Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les Rémunérations obscènes, P. Steiner

La Découverte, Paris (2011). 150 p.
Pascal Petit
p. 264-265
Référence(s) :

Philippe Steiner, Les Rémunérations obscènes, La Découverte, Paris, 2011, 150 p.

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage de Philippe Steiner, directement tiré d’un discours de Barack Obama, rentre dans le vif du sujet qui nous intéresse ici : l’indignation que provoque la montée des hauts salaires, l’éventail des écarts passant de 1 à 20 dans les années 1980 pour avoisiner 1 à 500 à la veille de la crise financière de 2008. Comment expliquer ce dérapage que l’on retrouve peu ou prou, de façon simultanée, dans toutes les économies développées ? Pour répondre à cette question, l’auteur analyse les raisons avancées dans les travaux des économistes comme celles données dans les médias par les hommes politiques, les journalistes, voire même par les présidents-directeurs généraux (PDG) qui profitent de ces hauts salaires. Les justifications en termes de concurrence sur un marché de cadres dirigeants, osées par certains économistes, tournent court : l’existence d’un tel marché est pure fiction comme la possibilité d’apprécier l’efficacité spécifique des dirigeants en question. La mutation importante des normes sociales que représente cette dérive des hauts salaires est un phénomène complexe dont l’analyse doit interroger en profondeur des rapports économiques, sociaux et politiques.

2L’ouvrage de P. Steiner contribue fortement à cette analyse en quelques 136 pages. Les deux premiers chapitres donnent une vue assez claire et complète des connivences et justifications qui ont permis cette dérive des deux côtés de l’Atlantique. Connivences dans le réseau des conseils d’administration ou dans la construction des comités de rémunérations, justifications par des rationalisations ad hoc d’économistes ou les stratégies intéressées de grands cabinets de conseil. Les comportements et déclarations de personnages caricaturaux comme Jean-Marie Messier (ex-PDG de Vivendi) ou Antoine Zacharias (ex-PDG de Vinci) illustrent la façon dont ce contexte a pu laisser libre cours à leur rapacité. Un exposé des faits qui invite à réfléchir à la gouvernance des grandes multinationales dans un univers où les marchés financiers ont acquis, depuis les années 1980, un poids déterminant, jusqu’à inverser la logique : pour les cabinets de conseil, les hauts salaires des dirigeants sont un signe de bonne santé de l’entreprise ! Dans les années 2000, cette logique inversée va jouer à plein et conforter une certaine collusion « internationale » entre dirigeants de multinationales. Ajoutons que le secteur financier joue un rôle particulier dans cette dynamique qui n’est pas étrangère à la montée rapide des indignations après la crise financière de 2008.

3C’est un autre intérêt majeur de l’ouvrage que de s’intéresser dans sa seconde moitié à ce que l’auteur appelle l’installation de l’indignation. La violence de la crise, les fautes manifestes des dirigeants du secteur financier ont provoqué un fort mouvement d’indignation des opinions publiques comme des personnels politiques. Ce qui frappe trois ans après, c’est la capacité du système de rémunérations obscènes à perdurer par-delà certaines condamnations virulentes de journalistes et de dirigeants politiques (en particulier en France, au premier rang desquels Nicolas Sarkozy). La question des bonus est mise à l’agenda des réunions du G20. Les syndicats patronaux essayent de mettre en place des codes de bonnes pratiques. Le peu de mesures prises, ne serait-ce que pour éviter bonus disproportionnés sans raison et autres retraites dorées, servent de prétextes à Michel Pébereau, Charles Beigbeder ou Daniel Bouton pour prétendre qu’une moralisation de ces rémunérations obscènes a été effectuée. Les démentis sont constants, la croissance des rémunérations obscènes continue alors même que les pays subissent une récession économique sans précédent sous le poids d’un endettement public dont le secteur financier a su faire son affaire rapidement. Face a ce blocage où la montée de l’indignation se trouve entravée par les contradictions des politiques (soucis de défendre les intérêts des dirigeants nationaux et de ne pas trop empiéter sur les libertés de l’entreprise) et les atermoiements des organisations professionnelles (prises entre les intérêts divergents des grandes et moins grandes entreprises), une réforme de la fiscalité taxant fortement les hauts salaires apparaît comme la seule possibilité pour mettre fin à l’emballement inégalitaire que nous connaissons depuis le grand mouvement de libéralisation économique initié dans les années 1980.

4C’est en soulignant la nécessité d’une telle réforme fiscale que P. Steiner conclut son essai bien documenté et percutant sur les causes et circonstances de l’extravagante montée d’une petite fraction des plus hauts salaires. On sera facilement d’accord pour reconnaître les mérites d’une telle réforme mais le phénomène des salaires obscènes ne s’arrête pas à une question d’inégalités de revenus entre individus, il est aussi le symptôme d’une transformation profonde du rapport salarial que le court essai de P. Steiner ne peut prendre en compte. Les rémunérations obscènes résultent en effet d’une profonde mutation de la grande entreprise, largement soumise à des critères de rentabilité financière et dirigeant ses opérations productives à l’échelle du monde. Dans ce nouvel univers, les salaires constituent des coûts et une entreprise bien gérée doit savoir localiser ses productions pour réduire ces coûts au mieux. Dans cette perspective, les émoluments des grands dirigeants sont moins des salaires que des primes qui deviennent au regard des marchés financiers des indicateurs de la qualité de l’entreprise. L’emballement inégalitaire en matière de salaires ne serait alors que la trace émergente de cette mutation profonde du rapport salarial au sein de ces grandes entreprises. Nous sommes loin de l’univers où une certaine cohésion de l’ensemble des salaires, en particulier de ceux de l’encadrement socio-technique, était un facteur de motivation, principe clairement affirmé dans les années 1950 et 1960, que ce soit par les chefs d’entreprises ou les économistes comme J. K. Galbraith (dans son ouvrage sur Le Nouvel État industriel par exemple). La fin de l’histoire des salaires obscènes (au moins en ce qui concerne les PDG, car la question est d’une autre nature pour les artistes et sportifs même si elle a parfois servi à justifier ces mêmes rémunérations de PDG) reste donc dépendante de la capacité des États à éviter que cette mutation du rapport salarial ne se développe sur leur territoire. Vaste sujet au cœur des débats sur l’internationalisation libérale en cours ! Souhaitons que P. Steiner puisse rapidement nous conter avec autant de brio cette seconde partie de l’histoire, car la question reste posée de savoir si ces PDG prédateurs, dont il nous a décrit l’opportunisme, représentent un événement sans lendemain ou constituent le signe avant-coureur d’un capitalisme autoritaire internationalisé et peu compatible avec la démocratie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Petit, « Les Rémunérations obscènes, P. Steiner », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 264-265.

Référence électronique

Pascal Petit, « Les Rémunérations obscènes, P. Steiner », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 10 mai 2013, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12389

Haut de page

Auteur

Pascal Petit

Centre d’économie de l’université Paris Nord, UFR de Sciences économiques, 99, avenue Jean-Baptiste Clément, 93430 Villetaneuse, France
Pascal.Petit[at]univ-paris13.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals