Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Salaire, un enjeu pour l’euro-syndicalisme. Histoire de la coordination des négociations collectives nationales, A. Dufresne

Presses universitaires de Nancy, Nancy (2011). 206 p.
Hervé Champin
p. 262-263
Référence(s) :

Anne Dufresne, Le Salaire, un enjeu pour l’euro-syndicalisme. Histoire de la coordination des négociations collectives nationales, Presses universitaires de Nancy, Nancy, 2011, 206 p.

Texte intégral

1À partir du constat d’une convergence sur la modération salariale dans l’Union européenne (UE), Anne Dufresne étudie dans cet ouvrage issu de sa thèse l’histoire des stratégies syndicales de coordination des négociations collectives en Europe. Son objectif consiste, à la différence des travaux consacrés au dialogue social européen, à rendre compte de la construction d’un espace européen du syndicalisme en dehors du maillage institutionnel de l’UE, qui a notamment exclu le salaire des matières pouvant faire l’objet d’une législation au niveau communautaire.

2Dans la première partie, consacrée au niveau interprofessionnel, l’auteur montre que la Confédération européenne des syndicats (CES) a fait le choix dans les années 1990 d’un investissement dans le dialogue social communautaire au détriment de la coordination des négociations collectives. Il faut attendre la fin de cette décennie pour assister à la création d’un comité de coordination des négociations collectives (CCNC) puis d’une norme salariale, inspirée de celle de la Fédération européenne des métallurgistes, qui correspond à une référence communautaire non contraignante destinée à servir de repère pour les négociations collectives des niveaux inférieurs. Leur existence ne permit cependant ni de peser sur les institutions responsables de la politique macro-économique dans le sens d’un assouplissement du « diktat monétariste de la Banque centrale européenne » (fonction économique), ni de créer un véritable outil politique de revendication pour les syndicats dans leurs négociations nationales (fonction sociale) : l’aspect trop technique de la norme, lié à une volonté d’intégration institutionnelle, est en effet entrée en conflit avec la fonction sociale d’européanisation syndicale, en décourageant les négociateurs nationaux de participer aux réunions du CCNC. Le second chapitre décrit la période qui s’ouvre à partir de 2005, marquée par une nouvelle minimisation des aspects liés à la coordination des négociations nationales, au profit du projet de création d’un cadre juridique optionnel pour la négociation d’accords d’entreprise transnationaux, puis d’un débat concernant l’instauration d’un salaire minimum européen. Au final, A. Dufresne souligne l’échec des initiatives interprofessionnelles, qui sont intervenues tardivement et ne sont pas parvenues à instaurer le salaire comme objet légitime de revendication à l’échelle européenne.

3La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les activités sectorielles conduites par les Fédérations syndicales européennes (FSE). Le chapitre III détaille les initiatives pionnières de la Fédération européenne des métallurgistes (FEM) en présentant sa méthode de coordination, comprenant la mise en place d’un système d’échange syndical d’informations et l’élaboration de critères communs servant de base à l’évaluation ex-post des négociations collectives nationales. Il aborde ensuite deux processus distincts ayant pour objectif de guider les négociations collectives nationales : la coordination par une norme salariale (qui a inspiré la CES) et la définition de standards sociaux minimaux « hors norme », supérieurs au plus petit dénominateur commun (qui a abouti à la définition de revendications communes). Le chapitre IV présente les expériences conduites à la suite de celles de la FEM par six autres fédérations dans huit secteurs, avec la définition de standards communs reprenant ou adaptant la norme salariale de la métallurgie et dans certains cas la définition de standards sociaux minimaux hors norme. Le bilan que tire l’auteur de ces initiatives est inégal : si les normes salariales ne sont pas parvenues à avoir d’influence effective dans les négociations nationales, la FEM a réussi à élaborer à partir de 2005 des « revendications communes paneuropéennes », permettant d’envoyer un message politique clair aux employeurs sur la solidarité intersyndicale.

4La troisième partie aborde les initiatives de coordination transfrontalières. Le chapitre V porte sur les réseaux interrégionaux sectoriels, dans la métallurgie (autour des unions régionales d’IG Metall), puis dans six autres secteurs. Ces réseaux aux objectifs très divers se distinguent des initiatives des FSE à la fois par leur échelle, par leur thème (les conditions de travail et non le salaire) et par le poids qu’ils accordent aux actions de solidarité transrégionales (reconnaissance mutuelle de l’affiliation, concertation sur des actions syndicales communes), qui sont la valeur ajoutée spécifique de ce niveau de coopération. Le chapitre VI aborde enfin l’initiative régionale de Doorn, regroupant progressivement à partir de 1997 des représentants syndicaux allemands, belges, luxembourgeois, néerlandais et français. A. Dufresne montre en quoi cette initiative s’explique par la rencontre des intérêts des syndicats belges (auxquels une loi impose à partir de 1996 des augmentations salariales limitées à la moyenne de celles des pays voisins) et allemands (qui cherchent à échapper à la politique confédérale de la CES centrée sur le dialogue social). En 1998, les participants s’accordèrent sur le respect d’une norme salariale, mais le processus s’interrompit en 2002, dans un contexte de crise économique qui conduisit les syndicats allemands à adopter une stratégie de modération salariale compétitive.

  • 1 Voir, dans Duclos, L., Groux, G. et Mériaux, O. (Eds), 2009, Les Nouvelles Dimensions du politique. (...)

5Dans cet ouvrage, A. Dufresne aborde des questions centrales pour la construction d’un système européen de relations professionnelles : en retraçant les initiatives syndicales pour contrecarrer le développement d’une négociation fondée sur la compétitivité, elle met en évidence les multiples interactions entre les différents niveaux de l’action syndicale et identifie les obstacles à la coordination des négociations collectives (hétérogénéité syndicale et dépendance par rapport au leadership allemand). Elle propose également des pistes pour un renforcement des acteurs syndicaux européens et une réforme du dialogue social communautaire. Cette démarche prospective la conduit cependant à minimiser les apports du travail de production de règles conduit dans le cadre du dialogue social européen, où, comme dans d’autres espaces des relations professionnelles, la négociation collective peut être considérée comme l’instrument d’une action publique négociée1.

Haut de page

Notes

1 Voir, dans Duclos, L., Groux, G. et Mériaux, O. (Eds), 2009, Les Nouvelles Dimensions du politique. Relations professionnelles et régulations sociales, LGDJ, Paris, les contributions de C. Didry et A. Jobert, « La Production de règles entre action publique et dialogue social », et d’A. Mias, « Un dialogue social autonome ? La négociation collective et le travail législatif européens ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Champin, « Le Salaire, un enjeu pour l’euro-syndicalisme. Histoire de la coordination des négociations collectives nationales, A. Dufresne », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 262-263.

Référence électronique

Hervé Champin, « Le Salaire, un enjeu pour l’euro-syndicalisme. Histoire de la coordination des négociations collectives nationales, A. Dufresne », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12373

Haut de page

Auteur

Hervé Champin

UMR CNRS 8533, Institutions et dynamiques historiques de l’économie, ENS Cachan, Bâtiment Laplace, 61, avenue du Président Wilson, 94235 Cachan Cedex, France
herve.champin[at]idhe.ens-cachan.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals