Navigation – Plan du site

Veni, vidi, lusi. L’énigme du loyalisme des judokates de haut niveau

Veni, Vidi, Lusi. The Enigma of Loyalism amongst High-Level Judokas
Olivier Le Noé
p. 536-558

Résumés

À partir du cas du judo féminin de haut niveau, l’étude du fonctionnement concret de l’institution sportive donne à voir les effets de mécanismes de production du loyalisme. Elle montre comment, au terme d’un parcours d’intégration mêlant enchantement, confinement et désenchantement, l’institution est incorporée par les athlètes de haut niveau. Or, le développement contemporain d’un système d’indexation de la performance tendant à ne valoriser que les leaders de la hiérarchie sportive affecte l’évolution des dispositions individuelles au loyalisme. Ses effets modifient le climat général des relations entre athlètes au point d’y introduire des lignes de clivage sapant une partie des fondements de l’attachement à l’organisation de production de la performance sportive. De la sorte, les dispositions initiales au loyalisme en partie façonnées par l’institution fédérale sont par la suite subverties par la production de dichotomies internes à la communauté de pratiquantes. Un redéploiement des loyautés engendre un nouvel équilibre où le « double-je » des acteurs vise la prolongation d’une situation d’apesanteur sociale. Les sportives se réapproprient en fait les codes de la loyauté envers l’institution fédérale en les adaptant selon les publics et les situations. En montrant cela, l’analyse prend à revers les perspectives qui décrivent sous un angle homogène le modelage institutionnel.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

« Le loyalisme le plus fonctionnel est celui qui est apparemment le moins rationnel, celui qui se traduit par un fort attachement à l’égard d’une organisation qui ne semble guère appeler un tel sentiment […]. Les clubs, les équipes sportives, les partis politiques suscitent souvent ce genre de loyalisme apparemment peu justifié » (Hirschman, 1995a, p. 129).

1. Une approche dynamique du loyalisme

  • 1 Pour préserver l’anonymat des interviewées, leurs prénoms ont été modifiés. De même, les noms des l (...)

« Est-ce que pendant toutes ces années de judo, ça t’est déjà arrivé de penser à abandonner ?
— Oui, tu as toujours des moments de doute où tu te dis, après une compétition ratée, “c’est bon, j’arrête tout”. Mais après ça te passe, au-delà de la déception. Parce que de toutes les façons, quand tu es en structure, tu n’as pas trop le choix parce que tu te réentraînes dès le début de semaine [après la compétition du week-end] ; tu es obligée de t’y remettre assez vite » (Océane, 22 ans)1.

1L’objet de cet article est de questionner un des paradoxes observables au sein de l’univers sportif : la persistance de l’adhésion d’athlètes de haut niveau à une institution qu’à un certain point de leur trajectoire sportive, ils ne peuvent ou ne veulent quitter malgré toutes les raisons justifiées qu’ils auraient de le faire. Très prosaïquement, dans le cadre du milieu sportif, l’énigme n’est pas tant de saisir pourquoi les meilleurs restent dans les institutions tournées vers la préparation à la confrontation compétitive que de comprendre l’attachement à une organisation de ceux qui ne s’imposeront pas dans le haut niveau.

  • 2 A. O. Hirschman (1995a, p. 124) parle de « la forme particulière d’attachement à une organisation q (...)

2La théorie du loyalisme d’Albert O. Hirschman est mobilisée pour interroger cette apparente contradiction2. L’idée d’inconditionnalité qui y est développée semble particulièrement féconde. Elle correspond à une caractéristique qui rapproche le milieu sportif de haut niveau de certaines cellules sociales fondamentales où « l’idée de défection est normalement exclue, même lorsque les membres du groupe sont tout à fait mécontents de leur situation » (Hirschman, 1995a, p. 140), telles que la cellule familiale. Le rapprochement qui point ici est l’assimilation fréquemment mobilisée avec « la grande famille du sport » ou « la deuxième famille » formée par certaines structures sportives. L’inconditionnalité au sein de ces différentes configurations familiales supplétives renvoie non seulement à des liens surmontant les jugements, mais aussi à une subversion de l’échange et de la réciprocité par ce type de rapports. La situation d’apprentissage dans laquelle se trouvent les recrues sportives conforte cette asymétrie. Les moyens de susciter le loyalisme dont disposent les institutions sportives ont donc pour conséquence notoire d’en faire des organisations qui parviennent assez bien à contenir les contestations. Réciproquement, elles se privent de potentialités d’aggiornamento qu’offrent la prise de parole et la défection.

3Il serait toutefois excessif de caractériser le milieu sportif par une inaptitude au déploiement de formes de prise de parole (voice) comme de défection (exit). Le fait qu’elles puissent paraître « impensables » ou synonymes de coûts élevés ne signifie pas qu’elles soient impossibles pour autant. Cet univers n’est pas réductible au mutisme et à l’immobilisme.

4Cette version un peu exorbitante a notamment donné lieu à des analyses s’inspirant de la description des institutions totales élaborée par Erving Goffman (2010) et de travaux de Pierre Bourdieu et de ses héritiers (Bourdieu et Saint-Martin, 1975 ; Pinto, 1975 ; Bourdieu, 1989) sur les enfermements, plus ou moins sélectifs, ayant pour effet de produire un groupe homogène dont la cohérence se trouve encore renforcée autour de la socialisation mutuelle qui résulte du contact contigu et prolongé entre les condisciples. Toute une lignée de travaux scientifiques a fructifié sur ce positionnement appliqué à des institutions structurantes fondées sur la réclusion réglée. Ils prennent la forme de monographies de parcours sportifs de haut niveau dans des disciplines aussi diverses que l’athlétisme (Schotté, 2005, 2012), le cyclisme (Lefèvre, 2010 ; Brissonneau et al., 2008), la gymnastique (Papin, 2007), le football (Bertrand, 2009, 2012 ; Rasera, 2012), ou de mises en perspective des conditions de production de la performance sportive (Fleuriel, 2004 ; Faure et Fleuriel, 2010) et de leurs incidences sur la condition des travailleurs engagés dans ces activités (Fleuriel et Schotté, 2008). Ils partagent une description de l’asymétrie des positions entre athlètes et institutions dans le contrôle des normes de l’excellence sportive et, plus largement, dans l’expression des relations de pouvoir observables qui caractérisent le milieu du haut niveau. Si les configurations varient d’un sport à l’autre, la matrice commune à ces travaux est celle d’individus appartenant à une institution (Lagroye, 2009).

5Sans remettre en cause la portée de cet ensemble de travaux, il s’agirait d’y introduire une nuance de nature à éclairer une caractéristique passée sous silence dans le travail sportif : l’art de se débrouiller, de faire le dos rond. Plus qu’ils ne sont possédés par l’institution sportive, les athlètes font semblant d’y appartenir en donnant des gages. Cette transposition très librement adaptée de la « science du louvoiement » (science of muddling through) de Charles Lindblom (1959), appliquée aux institutions sportives, paraît doublement heuristique. D’une part, elle est susceptible d’éclairer l’énigme de la persistance dans les institutions de production de la performance sportive de ceux qui n’ont plus rien à en attendre. D’autre part, elle permet de rendre compte d’une condition de l’efficacité de ce système : l’invisibilisation du travail des athlètes de second rang dans la formation des athlètes de premier plan. Plutôt que de dévoiler les ressorts d’un pouvoir fort de l’institution sportive, il s’agit donc de décrire les mécanismes d’un pouvoir de faux-semblants où les principaux acteurs, pris dans un conflit de loyauté, jouent un « double-je » accompagnant leur évolution en son sein (Pudal, 2009, pp. 128-129).

  • 3 Le fait d’avoir deux filles ayant côtoyé ces sportives a bien sûr grandement facilité cette entrepr (...)

6L’intérêt porté au judo féminin se justifie par le fait qu’il s’agit d’une discipline plutôt peu étudiée (Clément, 1981, 1985 ; Guérandel et Mennesson, 2007), où la production de la performance sportive est étroitement liée à un encadrement fédéral fort. L’enquête ayant servi de point d’appui à ces analyses porte sur une population de judokates appartenant à l’élite nationale. Les vingt-neuf jeunes filles rencontrées depuis le début de l’année 2012 évoluent entre le niveau international (médaillées olympiques et/ou au championnat du monde) et un niveau correspondant à des participations régulières aux championnats de France. Les matériaux collectés sont des entretiens réalisés auprès de ces compétitrices3. Pour compléter l’analyse des récits de leurs expériences du haut niveau appréhendées au travers de thèmes tels que les relations avec les entraîneurs et les autres compétitrices, les blessures, la vie quotidienne dans les structures de regroupement des

7élites sportives, l’assistance à des séances d’entraînement à l’Institut du judo pendant le premier semestre de l’année 2012 a permis d’observer les ajustements d’attitudes au gré des moments et situations où elles étaient engagées.

8La conjonction de ces sources montre qu’en fait, les judokates évoluant dans les structures dédiées à la production de la performance se réapproprient singulièrement les codes de la loyauté envers l’institution fédérale en les adaptant selon les publics et les situations. Ce faisant, l’analyse prend à revers les perspectives qui décrivent sous un angle homogène le modelage institutionnel.

9La complexité des situations vécues ne peut être saisie qu’à travers une démarche respectueuse de la réflexivité par laquelle ces judokates analysent leur inscription dans les conditions de production de la performance sportive. Pour ce faire, une attention particulière a été prêtée à ce que ces jeunes femmes font et s’autorisent à faire, aux significations qu’elles attribuent à leurs conduites et aux troubles qu’elles identifient afin de rendre compte de ce qui structure leur expérience. La dimension spatio-temporelle, fil conducteur de l’analyse, permet ici de suivre l’évolution des logiques sur le temps pluri-annuel des engagements dans la quête de la performance, dans la succession de lieux et d’espaces discriminant progressivement les compétitrices. La ligne poursuivie retracera les différents espaces (club d’appartenance, pôle espoirs, pôle France, stages nationaux, entre-soi féminin) et les acteurs qu’ils mettent en présence du fait de leurs incidences graduelles sur les conditions du loyalisme.

10La logique spatio-temporelle dans laquelle le loyalisme est modulé révèle que les espaces dans lesquels évoluent les recrues sportives changent en se segmentant à mesure que leurs parcours divergent au sein des institutions de production de la performance sportive. Ce faisant, les dispositions initiales au loyalisme, en partie façonnées par l’institution fédérale, sont par la suite subverties par la production de clivages internes à la communauté de pratiquantes ; un redéploiement des loyautés engendre un nouvel équilibre où le « double-je » des acteurs favorise la prolongation d’une situation d’apesanteur sociale.

2. Les conditions de production du loyalisme à l’intérieur de l’institution sportive

  • 4 Cette indécision n’est semble-t-il pas problématique dans la mesure où A. O. Hirschman lui-même ne (...)

11Sans s’attarder sur des questions de traduction de loyalty4, on en exposera quelques traits définitionnels qui semblent particulièrement saillants et pertinents pour notre objet. La notion inclut d’abord l’idée de fidélité qui suggère l’attachement à des devoirs, des engagements, et qui exprime une qualité qui fait qu’on garde la foi promise ; la fidélité est étymologiquement dérivée du latin fides, la foi. S’y conjugue ensuite la dimension manifestée de cette fidélité qui la connote de l’idée secondaire d’allégeance. Elle suggère enfin l’allusion à des us et cursus stabilisés nécessitant une initiation, tels ceux de la chevalerie.

12Ces trois éléments font du loyalisme une entrée qui semble particulièrement ajustée à l’analyse des relations qui se nouent dans l’univers du sport de haut niveau. Ils inclinent à penser que la lecture d’Hirschman peut en stimuler la compréhension.

2.1. L’imprégnation du loyalisme rythmée par un temps ritualisé et sacrifié

2.1.1. Un dispositif fortement ritualisé : le contrôle des symboles et du temps

13Bien au-delà de la pratique de haut niveau, le judo s’appuie sur un équipement conventionnel efficace. Les interactions individuelles sont adossées à une forte ritualisation ; les moments de salut en inclinant le buste au début et à la fin de chaque séance mais aussi de chaque combat l’illustrent de manière sensible. Elle se perçoit même dans l’organisation spatiale puisque les élèves sont face au maître et lui doivent respect et attention. Des symboles tels que le portrait de Jigoro Kano — qui a codifié le judo — accroché dans la plupart des dojos, ou comme les différences de couleur de ceinture, contribuent à rendre omniprésents les repères hiérarchiques.

14La matérialisation des symboles distinctifs ne disparaît pas dans la pratique d’élite. Ainsi, le système des grades tend-il à rappeler à l’athlète que sa position est moins élevée. Les entraîneurs nationaux sont parfois sixième dan ou plus et arborent une ceinture blanche et rouge. Le judogi — plus communément appelé kimono — participe de cette économie de conventions ; il peut être orné de l’emblème de l’équipe de France que convoitent les judokas encore en ascension. Il y a ceux qui l’ont déjà ou l’ont déjà eu et continuent à le porter alors qu’ils n’appartiennent plus à l’élite, et ceux qui ne l’ont pas encore. Outre ces repères cognitifs, l’institution sportive produit aussi des repères temporels.

15Sans verser dans l’excès, on peut considérer que le temps est largement réglé par la quête de la performance. En effet les judokates de haut niveau — tout comme nombre d’autres sportifs de haut niveau — sont regroupées dans des structures leur offrant un mode de vie adapté à leur activité : l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP) pour les meilleures, les pôles France et espoirs pour les plus jeunes en progression. L’organisation du temps joue un grand rôle dans le processus d’acculturation des athlètes aux formats de l’institution sportive. En l’occurrence, leur emploi du temps est largement bâti autour des objectifs sportifs qui deviennent toujours plus chronophages à mesure que le niveau de compétition s’élève.

16Les propos tenus par les athlètes révèlent un temps organisé autour des institutions sportives, compromettant leurs souhaits de partager certains moments ordinaires que connaissent leurs semblables. Questionnée sur les inconvénients de ce mode de vie par rapport à un autre, Léa, 22 ans, athlète non métropolitaine, explique ainsi :

« Quand on est fatigué, on aurait juste envie de sortir aller boire un verre l’après-midi. Non, on doit aller à l’entraînement. On a envie de voir nos parents. Non, on doit attendre trois semaines parce qu’on a une compétition. Parfois, j’ai envie de voir mon petit frère, je dois attendre deux mois parce que j’habite loin ».

17Outre l’amertume de ne plus pouvoir inclure la famille dans le cercle des familiers, cette absorption du temps suscite un sentiment de claustration contrariant la préservation de relations amicales.

« On a moins de temps pour voir des gens différents, alors que si j’étais dans la vie normale, je les verrais souvent. Oui, tu perds des amis. Tu te fermes. Tu es dans un groupe fermé. Tu es moins ouverte au monde extérieur parce que tu n’as pas le temps, déjà. Les gens ne comprennent pas pourquoi tu ne veux pas venir ici, pourquoi tu veux pas faire ça ou ça » (Charlotte, 22 ans).

18Sous l’effet du confinement, l’éloignement géographique et affectif se double d’un éloignement référentiel. Les envies de voir et de connaître autre chose sont contrariées par le rythme imposé par l’institution qui donne le ton par cette vie distinguée de la normalité. Le temps est donné par cet engagement dans la recherche de la performance, y compris au moment des vacances.

« C’est beaucoup d’investissement donc, forcément, on fait l’impasse sur pas mal de choses vu que les entraînements sont le soir [cette enquêtée n’était pas en structure], les compétitions sont le week-end, les stages sont pendant les vacances. Forcément, ça nous enlève pas mal de moments où on pourrait faire autre chose » (Laure, 22 ans).

19Cette impression d’accaparement est invariablement connectée au judo et à l’organisation du temps par l’institution dédiée à la production de la performance. Ces formes d’« apitoiement sur soi », de « sentiment très vif que le temps passé dans l’institution est arraché à leur vie », permet aussi de mesurer le degré d’adaptation de ces individus à l’institution, explique Erving Goffman (2010, pp. 112-113).

20Il n’est alors pas surprenant de constater que, dans les récits des enquêtées, le terme « sacrifice » constitue un invariant des descriptions données des incidences de leur implication dans la perspective du haut niveau.

2.1.2. La sévérité de l’initiation : un rite sacrificiel

21La conduite de loyalisme est consolidée par ce qu’Albert Hirschman nomme « la sévérité de l’initiation » (1970, p. 145). Les droits d’entrée dans la pratique sportive compétitive de haut niveau sont élevés ; cela nécessite des sacrifices temporels, physiques et psychiques intenses. Cette forme d’oblation est relatée comme un engagement sur le mode du sacrifice. C’est d’abord le bouleversement des relations avec la cellule familiale :

« Comme je suis partie à quinze ans, depuis l’âge de mes quinze ans je n’ai plus vécu normalement avec ma mère. La distance, ça a été un sacrifice. C’est devenu une autre relation, ça n’a plus rien à voir » (Hélène, 23 ans).

22C’est ensuite le renoncement à une partie des relations amicales, consenti au prix d’un travail d’autosuggestion aux confins d’un acte de foi :

« En entrant au pôle, tu pars plus loin dans une autre ville. Tu sacrifies tes amis qui sont sur place. C’était un sacrifice mais ça en valait la peine. Ça me rendait triste mais en même temps je me disais “ce qui m’attend n’est que meilleur” » (Alice, 22 ans).

23C’est enfin un ensemble de sacrifices qui deviennent une volonté de sacrifice ; cette disposition finissant par être interprétée comme un gage d’implication, une exigence associée à la quête de performance.

24Cette caractéristique aura pour effet de produire des dispositions au loyalisme parmi les entrants de nature à retarder l’éventualité de défections. Autrement dit, les sportifs ne tiennent pas toujours à considérer leur situation avec lucidité et à admettre que le dispositif de préparation à l’excellence sportive auquel ils ont fait confiance, pour lequel ils ont consenti efforts et souffrances, ne leur fournit pas les services et satisfactions qu’ils en escomptaient. Cette réticence à reconnaître l’erreur, cette induction du loyalisme agissent comme de bienveillantes œillères pour l’institution sportive en ce sens qu’elles retardent la défection et « modifie[nt] la répartition dans le temps de la prise de parole » (Hirschman, 1995a, p. 148). L’approche du loyalisme développée par A. O. Hirschman défend explicitement que « plus l’initiation aura été sévère, plus le sujet se fera illusion sur l’intérêt des activités de l’organisation » (Hirschman, 1995a, p. 148). Corollairement, le coût de la défection reste élevé, même lorsque les pensionnaires des institutions dépositaires de l’excellence sportive acceptent de considérer leur situation avec plus de clairvoyance.

2.2. Un système de relations asymétriques : des défections et prises de parole improbables

2.2.1. Les contraintes obérant la défection : de la difficulté d’avoir de la suite dans les idées

25Parmi les autres ressources produisant cette inclinaison au loyalisme figure la possibilité dont dispose la fédération de pénaliser âprement la défection. Le refus de se soumettre à des injonctions disciplinaires ou à des normes de conduite prescrites par les responsables nationaux peut se traduire par des exclusions définitives ou temporaires, des privations des soutiens financiers ou encore des dénigrements systématiques dont le pouvoir dissuasif est réel sur les athlètes. On peut ici songer aux mesures de sanction faisant suite à des refus d’honorer une sélection pour prendre part à une compétition, à des formes d’impréparation (ne pas être parvenue au poids requis), ou encore à des manifestations d’insubordination. Pour signifier la force du contrôle de l’institution sur les possibilités de défection des athlètes, on peut prendre appui sur le compte rendu d’une observation (encadré 1) mettant en scène une technique de mortification intentionnelle de la personnalité (Goffman, 2010, p. 56).

Encadré 1. Une dégradation statutaire publique
Institut du judo, deuxième lieu de regroupement de l’élite judokate française, Porte de Châtillon, le 19 janvier 2012. C’est un entraînement comme tous les autres jeudis soir. Quelques uchi-komi (répétition de techniques de façon rythmée), un peu d’exercices destinés à poursuivre la montée du rythme cardiaque, et puis débutent les combats — ou randori dans le lexique technique. Alors que les athlètes sont donc en randori depuis une demi-heure, un homme habillé en civil — contrairement à toutes les autres personnes présentes sur le tatami, qu’il s’agisse des entraîneurs ou des judokas — monte sur le tapis. Il dit quelques mots à l’oreille de l’entraîneur qui dirige cet entraînement. Celui-ci interrompt la séance, en plein combat. Les athlètes se positionnent en bordure de la surface afin de créer un alignement face au staff et tendent l’oreille. La raison de cette interruption : la communication de la liste des sélectionnées pour le Tournoi de Paris, l’un des quatre tournois majeurs du grand chelem du circuit du judo international. Commence alors la lecture. Pas de surprise pour les trois premières catégories de poids, tout le monde se doutait que ce seraient ces jeunes femmes qui y participeraient, mais arrive l’annonce de la quatrième catégorie… L’une des deux meilleures françaises incontestées dans la catégorie manque à l’appel. Un très léger brouhaha s’élève puis l’homme en costume égrène à nouveau les noms formant la sélection. La jeune fille écartée de la sélection est présente et depuis que son nom n’a pas été entendu, tous les visages sont tournés vers elle ; l’assistance est même moins attentive à l’appel des autres noms. Après un court silence, l’homme en civil reprend la parole. Il invite le public à remarquer que l’athlète passée sous silence ne participera pas à ce tournoi. Vient l’explication : la jeune femme n’a pas été au poids lors d’une compétition précédente au Kazakhstan. Elle est donc sanctionnée publiquement. La décision est sans appel. La jeune femme est associée à « la honte de la France ». Le discours dure plusieurs minutes : il y est question du coq français, de la fierté qu’il doit y avoir à le porter et du déshonneur qu’il a subi. Plusieurs minutes durant lesquelles l’évincée a les yeux baissés et sans doute humides. L’abattement et l’abaissement se lisent sur son visage. Les combats reprennent. L’ambiance générale est tendue. L’épisode aura marqué les esprits, surtout en raison du caractère public de la dégradation statutaire infligée à l’athlète.

26Dans le cas du judo, le monopole exercé par la fédération place ses sportifs dans une situation de dépendance par rapport aux services, rétributions et gratifications dont ils peuvent bénéficier. Outre les pénalités objectivement définies par l’institution fédérale, l’effet d’une défection est subjectivement perçu par les compétiteurs comme le signe d’un échec, au point de se persuader d’un point de non-retour.

« Au cours de ta pratique du judo, t’est-il déjà arrivé de penser à abandonner... à cause de diverses choses ?
— Jamais.
— Jamais ?
— Non, jamais. Ça arrive d’être fatiguée, d’en avoir marre. J’ai eu des baisses de moral où je me suis dit “À quoi ça sert ? Pourquoi je fais ça ?”, mais tout en sachant que j’allais continuer, que je n’arrêterais pas » (Sabrina, 24 ans).

27Même lorsque la possibilité d’un abandon est davantage envisagée, elle n’est pas suivie d’effets décisifs.

« Quand il y a beaucoup de défaites, tu en as marre, tu as envie de baisser les bras. Quand tu es fatiguée, tu as envie de voir autre chose aussi, tu as envie d’arrêter. Par exemple quand je rentre chez moi, à Méridiaville, mes amis qui ne font pas de sport, ils me racontent leur vie, et je me dis “Ah putain, j’aimerais faire ça ou voyager, par exemple” » (Lisa, 24 ans).

28De manière encore plus prosaïque :

« Par moments tu te dis “Putain, arrête de souffrir, va faire une vie normale”. Mais on se le dit et puis c’est tout » (Marine, 21 ans).

29La perpétuation du loyalisme ne repose pas tant sur la menace de pénalités objectives que sur une intériorisation par les sportives du relâchement organisationnel (Cyert et March, 1963, p. 63) qui les incite à une forme de résignation quant aux possibilités de faire évoluer leur position au sein de l’institution sportive. Ce renoncement se comprend d’autant mieux lorsque les verdicts sportifs, « la vérité du tapis », les ont conduites à revoir leurs ambitions compétitives à la baisse, voire à en faire le deuil. Mais l’énigme du loyalisme se fait alors encore plus singulière. Les dispositifs organisant la production et le contrôle de l’excellence sportive regorgent en effet d’athlètes dont les chances objectives d’accéder à l’élite internationale sont devenues inexistantes. E pur si muove

2.2.2. Les conditions du maintien de l’ordre interactionnel : des possibilités de prise de parole atténuées

30Une première voie de résolution du paradoxe consiste à donner davantage de consistance sociale au loyalisme qu’Albert Hirschman ne l’a fait. Il s’agit d’envisager un ensemble de conditions sociologiques susceptibles d’affecter l’inégale intensité des allégeances. Les déterminants agissant sur le comportement de loyalisme ne manquent pas. Ils concernent aussi bien les caractéristiques des publics de compétiteurs que leur environnement institutionnel.

31Le degré de familiarité des parents avec la pratique sportive peut déboucher sur des discours inclinant plus ou moins à l’obéissance aux injonctions de l’encadrement institutionnel. L’extranéité de certains parents au monde du judo condamne fréquemment à donner procuration à la structure sportive pour prendre en charge le management athlétique de leurs enfants. Réciproquement, une familiarité avec le judo, voire avec sa pratique de haut niveau — des héritiers et héritières prospèrent aussi dans ce sport —, peut autoriser davantage de recul vis-à-vis de l’autorité des cadres techniques et autres dirigeants. Ce n’est toutefois pas systématiquement le cas dans la mesure où de telles configurations peuvent éventuellement incliner à un redoublement de la conformation au discours fédéral par un discours familial qui en renforce la validité.

  • 5 L’âge moyen des athlètes interviewées est ici de vingt ans et demi. On peut songer à la situation e (...)

32L’âge des sportives peut s’avérer une variable décisive. Il conditionne puissamment l’acceptation de formes de remise de soi envers l’encadrement, en ce sens que les jeunes recrues s’en remettent à l’expérience du staff fédéral. Le (très) jeune âge de certaines athlètes les expose plus fortement aux attentes de loyalisme formulées par les structures auxquelles elles sont rattachées5. Inversement, à mesure qu’elles vieillissent, les sportives de haut niveau acceptent moins facilement les servitudes de cet univers.

33La mauvaise qualité des relations familiales préalables à l’intégration dans des pôles d’excellence sportive peut stimuler des comportements d’adhésion destinés à recréer un environnement avec des repères structurants. Dans ce type de situations, l’entrée dans ces dispositifs s’inscrit dans une perspective d’éloignement, voire de fuite, incitant à miser fortement sur ce nouveau cadre d’appartenance. C’est une logique assez semblable qui opère pour les athlètes en situation d’échec scolaire : la voie sportive tend à devenir une possibilité supplétive de réussite où sont investies les ressources physiques et psychiques. Ces possibilités de modulation du loyalisme laissent apparaître qu’il existe des formes et des degrés d’appartenance à l’institution sportive variables au regard de l’importance des investissements personnels qu’ils engagent.

34Ces dispositions déjà incorporées sont, en outre, confrontées au système de relations durci, réglé, prévalant au sein de l’institution que l’on rejoint. La politique de l’apolitisme des groupements sportifs (Defrance, 2000) contribue à en faire un milieu marqué par une absence de délégation de l’expression à des porte-parole du collectif, un monde qui se trouve davantage en situation de se taire que d’être parlé dans ses échanges verticaux de la base vers l’encadrement. La prééminence de la fédération suscite des réactions ambivalentes de la part des judokates.

« Parfois, tu trouves les choix de sélection injustes. Alors tu vas chercher les explications. Quand on t’explique les choses, de toute façon, tu es obligée d’accepter parce que tu es dans une structure de haut niveau, tu sais très bien les règles...
— C’est quoi les règles ?
— Les règles, c’est pas toi qui les fais. C’est la fédé qui décide. Si c’est pas toi qui es sélectionnée, tu dois continuer à t’entraîner. Même si parfois tu as l’impression que c’est un peu injuste, de toute façon, tu n’as pas ton mot à dire » (Mathilde, 21 ans).

  • 6 La jurisprudence administrative sur des affaires de contestation par des sportifs de haut niveau de (...)

35Si la résignation n’est pas la posture qui s’observe systématiquement, l’asymétrie entre les représentants de la fédération et les athlètes demeure défavorable à ces dernières. Les effets de cette hégémonie sont particulièrement repérables dans la faible possibilité de remise en cause des choix des entraîneurs nationaux6. Ceux-ci bénéficient d’une sorte de privilège du sélectionneur en dernier ressort, suscitant des réactions irritées.

« Cette année je l’ai vécue de manière un peu difficile. C’était un peu bizarre parce que d’un côté, j’avais quand même été poussée vu que j’étais médaillable ; j’ai fait pas mal de tournois, j’étais sur les stages à l’extérieur, etc. Mais sur les stages fédé, [au niveau] purement national, je ne me suis pas sentie très soutenue par les entraîneurs, très suivie. [...]. D’entrée de jeu, tu vois, ils n’ont pas misé sur moi. Alors qu’il y en a plein qui étaient dans la même situation que moi et qui ont quand même été sélectionnées. Alors, c’est un peu bizarre… [Après un temps d’attente dû au dépit] T’as clairement pas ton mot à dire. Oui, ils s’en foutent... Pfff » (Juliette, 22 ans, athlète ayant subi une non-sélection pour le moins sévère).

36De surcroît, le loyalisme est typique de situations banales, des conjonctures routinisées qui caractérisent le fonctionnement des institutions dédiées au contrôle du sport de haut niveau. Cette routinisation forme d’ailleurs un des ressorts les plus anciens de la critique radicale du sport.

« Les gestes toujours les mêmes enferment le sportif dans un monde clos d’éternel retour et présentent beaucoup d’analogies avec les tâches parcellaires du machinisme industriel [...]. La spécialisation, la répétition, la mécanisation placent entraîneur et sportif dans une voie d’appauvrissement progressif » (Vigarello, 1966, p. 40).

37Ces propriétés attachées à cet univers n’excluent pas pour autant toute forme d’expression, loin s’en faut. La prise de parole horizontale entre les membres appartenant à l’institution est une donnée essentielle à la compréhension du loyalisme sportif. Tous ces paramètres, loin de surdéterminer un type de comportement, signalent au contraire sa propension à évoluer.

3. Les conditions d’apparition de clivages internes à la communauté de pratiquantes

38Le développement contemporain d’un système d’indexation de la performance tendant à ne valoriser que les leaders de la hiérarchie sportive n’est pas sans incidence sur l’évolution des dispositions individuelles au loyalisme. Ces effets s’étendent au climat général des relations entre athlètes au point d’y introduire des lignes de clivage sapant une partie des fondements de l’attachement à l’organisation de production de la performance sportive.

3.1. La mise au diapason du modèle du winner-take-all

39Prenant appui sur une nuée d’exemples précis parmi lesquels le sport occupe une place de choix, Robert H. Frank et Philip J. Cook expliquent que l’une des conséquences des bouleversements technologiques et de la globalisation a été d’étendre à des secteurs décisifs de l’économie — la justice, la finance, la mode, l’édition, etc. — le modèle de récompense du sport de compétition qu’ils typifient de la sorte :

  • 7 Sauf mention contraire, je suis responsable, pour les extraits cités dans cet article, de toutes le (...)

« Les athlètes et les équipes sportives sont peut-être la quintessence des concurrents où le gagnant rafle toute la mise. Dans la compétition olympique, seulement quelques centièmes de seconde séparent les meilleures performances en natation, sprint, ski, ou dans les notes des autres épreuves. Pourtant, les médaillés d’or de ces épreuves finissent par gagner des millions en reconnaissance, alors que les seconds sont vite voués à la relégation en notes de bas de page » (Frank et Cook, 1996, p. 29)7.

  • 8 Dans une chronique initialement parue dans le journal Le Monde, Michel Winock (1987, pp. 138-142) r (...)
  • 9 Le corollaire de cette logique est une somme de « perdants » innombrables que R. Frank et P. Cook a (...)

40Serait-ce la fin du complexe de Poulidor ?8 À la lecture de l’ouvrage de ces deux économistes américains, on est tenté de le penser. L’argumentation fustige un modèle où « le gagnant prend tout » — le modèle dit du winner-take-all — conduisant à ne plus valoriser que le « meilleur » athlète, joueur, avocat, mannequin, acteur, patron, établissement universitaire, etc., où qu’il se situe. Corollairement, le « second choix » est voué à l’incurie. Cette typification approfondit en l’étendant la théorie des superstars (Rosen, 1981). Elle aboutit au double constat d’une attraction des talents vers ces marchés qui s’accompagne assez logiquement d’un creusement des inégalités9.

41La façon dont ce modèle du winner-take-all opère dans le judo français peut être saisie en observant la place prise par des dispositifs d’évaluation statistique de la performance. Ces dispositifs remplissent d’abord une fonction d’objectivation du rendement des athlètes de haut niveau. Comme toute tentative de mesure de la productivité d’un travail, cette tendance soulève des difficultés méthodologiques plus ou moins prononcées, certaines disciplines sportives s’y prêtant mieux que d’autres. Dans les sports individuels comme le judo, outre les métrologies et notations traditionnelles, nombre de fédérations internationales ont développé des classements mondiaux, sous la forme de palmarès (ranking lists) qui associent aux résultats obtenus en compétition un système de points tenant compte du niveau des compétitions auxquelles prennent part les athlètes.

42Ces échelles de performance peuvent ensuite participer d’une démarche d’incitation pécuniaire des sportifs de haut niveau dès lors qu’elles s’inscrivent dans une logique d’indexation de leurs rémunérations et de leur statut aux mesures de leur rendement compétitif. Ce recours traduit la volonté de vérifier un retour sur investissement de la part des institutions qui rétribuent les sportifs.

43Enfin, pour l’essentiel, ces dispositifs d’évaluation statistique répondent à l’élément de doute qui entoure les choix de recrutement ou de sélection des sportifs. Les statistiques sont utilisées comme un condensé de l’efficacité de la future recrue dans le temps ; elles visent à réduire l’incertitude au moment des décisions. L’indexation des performances permet ainsi de dépasser une appréciation de la valeur sportive et économique fondée sur la seule réputation des athlètes.

44L’engouement des institutions sportives de haut niveau, comme de leurs partenaires financiers publics, pour ces échelles ordinales s’explique aussi par la ressource qu’elles peuvent constituer dans les situations où elles pourront être brandies comme arguments pour s’affranchir de l’inertie des situations de rente réputationnelle. Elles s’appuient en effet sur des horizons de temps passé très restreints et constituent donc des vecteurs de déstabilisation certains.

3.2. Le développement de conflits de loyauté et d’une solidarité concentrique

45Ces déplacements cognitifs sont particulièrement repérables quant à leurs effets par le développement de conflits entre la loyauté envers l’institution fédérale et celle qui lie aux pairs. Évoquant les effets de ses succès internationaux, une jeune judokate exprimait ce dilemme de loyautés de la façon suivante :

« Nous, on a la chance de faire notre sport, d’en profiter, de vivre aussi de notre sport parce qu’on est quand même rémunéré pour ce qu’on fait et pour ce qu’on aime. Aussi, on voyage beaucoup, on rencontre de nouvelles personnes. C’est le top quoi. […] Il y a beaucoup d’amis que je voyais et que je vois beaucoup moins maintenant. Oui, forcément, les contacts ça en pâtit » (Charlotte, 22 ans).

46Des degrés variables de loyalisme ainsi que leurs incidences sur les comportements de défection ou de prise de parole peuvent, semble-t-il, être distingués.

« Imaginons maintenant une organisation avec deux catégories de membres très différentes : les uns très fidèles, les autres peu ou pas du tout. Leurs réactions à une dégradation prendront deux formes bien distinctes : les moins loyaux seront enclins à faire défection, les plus loyalistes n’hésiteront pas à prendre la parole » (Hirschman, 1995b, p. 60).

47Cette complication élémentaire du modèle permet d’envisager l’émergence conjointe — et non plus nécessairement concurrente — des deux comportements à l’égard de l’organisation. La partition recouvre souvent une distinction patente entre établies et outsiders. Outre des cas de différends personnels, l’un des principaux effets des verdicts compétitifs sur la vie au sein des structures de haut niveau se manifeste par un clivage entre les athlètes réalisant des performances et les autres. Il se développe généralement dès les débuts de l’intégration dans ces lieux dédiés à la formation et à la préparation au haut niveau, et se prolonge souvent durablement lorsque la hiérarchie des résultats évolue peu. Le fait de demeurer à l’écart des podiums ou des sélections fait naître des sentiments d’exclusion et de frustration compréhensibles. Ces perceptions sont parfois encore renforcées lorsqu’elles se doublent d’une défiance à l’égard des critères de choix des athlètes du premier cercle, celui qui bénéficie de la sollicitude la plus zélée et des honneurs liés aux victoires. À ces déceptions et inquiétudes s’ajoutent des considérations matérielles qui accentuent le clivage.

« Oui car lors des compétitions, il y a de l’argent à gagner. Dans un “Grand Prix” c’est entre 3 000 et 4 000 dollars, dans un “Grand Chelem” c’est 5 000 dollars, et les “Masters” c’est 6 000 dollars. Donc c’est vrai qu’il commence à y avoir de l’argent à gagner. Mais moi, j’ai une subvention de la mairie de Banlieuetown et je la remercie pour ça. Ce qui me permet de vivre pleinement ma vie d’adolescente et de faire des économies pour plus tard. Donc c’est vrai que plus on gagne de compétitions, plus on a d’argent, et je suis également rémunérée par le club » (Charlotte, 22 ans).

  • 10 Cette séparation n’est pas propre aux seules structures de regroupement national ; elle peut être r (...)

48Comme les militaires participant aux opérations extérieures, les sportives qui « sont sorties » dans les tournois et compétitions de haut niveau sont celles qui reçoivent des rétributions financières ou en nature (équipements, cadeaux, hébergements confortables lors de voyages). Pour poursuivre la comparaison avec les soldats, les actions réalisées en contexte d’intervention sont valorisées tandis que le travail quotidien effectué en base arrière est largement passé sous silence. Même logique dans le judo de haut niveau : les performances en compétition sont célébrées alors que la routine des entraînements fait partie de l’ordinaire. Une forme de solidarité concentrique se met en place à partir de ce fonctionnement : les affinités sont ciblées et se développent plutôt entre athlètes de même rang dont la cohésion est renforcée par le partage d’expériences communes : appartenir à l’équipe de France, participer aux compétitions internationales, « être sorties » dans les mêmes occasions. Les établies, qui concentrent les attentions, relèguent les outsiders vers des cercles plus distants de l’encadrement. Ces effets de la concurrence sportive donnent lieu à la constitution de clans à l’intérieur desquels les dispositions au loyalisme sont différenciées. Elles s’ancrent socialement sur l’existence de positions plus ou moins intégrées dissociant, d’un côté, un groupe central protégé et privilégié et, de l’autre, un ou des groupes périphériques exposés voire délaissés, dont les membres sont désignés sobrement comme les « bonnes équipières » ou les « partenaires »… ou comme « la viande » dans une version beaucoup moins euphémisée10.

49Derrière ces conflits de loyauté se trouve posé le problème des cadres de perception de leur place au sein des dispositifs de haut niveau par les athlètes qui y appartiennent. Des conditions de ce discernement dépend la propension à se désengager, quelle que soit la forme que prend ce désengagement — de l’esquive discrète des situations de test à la défection pure et simple, en passant par de multiples accommodements ou déplacements internes à l’univers sportif. Alors que les raisons objectives du désengagement, vues de l’extérieur de l’institution, semblent évidentes, depuis l’insuffisance des résultats sportifs jusqu’au désintérêt manifeste des encadrants, l’exemple du haut niveau révèle, à l’instar de l’engagement politique, que « nous connaissons mal les processus subjectifs, probablement très variables, qui sont au principe de la rencontre entre des “faits” et leur “perception” » (Pudal, 2009, p. 108). Une des particularités des cadres de perception au sein de l’univers sportif tient au poids de la composante émotionnelle dans leur façonnement.

3.3. Le désenchantement des relations humaines

50S’interrogeant sur la signification de l’expression « appartenir à une institution », Jacques Lagroye indique que « c’est être attaché à elle comme membre adhérent ou militant, bénévole ou salarié. Mais c’est aussi “être possédé ” par l’institution, recevoir d’elle façons de penser et façons d’agir » (Lagroye, 2009, p. VI). De l’institution religieuse à l’institution sportive, cette communion émotionnelle demeure attachée à un acte de foi. Pour la première, elle est confiance partagée envers les principes d’un ordre divin associé à une entreprise de salut. Pour la seconde, elle est confiance témoignée à un tiers dans une démarche d’accompagnement vers un perfectionnement athlétique. Si la prorogation d’un environnement de confiance est une des conditions de l’engagement compétitif, elle a néanmoins pour corollaire un relâchement de la vigilance des sportifs quant aux formes de remise de soi qu’engage leur situation. L’émergence d’un sentiment de mystification devient le point d’affleurement de l’amertume.

51La relation de ce type de désenchantement par certaines interviewées est une occasion d’éprouver très directement ce qu’Everett C. Hughes (1996) nomme les savoirs coupables en sociologie. Il les définit comme la connaissance de l’interdit ou de l’inavouable, à partir du sentiment de jubilation que peut ressentir le sociologue à l’écoute de récits délicats mais féconds pour sa recherche. Ces savoirs coupables ont pu correspondre à la validation de mes propres jugements sportifs sur les athlètes interrogées, c’est-à-dire lorsque je considérais préalablement qu’elles n’avaient pas les qualités requises pour appartenir au très haut niveau permettant de sortir de la masse. Elles le concédaient par des formules comme « parce que ce n’étaient pas des gens qui croyaient forcément en moi » ou « ils ne m’ont pas forcément soutenue », « humainement parlant, il n’y avait pas une relation très grande », ou quand l’évocation de la relation avec l’entraîneur de pôle suscitait un gros soupir d’embarras suivi d’un « je dirais basique... oui vraiment basique ». Plus explicitement, le type de relations humaines développées avec les encadrants des structures fédérales est déprécié lorsqu’il est comparé avec celles tissées avec l’entraîneur de club.

« C’était plutôt par rapport à mes entraîneurs de club : rien à voir.
— Tu sens vraiment la différence ?
— Ah, rien à voir.
— Par rapport à quoi ?
— Par rapport à tout. C’est-à-dire que moi, j’ai commencé au club de Bourg-d’Ouest. J’ai eu un entraîneur qui a cru en moi, qui s’est intéressé à moi autrement qu’en tant que judokate, alors que les autres ne me considéraient pas comme... ne me considéraient pas, tout simplement. J’étais une partenaire de pôle [silence gêné] » (Nadia, 24 ans).

52Ce sentiment d’anonymat peut même être renforcé par certains dispositifs de détection tel que celui des tests d’entrée au pôle, remémoré par une autre judokate.

« En fait, on avait une réunion pour qu’ils nous expliquent comment ça allait se passer au niveau des entraînements, de la structure, ce qui était mis en place, etc. Après, tu as les tests physiques l’après-midi. Après, tu visites l’internat. Après, tu as l’entraînement du soir. Là, ils te mettent un numéro dans le dos et ils regardent tes combats, comment tu travailles, tes mouvements et tout quoi.
— Ça t’a stressée un peu ?
— Oui » (Juliette, 22 ans).

53Même quand les relations ne sont pas marquées du sceau de la rancœur, le qualificatif qui leur est associé n’est pas vraiment dithyrambique ; elles sont qualifiées de « correctes » ou de « normales ».

« C’est pas forcément des conflits mais l’indifférence des entraîneurs qui t’affecte » (Lisa, 24 ans).

54La collecte de savoirs coupables a correspondu également à la validation de suppositions sur le développement de conflits de personnes, d’un fonctionnement autour de clans, dans la description de conditions de coexistence dures et inscrites dans la durée. L’appartenance à des clans est largement déterminée par des rivalités entre prétendantes appartenant à une même catégorie de poids. Ces rivalités redoublent les lignes de démarcation entre les différents cercles de solidarité concentrique et contribuent au désenchantement des relations humaines qui initialement avaient pu constituer un motif d’attachement à l’espace de regroupement des recrues sportives.

« Il n’y a pas eu des clans ?
— Il y a toujours eu des clans. [...] J’avais un clan, c’est vrai que j’étais avec un certain groupe. J’avoue qu’il y avait de la concurrence à l’intérieur des catégories. [...]
— Sur le tapis comme en dehors ?
— Ça dépend. Moi, j’avais une concurrence avec une fille. Je voulais la battre, c’est tout. Avec certaines filles, c’était pas possible. Elles étaient dans la même catégorie » (Hélène, 23 ans).

55Ces antagonismes sont exacerbés par la promiscuité au sein de l’institution.

« Au sein de tes séjours en structures, est-ce que tu as déjà connu des conflits ?
— Quelle question ! [rires complices] Ah bah oui, obligé.
— De quel type ? Verbal ? Physique ?
— Oui, verbal, verbal. On ne va pas tout dire [éclats de rire]. Non, c’est surtout des conflits verbal [sic]. C’est des conflits entre filles : de la jalousie, “elle a dit ci, elle a dit ça”. Des trucs comme dans la vie normale en fait. Mais là, ça devient plus dur parce que t’es enfermée » (Charlotte, 22 ans).

56Les savoirs coupables, ce sont enfin des situations directement observées lors des séances d’entraînement où s’exprime une plasticité des formats d’accommodation aux exigences de la production de la performance, où chacun sait moduler ses comportements en donnant des gages, en fermant les yeux, en faisant semblant au gré de la nature des interactions en jeu.

4. Les conditions de reproduction de la dynamique d’un double-je sportif

  • 11 Il s’agit d’un ensemble de significations de l’expression « muddling through » chère à Charles Lind (...)

57« Faire ce qu’il faut » est une expression commune aux encadrants des structures de haut niveau et aux recrues sportives. Pour les premiers, elle signifie se soumettre à toutes les exigences de la pratique compétitive d’élite : abnégation, hygiène de vie, préparation mentale et physique, observance des règles et des conseils dispensés. Pour les secondes, elle correspond à l’ensemble des moyens, astuces, habiletés permettant de se débrouiller, de louvoyer, de faire le dos rond11 vis-à-vis des prescriptions de l’encadrement. Ce « faire ce qu’il faut » indigène a pour dessein de perdurer dans une institution qui prolonge un état d’apesanteur sociale.

4.1. Loyauté simulée et défection dissimulée

4.1.1. Un apprentissage collectif : la réversibilité du « faire ce qu’il faut »

  • 12 Il a notamment été mobilisé par Julien Fuchs et Yannick Le Hénaff pour analyser les troisièmes mi-t (...)

58La notion de communauté de pratiques — local community of practices (Paechter, 2003) —semble plutôt ajustée pour qualifier les conduites ayant cours dans les différents espaces de la sociabilité sportive féminine dans le judo de compétition. Ce concept caractérise en effet les groupes partageant une activité et une histoire communes, aux interactions fréquentes, et au sein desquels se développent des processus d’apprentissage collectif12. Ces derniers concernent bien sûr non seulement les acquisitions nécessaires à la performance sportive, mais encore tout un ensemble de conduites destinées à aménager sa position à l’intérieur de l’espace de regroupement des judokates de haut niveau. Ainsi les échanges entre sportives — désignés plus haut par l’expression « parole horizontale » — suintent-ils inéluctablement jusqu’aux personnels au contact de ces dernières.

« En temps normal, la parole horizontale se manifeste de façon continue et produit un effet même sans devenir verticale : il est de nombreuses circonstances où les dirigeants d’une organisation ne peuvent s’empêcher d’enregistrer les opinions et humeurs critiques de leurs administrés et d’en tenir compte, qu’ils soient en présence ou non de mouvements organisés de protestation » (Hirschman, 1986, p. 65).

59Mais surtout, la parole horizontale permet de comprendre que les différentes attitudes quant à l’appartenance à l’institution sportive peuvent se succéder dans le temps et peuvent aussi être combinées. Autrement dit, les échanges entre sportives d’une même communauté de pratiques sont de nature à faire évoluer les positions des unes et des autres.

  • 13 La locution « petit à petit » n’est pas non plus sans rappeler les « petits pas » (small steps) et (...)

« Ça m’a appris petit à petit les relations humaines » (Marine, 21 ans)13.

60Les apprentissages collectifs passent tout particulièrement par la transmission non verbale de façons de « faire ce qu’il faut » pour préserver son capital corporel face à la charge d’entraînement tout en sauvegardant les apparences.

4.1.2. Épargne corporelle versus charge d’entraînement

61Même lorsqu’ils sont encore relativement courts, les parcours sportifs des jeunes judokates de haut niveau sont fréquemment marqués par des blessures. Ces expériences des atteintes pouvant être infligées à leur intégrité corporelle sont l’occasion d’un déplacement du regard porté sur la position à l’intérieur de l’institution sportive.

« Tu as été blessée ?
— Oui, l’été dernier. J’étais en pleine préparation alors tout le monde faisait en sorte que je ne baisse pas les bras pour éviter que je sois blasée. Mais là, ça a fait mal parce que les entraîneurs, ils sont là pour ceux qui sont sur le tapis. Ils entraînent ceux qui sont prêts ; ils les entraînent à être prêts. Tu vois qu’ils comptent sur d’autres personnes parce que tu n’es pas là. Tu as l’impression qu’ils ne misent plus sur toi, qu’ils ne misent que sur ceux qui sont là. T’as l’impression d’être mise à l’écart et ça fait chier. Le pire, c’est que tu ne peux rien faire. Tu es là pour... Tu te poses trop de questions. Tu es là, tu te dis “putain je suis pas là, et si l’autre elle cartonne pendant que je suis pas là, quand je vais revenir, ça va être dur et tout” » (Charlotte, 22 ans).

62Non seulement, les blessures peuvent être à l’origine de questionnements sur la loyauté envers l’institution, mais aussi de la mise en œuvre de stratégies d’évitement de l’engagement physique, voire de défections effectives.

« Donc du coup, accumuler comme ça autant de blessures, à la fin tu perds un peu l’envie. T’es vraiment stressée de te reblesser ou de ne pas réussir à te ressentir bien en compétition, comme ça fait trop longtemps que t’as pas fait de compétition. À chaque fois, de recommencer à zéro, je l’ai fait pendant un temps et puis il y a un moment où ça en vient un peu à te dégoûter, et puis tu te dis : “Peut-être qu’il faudrait faire une pause. Je commence un peu à fatiguer d’essayer de revenir et puis au final tout le temps retomber à zéro”. […] Avec les blessures, j’ai pris un peu plus de recul au niveau des enjeux et des compétitions, un peu plus de recul au niveau de la fédé » (Lison, 24 ans).

63Outre la question de savoir comment faire ce qu’il faut, se pose donc parfois celle de savoir jusqu’où. Que le point de retournement soit lié à des considérations de santé ou scolaires, dans les deux cas, les forces de rappel viennent de l’extérieur de l’institution fédérale d’encadrement du haut niveau, c’est-à-dire des deux autres projets que les athlètes essaient de concilier avec la pratique à haut niveau. Les points d’inflexion de leurs trajectoires sportives s’enracinent également dans les conditions préalables de leur socialisation sportive.

4.2. Hétérogénéité des positionnements et disparités de trajectoires : essai de typification

4.2.1. Des réceptivités variables à une éducation charismatique

64Le concept d’éducation charismatique peut semble-t-il faire l’objet d’une opérationnalisation heuristique sur les trajectoires des athlètes regroupées dans les institutions de production de la performance sportive. Pour ce faire, à la suite de Clément Martin et Christophe Pajon (2011, pp. 397-401), seront distinguées quatre perspectives de cette forme de socialisation secondaire.

« [Ses traits] peuvent seulement être éveillés lorsqu’ils sont présents de manière latente [...]. La renaissance et le déploiement de la qualité charismatique qu’elle rend possible, la mise à l’épreuve, la confirmation et la sélection des personnes qualifiées sont ainsi le sens premier de l’éducation charismatique. Isolement par rapport à l’environnement habituel et à tous les liens naturels de la famille [...], intégration systématique, en revanche, dans une communauté éducative particulière, transformation de toute la conduite de la vie, ascèse, exercices corporels et spirituels extrêmement variés [...], mise à l’épreuve constante du perfectionnement charismatique, à chaque stade atteint, par des épreuves psychiques, des tortures physiques [...], enfin, par degrés, réception solennelle de ceux qui ont été mis à l’épreuve dans le cercle des porteurs confirmés du charisme » (Weber, 2014, pp. 314-315).

65L’éducation charismatique susciterait l’apprentissage d’une grille de lecture commune à travers quatre dimensions. La première correspond à cette idée de préexistence à l’état latent évoquée par Max Weber. L’assentiment préalable, à des degrés divers, à un modèle d’éducation charismatique implique que cette socialisation secondaire prolonge un processus amorcé avant son début institutionnel. Un des enjeux du processus de sélection des élites judokates est d’assurer la réunion entre, d’une part, des individus estimant posséder les qualités physiques, psychiques, morales requises pour réussir et, d’autre part, les centres de préparation au haut niveau qui sont à la recherche des signes de cette élection. Or, les dispositions ex ante des combattantes s’imbriquent plus ou moins dans ce format. Cet ajustement variable est étroitement lié à la trajectoire sportive préalable des recrues. Le calendrier sportif de la fédération de judo contient, outre les compétitions qualificatives, un ensemble de tournois nationaux destinés à évaluer et à repérer les qualités des jeunes athlètes. Ces compétitions sont labellisées par l’institution fédérale qui désigne ainsi les rencontres qui comptent. Les antécédents en termes de performance dans ces événements sportifs sont des gages de maturité qui inclinent inégalement à l’éveil du sentiment de vocation. Cet élément de la trajectoire sportive est renforcé par les clubs dont sont issues les athlètes. Ceux-ci, en fonction de leur taille et de leur notoriété sportive, seront plus ou moins enclins à encourager l’enrôlement de leurs membres dans les structures de regroupement de l’élite nationale, craignant parfois que cet éloignement ne soit le prélude à un départ définitif. Ces deux paramètres de la trajectoire des judokates constituent une première modulation de leur degré d’affinité avec le modèle d’éducation charismatique.

66La deuxième caractéristique, l’isolement par rapport à l’environnement habituel, n’agit pas avec la même intensité sur les athlètes selon que celles-ci appartiennent ou non à des familles où ces expériences peuvent être partagées. Ainsi, lorsque les recrues s’inscrivent dans une lignée ou une fratrie elle aussi passée par les centres de préparation à l’excellence sportive — que ce soit en judo ou dans d’autres disciplines —, la communauté que représentent ces institutions est d’autant plus facilement perçue comme le siège d’une « éducation totale » (Faguer, 1991). Inversement, la primeur d’une expérience peut s’accompagner de forces de rappel plus agissantes pour mettre en balance des références rattachées à d’autres univers que celui de la production de la performance. Cette seconde modulation de l’engagement dans un modèle d’éducation charismatique suggère que les athlètes sont confrontées à l’alternative entre deux types de mondes qui peuvent les « accrocher » : un monde « poly-référencé » qui suppose un engagement encore limité dans l’univers de l’excellence sportive avec un accrochage à d’autres univers de vie ; un monde « mono-référencé » caractérisé par l’immersion dans un univers extra-ordinaire de la performance.

67Troisièmement, les trajectoires se différencient par une sensibilité variable à l’aspect émotionnel du contexte de transmission d’une éducation charismatique. La mise en scène d’une continuité de lignée entre les personnes éprouvées et leurs devancières, plus ou moins illustres, passe par différents rites destinés à confirmer la qualification charismatique tout en perpétuant une tradition à laquelle est attribuée une puissance socialisatrice. C’est par exemple la signification qui peut être attribuée aux dotations en équipements que reçoivent les nouvelles recrues : kimono, sac à l’effigie de l’institution à laquelle elles appartiennent. Outre un détachement plus ou moins marqué à l’égard de ce fétichisme, ces insignes n’ont bien sûr pas la même signification selon le halo de prestige qui entoure le lieu auquel ils rattachent ; l’efficacité du charisme, objectivé dans les choses selon le principe sacralisant de l’illustre lignage, fonctionne ici d’autant mieux que le parcours des sportives est juste tangent par rapport au symbole arboré.

68La quatrième facette du processus différenciant les parcours correspond à l’irradiation très inégale de l’enseignement reçu des porteurs confirmés du charisme. Au cours de leur formation dans les pôles, les judokates sont encadrées par des entraîneurs devenus détenteurs d’un charisme de fonction. Les bénéfices retirés de cet accompagnement ne sont pas équivalents pour toutes les recrues. L’évaluation du travail des encadrants dépendant des résultats obtenus par leurs pensionnaires, ils privilégient les athlètes auxquels ils prêtent un fort potentiel.

69L’imbrication de cet ensemble de bifurcations possibles au cours du processus de formation des élites judokates permet de proposer une « stylisation de la réalité » (Schnapper, 2005, p. 22), où les trajectoires possibles des recrues se distribuent sur un espace ramifié dans lequel opèrent les aiguillages conduisant vers les parcours d’établies dans le giron fédéral, d’outsiders, ou encore de sorties, même si ce dénouement tend à être différé pour prolonger une incertitude autant sportive que sociale.

4.2.2. Perpétuer une situation d’apesanteur sociale : une accommodation à la sympathie

70Complétant quant à lui le triptyque hirschmanien, Guy Bajoit a exploré en détail une quatrième figure relative à l’évolution des attitudes face au mécontentement(Bajoit, 1988). Prenant appui sur deux exemples très ordinaires — un positionnement dans une situation de travail et un comportement conjugal —, il rappelle comment un même individu peut passer par toute la gamme des réactions décrites par Hirschman, plus une qu’il assimile à l’apathie.

  • 14 Cette trajectoire type est finalement courante puisque toutes les recrues ne deviennent pas champio (...)

71Cette figure de l’apathie présente l’intérêt de rendre compréhensible l’attitude d’accommodation des sportives qui demeurent au sein d’un système avec des attentes totalement dissociées des buts affichés par l’institution. Leur attachement n’est plus lié à la perspective de réaliser des performances mais au fait de demeurer dans un environnement où elles font juste « ce qu’il faut » pour continuer à bénéficier d’agréments tels que les moments de rigolade, les événements festifs, certains déplacements. Tout simplement : faire durer le plus possible une situation d’insouciance, de sociabilité juvénile, d’appartenance encore au milieu du haut niveau tout en n’étant plus soi-même au niveau. À la différence de la religion, perdre foi en la providence — en l’occurrence sportive — n’induit pas systématiquement une rupture d’appartenance. Si cette situation ne correspond pas à un état de fidélité sans foi, elle « dénote plutôt une forme de résignation que, faute d’un terme plus adéquat, [l’on peut] appeler apathie » (Bajoit, 1988, p. 327)14. En l’occurrence, l’expression est effectivement mal ajustée tant cette résignation se mâtine de moments sympathiques. La prorogation d’un parcours dans une structure dédiée à la production de la performance peut être lue comme un moyen de différer la sortie de l’adolescence. Le regard rétrospectif porté sur ces années omet rarement d’évoquer les agréments liés à ce mode de vie. Y compris après avoir arrêté le judo, une athlète déclarait craindre un peu, en évoquant ce passé :

« De retourner dans une ambiance qui me plaît énormément. C’est une ambiance particulière. C’est une atmosphère de rigolade. Après, il y a le côté “on voyage aussi pas mal”. Rien que pour ces deux choses-là, ça vaut la peine » (Lison, 24 ans).

72La prolongation de leur présence dans les pôles France et espoirs permet en outre aux judokates qui ne feront pas partie des appelées au plus haut niveau de poursuivre leur parcours compétitif dans les championnats par équipes où leur présence permet d’éviter la configuration pénalisante de forfait d’une des combattantes.

« Ça te permet de vivre des choses qui sont assez fortes. En plus, quand tu as une victoire ou un titre, c’est quelque chose qui est énorme à vivre, aussi bien pour toi que pour tes partenaires » (Lucille, 25 ans).

73Cette possibilité d’une seconde carrière compétitive en équipe peut être lue comme une justification supplémentaire des compensations, ici sportives, qu’offre une intégration prolongée dans une structure ne correspondant plus aux attentes de préparation et de formation initialement placées en elle.

74Ces arguments de la sympathie, de la camaraderie ne jouent pas que pour les athlètes de second rang entre elles ; ils correspondent également à un ensemble d’agréments auxquels sont sensibles les judokates de premier plan. L’invisibilisation du rôle des athlètes anonymes ne renvoie pas qu’à leur fonction de partenaire d’entraînement, mais aussi à celui de compagnes le temps de l’intégration dans les structures, avant que la voix et le regard des entraîneurs ne se portent plus que sur quelques élues, celles dont on connaît le nom parce qu’on s’y intéresse.

75Par-delà les agréments associés à la persistance dans les pôles, la loyauté, même simulée, envers l’institution sportive s’explique par le fait que l’aveu de défections dues à des insuffisances de résultats sportifs semble relativement impossible. Dans cette optique, persister dans l’institution constituerait aussi une façon de ménager la possibilité de ne pas perdre la face (Goffman, 1974a) tout en demeurant dans une forme d’apesanteur sociale. La perspective de retourner dans son club d’origine, en ayant quitté une structure de formation des athlètes de haut niveau, est alors ressentie comme un déclassement. Ce retour avec un simple statut de licenciée marque la fin d’un traitement particulier par la fédération, par le club, par les institutions de formation telles que l’Université qui n’accordent plus les prérogatives associées à la qualité de sportif de haut niveau. Le maintien dans ces structures peut parfois offrir un alibi au décrochage scolaire. Ici, on comprend que des athlètes n’ayant pas vraiment d’alternative de placement de leur loyauté ailleurs puissent garder la foi en leurs performances sportives ou s’emploient à accommoder leur situation au cadre institutionnel. Dans ce louvoiement entre loyalisme et résistance, les judokates peuvent retourner à leur avantage la construction de certains stéréotypes de genre.

4.3. L’intrication de la construction des comportements de genre avec les formes de loyalisme affecté

  • 15 Pour pleinement saisir le travail de construction du genre, il aurait été nécessaire ici de mener l (...)

76Le travail de construction de comportements de genre au travers des interactions entre les sexes dans le judo a fait l’objet d’une étude minutieuse de Carine Guérandel et Christine Mennesson (2007), qu’il est possible de mobiliser pour saisir la spécificité des possibilités de jeu avec le loyalisme affecté dont disposent les judokates15. Dans leur étude, ces auteures s’appuient sur les différents cadres de l’expérience développés par Erving Goffman (1974b). Elles dissocient dans leur observation deux cadres d’action, celui de l’expérience genrée socialement construite et celui du judo. Elles analysent ensuite les effets respectifs des alternatives d’inscription des judokas et judokates observés dans chacun de ces cadres au cours de l’entraînement. Parmi les enseignements de cette recherche, elles confirment les résultats d’études signalant que :

« […] les adolescents constituent deux groupes distincts avec des centres d’intérêt divergents. Le sport apparaît comme un élément central de la culture des garçons, tandis que les filles, même parmi les athlètes de haut niveau, s’intéressent moins au champ sportif dans leurs conversations, confirmant ainsi le caractère masculin du monde des sports » (Guérandel et Mennesson, 2007, p. 173, je traduis).

  • 16 C’est parfois le cas dans les pôles espoirs et dans les pôles France. En revanche, ce n’est pas le (...)

77Ce premier constat permet de concevoir que les formes de détachement des judokates vis-à-vis de leur pratique soient moins perceptibles que chez les garçons du fait d’une moindre centration verbale sur le judo. En outre, les caractéristiques plus physiques du judo masculin, recourant davantage à la force, au regard de celui des filles, réputé plus souple, rend ces dernières moins exposées aux reproches d’un manque d’investissement lors des séances d’entraînement. Ce constat de possibilités de résistance passive à la charge d’entraînement recoupe une autre analyse faite par les auteurs après avoir observé des séances d’entraînement qui n’étaient que partiellement « démixées »16. Dans ce contexte, les combats contre les garçons peuvent constituer, soit l’affirmation d’un judo valorisant la forme de pratique masculine, pour les combattantes adeptes d’un judo physique, soit une modalité d’épargne corporelle, pour celles qui sont plus en phase avec les usages féminins privilégiant souplesse et technique. Dans cette dernière configuration, s’ils s’inscrivent dans le strict cadre du judo de compétition, les garçons prennent fréquemment — mais pas systématiquement — le dessus sur leurs adversaires féminines. Celles-ci peuvent alors arguer de l’iniquité de l’opposition sans qu’un manque de combativité puisse leur être reproché par les entraîneurs. Inversement, lorsque les garçons transposent sur le tatami le code genré de la galanterie, ils tendent à discréditer la valeur des performances féminines en ne combattant pas au mieux de leurs capacités. Dans ce contexte particulier d’entraînements possiblement mixtes, le choix d’un partenaire de sexe opposé peut dissimuler, pour les athlètes n’usant pas du code de la force, une attitude de faible implication en dépit d’une impression a priori contraire liée au fait qu’elles pratiquent avec des garçons. À l’inverse, pour les autres filles qui, habituellement, transgressent volontiers les stéréotypes de genre en s’appropriant les attributs d’un judo masculin recourant davantage à la force en affrontant régulièrement des garçons, les changements d’usages s’interpréteront paradoxalement comme les signes d’un désengagement.

5. L’armée partenariale de réserve : condition de perpétuation de la performance sportive

78La production de la performance sportive dans le judo féminin a été analysée à l’aune de trois séquences auxquelles renvoie le titre de cet article : je suis venue, j’ai vu, j’ai joué. Au-delà des procédés rhétorique et didactique d’exposition, elles restituent l’évolution différenciée des conditions dans lesquelles est organisé ce travail de concentration, de formation et de sélection des élites judokates en France.

79Veni. L’analyse des logiques d’intégration des structures de l’excellence sportive a fourni une opportunité de documenter, en lui donnant une consistance sociale, l’acception vaporeuse du terme de loyalisme, en interrogeant la diversité des significations d’un loyalisme dans l’univers du sport de haut niveau ainsi que les formes de son incorporation. L’étude du fonctionnement concret de l’institution sportive donne en effet à voir les effets de mécanismes de ritualisation de la domination. Elle a permis notamment de signifier comment, au terme d’un parcours d’intégration mêlant enchantement, confinement et désenchantement, l’institution est incorporée par les sportives de haut niveau au fil d’un processus au sein duquel l’organisation du temps joue un rôle essentiel dans ce travail d’acculturation des athlètes aux règles de la sujétion sportive.

80Vidi. Même s’il existe encore des limites à l’irradiation d’un paradigme managérial dans le milieu sportif, celui-ci a bien été le terrain du développement de logiques d’imputation et d’appropriation individuelles de produits collectifs. La construction ordinale d’une individualisation des formes de l’excellence sportive constitue un des éléments les plus tangibles du regard rationalisant qui se pose désormais sur le judo de haut niveau. Les effets de classement, de partition, que produisent les standards du « gagnant-prend-tout » ont déstabilisé les régimes de loyauté de cet univers de production de la performance en rendant particulièrement visible la division du travail sportif et ses rétributions.

81Lusi. Ces lignes de discrimination suscitent des comportements d’adaptation variables de la part des recrues selon qu’elles appartiennent au collectif des établies ou à celui des outsiders qui se débrouillent en louvoyant avec les attentes de l’institution pour y perdurer, sans s’y soumettre pour autant. Ce double-je permet de conclure à une absence d’homogénéité des comportements par la mise en évidence de formes de résistance au façonnement institutionnel. À ce double-je réplique le double jeu de l’institution fédérale qui ne peut totalement l’ignorer mais s’en accommode largement, tant l’efficacité du modèle de production de la performance sportive dans le judo féminin repose sur l’existence et le renouvellement d’une armée partenariale de réserve.

82Dans une perspective connexe, cette contribution a visé à rendre compte des relations de pouvoir dans le sport de haut niveau au regard d’un autre triptyque — Exit, Voice and Loyalty — et à réinterroger ce triptyque, et tout particulièrement le troisième terme de celui-ci, souvent délaissé (Lehingue, 2011).

Haut de page

Bibliographie

Bajoit, G., 1988. Exit, Voice, Loyalty... and Apathy. Les réactions individuelles au mécontentement. Revue française de sociologie 29 (2), 325–345.

Bertrand, J., 2009. Entre « passion » et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel. Sociologie du travail 51 (3), 361–378.

Bertrand, J., 2012. La fabrique des footballeurs. La Dispute, Paris.

Bourdieu, P., 1989. La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Les Éditions de Minuit, Paris.

Bourdieu, P., Saint-Martin, M. de, 1975. Les catégories de l’entendement professoral. Actes de la recherche en sciences sociales 3, 68–93.

Brissonneau, C., Aubel, O., Ohl, F., 2008. L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel. Presses universitaires de France, Paris.

Clément, J.-P., 1981. La force, la souplesse et l’harmonie. Étude comparée de trois sports de combat : lutte, judo, aïkido. In: Pociello, C. (Ed.), Sports et société. Approche socio-culturelle des pratiques. Vigot, Paris, pp. 285–301.

Clément, J.-P., 1985. Étude comparative de trois disciplines de combat et de leurs usages sociaux. Thèse de sociologie de l’université de Paris 7.

Cyert, R.M., March, J.G., 1963. A Behavioral Theory of the Firm. Prentice Hall, Englewood Cliffs, New Jersey.

Defrance, J., 2000. La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif. Politix 13, 13–27.

Faguer, J.-P., 1991. Les effets d’une « éducation totale ». Un collège jésuite, 1960. Actes de la recherche en sciences sociales 86-87, 25–43.

Faure, J.-M., Fleuriel, S., 2010. Excellences sportives. Économie d’un capital spécifique. Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges.

Fleuriel, S., 2004. Le sport de haut niveau en France. Sociologie d’une catégorie de pensée. Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Fleuriel, S., Schotté, M., 2008. Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs. Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges.

Frank, R.H., Cook, P.J., 1996 [1995]. The Winner-Take-All Society: Why the Few at the Top Get So Much More Than the Rest of Us. Penguin Book, New York.

Fuchs, J., Le Hénaff, Y., 2014. Alcohol Consumption among Women Rugby Players in France: Uses of the « third half-time ». International Review for the Sociology of Sport 49 (3-4), 367–381.

Goffman, E., 2010 [1961]. Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus. Les Éditions de Minuit, Paris.

Goffman, E., 1974a [1967]. Les rites d’interaction. Les Éditions de Minuit, Paris.

Goffman, E., 1974b. Frame Analysis: An Essay on the Organization of Experience. Harper and Row, London.

Guérandel, C., Mennesson C., 2007. Gender Construction in Judo Interactions. International Review for the Sociology of Sport 42 (2), 167–186.

Hirschman, A.O., 1986. Défection (« exit ») et prise de parole (« voice ») : l’état du débat. In: Hirschman, A.O., Vers une économie politique élargie. Les Éditions de Minuit, Paris.

Hirschman, A.O., 1995a [1970]. Défection et prise de parole. Fayard, Paris.

Hirschman, A.O., 1995b. Un certain penchant à l’autosubversion. Fayard, Paris.

Hughes, E.C., 1996. Le regard sociologique. Essais choisis. Recueil de textes traduits et présentés par Jean-Michel Chapoulie. Éditions de l’EHESS, Paris.

Lagroye, J., 2009. Appartenir à une institution. Catholiques en France aujourd’hui. Economica, Paris.

Lefèvre, N., 2010. Construction sociale du don et de la vocation de cycliste. Sociétés contemporaines 80, 47–72.

Lehingue, P., 2011. L’éclipse de la loyalty dans la trilogie conceptuelle d’A.O. Hirschman. In: Laroche, J. (Ed.), La loyauté dans les relations internationales. L’Harmattan, Paris, pp. 59–80.

Lindblom, C.E., 1959. The Science of “Muddling Through”. Public Administration Review 19 (2), 79–88.

Martin, C., Pajon, C., 2011. Max Weber, le charisme routinisé et l’armée de l’air. L’éducation charismatique au sein d’une école d’officiers. L’Année sociologique 61 (2), 383–405.

Paechter, C., 2003. Masculinities and Femininities as CoPs. Women’s Studies International Forum 26 (1), 69–77.

Papin, B., 2007. Conversion et reconversion des élites sportives. Approche socio-historique de la gymnastique artistique et sportive. L’Harmattan, Paris.

Papin, B., 2010. La professionnalisation des gymnastes de haut niveau. Voie nationale et chemins de traverse. In: Faure, J.-M., Fleuriel, S. (Eds), Excellences sportives. Économie d’un capital spécifique. Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, pp. 63–88.

Pinto, L., 1975. L’armée, le contingent et les classes sociales. Actes de la recherche en sciences sociales 3, 18–41.

Pudal, B., 2009. Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours. Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges.

Rasera, F., 2012. Le métier de footballeur. Les coulisses d’une excellence sportive. Thèse de sociologie de l’Université Lumière Lyon 2.

Rosen, S., 1981. The Economics of Superstars. American Economic Review 71 (5), 845–858.

Schnapper, D., 2005 [1999]. La compréhension sociologique. Démarche de l’analyse typologique. Presses universitaires de France, Paris.

Schotté, M., 2005. Destins singuliers. La domination des coureurs marocains dans l’athlétisme français. Thèse de Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives de l’université de Paris X–Nanterre.

Schotté, M., 2012. La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains. Raisons d’agir, Paris.

Vigarello, G., 1966. Entraîneur, éducateur ? Partisans 28, 39–42.

Weber, M., 2014 [1922]. La domination. La Découverte, Paris.

Winock, M., 1987. Le complexe de Poulidor. In: Winock, M., Chronique des années soixante. Le Seuil, Paris, pp. 138–142.

Haut de page

Notes

1 Pour préserver l’anonymat des interviewées, leurs prénoms ont été modifiés. De même, les noms des lieux ont été transformés.

2 A. O. Hirschman (1995a, p. 124) parle de « la forme particulière d’attachement à une organisation que l’on appelle loyalisme ». Sa théorie du loyalisme est développée dans les pages 122 à 164 de cet ouvrage.

3 Le fait d’avoir deux filles ayant côtoyé ces sportives a bien sûr grandement facilité cette entreprise. De même, être licencié et pratiquant dans un des meilleurs clubs français du moment a pu contribuer à l’obtention de contacts avec certaines athlètes. En raison du jeune âge de certaines judokates interviewées, la qualité des entretiens avec les plus juvéniles demeure assez variable. D’une part, ils ont pu être assez courts, n’excédant pas trente minutes. D’autre part, la courte expérience de ces jeunes filles au sein des institutions de formation de l’élite judokate présentait un intérêt parfois limité. En outre, en raison du souci d’anonymisation, des éléments biographiques déterminants ne peuvent être utilisés. La garantie d’anonymat a été un élément décisif dans l’obtention des accords pour la réalisation de ces entretiens. La plupart des athlètes étant encore engagées dans la quête de performances, elles ont pu redouter d’être reconnues dans « un petit monde » où quelques traits distinctifs permettent aisément à un insider d’identifier une locutrice.

4 Cette indécision n’est semble-t-il pas problématique dans la mesure où A. O. Hirschman lui-même ne l’a pas vraiment tranchée. Dans la traduction de 1972, publiée en français sous le titre Face au déclin des entreprises et des institutions (Éditions sociales), de l’ouvrage de 1970, loyalty a systématiquement été traduit par loyalisme. Publiée en 1995 chez Fayard sous le nouveau titre Défection et prise de parole. Théorie et applications, la traduction initiale est demeurée inchangée. Dans d’autres contributions — dont celle de 1986 aux Éditions de Minuit, Vers une économie politique élargie, à la traduction de laquelle l’auteur a été associé —, c’est le terme « loyauté » qui s’est imposé.

5 L’âge moyen des athlètes interviewées est ici de vingt ans et demi. On peut songer à la situation encore plus emblématique des gymnastes, notamment féminines. Pour une illustration de l’originalité de la position de la gymnastique, voir Papin, 2010, pp. 63-88.

6 La jurisprudence administrative sur des affaires de contestation par des sportifs de haut niveau des sélections fédérales demeure nuancée. Si les fédérations délégataires ont de réelles prérogatives, elles ne peuvent toutefois en abuser et le juge veille aussi, dans le cadre de sa mission générale de « dire le droit », au respect de l’équité. Dans l’affaire dite Bensimon, Guyot, Kamoun, le Conseil d’État a confirmé, le 22 février 1991, la sélection de la Fédération française de natation ; à l’inverse, dans l’affaire Dambier, la Fédération française des sports de glace a entériné la décision du Tribunal administratif de Cergy du 28 décembre 2005, rétablissant ce patineur dans son droit d’être titulaire en équipe de France.

7 Sauf mention contraire, je suis responsable, pour les extraits cités dans cet article, de toutes les traductions de l’anglais et de leurs insuffisances.

8 Dans une chronique initialement parue dans le journal Le Monde, Michel Winock (1987, pp. 138-142) revient sur la popularité de Raymond Poulidor qu’il compare à celle, moins unanime, de Jacques Anquetil. Il l’impute à la profonde humanité dont Poulidor était gratifié face à l’organisation implacable, sans poésie, caractérisant son rival plus fortuné mais moins engageant.

9 Le corollaire de cette logique est une somme de « perdants » innombrables que R. Frank et P. Cook assimilent à un immense gâchis. Dans le septième chapitre de leur ouvrage, intitulé « The Problem of Wasteful Investment » (le problème de l’investissement à perte), huit pages sont consacrées aux dégâts collatéraux dans l’univers sportif (Frank et Cook, 1996, pp. 131-138).

10 Cette séparation n’est pas propre aux seules structures de regroupement national ; elle peut être redoublée au niveau local dans le fonctionnement des clubs qui valident de la sorte les classements centraux.

11 Il s’agit d’un ensemble de significations de l’expression « muddling through » chère à Charles Lindblom, même si celle-ci ne correspond qu’à deux occurrences dans son article presque éponyme (Lindblom, 1959, p. 88).

12 Il a notamment été mobilisé par Julien Fuchs et Yannick Le Hénaff pour analyser les troisièmes mi-temps au rugby féminin (Fuchs et Le Hénaff, 2014).

13 La locution « petit à petit » n’est pas non plus sans rappeler les « petits pas » (small steps) et les étapes incrémentales (incremental steps) de la méthode du muddling through de C. Lindblom (1959, pp. 79 et 88).

14 Cette trajectoire type est finalement courante puisque toutes les recrues ne deviennent pas championnes mais ne quittent pas instantanément les concentrations destinées à produire l’élite sportive.

15 Pour pleinement saisir le travail de construction du genre, il aurait été nécessaire ici de mener l’investigation auprès de judokas masculins ; seule la comparaison entre les sexes permet en effet de déceler ce qui relève d’une socialisation genrée.

16 C’est parfois le cas dans les pôles espoirs et dans les pôles France. En revanche, ce n’est pas le cas à l’Institut du judo où féminines et masculins s’entraînent sur deux surfaces distinctes situées sur des niveaux différents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Le Noé, « Veni, vidi, lusi. L’énigme du loyalisme des judokates de haut niveau », Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 4 | 2015, 536-558.

Référence électronique

Olivier Le Noé, « Veni, vidi, lusi. L’énigme du loyalisme des judokates de haut niveau », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 4 | Octobre-Décembre 2015, mis en ligne le 23 octobre 2015, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1281

Haut de page

Auteur

Olivier Le Noé

Centre de recherches sur le sport et le mouvement (CeRSM)
UFR STAPS, Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense
200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France
olenoe[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals