Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 55 - n° 1Comptes rendusNo Money, No Honey. Économies int...

Comptes rendus

No Money, No Honey. Économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, S. Roux

La Découverte, Paris (2011). 268 p.
Philippe Steiner
p. 102-104
Référence(s) :

Sébastien Roux, No Money, No Honey. Économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, La Découverte, Paris, 2011, 268 p.

Texte intégral

1Sébastien Roux propose une stimulante étude du tourisme sexuel en Thaïlande à partir d’une enquête qui combine une observation de terrain (première partie) et une solide étude documentaire (deuxième partie) sur la construction de la prostitution thaïlandaise comme problème social au niveau international. Au-delà du talent d’enquêteur que révèle la première partie, il faut mettre au crédit de l’auteur sa capacité à prolonger les données recueillies auprès des danseuses de bar, des prostituées et de leurs clients étrangers par une étude historique qui fait de la critique du « tourisme sexuel » un élément du fonctionnement de cette « économie intime ».

  • 1 Zelizer, V. A., 2005. The Purchase of Intimacy. Princeton University Press, Princeton.

2La première partie est essentiellement consacrée à l’étude ethnographique du quartier de Patpong, zone festive consacrée à la rencontre des touristes et des femmes thaïlandaises — la prostitution homosexuelle et les prostitutions pour les thaïlandais eux-mêmes étant peu évoquées ou exclues de l’étude. La qualification de prostitution fait difficulté, dit l’auteur, parce que les acteurs de ce commerce sexuel monnayé la rejettent. À cela, s’ajoute le fait que l’échange « rapport sexuel contre argent » s’inscrit dans une série d’échanges, pour les clients étrangers comme pour les femmes thaïlandaises. En effet, l’enquête fait apparaître l’importance du « prendre soin de » attendu par les femmes thaïlandaises de la part de leurs clients étrangers ; elle fait également surgir le fait que ces jeunes femmes envoient une part des recettes de leur activité lucrative à des membres de leur famille dont « elles prennent soin ». De même, certains clients envoient à leur « amie thaïlandaise » une rente mensuelle lorsqu’ils sont de retour dans leur pays. En remontant ainsi la séquence des transactions intimes, Sébastien Roux illustre remarquablement ce que sont les négociations fines des relations monétaires récemment mises en évidence dans la sociologie économique de Viviana Zelizer1. La prise en compte de la dimension culturelle de ces relations monétaires est essentielle pour produire une explication sociologique qui soit autre chose que la reprise des propos des acteurs dont l’auteur ne cache pas la dimension euphémisante, destinée à mettre les rapports sociaux à l’abri de formules qui, trop brutales, rendraient impossible de « garder la face » et, par voie de conséquence, impossible la reproduction de rapports sociaux soutenant ce que l’auteur appelle une « industrie du malentendu ». Patpong est un quartier conçu autour de la « prostitutionnalisation de la fête » dans laquelle les échanges entre les femmes thaïlandaises et leurs clients étrangers composent « une économie de la sexualité commerçante […] qui intègre des biens affectifs et moraux : affection, amour et respect de soi, éthique, etc. » (p. 89). À ce point, l’auteur change de registre et se met en devoir de nous expliquer d’où vient Patpong.

3La deuxième partie du livre propose une approche constructiviste du problème de la prostitution en Thaïlande, en partant de l’entrelacement de l’industrie touristique et de la prostitution dans un pays politiquement instable. Patpong est l’un des deux quartiers créés en 1984 par le gouverneur de la Tourism Authority of Thailand, afin de contrôler les zones de prostitution destinées aux étrangers. Le corps féminin devient alors un point de rencontre de la politique locale et des forces politiques globales luttant contre l’association du tourisme et de la prostitution. Ce faisant historien, l’auteur montre comment les nécessités organisationnelles d’une part, les contraintes de la mobilisation internationale des bonnes volontés de l’autre, jouent un rôle considérable dans la manière dont la « cause » de la prostitution va être traduite en lutte contre la prostitution infantile. Alors que les approches de la prostitution visant le « tiers » profitant de la prostitution d’autrui opposent les tenants de la réglementation, de la prohibition et de l’abolition d’une part et, de l’autre, les élites urbaines et les populations rurales dont sont issues les prostituées thaïlandaises de Patpong, la lutte contre la prostitution infantile unit les différents acteurs.

4Les cartes sont redistribuées lorsque la pandémie du VIH-sida atteint la Thaïlande à partir du milieu des années 1980 et y devient un problème politique majeur ; l’industrie touristique, qui s’appuie sur environ 2,5 millions de voyageurs entrants annuellement, passe du statut d’opportunité économique à celui de menace sanitaire. Diverses démarches politiques sont engagées dont la plus marquante, à ce jour, est celle qui se traduit par une « moralisation » du tourisme, avec sa cohorte de « chartes éthiques », typique de la gestion néo-libérale contemporaine des problèmes sociaux et politiques. Au-delà des histoires complexes qui s’entremêlent dans la biopolitique thaïlandaise du tourisme sexuel, l’intérêt de cette deuxième partie est double. Premièrement, l’auteur souligne le décalage entre la construction du tourisme sexuel comme problème social et la réalité des échanges prostitutionnels à Patpong. La focalisation sur la prostitution des mineurs et la violence rend finalement acceptable le tourisme sexuel, comme si, ayant écarté la prostitution infantile dont on a convenu qu’elle faisait horreur, le commerce sexuel pouvait se poursuivre suivant la rhétorique du « prendre soin », voire entrer dans une phase de rationalisation (p. 249). Deuxièmement, l’auteur se défend de vouloir imposer un jugement moral sur l’économie du tourisme sexuel qu’il a si bien décrite et il oriente sa démarche vers la mise au jour des relations de pouvoir qui traversent, tant au niveau local qu’au niveau international, cette économie révélatrice des problèmes posés par la mondialisation du commerce de cette pseudo-marchandise qu’est l’être humain.

Haut de page

Notes

1 Zelizer, V. A., 2005. The Purchase of Intimacy. Princeton University Press, Princeton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Steiner, « No Money, No Honey. Économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, S. Roux », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 1 | 2013, 102-104.

Référence électronique

Philippe Steiner, « No Money, No Honey. Économies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, S. Roux », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 1 | Janvier-Mars 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.12604

Haut de page

Auteur

Philippe Steiner

Maison de la recherche, Université Paris-Sorbonne/GEMASS et Institut universitaire de France, 28, rue Serpente 75006 Paris, France
philippe.steiner[at]paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search