Navigation – Plan du site
Articles

La validation des acquis de l’expérience est-elle un moyen de reconnaissance du travail ?

Is the process of granting equivalences based on work-related experiences a way to recognize the work performed ?
Marie-Christine Bureau et Carole Tuchszirer
p. 55-70

Résumés

Cet article interroge la validation des acquis de l’expérience, droit instauré en 2002 dans le Code du travail, sur sa capacité à favoriser une meilleure reconnaissance du travail des salariés. Il s’appuie sur une enquête réalisée auprès de 15 entreprises, associations ou branches professionnelles engagées dans des opérations collectives de validation des acquis de l’expérience (VAE). Après avoir identifié quatre logiques distinctes de mise en œuvre du dispositif par les employeurs, les auteurs examinent les canaux par lesquels la VAE, telle qu’elle se pratique dans l’entreprise, pourrait favoriser la reconnaissance du travail. D’un côté, la mise en mots du travail est un puissant moyen de le rendre visible et l’opportunité de confrontation avec les pairs permet de renforcer l’identité professionnelle, mais de l’autre, la VAE influe peu sur la rémunération et l’ambiguïté demeure fréquente sur l’objet même de la validation. Le regard croisé des employeurs et des salariés montre donc à quel point la reconnaissance du travail ne va pas de soi. Mais la voie est tracée pour qu’il puisse en être autrement dans le cadre de procédures plus négociées, notamment avec l’acteur syndical.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Extrait de l’article L. 900-1 du Code du travail.

1Instaurée par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, la validation des acquis de l’expérience (VAE) constitue un nouveau droit individuel : « Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience, notamment professionnelle, en vue de l’acquisition d’un diplôme, d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification »1. Elle ouvre en fait une quatrième voie d’accès à la certification, après la formation initiale, l’alternance et la formation continue. Dans la procédure VAE, le candidat est appelé à convaincre le jury, par un retour réflexif sur son expérience, qu’il remplit les exigences de la certification visée.

  • 2 « Transformez votre expérience en diplôme ! », tel était l’intitulé de la campagne de communication (...)
  • 3 L’auteur montre en particulier le rôle joué par une revue comme Éducation permanente dans la promot (...)

2La VAE a été présentée par ses promoteurs comme une petite révolution dans le système français de la formation professionnelle, un moyen de réparer des injustices sociales en offrant à tous ceux qui travaillent la possibilité de transformer leur expérience en diplôme2. De fait, si la VAE peut être considérée comme une réponse française aux préoccupations communes en Europe sur la question des certifications (Merle, 2007), elle est aussi héritière d’une tradition militante de « dignification » des savoirs issus de l’expérience, portée à partir des années 1970 par différents acteurs de la société civile3, en particulier des formateurs et des militants associatifs (Lochard, 2007). La loi de 2002 consacre une reconnaissance de l’expérience de travail comme source potentielle de savoirs. Néanmoins, le choix français de la VAE, s’il ouvre une nouvelle voie d’accès à la certification, n’a pas remis pas en cause la prééminence du diplôme toujours considérée comme l’étalon-or de la valeur.

3Si cette loi a fait l’objet d’un large consensus entre les acteurs concernés, un discours critique s’est pourtant rapidement constitué, reprochant à la VAE de sacraliser l’expérience au détriment de la formation, mais aussi d’entretenir le mythe de l’individu entrepreneur de lui-même, voire d’aggraver les inégalités qu’elle prétendait combattre (Neyrat, 2003). Il est vrai que, dès les débuts de la mise en œuvre de la loi, les démarches individuelles de VAE se sont révélées comme de véritables parcours du combattant (Kogut-Kubiac et al., 2006). Le rapport Besson (2008) juge d’ailleurs la mise en œuvre de la VAE comme un « demi-échec » dans la mesure où elle n’a pas tenu ses promesses quantitatives : en 2006, 26 000 certifications ont été obtenues, ce qui reste très en deçà des objectifs (60 000 annuels).

4Contrairement à ce que laissait supposer la campagne de communication initiale, la transformation de l’expérience en diplôme reste une opération laborieuse et hasardeuse. De fait, elle passe par une confrontation problématique entre l’expérience du candidat et les référentiels de certification. De ce point de vue, la capacité de la VAE à apporter une réponse crédible au déficit de reconnaissance du travail dans les entreprises ne va pas de soi. L’objet de cet article est d’apprécier dans quelle mesure la loi ouvre néanmoins des perspectives en ce sens. À cette fin, nous préciserons d’abord quels sont les principaux enjeux de la mise en œuvre de la VAE, tant pour les employeurs que pour les salariés. Puis nous examinerons quels en sont les effets sur différentes formes de reconnaissance du travail : écriture de référentiels d’activité, évaluation par la hiérarchie et par les pairs, grilles de rémunération. Nous conclurons sur l’importance des procédures négociées pour soutenir ces formes de reconnaissance.

1. Les enjeux de la validation des acquis de l’expérience pour les salariés et pour les employeurs

5Si les objectifs des employeurs et des salariés n’entrent pas directement en conflit dans la mise en œuvre de la VAE, on observe néanmoins un certain nombre de dissonances. En effet, les salariés semblent majoritairement rechercher la confirmation sociale d’une expérience accumulée, là où les employeurs se situent le plus souvent dans une logique prospective par rapport à des objectifs de gestion des ressources humaines.

6Une étude du Cereq, réalisée auprès de candidats à la VAE dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, conclut que « l’accès à la validation participe d’une conduite sociale dont l’enjeu principal est la reconnaissance, institutionnelle et intersubjective, d’une identité sociale et professionnelle » (Kogut-Kubiac et al., 2006). Elle fait apparaître quatre logiques d’accès des candidats à la VAE, considérant que trois d’entre elles s’accompagnent d’une recherche explicite de reconnaissance : une logique de promotion en vue de rendre possible ou de légitimer une évolution professionnelle ; une logique d’insertion afin de valider des expériences professionnelles vécues dans la précarité, dans l’espoir d’une stabilisation dans l’emploi ; une logique de protection afin d’obtenir une certification reconnue sur le marché du travail, dans une période d’insécurité salariale. Seule la quatrième logique, à savoir une logique de reconversion tendue vers la réalisation d’un nouveau projet professionnel, ressortirait moins directement d’un enjeu de reconnaissance.

7Dans la région Nord-Pas-de-Calais, une enquête réalisée auprès de 200 personnes poursuivant un parcours VAE à titre individuel montre aussi comment se hiérarchisent les motivations à l’origine de la démarche (Amnyos, 2007) : 57 % des actifs occupés ont mis en avant « la reconnaissance du niveau de compétence » ; seuls 17 % d’entre eux ont répondu qu’ils espéraient obtenir un avantage salarial. La troisième motivation affichée renvoie au souhait d’accéder plus facilement à une promotion au sein de l’entreprise (10 % des répondants). La perspective de changer de métier ou d’employeur au terme du parcours VAE n’est mentionnée respectivement que par 5 et 6 % des salariés. Ces constats confirment l’importance qu’occupe la revendication de reconnaissance. Les salariés, à travers l’obtention d’un titre ou d’un diplôme, réparent le préjudice subi par l’absence de prise en considération dans l’entreprise de leur niveau de compétence. Pour un nombre important de salariés, c’est aussi une revanche sur une vieille blessure que fut leur non-reconnaissance par le système scolaire.

8Du côté des employeurs, si l’accès à la VAE est d’abord et avant tout un droit inscrit dans le Code du travail, le législateur a laissé la porte ouverte à toute forme d’engagement de la part des acteurs économiques et sociaux dans la construction de dispositifs pour favoriser la mise en application de ce droit. À cet égard, les opérations collectives de VAE sont particulièrement intéressantes à observer. Dans ce cas, en effet, des entreprises, des associations ou des branches professionnelles ont vu dans la VAE un enjeu suffisamment important par rapport à leurs propres stratégies de gestion des ressources humaines pour investir dans sa mise en œuvre. La VAE n’est plus simplement une affaire individuelle dont le poids reposerait sur les épaules du seul salarié, elle devient aussi un levier pour la gestion à moyen terme de la main-d’œuvre.

Tableau 1. Quinze monographies sur des opérations collectives de VAE. L’échantillon est constitué d’un ensemble d’entreprises, associations ou branches professionnelles dans lesquelles ont été mises en place des opérations collectives de validation des acquis de l’expérience. Il présente des configurations extrêmement variées en termes de types d’employeurs (sociétés ou filiales de grands groupes, associations), de taille des structures concernées (grandes entreprises, petites et moyennes entreprises [PME]), de secteurs d’activité. Plusieurs certificateurs sont, par ailleurs, représentés pour ce qui est des certifications concernées (Éducation nationale, Affaires sociales, ministère de l’Emploi, de l’Agriculture). Dans tous les cas, à une exception près, l’enquête est intervenue alors que l’opération VAE était en cours. Dans quelques cas, néanmoins, l’entreprise avait déjà expérimenté une première opération collective de VAE. Une dizaine d’entretiens semi-directifs ont été menés, pour chaque monographie, avec les acteurs directement impliqués (salariés, responsable ressource humaine, représentant de l’organisme paritaire collecteur agréé [OPCA], représentant du centre valideur et du centre chargé de l’accompagnement, représentant syndical, représentant employeur, représentant de la Direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle [DDTEFP], etc.). L’échantillon est le suivant.

Champ d’observation d’une opération collective de VAE

Secteur d’activité

Certifications visées

Société Auchan

Grande distribution

CAP, Bac Pro., BTS

Société Trans-Sporta

Logistique

CAP, Bac Pro.

Société Flunch

Restauration

CQP

Société des Transports départementaux du Var (groupe VEOLIA Environnement)

Services à l’environnement

CAP

Société Fralib

Agro-alimentaire

BPA, Bac Prof., BTS

Association de l’Olivier

Aide à domicile

DEAVS (affaires soc.)

Associations de médiatrices culturelles et sociales

Travail social

TMS (Min. Emploi)

Société Kolin-filsa

Textile

CAP

Société Moulinages de la Galaure

Textile

CAP, Bac Pro., BTS

Société Manpower

Travail temporaire

Cariste (Min. Emploi)

Artisans adhérents de l’association Compagnons du Devoir

Métiers de l’artisanat

Divers

Association d’insertion et d’aide aux travailleurs handicapés

Espaces verts, nettoyage, conditionnement, agriculture...

CAPA (Min. Agriculture), titres Min. Emploi, CAP

Association des fédérations en fruits et légumes, épicerie, crémerie

Commerce alimentaire de proximité

CQP

Fédération nationale de la coiffure, fédérations régionales

Coiffure

BP

Associations du secteur Jeunesse et sports

Sport, éducation populaire

Brevets d’État

a Il s’agit de noms fictifs choisis afin de respecter l’anonymat demandé par les entreprises.

9Dans le cadre d’une recherche réalisée par Centre d’études de l’emploi (CEE), le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Cereq) et l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires) en réponse à un appel d’offre de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) sur « L’étude de la politique des entreprises en matière de certification et, plus particulièrement, de validation des acquis de l’expérience », nous avons réalisé 15 monographies sur des opérations collectives de VAE (Tableau 1). Les guides d’entretien ont été conçus de façon à resituer d’abord la place de la VAE dans le contexte plus général de l’entreprise ou du projet personnel du salarié, puis à saisir comment l’opération a été déployée dans l’entreprise à chaque phase du processus, de la sélection et l’accompagnement des publics aux outils mis en œuvre jusqu’à une première évaluation de l’opération, voire des résultats obtenus dans les cas où la démarche est arrivée à son terme.

10Nos études de cas montrent comment les formes de mise en œuvre de la VAE varient en fonction des enjeux propres aux acteurs et aux secteurs concernés (Bureau et al., 2008). Nous avons ainsi pu distinguer quatre enjeux principaux autour desquels ces différents acteurs se mobilisent, de façon plus ou moins coordonnée : la valorisation de métiers et de secteurs peu considérés ; la prévention de restructurations ; la création d’espaces de mobilité professionnelle au-delà des frontières de l’entreprise ; la régulation et le devenir de secteurs éclatés en petites structures.

11Le premier enjeu concerne la moitié des cas observés : la politique des organismes de branche et les stratégies d’employeurs convergent alors vers la préoccupation commune d’œuvrer pour la reconnaissance de secteurs professionnels et de métiers peu valorisés. Il s’agit de secteurs de services en expansion, tels que la grande distribution, la restauration rapide, la logistique-transport, l’environnement ou l’aide à domicile, qui recrutent en grand nombre des personnes peu diplômées et se trouvent confrontés, d’une part, à un renforcement des exigences de qualité, d’autre part, à des difficultés de stabilisation de leur personnel. Dans le double but de fidéliser la main-d’œuvre dans des emplois réputés difficiles et d’améliorer globalement leur image, les acteurs concernés, qu’il s’agisse de branches, de groupes, d’entreprises ou d’associations, envisagent la certification comme un moyen de valorisation sociale de leurs métiers et la VAE comme une voie d’accès privilégiée pour des personnes ayant quitté précocement le système scolaire. Par exemple, dans une grande entreprise de la restauration, la politique de certification affichée à travers le slogan « Chez Flunch, tous diplômés » vise à réduire un turn-over jugé nuisible à la qualité du service. Dans une telle démarche, fidélisation de la main-d’œuvre, valorisation de l’entreprise et certification des salariés sont considérés comme allant de pair.

12Dans les secteurs ou les entreprises en crise, par exemple dans le secteur textile-habillement, la VAE s’intègre plutôt à une politique préventive de gestion de l’emploi, dans un horizon barré par la menace des restructurations. Ici, la certification représente une opportunité pour accroître les possibilités de reconversion des salariés et la VAE est vue comme un moyen d’y parvenir à un coût modéré pour l’entreprise.

13La VAE est aussi sollicitée dans la recherche d’espaces de stabilité de l’emploi qui dépassent le périmètre de l’entreprise et même de la branche. Ainsi, la VAE suscite l’intérêt d’institutions qui, pour des raisons diverses, interviennent directement dans la gestion des trajectoires d’emploi— entreprises de travail temporaire, associations d’insertion et d’aide par le travail, association d’artisans compagnons — et qui ont vu dans la loi un nouveau moyen possible pour sécuriser les parcours. Dans ce cas, la certification autorise la circulation sur un espace professionnel élargi et la VAE apparaît comme le choix le plus conforme à un objectif de validation de parcours. Par exemple, l’engagement des Compagnons du Devoir dans la mise en œuvre de la VAE vise à offrir une ouverture vers le marché externe à des compagnons confirmés mais parfois prisonniers d’un marché professionnel étroit ou offrant peu de perspectives de promotion : il s’agit de convertir en termes de certification une qualification obtenue selon une filière d’excellence parallèle à celle de l’Éducation nationale, basée essentiellement sur la transmission de savoirs artisanaux et dont la reconnaissance reste cantonnée à certains milieux professionnels.

  • 4 Notons que les grilles de classification de la branche reconnaissent les Certificats de qualificati (...)

14Dans les secteurs caractérisés par de petites structures ne disposant pas d’outils propres de gestion du personnel, la promotion de la VAE auprès des employeurs apparaît plutôt comme un moyen d’œuvrer pour l’avenir du secteur : satisfaire à la réglementation, favoriser les reprises d’entreprises, organiser des carrières, professionnaliser les bénévoles, etc. La certification assure alors une fonction régulatrice et la VAE est sollicitée pour prendre en compte une plus grande diversité de parcours professionnels, sans remettre en cause le rôle de la certification. On peut citer l’exemple de la coiffure, mais aussi celui du secteur jeunesse et sport, ou encore du commerce alimentaire de proximité. Dans ce dernier cas, l’ouverture des magasins n’est pas soumise à réglementation, mais le secteur est confronté à une image négative, à un faible niveau de formation ainsi qu’à des difficultés de reprise des commerces. Dès lors, l’engagement de l’Association des fédérations en fruits et légumes, épicerie, crémerie (AFFLEC) dans une politique ambitieuse de certification et d’aménagement de la voie VAE vise à assurer le devenir du secteur et à faciliter la circulation et la promotion des salariés4, dans l’espoir de faire émerger un marché aussi attractif que celui de la grande distribution, tout en défendant une identité propre autour de la notion de proximité.

15L’analyse de ces quatre logiques de mise en œuvre de la VAE montre que si, à la différence des salariés, la reconnaissance du travail est rarement un enjeu direct pour les employeurs, elle devient parfois un moyen au service d’autres objectifs : fidéliser la main-d’œuvre et améliorer l’image de l’entreprise, prévenir les restructurations, gérer des parcours, professionnaliser ou réguler un secteur d’activité, autant d’enjeux qui nécessitent de mieux reconnaître le travail des salariés pour les inciter à s’inscrire dans les stratégies souhaitées.

2. Quels effets de la validation des acquis de l’expérience (VAE) sur les différentes formes de reconnaissance du travail ?

  • 5 « L’exigence d’être reconnu tend à se substituer à celle de la redistribution [...] Il ne s’agit pl (...)

16La question de la reconnaissance a fait, sur la période récente, l’objet de nombreux travaux. Au point de rencontre entre les approches sociologiques de l’identité au travail (Sainsaulieu, 1985), les nouveaux développements philosophiques de l’école de Francfort (Honneth, 2000 [1992]) et les réflexions récentes en psychodynamique du travail (Dejours, 2003), elle a surtout progressé en raison des mutations subies dans le monde du travail. Plus précisément, la question du mépris, du déni de reconnaissance au travail, s’est imposée comme une préoccupation sociale majeure. Comme le fait remarquer François Dubet à l’issue d’une enquête sur les sentiments d’injustice éprouvés par les travailleurs, « le mot de reconnaissance est en passe de devenir le dénominateur commun de la plupart des plaintes et luttes sociales » (Dubet, 2006). Cette évolution se fait d’ailleurs en partie au détriment de la lutte contre les inégalités5.

17D’après l’enquête coordonnée par F. Dubet, le discours critique sur les injustices vécues au travail traverse toutes les strates des mondes professionnels, des caissières de supermarchés aux chefs de rayon, des ouvriers du bâtiment aux enseignants ou aux cadres. Il revêt des expressions très variées : dénonciation du mépris ou de l’exploitation, des conditions de travail indignes, des différentes formes de discrimination ou de l’arbitraire des chefs. Pour l’auteur, le succès de la notion de reconnaissance tient au fait qu’elle apparaît comme une combinaison stabilisée entre deux principes de justice fondamentaux, l’égalité et l’autonomie : « Au travail comme dans l’ensemble de la vie sociale, les individus se perçoivent comme des égaux, irréductibles à leurs mérites, mais aussi comme des sujets singuliers, tout aussi irréductibles à leur égalité ». La demande de reconnaissance concerne aussi bien la dignité et l’utilité du travail réalisé que les servitudes de l’activité et l’engagement du salarié.

18Pour apprécier la capacité du dispositif VAE à générer une reconnaissance du travail en réponse à cette importante demande, nous proposons de distinguer plusieurs formes de reconnaissance, instituées à des degrés divers, et sur lesquelles la mise en œuvre de la VAE est susceptible de produire des effets :

  • la mise en mots, l’écriture sous la forme de référentiels d’activité ou même simplement de récits, constitue une forme d’objectivation qui donne une visibilité à la réalité du travail ; c’est, en particulier, un point de passage obligé dans la reconnaissance et la professionnalisation des métiers peu valorisés ;

  • l’évaluation par la hiérarchie, qu’elle soit formalisée ou non, participe à la reconnaissance du travail même lorsqu’elle n’a pas de conséquence immédiate sur la rémunération ;

  • l’appréciation par les pairs est un élément essentiel de la reconnaissance professionnelle ;

  • enfin, la rémunération reste une forme majeure de reconnaissance de la valeur du travail, qu’elle soit déterminée par la convention collective ou négociée directement dans un face à face avec l’employeur ; on touche ici la limite, soulignée par Nancy Fraser, de l’opposition entre le paradigme de la redistribution et celui de la reconnaissance ; il paraît en effet difficile de revaloriser un métier méprisé sans en relever le niveau de rémunération (Fraser, 2004).

2.1. La mise en mots du travail : une arme contre l’invisibilité ?

19Pour Émmanuel Renaut, l’invisibilité constitue la première forme du déni de reconnaissance (Renaut, 2007). En provoquant une confrontation entre l’expérience professionnelle et les référentiels de certification, entre les savoirs pratiques et les savoirs institués, la mise en œuvre de la VAE rend l’activité de travail plus visible et contribue donc, de cette façon, à produire une connaissance du travail. Or, connaissance et reconnaissance s’influencent réciproquement. Si l’on ne cherche guère à connaître ce que l’on juge a priori sans valeur, la connaissance n’en reste pas moins une étape vers une reconnaissance pleine et entière. Ainsi, la mise en lumière de l’activité de travail dans ses différentes dimensions constitue-t-elle aujourd’hui un point de passage obligé pour l’émergence et la valorisation de nouveaux métiers.

20Les opérations collectives de VAE que nous avons analysées ont été initiées par les entreprises. Les salariés, dans leur grande majorité, n’étaient donc pas spontanément demandeurs d’une reconnaissance par la VAE. Certains d’entre eux manifestaient plutôt une faible estime professionnelle de soi. Toutefois, ces représentations sont loin d’être figées. Le simple fait d’avoir été sollicités pour participer à une opération de VAE a pu parfois déclencher chez ces salariés le sentiment que leur contribution à la production n’était pas dénuée de valeur. Mais c’est surtout chemin faisant que la VAE s’avère être un puissant révélateur des compétences et qualités déployées dans l’activité de travail. Cette prise de conscience du sens du travail accompli est fortement valorisée par les salariés lorsqu’ils sont interrogés, ex post, sur les bénéfices de leur parcours VAE.

21Le travail ne se donne pas à voir facilement. Souvent, l’opération collective de VAE est précédée d’une phase préalable d’écriture de référentiels d’activité. Les employeurs — ou les syndicats professionnels — coopèrent alors directement avec les certificateurs pour confronter l’activité de travail au sein de leurs organisations avec les référentiels de certification. Plus rarement, les employeurs s’étaient engagés de longue date dans un partenariat avec tel ou tel certificateur, de façon à peser sur la définition même des certifications pour les mettre en correspondance avec les métiers présents dans l’entreprise. Pour affiner la mise en relation entre expérience et certification, certaines entreprises élaborent des outils et des procédures pour le positionnement des salariés et mettent ensuite à disposition des candidats des outils internes habituellement utilisés par la direction des ressources humaines. Ainsi s’opère, au regard des référentiels de certification, une mise en forme du travail réalisé dans l’entreprise. Dans un magasin du groupe Auchan, chaque candidat a ainsi pu bénéficier de fiches de postes et de fonctions dans lesquelles étaient décrites de manière précise les activités et compétences déployées, de façon à reconstituer aisément son parcours professionnel depuis son entrée dans l’entreprise et à mettre en adéquation son expérience professionnelle par rapport aux référentiels de certification visés (certificat d’aptitude professionnelle [CAP] ; baccalauréat professionnel [Bac pro]).

22Parfois confiée à des cabinets spécialisés, l’écriture des référentiels a pu aussi faire l’objet d’élaborations collectives. Par exemple, dans le projet Equal Ressources, des salariés d’établissements spécialisés d’aide par le travail (ÉSAT) et de structures d’insertion se sont réunis durant plusieurs mois afin de se mettre d’accord sur un langage commun et sur une description, à un niveau très fin, du travail et des compétences au sein de leurs différentes structures. Ce processus a permis de disposer d’un outil de validation interne. La démarche a donné lieu à de nombreux débats, en particulier sur le niveau pertinent de décomposition des tâches et des compétences. La reconnaissance des qualités du travail pose en effet de redoutables questions : que faut-il reconnaître ? Jusqu’où peut-on aller sans basculer dans la « valorisation désordonnée de savoirs implicites et parcellisés » (Lallement, 2007) ?

  • 6 En raison des difficultés de leur public par rapport à l’écriture, les partenaires d’Equal Ressourc (...)
  • 7 Les études de cas font apparaître des configurations contrastées, depuis les situations où le salar (...)
  • 8 C’est en tout cas le modèle adopté par l’Éducation nationale ainsi que par les autres ministères, à (...)

23Si les partenaires du projet Equal Ressources cherchaient à internaliser au maximum la procédure de validation des acquis pour épargner à leur public, en particulier leur public handicapé, les risques d’une démarche personnelle hasardeuse6, dans la plupart des cas, l’investissement consenti par l’employeur n’a pas permis aux salariés d’éviter un engagement personnel important7, ce qui pénalise à l’évidence ceux qui éprouvent des difficultés à manipuler le langage. En effet, la procédure VAE impose, en règle générale8, un mode bien particulier de validation qui passe par l’écriture : elle nécessite la rédaction d’un dossier dans lequel le candidat apporte les preuves de l’adéquation de son expérience par rapport aux exigences du référentiel visé. Ce travail de mise en équivalence implique l’intervention d’un accompagnateur externe à l’entreprise, secondé parfois par un cadre ou un chef d’équipe qui soutient le candidat et l’aide à rassembler les informations nécessaires. C’est lors de cette phase d’accompagnement que se joue le processus de mise à nu de l’expérience, le retour réflexif du salarié sur ses pratiques professionnelles (Tableau 2).

Tableau 2. Le contenu pédagogique des dispositifs d’accompagnement mis en œuvre dans les entreprises.

Dans les opérations collectives analysées, le noyau dur des dispositifs d’accompagnement des salariés à la VAE s’organise autour de plusieurs phases

Des référentiels relatifs aux titres visés

Par la suite, tout un travail d’explicitation est conduit par l’accompagnateur pour amener le candidat à revenir sur son expérience de travail, à faire expliciter ce que le salarié fait quand il travaille

La dernière phase consiste à fournir une aide méthodologique à la rédaction du livret de validation en repérant avec le candidat les expériences les plus significatives du point de vue du titre visé et en apportant une éventuelle aide à la formalisation lors de la phase d’écriture du dossier par le candidat

24Dans plusieurs de nos monographies, un rapport de complémentarité s’est instauré entre l’accompagnateur externe, plus spécifiquement chargé de travailler sur l’analyse du référentiel du diplôme, et l’accompagnateur interne, mieux placé pour procéder au décryptage de l’expérience professionnelle susceptible de rencontrer les exigences du référentiel. C’est, par exemple, le cas à la Société de transport départemental du Gard, filiale du groupe Véolia Environnement : le parcours d’accès au CAP d’agent d’accueil et de conduite routière a fait intervenir le Dispositif académique de validation des acquis de l’Éducation nationale (DAVA) pour l’accompagnement externe mais aussi l’entreprise, à travers la nomination de deux tuteurs internes. En outre, la rédaction du dossier de validation a été facilitée par la nature très collective de l’accompagnement mis en œuvre permettant aux conducteurs, habituellement isolés dans leur travail, d’échanger sur leurs pratiques. L’activité réflexive qui est au cœur de l’élaboration du dossier de validation ainsi que les questions posées par les accompagnateurs aux candidats sur le détail de leur activité, la précision demandée dans la description des séquences de travail, ont fait naître chez les conducteurs une autre appréhension de leur métier ainsi qu’une perception des dimensions de sécurité, de gestion et de contact avec la clientèle, jusqu’alors peu valorisées. Plusieurs propos émis par les conducteurs interviewés rendent compte de ce processus induit par la démarche VAE :

« On fait un métier dangereux, il n’y a pas que la vitesse, il y a la sécurité, pour moi la VAE fait prendre conscience de ça... »

« Pour moi, avoir un diplôme du métier que je fais, c’est important : je n’avais que le permis de conduire ; avec la VAE, je deviens conducteur de car. »

25Dans d’autres monographies, le retour réflexif sur les savoirs expérientiels emprunte une voie originale et peut-être plus prometteuse en termes d’apprentissage, puisqu’elle combine l’accompagnement et la formation. C’est par cette double approche que les gestes professionnels et le contour du métier finissent par prendre sens aux yeux des salariés. On remarquera que cette démarche est privilégiée dans les services à la personne où le souci de professionnalisation des métiers explique le jumelage opéré. Au sein d’une fédération départementale de l’aide à domicile en milieu rural (ADMR), un dispositif VAE a été mis en place dans une association pour faire accéder des aides à domicile au diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale (DEAVS). À l’accompagnement externe sont venus s’ajouter parallèlement des modules de formation « déontologie » et « cadre institutionnel » pour aider les salariés à prendre du recul vis-à-vis de leurs pratiques quotidiennes et des situations de travail rencontrées. Ces formations font largement appel à l’expérience des participantes et contribuent, à l’instar de l’accompagnement, au décryptage de la nature du travail, à la connaissance des potentialités qu’il ouvre et, par conséquent, à la valorisation du métier aux yeux mêmes de celles qui l’exercent. Une aide à domicile insiste ainsi sur le fait qu’elle ne travaille plus de la même façon :

« Avant, je faisais le ménage et c’était bon. Maintenant je prends toujours un peu de temps avec la personne. »

26Une autre évoque aussi l’amélioration de sa posture professionnelle :

« Au niveau psychologique je me sens mieux. Je sais mes limites, ce qu’il faut faire et ne pas faire. Avoir le diplôme, ça change beaucoup de choses : des mots dans mes actes, mes limites. Avoir plus de patience et de recul. »

27Un lien est fait entre cette finalité mieux perçue, cette posture mieux assumée et le sentiment qu’il s’agit d’un « beau métier ». L’une d’elles ajoutera ainsi :

« J’aime ce métier ; chaque cas est différent, on évolue. »

28La formation ancrée dans les pratiques de travail des salariés favorise ainsi la construction des identités professionnelles. Il s’agit là d’une voie originale, à mi-chemin entre la formation (au sens d’un apport de connaissances) et l’accompagnement (au sens de l’aide à l’explicitation de son expérience), en général inscrite dans la durée. Par exemple, pour favoriser la professionnalisation des médiatrices sociales et culturelles en Seine-Saint-Denis ainsi que leur accès à un titre par la voie de la VAE, des formatrices de l’Institut régional de travail social (IRTS) de Paris ont mis au point une formation de longue durée ancrée dans les situations de travail. Ce dispositif prépare de fait les médiatrices à l’obtention d’un titre du ministère de l’Emploi par la VAE. De même que les modules de déontologie pour les assistantes de vie sociale, il joue aussi, pour les candidates, un rôle important dans l’élaboration de leur identité professionnelle parce qu’il permet l’échange et l’analyse des pratiques, la perception des limites du métier, de ses enjeux et de sa déontologie. On voit, à travers ces exemples, comment un parcours VAE peut engendrer une dynamique d’évolution. En ce sens, le « risque conservateur » attaché à l’usage de la reconnaissance n’est pas une fatalité. Lorsque les médiatrices abordent la question de la formation dispensée, elles tendent du reste à relativiser l’importance accordée au titre lui-même :

« Pour nous le diplôme c’était surtout une reconnaissance de ce que l’on a fait pendant des années ; ça [la formation] nous a plus apporté sur notre expérience, d’analyser et puis de pouvoir parler du métier, ça nous a plus apporté que le papier qu’on n’a toujours pas ! »

29Ainsi, ce n’est qu’au terme de ce détour qu’émerge un sentiment de reconnaissance du métier, à la fois à ses propres yeux et au regard des autres :

« Je pense que maintenant on se représente le métier un peu différemment parce qu’il y a cette reconnaissance de la qualification. Même vis-à-vis des autres. Avant ils disaient “c’est du voisinage, n’importe qui peut le faire”. Maintenant il y a plus que ça : on sait qu’on est qualifiées. »

30En renouant le fil de l’histoire professionnelle des individus, la VAE parvient ainsi à restituer une expérience qui s’apparente à celle du « métier », c’est-à-dire la conscience de posséder des savoir-faire incorporés.

  • 9 À l’exception notable du secteur médico-social : dans le projet Equal Ressources qui rassemble des (...)

31Si l’association entre formation et accompagnement est apparue comme un moyen privilégié pour opérer un rapprochement entre expérience et référentiel de certification, on n’observe guère en revanche de tentatives pour rendre le travail plus formateur en utilisant l’organisation du travail comme levier9. En ce sens, la mise en œuvre de la VAE a plus d’impact sur la conception de la formation que sur le travail lui-même (Bureau et Tuchszirer, 2008). Ce constat peut sans doute être relié à la faible implication des organisations syndicales dans la mise en œuvre concrète de la VAE au sein des entreprises.

2.2. Validation des acquis de l’expérience et évaluation des compétences par l’entreprise : une reconnaissance source de malentendus ?

32La VAE a été conçue comme une nouvelle voie d’accès à la certification. Ainsi, l’épreuve d’évaluation à laquelle elle donne lieu ne concerne pas l’ensemble des compétences mises en œuvre en situation de travail. Elle relève de la responsabilité du certificateur, se distinguant en cela des formes d’évaluation internes à l’entreprise. Elle reste relative à un référentiel de certification et mesure seulement l’adéquation des acquis de l’expérience par rapport à ce référentiel. Pourtant, la confusion entre les deux types d’évaluation apparaît difficile à éviter, ce qui confère aux échecs en VAE une gravité particulière : le candidat en situation d’échec total ou partiel court en effet le risque de voir sa compétence professionnelle purement et simplement déniée.

33Plusieurs candidats nous ont exprimé leurs craintes à cet égard, ce qui explique les réticences de nombreux salariés à informer leur employeur de leur démarche. Une candidate justifie ainsi son choix du silence :

« Je n’ai pas voulu en parler à mon employeur, les gens sont tellement bizarres, ça aurait pu être un moyen de pression, sur le mode “tu as intérêt à l’avoir !”. Je préfère ne pas décevoir. Après, les gens peuvent vous juger mal. »

34A fortiori, dans le cas d’une opération collective, la crainte de l’échec et surtout de son interprétation par la hiérarchie ou par les collègues, peut dissuader les salariés de se déclarer volontaires.

35Pour les candidats qui ont derrière eux de longues années d’expérience professionnelle, l’échec total ou partiel risque de s’avérer particulièrement déstabilisant. À l’issue d’un jury de VAE pour l’obtention du Brevet professionnel de Coiffure, une salariée, coiffeuse depuis 20 ans, évoque le sentiment du déni brutal de sa compétence :

« Je les ai trouvés très agressifs. J’avais l’impression de ne jamais avoir travaillé dans la coiffure ! »

36Une autre s’interroge à la suite de plusieurs validations partielles successives :

« J’ai refait tellement de fois mon dossier, du coup je ne sais pas ce qu’ils recherchent vraiment. Je me remets en question : ça fait quand même 15 ans que je travaille, qu’est-ce qu’ils veulent ? »

37Dans une opération collective, la validation des acquis de l’expérience fait intervenir trois acteurs principaux, le candidat, le certificateur et l’employeur. Une telle configuration autorise différentes stratégies de la part des employeurs qui peuvent chercher, soit à influer sur le processus de certification pour le rendre plus compatible avec des modes d’évaluation interne, soit, au contraire, à valoriser l’extériorité du certificateur, garant de la légitimité du diplôme. Ainsi, lorsque l’initiative de l’opération VAE revient à l’employeur, celle-ci peut être utilisée pour objectiver les jugements implicites formulés par la hiérarchie. C’est le cas, par exemple, dans la société de transport urbain STDG. À l’occasion d’une procédure de promotion d’un conducteur pour devenir contrôleur-vérificateur, le chef de centre découvre que le processus est jugé peu loyal et inéquitable par certains salariés. Il propose alors à tous les conducteurs volontaires de s’engager dans une démarche de VAE pour obtenir un CAP d’Agent d’accueil et de conduite routière (AACR), en leur annonçant qu’à l’avenir, il choisira les futurs promus au sein du vivier des diplômés. Il entend répondre ainsi au soupçon d’iniquité qui pesait sur les promotions en instaurant une évaluation objective, garantie par un référent incontestable, externe à l’entreprise.

  • 10 Il s’agit d’un nom fictif, choisi afin de respecter l’anonymat demandé par l’entreprise.

38De la même façon, l’entreprise Trans-Sport10, spécialisée dans la logistique fine et confrontée à d’importants besoins de recrutement, s’est engagée dans une opération VAE avec l’espoir de faire émerger un encadrement intermédiaire pour former les nouveaux embauchés. Cette décision apparaissait cohérente avec le souci de promotion interne exprimé par la responsable des ressources humaines :

« On voulait dire aux anciens : mettez vous en valeur de façon à ce que vous puissiez prendre des responsabilités ! »

39Si l’entreprise pouvait se prévaloir d’une longue tradition de promotion interne, les responsables espéraient, au moyen de la VAE, formaliser cette politique et lui donner plus de légitimité. Dans ces deux cas, l’employeur recherche auprès du certificateur une objectivation de ses modes d’évaluation interne.

40L’ambiguïté sur le sens de la réussite et de l’échec en VAE est donc largement partagée par les employeurs et les salariés, laissant planer une certaine indétermination entre évaluation des compétences professionnelles, d’une part, satisfaction aux exigences de la certification, de l’autre. Cette irréductible ambiguïté confère, en particulier, un enjeu très important à la gestion des échecs et des validations partielles.

2.3. Validation des acquis de l’expérience (VAE) et appréciation par les pairs : l’enjeu de la présence des professionnels dans les jurys

41Pour Christophe Dejours, la reconnaissance par la hiérarchie correspond à un jugement d’utilité sur le service rendu par l’opérateur, mais il existe une autre forme de reconnaissance essentielle au travail : c’est le jugement de beauté délivré par les pairs et qui prend lui-même une double dimension, celle de la reconnaissance du travail effectué selon les « règles de l’art » partagés par le collectif et celle de la reconnaissance de l’originalité, du style singulier, propre à chacun (Dejours, 2003). Quel est donc l’impact de la VAE sur cette forme de reconnaissance ?

42Les pairs ne sont pas absents de l’évaluation réalisée par les jurys VAE dans la mesure où ceux-ci sont en général mixtes, rassemblant à la fois des enseignants et des professionnels. Par exemple, dans le cas des médiatrices sociales et culturelles, profession encore largement en cours de construction, des salariées qui ont obtenu récemment le titre de technicien médiation services (TMS) mais pratiquent le métier depuis plusieurs années peuvent être habilitées à faire partie du jury. L’activité de participation au jury fait d’ailleurs l’objet d’une réflexion de ses membres sur la façon de faire prévaloir le jugement professionnel sur une évaluation de type scolaire :

« Pour l’instant, on a affaire à des femmes qui font le métier depuis des années, elles connaissent très, très bien leur job. En tant que membre du jury, il faut passer par-dessus le fait que ce sont des gens qui passent le premier examen de leur vie, qui sont presque au bord des larmes, ce sont des femmes qui ont toujours fait leur boulot dans la modestie, ce ne sont pas des conquérantes. Le rôle du jury, c’est de les mettre en confiance. »

43Mais la tension entre ces deux modes de jugement demeurent, comme en témoignent par exemple les débats autour de la maîtrise de l’écriture : est-ce une condition indispensable pour l’accès à un titre professionnel homologué de niveau IV ? Ou peut-on, au contraire, certifier des médiatrices chevronnées, habituées à compenser par d’autres codes leurs difficultés dans la manipulation de l’écrit ?

  • 11 Ainsi, les taux de validation restent particulièrement faibles dans ce secteur, ce qui s’explique s (...)

44Dans le secteur de la coiffure, la présence de professionnels dans les jurys représente un enjeu majeur qui a amené la Fédération nationale de la coiffure à négocier, région par région, des conventions avec l’Éducation nationale. Les candidats peuvent d’ailleurs introduire dans leur dossier un certain nombre de preuves qui font sens aux yeux des professionnels (photos, nuanciers, etc.)11. Néanmoins, dans le cas d’une profession réglementée, le jugement des professionnels présents dans les jurys risque en permanence d’être influencé par des considérations économiques, visant par exemple à limiter la concurrence.

45Mais surtout, la préparation à la VAE, lorsqu’elle fait l’objet d’un dispositif conséquent comme c’est le cas pour les aides à domicile dans les Bouches-du-Rhône, les médiatrices sociales et culturelles en Seine-Saint-Denis ou les conducteurs de cars chez Veolia Environnement, fournit l’occasion de confronter des expériences de travail au sein d’un collectif de pairs, ce qui permet de consolider une identité professionnelle en accédant à une forme de reconnaissance attachée à l’appartenance au métier.

2.4. L’absence de reconnaissance de la certification par le salaire

46C’est l’un des résultats de notre enquête que de constater l’absence fréquente d’une quelconque reconnaissance salariale de la certification obtenue par la voie de la VAE. Si grâce à la procédure VAE, la valeur de l’expérience, et donc du travail accompli, est reconnue par une certification, celle-ci est souvent déconnectée de tout processus de revalorisation salariale.

47Il est vrai que, pour des raisons largement institutionnelles, il n’y a jamais eu en France de lien étroit entre le système de certification, conçu et produit majoritairement par l’État, et les grilles de classification mises en place au niveau des branches et des entreprises. Si la référence à la certification peut être présente dans les branches professionnelles fixant des seuils d’accueil en termes de Certificat de qualification professionnelle (CQP), le fait d’être titulaire de diplômes ou de qualifications reconnues par les branches ne détermine pas automatiquement le positionnement du salarié au sein des grilles. Même si l’architecture socio-institutionnelle des grilles de classification a beaucoup changé depuis la grille Parodi, la relation au diplôme reste toujours ténue. La montée en puissance du modèle de la compétence dans les logiques classificatoires, modèle qui tend pourtant à accorder une importance croissante aux caractéristiques individuelles des personnes, ne change rien au constat que le diplôme reste pour les entreprises un indicateur parmi d’autres des compétences des salariés (Jobert et Tallard, 1995).

48Dans toutes les entreprises ou branches professionnelles rencontrées au cours de nos monographies, la VAE est venue s’inscrire dans des stratégies de ressources humaines liées à la situation particulière de l’entreprise ou du secteur professionnel considéré. Dans les quelques cas d’entreprises en restructuration, il apparaît peu surprenant que la question de la traduction monétaire du passage par la VAE ne se pose pas, compte tenu des difficultés traversées par l’entreprise. Néanmoins, on a vu que dans la moitié des cas observés, l’enjeu résidait dans la reconnaissance de secteurs professionnels et de métiers peu valorisés. Le fait que l’accès à la certification ne fasse pas l’objet d’une reconnaissance salariale, à l’exception de deux exemples rencontrés, celui de l’aide à domicile dans les Bouches-du-Rhône et celui du commerce alimentaire de proximité, constitue une limite évidente à ces stratégies de valorisation.

49Chez Flunch, chaîne de restauration en libre service, cela représente même un frein à l’objectif poursuivi par l’entreprise de favoriser une intégration durable de ses salariés pour limiter son turn-over. Si les personnes que nous avons rencontrées ont manifesté un intérêt pour la démarche VAE qu’elles avaient entreprise, l’obtention d’un CQP « agent de restauration » ne suffira pas à les maintenir dans l’entreprise, comme certaines d’entre elles nous l’ont explicitement signalé. Du reste, l’entreprise réfléchit actuellement à la refonte de sa grille salariale pour y intégrer les CQP.

  • 12 Voir par exemple : (Layer et Leguy, 2006 ; Pette et Devin, 2005).
  • 13 Cité par l’AEF (Agence Emploi Formation) du 31 janvier 2005.

50Au vu d’autres études réalisées sur la VAE12, la non-prise en considération de la valeur marchande du titre obtenu apparaît comme une règle dans les opérations collectives de VAE. C’est aussi, notamment, le cas chez McDonald’s qui a mis en place en 2004 un dispositif VAE pour ses directeurs de restaurant, en précisant d’emblée qu’il s’agissait avant tout d’un dispositif de reconnaissance personnelle pour ses salariés, dans la mesure où ceux-ci sont rarement diplômés de l’enseignement supérieur. La direction avait également mentionné que la validation serait déconnectée de toute forme de reconnaissance salariale. Malgré cette réserve de taille, 300 des 1000 directeurs de restaurants français de l’enseigne se sont déclarés intéressés par le dispositif. On retrouve dans l’énoncé des arguments de vente défendus par la direction auprès des salariés — le profit personnel que les salariés peuvent tirer de cette forme de gratification attachée au diplôme — une des ambiguïtés du concept de la reconnaissance (cf. infra). Dans l’esprit du directeur des ressources humaines de cette enseigne, « l’objectif de cette démarche de validation des acquis est avant tout de se fondre dans le paysage et de casser l’image d’esclavagistes des temps modernes »13.

  • 14 Selon la belle expression de Paul Ricœur.

51Dans presque toutes les entreprises rencontrées, les employeurs avaient préalablement informé les salariés du fait que l’obtention d’un titre par la VAE ne se traduirait pas par une augmentation de salaire mais pourrait, le cas échéant, faciliter à moyen terme l’accès à une promotion interne. Cette mise en garde effectuée d’emblée explique sans doute la faible proportion de salariés nous ayant fait part de leur regret ou de leur amertume de n’avoir pu obtenir une augmentation de salaire en lien avec leur nouvelle certification. Plus généralement, tout se passe comme si les salariés, qu’ils soient d’ailleurs engagés dans une démarche collective ou individuelle, avaient intégré cette contrainte et voyaient plutôt dans la VAE un moyen de faire reconnaître le travail accompli. Toutefois, cette posture consistant à valoriser la dimension symbolique du diplôme revêt un risque, celui d’enfermer les individus dans des parcours clos sur eux-mêmes, là où le passage par la certification pourrait constituer « une clairière »14 pour un nouveau départ (Lamouche, 2008).

  • 15 L’auteur montre que des formules comme « qui sème la reconnaissance récolte le rendement » ou « val (...)

52Dans le cas d’opérations collectives, les réussites font fréquemment l’objet d’une mise en scène orchestrée par la direction, à l’occasion de cérémonies plus ou moins solennelles de remises des diplômes. S’il peut être apprécié par les salariés, ce type de manifestation pose, en l’absence de conséquences sur la rémunération ou le devenir professionnel, le problème de la reconnaissance comme idéologie (Malochet, 2007). Hermann Kocyba souligne aussi le soupçon permanent qui pèse sur l’authenticité de la reconnaissance dans des organisations post-tayloriennes (Kocyba, 2007)15 : « la véritable reconnaissance est une proie qui s’effarouche aisément : il suffit que naisse le soupçon qu’elle vise à obtenir ou à provoquer quelque chose pour qu’elle apparaisse aussitôt comme tentative de manipulation ».

53Pour autant, la VAE a pu se frayer un chemin dans les dispositifs collectifs mis en place sans susciter de conflictualité majeure, d’une part, parce que les organisations syndicales ne sont pas hostiles à son principe et s’avèrent en général faiblement impliquées dans sa mise en œuvre concrète au sein des entreprises, d’autre part, parce que les opérations collectives sont souvent couronnées de succès et qu’elles apportent aux salariés, toutes choses égales ou inégales par ailleurs, « un petit plus » pour reprendre une expression fréquemment utilisée par les personnes interrogées.

3. Conclusion

54À l’heure actuelle, la mise en œuvre du droit à la VAE ne peut suffire à répondre à la demande de reconnaissance du travail, d’une part, parce que son développement quantitatif reste limité, d’autre part, parce qu’elle a peu d’impact sur la rémunération et s’accompagne le plus souvent au sein de l’entreprise d’une reconnaissance principalement symbolique. Néanmoins, elle génère un effort considérable de « mise en mots » du travail, à la fois en termes d’ingénierie, de façon préparatoire à des opérations collectives, mais aussi par les candidats eux-mêmes. Cet effort, surtout lorsqu’il autorise une confrontation des expériences professionnelles, contribue à donner une nouvelle visibilité à la réalité du travail et favorise la construction d’identités professionnelles, tout en posant des questions difficiles sur les limites d’une démarche d’objectivation des savoirs implicites.

55La notion de reconnaissance telle qu’elle a été initialement développée par Axel Honneth insistait sur la dimension relationnelle, intersubjective : la reconnaissance, c’est avant tout la confirmation de sa valeur par l’autre (Honneth, 1992). Dans le cas de la VAE, il semble que les ressorts de la demande de reconnaissance empruntent simultanément à différents registres. Ainsi, l’engagement personnel dans la démarche est parfois tel que les formes institutionnelles et intersubjectives de la reconnaissance se trouvent étroitement enchevêtrées. La validation des acquis de l’expérience malmène la séparation entre sphère professionnelle et sphère privée : certains salariés se trouvent confortés professionnellement par les réactions de leur entourage ; les employeurs n’hésitent pas à recourir à un registre personnel pour motiver les salariés à s’engager dans la VAE ; enfin, les dossiers de preuves peuvent mobiliser des compétences acquises aussi bien dans le monde du travail que dans la vie domestique ou dans le bénévolat. Si la dimension intersubjective de la reconnaissance obtenue par la VAE ne peut donc être négligée, on peut néanmoins se demander si la principale limite au pouvoir d’action de cette loi sur la reconnaissance du travail en tant que tel ne réside pas dans l’absence de garanties de procédure, d’un cadre collectif propre à protéger l’exercice du droit individuel à la VAE. En effet, si la mise en œuvre du droit à la validation des acquis de l’expérience dans le cadre d’opérations collectives se caractérise par le rôle que jouent les différents outils et l’ensemble des soutiens organisationnels mis en place par les entreprises, ces procédures relèvent essentiellement du pouvoir de gestion de l’employeur. En l’absence d’implication des organisations syndicales dans la définition des modalités concrètes de la VAE, les dispositifs sur lesquels repose la démarche d’accès à la validation des acquis restent faiblement négociés. Le principal enjeu du développement du droit individuel à la VAE et en même temps de sa capacité à générer une reconnaissance du travail n’est-il pas alors de faire exister davantage l’espace de la procédure, au sens où une procédure oblige toutes les parties et, source de droit indépendante du pouvoir, réintroduit des marges d’autonomie dans un espace subordonné (Bureau et al., 2007) ?

Haut de page

Bibliographie

Amnyos, 2007. Évaluation des dispositifs de VAE en région Centre et Nord-Pas-de-Calais. Amnyos Consultants, Paris.

Besson, É., 2008. Valoriser l’acquis de l’expérience : une évaluation du dispositif VAE ». Rapport auprès du Premier ministre, Paris. http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000590/0000.pdf.

Bureau, M.C., Tuchszirer, C., 2008. L’accès à la validation des acquis de l’expérience : des usages collectifs à la frontière entre l’accompagnement et la formation des personnes. Formation et Territoire, Arifor 12, 49–56.

Bureau, M.C., Combes, M.C., Grimaut, S., 2007. Usages collectifs et exercice du droit individuel à la VAE. Revue de l’IRES 55 (3), 209–230 (numéro spécial, La validation des acquis de l’expérience entre dans les mœurs).

Bureau, M.C., Combes, M.C., Grimaut, S., Labruyère, C., Quintero, N., Tuchszirer, C., 2008. Les politiques des entreprises en matière de certification et l’utilisation de la validation des acquis de l’expérience. In: Rapport de recherche du Centre d’études de l’emploi nº 46., http://www.cee-recherche.fr/fr/rapports/46-RappR Politique certification validation experience.pdf.

Dejours, C., 2003. L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation. Inra Éditions (Sciences en questions), Paris.

Dubet, F. (Ed.), 2006. Injustices. L’expérience des inégalités au travail. Seuil, Paris.

Foessel, M., 2008. Être reconnu : droit ou fantasme ? Revue Esprit, juillet, 61–75. (Face aux nouvelles indignations, quelle pensée critique ?).

Fraser, N., 2004. Justice sociale, redistribution et reconnaissance. Revue du MAUSS 23 (1), 152–164 (De la reconnaissance, Don, identité et estime de soi).

Honneth, A., 2000 [1992]. La lutte pour la reconnaissance. Éditions du Cerf, Paris. (Édition originale allemande).

Jobert, A., Tallard, M., 1995. Diplômes et certifications de branche dans les conventions collectives. Formation Emploi 52, 133–150.

Kocyba, H., 2007. Reconnaissance, subjectivisation, singularité. Travailler 18, 103–118.

Kogut-Kubiac, F., Morin, C., Personnaz, E., Quintero, N., Séchaud, F., 2006. Logiques d’accès à la VAE et parcours de validation. Rapports du Cereq (Relief nº 12). Cereq, Marseille.

Lallement, M., 2007. Qualités du travail et critique de la reconnaissance. In: Caillé, A. (Ed.), La quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total. La Découverte, Paris, pp. 71–88.

Lamouche, F., 2008. Paul Ricœur et les « clairières » de la reconnaissance. Revue Esprit, juillet, 76–87 (Face aux nouvelles indignations, quelle pensée critique ?).

Layer, J., Leguy, P., 2006. La VAE dans les entreprises : un atout collectif ? Ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement, Paris.

Lochard, Y., 2007. L’avènement des « savoirs expérientiels ». Revue de l’IRES 55 (3), 79–95 (numéro spécial, La validation des acquis de l’expérience entre dans les mœurs).

Malochet, G., 2007. Reconnaissance et mobilisation collective. Idées 149, 27–31.

Merle, V., 2007. Genèse de la loi de janvier 2002 sur la validation des acquis de l’expérience. Revue de l’IRES 55 (3), 43–74 (numéro spécial, La validation des acquis de l’expérience entre dans les mœurs).

Neyrat, F., 2003. La VAE : une problématique de la reconnaissance... pour une reconnaissance problématique. In: Maggi Germain, N., Pelage, A. (Eds.), Les évolutions de la formation professionnelle : regards croisés. Publications DARES (Cahier Travail et emploi), la Documentation française, Paris.

Pette, X., Devin, C., 2005. Étude sur les pratiques de VAE dans les entreprises industrielles et de services à l’industrie. Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, direction générale des entreprises, Paris.

Renaut, E., 2007. Reconnaissance et travail. Travailler 18, 119–135.

Haut de page

Notes

1 Extrait de l’article L. 900-1 du Code du travail.

2 « Transformez votre expérience en diplôme ! », tel était l’intitulé de la campagne de communication lancée par Nicole Péry en 2002.

3 L’auteur montre en particulier le rôle joué par une revue comme Éducation permanente dans la promotion de la formation expérientielle ou encore par une association comme ATD-Quart Monde dans la valorisation des savoirs issus de l’expérience.

4 Notons que les grilles de classification de la branche reconnaissent les Certificats de qualification professionnelle (CQP) en leur associant un niveau de rémunération.

5 « L’exigence d’être reconnu tend à se substituer à celle de la redistribution [...] Il ne s’agit plus simplement d’exiger une répartition plus égalitaire des biens disponibles, mais au travers des exigences sociales, de réclamer un statut symbolique qui soit admis par la société tout entière » (Foessel, 2008).

6 En raison des difficultés de leur public par rapport à l’écriture, les partenaires d’Equal Ressources ont d’ailleurs renoncé à la VAE et exploré d’autres voies d’accès à la certification.

7 Les études de cas font apparaître des configurations contrastées, depuis les situations où le salarié vit sa VAE comme une aventure solitaire malgré l’investissement initial de l’employeur jusqu’à celles où le processus est presque entièrement internalisé par l’entreprise.

8 C’est en tout cas le modèle adopté par l’Éducation nationale ainsi que par les autres ministères, à l’exception du ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement.

9 À l’exception notable du secteur médico-social : dans le projet Equal Ressources qui rassemble des structures d’insertion et d’aide par le travail implantées dans le Bas Rhin autour d’un objectif de qualification des personnes, le Centre de formation professionnelle et de promotion agricole d’Obernai a fait preuve d’innovation pédagogique en acceptant de former les chefs d’équipe dans les différentes structures pour leur apprendre à transformer les situations de travail en situations d’apprentissage, de façon à amener les travailleurs handicapés vers les objectifs pédagogiques du CAP Agricole (CAPA).

10 Il s’agit d’un nom fictif, choisi afin de respecter l’anonymat demandé par l’entreprise.

11 Ainsi, les taux de validation restent particulièrement faibles dans ce secteur, ce qui s’explique sans doute en grande partie par les réticences des professionnels.

12 Voir par exemple : (Layer et Leguy, 2006 ; Pette et Devin, 2005).

13 Cité par l’AEF (Agence Emploi Formation) du 31 janvier 2005.

14 Selon la belle expression de Paul Ricœur.

15 L’auteur montre que des formules comme « qui sème la reconnaissance récolte le rendement » ou « valoriser les collaborateurs, c’est créer de la valeur pour l’entreprise » ont des effets contre-productifs en faisant naître le doute sur la sincérité de la reconnaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bureau et Carole Tuchszirer, « La validation des acquis de l’expérience est-elle un moyen de reconnaissance du travail ? », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 1 | 2010, 55-70.

Référence électronique

Marie-Christine Bureau et Carole Tuchszirer, « La validation des acquis de l’expérience est-elle un moyen de reconnaissance du travail ? », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 1 | Janvier-Mars 2010, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12461 ; DOI : 10.4000/sdt.12461

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Bureau

Lise-Cnam-CNRS, UMR 5262, case 250, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
marie-christine.bureau[at]cnam.fr

Carole Tuchszirer

Centre d’études de l’emploi, Le Descartes I, 29, promenade Michel-Simon, 93166 Noisy-le-Grand cedex, France
carole.tuchszirer[at]cee-recherche.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals