Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Réinventer la famille. L’histoire des baby-boomers, C. Bonvalet, C. Clément et J. Ogg (Eds)

PUF, Paris (2011). 420 p.
Julie Pagis
p. 247-249
Bibliographical reference

Catherine Bonvalet, Céline Clément et Jim Ogg (dir.), Réinventer la famille. L’histoire des baby-boomers, Presses universitaires de France, Paris, 2011, 420 p.

Full text

1L’ouvrage de Catherine Bonvalet, Céline Clément et Jim Ogg se présente comme une histoire des baby-boomersdéfinis comme l’ensemble des cohortes nées entre 1945 et 1954 — en France et en Grande-Bretagne, centrée sur les évolutions de la famille. Pour répondre à cet ambitieux programme de recherche, les auteurs — respectivement démographe, socio-démographe et sociologue — convoquent des travaux d’horizons disciplinaires variés et s’appuient sur une grande diversité de sources et de méthodes. Les données issues du recensement éclairent les principales évolutions démographiques au cours des XIXe et XXe siècles. L’exploitation de grandes enquêtes nationales (telles Situations familiales ou encore Biographies et entourage) réalisées à l’Institut national d’études démographiques (INED) permet de situer les cohortes qui intéressent les auteurs dans leur contexte socio-historique. Enfin, une enquête par entretiens, menée auprès de 90 baby-boomers (30 à Londres et 60 en région parisienne), apporte un éclairage qualitatif aux transformations de l’institution familiale au cœur de la réflexion.

2« Pourquoi les générations nées entre 1915 et 1930, élevées à l’époque de l’enfant rare, vont-elles engendrer des familles nombreuses ? » (p. 56) : tel est le mystère auquel s’attaque la première partie de l’ouvrage en remontant à l’enfance des parents et des grands-parents des baby-boomers (chapitre 1). Cette genèse du baby-boom est documentée de manière très convaincante par une analyse des principaux cadres de socialisation qu’ont connus les mères des baby-boomers. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, celles-ci font tout d’abord l’objet d’une propagande nataliste dans le cadre scolaire où des enseignements de démographie sont introduits pour créer un « climat familial ». Elles connaissent ensuite le développement des mouvements de jeunesse (Jeunesse ouvrière chrétienne, Jeunesse agricole catholique, Jeunesse étudiante catholique, scoutisme, ou encore Jeunesse communiste) où elles expérimentent une sortie de l’espace domestique et la prise de responsabilités. Cette première redéfinition des rôles féminins préfigure, selon les auteurs, la remise en cause de l’institution familiale que leur filles, baby-boomers accompliront à la génération suivante.

3C’est au sortir de la Seconde Guerre mondiale que naissent les baby-boomers, dans un contexte marqué par l’austérité et la pénurie, notamment de logements. Mais ceux-ci connaissent au cours de leur jeunesse une véritable révolution des conditions de logement, de scolarisation avec la généralisation de l’enseignement secondaire dans les années 1960 et plus généralement des conditions de vie (chapitre 2). Les auteurs dépeignent des baby-boomers qui profitent alors pleinement des Trente glorieuses et participent à l’émergence d’une société de consommation dont la « culture jeune » qu’ils incarnent constitue un trait saillant. Si la richesse des travaux mobilisés doit être saluée, l’effort de contextualisation du corpus de baby-boomers enquêtés fait parfois passer ces derniers au second plan de l’analyse. Le statut des enquêtés reste ambigu dans la deuxième partie de l’ouvrage « Les baby-boomers contre la famille » consacrée aux transformations de la famille dans les années 1960-1970 : sont-ils acteurs ou témoins des transformations analysées ? Peu d’enquêtés semblent par exemple avoir participé aux événements de Mai 68, et pourtant les auteurs consacrent plusieurs développements à cet événement, qui a certes eu des incidences majeures sur la remise en cause de l’institution familiale, mais qui n’est pas le seul fait des baby-boomers (ce qu’ils reconnaissent par ailleurs). Les apports de l’enquête auraient peut-être davantage été mis en valeur si les auteurs avaient adopté une logique inverse qui rende compte des rapports différenciés des enquêtés aux événements. L’usage illustratif des entretiens ne rend pas entièrement justice à la richesse indiscutable du matériau recueilli.

4Le rapport des femmes au travail et les différents arrangements qu’elles mettent en œuvre pour concilier leurs engagements familiaux et professionnels sont au cœur de la troisième partie « les baby-boomers ou la famille autrement ». Les auteurs nous livrent ici une critique riche et empiriquement fondée des travaux qui présentent en termes de « choix » l’alternative entre différents modèles professionnels féminins, ou qui concluent hâtivement à la fragilisation de la famille « Finalement, nous sommes assez éloignés de l’affaiblissement de la famille » (p. 331) écrivent-ils en conclusion. Ils reprennent néanmoins à leur compte des typologies de modèles féminins, de divorces, de relations intrafamiliales, etc. sans les rapporter aux différences sociales et plus largement aux contraintes et aux conditions de possibilité des différentes configurations familiales observées. On comprend par exemple que nombre des enquêtées qui deviennent femmes au foyer ont des mères qui l’étaient, et ont reçu une éducation catholique, mais ces variables ne sont pas convoquées dans l’analyse.

5L’ouvrage se clôt sur une analyse des différents rôles familiaux endossés par les baby-boomers à l’heure de la retraite. C’est ici la « génération pivot », coincée entre des rôles d’enfants devant faire face à des parents vieillissants et parfois dépendants et des rôles de parents devant faire face à l’insertion de leurs enfants sur un marché du travail largement dégradé par rapport à celui qu’ils ont connu au même âge. Cette dernière partie donne à voir, de manière très fine, la diversité des configurations familiales dans lesquelles les baby-boomers occupent des positions centrales en termes d’aides et de solidarités intergénérationnelles. Les tensions qui peuvent naître entre les intérêts potentiellement divergents des baby-boomers, de leurs parents vieillissants et de leurs enfants qui peinent à s’autonomiser sont documentées dans toute leur complexité. On s’étonnera néanmoins que les auteurs n’empruntent pas le concept de maisonnée aux travaux d’anthropologie de la parenté quand ils analysent les différentes configurations d’aides qu’entretiennent les baby-boomers avec leur entourage (chapitre 8).

6En définitive, les baby-boomers forment-ils une génération spécifique ? Les auteurs concluent sur cette question qui sous-tend leur réflexion tout au long de l’ouvrage. L’enquête leur permet de déconstruire, à juste titre, l’image d’une « génération dorée », et de montrer qu’il n’existe pas une génération de baby-boomers mais une « grande hétérogénéité des parcours et des situations » (p. 333). Cependant, les ressorts de cette hétérogénéité ne sont pas toujours clairement appréhendés. Si des différences en termes d’âge et de genre notamment entre les cohortes nées avant ou après 1950 apparaissent assez nettement, elles ne sont pas analysées de manière systématique et elles laissent souvent dans l’ombre les différences sociales. La comparaison annoncée entre la France et la Grande-Bretagne qui reste elliptique au fil de l’ouvrage aurait pu enrichir ce questionnement passionnant sur la genèse d’un ou plusieurs ensembles générationnels de baby-boomers.

Top of page

References

Bibliographical reference

Julie Pagis, « Réinventer la famille. L’histoire des baby-boomers, C. Bonvalet, C. Clément et J. Ogg (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 247-249.

Electronic reference

Julie Pagis, « Réinventer la famille. L’histoire des baby-boomers, C. Bonvalet, C. Clément et J. Ogg (Eds) », Sociologie du travail [Online], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, Online since 14 May 2013, connection on 05 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12278

Top of page

About the author

Julie Pagis

Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales, CERAPS (UMR 8026)
1, Place Déliot, BP 629, 59024 Lille Cedex, France
julie.pagis[at]ens.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals