Paris, pp. 223-246.

Johnston, R., McIvor A., 2004. Oral History, Subjectivity and Environmental Reality: Occupational Health Histories in Twentieth-Century Scotland. Osiris, 19, 234-250.

Lochak, D., 1976. Observations sur un infra-droit. Droit social, 5, 43-49.

Meyer, J.-P., 1997. Astreinte physiologique lors d’opérations de retrait d’amiante. Documents pour le médecin du travail, 69, 19-25.

Mohammed-Brahim, B., 1996. Du point de vue du travail ou comment sulfater la vigne autrement : approche ergotoxicologique du traitement phytosanitaire en viticulture. Mémoire de DESS d’ergonomie de l’université Bordeaux II.

Mollard, A., 1977. Paysans exploités : essai sur la question paysanne. Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Morice, A., 2006. Pas de séjour sans travail, ou les pièges du contrat saisonnier. L’exemple des Marocains dans l’agriculture provençale. Migrations Société, 18 (107), 211-231.

Morice, A. 2004. Le Travail sans le travailleur. Plein droit, 61, 2-7.

Nash, L., 2004. The Fruits of Ill-Health: Pesticides and Worker’s bodies in Post-World War II California. Osiris 19, 203-219.

Nicourt, Ch., Girault J.-M., 2009. Le coût humain des pesticides : comment les viticulteurs et les techniciens viticoles français font face au risque. VertigO, 9 (3), 1-12.

Packham, C., 2006. Gloves as Chemical Protection. Can They Really Work? Annals of Occupational Hygiene, 50 (6), 545–548.

Pitti, L., 2010. Experts « bruts » et médecins critiques. Ou comment la mise en débats des savoirs médicaux a modifié la définition du saturnisme en France durant les années 1970. Politix, 3 (91), 103-132.

Prince-Deville, C., 1999. Accidents et incidents lors des fumigations au Bromure de Méthyle : enquête auprès des entreprises utilisatrices et de leurs applicateurs. Mémoire de DEST de l’université Paris VII.

Samuel, O., St-Laurent, L., Dumas, P., Langlois, É., Gingras, G., 2002. Pesticides en milieu serricole. Caractérisation de l’exposition des travailleurs et évaluation des délais de réentrée. Rapport de recherche IRSST, Montréal.

Supiot, A., 2007 (1994). Critique du droit du travail. PUF, Paris.

Sznelwar, L. I., 1992. Analyse ergonomique de l’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides. Essai ergotoxicologique. Thèse de doctorat du CNAM de Paris.

Testud, F., Garnier, Y., Delemotte, B., 2001. Toxicologie humaine des produits phytosanitaires, tome I. ESKA, Paris.

Thébaud-Mony, A., 2000. L’Industrie nucléaire, sous-traitance et servitude. Inserm-EDK, Paris.

Vuarin, R., 1980. Pour une typologie sociologique des exploitations agricoles françaises (II). Proposition de critères. Sociologie du Sud-Est, 22-23.

Wenger, E., 1998. Communities of Practice: Learning, Meaning, and Identity. Learning in Doing: Social, Cognitive and Computational Perspectives. Cambridge University Press, New York.

Wright, A., 2005 (1990). The Death of Ramon Gonzalez. The Modern Agricultural Dilemma. University of Texas Press, Austin.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec M. Marigot, porte-parole de la Confédération paysanne des Bouches-du-Rhône, Arles, juin 2004.

2 En 2005, l’OMI est remplacé par l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrants (ANAEM) qui fait place, en 2009, à l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII).

3 Sur l’intérêt heuristique des « histoires orales » et des parcours de vie en santé au travail, voir Johnston, R. et McIvor (2004) et Daubas-Letourneux (2005).

4 Entretien avec M. A. Idrissi, Douar Inahnahen, Ajdir (Taza, Maroc), septembre 2005. Le nom de l’ensemble des salariés interviewés a été modifié afin de préserver leur anonymat.

5 Sur les accidents lors de fumigations au BM au sein des entreprises utilisatrices, voir Prince-Deville (1999).

6 Entretien avec M. S. Idrissi, Douar Inahnahen, Ajdir (Taza, Maroc), septembre 2005.

7 Voir Baldi et al. (2010).

8 Entretien avec M. Habib-Chorfa, Salon-de-Provence (13), juin 2004.

9 Entretien avec M. S. Idrissi, op. cit. [6].

10 Entretien avec X, Bureau de la réglementation et de la sécurité au travail, ministère de l’Agriculture, Paris, novembre 2007.

11 Entretien avec M. Ouelaouch, Douar Inahnahen, Ajdir (Taza, Maroc), septembre 2005.

12 Il faut noter à ce propos que les médecins du travail ont été tardivement concernés par les questions sanitaires relatives aux pesticides (Jas, 2008). Pour une vision critique de la visite d’aptitude en lien avec l’exposition des travailleurs à des substances toxiques, voir Davezies (2007).

13 Depuis 2001, l’article R230-1 du Code du travail impose à l’exploitant d’établir un document unique d’évaluation des risques au moyen duquel il identifie les activités et postes dangereux et signale les salariés exposés aux services de médecine du travail en vue d’une surveillance spécifique éventuelle. Les agents de contrôle rencontrés indiquent que cette obligation est très peu respectée dans les petites entreprises et que les documents présents dans les plus grandes structures ne correspondent pas à la réalité du procès de production, ne sont pas actualisés et ne débouchent qu’occasionnellement sur une démarche de prévention et de réduction des risques. Quant au signalement des saisonniers OMI proprement dit, celui-ci se heurte au fait que ces derniers sont rarement formés à la manipulation des pesticides, ce qui de fait expose l’employeur à des sanctions et l’incite donc à ne pas publiciser les conditions réelles de travail.

14 Entretien avec M. Soussi, Saint-Chamas (13), juin 2004.

15 Directive 89/391/CEE du 12 juin 1989, Journal officiel n° L 183 du 29/06/1989.

16 Entretien avec M. El Fakiri, Entressen (13), juin 2004.

17 Entretien avec M. A. Idrissi, op. cit. [4] ; entretien avec M. Soussi, op. cit. [14].

18 Selon l’enquête SUMER 2002-2003, la moitié des salariés exposés à au moins un produit n’a accès à aucun équipement de protection individuelle et, dans 20 % des cas, aucune protection collective n’a été déclarée. Par ailleurs, d’après une enquête menée en 1988 par la MSA et le réseau de toxicovigilance Phyt’attitude auprès des salariés, 44,8 % des utilisateurs ne disposaient d’aucun EPI. Cette proportion est environ égale pour les exploitants en 1987 (Delemotte, 2004 : 148).

19 Notes de service du Bureau de la réglementation et de la sécurité au travail, ministère de l’Agriculture, DGFAR/SDTE/N2006-5029 et DGFAR/SDTE/N2005-5014.

20 Note de service DGFAR/SDTE/N2006-5029 : 13.

21 Note de service DGFAR/SDTE/N2005-5014 : 11.

22 Norme AFNOR FD S 76-050 citée in Note de service DGFAR/SDTE/N2003-5001.

23 Entretien avec M. A. Idrissi, op. cit. [4].

24 Entretien avec le docteur Mokrani, Service des urgences de l’Hôpital de Salon-de-Provence (13), mai 2006.

25 Même si une telle assertion reste prisonnière du principe selon lequel « la dose fait le poison », et ignore donc l’effet des faibles doses (notamment le rôle de perturbateur endocrinien) (Chateauraynaud et al., 2011).

26 L’« utilitarisme migratoire » renvoie à la « propension qu’ont les sociétés à régler la question migratoire sur l’intérêt (ou le désavantage) escompté des étrangers qu’elles font ou laissent venir, principalement sous le rapport de la force de travail fournie » (Morice, 2004 : 2).

27 Articles L.161-8 et R.161-3 CSS.

28 Entretien avec Mlle Aïssaoui, Entressen (13), juin 2004.

29 Entretien avec M. Ouelaouch, op. cit. [11].

30 Entretien avec M. D. Idrissi, Miramas (13), septembre 2007.

31 Entretien avec M. Rabih, Entressen (13), juin 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Décosse, « Entre « usage contrôlé », invisibilisation et externalisation. Le précariat étranger face au risque chimique en agriculture intensive », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 3 | 2013, 322-340.

Référence électronique

Frédéric Décosse, « Entre « usage contrôlé », invisibilisation et externalisation. Le précariat étranger face au risque chimique en agriculture intensive », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 3 | Juillet-Septembre 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/11585 ; DOI : 10.4000/sdt.11585

Haut de page

Auteur

Frédéric Décosse

Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux
190 avenue de France, 75244 Paris Cedex 13, France
Centre d’études mexicaines et centre-américaines, Sierra Leona
330, Col. Lomas de Chapultepec, Delegación Miguel Hidalgo, Mexico 11000 D.F., Mexique
freddecosse[at]yahoo.fr

fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals