Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 55 - n° 2Comptes rendusEnclaves nomades. Habitat et trav...

Comptes rendus

Enclaves nomades. Habitat et travail mobiles, A. Le Marchand

Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauge (2011). 226 p.
François Vatin
p. 275-276
Référence(s) :

Arnaud Le Marchand, Enclaves nomades. Habitat et travail mobiles, Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauge, 2011, 226 p.

Texte intégral

1Il s’agit, à l’image de son objet, d’un ouvrage « non standard », qui retient l’attention et irrite parfois. Écrit avec verve, il se penche sur le travail mobile, l’habitat mobile et leurs connexions et se compose de trois parties. Dans la première, intitulée « 1870-1930. Montée et répression de l’économie itinérante », l’auteur montre l’ambivalence du travail mobile à l’époque de la montée en puissance du salariat. Un premier chapitre est consacré à l’histoire des conventions statistiques, appliquées notamment aux villes portuaires, qui contribuent à la marginalisation des populations réputées déterritorialisées dont les marins incarnent l’idéal-type. Un deuxième chapitre vise à montrer que le travail mobile n’est pas forcément techno-économiquement archaïque, en prenant l’exemple de la distribution foraine de la production cinématographique qui précéda la diffusion en salles. La deuxième partie, intitulée « Des marges du fordisme à la renaissance du travail mobile », analyse, en deux chapitres, le mouvement de fixation, dans le contexte fordien, des travailleurs échappant à la norme de l’emploi stable, en s’appuyant notamment sur le cas des dockers, et, simultanément l’incapacité radicale à éradiquer de telles formes sociales, renouvelées et renforcées par le développement contemporain d’un capitalisme mondialisé. La troisième partie : « Fragmentation et défragmentation urbaine au début du XXe siècle » reprend cet argument en traquant, en deux chapitres, les nombreuses formes d’habitat « non standard » dans l’espace urbain et péri-urbain et en montrant leur ancrage dans le travail mobile. Le septième et dernier chapitre s’interroge sur le lien entre le travail et l’habitat mobiles et une conscience sociale et politique de type anarchiste.

2Cet ouvrage foisonne d’informations variées et originales, d’analyses souvent suggestives, de rapprochements inattendus (par exemple, l’histoire du cinéma forain, présentée dans le deuxième chapitre, constitue en soi un objet passionnant). L’auteur a une connaissance personnelle de cet univers interstitiel, qui évoque les films d’Ari Kaurismaki, qu’il cite, et dont il montre, à raison, qu’il est au cœur de notre modernité. Il a étudié la presse foraine, photographié les habitats précaires, en France et ailleurs dans le monde, réuni des statistiques éparses, rapproché des sources éclatées. Il a une bonne connaissance de la littérature économique et sociologique, exploite les travaux de sociologie urbaine, de sociologie économique, de sociologie des migrations, s’appuie sur la tradition de l’économie des « conventions », mais aussi sur la tradition post-marxiste d’inspiration « negriste ». Quoiqu’insistant sur la « précarisation » qui accompagnerait le développement du travail et de l’habitat mobiles, il refuse d’adopter un point de vue misérabiliste, souligne sur les capacités d’action politique de ces acteurs mobiles et sur l’existence de choix positifs pour une vie « nomade » à laquelle il associe la conscience politique anarchiste. On sent une très forte empathie à l’égard de ce monde des modernes nomades.

3Le principal intérêt de l’ouvrage est à mon sens que, reprenant une filiation de travaux de la fin des années 1970 un peu oubliée, il met l’accent sur l’importance de la mobilité spatiale, consubstantielle à la société de marché, et sur les contradictions permanentes de l’État libéral en la matière, qui voudrait tout à la fois limiter une mobilité jugé politiquement dangereuse et promouvoir une mobilité jugée économiquement indispensable. D’où les va-et-vient d’une politique en tension permanente qui atteint aujourd’hui son paroxysme dans cette étrange conception de la mondialisation, où tout devrait circuler sauf les travailleurs, ce qui est bien sûr aporétique et se traduit par les soubresauts politiques actuels des sociétés européennes que chacun peut apprécier.

4Si j’ai évoqué une certaine « irritation » du lecteur, c’est que l’auteur suggère souvent plus qu’il ne démontre. L’ouvrage fourmille d’exemples divers qui finissent par « faire système ». On comprend bien la difficulté de rendre visible ce qui est souvent occulté par les dispositifs statistiques, construits sur des bases territorialisées. Il n’empêche, on aurait aimé une tentative plus systématique de saisie globale du phénomène. Pour le dire vite : l’habitat « non standard » et les formes de travail « mobiles » sont-ils véritablement en croissance ? N’est-ce pas là, comme l’auteur semble d’ailleurs lui-même le dire, une dimension permanente de l’économie de marché, repérable aux époques les plus anciennes et sur de nombreux continents ? L’enjeu présent n’est-il pas moins l’augmentation présumée du phénomène que la transformation de ses formes, tant dans le régime d’habitat que dans le régime de travail, la nature des populations concernées et celle des espaces mis en communication ?

5Je citerai seulement pour mémoire deux questions occultées dans l’ouvrage.

6À aucun moment, l’auteur ne s’interroge sur la différence entre les modes de construction européen et nord-américain, et sur leurs rapports aux formes de mobilité du travail différenciées dans ces deux espaces. Une telle interrogation l’aurait conduit à aborder la question sur un mode plus « continuiste », en montrant qu’aux États-Unis un modèle de travail plus mobile est effectivement associé à une moins grande territorialisation des populations par l’habitat.

7L’auteur recense les habitats précaires observables (zones d’accueil de caravanes, hôtels low cost) en associant le phénomène à une croissance d’une population laborieuse, « sans domicile fixe », sans s’interroger sur les relations entre habitat professionnel mobile et habitat familial. La mobilité spatiale professionnelle et l’habitat précaire qu’elle induit (souvent de manière hebdomadaire pour les chauffeurs routiers, de manière plus longue pour des ouvriers des travaux publics) n’interdit pas forcément la territorialisation sociale via un habitat familial.

8Si la démonstration globale laisse donc en partie insatisfait, l’ouvrage a toutefois le grand mérite de nous rappeler la permanence de cette dimension mobile du travail dans la société capitaliste et des enjeux d’habitat qui lui sont associés. Riche, informé et vivant, il est par ailleurs agréable à lire, ce qui mérite en soi d’être souligné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Vatin, « Enclaves nomades. Habitat et travail mobiles, A. Le Marchand », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 2 | 2013, 275-276.

Référence électronique

François Vatin, « Enclaves nomades. Habitat et travail mobiles, A. Le Marchand », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 2 | Avril-Juin 2013, mis en ligne le 28 mai 2013, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12532 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.12532

Haut de page

Auteur

François Vatin

Institutions et dynamiques historiques de l’économie, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense
vatin[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search