Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 55 - n° 2Comptes rendusLa Sociologie américaine. Controv...

Comptes rendus

La Sociologie américaine. Controverses et innovations, N. Herpin, N. Jonas

La Découverte, Paris (2011). 288 p.
Philippe Masson
p. 267-270
Référence(s) :

Nicolas Herpin et Nicolas Jonas, La Sociologie américaine. Controverses et innovations, La Découverte, Paris, 2011, 288 p.

Texte intégral

  • 1 Masson, P., 2008, Faire de la sociologie. Les grandes enquêtes françaises depuis 1945, La Découvert (...)
  • 2 Herpin, N., 1973, Les Sociologues américains et le siècle, PUF, Paris.

1À l’instar de deux ouvrages publiés récemment, l’un sur la sociologie française, l’autre sur un domaine de spécialité (la sociologie du travail1), Nicolas Herpin et Nicolas Jonas proposent une analyse de la sociologie américaine saisie à partir des comptes rendus de recherche empirique. Il ne s’agit pas d’établir un panorama ou une histoire de la sociologie américaine, mais plutôt de tester une hypothèse établie à partir du premier livre de N. Herpin, Les Sociologues américains et le siècle2. L’auteur y présentait la sociologie d’outre-Atlantique autour de quatre grandes problématiques (ou approches théoriques) : l’École de Chicago, le culturalisme, le fonctionnalisme et l’interactionnisme. Ce nouveau livre vise à évaluer la résistance de ces problématiques au fil de l’évolution de la sociologie américaine. Ont-elles été remplacées par d’autres ? Pour ce faire, les auteurs ont construit un échantillon de comptes rendus d’enquête publiés de 1970 à 2000. Le corpus comprend 341 textes (ou 343, la page 17 donne deux résultats possibles), dont 54 % sont des articles de revues scientifiques (soit 185 articles). 78 % de ces articles sont issus des deux principales revues : American Journal of Sociology et American Sociological Review. Gardons sous le coude, pour l’instant, la question de l’échantillonnage. Soulignons juste que la principale difficulté d’une telle entreprise réside dans le fait de tenter d’ajuster l’hétérogénéité de la production sociologique contemporaine au cadre théorique du livre d’origine organisé autour de quatre étiquettes.

  • 3 Goffman, E., 1974, Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, Harper and Row, Lond (...)
  • 4 Pour une analyse plus juste de la place de l’observation participante dans la « seconde école de Ch (...)

2Un premier chapitre rappelle, à partir de quelques enquêtes emblématiques, les principales caractéristiques de chacune des quatre approches théoriques. Ainsi, par exemple, pour « l’école de Chicago » : après avoir précisé l’importance de William I. Thomas et de Robert E. Park dans la fondation de cette tradition, les auteurs présentent successivement l’enquête de Louis Wirth sur le ghetto juif de Chicago, celle de Frederic Thrasher sur les 1 313 bandes de jeunes dans cette ville, et enfin une recherche de Louis Wirth encore sur l’urbanisation. L’interactionnisme est présenté autour des travaux d’Howard S. Becker sur les étudiants en médecine, de Tamotsu Shibutani sur la rumeur, et du livre d’Erving Goffman, Frame Analysis3. Les auteurs voient dans l’observation participante, associée à la Grounded Theory de Barney Glaser et Anselm L. Strauss, deux des apports majeurs de cette tradition. Il n’est évidemment pas certain que les connaisseurs directs de ces traditions (y compris ceux qui en furent les acteurs) et les historiens de la sociologie américaine puissent approuver l’image qui est ainsi donnée de chacune des problématiques : par exemple, faire de l’observation participante un des traits caractéristiques de l’interactionnisme est excessif (au mieux 16 % des thèses soutenues au département de sociologie de Chicago jusqu’au milieu des années 1960 reposent sur cette méthode4).

3Les quatre chapitres suivants sont chacun centrés sur un domaine qui correspond à un thème récurrent des travaux de chaque approche théorique. Les auteurs considèrent que « chacune des problématiques classiques constitue une grille de lecture plus ou moins éclairante pour les recherches effectuées dans un grand domaine » (p. 20). Ainsi, les récents comptes rendus sur le mode de vie urbain, la criminalité et l’immigration permettent d’évaluer le succès aujourd’hui des thèses de « l’école de Chicago » (chapitre 2) qui, au terme du chapitre, doivent être nuancées sur certains points. Si les travaux de « l’école de Chicago » restent une référence pour des recherches sur la ville, ses résultats sont plus discutés dans le domaine des relations raciales. De même, plusieurs sociologues américains contestent l’idée de L. Wirth que l’urbanisation favorise l’isolement des individus et le formalisme des relations interpersonnelles. Le chapitre suivant est l’occasion d’examiner, à partir de travaux sur l’organisation de l’entreprise, les classes sociales et l’inégalité des chances, comment une nouvelle spécialité comme la sociologie économique a permis aux sociologues américains contemporains de s’éloigner du fonctionnalisme. Dans ce domaine de recherche, les autres problématiques n’ont pas pris le relais du fonctionnalisme, même si quelques travaux issus de l’interactionnisme (ceux de H. Becker et de E. Freidson) ont contribué à l’émergence de la sociologie économique. Il apparaît que les thèses de Robert K. Parsons sur la tendance générale à la professionnalisation n’ont pas été confirmées par les recherches sur la spécialisation des professions juridiques, médicales, religieuses et de l’information. Si les théories fonctionnalistes de Talcott Parsons et Robert K. Merton sont à nouveau éprouvées au début du chapitre 4 sur la famille, c’est essentiellement le cadre interprétatif proposé par le culturalisme qui est mis à l’épreuve des recherches récentes. Là aussi, les sujets examinés (les recherches sur le genre, l’éducation familiale et scolaire, l’emploi des femmes et les inégalités de salaire, la vie dans le couple et les relations de parenté) couvrent un domaine qu’il faut entendre au sens large. Les auteurs examinent ici les succès rencontrés par la thèse du capital humain (de Gary S. Becker) et la notion de capital social. Avec celle-ci, James Coleman s’éloigne de l’approche fonctionnaliste de l’action « où les acteurs sont gouvernés par les normes sociales, les règles et les obligations communes à tous » (p. 175). L’analyse des pratiques culturelles cultivées et des « goûts », des croyances religieuses et « des croyances communes relatives aux mécanismes de l’économie et des valeurs de justice sociale et d’équité que font respecter les institutions publiques » (p. 226) (conditions du succès des révolutions politiques, avenir de l’État-nation dans un monde globalisé), est l’objet du dernier chapitre. Les auteurs, même s’ils font encore une place à T. Parsons — autour des thèses sur la sécularisation et du changement social — tentent de montrer que l’interactionnisme s’étend progressivement à la sociologie de la culture en « introduisant la temporalité des acteurs » (p. 199). Face au profond renouvellement des problématiques, à la spécialisation croissante des domaines de recherche mais aussi à l’hétérogénéité des recherches présentées qui ressortent de cet examen partiel de travaux récents, les auteurs se demandent en conclusion si les connaissances sociologiques ainsi produites sont cumulatives. Quel est le statut épistémologique d’une discipline si éclatée ?

4L’ouvrage de N. Herpin et de N. Jonas est incontestablement riche et utile : riche par la variété des recherches récentes dont les auteurs rendent compte avec précision, y compris sur le plan méthodologique ; utile parce que, même s’il ne s’agit pas d’un panorama de la sociologie américaine, le livre présente des sociologues novateurs et importants outre-Atlantique et dont les travaux ne sont pas toujours connus du public français. Cependant, on peut se demander si le tableau ainsi brossé de la sociologie de l’oncle Sam ne serait pas légèrement différent si l’échantillonnage avait été construit autrement. La très grande majorité des travaux dont les auteurs rendent compte sont des recherches « quantitatives », ce qui ne saurait surprendre puisque les articles sont puisés dans les deux grandes revues américaines qui publient peu de travaux ethnographiques, et que des revues comme Journal of Contemporary Ethnography ou Qualitative Sociology n’apparaissent pas dans la liste des revues retenues (p. 17). De même, que serait-il advenu si un domaine comme celui des relations raciales avait été examiné de façon plus approfondie et systématique, un thème cher à R. E. Park et à l’École de Chicago ? Mais là n’est peut-être pas l’essentiel. Les Américains aiment dire que les Français adorent les étiquettes et aiment bien mettre les gens dans des cases. On peut lire ce livre comme un démenti, sans doute involontaire, à cette réputation, tant la diversité et l’hétérogénéité des recherches sociologiques américaines apparaissent de façon éclatante et se laissent mal ranger dans des cases, au point de rendre obsolètes les quatre catégories théoriques initiales.

Haut de page

Notes

1 Masson, P., 2008, Faire de la sociologie. Les grandes enquêtes françaises depuis 1945, La Découverte, Paris ; Avril, C., Cartier, M., Serre, D., 2010, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, La Découverte, Paris.

2 Herpin, N., 1973, Les Sociologues américains et le siècle, PUF, Paris.

3 Goffman, E., 1974, Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, Harper and Row, Londres.

4 Pour une analyse plus juste de la place de l’observation participante dans la « seconde école de Chicago », celle dite des interactionnistes, voir Platt, J., 1995, « Research Methods and the Second Chicago School », In: Fine, G.A. (Ed.), A Second Chicago School? The Development of a Postwar American Sociology, The University of Chicago Press, Chicago, p. 82-107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Masson, « La Sociologie américaine. Controverses et innovations, N. Herpin, N. Jonas », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 267-270.

Référence électronique

Philippe Masson, « La Sociologie américaine. Controverses et innovations, N. Herpin, N. Jonas », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.12413

Haut de page

Auteur

Philippe Masson

UFR de sociologie, Université de Nantes, Chemin la Censive du Tertre, BP 81227, 44312 Nantes Cedex 3, France
philippe.masson[at]univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search