Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 55 - n° 2Comptes rendusLa Biodiversité sous influence ? ...

Comptes rendus

La Biodiversité sous influence ? Les lobbies industriels face aux politiques internationales de l’environnement, A. Orsini

Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles (2010). 248 p.
Sezin Topçu
p. 251-254
Référence(s) :

Amandine Orsini, La Biodiversité sous influence ? Les lobbies industriels face aux politiques internationales de l’environnement, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 2010, 248 p.

Texte intégral

1Il était temps de mettre le projecteur sur les lobbies industriels, ces acteurs discrets des négociations environnementales. Depuis ces dernières années, la « gouvernance » internationale de l’environnement a fait l’objet d’une vaste littérature en sciences sociales. Celle-ci s’est intéressée en premier lieu aux décideurs facilement identifiables (États et organismes internationaux), aux organisations non gouvernementales (ONG) environnementalistes et aux dispositifs technico-juridiques destinés à la mise en œuvre de décisions. Le rôle joué par les industriels dans la fabrique des politiques environnementales globales est quant à lui relativement peu étudié. L’ouvrage d’Amandine Orsini vient combler cette lacune majeure. Issu d’une vaste recherche doctorale, ce travail met également en lumière un dossier de taille — la biodiversité — relativement délaissé, tant le changement climatique, ce problème environnemental global par excellence, a occupé et occupe encore l’essentiel de l’agenda de recherches.

2La préoccupation principale d’A. Orsini consiste à comprendre ce que l’auteure appelle « l’influence » des firmes dans la fabrique des politiques publiques sur la biodiversité. Partant d’une hypothèse fondée sur « l’influence » et non le « pouvoir », le but ici est de dépasser les approches statiques trop souvent centrées sur les moyens notamment financiers des acteurs industriels. A. Orsini cherche au contraire à saisir plus finement ce que les firmes parviennent à faire concrètement sur le « terrain ». Pour cela, elle s’est intéressée aux négociations de deux sous-accords de la Convention sur la diversité biologique : celui sur les questions de la biosécurité (impact sur la biodiversité de la dissémination des semences transgéniques), et celui sur les questions d’accès aux ressources génétiques et de partage des avantages (APA) qui concerne l’utilisation à des fins industrielles des ressources génétiques des pays du Sud.

3Sur un plan théorique et méthodologique, La Biodiversité sous influence ? combine l’enquête ethnographique, la macro-analyse comparative et la montée en généralité théorique. L’auteur vise ainsi à dépasser les limites de trois courants influents en science politique, à savoir :

  • la théorie des régimes qu’A. Orsini juge peu attentive au rôle des firmes ;

  • le courant d’économie politique internationale considéré comme porteur d’une vision déterministe et statique du pouvoir des entreprises ;

  • et le courant constructiviste auquel l’auteur reproche d’occulter la question de l’identité des acteurs industriels dans la fabrique des politiques internationales.

4Ce dense effort théorique est suivi, dans une deuxième partie, par l’analyse de l’action menée en amont des négociations par les firmes, auprès de leurs États. À partir de l’étude différenciée des dynamiques nationales, A. Orsini dégage trois modèles : le modèle d’État compétitif (à l’instar de celui des États-Unis) caractérisé par une forte influence des firmes sur les politiques étatiques ; le modèle européen, où la Commission paraît être l’arbitre des positions des différents groupes de pression ; et le modèle des pays en voie de développement où l’État défend ses firmes nationales face à la concurrence internationale.

  • 1 Adopté en 2000, le protocole de Carthagène fait de l’approche de précaution le fondement de la pris (...)
  • 2 Adoptées en 2002, les Lignes directrices de Bonn, non contraignantes, réconcilient exploitation et (...)

5C’est la troisième partie de l’ouvrage qui présente le travail ethnographique mené par A. Orsini lors de plusieurs Conférences des parties (2006-2009). Contre toute attente, les stratégies d’influence des industriels lors des négociations internationales s’avèrent, selon l’auteur, au mieux « maladroites ». Elles le sont soit parce que les firmes n’ont pas suffisamment élaboré leur arguments de défense, soit parce qu’elles sont mal organisées entre elles (à la seule exception des industries pétrolières), soit parce qu’elles n’ont pas jugé certaines questions (comme la biosécurité) dignes d’intérêt. Les firmes délèguent ainsi à leurs gouvernements nationaux la défense de leurs intérêts, une stratégie qui sera également vouée à l’échec. L’auteur en veut pour preuve d’une part le fait que les firmes de biotechnologies américaines ne parviendront pas à empêcher la signature du protocole contraignant de Carthégène sur la biosécurité1, d’autre part que les firmes pharmaceutiques suisses et allemandes n’auront pas réussi, malgré l’appui de leurs gouvernements, à échapper à l’abandon des Lignes directrices de Bonn2 au profit d’un régime contraignant pour l’APA. Les industriels améliorent bien sûr progressivement leurs stratégies, en créant des coalitions industrielles transnationales (à l’instar du Global Industry Coalition qui regroupe près de 2 200 entreprises de 130 pays), en modérant leur posture d’opposant catégorique aux cadres réglementaires proposés, en verdissant leur discours, ou en inventant des stratégies dites de dialogue en alternative au lobbying classique. Le dénigrement public des contre-expertises des ONG ou des études scientifiques démontrant les risques des organismes génétiquement modifiés (OGM) (e.g. l’affaire Putzaï), la mise en place de « lobbys » scientifiques pro-biotechnologies présentés comme porteurs de la « bonne » science, la création d’ONG « écrans » au service de grands groupes industriels, ou encore le travail soutenu sur les mots communicationnels s’ajoutent à ces stratégies dites d’influence. Mais même en professionnalisant leurs stratégies d’action, les firmes ne parviennent pas, selon A. Orsini, à constituer un front uni — un « lobby » — étant donné la très grande diversité des acteurs en jeu. Si les coalitions mises en place souffrent de forts clivages, la division semble encore plus forte entre les firmes transnationales du Nord et celles des pays émergents, certaines entreprises brésiliennes défendant par exemple, contrairement à leurs homologues américaines, les législations biosécurité et APA. Par conséquent, l’influence des firmes sur les politiques de la biodiversité s’avère très variable selon les niveaux d’action (plus forte au niveau national qu’international) et les secteurs d’activités.

6Cet ouvrage original pointe ainsi la complexité, voire le caractère aléatoire des processus dits de « gouvernance globale » qui semblent même échapper aux acteurs (industriels) considérés tout puissants. Cependant, l’analyse d’A. Orsini, qui s’intéresse seulement aux porte-parole explicites de l’industrie et à leur action dans le cadre des négociations, ne saurait pour autant définir l’éventuelle « autonomie » du champ décisionnel qui, de par sa dimension globale, échapperait à une mainmise des firmes multinationales.

  • 3 Aubertin, C., Pinton, F., Boisvert, V., 2007. Les Marchés de la biodiversité. Paris, IRD Éditions.
  • 4 Le Menestrel, M., van den Hove, S., De Bettignies, H.-C., 2002. Processes and Consequences in Busin (...)

7Le vaste chantier de recherche ici ouvert demande ainsi à être poursuivi à partir d’axes analytiques élargis. Le premier consisterait à vérifier, à travers une prosopographie des négociateurs légitimes, le degré de circulation de ces acteurs entre l’arène industrielle et d’autres arènes tout au long de leur carrière, ce qui permettrait d’étendre la problématique d’« influence » au-delà d’une « arène » industrielle définie de manière formelle. Le deuxième consisterait à dépasser le seul cadre des « négociations » pour étudier l’action stratégique continue des firmes puissantes dans la mise en place de régulations nationales, ainsi que le lobbying effectué auprès des organismes supranationaux tels que l’Organisation mondiale du commerce et l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. Troisième piste : au lieu de présupposer que les cadres réglementaires relatifs à la biodiversité iraient d’emblée à l’encontre des intérêts des entreprises, ne faudrait-il pas analyser les mécanismes de co-construction (en lien avec les acteurs industriels) de ces mêmes cadres ? Le fait que la régulation de la biodiversité ait été pensée dès les années 1980 selon des critères économiques et marchands, en vue précisément de constituer un « marché »3, conforte un tel point de vue. Enfin, il semble indispensable de comparer les résultats d’A. Orsini avec ceux des autres dossiers environnementaux. Si les firmes pharmaceutiques ou de biotechnologies semblent avoir pris un retard historique pour s’emparer des processus décisionnels relatifs à la biodiversité, les firmes pétrolières (notamment américaines) quant à elles ont une meilleure « maîtrise » des politiques relatives au changement climatique4. Par ailleurs, qu’il s’agisse du climat ou de la biodiversité, force est de constater que les États-Unis notamment, sous la pression de leurs grands groupes industriels, parviennent à limiter le pouvoir des accords contraignants (Kyoto comme Carthagène), en s’abstenant de les ratifier. De fait, au lieu de considérer que les firmes industrielles seraient dépassées par la politique internationale, il paraît à la fois nécessaire et fécond d’analyser le nouveau type de pouvoir dont elles s’emparent, en se plaçant, par un jeu de force difficile à contourner, hors de portée de ces mêmes accords dits contraignants.

Haut de page

Notes

1 Adopté en 2000, le protocole de Carthagène fait de l’approche de précaution le fondement de la prise de décisions en matière de circulation internationale d’organismes génétiquement modifiés.

2 Adoptées en 2002, les Lignes directrices de Bonn, non contraignantes, réconcilient exploitation et utilisation « durable » de la biodiversité.

3 Aubertin, C., Pinton, F., Boisvert, V., 2007. Les Marchés de la biodiversité. Paris, IRD Éditions.

4 Le Menestrel, M., van den Hove, S., De Bettignies, H.-C., 2002. Processes and Consequences in Business-Ethical Dilemmas: The Oil Industry and Climate Change. Journal of Business Ethics, 41, pp. 251-266.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sezin Topçu, « La Biodiversité sous influence ? Les lobbies industriels face aux politiques internationales de l’environnement, A. Orsini »Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 251-254.

Référence électronique

Sezin Topçu, « La Biodiversité sous influence ? Les lobbies industriels face aux politiques internationales de l’environnement, A. Orsini »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12313 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.12313

Haut de page

Auteur

Sezin Topçu

Centre d’études des mouvements sociaux, Institut Marcel Mauss, EHESS
190-198, avenue de France, 75013 Paris, France
sezin.topcu[at]damesme.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search