Navigation – Plan du site
Comparer : enjeux théoriques et méthodologiques

Ségrégation résidentielle et quartiers refondés. Usages de la comparaison entre Paris et Milan

Residential Segregation and Refounded Neighborhoods. The uses of comparison in Paris and Milan
Bruno Cousin
p. 214-236

Résumés

À travers une approche articulant plusieurs comparaisons — inter-locale, internationale et interconceptuelle — cet article identifie, au sein de la mosaïque socio-spatiale des grandes métropoles européennes, une configuration d’auto-ségrégation des classes supérieures et un rapport à la mixité que la recherche avait ignorés jusqu’ici. Ce mode spécifique de production et d’habitat de la ville est analysé dans des quartiers à forte concentration de cadres, proches des nouveaux centres d’affaires, et est qualifié de refondation. En effet, il ne peut être ramené à la préservation d’un entre-soi bourgeois traditionnel, à de la gentrification progressive ou à de la sécession périurbaine ; ni à une combinaison quelconque des trois. Il s’agit au contraire d’un phénomène original, dont les traits constitutifs ainsi que les déclinaisons à Paris et à Milan ne peuvent être pleinement appréhendés que par une démarche compréhensive.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur tient à remercier Edmond Préteceille, Marco Oberti, Enzo Mingione, Arnaldo Bagnasco, Luc Boltanski, Tim Butler, Sébastien Chauvin, Michèle Lamont, Patrick Le Galès, Anne Raulin et Tommaso Vitale, ainsi que le comité de rédaction de Sociologie du travail, pour leurs généreux commentaires sur les versions antérieures de ce texte.

Texte intégral

1Les travaux quantitatifs sur la division sociale de l’espace francilien (Préteceille, 2003, 2006 ; Oberti et Préteceille, 2011), en reconnaissant plusieurs types d’espace sélectifs caractérisés par des mélanges socio-professionnels distincts, ont démontré la nécessité d’analyser les rapports des classes supérieures, et moyennes-supérieures, à la mixité sociale de manière différenciée et localisée. Pourtant, la plupart des études récentes continuent à en rendre compte en généralisant les résultats obtenus sur des cas particuliers (par exemple les beaux quartiers traditionnels de la bourgeoisie patrimoniale), ou en donnant un modèle explicatif général qui postule a priori — ou infère à partir de tendances observées au niveau macro — les représentations et motivations « séparatistes » des acteurs (Maurin, 2004). De même, nombre de recherches décrivent désormais l’essaimage international des formes urbanistiques et résidentielles prisées par les classes supérieures en supposant qu’il traduit une homogénéisation, résultant de la mondialisation, de leur rapport à la ville et à la mixité ; mais sans vérifier cette hypothèse empiriquement par une approche compréhensive.

  • 1 Les entretiens semi-directifs ont porté principalement sur les usages de ces espaces et leurs repré (...)

2En réponse à ces travers, les enquêtes à l’origine de cet article ont été conçues comme une contribution à l’analyse différenciée et compréhensive des dynamiques d’auto-ségrégation des classes supérieures, et des espaces résidentiels où celles-ci se concentrent. Elles ont été menées entre 2004 et 2008 dans cinq quartiers des proches banlieues parisienne et milanaise, caractérisés par une surreprésentation forte des populations de cadres (surtout du secteur privé). Il s’agit d’ensembles de haut standing, constitués de centaines ou de milliers de logements en immeubles collectifs, surgis depuis 35 ans à proximité des nouveaux centres d’affaires de La Défense (à Paris) et de Segrate, l’une des rares communes de la banlieue milanaise où se sont développés des quartiers aisés, espaces supérieurs éloignés du prestigieux centre-ville historique. Les complexes résidentiels de Milano San Felice et Milano 2 furent ainsi bâtis durant les années 1970, le Faubourg de l’Arche et les micro-quartiers du Jardin des Tournelles (Courbevoie), et de la pointe orientale de l’Île de la Jatte (Levallois-Perret), durant les années 1990 et 2000. Dans le cadre d’une démarche multi-méthodes, 89 entretiens approfondis ont été réalisés avec leurs résidents : 55 en France et 34 en Italie1.

  • 2 Ce terme évite d’avoir à reprendre l’un ou l’autre des plus courants dans le vocabulaire urbanistiq (...)

3Les résultats présentés ici sont principalement issus de leur analyse : ils montrent qu’à ces pièces originales de la mosaïque socio-spatiale des plus grandes métropoles européennes correspond un mode particulier de production et d’habitat de la ville, que nous nommons refondation2. Nous le décrivons au travers d’une approche combinant comparaisons inter-locale, internationale et interconceptuelle (i.e. entre des idéaux-types) : d’abord en présentant les caractéristiques propres de la refondation, qui la rendent irréductible aux autres dynamiques urbaines de forte augmentation du niveau social d’un quartier ; ensuite en montrant comment les façons dont elle se décline respectivement à Paris et à Milan renvoient à des spécificités nationales en termes de stratification sociale et de rapports de classes. En effet, ces spécificités structurent les motivations et les ressorts de l’agrégation affinitaire, qui ne peut donc être étudiée sans prendre en compte le sens que les acteurs lui confèrent.

4Avant de s’engager dans ces deux étapes principales de notre analyse, il convient toutefois de commencer par une brève présentation du protocole de sélection des terrains étudiés.

1. Le cadrage quantitatif : comparer pour identifier le comparable

  • 3 Nous avons retenu dans notre étude, la classification d’E. Préteceille et extrait deux types supéri (...)

5Depuis une dizaine d’années, la typologie des quartiers franciliens élaborée par Edmond Préteceille (2003) reste un instrument essentiel pour identifier les parties de la métropole qui n’ont pas encore été étudiées par des enquêtes de terrain et — inversement — pour permettre une généralisation raisonnée des résultats issus de monographies locales3. Plusieurs travaux récents s’y sont ainsi appuyés pour circonscrire leurs objets : qu’il s’agisse, par exemple, d’espaces populaires des « petits-moyens » (Cartier et al., 2008) ou d’espaces moyens-mélangés de grande banlieue (Charmes, 2011).

  • 4 Parmi les 18 types d’espaces identifiés par E. Préteceille, les espaces SBE comptent en moyenne 46, (...)

6Concernant les espaces supérieurs, cette typologie a permis d’établir que, si les configurations socio-spatiales locales propres aux quartiers bourgeois anciens et à ceux en cours de gentrification progressive ont déjà été analysées de manière détaillée, d’autres ont été négligées par la recherche. C’est le cas du type SCE qui compte des cadres d’entreprise et ingénieurs, des chefs d’entreprise et des professions intermédiaires des entreprises. Souvent situé entre les beaux quartiers de la bourgeoise d’affaires et des espaces moyens, voire populaires, le type SCE sert de zone-tampon dans la distribution géographique. Il est quasiment inexistant à Paris et dans les autres départements de la première couronne, mais présent dans les Hauts-de-Seine, et essentiellement situé à proximité de La Défense. Deux de nos terrains franciliens (à Courbevoie) ont donc été sélectionnés au sein de ce type jusque-là inexploré, tandis que la pointe levalloisienne de l’Île de la Jatte, bien que choisie dans le type SBE pour leur être légèrement supérieure socialement, partage la même liminalité par rapport au cœur historique des beaux quartiers ainsi que la proximité du nouveau centre d’affaires4.

  • 5 Espaces regroupant environ 2 000 habitants.

7Pour l’agglomération milanaise — troisième ville en nombre d’habitants et troisième place économique d’Europe, après Paris et Londres — on ne disposait pas d’emblée d’une typologie des espaces permettant la comparaison avec les terrains français et il a donc fallu la construire (Cousin et Préteceille, 2008). Nous avons d’abord procédé à une harmonisation des données censitaires italiennes avec celles utilisées pour Paris : en circonscrivant la métropole lombarde pour qu’elle corresponde au mieux à une aire urbaine au sens français défini par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)5 ; en ayant recours à une échelle de découpage spatial semblable à celle des « îlots regroupés pour l’information statistique » (Iris de l’Insee) ; et en convertissant la nomenclature socio-professionnelle cisalpine en professions et catégories socio-professionnelles (PCS). Nous avons alors pu obtenir, en mobilisant les mêmes analyses factorielles et algorithmes de classification qu’en France, une typologie de quartiers propre à Milan qui permet l’identification des différentes pièces de sa mosaïque socio-spatiale et l’analyse fine de ses contrastes et juxtapositions.

  • 6 Parmi les 19 types d’espaces identifiés par la typologie milanaise, BB (espaces supérieurs à connot (...)

8Ainsi, parmi les quatre premiers types d’espaces milanais, le type BC a été identifié comme l’équivalent milanais du SCE : San Felice (entièrement de type BC) et Milano 2 (composé des types BC et BB)6 sont donc des quartiers comparables à ceux choisis à Courbevoie et à Levallois. En effet, en plus de partager une surreprésentation des mêmes catégories socio-professionnelles, ces espaces se ressemblent : en termes de centralité/périphéricité au regard du centre-ville et du nouveau centre d’affaires ; en termes de regroupement des types auxquels ils appartiennent ; et en termes d’exposition aux autres types qui leur sont contigus ou proches géographiquement (Massey et Denton, 1988). Enfin, en Italie comme en France, ces espaces n’avaient fait l’objet d’aucune recherche antérieure.

  • 7 Avec toutefois une part plus importante de chefs d’entreprise et de professions libérales en Italie (...)
  • 8 Autant de qualifications qu’elle partage avec des métropoles comme Madrid et Amsterdam.

9On a donc sélectionné les quartiers étudiés en tenant compte de leurs positions relatives dans les mosaïques sociale et spatiale de chacune des deux villes, plutôt que de leur simple concentration en catégories socio-professionnelles supérieures. Si à l’échelle nationale, l’Italie et la France des années 1990 et 2000 comptaient une proportion similaire de catégories supérieures parmi les actifs7, il n’en allait pas de même des métropoles milanaise et parisienne. Les nombreuses hiérarchies entre villes européennes, établies par les géographes et les sociologues, s’accordent pour classer différemment les deux agglomérations. Alors que Paris, à l’instar de Londres, se voit systématiquement attribuer un niveau 1 correspondant au modèle de la ville globale multifonctionnelle et de la capitale centralisatrice, Milan se caractérise par une spécialisation plus marquée. Elle est avant tout une grande place financière et commerciale, mais sans pour autant atteindre les flux parisiens en ces domaines ; ce qui lui vaut d’être systématiquement classée au niveau 2 et définie selon les cas comme une « métropole internationale spécialisée », une « région urbaine d’importance internationale » (mais non mondiale), une « euro-métropole » ou l’une des « principales villes européennes » (Bonnet, 1994 ; Bagnasco et Le Galès, 1997 ; Rozenblat et Cicille, 2003)8. En conséquence, parce qu’elle est la capitale économique du pays, Milan compte au sein de sa population active une part de cadres d’entreprise plus élevée que n’importe quelle autre grande ville italienne ; mais ce taux reste tout de même nettement inférieur à celui mesuré en Île-de-France, et n’atteint jamais localement des niveaux aussi élevés que dans les beaux quartiers parisiens.

10Ainsi, le choix des quartiers étudiés ici — loin de résulter d’une approche inductive — découle à la fois : du recours aux deux typologies socio-statistiques des espaces, élaborées respectivement pour chacune des métropoles (et permettant la comparaison intra-métropolitaine) ; d’une attention aux homologies entre les typologies elles-mêmes, notamment en termes de relations entre les types d’une même ville plutôt qu’en termes de similitudes ponctuelles entre un type milanais et un type francilien (afin de mettre en place une comparaison inter-métropolitaine contrôlée) ; et de la sélection préalable de deux villes qui, malgré leurs différences démographiques et de rôle dans le système-monde, présentent de nombreux points communs, liés à leurs rôles économiques de premier plan au niveau national.

2. Quartiers de refondation : un nouvel idéal-type

11La deuxième étape de notre démarche analytique s’appuie également, et à double titre, sur la comparaison. À partir de l’étude qualitative — à la fois historique, ethnographique et par entretiens — des cinq quartiers sélectionnés comme terrains d’enquête, et d’une analyse secondaire des données recueillies par Tim Butler sur des espaces londoniens similaires, on dégage un ensemble de caractéristiques communes à tous qui dessinent une dynamique d’auto-ségrégation résidentielle et un rapport à la mixité sociale spécifiques. L’originalité des quartiers refondés apparaît pleinement à l’aune d’une autre comparaison : celle qui les confronte aux divers modèles de la sociologie urbaine rendant compte de l’élévation sociale d’un espace. Cette confrontation agit alors comme une opération de différenciation et de construction idéal-typique qui souligne l’irréductibilité de la refondation à d’autres phénomènes déjà connus.

12En effet, les quartiers refondés ne peuvent être décrits à l’aide des catégories mobilisées habituellement pour expliquer les comportements résidentiels des classes supérieures et moyennes, et leur participation à la ségrégation sociale dans les grandes métropoles européennes. Ils ne relèvent ni de la préservation ou du renforcement d’un entre-soi bourgeois traditionnel (Pinçon et Pinçon-Charlot, 1989, 1992, 2007), ni d’une gentrification progressive (Glass, 1964 ; Bidou-Zachariasen, 2003, 2008 ; Brown-Saracino, 2010 ; Tissot, 2011), ni d’un processus de sécession péri-urbaine (Jaillet, 1999 ; Berger, 2004 ; Jaillet et al., 2006 ; Charmes, 2011). Ils en diffèrent autant par les grandes opérations immobilières d’arasement, reconstruction, repeuplement (et parfois cloisonnement), qui ont effacé la mémoire des lieux antérieurs, que par les représentations et les usages que leurs habitants ont de l’espace urbain, et par les motivations de leurs choix résidentiels. Le caractère systématique de la comparaison proposée ici entre la refondation et les autres dynamiques urbaines montre bien qu’elle ne peut être réduite ni à la variante d’un autre processus, ni à un croisement entre plusieurs d’entre eux (voir tableau 1).

  • 9 Sur les Docklands, voir également Janet Foster (1999), dont les résultats sont intégrés à l’analyse (...)

13On se démarque ainsi des conclusions de T. Butler (2003, 2007) lorsqu’il analyse plusieurs quartiers londoniens du sud de Tower Hamlets, ainsi que des zones limitrophes de Surrey Quays et Royals qui ont été entièrement rebâtis depuis la fin des années 1980 et principalement repeuplés par les salariés des multinationales travaillant dans le nouveau centre d’affaires de Canary Wharf. T. Butler y voit bien sûr un cas de « gentrification par le capital » (Smith, 1979 ; Warde, 1991) et de new-build gentrification (Davidson et Lees, 2005, 2010), mais également — et surtout — le produit des propriétés sociales, des préférences et des pratiques résidentielles d’habitants qui ne feraient que combiner certains traits des gentrifieurs des centres-villes avec nombre d’autres propres aux gentrifieurs périurbains. Alors qu’il nous semble au contraire que ces quartiers d’habitations des Docklands9 (leur histoire, leur configuration urbaine et leurs habitants), à l’instar de ceux que nous avons étudiés à proximité de La Défense et à Segrate, relèvent du phénomène original qu’est la refondation.

  • 10 Et d’abord sur les espaces populaires ou d’artisanat ayant un lointain passé avec les élites comme (...)

14En s’appuyant sur un appareil conceptuel forgé en grande partie par Richard Sennett dans La Conscience de l’œil (1991), on peut tout d’abord décrire ces quartiers comme des espaces neutres et standardisés. La refondation concerne d’anciens espaces populaires et industriels, qui ont été arasés, rebâtis et repeuplés par de nouveaux habitants : cette première spécificité les distingue des quartiers des centres-villes gentrifiés par la réhabilitation de logements ou les changements d’usage du bâti, mais aussi des quartiers bourgeois traditionnels qui, le plus souvent, ont été construits sur des zones vierges. Par ailleurs, sur ces espaces populaires, les gentrifieurs tentent de s’inscrire dans la continuité en s’appropriant la mémoire des lieux, au niveau matériel et symbolique, quitte, tout en célébrant cette mémoire collective, à laisser la pression du marché en expulser progressivement les vrais détenteurs10. Au contraire, les résidents des quartiers de refondation ignorent tout ou presque du passé — même très récent — des espaces qu’ils habitent.

15Ainsi, rares sont les habitants de l’allée Claude Monet qui ont connu la pointe levalloisienne de l’Île de la Jatte 15 ans plus tôt, à l’époque où elle était une friche parsemée d’ateliers. Ceux des ensembles résidentiels entourant le Jardin des Tournelles ignorent presque tous qu’ils vivent à l’emplacement qu’occupait, jusque dans les années 1990, l’une des principales usines Thomson de la région. Et au Faubourg de l’Arche, seule la proximité de la centrale thermique de La Défense rappelle parfois à certains l’histoire d’un quartier où maisons individuelles et logements collectifs ont côtoyé usines et casses automobiles et où une explosion a ouvert la voie, en 1994, à une gigantesque opération de démolition, promotion et construction immobilières. Quant aux quartiers de San Felice et Milano 2, la majorité des résidents, qui y vivent parfois depuis plus de 30 ans, continuent à croire qu’ils ont été bâtis sur des terrains agricoles inhabités.

16L’effacement de la mémoire des lieux s’accompagne le plus souvent d’une réinvention de l’identité locale sur un mode standardisé à prétention universelle, c’est-à-dire fondé sur les références supposées les plus consensuelles parmi les nouveaux habitants. Il en va ainsi de la taxinomie néo-classique des rues et des bâtiments, souvent porteuse de connotations « Renaissance », et de l’utilisation généralisée d’un vocabulaire visuel d’inspiration « italienne », qui caractérisent les quartiers refondés de Courbevoie. Cette réinvention fait l’objet des critiques les plus virulentes des visiteurs déclarant qu’ils n’aimeraient pas habiter là (et dénonçant le caractère « factice » ou « artificiel » de ces espaces), ainsi que des habitants aux professions les plus intellectuelles et culturelles qui se plaignent parfois d’habiter dans « un quartier en plastique » alors qu’ils apprécient « l’Histoire » et « les vieilles pierres ».

17Par ailleurs, habiter un quartier refondé participe pour la plupart des interviewés du choix explicite d’un voisinage socialement homogène, motivé par le refus d’être exposé à la diversité et à l’altérité. Ces dernières sont perçues comme une menace à la tranquillité, à un mode de vie de classe, et aux perspectives d’ascension sociale des enfants censées en découler. D’autant plus que les ingénieurs et cadres d’entreprise surreprésentés dans les espaces étudiés — contrairement aux professions artistiques, culturelles et de l’éducation — voient beaucoup plus souvent dans l’exposition à l’altérité sociale une source d’interactions qui seraient pour eux des coûts purs.

18Les quartiers de refondation sont donc des espaces « inoffensifs », au sens que R. Sennett donne à ce terme : quasiment non signifiants et conçus pour dissiper la menace (réelle ou fantasmée) du contact social. Neutralité et homogénéité sociale empêchent ainsi leurs habitants d’atteindre une centered identity, c’est-à-dire une identité « centrée » ou « équilibrée » au milieu d’une pluralité acceptée comme telle ; elles sont ainsi à la fois la cause et la conséquence d’un habitus d’intolérance (voire de crainte) se renforçant lui-même. D’autant que les ensembles résidentiels se trouvent à proximité des nouveaux centres d’affaires de Paris, Londres et Milan, où l’organisation du travail, la sécurisation constante des espaces et les formes architecturales définissent déjà un monde sans urbanité auquel les quartiers adjacents sont articulés.

Tableau 1. Les différents processus de peuplement à l’origine d’un upgrading social au sein des métropoles européennes et leurs rapports à la ville

Rapports à la ville

Processus de peuplement

 

Embourgeoisement et préservation d’un entre-soi bourgeois

Gentrification

Refondation

Sécession périurbaine

Type de quartier concerné

Communes ou quartiers bourgeois traditionnels

Anciens quartiers populaires et moyens du centre-ville ; quartiers historiques des anciennes communes populaires de proche banlieue

Anciens espaces populaires et industriels désormais à proximité des nouveaux centres d’affaires

Grande banlieue

Type d’habitat prédominant

Demeures ou immeubles anciens

Immeubles collectifs et maisons de ville réhabilités

Immeubles collectifs neufs (habitat homogène et standardisé)

Maisons individuelles neuves

Usage de l’espace

Mixte (pour les quartiers centraux) ou résidentiel (pour les communes périphériques)

Mixte

Résidentiel (essentiellement)

Résidentiel

Population principale à l’origine du processus

Bourgeoisie patrimoniale

Classes supérieures à capital culturel prédominant

Cadres du privé, classes supérieures salariées à capital économique prédominant

Classes moyennes et classes populaires stables

Rapport à la mémoire des lieux

Valorisation : accumulation de capital symbolique autour d’une « griffe spatiale » à préserver

Valorisation

Effacement et réinvention

Valorisation ou réinvention

Rapport revendiqué à la mixité sociale

Refus

Valorisation

Refus

Refus

Représentation du lien social local

Entre-soi de classe

Village urbain (sociabilité transversale et effervescente)

Communauté concurrentielle de destinée

Voisinage paisible (parce qu’homogène) visé pour lui-même

Conditions locales de construction identitaire

Perpétuation d’une conscience de classe bourgeoise

Hybridité

Ordre séquentiel

ordre séquentiel

Relation entre forme et fonction des espaces

Négociée entre les résidents et les entreprises exploitant le capital symbolique local (pour éviter tout processus de boulevardisation)

Narrative

Linéaire

Négociée entre les résidents

Rapport des habitants à la mobilité dans la ville

Résidentialité urbaine (minimisation de la mobilité comme critère premier)

Urbanité résidentielle (choix d’un quartier qui cumule/combine tous les usages de la ville)

Mobilité fonctionnelle minimisée sous contraintes

Hypermobilité contrainte

Conditions d’accessibilité au quartier

Barrières symboliques (parfois physiques)

Pas de barrières

Barrières physiques (parfois enclosure)

Isolement (parfois barrières physiques)

« Surtout, cela permet de poser des limites : de s’isoler pour se préserver, et se donner une certaine qualité de vie. […] Ici, la résidence, le quartier, cela représente mon intimité, mon cadre de vie ; et donc, effectivement, c’est bien délimité comme mon pré carré. Et je n’ai pas envie de subir les agressions, quelles qu’elles soient — même si le terme "agression" est à mettre entre guillemets — d’un autre cercle plus éloigné. Je tiens à mon périmètre, qui me permet justement de garder à distance les autres. Chacun sa vie, chacun son mode de fonctionnement : moi, j’ai trouvé le mien, et je n’ai pas forcément envie que des gens — qui ne partagent rien avec moi — viennent dans mon périmètre » (Karine, 38 ans, cadre supérieur commercial dans les télécommunications, Jardin des Tournelles).

  • 11 Le terme extracomunitario, introduit dans le discours public italien à la fin des années 1980, se r (...)

« En réalité, en termes de tranquillité et de sécurité, il n’y a pas de gros problème. Un peu comme partout où il y a de l’argent, il y a quelques cambriolages, mais rien de grave. Mais, pour moi, c’est important de vivre dans un environnement où on peut quand même circuler tranquillement, sans risque de rencontrer certaines personnes : la racaille [gentaglia]. Parce qu’il faut dire que depuis quelques années, il me semble, certaines zones… une grande partie de Milan en fait… ont été un peu envahies par des immigrés extracommunautaires11 de provenances variées, et certaines zones se sont un peu dégradées de ce fait. Je ne veux pas tenir de propos racistes, parce que je ne le suis pas ; mais il y a quand même un certain type de personnes qui vivent de fait dans certaines zones de la ville. Donc ces zones sont occupées plus par des étrangers que par des Italiens ; et du coup, dans ces endroits, je n’y vivrais pas volontiers. Quand je dois y passer le soir, je ne m’y sens pas en sécurité. Et je pense que, de ce point de vue, Milano 2 a bien réussi à préserver, au cours des années, son… indépendance, et son identité. Alors que Milan, la ville de Milan, a empiré » (Armando, 41 ans, ingénieur salarié d’une petite entreprise électrique, Milano 2).

« En général, il y a une attitude de crainte à l’égard de toute personne inconnue, étrangère au quartier. Dès qu’il y a quelque chose de soi-disant suspect, les "gros verts" — les gardes du quartier — sont appelés à intervenir. Moi, j’habite ici depuis 25 ans et parfois, quand je sors le soir me promener en fumant une clope, en n’emmerdant personne, il m’arrive encore qu’il y ait Madame Machin ou Truc qui — me voyant passer — appelle la sécurité » (Marco, 35 ans, technicien dans une PME de réalisation audiovisuelle, Milano 2).

  • 12 Même dans les cas de gentrification revanchiste tels qu’ils ont été analysés à New York et Philadel (...)
  • 13 R. Sennett (1994) évoque le refus d’être exposé comme participant historiquement d’une notion de re (...)

19Ainsi, alors que la gentrification participe de l’acceptation d’un certain risque inhérent à la vie en ville (Savage et Warde, 1993) et d’une reconnaissance de la diversité urbaine comme stimulus profitable12 et condition d’affranchissement de nombreuses normes, la refondation apparaît comme le dernier avatar d’une peur d’être exposé. Cette peur se retrouve notamment au cœur de l’imaginaire religieux judéo-chrétien13 où elle se mêle et se confond avec le refus de l’urbanité (laquelle est perçue comme source de tous les dangers et susceptible de déstructurer une identité qu’il s’agit de sauvegarder source de tous les dangers et susceptible de déstructurer l’identité).

20Loin d’atteindre une identité « centrée », les habitants des quartiers refondés se conçoivent au contraire comme les membres d’une communauté concurrentielle de destinée. C’est-à-dire que les voisins partagent approximativement une condition socio-économique semblable (même si des différences non négligeables peuvent exister, notamment entre propriétaires et locataires), mais surtout des aspirations semblables en termes de mobilité sociale intra et intergénérationnelle. Ils se distinguent ainsi de la bourgeoisie patrimoniale des beaux quartiers attachée au maintien d’un entre-soi de classe comme facteur de reproduction sociale plus que de mobilité ; des gentrifieurs qui essaient de ressusciter une identité et une interconnaissance locales — largement mythifiées — de village urbain (Jacobs, 1961 ; Chalvon-Demersay, 1984) ; comme des classes moyennes qui optent pour un habitat pavillonnaire censé constituer un espace confortable et un voisinage paisible (parce qu’homogène) recherchés pour eux-mêmes et au sein desquels la concurrence pour l’ascension sociale est moindre, ou moins explicitement mise en avant, que dans les quartiers de refondation. En effet, dans ceux-ci, l’ambition généralisée et la proximité géographique des « beaux quartiers » de la bourgeoisie — qui rend tangible les objectifs visés — conduisent les familles des classes supérieures récentes à envisager les choix résidentiels, de sociabilité et de socialisation selon une logique de performance en termes d’insertion économique et de mobilité sociale :

« Par rapport à un quartier de Milan, à un quartier de la ville, Milano 2 est certainement plus homogène, plus uniforme, surtout par rapport à la réalité sociale. Ici, les habitants sont habitués à voir des gens aisés, sans problème : des gens comme eux » (Michela, 37 ans, enseignante, Milano 2).

« Les gens qui sont ici… sont des gens qui sont plus ou moins battants ; donc qui ont une vision de leur parcours et de ce qu’ils attendent pour leurs enfants » (Idris, 38 ans, consultant indépendant, Faubourg de l’Arche).

« Et, pour tout vous dire, on se reconnaît bien dans le groupe social auquel on appartient. Le seul problème qui s’est quand même posé… c’est que, bon, à Neuilly [où l’interviewé a scolarisé ses enfants] il y a beaucoup de gens comme nous, mais il y a aussi des super-friqués, et — du coup — à un moment, vers 10 ans, 12 ans, nos enfants nous ont quand même demandé si on était des riches ou des pauvres… Mais on les a quand même mis là-bas parce qu’on se sent proche de cette population ; on assume notre statut de bourgeois, si vous voulez. Et pour le niveau scolaire bien sûr, avant toute chose » (Charles, 44 ans, cadre dirigeant dans l’aéronautique, Jardin des Tournelles).

« Quand je suis passé de l’appart de mes parents à celui que j’ai acheté dans une autre résidence du quartier, en 2001, pour y vivre avec ma femme, j’ai retrouvé comme voisins de palier deux personnes du même âge que nous, qui avaient aussi grandi ici, et que je connais depuis que je suis gamin. Eh ben, en six ans, on a même jamais pris un café ensemble. On se salue lorsqu’on se croise, mais nous ne nous sommes jamais invités les uns les autres pour boire un café à la maison. Parce que le truc, c’est qu’on n’a pas trop le temps » (Maurizio, 36 ans, cadre supérieur dans l’audiovisuel, Milano 2).

  • 14 On reprend ici la distinction basique du psychanalyste Erik Erikson (1956), qui conçoit l’identité (...)

21Les espaces refondés se caractérisent aussi par la façon quasi systématique dont leurs habitants organisent temps et espace en fonction d’un ordre séquentiel : c’est-à-dire en fonction d’une segmentation continue, qui attribue des moments consécutifs et des lieux distincts à l’affirmation de chacune de leurs principales dimensions identitaires, lesquelles sont articulées entre elles selon une logique de réassurance mutuelle. Les habitants interviewés cherchent ainsi à éviter toute situation qui pourrait les troubler en mettant à l’épreuve plusieurs dimensions de leur être simultanément ; à éviter d’avoir à fragmenter, voire à remettre en cause, une identité qui est par ailleurs de plus en plus certifiée par leur lieu de résidence, devenu un attribut statutaire indispensable et complémentaire d’une position professionnelle désormais souvent précaire, même pour les cadres. Chaque moment doit donc contribuer à stabiliser et à renforcer leur identité, à en accroître la cohérence, suivant par là une aspiration à la totalité et à l’achèvement de soi. Lorsqu’il est chez lui, l’habitant des quartiers refondés ne souhaite pas se retrouver face à l’Autre, mais avant tout face à lui-même et à un groupe qui lui garantit une similitude persistante en lui-même, ainsi que la possibilité du partage d’un système de valeurs commun14. Le quartier est ainsi décrit comme « une bulle », « un monde à part », voire un « baume au cœur », leur permettant de se bâtir une identité résidentielle de classe à la fois complémentaire de leur identité professionnelle et moins sujette à l’incertitude que celle-ci.

22La recherche d’un ordre séquentiel dont participent les quartiers de refondation se distingue donc de la perpétuation d’une conscience de classe stable telle qu’on l’observe dans les espaces traditionnels de la bourgeoisie, caractérisés par une forte intégration symbolique réciproque entre les lieux et leurs habitants, et où chacun de ces derniers peut être entièrement soi à tout moment (Pinçon et Pinçon-Charlot, 2000). De même, elle s’oppose à l’hybridité favorisée par la mixité sociale des espaces en voie de gentrification, c’est-à-dire à une situation où la densité, l’impersonnalité des relations, et le sentiment d’extranéité plus ou moins forte de chacun vis-à-vis des autres permettent de se défaire de toute assignation (ou auto-assignation) identitaire univoque.

23Les quartiers refondés sont donc aussi des espaces linéaires, c’est-à-dire un espace dont la forme suit précisément la fonction prévue, établie antérieurement et dès lors imposée. Ils n’autorisent pas ce que R. Sennett a qualifié de rapport narratif à la ville : attitude consistant à se réapproprier les espaces en leur inventant de nouveaux usages (et/ou de nouveaux usagers). Ces quartiers n’offrent jamais rien d’inattendu à ceux qui les habitent, car tout y est intentionnellement et préalablement planifié, précisément défini selon les attentes de ces derniers. Ainsi, ils participent d’un type de clarté particulière, celle des paysages urbains lisibles (Lynch, 1960) : ces lieux qui ne communiquent qu’une identité fixe et hégémonique relative au groupe ethnique, à la classe sociale qui l’habite et/ou à l’usage qu’on doit en faire. S’opposant ainsi à la forme urbanistique (et politique) de l’agora (Sennett, 2003), les espaces de refondation expriment une tendance de leurs habitants non seulement au désir de sécurité mais également à la sécurité du désir, qui se veut encadré et invariable, arrêté (Bégout, 2002).

24Entre nouveaux centres d’affaires et quartiers de refondation, la temporalité séquencée de la vie active au cœur du capitalisme contemporain s’incarne ainsi en des espaces respectifs et standardisés pour chaque temps de la journée. Ces espaces sont reliés de façon à combiner les durées et les rythmes propres à l’activité qui leur est attribuée, et situés de façon à perdre le moins de temps possible lors du passage de l’un à l’autre. Ainsi, dans les quartiers étudiés à Levallois et Courbevoie (et, dans une moindre mesure, dans les quartiers milanais respectifs), les habitants cherchent avant tout à minimiser distances et temps de transport quotidien : par rapport au centre-ville (et à son offre de services) que beaucoup de jeunes couples sont contraints d’abandonner pour des raisons budgétaires lorsqu’ils tentent de s’établir dans un logement plus grand ou d’accéder à la propriété ; par rapport à l’Ouest parisien et à ses banlieues chics, dont nombre d’entre eux sont originaires (notamment du fait d’une reproduction sociale intergénérationnelle) ; mais, surtout, par rapport aux quartiers d’affaires de la capitale et de La Défense, où la quasi-totalité d’entre eux travaillent. En effet, s’imposant ou se voyant imposer un temps de travail très long, ces cadres cherchent à minimiser des trajets perçus comme chronophages. De même, se sachant susceptibles d’une forte mobilité professionnelle (contrainte ou volontaire), ils cherchent à se maintenir à proximité du principal bassin d’emplois hautement qualifiés :

« Pourquoi le Faubourg de l’Arche ? D’abord, c’est simplement la proximité de La Défense, des transports. Pour être bon sur le travail, il ne faut pas passer trois heures dans les transports, aller-retour. Il faut avoir la possibilité de s’accorder du temps, d’accorder du temps à sa famille. Moi, le matin, j’ai la chance d’être dans un secteur informatique qui permet d’arriver un petit peu plus tard, mais par contre on termine plus tard aussi. Donc c’est très important, le fait de limiter le temps passé dans les transports, en étant à un endroit proche de La Défense et de Nanterre. Ensuite, il faut avoir la possibilité de changer d’entreprise : ça, c’est le deuxième point et c’est l’autre avantage de La Défense. Aujourd’hui, on n’a plus d’attachement à l’entreprise, et l’entreprise n’a pas d’attachement non plus : malgré les longs services rendus et les belles affaires signées, quand une entreprise veut virer, elle vire. Et bon, petit détail supplémentaire : moi, étant d’origine étrangère… il ne faut pas se leurrer, on est les premiers virés […] et il faut pouvoir rebondir très vite sur une autre entreprise. D’ailleurs, en général, les gens qui vivent au Faubourg de l’Arche sont rarement des gens encroûtés dans leur fonction : c’est des gens qui changent d’entreprise et qui connaissent la mobilité d’entreprise à entreprise » (Idris, 38 ans, consultant commercial et informatique indépendant, Faubourg de l’Arche).

25Voulant combiner le moyen ou long terme d’un projet de vie avec la flexibilité du travail, les résidents tentent de rationaliser au maximum l’imbrication des espaces et des temporalités de l’un et de l’autre. D’autant plus que, en France comme en Italie, leur entreprise joue souvent un rôle actif dans ce processus en orientant nombre de ses salariés sur des logements proches de leurs bureaux, auxquels ils accèdent à un prix réduit grâce à l’aide financière de l’employeur. Ainsi, si Jacques Donzelot (2009) définit le rapport à l’espace des habitants des lotissements périurbains comme une hypermobilité contrainte fondée sur un usage intensif de l’automobile, les quartiers de refondation sont plutôt ceux de la mobilité fonctionnelle minimisée sous contraintes. Ils se distinguent ainsi également des quartiers en cours de gentrification, où c’est l’accès au centre-ville lui-même et à son offre culturelle, de sociabilité, de diversité et de loisirs qui constitue la principale motivation résidentielle des nouveaux habitants.

26Enfin, il faut noter que les quartiers parisiens et milanais analysés se caractérisent par une architecture défensive de marquage liminal, d’enclosure et de contrôle des accès, ainsi que par l’appropriation privative ou semi-privative des espaces verts autour desquels ils sont bâtis. En conséquence, si la prudence s’impose quant à l’importation en Europe d’analyses développées outre-Atlantique pour rendre compte de l’urbanisme des gated communities (Davis, 1998 ; Blakely et Snyder, 1997 ; Le Goix, 2006), on peut néanmoins voir les quartiers de refondation comme l’un des derniers résultats européens d’un mouvement de production de la ville procédant par désagrégation fonctionnelle (Grant et Mittelsteadt, 2004 ; Atkinson, 2006), dont l’origine remonte au mouvement de planification des cités-jardins ouvrières et qui instaure des séparations nettes entre des espaces linéaires.

3. Analyse compréhensive de l’entre-soi et spécificités respectives des espaces étudiés

27Au-delà de l’identification de traits communs aux quartiers étudiés (voire à certains quartiers londoniens) et de la démonstration qu’ils sont le lieu d’un processus d’upgrading social et d’un rapport à la ville originaux, notre recherche, en adoptant une démarche compréhensive et en insistant sur les comparaisons intra-urbaine et Paris-Milan, montre aussi comment les différences de conception de l’entre-soi, de rapport à la mixité et de sens du juste s’articulent aux spécificités de chacune des deux villes, de leurs hiérarchies sociales et de leur dimension territoriale. Ce faisant, on passe donc des comparaisons mettant en évidence l’originalité de la refondation et sa diffusion dans les grandes métropoles européennes (cf. infra), à une approche qui distingue les déclinaisons parisienne et milanaise, ainsi que leurs inscriptions respectives dans un contexte national et local (Scheuch, 1990 ; Lallement et Spurk, 2003).

28Cette nouvelle approche pointe ainsi l’opposition entre : du côté francilien, une perception hiérarchisée ex ante de l’espace urbain, laquelle suscite des placements stratégiques individuels ; et, d’autre part, l’imaginaire et la volonté d’une construction communautaire entre égaux supérieurs observées sur les terrains milanais. Elle montre comment la perception univoque et finement hiérarchisée de l’espace parisien par les cadres du secteur privé renvoie à une conception en millefeuille des statuts dans la société française. Le choix du quartier où habiter participe d’une stratégie de marquage du niveau socio-économique et de neutralisation du risque de mobilité sociale descendante. Tandis qu’à Segrate, les préoccupations motivant le choix du quartier sont davantage liées à un souci de construction de capital social (local), qui est une ressource souvent déterminante dans la société italienne.

3.1. Prégnance des frontières symboliques socio-économiques et perception d’une hiérarchie spatiale fine dans les quartiers refondés franciliens

29Dans les Hauts-de-Seine, le désir d’agrégation résidentielle de classe et la préférence pour l’entre-soi ne sont presque jamais explicitement évoqués par les interviewés comme critère de lieu de résidence. Et plus la composition sociale du quartier, telle qu’elle est objectivement constatée par les données censitaires, s’éloigne du profil des espaces les plus bourgeois, moins ce désir est évoqué : il ressort moins souvent aux Tournelles que sur la pointe levalloisienne de la Jatte, et presque jamais dans le Faubourg de l’Arche. Les interviewés franciliens n’expriment que très rarement la recherche de l’homogénéité sociale (et les rares qui le font sont toujours issus de familles qui appartenaient déjà à la bourgeoisie à la génération précédente). Néanmoins, c’est quelque chose qu’ils apprécient souvent à l’usage :

« Le côté homogène socialement, c’est pas quelque chose que l’on recherchait particulièrement… Mais j’ai le sentiment que c’est un peu grégaire, quelque part : il n’y a pas de hasard… On a un certain niveau de vie, un certain budget, on ne peut pas habiter Paris, on doit en sortir… : on a tous à peu près les mêmes réflexes. Et par rapport à la qualité de l’aménagement et de l’immobilier et de ce qu’on peut nous proposer, on se retrouve à Courbevoie : je pense que tout ça se fait naturellement. Donc on est à peu près tous pareils. Mais c’est quelque chose qui facilite le contact ! Parce que, comme socialement on est à peu près les mêmes… surtout pour les familles de nos âges… tout ça se fait naturellement : on se rapproche » (Xavier, 42 ans, cadre dans l’audiovisuel, Jardin des Tournelles).

30La similarité avec leurs voisins telle qu’elle est perçue par la plupart des interviewés repose quasi exclusivement sur une évaluation précise de leur réussite socio-économique, dans sa double dimension de prospérité ou grandeur marchande (Boltanski et Thévenot, 1991) et d’accomplissement en cours d’un « projet de vie » (Boltanski et Chiapello, 1999). Les cadres d’entreprise rencontrés sont dans la comparaison, réciproque et continue, de leur niveau économique (absolu) et de leur réussite socioprofessionnelle (relativement à leur âge), et c’est par celle-ci qu’ils reconnaissent, ou pas, être parmi leurs pairs et acceptent leurs voisins comme tels. D’autant que la comparaison locale est facilitée par l’homogénéité du bâti, du prix du mètre carré et des conditions de crédit en une période donnée, lesquels érigent le quartier lui-même en dispositif d’évaluation permettant d’extrapoler assez précisément le revenu d’un ménage à partir de son logement (surtout si les propriétaires révèlent — et on le leur demande souvent — s’ils ont fait ou pas un apport au moment de l’achat). Ainsi, si la plupart du temps le fait de vivre (et à fortiori d’être propriétaire) dans le quartier est perçu en soi comme un marqueur d’étape et une garantie de l’accomplissement en cours partagé avec des voisins-pairs, les réceptions à domicile sont aussi l’occasion d’une estimation de l’appartement et de l’intérieur de la famille qui reçoit, tandis que le refus de rendre l’invitation est souvent supposé être dû à la peur d’avouer par là son infériorité économique. Certains interviewés m’ont expliqué choisir leurs fréquentations locales en excluant d’entrée les familles moins aisées que la leur, afin d’éviter d’éventuelles jalousies. Tandis que d’autres pointent cette prégnance de la classification socio-économique en relatant le cas de voisins ayant complètement changé d’attitude vis-à-vis d’eux — en positif ou en négatif — une fois qu’ils avaient acquis une connaissance plus précise de leurs revenus et de leur niveau de vie.

31La contribution du niveau social du quartier dans son ensemble à celui de chacun de ses résidents est tout particulièrement appréciée et revendiquée par ceux dont le statut est légèrement inférieur à la moyenne locale, qui perçoivent (dans les deux sens du terme) un gain symbolique à pouvoir ainsi s’identifier à un groupe de référence qui les survalorise. Elle est aussi louée par les habitants dont l’ethnicité est couramment stigmatisée en France, qui y voient un mécanisme de neutralisation des préjugés. En effet, les modalités d’accès à ces quartiers refondés reposant le plus souvent sur l’acquisition d’un logement neuf, il n’existe pas de discrimination initiale. Ces modalités permettent de vivre sans interférence l’expérience de l’homologie sociale de voisinage et de l’appartenance aux classes supérieures. Par la suite, la nouvelle adresse en vient elle-même à constituer une garantie des qualités sociales des résidents :

« Le fait d’habiter ici, à mon avis, donne quelque chose… je ne sais pas quoi, mais on le sent : il y a un respect mutuel, je ne sais pas comment le dire exactement. En fait, c’est comme si on a réussi ensemble. […] Quand on est ici, il y a une présomption de réussite : ça c’est sûr » (Daouda, 29 ans, chef de micro-entreprise, Faubourg de l’Arche).

32Pour certains interviewés, ces mécanismes — de marquage statutaire par le quartier et de regroupement local de familles occupant des positions semblables dans l’espace social — se voient même élever au rang de norme à défendre. Comme ils évaluent les mérites individuels des uns et des autres en termes strictement socio-économiques et professionnels, ils réprouvent et dénoncent la quasi-imposture que constitue à leurs yeux le fait que certains de leurs voisins aient acheté dans le quartier grâce à une aide financière parentale. De même, dans le Faubourg de l’Arche, ils trouvent injuste (et falsificateur) que des bénéficiaires du logement social puissent accéder au même espace supérieur qu’eux sans avoir à en payer le prix.

  • 15 Cette attitude de rejet indirect — par la mise en œuvre de marqueurs de distinction ou de stratégie (...)

33En effet, dans ces espaces franciliens où le marquage des frontières symboliques socio-économiques (Lamont, 1995 ; Lamont et Molnár, 2002) est la forme prévalente de jugement social et la principale revendication identitaire locale, la variation tolérée entre voisins est très limitée. Quand l’écart vers le bas de certains est trop important, par rapport à la majorité qui constitue le niveau de référence du quartier, celle-ci ne manque pas de manifester sa désapprobation ; tandis que les résidents les plus modestes en ressentent alors une domination statutaire vécue comme de la violence symbolique, pouvant parfois conduire jusqu’à l’exclusion (volontaire ou subie) de la sociabilité locale. Certains interviewés évoquent ainsi le « racisme social » manifesté à l’égard des classes moyennes-supérieures et moyennes les moins fortunées d’un quartier, parfois au sein même d’un immeuble en copropriété15. La vie dans les quartiers refondés peut donc avoir des coûts affectifs élevés pour ceux qui ont fait des sacrifices (par ambition statutaire ou pour leurs enfants) afin d’y accéder : coûts d’autant plus pénibles qu’il s’agit de payer deux fois.

« Moi, ce que j’aimais pas, à Levallois, c’était le côté m’as-tu-vu : c’était bourgeois, comment vous êtes habillée… Un peu nouveau riche. Mais nouveau riche parce qu’il y a du monde derrière. Parce que vous ne pouvez pas acheter à 30 ans un appartement de 3,5-4 millions de francs, si vous n’avez pas de la famille. C’est pas possible. À moins d’être vendeur de drogue… mais sinon ça ne se fait pas. On ne peut pas ! Quelle que soit votre profession ! Et quand vous voyez des jeunes qui ont trente ans, un bébé ou deux bébés, et ils ont un 150 m² dans des immeubles tous neufs… Vous vous dites : c’est pas possible ! Quelle que soit votre profession, c’est pas possible…: ils ont la famille derrière… Donc ici je me sens mieux : c’est une population qui nous correspond mieux ; qui est plus comme nous, et on est plus comme eux. […] C’est des gens comme nous ; le même statut… la même couche sociale. Donc je me sens en sécurité. On se sent bien. C’est très sécurisé comme quartier : ça ne traîne pas, ça ne zone pas. Il n’y a pas de jeunes qui zonent, on ne sent pas de tension comme vous pouvez en avoir… à Nanterre » (Delphine, 37 ans, mère au foyer, mari cadre de la sécurité informatique d’une grande banque, Faubourg de l’Arche).

« Il y a une petite qui vient jouer tous les mardis soirs ici : une fois c’est elle qui vient jouer ici, le mardi soir suivant c’est Garance qui va jouer chez la petite fille, qui habite sur le jardin, là-bas. Son papa est très sympathique, on se dit bonjour et tout, mais ça s’arrête là. Ça s’arrête là. Il n’y a rien à faire… Ça s’arrête là. Je pense qu’on n’est pas non plus du même milieu. Je sais que sa femme a une grande bonne situation, dans un grand groupe […] Moi, je pense que je suis un peu la plouc de service. Vous voyez : je colle moins… je colle moins à certaines personnes, certaines familles, ici. Il y a des femmes très coquettes, très bien habillées, très… vous voyez ?... C’est pas collet monté, mais c’est très… très fashion. C’est très fashion, et… et moi, ça ne me va pas, comment dire, ça ne colle pas. Moi, je ne veux pas paraître, je ne peux pas… je ne veux pas faire semblant d’être ce que je ne suis pas. Vous voyez : même dans les milieux lisses… les classes sociales ne se mélangent pas entre elles » (Isabelle, 42 ans, employée dans une multinationale de l’informatique, en couple avec un ingénieur-conseil, Faubourg de l’Arche).

34Néanmoins, la plupart des critiques émanent d’habitants qui se sentent pleinement appartenir à la communauté concurrentielle de destinée du quartier mais qui considèrent que, à court ou moyen terme, il leur faudra s’en détacher s’ils veulent poursuivre leur ascension sociale (ou pallier leur léger déclassement, envisagé comme provisoire, par rapport à leur famille d’origine). Leur souhait est en effet de pouvoir accéder à des espaces urbains encore plus supérieurs du point de vue socio-économique (la référence récurrente est Neuilly-sur-Seine). Pour la majorité des interviewés franciliens, l’ascension professionnelle doit nécessairement se traduire en une nouvelle mobilité géographique (même minime), significative en termes de statut. Ainsi, les deux tiers des interviewés du Faubourg de l’Arche, ainsi que la plupart des familles avec des jeunes enfants rencontrées aux Tournelles, envisageaient en 2004 de déménager prochainement ou, le plus souvent, à moyen terme (5-10 ans) : nombre d’entretiens racontent une planification précise des années à venir où s’imbriquent étroitement projets professionnels, scolaires et immobiliers, avec une date annoncée de départ du quartier (liée généralement à l’accès des enfants à l’enseignement secondaire, mais souvent également à la réalisation des objectifs professionnels que le couple s’est fixés).

  • 16 Celui qu’ils choisiraient s’ils gagnaient au loto une somme les affranchissant définitivement de to (...)

35Cette traduction récurrente de la (volonté d’) ascension sociale en (volonté de) mobilité géographique à travers l’espace urbain est rendue possible et exacerbée par un trait commun à tous les interviewés franciliens : la perception de l’Ouest de Paris comme totalement pris dans une hiérarchie socio-spatiale fine et univoque, un millefeuille statutaire où la position et le prestige de chaque quartier relativement aux autres sont connus de tous. Au sommet de cette hiérarchie (lorsqu’ils situent leur domicile parisien idéal16), la grande majorité des interviewés placent les espaces bourgeois ouest-parisiens de la Rive droite (lieu-symbole des pouvoirs séculiers, de l’argent comme des attributs régaliens de l’État) et seuls quelques-uns leur préfèreraient les abords plus animés et anciens du boulevard Saint-Germain, cœur culturel historique de la capitale.

  • 17 La hiérarchie mobilisée par nos interviewés est ainsi beaucoup plus détaillée que le haut de la typ (...)

36Mais, dès que l’on descend d’un cran au sein de l’univers résidentiel perçu comme envisageable, la même hiérarchie subjective semble univoque et partagée par tous : notamment du fait qu’elle fait coïncider la désirabilité, l’ancienneté bourgeoise des espaces, leur concentration en classes supérieures, leur niveau dans l’échelle des prix immobiliers et la qualité locale de l’offre scolaire (Oberti, 2007) et des services. La prise en compte unanime, par les interviewés, de ces différentes hiérarchies et le fait qu’elles informent leurs choix et stratégies résidentiels leur confère un caractère auto-réalisateur ; mais c’est surtout le fait qu’elles soient, par construction, interdépendantes, et que (par conséquent) elles se recoupent, qui contribue à les renforcer. Cette interdépendance passe par plusieurs vecteurs et mécanismes sociaux : les représentations et goûts résidentiels des habitants (leur crainte de la mixité sociale) ; l’ajustement entre la promotion, l’offre et la demande sur le marché immobilier ; la territorialité des établissements publics instituée par la carte scolaire. Mais elle est aussi renforcée par le fait que les habitants des quartiers de refondation privilégient des sources d’information particulièrement légitimistes en la matière : les hebdomadaires comme Le Point et L’Express, qui se sont fait une spécialité des palmarès de toute sorte (les établissements scolaires les plus performants, les communes les plus appréciées, les opportunités immobilières les plus intéressantes, etc.) à l’usage de leur lectorat de cadres du privé, contribuent à la diffusion des différents classements en les formalisant et en imposant comme significatives, pour l’action individuelle et l’identité sociale de chacun, des différences même minimes17.

3.2. Communautarisme des classes supérieures de promotion dans les quartiers refondés milanais

37À San Felice et Milano 2, les représentations et les ressorts du lien social local sous-jacents à l’agrégation affinitaire diffèrent de plusieurs façons de ceux observés à Levallois et Courbevoie. Ces différences sont dues en partie — comme on a déjà eu l’occasion de le détailler (Cousin, 2012) — au fait que les quartiers refondés milanais sont plus anciens que les quartiers refondés parisiens : alors que le Faubourg de l’Arche et les Tournelles n’étaient achevés que depuis quelques années lorsque nous y avons enquêté, les ensembles d’habitation de Segrate avaient déjà plus de 30 ans. Par ailleurs, le fait que ces derniers aient été conçus dès l’origine autour de lieux et d’institutions de sociabilité interne (école, paroisse, centre multisports, aires de jeux pour les enfants) a aussi fortement contribué à façonner la vie locale de leurs habitants. Néanmoins, le rapport particulier de ces derniers à la diversité sociale et la structure de classes locale permettent aussi de mieux comprendre, et d’éclairer par comparaison, nombre de spécificités du cas italien.

38Les résidents de San Felice et Milano 2 perçoivent leurs voisinages comme peuplés majoritairement de professions supérieures économiquement aisées, mais ne les décrivent pas en les assimilant principalement à des cadres d’entreprise, comme c’est le cas dans les quartiers refondés franciliens. Par ailleurs, les cadres du privé milanais eux-mêmes dénoncent souvent l’obsession d’une partie de leurs voisins pour une concurrence somptuaire (en termes d’accessoires griffés, de voitures de sport ou de résidences secondaires luxueuses) exclusive de tout autre centre d’intérêt : un travers qu’ils considèrent symptômatique d’une pauvreté culturelle regrettable. Ils s’en démarquent donc en identifiant des frontières symboliques culturelles, et tentent de compenser l’objectivation de leur infériorité économique par de la distinction culturelle ; ce qu’ils ne font jamais dans les entretiens réalisés à Levallois et Courbevoie, où ce type de critique, très rare, reste l’apanage de professions plus intellectuelles ou culturelles que commerciales ou techniques.

« Lorsque les gens se croisaient dans la rue, ils se saluaient tous, se souriaient… Et puis les choses ont changé, parce que c’est un autre type de personnes, socialement, qui a commencé à s’installer… et plusieurs des premières familles ont vendu ; alors que les prix d’un appartement ici ont commencé à monter en flèche. […] Au début, c’était un quartier habité par… — évidemment pas par des ouvriers, il faut être clair là-dessus — mais notamment par beaucoup de dirigeants et de cadres d’entreprise, c’est-à-dire des gens d’un niveau élevé, mais pas à en être pleins de morgue. Alors qu’après on en est arrivé à la morgue : des gens pleins d’argent, mais moins d’éducation, et moins de civisme, de civilité ; qui croient être quelqu’un juste parce qu’ils ont du fric. Du coup les rapports se sont faits moins aisés, moins heureux » (Elsa, 75 ans, ancienne cadre dirigeante pour une multinationale de produits cosmétiques, Milano 2).

  • 18 À l’échelle nationale, parmi les ménages très aisés (au moins 70 000 € nets par an en cas de revenu (...)
  • 19 Moins de 10 % de la population italienne âgée de 25 ans ou plus est diplômée du supérieur (c’est l’ (...)

39Comment expliquer ces deux différences franco-italiennes ? À Milano 2 et San Felice, les cadres et ingénieurs d’entreprise ne sont — effectivement — pas aussi nombreux qu’autour de La Défense. Même s’ils atteignent une concentration six fois supérieure à la moyenne milanaise, ils ne représentent qu’un cinquième de la population active locale. En effet, non seulement la part des professions supérieures dans la population active est deux fois moins élevée dans la métropole milanaise qu’en Île-de-France, mais — au sein de celles-ci — les cadres du privé sont proportionnellement encore moins nombreux (ISTAT, 2005 ; Cousin et Préteceille, 2008). Comme dans le reste de l’Italie, de nombreux habitants parmi les plus fortunés du quartier sont des chefs de petites entreprises et des artisans-commerçants (dans la joaillerie, notamment) : ils n’ont presque jamais fait d’études supérieures18 et ne partagent donc pas la culture générale légitime acquise par leurs voisins cadres au cours de leur scolarité (et parfois au sein de familles déjà diplômées depuis la génération antérieure). Ces riches entrepreneurs se livrent ainsi d’autant plus à une consommation ostentatoire de biens et de services de luxe qu’elle leur permet d’exprimer un statut social qui n’est garanti par aucune autre convention (diplôme, position directoriale dans une grande organisation, ou inscription dans des réseaux de sociabilité de la bourgeoisie ancienne). Inversement, la possession d’un diplôme universitaire reste assez rare19 pour constituer un moyen de distinction culturelle au sein même des catégories socioprofessionnelles indépendantes et supérieures. La coprésence locale de ces différentes composantes des classes supérieures, et de classes moyennes partageant plutôt les valeurs de l’une ou de l’autre d’entre elles, induit ainsi des critiques croisées dénonçant « l’inculture » et « la superficialité », ou « la jalousie » envieuse et « le snobisme ». À San Felice (davantage qu’à Milano 2), ces jugements critiques se combinent parfois avec le recours à des frontières symboliques morales : primauté des responsabilités envers sa famille, valorisation de la « simplicité », de « l’authenticité », et de « la moralité » mesurée à l’aune d’une éthique du travail ou d’un canon catholique ; c’est-à-dire des valeurs qui, selon la façon dont on s’y réfère, peuvent venir renforcer la légitimité des marquages culturels ou, inversement, économiques.

40Cette diversité des registres critiques et des grandeurs légitimes — même si elle crée des prises de distance et des tensions au sein de la population locale (qui s’apaisent souvent par le recours au ragot de dissension) — est moins anxiogène et contraignante que la représentation finement hiérarchisée du monde, marchande et projectuelle, hégémonique dans les quartiers de refondation franciliens. La pluralité des registres d’évaluation atténue l’intensité de la domination dont chacun d’entre eux participe, ainsi que l’assignation statutaire qu’en ressentent les interviewés. En outre, la plus grande diversité en termes de classes d’âges des populations de Milano 2 et San Felice — au regard de celles de nos trois terrains parisiens — rend plus difficile une compétition statutaire généralisée ; entre autre, parce que les patrimoines locaux et les niveaux socioprofessionnels sont difficilement individualisables lorsque plusieurs générations d’une même famille cohabitent dans le quartier, comme c’est maintenant souvent le cas à Segrate, voire travaillent ensemble.

41Par ailleurs, les épreuves de grandeur sociale telles qu’elles se déroulent en Italie érigent beaucoup moins la ville elle-même et la division de l’espace urbain en dispositif d’évaluation et l’accès à plusieurs ressources et opportunités paraît aussi moins corrélé avec la dimension territoriale. Certes, de nombreux interviewés soulignent que « Milano 2 » ou « San Felice » est « un nom, une étiquette » dont chacun à Milan sait qu’il renvoie à un niveau socio-économique élevé. Mais la tendance moindre à hiérarchiser les espaces de la métropole, la faible compétition scolaire, et l’absence de carte scolaire (et donc de stratégies par rapport à celle-ci) induisent une stratification sociale des quartiers — objective et subjective — nettement moins fine qu’en Île-de-France : par exemple, il est rare que les interviewés relèvent la légère supériorité socioprofessionnelle de Milano 2 par rapport à San Felice. Ainsi, les écarts économiques ou culturels entre voisins, même lorsqu’ils deviennent importants, débouchent rarement sur des déménagements motivés par une volonté de mise en adéquation : les ménages, même les plus riches ou les plus concernés par l’avenir scolaire de leurs enfants, n’envisagent pas de partir vers d’autres quartiers plus bourgeois.

42L’enracinement durable et la vie de quartier ne sont pas uniquement prisés des interviewés par goût et par confort. Ils sont cadrés (Goffman, 1991) dans les entretiens comme une ressource particulièrement importante dans la société italienne. Il s’agit avant tout d’une ressource en capital social : en liens d’interconnaissance établis dans le quartier, consolidés au fil des années voire des décennies, et que le voisinage et les rencontres dans les nombreux lieux de sociabilité locale rendent aisément mobilisables. Or, la grande majorité des Italiens trouvent leur emploi grâce à leur entourage : surtout lors de la première embauche, la force et la prééminence des liens forts (famille, amis proches) sur les liens faibles s’observe dans tous les milieux sociaux. Leur rôle étant moins de faciliter la prospection par la circulation d’informations, que de constituer des leviers d’influence activables pour infléchir la décision d’attribution d’un emploi (Pisati et Schizzerotto, 2004).

43Ainsi, la vie collective à San Felice et Milano 2, où les voisins deviennent souvent « amis » et pas seulement des « connaissances », rend la stabilité résidentielle plus rentable qu’ailleurs ; non seulement pour les jeunes qui grandissent dans un milieu riche en role models et gatekeepers prestigieux, mais également pour leurs parents. Entre petits entrepreneurs, consultants indépendants et — par exemple — les nombreux enseignants-chercheurs en ingénierie qui habitent sur place, les occasions de collaborations professionnelles ponctuelles, et parfois suivies, sont multiples. Entre autre parce que, pour les tâches d’expertise nécessaires à leur activité, les chefs d’entreprise (ou les dirigeants) concernés recherchent autant la fiabilité profession-nelle que la confiance interpersonnelle. Quant aux cadres travaillant dans de grandes entreprises, certains apprécient de partager l’intense sociabilité du quartier avec des collègues et des supérieurs hiérarchiques, dont la fréquentation informelle en dehors des heures de bureau serait susceptible d’accélérer leur carrière. Il est même des cas où cette quête d’amitiés ou de connaissances haut placées est présentée comme l’une des raisons du choix du quartier.

« Il est clair, ça c’est sûr, qu’il y en a quelques-uns ici qui ont fait carrière chez IBM ou dans d’autres grandes boîtes parce qu’ils jouaient les ramasseurs de balles durant les matchs de tennis des dirigeants au [club multisports] Malaspina : "Ingénieur Untel, allez nous chercher les balles !", et le gars allait les ramasser… Ou alors c’était : "J’aurais besoin d’effectuer un petit déménagement. Vous me donneriez un coup de main ?". Franchement, moi aussi j’ai eu ce genre d’opportunités — appe-lons-les comme ça — et il m’est arrivé de "donner un coup de main" à l’occasion, mais sans plus, parce que ce n’est pas vraiment mon caractère d’être servile. […] Il y en avait même un qui venait exprès de San Bovio pour croiser Catania [le président-directeur général d’IBM Italie] lorsqu’il achetait son journal, et d’autres qui allaient au supermarché à la même heure que lui pour créer des occasions de rencontre » (Ruggero, 62 ans, cadre dirigeant commercial d’IBM Italie, San Felice).

4. Conclusion

44L’analyse comparée de l’entre-soi résidentiel des quartiers refondés, et du rapport à la ville de leurs habitants, montre que l’auto-ségrégation urbaine des classes supérieures ne peut être comprise sans tenir compte de son articulation avec les autres dimensions et mécanismes de stratification sociale (au niveau local et national), dont les ressorts tiennent en grande partie aux représentations qu’en ont les acteurs. L’article qui s’achève n’a donc pas pour seuls résultats principaux d’avoir présenté les spécificités de la refondation, ainsi que ses déclinaisons à Paris et à Milan. De manière plus générale, il fait ressortir les limites des approches diffusionnistes qui décrivent la réplication d’une forme urbaine d’un pays à l’autre en insistant uniquement sur les logiques d’émulation internationale entre les élites et de circulation des standards résidentiels. Si nos terrains — en termes d’agrégation affinitaire et pour reprendre la célèbre typologie qu’Edward Blakely et Mary Gail Snyder (1997) ont forgée pour les États-Unis — correspondent en Île-de-France à des prestige communities tandis que ceux étudiés à Milan sont davantage des lifestyle communities, il faut avant tout s’interroger sur les conditions de cette différence et sur ce qui rend possible l’adoption/appropriation de tel ou tel mode de résidentialité dans un contexte donné.

45D’autres perspectives, également centrées sur la comparaison, mériteraient bien sûr d’être explorées. Pour permettre d’abord de vérifier la présence éventuelle de quartiers refondés dans des métropoles européennes plus petites, aux profils socio-économiques et fonciers différents de ceux de Paris, Londres et Milan : une démultiplication des terrains d’enquête serait nécessaire à la mise en place d’une comparaison véritablement internationale (entre pays, analysés exhaustivement) et non simplement entre villes. Les manières dont les acteurs eux-mêmes comparent, non seulement leurs voisins ou les quartiers d’une ville, mais parfois aussi les villes entre elles, voire les pays, pourraient quant à elles faire l’objet d’analyses compréhensives : qu’il s’agisse de rendre compte des pratiques de benchmarking des promoteurs immobiliers que l’on retrouve dans la phase projectuelle de chacun des quartiers étudiés ; de la production, et de la réception par les habitants, du style « italien » des espaces refondés de Courbevoie ; ou de l’influence des expériences de vie à l’étranger de nombre de nos interviewés sur leurs choix et leurs pratiques résidentiels.

46Par ailleurs, si les déclinaisons parisienne et milanaise de l’auto-ségrégation des classes supérieures dans les quartiers refondés ont été analysées ici en se focalisant sur ce qui relève de l’agrégation affinitaire, cette analyse demande à être complétée par une étude également approfondie des conceptions que nos interviewés ont de l’extériorité (urbaine et sociale) altérisée, dont ils sont censés être protégés par leurs quartiers. On détaillerait ainsi les pratiques et représentations de refus explicite de la mixité sociale et ethnique. En effet, il apparaît que, dans les espaces refondés étudiés jusqu’à maintenant, les processus d’agrégation affinitaire et de ségrégation discriminante, ou — en d’autres termes — les facteurs d’attraction (pull) et de répulsion (push) à l’origine de l’entre-soi, correspondent à des logiques et des systèmes de représentations distincts, qui ne se recoupent que partiellement.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson, R., 2006. Padding the Bunker: Strategies of Middle-class Disaffiliation and Colonisation in the City. Urban Studies 43 (4), 819-832.

Bagnasco, A., Le Galès P. (Eds), 1997. Villes en Europe. Paris, La Découverte.

Berger, M., 2004. Les Périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ? Paris, CNRS Éditions.

Bidou-Zachariasen, C. (Ed.), 2003. Retours en ville. Des processus de gentrification urbaine aux politiques de revitalisation des centres. Paris, Descartes & Cie.

Blakely, E. J., Snyder M. G., 1997. Fortress America. Gated Communities in the United States. Washington D.C., Brookings Institution Press.

Boltanski, L., Thévenot L., 1991. De la justification. Les économies de la grandeur. Paris, Gallimard.

Boltanski, L., Chiapello È., 1999. Le Nouvel Esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Bonnet, M., Aubertel, P. (Eds) 2006. La Ville aux limites de la mobilité. Paris, PUF.

Brown-Saracino, J. (textes rassemblés et commentés par), 2010. The Gentrification Debates. A Reader. New York, Routledge.

Butler, T. (avec Robson G.), 2003. London Calling. The Middle Classes and the Re-making of Inner London. Oxford/New York, Berg.

Butler, T., 2007. Re-urbanizing London Docklands: Gentrification, Suburbanization or New Urbanism? International Journal of Urban and Regional Research 31 (4), 759-781.

Cartier, M., Coutant I., Masclet O., Siblot Y., 2008. La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire. Paris, La Découverte.

Chalvon-Demersay, S., 1984. Le Triangle du XIVe. Des nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris. Paris, Éditions de la MSH.

Charmes, É., 2011. La Ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine. Paris, PUF.

Cousin, B., 2009. La Stratification sociale en Italie et les paradoxes de la modernisation conservatrice. In: Lazar, M. (Ed.), L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours. Paris, Fayard, pp. 303-313.

Cousin, B., 2012. Classes supérieures de promotion et entre-soi résidentiel : l’agrégation affinitaire dans les quartiers refondés de Milan. Espaces et sociétés, 150, 85-105.

Cousin, B., Préteceille, E., 2008. La Division sociale de l’espace milanais. Comparaison avec le cas parisien. Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée, 120, 315-333.

Davidson, M., Lees, L., 2005. New-Build “Gentrification” and London’s Riverside Renaissance. Environment and Planning A37 (7), 1165-1190.

Davidson, M., Lees, L., 2010. New-Build Gentrification: Its Histories, Trajectories and Critical Geographies. Population, Space and Place 16 (5), numéro spécial « New Forms of Gentrification », 395-411.

Davis, M., 1998. City of Quartz. Los Angeles, capitale du futur. Paris, La Découverte (édition originale : Davis M., 1990. City of Quartz: Excavating the Future in Los Angeles. Brooklyn, Verso).

Donzelot, J., 2009. La Ville à trois vitesses. Paris, Éditions de La Villette.

Erikson, E., 1956. The Problem of Ego Identity. Journal of the American Psychoanalytic Association 4 (1), 56-121.

Foster, J., 1999. Docklands: Cultures in Conflict, Worlds in Collision. Londres, UCL Press.

Glass, R., 1964. Introduction. In: UCL-Centre for Urban Studies. London: Aspects of Change. Londres, MacGibbon & Kee.

Goffman, E., 1991. Les Cadres de l’expérience. Paris, Minuit (édition originale : Goffman, E. 1974. Frame Analysis: An Essay on the Organization of Experience. Londres, Harper and Row).

Grant, J., Mittelsteadt, L., 2004. Types of Gated Communities. Environment and Planning B: Planning and Design, 31 (6), 913-930.

ISTAT (Istituto nazionale di statistica), 2005. Popolazione residente e abitazioni nelle province italiane : Milano. Rome, ISTAT.

Jacobs, J., 1961. The Death and Life of Great American Cities. New York, Random House.

Jaillet, M.-C., 1999. Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? Esprit, 258, 145-167.

Lamont, M., 1995. La Morale et l’argent. Les valeurs des cadres en France et aux États-Unis. Paris, Métailié (édition originale : Lamont, M. 1992. Money, Morals, and Manners : the Culture of the French and the American Upper-Middle Class. Chicago, University of Chicago Press).

Le Goix, R., 2006. Les « gated communities » aux États-Unis et en France : une innovation dans le développement périurbain ? Hérodote 122 (3), 107-137.

Lynch, K., 1976. L’Image de la cité. Paris, Dunod (édition originale : Lynch, K. 1960. The Image of the City. Chicago, MIT Press).

Massey, D. S., Denton, N. A., 1988. The Dimensions of Residential Segregation. Social Forces 67 (2), 281-315.

Maurin, É., 2004. Le Ghetto français. Enquête sur le séparatisme social. Paris, Seuil.

Oberti, M., 2007. L’École dans la ville. Ségrégation – mixité – carte scolaire. Paris, Presses de Sciences Po.

Oberti, M., Préteceille, E., 2011. Cadres supérieurs et professions intermédiaires dans l’espace urbain, entre séparatisme et mixité sous contrôle. In: Bouffartigue, P., Gadea, Ch., Pochic, S. (Eds), Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ? Paris, Armand Colin, pp. 202-212.

Pinçon, M., Pinçon-Charlot, M., 1992. Quartiers bourgeois, quartiers d’affaires. Paris, Payot.

Pinçon, M., Pinçon-Charlot, M., 2000. Sociologie de la bourgeoisie. Paris, La Découverte.

Pinçon, M., Pinçon-Charlot, M., 2007. Les Ghettos du Gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces. Paris, Seuil.

Pisati, M., Schizzerotto, A., 2004. The Italian Mobility Regime : 1985-97. In: Breen R. (Ed.), Social Mobility in Europe. Oxford, Oxford University Press, pp. 149-174.

Préteceille, E., 2003. La Division sociale de l’espace francilien. Typologie socioprofessionnelle 1999 et transformations de l’espace résidentiel 1990-99. Paris, Observatoire sociologique du changement.

Préteceille, E., 2006. La Ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité. Sociétés contemporaines, 62 (2), 69-93.

Rozenblat, C., Cicille, P., 2003. Les Villes européennes. Analyse comparative. Paris, La Documentation française.

Savage, M., Warde, A., 1993. Urban Sociology, Capitalism and Modernity. Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Sennett, R., 1992. The Conscience of the Eye. The Design and Social Life of Cities. New York, Norton (traductions françaises : Sennett, R., 1992. La Ville à vue d’œil. Paris, Plon ; Sennett, R., 2000. La Conscience de l’œil. Paris, Verdier).

Sennett, R., 1994. La Ville à vue d’œil. Entretien avec Richard Sennett. Esprit, 202, 78-88.

Sennett, R., 2003. La Chair et la pierre. Le corps et la ville dans la civilisation occidentale. Paris, Verdier (édition originale : Senett, R. 1994. Flesh and Stone: The Body and The City In Western Civilization. New York, Norton).

Simon, P., 1998. L’Intégration au quartier à l’épreuve de la rénovation. In: Haumont, N. et Lévy, J.-P. (Eds), La Ville éclatée : quartiers et peuplements. Paris, L’Harmattan, pp. 193-208.

Smith, N., 1979. Toward a Theory of Gentrification: a Back to the City Movement by Capital, not People. Journal of the American Planning Association, 45 (4), 538-548.

Smith, N., 1996. The New Urban Frontier. Gentrification and the Revanchist City. New York, Routledge.

Tissot, S., 2011. De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste. Paris, Raisons d’agir.

Warde, A., 1991. Gentrification as Consumption: Issues of Class and Gender. Environment and Planning D: Society and Space 9 (2), 223-232.

Haut de page

Annexe

Présentation synthétique des interviewés

 

Paris

Milan

Total

56

34

Âge moyen du couple

- de 20 ans

1

0

20-29

6

2

30-39

25

5

40-49

17

12

50-59

6

5

60-69

1

8

70 ou +

0

2

Statut matrimonial

Célibataire

7

5

Vie en couple (dont Pacs)

11

4

Marié

35

23

Séparé

0

0

Divorcé

2

2

Veuf

1

0

Nombre d’enfants (y compris s’ils sont désormais adultes mais qu’ils ont grandi dans le quartier)

0

15

6

1

13

9

2

19

12

3

6

4

4

3

1

Profession de l’homme (pour les retraités et chômeurs, dernière profession exercée)

Artisan, commerçant

1

2

Chef d’entreprise

2

2

Profession libérale

6

6

Cadre de la fonction publique

6

0

Professeur, profession scientifique

0

3

Profession de l’information, de l’art ou des spectacles

3

1

Cadres et ingénieurs d’entreprise

31

13

Profession intermédiaire

3

5

Employé

0

0

Étudiant, lycéen ou collégien

1

1

Au foyer

0

0

Profession de la femme (pour les retraitées et chômeuses, dernière profession exercée)

Artisan, commerçant

1

0

Chef d’entreprise

0

0

Profession libérale

1

4

Cadre de la fonction publique

1

0

Professeur, profession scientifique

3

3

Profession de l’information, de l’art ou des spectacles

3

3

Cadres et ingénieurs d’entreprise

22

2

Profession intermédiaire

4

1

Employé

4

1

Étudiant, lycéen ou collégien

2

0

Au foyer

8

13

Statut d’occupation du logement

Propriétaire

31

28

Locataire

23

1

Logement de fonction

1

2

Logé chez ses parents

1

3

Note : sauf dans les cas d’interviewés célibataires, le tableau ci-dessus prend pour unités les couples rencontrés, même si l’entretien a été réalisé avec un seul des deux conjoints.

Haut de page

Notes

1 Les entretiens semi-directifs ont porté principalement sur les usages de ces espaces et leurs représentations ; leurs durées varient d’une heure à plus de trois heures ; et ils ont été réalisés auprès d’une ou deux personnes à la fois (dans ce cas, il s’agit de couples ou, exceptionnellement, de deux ami-e-s). Hormis trois cas, la population interviewée a été recrutée par contact direct, en face-à-face ; c’est-à-dire en abordant les interviewés sur les espaces publics de leur quartier, alors qu’ils rentraient chez eux ou qu’ils observaient un moment de détente. Nous avons procédé ainsi plutôt que par recommandations successives entre voisins, afin d’éviter des effets de construction en termes d’homogénéité des pratiques de sociabilité et de densité d’interconnaissance. Voir en annexe le tableau synoptique de présentation des interviewés.

2 Ce terme évite d’avoir à reprendre l’un ou l’autre des plus courants dans le vocabulaire urbanistique, tels que « rénovation », « régénération », « requalification », « renouvellement », « renouveau », etc. En effet, ces différentes appellations, outre le fait qu’elles évoquent parfois des degrés divers entre la réhabilitation du bâti ou sa destruction-reconstruction et le déplacement (ou pas) de populations, renvoient également à des représentations et pratiques institutionnelles distinctes, historiquement et politiquement situées.

3 Nous avons retenu dans notre étude, la classification d’E. Préteceille et extrait deux types supérieurs : le type SBE (espaces de la bourgeoisie d’entreprise) qui appartient à l’élite dirigeante, et le type SCE (espaces des cadres d’entreprise) qui fait une large place aux professions intermédiaires.

4 Parmi les 18 types d’espaces identifiés par E. Préteceille, les espaces SBE comptent en moyenne 46,1 % de cadres et professions intellectuelles supérieures, ce qui les classe au second rang, devant les espaces SCE qui arrivent, avec un taux de 33,5 %, en quatrième position. Les premiers sont situés à 58 % dans Paris intra-muros, à 25 % dans les Hauts-de-Seine et à 16 % dans les Yvelines ; et pour les seconds, les valeurs correspondantes sont de 2 %, 50 % et 31 %. SBE et SCE correspondent respectivement à 6,0 % et 4,7 % des actifs habitant l’Île-de-France.

5 Espaces regroupant environ 2 000 habitants.

6 Parmi les 19 types d’espaces identifiés par la typologie milanaise, BB (espaces supérieurs à connotation bourgeoise) et BC (espaces supérieurs avec prédominance des cadres) arrivent respectivement deuxième et troisième : leurs populations actives respectives comptent en moyenne 37,8 % et 27,4 % d’entrepreneurs, cadres et professions intellectuelles supérieures et représentent 4,5 % et 3,7 % des actifs résidant dans la métropole milanaise. Ils sont respectivement situés sur la commune de Milan à 95 % et à 78 %. Si, à Paris, les espaces supérieurs se sont fortement étendus vers l’Ouest francilien depuis deux siècles, à Milan, ils sont en effet davantage regroupés dans le centre historique. De ce fait, les quartiers refondés, certainement plus nombreux dans la métropole parisienne, constituent dans la métropole milanaise la majeure partie des espaces supérieurs de banlieue (Cousin, 2012).

7 Avec toutefois une part plus importante de chefs d’entreprise et de professions libérales en Italie, et nettement moins de cadres du privé et du public, et de professions intellectuelles (Cousin, 2009).

8 Autant de qualifications qu’elle partage avec des métropoles comme Madrid et Amsterdam.

9 Sur les Docklands, voir également Janet Foster (1999), dont les résultats sont intégrés à l’analyse de Tim Butler.

10 Et d’abord sur les espaces populaires ou d’artisanat ayant un lointain passé avec les élites comme ce fut le cas au Marais, ancien quartier aristocratique parisien (Elias, 1969) supplanté par le Faubourg Saint-Germain au début du XVIIIe, ou à South End à Boston (Tissot, 2011).

11 Le terme extracomunitario, introduit dans le discours public italien à la fin des années 1980, se réfère théoriquement à tout étranger ne possédant pas la nationalité d’un pays de la Communauté européenne. De fait, il n’est presque jamais utilisé dans le langage commun pour désigner les ressortissants de pays riches (suisses, nord-américains ou japonais) et le plus souvent réservé aux immigrés économiques des pays pauvres, y compris parfois de ceux d’Europe de l’Est entrés récemment dans l’Union européenne.

12 Même dans les cas de gentrification revanchiste tels qu’ils ont été analysés à New York et Philadelphie et théorisés par Neil Smith (1996), la mixité sociale des espaces nouvellement investis par les classes moyennes et supérieures est — au moins initialement — recherchée en tant que telle et valorisée, au moins comme décor : Patrick Simon (1998, 2000), dans ses travaux sur Belleville, parle ainsi d’effet paysage.

13 R. Sennett (1994) évoque le refus d’être exposé comme participant historiquement d’une notion de retrait du monde indissociable d’une dimension religieuse.

14 On reprend ici la distinction basique du psychanalyste Erik Erikson (1956), qui conçoit l’identité comme une relation mutuelle marquant à la fois la similitude persistante en soi-même et le partage de quelques caractères essentiels avec d’autres. Dans ce cadre, il est bien sûr possible de se sentir soi, et d’être renforcé dans son ipséité, précisément du fait d’être en contact avec l’altérité. Il ne s’agit donc pas ici de décrire la recherche de l’homogénéité résidentielle comme directement issue d’un besoin de se renforcer dans son être : elle est une stratégie identitaire parmi d’autres, dont l’adoption dépend de la position et des dispositions sociales des acteurs.

15 Cette attitude de rejet indirect — par la mise en œuvre de marqueurs de distinction ou de stratégies agrégatives utilitaires — doit être distinguée de l’assignation d’une altérité sociale irréductible que l’ensemble de ces mêmes catégories moyennes et supérieures des quartiers refondés réservent d’un commun accord aux classes populaires, et tout particulièrement à sa jeunesse.

16 Celui qu’ils choisiraient s’ils gagnaient au loto une somme les affranchissant définitivement de toute contrainte économique, comme le suggérait la dernière question du guide d’entretien.

17 La hiérarchie mobilisée par nos interviewés est ainsi beaucoup plus détaillée que le haut de la typologie socio-statistique d’E. Préteceille : on a recueilli dans les entretiens jusqu’à sept niveaux de classement (subjectif), tous situés dans les deux types SBE et SCE. L’ensemble des personnes rencontrées, quel que soit leur quartier de résidence, nous ont évoqué spontanément une projection spatiale de l’échelle sociale allant du Faubourg de l’Arche, au Jardin des Tournelles, à la pointe levalloisienne de l’Île de la Jatte, et enfin à Neuilly et aux autres beaux quartiers de la bourgeoisie patrimoniale.

18 À l’échelle nationale, parmi les ménages très aisés (au moins 70 000 € nets par an en cas de revenu unique, et plus de 100 000 € pour au moins deux personnes), à peine un quart sont diplômés du supérieur (données Banque d’Italie et GfK Eurisko, 2008).

19 Moins de 10 % de la population italienne âgée de 25 ans ou plus est diplômée du supérieur (c’est l’un des pourcentages les plus bas de l’UE).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Cousin, « Ségrégation résidentielle et quartiers refondés. Usages de la comparaison entre Paris et Milan », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 214-236.

Référence électronique

Bruno Cousin, « Ségrégation résidentielle et quartiers refondés. Usages de la comparaison entre Paris et Milan », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 10 mai 2013, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/11969 ; DOI : 10.4000/sdt.11969

Haut de page

Auteur

Bruno Cousin

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques, UMR 8019 CNRS et Université de Lille 1
Bâtiment SH2 – Cité scientifique, 59650 Villeneuve d’Ascq cedex, France
bruno.cousin[at]univ-lille1.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals