Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Grande Transformation du capitalisme japonais (1980-2010), S. Lechevalier

Presses de Sciences Po, Paris (2011). 420 p.
Tommaso Pardi
p. 260-262
Référence(s) :

Sébastien Lechevalier, La Grande Transformation du capitalisme japonais (1980-2010), Presses de Sciences Po, Paris, 2011, 420 p.

Texte intégral

1Le capitalisme japonais a connu son apogée dans les années 1980 lorsqu’il a incarné le modèle post-fordiste par excellence. Si la crise qu’il a traversé par la suite, et dont il peine aujourd’hui à s’extirper, a déjà fait l’objet de quelques travaux en économie, elle reste un phénomène mystérieux et relativement peu étudié. L’ouvrage de Sébastien Lechevalier l’approche par un angle original, celui des reformes néolibérales qui depuis le début des années 1990 cherchent, sans trop de succès, à redynamiser l’économie japonaise. L’argumentaire est séduisant : la crise sans fin du capitalisme japonais ne ferait que rappeler la crise actuelle des capitalismes européens, comme les recettes néolibérales japonaises nous rappelleraient l’agenda de Lisbonne en panne de l’Union européenne. L’analyse de la transformation du capitalisme japonais permettrait donc d’éclairer avec dix années d’avance ce qui risque de se produire si l’Union européenne persiste dans ses politiques néolibérales.

2Le cadre théorique est celui bien connu de la « variété des capitalismes » (l’ouvrage est préfacé par Robert Boyer) et la thèse défendue par S. Lechevalier en reprend les points essentiels. D’abord, puisque le capitalisme japonais est un capitalisme coordonné hors marché, comme le capitalisme allemand ou français, les réformes néolibérales censées apporter une solution à la crise n’auraient fait qu’éroder puis déstabiliser le régime de croissance japonais sans pour autant permettre une réelle convergence vers le capitalisme libéral. Ensuite, de manière plus surprenante, ces réformes seraient une des principales causes de la crise structurelle du capitalisme japonais, ayant, dans un premier temps, déclenché la bulle immobilière des années 1980, et surtout favorisé la pérennisation de la dynamique de crise dans les années 1990 et 2000.

3Pour étayer cette double thèse, l’ouvrage prend le temps, dans un premier chapitre signé par Yves Tiberghien, de retracer la longue trajectoire de ces réformes à partir du début des années 1980. En s’appuyant sur l’approche néo-réaliste de Bruno Amable et Stefano Palombarini, Y. Tiberghien montre de manière assez convaincante que la crise des années 1990 a servi de prétexte à la mise en œuvre d’un programme politique consistant à reconfigurer le bloc dominant du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir depuis l’après-guerre. Ce programme s’articulait autour de quatre objectifs : affaiblir l’État, dernier (faible) bastion de résistance syndicale au Japon, par un vaste programme de privatisations ; marginaliser le Japon « non compétitif » des petites et moyennes entreprises (PME) et des agriculteurs à travers une série de réformes fiscales ; casser l’alliance entre managers et salariés dans la grande entreprise en remettant en cause l’emploi à vie et le salaire à l’ancienneté ; instaurer à sa place une alliance entre actionnaires et managers en libéralisant les marchés de capitaux pour permettre à la grande entreprise et aux banques d’avoir accès au relais de croissance promis par la financiarisation. Y. Tiberghien souligne néanmoins le caractère décousu de la mise en œuvre de ce programme pendant les années 1990 et 2000, qu’il qualifie finalement de « révolution néolibérale par morceaux » ou encore de « transition néolibérale ».

4Sébastien Lechevalier procède ensuite à l’analyse des conséquences en chaîne de ces réformes sur les principales institutions japonaises. Il revient d’abord sur l’entrée en crise du modèle « J » de la firme, pris entre la pression de fonds d’investissement étrangers et la diffusion du mode de gouvernance actionnariale. Il montre comment cette crise se traduit par une hétérogénéité croissante des entreprises japonaises en termes de productivité et de salaires qui va de pair avec un déclin des formes antérieures de coordination hors-marché au niveau de secteurs, tel que le keiretsu et le shuntô. Il analyse ensuite l’impact de cette double évolution sur la transformation du « contrat social », en se focalisant sur la montée des inégalités et de la pauvreté qui ont connu, ces derniers 20 ans au Japon, la croissance la plus importante au sein des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Parmi les causes de cette dynamique inégalitaire, S. Lechevalier insiste en particulier sur la transformation du marché du travail sous l’effet de trois phénomènes conjoints : l’explosion des emplois précaires associée à une très faible mobilité externe qui aboutit à une plus forte segmentation de l’emploi ; la dispersion des performances des entreprises qui favorise l’éclatement des parcours professionnels ; l’affaiblissement des formes antérieures de coordination salariale comme le shuntô et le syndicalisme d’entreprise qui auraient pu freiner cette dérive. Dans un chapitre co-écrit avec Arnaud Nanta, Sébastien Lechevalier s’intéresse également à la réforme scolaire lancée en 1992, dont il montre la contribution à cette dynamique inégalitaire, car elle aboutit à une privatisation progressive du système éducatif qui renforce le poids de disparités sociales sur les parcours scolaires. Par ailleurs, si l’objectif de cette réforme était de favoriser la transformation des universités en pépinières de start-ups innovantes selon le modèle de la Silicon Valley, S. Lechevalier montre que son impact sur la capacité d’innovation des universités a été négligeable, alors même que le système d’innovation japonais reste toujours dominé par les très grandes entreprises des secteurs industriels traditionnels.

5Dans un dernier chapitre consacré à la mondialisation, l’auteur reprend les différentes étapes de son raisonnement pour conclure que le problème fondamental du capitalisme japonais n’était pas l’entrée en crise de son modèle coordonné antérieur, qui n’aurait eu qu’à négocier de nouvelles formes d’insertion internationale face à la montée de la Chine dans l’espace asiatique, mais les réformes néolibérales qui l’ont déstabilisé. Sans surprise, c’est à peu près le même argument qui est développé dans la postface par Ronald Dore, un des plus fervents avocats du « modèle japonais », bien que ce dernier soit persuadé, à la différence de Sébastien Lechevalier, que le capitalisme japonais s’est bel et bien converti au capitalisme de marché. Mais, au-delà de cette différence importante d’appréciation, S. Lechevalier et R. Dore, mais aussi R. Boyer dans la préface, partagent une conception du « modèle japonais » qui n’est pas très éloignée de la vision « postfordiste » des années 1980, et qui constitue, à notre sens, la principale faiblesse de cet ouvrage. La plupart de ses chapitres sont en effet beaucoup plus convaincants quand ils montrent l’inefficacité contreproductive des réformes néolibérales, que lorsqu’ils cherchent à vanter les mérites du « modèle japonais » d’antan en l’exonérant pratiquement de toute responsabilité dans la crise de son mode de croissance.

6Il y a à ce décalage trois raisons. D’abord, les liens de cause à effet ne sont pas toujours établis de manière claire et rigoureuse. Par exemple, la monté des inégalités et la croissance de l’hétérogénéité des entreprises précèdent l’introduction des principales réformes néolibérales, et ne peuvent être que très partiellement expliquées par la mise en œuvre hachée de celles-ci. Dès lors, il faut replacer l’origine de ces phénomènes et leurs causes profondes dans l’entrée en crise du capitalisme japonais, ce qui revient à dire que celui-ci était beaucoup moins homogène que la théorie de la firme « J » ne l’avançait, et beaucoup moins égalitaire que la représentation convenue de trois piliers de l’emploi ne l’admettait. Enfin, si l’on suit S. Lechevalier dans son raisonnement, on constate une contradiction majeure par rapport à sa propre approche théorique : selon l’école de la régulation, les capitalismes ont les crises de leurs structures, alors qu’ici on aurait un capitalisme égalitaire et solidaire qui se transforme de manière discontinue mais rapide en un capitalisme inégalitaire et concurrentiel sous l’effet de facteurs qui seraient exclusivement exogènes. En revanche, si l’on s’appuyait sur l’analyse de la crise pour déconstruire la représentation « postfordiste » du modèle japonais, on pourrait envisager cette grande transformation comme un phénomène fondamentalement endogène, qui se situerait dans la continuité de certains traits du capitalisme japonais qui ont été largement documentés par les travaux historiques, tels que la domination des grandes entreprises sur les institutions économiques et sociales, l’absence de démocratie industrielle et la faiblesse de la démocratie sociale et politique.

7Si nous saluons donc sans réserve l’avancée que cet ouvrage représente dans la compréhension de la transition néolibérale au Japon, nous regretterons en même temps qu’il n’ait pas été l’occasion de revisiter de manière plus critique la compréhension convenue du « modèle japonais ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tommaso Pardi, « La Grande Transformation du capitalisme japonais (1980-2010), S. Lechevalier », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 260-262.

Référence électronique

Tommaso Pardi, « La Grande Transformation du capitalisme japonais (1980-2010), S. Lechevalier », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12360

Haut de page

Auteur

Tommaso Pardi

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (UMR CNRS 8533), ENS Cachan, 61, avenue du président Wilson, 94235 Cachan Cedex, France
tpardi[at]ens-cachan.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals