Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Économie des déchets : une approche institutionnaliste, S. Lupton

De Boeck, Bruxelles (2011). 268 p.
Jérémie Cavé
p. 249-251
Référence(s) :

Sylvie Lupton, Économie des déchets : une approche institutionnaliste, De Boeck, Bruxelles, 2011, 268 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, le premier de l’auteur, est présenté, dans la préface, comme un « manuel de référence » sur la gestion des déchets. À juste titre : le livre est à la fois très documenté, clair et concis. S’il s’adresse à différents publics (étudiants, enseignants, entreprises, administrateurs territoriaux, législateurs, associations, etc.), l’expression est toutefois assez didactique pour qu’il ne soit pas réservé aux initiés. De surcroît, l’ouvrage aborde des problématiques relatives à tous types de déchets (municipaux, industriels, agricoles, nucléaires, etc.) et celles-ci sont illustrées par des exemples précis de filières et d’initiatives issues de nombreux pays d’Europe, d’Amérique du Nord et du Japon. Le cas français est plus particulièrement approfondi.

  • 1 S. Lupton (2002), Incertitude sur la qualité et économie des biens controversés. Le marché d’épanda (...)

2Ainsi, après s’être penchée sur la trajectoire erratique du marché d’épandage des boues d’assainissement en France, du fait d’une problématique de traçabilité et de qualité1, Sylvie Lupton élargit-elle ici son analyse au domaine, peu conceptualisé, des déchets solides. Elle s’emploie à délimiter « les contours de l’économie des déchets en termes de droits de propriété, de valeur, d’échange, de processus productif et d’externalités » (p. 37) et va même au-delà, convoquant tour à tour les disciplines : économie, sociologie, gestion, histoire, droit. Le sous-titre « une approche institutionnaliste » paraît, de ce fait, réducteur.

  • 2 Abréviation de « Not In My Back-Yard ».

3L’ouvrage s’organise en cinq chapitres. Le premier chapitre est un nécessaire exercice de définition. Le deuxième chapitre est descriptif : l’auteure y présente une typologie des déchets, les filières de gestion, assorties de données quantitatives européennes fiables. Le troisième chapitre est une relecture originale de l’histoire de la gestion des déchets ménagers en France, à la lumière des modes de coordination de Karl Polanyi, revus par Mehrdad Vahabi (à qui le livre est dédié). Le quatrième chapitre dresse un panorama très complet et nuancé des instruments de politique publique de gestion des déchets, exemples à l’appui. L’auteur y explique pourquoi le choix d’un instrument est problématique pour les décideurs, puis met en lumière l’influence de la législation européenne comme des lobbies sur les politiques publiques du secteur. Dans le dernier chapitre — le plus intéressant — S. Lupton aborde les conflits liés aux déchets. Elle s’intéresse d’abord à la nature de ces conflits, soulignant au passage les limites du fameux syndrome NIMBY2, puis à leurs modalités de résolution. Surtout, l’auteur dévoile sa théorie des déchets comme « biens indéterminés ».

4Revenons ici sur le travail préalable de définition. Si le déchet peut apparaître comme une anti-marchandise, un bien à valeur négative, la distinction produit/déchet n’est en fait pas toujours aisée. La définition du déchet repose en effet sur le critère de l’abandon et non sur sa toxicité. Partant, « le statut de déchet est mouvant : le bien devient un déchet s’il est abandonné, et redevient un bien privé s’il est réapproprié » (p. 25). Aussi, le positionnement des acteurs intervient-il dans la caractérisation économique du bien. En situation d’incertitudes, en particulier, la qualité d’un bien en vient à dépendre presque entièrement de la perception qu’en a chaque acteur. En définissant la qualité comme une construction sociale, l’auteur conteste le postulat néo-classique de l’homogénéité des biens. Les déchets et les boues constituent des restes : ils ne sont pas produits délibérément pour un marché précis. On ne saurait les identifier précisément a priori. Les déchets sont des biens particuliers, dont les externalités négatives sont parfois difficiles — voire impossibles — à évaluer.

5D’après l’auteur, si aucun économiste ne s’est intéressé à cette particularité (l’incertitude partagée sur les externalités négatives du bien), c’est parce que cette caractéristique était interprétée comme ayant un impact neutre : puisqu’aucun acteur ne jouit d’un avantage stratégique, en termes d’asymétrie d’informations, cette donnée n’est pas déterminante. Au contraire, selon S. Lupton, le caractère indéterminé des déchets est crucial : « l’incertitude sur la qualité des déchets peut être partagée par tous les agents […] et perturber la filière, voire provoquer son effondrement » (p. 188). L’auteur prend appui le cas du marché d’épandage de boues d’épuration, qui a failli péricliter en France à partir de la crise de la vache folle en France et qui a effectivement disparu en Suisse. Cela va donc au-delà d’une problématique de risque, car « le marché peut s’effondrer à cause du changement de l’opinion générale sur la qualité du déchet, sans qu’il y ait de changement dans la qualité intrinsèque du déchet » (p. 199). S. Lupton avance alors le concept de « biens indéterminés », c’est-à-dire : « des biens et services dont les caractéristiques ne peuvent pas être connues […] pour la simple raison que l’information sur certaines caractéristiques n’est pas accessible compte tenu de l’état des connaissances disponibles, et n’est détenue par aucun groupe d’acteurs » (p. 197). D’après l’auteur, puisqu’elle rejaillit sur la caractérisation économique du bien, l’incertitude partagée doit être intégrée à la théorie économique.

  • 3 Callon, M. 1999. La Sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur (...)

6En somme, si ce livre est publié dans une collection intitulée « Ouvertures économiques », c’est parce que S. Lupton y apparaît comme une économiste éclairée. Son approche des sciences économiques est riche, ouverte à la complexité et à l’apport de l’ensemble des sciences sociales, rappelant la démarche de cadrage/débordement de Michel Callon3. L’auteur rejette un certain nombre d’hypothèses néo-classiques, au profit de l’intégration de l’incertitude dans la caractérisation des biens, d’une vision du marché comme un processus percolé par les rapports de pouvoirs, les conflits et le rôle des institutions.

7Nous pouvons formuler une appréciation de cet ouvrage à l’aune des objectifs que son auteure lui fixe. S. Lupton en identifie trois : le premier consiste à retracer l’histoire de la gestion des déchets ménagers en France ; le deuxième réside dans la présentation d’études de cas et de statistiques européennes ; le troisième est d’étudier les déchets dans le cadre d’une économie de la destruction.

  • 4 Silguy, C. (de), 1996. Histoire des hommes et de leurs ordures. Du Moyen-âge à nos jours. Paris, Le (...)

8S’agissant du premier objectif, force est de constater que l’historique de la gestion des déchets avait déjà été dressé, de façon plus exhaustive4 ; cependant, la structuration de cette chronologie par des concepts issus de l’économie institutionnelle constitue une valorisation éclairante de ces travaux d’historiens. Pour ce qui est du deuxième objectif de l’ouvrage, il est incontestablement atteint. L’auteur a déployé un travail d’investigation considérable, aussi rigoureux que précieux, pour nourrir le deuxième chapitre — comme le quatrième qui est son corollaire — de nombreux faits stylisés. Enfin, le troisième objectif — le plus intrigant et ambitieux — n’est que partiellement atteint. L’auteur part du constat que l’économie des déchets est injustement cantonnée à une sous-catégorie de l’économie de l’environnement. Elle nous gratifie, certes, de beaux passages critiques sur l’analyse sociologique de la consommation et du consumérisme, l’obsolescence planifiée ou l’appropriation des terres comme abusus. Elle ne pousse néanmoins pas tout à fait suffisamment loin son propos pour montrer à quel point l’économie des déchets, peut nous amener à reconsidérer l’économie comme la science de la création et de la destruction de valeurs et richesses. Il est probable que le concept de « biens indéterminés » constitue une base féconde pour l’atteindre ; à ceci près : lorsque l’on parle de déchets radioactifs, par exemple, s’agit-il encore de « biens » ? Ce premier ouvrage, exploratoire, en appelle d’autres !

Haut de page

Notes

1 S. Lupton (2002), Incertitude sur la qualité et économie des biens controversés. Le marché d’épandage des boues de stations d’épuration urbaines. Thèse de doctorat en économie de l’environnement, sous la direction d’O. Godard, EHESS.

2 Abréviation de « Not In My Back-Yard ».

3 Callon, M. 1999. La Sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la notion de cadrage-débordement. In: Foray, D. et Mairesse, J. (Eds), Innovations et performances. Approches interdisciplinaires. Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 399-431.

4 Silguy, C. (de), 1996. Histoire des hommes et de leurs ordures. Du Moyen-âge à nos jours. Paris, Le Cherche Midi ; Barles, S., 2005. L’Invention des déchets urbains (France : 1790-1970). Seyssel, Champ Vallon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérémie Cavé, « Économie des déchets : une approche institutionnaliste, S. Lupton », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 249-251.

Référence électronique

Jérémie Cavé, « Économie des déchets : une approche institutionnaliste, S. Lupton », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 07 mai 2013, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12300

Haut de page

Auteur

Jérémie Cavé

LATTS, 6-8, avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, 77455 Champs sur Marne, Marne-la-Vallée Cedex 2, France
cavej[at]enpc.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals