Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 58 - n° 4Articles variaPratiques d’emploi et figures du ...

Articles varia

Pratiques d’emploi et figures du patron en agriculture biologique. Contribution à une sociologie du travail indépendant

Employment Practices and the Figure of the Boss in Organic Agriculture: Contribution to a Sociology of Independent Labour
Madlyne Samak
p. 412-434

Résumés

Cet article étudie les pratiques d’emploi à l’œuvre sur les exploitations agricoles en production biologique ; il s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès d’un groupe localisé d’agriculteurs. Partant d’une approche centrée sur la structure de la main-d’œuvre et le statut des travailleurs dans un secteur agricole — le maraîchage — où ces questions sont particulièrement sensibles, on s’attachera à montrer et à expliquer la diversité des manières d’être employeur en agriculture biologique. Tout en révélant la force avec laquelle les positions et les trajectoires sociales structurent les pratiques d’emploi, l’analyse montre comment des socialisations professionnelles et des contraintes économiques contribuent à modeler les représentations et les pratiques de ces travailleurs indépendants, à modérer l’usage de statuts précaires, ou au contraire à favoriser le recours au travail non déclaré. Alors que le discours collectif du mouvement « bio », désormais relayé par les pouvoirs publics, valorise volontiers l’argument du « vivier d’emplois » que constitue ce secteur, l’enquête révèle ce qui se joue réellement, en termes de conditions d’emploi, sur les exploitations en agriculture biologique. Elle montre aussi comment les agriculteurs s’y prennent pour neutraliser les tensions éthiques que génèrent (parfois) leurs pratiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 30 novembre 2015 ; accepté le 23 mai 2016

Texte intégral

  • 1 C’est-à-dire des applications industrielles des découvertes scientifiques de la chimie organique.

1Lorsqu’il apparaît en France au début des années 1960, le projet agrobiologique se construit par opposition à l’introduction des produits phytosanitaires dans les modes de production agricole. Mais la somme des prescriptions formulées par les associations qui portent cette cause ne se limite pas aux seules techniques de production. Aussi hétérogènes soient-elles, les productions discursives de ces organisations s’accordent sur une lecture critique du monde, qui articule contestation du productivisme agricole et défense d’un modèle « alternatif » d’exploitation agricole. Au-delà d’une condamnation univoque de la « chimie »1, c’est tout le système « moderne » d’orientation culturale et d’organisation du travail agricole tel qu’il est promu par la « profession » (agrandissement des exploitations, intensification du travail) qui est remis en cause par le mouvement « bio », qui cherche à « restaurer l’indépendance du paysan, notamment le modèle de l’exploitation fondé sur la cellule familiale » (Woss, 2007, p. 353). Dans les premiers temps du mouvement, les agriculteurs qui s’identifient à ce schéma collent assez bien à ces prescriptions normatives. Les précurseurs se recrutent essentiellement dans les petites et moyennes exploitations qui peinent à entrer dans l’ère de la « modernisation » (Cadiou et al., 1975) et qui n’ont que faiblement recours à une main-d’œuvre salariée. Dans les années 1970 et 1980, le modèle de la polyculture-élevage rencontre un succès certain auprès des jeunes salariés et étudiants qui font un « retour à la terre ». Ne disposant généralement pas d’un capital économique suffisant pour entrer dans la course aux hectares et à la mécanisation, ces agriculteurs-là reproduisent volontiers, tout en le politisant, le discours de valorisation de l’exploitation « à taille humaine » et du rejet du salariat, au nom de l’« alternative » à la société capitaliste, du refus de la croissance économique et de la société de consommation.

  • 2 Le règlement communautaire n° 2092/91, qui légifère sur le mode de production, l’étiquetage, les co (...)

2À partir des années 1990, la reconnaissance puis l’institutionnalisation de l’agriculture biologique (Piriou, 2002) consacrent une vision techniciste : les instances nationales puis européennes abandonnent, dans leur définition juridique de l’agriculture biologique2, toute référence à l’organisation du travail et à la taille des exploitations. Elles limitent leur intervention à un encadrement des modes de production, de l’étiquetage et de l’importation. Ces évolutions se traduisent par un renforcement progressif de l’implantation des méthodes biologiques parmi les exploitations agricoles françaises, qui va de pair avec une diversification du recrutement social des agriculteurs concernés, et avec l’apparition de profils d’agrobiologistes éloignés de la petite agriculture familiale, recourant à une main-d’œuvre salariée.

  • 3 Charte de l’association Bio Cohérence, p. 3.
  • 4 Charte de la Fédération Nature et progrès, p. 2.
  • 5 Charte de la Fédération Nature et progrès, p. 2.
  • 6 On peut lire par exemple dans la Lettre d’information n° 14 (été 2010) de l’Agence bio que « pour p (...)

3Dans ce contexte de visibilité croissante de l’agriculture biologique, et face à l’hétérogénéisation de l’espace professionnel des agrobiologistes, on voit apparaître deux types de discours sur la question de l’emploi dans les exploitations agricoles. Du côté du pôle politisé de cet espace, on insiste sur le nécessaire « juste équilibre des différentiels de salaire entre exploitant et salariés »3, sur la « solidarité » qui doit s’opérer entre agriculteurs4, ou encore sur le « refus du recours à une main-d’œuvre sous-payée et aux conditions de travail dégradées »5. Du côté du pôle institutionnalisé de l’espace professionnel, on ne s’avance pas davantage sur des questions éthiques, mais on s’empare du succès croissant de « la bio » pour valoriser l’alternative agrobiologique au nom du « vivier d’emplois » que constitue ce secteur, comparativement au secteur conventionnel6.

  • 7 Le label AB certifie les denrées agricoles produites dans le respect du cahier des charges européen (...)

4C’est ce double discours collectif que nous souhaitons, dans cet article, confronter à la pratique. Comment s’organise le recours à la main-d’œuvre sur les exploitations conduites en agriculture biologique ? Premièrement, compte tenu des évolutions décrites, il n’est pas certain qu’en adhérant au cahier des charges du label « agriculture biologique » (AB)7, ces agriculteurs se réfèrent tous aux mêmes principes et valeurs professionnelles. Quelles sont alors les différentes figures d’employeur que l’on peut rencontrer en agriculture biologique ? Il s’agit de s’interroger sur les types d’emplois créés et sur les travailleurs que ces emplois attirent, afin d’éclairer plus avant la réalité du « vivier d’emplois » que constitue le secteur agrobiologique. Deuxièmement, à considérer qu’ils pensent leur métier comme un projet militant ou au moins comme s’inscrivant dans une éthique spécifique, ces indépendants sont, comme dans tout projet économique militant, confrontés à la difficulté de concilier fidélité à leurs valeurs et maintien de l’exploitation (Demazière et al., 2013 ; Hély et Moulévrier, 2013). On peut alors examiner ce qu’il en est de la « solidarité » et de la « justice » sur leurs exploitations. Peut-on déceler une mentalité « alternative » dans les pratiques d’organisation humaine du travail ? Comment les agriculteurs vivent-ils subjectivement les décalages possibles entre idéal productif et pratiques réelles ?

  • 8 Comme le souligne Claire Zalc, « les formes de recrutement, de structuration et d’évolution du sala (...)

5Pour investir ces questions, nous nous appuierons sur les résultats d’une enquête ethnographique menée au sein d’un espace localisé d’exploitations en maraîchage biologique (encadré 1). En adoptant une approche centrée sur la structure de la main-d’œuvre et le statut des travailleurs dans un secteur agricole — le maraîchage — où ces questions sont particulièrement sensibles, nous nous attacherons à montrer la diversité des manières d’être employeur en agriculture biologique (y compris lorsqu’on se situe dans un groupe localisé) et à faire émerger les lignes de clivage qui structurent cette diversité. L’enjeu de cet article est aussi de montrer les tensions éthiques que peuvent générer les pratiques d’emploi et de mettre au jour les arrangements que ces agriculteurs mettent en œuvre pour les neutraliser et rendre tolérables à leurs yeux leurs propres pratiques. Il s’agit ainsi de contribuer à une sociologie du travail indépendant sous l’angle peu exploré des manières dont les indépendants du secteur agricole sont des employeurs8.

Encadré 1. Une enquête ethnographique auprès des maraîchers biologiques des Alpes-Maritimes
Les analyses présentées ici reposent sur une enquête conduite dans le cadre d’une thèse de doctorat consacrée au lien entre travail et engagement chez les agriculteurs biologiques. Menée entre 2009 et 2012 auprès des maraîchers biologiques du département des Alpes-Maritimes, l’enquête croisait différentes méthodes : entretiens semi-directifs (une soixantaine au total), observation de scènes collectives, dépouillement d’archives administratives et traitement secondaire d’une enquête statistique. Le corpus mobilisé dans cet article est composé d’une quarantaine d’entretiens réalisés dans vingt-deux exploitations agricoles, dont le choix a répondu tout autant à la logique de l’interconnaissance qu’au souci de varier les situations (ancienneté de l’installation, situation géographique, taille de l’exploitation). Dès lors que le travail agricole était accompli par plusieurs membres de la famille, un entretien était réalisé avec chacun de ces membres, parfois simultanément mais plus souvent séparément. Dans certaines exploitations, la répétition d’entretiens à plusieurs mois d’intervalle a parfois permis de saisir la dimension processuelle des pratiques professionnelles. En revanche, le dispositif d’enquête n’incluait pas d’entretiens avec les personnels salariés, de sorte que c’est principalement par l’entrée de la structure de la main-d’œuvre et du statut des travailleurs (et non de l’organisation du travail) qu’est traitée ici la question des manières d’être patron.

1. Le salariat agricole comme laboratoire de la précarité

6Si la question des ouvriers agricoles a longtemps été négligée par les études rurales (Hubscher et Farcy, 1996), force est de constater que la sociologie s’est depuis peu emparée d’un sujet aussi riche d’enseignements sur la précarisation des travailleurs que complexe à appréhender empiriquement, tant les pratiques des agriculteurs sont à la fois secrètes et d’une violence sociale parfois extrême (Michalon et Morice, 2008a). En effet, de récentes enquêtes de terrain menées dans des régions de culture intensive du sud de l’Europe ou des États-Unis ont mis à jour les conditions sociales particulièrement dégradées et dégradantes dans lesquelles s’opère aujourd’hui la production des fruits et légumes. Reposant sur l’usage massif d’une main-d’œuvre immigrée juridiquement précaire (sans papier et/ou sans contrat), seule à même de réaliser des tâches ingrates pour des salaires horaires très faibles et dans des conditions de travail très éloignées des standards occidentaux, la culture légumière et fruitière apparaît dans ces contextes comme un secteur d’« avant-garde » en matière de précarisation et d’exploitation des travailleurs (Michalon et Morice, 2008b). Par exemple, en Italie, dans la région des Pouilles où se pratique la culture intensive de la tomate, on estime à 90 % la part des saisonniers immigrés qui travaillent sans contrat. Leur recrutement repose sur la figure intermédiaire du caporale, qui sélectionne et supervise les travailleurs, négocie les salaires, transporte les ouvriers sur leurs lieux de travail, et tire de l’ensemble de ces activités un pouvoir qu’il exerce en pratiquant l’intimidation et la violence (Brovia, 2008). De même, en Californie, l’immigration irrégulière fournit environ 70 % de la main-d’œuvre totale du secteur agricole, qui repose sur un régime de précarité fondé sur la fragilité civique des travailleurs, un fort turn-over et un système de sous-traitance (Chauvin, 2008).

  • 9 Ce terme d’actifs familiaux englobe les chefs d’exploitation, les coexploitants, les conjoints d’ex (...)
  • 10 Le travail saisonnier est mesuré en nombre d’Unités de travail annuel (UTA) et non en nombre d’acti (...)

7En France, le secteur agricole demeure marqué par une emprise forte du travail familial. En 2010, 71 % du travail était effectué par des actifs familiaux9, tandis que les salariés permanents sans lien familial avec le chef d’exploitation contribuaient à hauteur de 17 % au travail agricole, et les saisonniers à hauteur de 10 %10. Mais le secteur du maraîchage-horticulture (avec ceux de la viticulture et de l’arboriculture) fait exception et se caractérise par un net recul du travail familial au profit du travail salarié : la part des actifs permanents non familiaux est de 54 % dans les exploitations maraîchères et horticoles françaises, contre 16 % dans l’ensemble des exploitations. Ces exploitations occupent 2,4 UTA de plus que la moyenne des exploitations agricoles (1,5 UTA) : l’emploi de salariés permanents, mais aussi de travailleurs saisonniers ou occasionnels, y est en effet plus répandu (Zins et al., 2012).

  • 11 Selon Aurélie Darpeix (2008), entre 1946 et 1980, près de 100 000 saisonniers étrangers étaient int (...)

8Ce dernier point n’est pas sans importance pour notre objet d’étude. Dans certains départements du sud de la France, où la culture maraîchère et arboricole est importante, le saisonnage repose pour partie sur l’établissement de contrats avec des travailleurs étrangers sommés de retourner dans leur pays d’origine une fois leur période de travail terminée (Darpeix, 2008). Depuis 1946, les pouvoirs publics français offrent en effet la possibilité d’introduire légalement sur le territoire un travailleur étranger via un contrat de travail « saisonnier » de quatre à six mois maximum (qui peut être prolongé dans certaines conditions). L’histoire de cet « utilitarisme migratoire » (Morice, 2004, p. 2), qui a été beaucoup utilisé par le secteur agricole, est rappelée dans les travaux d’Alain Morice (2008). Et si le nombre de ces contrats saisonniers a drastiquement diminué depuis la période de l’après-guerre et s’élève à 15 000 pour l’année 200511, il est toutefois à noter que les exploitations de fruits et légumes concentrent aujourd’hui plus de la moitié de ces entrées de travailleurs, venus essentiellement du Maroc, de Tunisie et de Pologne (Michalon et Potot, 2008).

  • 12 L’Office des migrations internationales (OMI), devenu aujourd’hui Office français de l’immigration (...)

9Il est vrai que les « contrats OMI », du nom donné dans les années 1980 à l’organisme en charge de « l’importation » de ces saisonniers étrangers12, fournissent un cadre juridique et donc une protection sociale et un statut légal aux saisonniers immigrés qui travaillent dans les serres et vergers du sud de la France. Mais ces derniers n’en demeurent pas moins des salariés « bridés » (Moulier-Boutang, 1998), dont le titre de séjour est conditionné par la signature d’un contrat de travail et dont la mobilité est soumise au bon vouloir de leur patron. De plus, ces contrats permettent aux employeurs d’externaliser les maladies et accidents du travail vers les pays d’origine des saisonniers (Décosse, 2008), ce qui relativise considérablement la portée des droits sociaux acquis grâce à ces contrats. Enfin, ces modalités d’embauche « érigent la migration temporaire en règle et, par voie de conséquence, font de l’installation durable de l’étranger une exception » (Michalon et Morice, 2008b, p. 19). Ainsi, l’activité maraîchère apparaît aujourd’hui comme la tête de pont d’un phénomène de précarisation des travailleurs agricoles qui, si on s’en réfère aux évolutions ayant cours en Italie du Sud ou en Californie, pourrait être amené à s’amplifier.

  • 13 Dans les Alpes-Maritimes, la part des actifs familiaux liés par un contrat de travail salarié était (...)

10Qu’en est-il sur le terrain d’enquête ? Comment les maraîchers biologiques organisent-ils le travail sur l’exploitation ? À quels types de travailleurs et à quelles formes de contrats ont-ils recours ? L’agriculture des Alpes-Maritimes est caractérisée par un faible recours à l’emploi salarié, qui plus est saisonnier, comparativement aux autres départements du sud de la France. Les données du dernier recensement agricole (2010) évaluent à 5 % la part du travail agricole réalisé par les saisonniers (contre 26 % dans les Bouches-du-Rhône), tandis que la participation au travail des salariés permanents est de 18 % et que la part du travail familial, essentiellement exercé sous le statut de travailleur indépendant13, reste majoritaire avec 77 % du travail total (contre 46 % dans les Bouches-du Rhône). Cependant, ce sont les cultures de légumes, de fruits et de fleurs qui sont surtout concernées par l’emploi salarié et, de ce point de vue, les exploitations en maraîchage biologique observées dans l’enquête ne semblent pas se distinguer puisque les deux tiers d’entre elles y ont recours (quinze exploitations sur vingt-deux). Plus précisément, on observe une ligne de clivage entre les grandes exploitations, qui se caractérisent par l’emploi de salariés permanents et saisonniers, et les petites et moyennes exploitations, dont la structure de la main-d’œuvre repose principalement sur le travail familial, mais qui ont aussi parfois recours à l’emploi saisonnier (voir l’encadré 2).

  • 14 Les AMAP, Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, sont des circuits de distributi (...)

Encadré 2. Un espace diversifié d’exploitations agricoles
La catégorisation de « grandes », « moyennes » et « petites » exploitations ne renvoie pas seulement aux surfaces cultivées, mais à une position socio-économique au sein de l’espace local, qui se détermine au croisement de la superficie exploitée, de la position géographique et topographique de l’exploitation et des réseaux commerciaux dans lesquels elle est insérée. Pour schématiser l’espace social des exploitations de l’enquête, nous avons distingué trois groupes hiérarchiquement ordonnés sur une échelle économique, représentant chacun environ un tiers de l’échantillon d’enquête. Le premier groupe, économiquement le plus haut placé, rassemble des agriculteurs qui cultivent en maraîchage des parcelles allant de quatre à sept hectares, et qui disposent d’importantes surfaces sous abri (6000 m2 à 1 ha). Les exploitations sont planes, situées en plaine fluviale et/ou à proximité de communes à forte densité urbaine. Leur modèle économique est basé sur la culture d’un nombre limité de fruits et légumes. Ces agriculteurs ont tous été les repreneurs d’une exploitation familiale, et leur système de commercialisation est essentiellement basée sur la vente en gros (grande distribution, grossistes), seul moyen d’écouler les importantes quantités produites. Dans le second groupe, on trouve des exploitations dont la surface dédiée à la culture maraîchère oscille entre deux et quatre hectares, et dont les surfaces abritées ne dépassent guère les 6000 m2. Situées sur le littoral ou dans le moyen-pays, elles sont généralement structurées en terrasses suffisamment larges pour être mécanisables. Souvent propriétaires, mais parfois locataires des terrains, les agriculteurs qui sont à leur tête commercialisent l’essentiel de leur production sur les marchés de détail, en ville ou dans les villages centraux des espaces ruraux ; ils disposent aussi généralement d’un réseau commercial complémentaire (AMAP14, épicerie bio). Le troisième groupe est celui des maraîchers dont les cultures s’étendent sur moins de deux hectares, avec des surfaces sous abri inférieures à 1000 m2 et qui sont installés pour la plupart en altitude, là où seule une production saisonnière est possible. Leurs stratégies commerciales mixent vente directe sur les marchés de détail, vente par paniers et vente en gros auprès d’épiceries ou de cantines scolaires. Leur position sur le marché local est moins stable que celle de leurs collègues, et les limites physiques et climatiques de leur exploitation les obligent parfois à exercer une double activité.

2. Sur les petites et moyennes exploitations : des pratiques de mise au travail à la frontière du marchand et du non marchand

  • 15 Dans cette recherche, l’étude des pratiques et représentations professionnelles des agriculteurs en (...)

11Les exploitations de petite et moyenne dimension n’ont généralement pas la capacité financière de recruter des employés « permanents » (c’est le cas dans treize des vingt-deux exploitations enquêtées) : soit elles sont situées en altitude où le climat impose une interruption de l’activité pendant les mois d’hiver (les exploitants sont alors eux-mêmes « saisonniers »), soit l’économie de l’exploitation ne peut supporter l’emploi d’un salarié tout au long de l’année. De plus, ces agriculteurs éprouvent généralement des réticences à l’idée de devenir patron et d’installer sur l’exploitation un rapport salarial durable. Ce rejet renvoie pour certains à une faible appétence pour le travail de gestion qu’implique l’embauche de salariés, et à un éthos professionnel peu entrepreneurial15, comme l’évoquent par exemple ces extraits d’entretien :

  • 16 Les prénoms et noms ont été modifiés afin de respecter l’anonymat des personnes rencontrées.

« C’est une volonté personnelle, j’aurai jamais trois salariés, j’ai pas envie d’avoir une grosse structure. Je veux pas doubler mon chiffre d’affaires » (Laure Castain, 1,8 ha, 1000 m d’altitude)16.

« Embaucher, moi ça me plairait pas, le côté gestion tout ça, même si on avait les moyens… étendre pour étendre c’est pas notre but » (Laurent Faure, 2 ha, 1100 m d’altitude).

12Cette réticence s’inscrit aussi pour certains maraîchers dans un discours plus politisé de rejet de la posture du patron et du rapport hiérarchique. C’est le cas des enquêtés qui, ancrés à gauche de l’échiquier politique, ont eux-mêmes accédé à l’indépendance professionnelle pour échapper au rapport de subordination inhérent au salariat. Par exemple, Samuel Reynier est un ancien ouvrier installé en maraîchage biologique depuis la fin des années 1990. Lors de notre premier entretien en 2009, il exprime clairement son refus de devenir patron :

« J’étais salarié avant, j’ai assez mal vécu cette relation entre salarié et patron, et j’ai pas envie d’être patron. J’aimerais qu’on ait… si je travaille avec quelqu’un, j’aimerais qu’on ait des relations plus équitables, où il n’y a pas de hiérarchie, et c’est vrai que ça me pose toujours un problème. Je trouve que le salariat, c’est pas le meilleur système, et pour les uns et pour les autres. Je suis plus pour la coopération, l’absence de hiérarchie, je trouve que c’est vachement important. Si on s’associe avec quelqu’un, ce sera la force de travail qui fera la différence : toi t’es à plein temps, toi t’es à mi-temps, et après on partage. Ça me paraît tellement plus sain ».

  • 17 Durant leur séjour dans le Jura, Nathalie occupait un emploi salarié et Samuel travaillait à la réf (...)

13Samuel est le fils d’une secrétaire et d’un employé comptable de l’industrie, né au début des années 1970. À l’âge du service militaire, il choisit d’être objecteur de conscience : il invoque son rejet des rapports hiérarchiques et des relations de commandement. Peu diplômé (il n’est pas allé au bout de son brevet d’études professionnelles dans le secteur du bâtiment), il reprend par la suite ses études en formation pour adulte et passe un certificat de charpenterie, par apprentissage. Il obtient son diplôme mais n’est pas embauché à l’issue de son contrat d’alternance. Ne trouvant pas d’emploi, il continue ses études et passe un baccalauréat professionnel en alternance, qu’il réussit brillamment. Mais il n’est toujours pas embauché durablement et travaille en intérim : « tu sais, on est la génération crise, nous ; les années 1980, c’est galère ». Samuel a un véritable goût pour le travail manuel, mais aussi un profond dégoût des relations salariales et des contraintes de productivité : « l’ambiance productiviste où t’as le petit chef derrière toi… disons que je ne suis pas fait pour être commandé ». C’est usé par des expériences professionnelles décevantes qu’il décide d’accéder à l’indépendance professionnelle en faisant avec son épouse Nathalie un « retour à la nature », d’abord dans un petit hameau du Jura, avant de s’installer sur une exploitation de montagne dans les Alpes-Maritimes17. Samuel n’a jamais adhéré à un syndicat ou à un parti politique, mais il éprouve une sympathie marquée pour les idées écologistes et altermondialistes. En 2009, au moment où se déroule l’entretien, il se déclare sensible au discours du Nouveau Parti Anticapitaliste, et notamment au fait que ce parti cherche à « faire la liaison entre écologie et lutte des classes ». Bref, si Samuel refuse d’être un patron, c’est pour toutes les réticences idéologiques qu’il éprouve à l’égard des rapports salariaux et du patronat, mais aussi du fait d’expériences professionnelles décevantes ne lui ayant jamais permis de s’épanouir dans son travail.

2.1. Du « coup de main » occasionnel au travail au noir

14Pourtant, en saison, ils sont plusieurs « petits » et « moyens » exploitants à recourir à une main-d’œuvre saisonnière qu’ils ne qualifient jamais comme telle. Le « coup de main » est l’expression privilégiée par les maraîchers qui font travailler sur leur exploitation des personnes plus ou moins proches, membres de la famille, amis, voisins, étudiants des alentours ou voyageurs, pour venir les aider à désherber, récolter et entretenir les cultures. On distingue plusieurs types de pratiques, non exclusives les unes des autres.

15Premièrement, la mobilisation du conjoint et/ou des enfants est très courante sur ces exploitations, en particulier dans le cas d’agriculteurs travaillant seuls (sans conjoint ou dont le conjoint, homme ou femme, exerce un emploi salarié à l’extérieur de l’exploitation). Que ce soit pour le travail proprement agricole, la commercialisation des produits ou les activités de diversification de l’exploitation (transformation), le « coup de main » familial apparaît souvent comme une condition nécessaire au maintien de l’entreprise (Bessière, 2010 ; Mazaud, 2013).

16Dans d’autres cas, ce n’est plus seulement au sein de la cellule familiale restreinte mais bien au sein d’un cercle familial et amical élargi que se recrutent les « coups de main ». C’est notamment le cas des maraîchers travaillant en couple sur de petites exploitations d’altitude : dans la mesure où aucun revenu salarié ne vient supplémenter l’économie de l’exploitation, la recherche de hauts rendements en saison pour s’assurer des revenus suffisants pousse à des périodes de travail intense, pour lesquelles l’apport d’une main-d’œuvre supplémentaire devient nécessaire. Cet extrait d’un entretien mené avec Gérard Marini, installé avec son épouse Brigitte sur une exploitation de deux hectares en montagne, dans lequel il revient sur une époque où l’activité de son exploitation était plus intense qu’aujourd’hui, témoigne de la porosité qui existe entre « coups de main » et travail rémunéré :

« En plein été, on était six ou sept à bosser. Il y avait du monde. Alors au début c’étaient des coups de main, et puis après quand ça a commencé à se préciser, il a fallu commencer à sortir des salaires, même petits. Il y avait la famille qui venait, c’était pas rien, des fois il fallait qu’ils viennent pendant trois semaines, c’était du boulot. Voilà, on a eu dix ans où on a bossé comme des fous. Je peux te dire, combien de fois le matin, à préparer du boulot avant le jour. On préparait le labour, des trucs simples, mais… et puis grosso modo, la plupart du temps, c’était 10/11h du soir. Avec des belles fêtes chaque soir, s’il y avait la famille machin, tu te couchais à 2h du matin, tu te réveillais à 3h pour aller faire les livraisons ».

17Gérard et Brigitte sont tous deux d’anciens « soixante-huitards » arrivés en agriculture par le biais des communautés rurales des années 1970. Leur installation comme maraîchers professionnels s’opère au milieu des années 1980. À une époque où ils étaient tenus de rembourser leurs emprunts bancaires et de « bosser comme des fous », ils ont souvent pu compter sur un travail familial et sur des « coups de main » amicaux qui, lorsque les choses commençaient à « se préciser », c’est-à-dire lorsque l’exploitation parvenait à dégager un chiffre d’affaires suffisamment conséquent, percevaient des salaires, même « petits ». Dans la vallée alpine où sont installés ce couple d’agriculteurs mais aussi d’autres « néo-ruraux » (Léger, 1979 ; Bruneau, 2006), agriculteurs, ébénistes, fromagers, les coups de main se rémunèrent tantôt monétairement, tantôt en nature, et les déclarations sont rares. Ces maraîchers se situent plutôt dans une économie du troc et de l’entraide — une économie où les transactions sont personnalisées et se situent en dehors de la sphère marchande (Weber, 2000 ; Weber, 2009), où la « protection rapprochée » (Castel, 1995) complémente la protection sociale, comme en témoigne cette anecdote racontée par Anne Ragon, maraîchère installée depuis 1992 avec son conjoint Stéphane dans la même vallée que Gérard et Brigitte :

« L’année dernière, Stéphane a eu un accident avec son tracteur, il s’est retrouvé six semaines immobilisé. Bon, il a touché trois indemnités par jour… on n’a pas pu prendre quelqu’un en remplacement mais on s’est débrouillé avec les copains. Parce que c’est arrivé au début du mois d’avril, donc c’est ce que j’appelle le mois du tracteur, moi je ne fais pas de tracteur. Il fallait préparer les terres, et l’an dernier il a tellement plu que chaque jour de soleil, on n’avait pas envie de perdre une seule minute, donc du coup on a fait venir les copains et tout ça ».

18Certes, lorsque les « copains » commencent à revenir d’une année à l’autre, ces agriculteurs se mettent à déclarer leur travail et dès lors que le chiffre d’affaires s’améliore, ils les rémunèrent autant que possible. Mais l’entraide continue à fonctionner lorsqu’advient un accident, et le système tient ainsi dans un échange de dons et contre-dons (Mauss, 2007).

19Autre forme de « coup de main » répandue chez les petits exploitants travaillant en couple, proches des « alternatives » agrobiologiques (elle concerne au moins six exploitations de l’enquête), la pratique du « wwoofing » s’inscrit peut-être davantage dans une zone frontière entre sphères marchande et non marchande (Weber, 2000). Le réseau World Wide Opportunities on Organic Farms (Wwoof) propose de mettre en relation des agriculteurs biologiques et des « volontaires » désireux de participer aux travaux de la ferme en échange du gîte et du couvert. Cette forme spécifique de « travail bénévole » (Simonet, 2010) élargit un peu plus encore la sphère de recrutement des « coups de main » : cette fois, c’est à des personnes inconnues que l’on propose un échange de services le temps d’un séjour. Cette pratique fait l’objet d’interprétations contradictoires au sein du groupe professionnel étudié : alors que certains y recourent fréquemment et y voient le moyen de nouer « de belles relations », d’autres la considèrent comme du travail gratuit dès lors qu’elle est systématisée dans l’économie de l’exploitation. De même, la position des pouvoirs publics n’est pas tranchée vis-à-vis du wwoofing : là où la communication du ministère de l’Agriculture valorise une pratique assimilée à des « vacances actives » au cours desquelles le bénévole « accompagne l’exploitant dans ses activités […] en dehors de toute relation de travail »18, les services de la Mutualité sociale agricole (MSA) et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) engagent régulièrement des procédures judiciaires visant à requalifier cette pratique en travail dissimulé, considérant qu’une organisation lucrative ne peut accueillir de bénévoles. Il ne s’agit pas ici de trancher sur le caractère marchand ou non marchand du wwoofing, et il est probable que cette question n’ait pas de réponse absolue en dehors des catégories de la pratique. Mais de fait, ces bénévoles comptent bien au nombre des personnes participant au travail agricole sur les exploitations enquêtées, et les agriculteurs qui y ont recours savent bien qu’ils se situent sur une ligne frontière entre forme marchande et non marchande de mise au travail, comme en témoigne ici Brigitte Marini :

« Non, c’est bien, le système du wwoofing. Bon, je crois qu’il doit y avoir aussi des abus, des gens qui exploitent la main-d’œuvre. Tu vois, si tu as des boulots à faire que tu peux apprendre à quelqu’un assez vite, ça peut être de la main-d’œuvre. D’ailleurs on a reçu des directives là, parce qu’ils ont eu des problèmes avec l’inspection du travail. Ça peut être considéré comme du travail au noir, même s’il n’y a pas de rémunération. Vu que c’est des rémunérations en nature, c’est quand même considéré comme du travail. Comme tout se passe par internet, il faut faire gaffe tu vois, pas parler de travail… c’est des gens qui viennent officiellement pour aider et puis pour apprendre les métiers de la campagne. Enfin tu vois, il faut faire attention. Mais certainement parce qu’il doit y avoir des abus, c’est clair ».

20Si certains agriculteurs, comme Brigitte, pratiquent le wwoofing en conscience de ses limites, et s’efforcent de manier les règles du jeu pour ne pas se faire prendre, d’autres finissent à l’inverse par se rallier à la position de la répression des fraudes, une fois leurs démêlés judiciaires résolus. Ainsi, Jérôme Bourg a totalement cessé de recourir au dispositif du wwoofing après qu’il a été contrôlé par la DGCCRF et a fait l’objet d’une procédure judiciaire de plusieurs mois :

« En gros, et il a raison, je suis triste de dire ça mais le mec qui m’a contrôlé il m’a dit : “Monsieur Bourg, dans les entreprises à but lucratif, le bénévolat n’existe pas. Le bénévolat existe dans les entreprises associatives et encore, ça peut parfois être tordu” ».

  • 19 En outre, une sous-déclaration de ces formes d’emploi reste probable.

21Dans certains cas enfin, le « coup de main » passe par le recours au travail salarié saisonnier. Sur les treize agriculteurs de l’enquête n’ayant pas de salarié permanent, six avaient déjà eu recours à ce type d’emploi. Et dans la majorité des cas, les conditions d’emploi de ces salariés s’avéraient précaires : pour trois d’entre eux, il s’agissait d’un emploi saisonnier à temps partiel (quelques jours par semaine), et dans deux cas au moins il s’agissait d’un emploi non déclaré19.

22On peut être surpris de la distance qui sépare les discours de ces agriculteurs, réfractaires à l’établissement d’un rapport salarial et, pour certains, progressistes et sensibles à l’équité des rapports sociaux, de leurs pratiques de recours à des « coups de main » dont le statut est tantôt flou, tantôt peu éloigné des formes les plus précaires et invisibles d’embauche en agriculture. Comment comprendre ces situations paradoxales ?

2.2. Personnaliser les relations pour neutraliser les tensions

  • 20 Si certains ont la possibilité de s’appuyer sur des ressources personnelles (pluriactivité) ou fami (...)
  • 21 Le statut de cotisant solidaire s’applique aux personnes qui exercent une activité agricole dont l’ (...)

23Il est tout d’abord à noter que le recours aux « coups de main », lorsqu’il ne s’inscrit pas dans des relations familiales ou amicales, s’opère généralement dans un contexte de fragilité socio-économique de l’exploitation. Les « petits » maraîchers rencontrés sont certes généralement propriétaires d’une petite parcelle de terrain et de leur maison d’habitation, mais au prix d’une situation socio-économique précaire conjuguant faiblesse et variabilité des revenus — qui dépassent rarement l’équivalent du salaire minimum20 — et investissement intense dans le travail, tant en termes d’horaires — pas de vacances ni de jours de congé dans les périodes de production — que d’implication physique. La situation de ces agriculteurs se caractérise aussi par un déficit de protection sociale : la non-déclaration à la MSA de l’un des deux membres du couple exploitant est courante (elle concerne prioritairement les conjointes), et le statut de cotisant solidaire, qui n’ouvre aucun droit social, est parfois le seul statut auquel ces agriculteurs ont accès21. Ces éléments nous portent à penser que si ces agriculteurs ont recours à ces formes spécifiques de mise au travail, c’est d’abord parce qu’ils n’ont pas la capacité économique de faire autrement, et qu’ils se situent davantage dans des logiques de survie et de maintien de l’exploitation (Weber, 2008) que dans une perspective d’accroissement de leurs marges financières. Il faut noter aussi que le recours aux « coups de main » non familiaux est souvent source de malaise moral, et fait dès lors l’objet d’arrangements pratiques visant à neutraliser les tensions créées.

2.2.1. Le wwoofing et le travail des émotions

  • 22 Il s’agit de l’une des organisations fondatrices du mouvement agrobiologique, toujours porteuse d’u (...)

24Revenons d’abord sur la pratique du wwoofing : le flou juridique, la diversité des pratiques des agriculteurs inscrits dans le réseau et les problèmes judiciaires que rencontrent certains, provoquent chez les maraîchers qui adoptent ce mode de mise au travail un inconfort qu’ils évoquent généralement d’eux-mêmes en entretien, afin de se distancier de la figure de l’agriculteur-exploiteur. Pour faire face à cette tension, ils mettent alors tout en œuvre pour créer une familiarité avec les personnes accueillies : organisation de soirées festives, apprentissage du métier, maintien de relations au long cours, etc. Par exemple, Chantal Bois est une maraîchère installée avec son conjoint depuis la fin des années 1980 sur un terrain d’un hectare à 800 mètres d’altitude. Notre entretien a lieu un matin de l’automne 2009. Il est dix heures et Chantal sort à peine du lit, visiblement éprouvée par la soirée festive qu’elle a passée la veille. La maison est encore endormie. En entretien, Chantal parle sans ambages de ses difficultés économiques : en hiver, les revenus mensuels du couple avoisinent les 600 euros, et en été, les investissements productifs les conduisent à s’endetter auprès de leurs amis. Elle se définit aussi comme une agricultrice engagée : membre de l’association Nature et progrès22, elle envisage à terme de se désengager du label AB, et tient un discours critique sur les agriculteurs bio qui « sous-payent leur salariés ». Évoquant ce sujet, elle en vient d’elle-même à parler des wwoofers qu’elle héberge :

« Bon c’est vrai qu’on va nous dire “vous aussi vous en avez de la main-d’œuvre”, mais c’est des copains. Il y a un système de wwoofing, vous avez dû en entendre parler. Nous on a pas mal de wwoofers en ce moment, on en a trois. Et à chaque fois ça devient des amis. Il y a des gens qui reçoivent des wwoofers qui ne partagent rien, ils mangent à part et ils sont là pour bosser ! Pour nous, le wwoofing c’est d’avoir des échanges et des partages, c’est pour ça qu’on ne prend jamais de wwoofers qui ne restent qu’une semaine, parce que c’est trop court. Les trois qu’on a, ils ne veulent plus partir ! On a de moins en moins de places pour les nouveaux chaque année, parce qu’on donne priorité à ceux qui veulent revenir, parce que c’est devenu des potes. […] Effectivement ils nous aident beaucoup, c’est un bon coup de main, mais c’est d’abord un échange. […] Bon, hier on a fait un peu la fête, donc là ils sont pas levés. On n’est pas vraiment à cheval sur les horaires. C’est pas de telle heure à telle heure, c’est selon ce qu’il y a à faire, selon les coups de bourre. Hier ils ont bossé toute la journée avec nous pour préparer les livraisons. Et puis ben aujourd’hui ils feront peut-être rien du tout, ou peut-être deux heures ».

25Chantal tient à montrer que pour elle, le wwoofing est bien un « coup de main » qui ne peut se résumer à un emploi dissimulé : en organisant des soirées festives, en modulant la quantité de travail en fonction des besoins de l’exploitation, et en entretenant des relations au long cours avec les personnes accueillies, elle accomplit tout un travail affectif de construction de liens amicaux. Ce travail d’investissement émotionnel est bien là pour personnaliser la relation et la sortir de la sphère marchande : il s’agit d’une des formes de « bricolage » que les petits agriculteurs mettent en œuvre, pour faire face aux tensions éthiques que font émerger leurs pratiques de mise au travail.

2.2.2. Compenser la relation salariale : se projeter dans l’association, prendre le temps et travailler ensemble

26Si la tension éprouvée par les agriculteurs qui pratiquent le wwoofing est amoindrie par le flou juridique et l’enchantement qui règne autour d’un dispositif pensé comme « alternatif », il n’en va pas de même des agriculteurs qui recourent au travail salarié saisonnier, a fortiori si celui-ci n’est pas déclaré. De fait, le malaise suscité par cette pratique est bien palpable dans le discours des maraîchers rencontrés. Concernant le recours au travail non-déclaré d’abord, il faut savoir que cette pratique est toujours verbalement condamnée (« on n’aime pas du tout ça ») et pensée comme une situation temporaire à laquelle il conviendra de remédier dès que possible. Ainsi, lors de notre deuxième entrevue, Laure Castain semblait ravie de m’annoncer qu’elle avait pu, cette année et contrairement aux années précédentes, déclarer les heures de travail effectuées par son ouvrier saisonnier : « là on a pris quelqu’un une journée par semaine, en plus on l’a déclaré et tout, c’était bien ». Par ailleurs, qu’ils déclarent leurs ouvriers saisonniers ou pas, ces petits agriculteurs éprouvent des difficultés à assumer leur position de patron. Il s’agit alors pour eux d’essayer de compenser l’inégalité au principe de la relation salariale par différents « avantages », qui sont autant de manières de personnaliser cette relation et de la rendre, en toute théorie, moins violente.

27Il est tout d’abord fréquent d’entendre que les personnes qui travaillent actuellement sur l’exploitation comme salariées ne sont pas destinées à le rester, et qu’à court ou moyen terme, elles aussi prévoient de s’installer. Si les exploitants tiennent autant à employer des ouvriers qui ont le projet de s’installer c’est parce que, dans ce cas, ils ont le sentiment que leurs pratiques d’emploi se trouvent légitimées par des intérêts concordants et qu’elles peuvent ainsi reposer sur une relation de réciprocité. Du côté des agriculteurs, il s’agit de maintenir l’exploitation et de s’aménager des conditions de travail un peu moins éreintantes en été ; du côté des salariés, le travail saisonnier peut constituer une facilité permettant à la fois de se former au métier et de « gagner trois sous » tout en continuant à toucher des indemnités chômage (pour les salariés non déclarés) ou en étant protégé par un statut d’agriculteur déjà acquis (pour les personnes déjà installées). Les conditions sont alors réunies, en théorie, pour faire de ce rapport salarial une relation de confiance, de parrainage et d’entraide, voire d’association future.

28Cette recherche de réciprocité dans le rapport salarial est particulièrement visible chez Nathalie et Samuel Reynier. Ces deux agriculteurs ont une vision peu entrepreneuriale et plutôt engagée de leur métier : d’une part, leur production maraîchère diversifiée est commercialisée pour partie en AMAP ; d’autre part, s’ils ne sont pas affiliés à l’association Nature et progrès, ils se montrent en revanche très critiques à l’égard des « récupérations » du label par des formes industrialisées d’agriculture (« il y a “bio” et “bio” : des bio qui emploient des Roumains qu’ils sous-payent, pour moi c’est pas la même chose, c’est pas ce qu’on fait, nous »). Notre premier entretien a eu lieu en 2009 et, à l’époque, Samuel et Nathalie se montraient opposés à l’idée de devenir patrons (voir supra). Pourtant, en 2011, lors d’un nouvel entretien, Nathalie révèle que Lucas, un jeune homme vivant dans un village voisin, est venu pour la deuxième année consécutive leur donner un « coup de main » en saison :

« On a augmenté un peu la production, parce qu’on arrive à avoir un jeune, ça fait deux années qu’il vient, mais c’est toujours pareil, il est payé au noir. Mais on n’a pas le choix. L’année prochaine… On n’aime pas cette méthode, on n’aime pas du tout ça, parce que là ça fait deux ans [qu’on le rémunère sans le déclarer], j’ai pas envie que ça devienne systématique. C’est comme les wwoofers, tout le monde me dit “prends des wwoofers”. Oui une année, deux années, mais c’est pareil, on ne peut pas faire ça systématiquement, parce que si on le fait, le wwoofer devient un statut à part entière, comme le stagiaire est devenu un statut à part entière. Donc on ne peut pas critiquer ça et nous-mêmes… Donc du coup, l’année prochaine je ne sais pas comment on fera. Bon comme il y a ce jeune qui vient, bon là il ne vient qu’une fois par semaine jusqu’au mois de juin, mais après on l’a quand même plus souvent. […] Cette année, il s’est reproposé, on a dit “il n’y a pas de souci”. Parce qu’en fait avec ce jeune, on voulait s’installer. On voulait l’installer pour faire une association.
— Ah oui ? Il a un terrain ?
— On se serait débrouillés, on attendait que la réponse vienne en disant “oui, ça m’intéresse”. Parce qu’à ce moment-là on aurait mis en branle des choses pour peut-être trouver des terrains à louer ».

  • 23 Les agriculteurs ont la possibilité de constituer des Groupements agricoles d’exploitation en commu (...)

29Nathalie et son mari ont cherché à inciter ce jeune étudiant à s’installer à son tour en maraîchage, dans l’optique de travailler en association, pour notamment pouvoir se soutenir mutuellement en haute saison et se relayer en hiver pour s’octroyer des congés23. Mais voyant que le projet ne se concrétise pas, Nathalie refuse de pérenniser une situation qu’elle perçoit alors comme immorale, et envisage sérieusement de ne plus recourir à ce « coup de main », quitte à diminuer la production.

« Si l’année prochaine on ne trouve pas un statut correct pour qu’il vienne, ben on diminuera la production. Les clients vont faire la tête mais c’est comme ça. C’est dur de diminuer. Pas pour nous, au niveau salaire… c’est surtout par rapport aux clients. […] L’association, c’était vraiment [pour] gagner du confort plus que [pour] gagner plus d’argent. Et en fait on n’a pas beaucoup… Si, il y a deux jeunes qui se sont installés à G. Ils sont venus nous voir, on leur donne un coup de pouce. […] Du coup, on réfléchit, nous de notre côté pour le moment, que s’ils ont besoin d’un boulot, de gagner un peu de fric, comme ils ont le statut d’agriculteurs, ils pourront être couverts et venir nous donner un coup de main. Et puis comme leur saison ne va pas commencer comme ça, d’un coup, les premières années, nous ça va peut-être nous permettre d’avoir de la main-d’œuvre, et en plus de pouvoir prendre des journées. Ces deux jeunes installés, on va peut-être essayer de faire quelque chose avec eux ».

30En espérant pouvoir trouver chez un couple en cours d’installation d’autres possibles travailleurs ponctuels non déclarés, Nathalie suggère bien que pour elle, le seul « coup de main » possible est celui qui s’inscrit dans une transaction personnalisée et dans un rapport de réciprocité. En attendant, le glissement sémantique qu’elle et son mari opèrent ne saurait faire illusion : l’ouvrier saisonnier qui vient depuis deux ans sur leur exploitation est bien un étudiant qu’ils salarient, et non un « copain » qui donne un « coup de main ».

31Dans l’organisation du travail ensuite, ces agriculteurs valorisent un rapport non productiviste et coopératif au travail, qu’il s’agisse des rythmes de récolte ou de l’attribution des postes. La posture qui tend à privilégier les rapports non marchands et les solidarités interpersonnelles s’accompagne d’une vision peu hiérarchisée et plus souple des relations patron-salarié. Si l’enquête menée ne permet pas de confronter le point de vue des ouvriers à celui de leurs patrons, il n’est pas inutile de signaler ce qui relève, dans les entretiens, de l’état d’esprit dans lequel ces agriculteurs font travailler leurs « coups de main ». Par exemple, Samuel et Nathalie Reynier déclarent opter volontiers pour un rythme « non productiviste » et « cool », pour eux-mêmes comme pour les personnes qui travaillent pour eux :

Samuel : « On ne se chronomètre pas, c’est toujours cool. Parce que c’est un métier qui n’est pas toujours rigolo. Que ce soit le désherbage ou… c’est du travail répétitif, des fois ».

Nathalie : « Ça devient du travail ingrat quand on est très mal payé. Et nous, les gens qui viennent nous donner un coup de main, bon souvent c’est des étudiants… voilà, on ne demande pas d’y aller à fond la caisse, on s’arrête pour boire un verre ».

32Sur l’exploitation Marini, la description que fait Gérard de la répartition des tâches entre le couple d’exploitants et leur ouvrier Luc (déclaré à temps partiel) donne à voir une organisation en forme de spécialisation par culture et non par tâche, ce qui laisse supposer une possible prise d’initiative :

« Sur cette organisation à trois, est-ce qu’il y a des domaines réservés, des choses que tu fais toi uniquement ?
— Alors ça commence à se faire depuis deux ans, avec Luc. J’ai vu Luc qui a commencé à s’intéresser particulièrement à tout ce qui était courgettes, poivrons, aubergines, travail dans les serres. C’était lui qui faisait l’organisation de son ramassage, sa cueillette de courgettes chaque jour, il gérait tout ce qui était poivron. Après il me disait “tiens, là j’ai eu un petit problème, […] il me semble qu’on a une attaque de pucerons, il commence à y avoir de la verticiliose très légère sur les aubergines”. Et là on se met ensemble, et puis on décide de l’action à faire dans le temps, si on commence ce soir, si on le fait demain, qui va le faire, voilà. En général, au niveau des traitements, le plus souvent c’est moi qui le faisais. Parce qu’il y a des gestes, des choses qu’il sait très bien faire, et puis d’autres, disons qu’il avait tendance, sur les traitements, à être un peu lourd sur les doses ».

33Il n’est pas anodin que Gérard nomme son employé par son prénom : plus qu’un ouvrier, Luc est un « copain » avec qui il partage ses pauses-cigarette, et qui est parfois « plus royaliste que le roi », c’est-à-dire que son implication dans le travail le conduit parfois à vouloir trop en faire. À en croire cet agriculteur, au cours des campagnes passées, chaque travailleur a mené ses cultures de bout en bout et les difficultés ont été résolues dans un esprit de coopération — « on se met ensemble, et puis on décide de l’action ». Cette organisation souple et peu hiérarchique octroie une autonomie relative à chacun des travailleurs, même si des événements problématiques peuvent amener l’exploitant à agir en chef (« les traitements […] c’est moi qui les faisais »).

34Il est difficile de conclure ici sur la nature réelle des formes de mise au travail auxquelles chacun de ces agriculteurs a recours. On ne saurait en effet reprendre à notre compte la vision homogénéisante véhiculée par le terme indigène de « coup de main », qui recouvre tantôt des membres de la famille dont l’aide est rémunérée, tantôt de jeunes étudiants ou des ouvriers avec qui les relations de travail deviennent aussi des relations amicales. Et en tout état de cause, qu’ils se situent d’un côté ou de l’autre de la frontière entre les secteurs marchand et non marchand, ces rapports salariaux sont tous susceptibles d’être le lieu d’expression de rapports de pouvoir entre employeurs et employés. Telle qu’elle a été menée, l’enquête ne permet pas d’explorer ce sujet. Mais il reste que de leur point de vue, les pratiques d’emploi de ces « petits » agriculteurs sont caractérisées par une tension structurelle : à la fois le désir de ne pas être des patrons « comme les autres » et de construire des rapports salariaux « équitables » qui tendent vers l’émancipation des personnes (censées devenir à leur tour leur « propre patron »), et l’impossibilité matérielle de proposer de bonnes conditions d’emploi. Dans ces situations, la personnalisation des relations par la construction de liens d’amitié, d’entraide ou de réciprocité constitue un arrangement pratique permettant de neutraliser les tensions créées.

3. Sur les grandes exploitations : du rapport salarial « classique » à la précarité organisée

35Les agriculteurs qui se situent dans les fractions les plus élevées de la hiérarchie socio-économique locale ont généralement recours à l’emploi déclaré d’un ou plusieurs employés permanents et/ou saisonniers. C’est le cas dans neuf des vingt-deux entreprises étudiées ici. Selon la taille des exploitations, le nombre d’employés permanents oscille entre un et cinq ; celui des saisonniers entre zéro et cinq. Contrairement à leurs collègues, ces maraîchers n’ont éprouvé aucune réticence à se placer dans la posture du patron. Le rapport salarial et le principe de hiérarchie qu’il suppose ne leur a causé aucun problème d’ordre éthique ou politique. Il faut dire que ces agriculteurs sont tous des « repreneurs » d’exploitations familiales (Bessière, 2010) : non seulement ils ont pu bénéficier d’un accès à tout un patrimoine matériel et immatériel au moment de leur installation en agriculture, mais ils ont aussi été placés en position de responsables du maintien de ce patrimoine, et ont pour ce faire été socialisés au rôle d’employeur. On trouve deux postures typiques, que l’on illustrera ici par deux analyses de cas.

3.1. Une main-d’œuvre étrangère, des statuts précaires

36Le recours à une main-d’œuvre d’origine étrangère est fréquent dans ces grandes exploitations. Les travailleurs salariés du maraîchage biologique maralpin sont pour une part non négligeable des Portugais, des Marocains ou des Tunisiens venus en France pour travailler. On sait que l’argument de la crise de la main-d’œuvre locale est régulièrement brandi par les exploitants agricoles pour justifier leurs pratiques et que cet argumentaire doit être envisagé tour à tour comme le reflet d’une réalité et comme un discours. En effet, comme le montrent Alain Morice et Bénédicte Michalon :

« Il n’existe pas de pénurie absolue de force de travail, indépendamment des conditions historiques de sa mobilisation. L’agriculture intensive n’offre pas de conditions intéressantes aux travailleurs (bas salaires, non-reconnaissance des qualifications et compétences, stagnation des carrières, dangerosité due aux cadences de production et aux produits chimiques, problèmes de transport et de logement), et il est courant de voir la population locale s’en détourner — ce qui n’empêche pas les producteurs d’y avoir recours comme main-d’œuvre d’appoint, pour de courtes périodes et au noir » (Michalon et Morice, 2008b, p. 20).

37L’exemple californien montre bien que dès lors que les travailleurs migrants, y compris en l’absence de papiers, se voient proposer de meilleures conditions de travail dans d’autres secteurs, eux aussi se détournent du secteur agricole (Chauvin, 2008), et que c’est donc bien le décalage entre conditions d’emploi et de travail et prix proposé pour l’accomplissement de ce travail qui est la cause première de la crise de main-d’œuvre en agriculture. L’équation vaut aussi pour le maraîchage biologique maralpin : les niveaux de salaires proposés par les agriculteurs (équivalents au salaire minimum) et les conditions de travail difficiles contribuent à détourner les « locaux » de ce secteur d’activité. Dans ce contexte, seuls des travailleurs venant de pays où les revenus sont plus faibles continuent à être attirés par les postes les moins qualifiés du secteur. L’histoire de l’exploitation de Paul Caratti en témoigne, puisque les saisonniers italiens puis espagnols se sont progressivement détournés de ses champs, au fur et à mesure que les revenus accessibles dans leurs pays d’origine augmentaient :

« Dans les années 1970, il y avait un Français qui était là à l’année, et il y avait des Espagnols qui venaient travailler en saison. Je vous dis une bêtise : d’abord il y avait des Italiens, après il y a eu des Espagnols et après il y a eu des Arabes ».

  • 24 Notons que son épouse, aujourd’hui à la retraite, avait autrefois le statut de conjointe d’exploita (...)

38Aujourd’hui, la structure de la main-d’œuvre de l’exploitation de ce maraîcher24, installé depuis les années 1960 (et travaillant en bio depuis le début des années 1980) sur l’une des plus grandes exploitations du terrain d’enquête, est peu éloignée de celle des exploitations intensives des Bouches-du-Rhône : elle est constituée d’un salarié permanent français qui est chef de culture, d’un travailleur handicapé et de trois ou quatre saisonniers tunisiens en « contrat OMI ». Le recours prioritaire à des travailleurs étrangers en régime précaire, bien que fidélisés, témoigne d’une rationalité économique qui recherche la diminution des coûts consacrés au travail pour améliorer la rentabilité de l’entreprise. Elle renvoie à l’état d’esprit entrepreneurial qui anime cet agriculteur depuis son entrée dans la vie active et qui l’a conduit à être aujourd’hui à la tête d’une exploitation très rentable. Paul est en effet le fils d’un cadre dirigeant d’une société de service qui comptait dans les années 1950 environ deux cents employés. À l’issue de son baccalauréat, il avait lui-même été recruté par le patron de son père, qui lui promettait une ascension rapide au sein de l’entreprise et l’accès imminent à un poste de responsable. C’est la rencontre avec son épouse, fille unique d’un couple d’agriculteurs maraîchers, qui a provoqué son entrée en agriculture :

« Mon beau-père me disait : “tu sais la propriété là-haut, on va la vendre, celle-là on va la louerˮ. Je suis d’un tempérament un peu indépendant, je lui dis : “écoutez, moi les ordres je préfère plutôt les donner que les recevoir”. Pourtant la place qu’on m’ouvrait était une bonne place, croyez-moi. Eh bien non, je suis parti, j’ai appris l’agriculture à 23 ans. J’ai tout appris, je ne savais rien, strictement rien.
— Vous avez appris comment ?
— Avec mes beaux-parents d’abord, mais bon, ils étaient sur une pente descendante eux. Ils avaient un certain retard. Moi je me suis mis à beaucoup lire. On m’a collé… enfin je me suis retrouvé dans beaucoup d’organismes, président de ci, président de là, ce qui fait que ça m’a ouvert des portes et des horizons, et j’ai pris des contacts permanents. […] À la suite de ça, j’ai donc appris l’agriculture, et puis je suis tombé sur des beaux-parents super parce qu’au bout de cinq ans, ils m’ont laissé complètement à la tête de l’exploitation.
— Pendant ces cinq ans vous étiez aide familial ?
— Aide familial, c’est tout. Avec une ambiance un peu particulière, c’est que dans l’agriculture, comme à l’armée, si vous ne montrez pas l’exemple, si vous n’êtes pas plus fort que les employés que vous avez, vous êtes zéro. Donc on a commencé à m’écouter et à me considérer un peu lorsque j’ai planté plus vite que les autres, vous voyez comment ça se passe. Physiquement j’en ai bavé, […] je me suis retrouvé confronté à des gens qui ne me faisaient pas de cadeaux ».

39On le saisit à la lumière de ce court récit de la transmission de l’exploitation, c’est bien la perspective de devenir entrepreneur et de « donner des ordres plutôt que de les recevoir » qui a poussé Paul à reprendre l’entreprise familiale, alors même que son patron lui offrait une « bonne place ». Cette aspiration à l’entrepreneuriat s’est ensuite renforcée au fur et à mesure de sa socialisation professionnelle : sur l’exploitation, en se confrontant à des ouvriers qui ne lui faisaient « pas de cadeaux », tout en étant très rapidement placé en position de donneur d’ordre puis de dirigeant ; en dehors de l’exploitation, en côtoyant d’autres chefs d’exploitation au sein des instances syndicales locales.

40Précisons aussi que cet agriculteur a toujours entretenu des relations conflictuelles avec les organisations les plus politisées de l’agriculture biologique, et que c’est pour se tenir à distance des « soixante-huitards » aux « cheveux longs » qu’il avait fondé au début des années 1980 un syndicat distinct des groupements existants. Très intégré et rapidement promu au sein de la section locale du syndicat majoritaire (la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles, FDSEA), Paul s’est forgé une vision du monde agricole proche de celle des syndicats dominants — même si en rupture avec celle-ci sur la question des pesticides —, qui valorise l’agrandissement, la mécanisation et la productivité en agriculture. Pour ce maraîcher, l’agriculture biologique « qui compte » est bien celle qui est produite sur un nombre d’hectares suffisant pour être revendue dans les grands circuits de distribution.

  • 25 La part des surfaces sous abri reste faible sur l’exploitation de Paul Caratti (un huitième de ses (...)

41Ainsi, on comprend mieux l’arbitrage effectué par Paul en matière de politique d’emploi. Le recours à davantage d’ouvriers saisonniers que de permanents répond à une logique de flexibilisation du travail permettant de réduire les coûts pouvant résulter des fluctuations de la production ou des risques liés au travail agricole25. Cette option entre en cohérence avec ses représentations du monde agricole et avec les différentes stratégies de développement mises en œuvre depuis plusieurs décennies sur son exploitation (agrandissement, commercialisation, mécanisation, etc.).

3.2. Le patronage ou la modération du recours au précariat

  • 26 Il faut dire que tout comme dans l’exemple précédent, la contrainte de saisonnalité est réelle sur (...)

42Pour autant, sur le terrain, le recours au salariat étranger n’est pas forcément corrélé à l’usage massif de contrats précaires, ni à un turn-over important. On retiendra que l’usage du dispositif des « contrats OMI » ne s’observe qu’à la marge en dehors de l’exploitation de Paul Caratti. Sur l’exploitation d’Éric et Florence Olivetti par exemple, qui figure aussi parmi les plus grandes entreprises maraîchères biologiques du département, on ne compte aucun travailleur saisonnier sous « contrat OMI ». Sur les quatre ouvriers employés, trois sont des permanents originaires du Portugal, qui disposent d’un statut de résident français et d’un CDI. Il est vrai que par ailleurs, un autre ouvrier portugais vient travailler sur l’exploitation en saison seulement26. Mais Éric n’a jamais voulu recruter davantage de saisonniers car il estime qu’il est « important » d’avoir une « logique humaine » à l’égard des personnes qu’il emploie. En entretien, ce couple d’agriculteurs valorise la pérennité des relations salariales. Cette posture peut être interprétée comme une stratégie discursive de mise à distance de l’image de patrons qui licencient et dont l’exploitation repose sur un « régime de précarité » (Chauvin, 2008, p. 40). Mais elle s’inscrit aussi dans les faits, puisque leurs trois salariés permanents travaillent sur l’exploitation depuis plus de sept ans et que ceux d’entre eux qui le souhaitent peuvent accéder, avec conjoint et enfants, à un logement sur l’exploitation. En ce sens, les pratiques d’Éric et Florence Olivetti renvoient au « patronage », ce mode de gestion de la main-d’œuvre caractéristique de la France rurale des années 1870, qui fournissait des avantages salariaux ou en nature et qui octroyait aux ouvriers une relative autonomie dans leur travail. Cette pratique héritée des sociétés agraires traditionnelles était destinée à « fixer » la main-d’œuvre dans un contexte de rareté de cette dernière (Noiriel, 1988).

  • 27 Florence travaille comme conjointe d’exploitant à la comptabilité et à la commercialisation de la p (...)

43En même temps, le couple déplore avoir du mal à « garder » ses employés au-delà d’un certain nombre d’années. Si ceux-ci invoquent l’amélioration de l’offre d’emplois dans leur pays d’origine, on peut aussi y voir la résultante des conditions d’emploi et de travail objectivement peu attractives que ces deux maraîchers ont à leur offrir : rémunération minimum, travail éreintant. D’autant plus qu’Éric, qui est le chef d’exploitation27, a une gestion très conventionnelle et impersonnelle de sa main-d’œuvre : ses ouvriers ne sont pas des amis — la relation qui les lie est avant tout contractuelle — mais des subordonnés hiérarchiques dont il attend une productivité satisfaisante. D’une part, ils effectuent essentiellement le « sale boulot » (Hughes, 1998) : récolte et entretien des cultures dans les serres, désherbage, nettoyage et conditionnement des récoltes avant commercialisation. Ces tâches sont non seulement les plus répétitives, mais aussi les plus proches du sol et donc les plus éreintantes. Toute la dimension conceptuelle et prévisionnelle du travail (mise en place du calendrier de cultures, organisation des rotations, choix des variétés, choix des techniques de préparation et de traitement du sol), et sa composante commerciale et relationnelle (vente sur les marchés), sont à l’inverse assurées par Éric et Florence. D’autre part, si la répartition des tâches n’apparaît pas comme étant figée, elle laisse toutefois peu de place à l’autonomie et à la prise d’initiatives, comme le suggère ce témoignage de Laure Castain qui, lorsqu’elle préparait son projet d’installation, a travaillé comme ouvrière « stagiaire » aux côtés des autres ouvriers de l’exploitation d’Éric et Florence :

« C’est un bon patron dans le sens où il organise assez bien le travail. Il n’est pas derrière vous à vous montrer comment vous tenez la sarclette. Il vous dit “il y a tel programme, il y a tel truc à faire”. Après, l’autonomie, gérer sa journée, non, c’est lui qui gérait l’organisation de la journée ».

44Certes, les travailleurs permanents sont affectés à des postes qui varient selon les jours et les saisons, de sorte que la division du travail ne s’apparente pas à du taylorisme agricole. Toutefois, l’organisation du travail s’opère bien selon une logique hiérarchique et verticale : les ouvriers exécutent les ordres donnés par le chef d’exploitation. Leur capacité à prendre des initiatives et à avoir prise sur leur activité est a priori fortement limitée voire inexistante.

45Pour comprendre la figure du patron qu’incarne Éric Olivetti, on peut ici aussi revenir sur son parcours socio-professionnel. Petit-fils de pharmaciens et fils d’un directeur de PME industrielle, Éric est très tôt animé par un fort éthos entrepreneurial. Son entrée dans la vie active au début des années 1980 s’effectue d’abord en tant que salarié, dans une pépinière où travaille également son épouse Florence, comme secrétaire-comptable. Mais c’est très rapidement que le couple forme le projet de se mettre à son compte, explique Éric :

« Donc moi j’avais fait le tour de la question sur le travail, j’avais fait les chantiers, les plantations, la conduite des engins, j’avais fait le tour de la question. On avait ouvert un point de vente à l’époque, ce qui m’avait intéressé, je m’étais beaucoup impliqué, j’espérais quand même récupérer au moins la responsabilité du point de vente, et c’est pas arrivé. […] J’avais fait des études en parallèle, par correspondance, pour me donner la capacité d’évoluer dans l’entreprise et puis c’était fermé. […] Le marché qu’on avait choisi, parce qu’on avait choisi de s’installer plutôt en jardinerie, je pense que c’était le bon choix, parce qu’aujourd’hui il y a des jardineries tous les cinq kilomètres sur la plaine. Donc le marché était porteur et sain. Mais il fallait une mise de fonds, alors on avait des discussions avec un investisseur à l’époque, et puis il fallait surtout trouver du terrain bien placé, plat, avec une surface importante, et ça faisait exploser les comptes d’exploitation. Finalement on a repris l’exploitation de son père, on est resté sur quelque chose de plus raisonnable, mais on ne s’est pas contenté de le poursuivre, on a développé… Moi je suis plutôt d’un naturel à avancer, faire du surplace ça ne m’intéresse pas, parce qu’après on se fait gagner par l’ennui. Mais je vous dis, on a multiplié les surfaces par trois et puis le personnel par trois, enfin tout a été fait par trois, et en chiffre d’affaires même un peu plus ».

46Malgré les obstacles économiques qui font échouer son projet de création d’une jardinerie, l’aspiration d’Éric à créer une entreprise est forte, et elle se répercute sur la façon dont il reprend l’exploitation du père de Florence : il s’agit pour lui de « développer », de « multiplier » (le chiffre d’affaires, la surface), mais aussi d’innover, et de recruter.

  • 28 Autre organisation pionnière dans le développement de l’agriculture biologique en France.

47Mais le parcours d’Éric est aussi celui du gendre repreneur d’une exploitation pionnière de l’agriculture biologique dans les Alpes-Maritimes. Au début des années 1960, alors que la société Lemaire-Boucher28 démarche des agriculteurs pour les faire passer en « culture biologique », le père de Florence Olivetti est de ceux qui se laissent séduire par ces nouvelles « recettes ». Au moment où il reprend l’exploitation de sa belle-famille, Éric n’a pas d’autre choix que de maintenir l’orientation culturale déjà donnée. Mais étant lui-même étranger au métier de maraîcher, il trouve rapidement satisfaction dans cette manière de faire de l’agriculture. Avec plusieurs autres jeunes agriculteurs, il s’investit pleinement dans le développement et la défense de l’agriculture biologique dans le département et devient notamment le président de l’association professionnelle pendant plusieurs années. Or, cette socialisation professionnelle aux côtés de maraîchers souvent plus politisés que lui a fortement pesé sur ses représentations du monde agricole et des questions environnementales. S’il n’a jamais milité dans d’autres groupements que l’association professionnelle des agriculteurs biologiques, Éric affirme aujourd’hui voter « vert » et éprouver une sympathie distante pour les thèses défendues par la Confédération paysanne. D’un côté, il est sensible au discours anti-OGM, de défense des petits agriculteurs et de l’agriculture périurbaine porté par le syndicat de la gauche paysanne. Mais d’un autre côté, il regrette la « politisation » du syndicat, ses affinités avec ATTAC et le « mélange des genres », qui placent le patron qu’il est dans une posture inconfortable : « on est agriculteurs mais je suis aussi employeur, moi, donc il y a des discours que j’entends [mais] que je ne comprends pas ».

48Au bout du compte, à l’image de son parcours professionnel marqué par un militantisme agrobiologique et des aspirations entrepreneuriales, Éric incarne une position intermédiaire dans l’espace des pratiques d’emploi salarié. Il a à la fois une forte volonté de faire fonctionner son entreprise et de la rendre plus productive, plus grande, et une sensibilité politique qui le pousse à modérer son usage des contrats précaires et à privilégier des relations durables.

4. Conclusion

49L’organisation humaine des exploitations maraîchères biologiques et le statut professionnel des travailleurs apparaissent comme étant largement tributaires des conditions économiques de production. Plus on se rapproche du haut de la hiérarchie socio-économique, plus la probabilité est grande que l’entreprise familiale s’organise selon les codes de l’agriculture conventionnelle et s’éloigne de l’idéal de la « petite exploitation familiale », avec une main-d’œuvre salariée d’origine étrangère, pour partie précaire, et finalement une rationalité économique conforme à celle de l’agriculture productiviste. Mais les espaces de socialisation professionnelle que forment les groupes d’agriculteurs biologiques produisent parfois des effets de politisation, qui conduisent les exploitants à modérer leur recours au précariat et aux dispositifs fondés sur un utilitarisme migratoire. De ce fait, si certains agriculteurs biologiques privilégient le recours à une main-d’œuvre précaire afin de réduire leurs coûts de production, d’autres refusent cette logique de flexibilisation du travail et recourent à des modes de gestion plus durables de leurs ouvriers, combinant avantages en nature et pérennisation des statuts. À l’inverse, plus on se rapproche du bas de la hiérarchie socio-économique locale, plus on se situe dans une économie de la survie qui limite de fait le recours au salariat. Mais cette économie se traduit aussi en pratique par la mobilisation d’une main-d’œuvre ponctuelle souvent non reconnue comme telle et parfois rendue invisible. En effet, si pour certains de ces petits et moyens agriculteurs, le « coup de main » désigne le travail fourni par des personnes de l’entourage familial ou amical, il se matérialise en réalité pour d’autres par le travail bénévole accompli par les wwoofers, ou par le travail salarié effectué par des saisonniers, dans certains cas non déclarés — autant de pratiques qui suscitent des tensions éthiques que ces agriculteurs tentent de neutraliser en essayant de s’inscrire dans une économie des émotions (faire des bénévoles ses amis) ou de l’entraide (faire de ses salariés de futurs associés).

50Les analyses proposées dans cet article montrent ainsi que loin du modèle de la « petite exploitation à taille humaine » prôné aux premières heures du mouvement agrobiologique, le groupe professionnel étudié se caractérise aujourd’hui par une diversité de pratiques qui s’incarne dans différentes figures de patron. Tout en révélant la force avec laquelle les positions socio-économiques et les trajectoires sociales structurent les éthos professionnels, elles montrent aussi comment des socialisations professionnelles et des contraintes économiques contribuent à modeler les croyances et les pratiques des travailleurs indépendants, rappelant tout l’intérêt d’une sociologie des parcours professionnels (Zimmermann, 2011). L’article pointe aussi en quoi, dans les milieux se réclamant de l’« alternative », la solidarité et l’entraide constituent finalement les seules ressources mobilisables par les personnes se situant dans une économie trop précaire pour pouvoir s’appuyer sur les formes traditionnelles d’emploi salarié. Dans ces conditions, l’idéal de l’économie du « troc » et de l’« échange » semble alors ne pas être autre chose qu’un contournement nécessaire des formes instituées de protection sociale qui cherche, faute de ressources économiques suffisantes, à faire reposer sur le groupe d’interconnaissance plutôt que sur le corps social dans son entier les mécanismes de solidarité.

Haut de page

Bibliographie

Bessière, C., 2010. De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac. Raisons d’agir, Paris.

Bourdieu, P., 1984. Questions de sociologie. Éditions de Minuit, Paris.

Brovia, C., 2008. Les saisonniers de la tomate dans les Pouilles. Études rurales 182, 153–168.

Bruneau, I., 2006. La Confédération paysanne. S’engager à « juste » distance. Thèse de science politique, Université Paris X, Paris.

Cadiou, P., Mathieu-Gaudrot F., Lefebvre, A., Le Pape, Y., Oriol S. (Eds), 1975. L’agriculture biologique en France : écologie ou mythologie. Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Castel, R., 1995. Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat. Fayard, Paris.

Célérier, S. (Ed.), 2014. Le travail indépendant. Statut, activités et santé. Éditions Liaisons, Rueil-Malmaison.

Chauvin, S., 2008. Saisonniers californiens : la précarité en crise. Plein droit 78, 39–42.

Darpeix, A., 2008. Flexibilité interne et flexibilité externe dans le contrat OMI. Études rurales 182, 69–86.

Décosse, F., 2008. La santé des travailleurs agricoles migrants : un objet politique ? Études rurales 182, 103–120.

Demazière D., Horn, F., Zune, M., 2013. Concilier projet militant et réussite économique du produit. Réseaux 181, 25–50.

Gafsi, M., Favreau, J-L., 2014. Diversité des logiques de fonctionnement et durabilité des exploitations en agriculture biologique. Économie rurale 339-340, 129–143.

Hély, M., Moulévrier, P., 2013. L’économie sociale et solidaire : de l’utopie aux pratiques. La Dispute, Paris.

Hubscher, R., Farcy, J.-C. (Eds), 1996. La moisson des autres. Les salariés agricoles aux xixe et xxe siècles. Éditions Créaphis, Paris.

Hughes, E.C., 1996. Le regard sociologique. Essais choisis (textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie), Éditions de l’EHESS, Paris.

Léger D., 1979. Les utopies du « retour ». Actes de la recherche en sciences sociales 29, 46–63.

Mauss, M., 2007 [1925]. Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. Presses universitaires de France, Paris.

Mazaud, C., 2013. L’artisanat français. Entre métier et entreprise. Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Michalon, B., Morice, A. (Eds), 2008a. Travailleurs saisonniers dans l’agriculture européenne. Études rurales 182, 9–226 [special issue].

Michalon, B., Morice, A., 2008b. Les migrants dans l’agriculture : vers une crise de main-d’œuvre ? Études rurales 182, 9–28.

Michalon, B., Potot, S., 2008. Quand la France recrute en Pologne. Réseaux transnationaux et main-d’œuvre agricole. Études rurales 182, 87–102.

Morice, A., 2004. Le travail sans le travailleur. Plein droit 62, 2–7.

Morice, A., 2008. Quelques repères sur les contrats OMI et ANAEM. Études rurales 182, 61–68.

Moulier-Boutang, Y., 1998. De l’esclavage au salariat. Économie historique du salariat bridé. Presses universitaires de France, Paris.

Noiriel, G., 1988. Du « patronage » au « paternalisme » : la restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique française. Le mouvement social 144, 17–35.

Piriou, S., 2002. L’institutionnalisation de l’agriculture biologique (1980-2000). Thèse d’agronomie, École nationale supérieure d’agronomie, Rennes.

Roux, B., 2006. Agriculture, marché du travail et immigration. Une étude dans le secteur des fruits et légumes méditerranéens. Mondes en développement 134, 103–117.

Samak, M., 2014. Un engagement par le travail ? Enquête sur les maraîchers biologiques des Alpes-Maritimes. Thèse de sociologie, EHESS, Paris.

Simonet, M., 2010. Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ? La Dispute, Paris.

Weber, F., 2000. Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage. Genèses 41, 85–107.

Weber, F., 2008. Le travail au noir : une fraude parfois vitale ? Éditions Rue d’Ulm, Presses de l’ENS, Paris.

Weber, F., 2009 [1989]. Le travail à-côté. Une ethnographie des perceptions. Éditions de l’EHESS, Paris.

Woss, N., 2007. Un monde agricole insoumis : agriculture biologique et agrarisme à travers la revue Nature et progrès (1964-1974). In: Cornu, P., Mayaud, J.-L. (Eds), Au nom de la terre. Agrarisme et agrariens en France et en Europe du 19e siècle à nos jours. La Boutique de l’Histoire, Paris, pp. 349–360.

Zalc, C., 2012. Les petits patrons en France au 20e siècle ou les atouts du flou. Vingtième Siècle. Revue d’histoire 114, 53–66.

Zarca, B., 2009. L’ethos professionnel des mathématiciens. Revue française de sociologie 50 (2), 351–384.

Zimmermann, B., 2011. Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels. Economica, Paris.

Zins, L., Doresse, I., Delattre, P., Letoublon, F., Dedieu, M.-S., Girous, G., Masero, J., 2012. Main-d’œuvre et travail agricoles. Recensement agricole 2010 : un million d’actifs permanents. Agreste Primeur 276, 1–8 [En ligne : http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf_primeur276-2.pdf].

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire des applications industrielles des découvertes scientifiques de la chimie organique.

2 Le règlement communautaire n° 2092/91, qui légifère sur le mode de production, l’étiquetage, les contrôles et les importations des productions végétales issues de l’agriculture biologique, devient en 1991 la seule référence autorisée dans l’ensemble des pays de la Communauté européenne.

3 Charte de l’association Bio Cohérence, p. 3.

4 Charte de la Fédération Nature et progrès, p. 2.

5 Charte de la Fédération Nature et progrès, p. 2.

6 On peut lire par exemple dans la Lettre d’information n° 14 (été 2010) de l’Agence bio que « pour produire, l’agriculture bio emploie, à structure d’exploitation identique, plus de main-d’œuvre par hectare, en raison de la mise en œuvre de techniques alternatives aux produits chimiques de synthèse nécessitant davantage de temps ». Cet argument est désormais repris par les pouvoirs publics, et notamment par le « Programme ambition bio 2017 » élaboré par le ministère de l’Agriculture en mai 2013.

7 Le label AB certifie les denrées agricoles produites dans le respect du cahier des charges européen de l’agriculture biologique (règlement communautaire CEE 2092/91 du 24 juin 1991).

8 Comme le souligne Claire Zalc, « les formes de recrutement, de structuration et d’évolution du salariat dans les petites entreprises en France au xxe siècle demeurent encore largement méconnues. La notion d’indépendance qui s’est imposée pour cerner les caractéristiques propres au “groupe statutaire” formé par les petits patrons peine à être comprise dans son articulation avec le rapport salarial » (Zalc, 2012, p. 66). De son côté, Sylvie Célérier (2014) pointe la méconnaissance des sciences sociales de ce que font les indépendants, c’est-à-dire de leurs activités pratiques.

9 Ce terme d’actifs familiaux englobe les chefs d’exploitation, les coexploitants, les conjoints d’exploitant, les aides familiaux et les salariés familiaux.

10 Le travail saisonnier est mesuré en nombre d’Unités de travail annuel (UTA) et non en nombre d’actifs. Cette unité équivaut au travail d’une personne travaillant à temps plein pendant une année.

11 Selon Aurélie Darpeix (2008), entre 1946 et 1980, près de 100 000 saisonniers étrangers étaient introduits en France chaque année.

12 L’Office des migrations internationales (OMI), devenu aujourd’hui Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII).

13 Dans les Alpes-Maritimes, la part des actifs familiaux liés par un contrat de travail salarié était de 4,5 % seulement en 2010, de sorte que le travail familial est dans sa majorité exercé sous le statut de travailleur indépendant.

14 Les AMAP, Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, sont des circuits de distribution des productions agricoles qui mettent en relation directe, par l’intermédiaire d’un contrat plus ou moins standardisé, des groupes de clients et des agriculteurs exerçant leur activité dans un périmètre proche du lieu où se situent les clients.

15 Dans cette recherche, l’étude des pratiques et représentations professionnelles des agriculteurs enquêtés nous a conduite à élaborer une typologie en quatre cadrans des éthos professionnels (Bourdieu, 1984 ; Zarca, 2009) des agriculteurs biologiques, structurée par deux axes correspondant au type de rationalité économique, plus ou moins entrepreneuriale, et à la signification sociale donnée au métier, plus ou moins engagée (Samak, 2014). Notons que notre typologie se distingue assez nettement de celle récemment élaborée par Mohamed Gafsi et Jean-Luc Favreau (2014), en cela qu’elle inclut une analyse des pratiques et des représentations des agriculteurs, au regard de leurs données biographiques — aussi bien leurs appartenances sociales que leurs parcours professionnels et leurs ancrages et représentations politiques. À l’inverse, la typologie de ces deux auteurs se concentre seulement sur les pratiques professionnelles statistiquement objectivables.

16 Les prénoms et noms ont été modifiés afin de respecter l’anonymat des personnes rencontrées.

17 Durant leur séjour dans le Jura, Nathalie occupait un emploi salarié et Samuel travaillait à la réfection d’une vieille maison acquise grâce à leur épargne commune. L’acquisition du terrain sur lequel le couple s’installe dans les Alpes-Maritimes s’opère grâce à la revente de cette maison et à la contraction d’un emprunt.

18 http://agriculture.gouv.fr/generation-wwoofers (consulté le 16/02/2016).

19 En outre, une sous-déclaration de ces formes d’emploi reste probable.

20 Si certains ont la possibilité de s’appuyer sur des ressources personnelles (pluriactivité) ou familiales (salaire du conjoint), d’autres sont à l’inverse contraints de recourir aux minimas sociaux.

21 Le statut de cotisant solidaire s’applique aux personnes qui exercent une activité agricole dont l’importance ne permet pas leur affiliation à la MSA en qualité de chef d’exploitation ou d’entreprise agricole. Pensé à l’origine pour les personnes en situation de pluriactivité, ce statut est aussi utilisé par les personnes exploitant des surfaces trop petites pour être reconnues comme « viables » par la profession. Sur le terrain enquêté, deux agriculteurs étaient dans ce cas ; d’autres l’avaient été par le passé, dans les premiers temps de leur installation.

22 Il s’agit de l’une des organisations fondatrices du mouvement agrobiologique, toujours porteuse d’une vision engagée et politisée de l’agriculture biologique aujourd’hui.

23 Les agriculteurs ont la possibilité de constituer des Groupements agricoles d’exploitation en commun (GAEC), qui sont des sociétés civiles agricoles.

24 Notons que son épouse, aujourd’hui à la retraite, avait autrefois le statut de conjointe d’exploitant.

25 La part des surfaces sous abri reste faible sur l’exploitation de Paul Caratti (un huitième de ses surfaces), de sorte que la saisonnalité des productions constitue une contrainte réelle. Cette situation contraste avec les conditions objectives de production des régions de culture maraîchère intensive (comme le sud de l’Espagne), où la taille moyenne d’une exploitation est de 2,4 hectares dont 2 sous serres, mais où les exploitants ont massivement recours au travail saisonnier (Roux, 2006).

26 Il faut dire que tout comme dans l’exemple précédent, la contrainte de saisonnalité est réelle sur l’exploitation d’Eric Olivetti : s’il chauffe un peu ses serres au printemps pour accélérer le redémarrage des cultures, plus des trois quarts de son exploitation sont en plein champ, et l’activité maraîchère connaît un véritable pic de production entre mai et août.

27 Florence travaille comme conjointe d’exploitant à la comptabilité et à la commercialisation de la production.

28 Autre organisation pionnière dans le développement de l’agriculture biologique en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madlyne Samak, « Pratiques d’emploi et figures du patron en agriculture biologique. Contribution à une sociologie du travail indépendant », Sociologie du travail, Vol. 58 - n° 4 | 2016, 412-434.

Référence électronique

Madlyne Samak, « Pratiques d’emploi et figures du patron en agriculture biologique. Contribution à une sociologie du travail indépendant », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 58 - n° 4 | Octobre-Décembre 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1247

Haut de page

Auteur

Madlyne Samak

Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO), UMR 7170 CNRS et Université Paris Dauphine, Paris Sciences et Lettres, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris Cedex 16, France
madlynesamak[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search