Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 55 - n° 2Comptes rendusArgumenter dans un champ de force...

Comptes rendus

Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, F. Chateauraynaud

Éditions Petra, Paris (2011). 482 p.
Alban Bouvier
p. 270-271
Référence(s) :

Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Éditions Petra, Paris, 2011, 482 p.

Texte intégral

1L’idée essentielle de l’ouvrage consiste en un effort pour formuler, justifier et mettre en œuvre un programme de « sociologie argumentative » dans l’analyse des nouveaux mouvements sociaux. La spécificité de ce programme est de tenter de dégager une voie médiane entre des analyses réduisant la dynamique des actions collectives à de simples rapports de force entre des acteurs utilisant stratégiquement les réseaux sociaux (les justifications formulées par les acteurs n’étant alors guère plus considérées que des épiphénomènes) et des analyses qui, inversement, tendent à réduire cette dynamique à des échanges iréniques d’arguments détachés des « champs de forces » où ils s’inscrivent pourtant peu ou prou (chapitre I et II). L’auteur s’emploie à dessiner les divers espaces ou « arènes » de ces échanges et confrontations, des négociations locales aux débats politiques nationaux (chap. III et tableaux p. 144-145, et p. 151). Les chapitres VIII et IX étendront l’analyse aux causes collectives plus spécialement orientées vers le futur à long terme ou d’ampleur internationale (la prévention des pandémies, par exemple).

2Ce programme requiert les principes d’une « sociologie pragmatique » (ou plutôt « pragmatiste » vu les références appuyées à William James, John Dewey et Charles S. Peirce) dont les principes auraient mérité d’être exposés et explicités d’emblée étant donnée son importance capitale au cœur de la seconde partie (« Les formes de partage du sensible », chap. V à VII) et patente, à la vue de l’index des principaux concepts. Si l’on comprend bien l’auteur, qui abuse d’une langue très idiosyncrasique, nous sommes sous « l’emprise » de forces qui nous dépassent (les effets des décisions du gouvernement, par exemple). Et le meilleur moyen de nous en dégager, voire de « renverser l’asymétrie de prises » (p. 264) dans ce « champ de forces », pour avoir « prise » sur notre environnement (p. 4, 47, 259) est le recours à des actions collectives (boycotts, blocages, manifestations, etc.). Mais avoir prise sur les choses en question exige de les connaître, notamment pour en évaluer les dangers (OGM, amiante, etc.). Les actions collectives pertinentes doivent donc s’appuyer sur des connaissances, qui seront déjà parties prenantes de l’action en participant de la « prise » sur l’environnement. La connaissance requise n’est pas seulement celle des expertises (chap. 5), mais aussi et surtout la connaissance familière, qui fait défaut aux experts attitrés et n’est acquise que par l’insertion dans les « milieux » directement concernés (chap. 7). Ces milieux, tout à la fois humains et naturels, sont le véritable terrain d’« épreuve » des « représentations » diverses, là où les supposées preuves des experts, même soumises à des controverses en bonne et due forme (chap. 5), deviennent réellement « tangibles » à l’aune des expériences, à la fois sensorielles et émotionnelles, des personnes les plus directement concernées — par exemple les apiculteurs dans le cas d’insecticides (chap. 6 et 7).

3Si la sociologie « pragmatique » ouvre la porte à une sociologie argumentative, celle-ci doit à son tour engendrer une « balistique sociologique », exposée dans ses principes dès le chapitre IV (« Un modèle de balistique sociologique ») et développée tout au long de l’ouvrage. Ce troisième étage du programme justifie le sous-titre du livre et le titre même de la première partie : « Sociologie argumentative et balistique des causes collectives ». L’intuition originale est qu’il devrait être heuristique de mettre conceptuellement en forme les métaphores balistiques spontanément utilisées par acteurs sociaux et observateurs : « cibles manquées », « tirs à réajuster », « portée » inégale des revendications (p. 172-180), etc. La trajectoire-type serait « parabolique » comme celle d’un tir de missile (p. 176, 189) — avec un « point d’origine » (l’« émergence » de la cause), un « apogée » (la « mobilisation politique » proprement dite) et un « point d’impact » (la « normalisation ») —, les trajectoires effectives s’en écartant toutefois souvent beaucoup (p. 197-203). Mais le modèle parabolique n’est-il pas lui-même bien approximatif (pourquoi pas une sinusoïde lorsqu’il y a « rebondissement » de la mobilisation ?) et la métaphore proprement balistique bien artificielle quand il s’agit de la « trajectoire des causes collectives » ?

4La principale difficulté de ce programme réside, en effet, dans l’indétermination de ce que Francis Chateauraynaud entend exactement par « balistique sociologique », les « trajectoires des arguments » prenant parfois la place des « trajectoires des causes collectives» (p. 15, 123), ce qui pourrait ouvrir, au demeurant, vers un programme « balistique » a priori bien plus convaincant. La trajectoire d’un mouvement social défendant une cause devrait résulter, quant à elle, d’un mixte de rapports de forces à forces et d’arguments à contre-arguments. Les arguments et les façons d’argumenter occupent, selon l’auteur, une place plus ou moins importante aux diverses étapes de cette trajectoire, ce qui constitue aussi une piste intéressante (p. 191-197). Mais Francis Chateauraynaud ne rentre pas du tout dans les détails de ce « bricolage » (p. 127) entre forces et arguments. Considérer que « la solution réside dans la dissolution [sic] du partage entre forces et arguments dans un troisième terme conçu d’un point de vue dynamique […] : la notion de portée » (p. 127), présentée comme centrale aussi bien en « sociologie argumentative » (p. 126) qu’en « balistique sociologique » (p. 174), c’est renoncer à l’idée même d’analyse conceptuelle — au fondement pourtant de toute modélisation élémentaire — et d’autant plus que — c’est là encore le nœud du problème — ne sont pas même distinguées « portée des arguments » et « portée d’une cause ».

5On ne peut, malgré ce que semble penser l’auteur, ramener un modèle à un simple « jeu de langage » (p. 172), ni non plus un jeu de langage à des variations sans règle sur un « réseau sémantique » (p. 174-178). Cet ouvrage, qui mérite le détour, est loin de remplir toutes ses promesses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bouvier, « Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, F. Chateauraynaud »Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 270-271.

Référence électronique

Alban Bouvier, « Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, F. Chateauraynaud »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.12429

Haut de page

Auteur

Alban Bouvier

Institut Jean Nicod, École Normale supérieure, 29, rue d’Ulm, 75005 Paris, France
bouvier.alban[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search