Navigation – Plan du site
Articles

Jardins et dépendance. L’institutionnalisation précaire de l’horticulture thérapeutique

Gardens and Dependency: The Precarious Institutionalising of Therapeutic Horticulture in France
Eric Doidy et Emmanuel Dumont
p. 39-55

Résumés

Le déploiement d’une action publique autour de la dépendance, et la diffusion d’injonctions au « verdissement » de la société comme à la recherche du bien-être, offrent un contexte propice à la réinvention contemporaine d’une vieille idée : le jardinage recèlerait des vertus thérapeutiques. Quelles sont, dès lors, les activités des militants qui prônent la légitimation de l’horticulture comme pratique thérapeutique professionnelle et son développement au sein d’institutions de santé ? Pour ces militants, attester des vertus thérapeutiques du jardinage constitue une épreuve de réalité avec laquelle ils composent, depuis sa mise en scène jusqu’à son évitement. Mais c’est aussi par là qu’ils enrôlent le monde médical, enrôlement dont l’ambivalence dans ce processus constitue un enjeu.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Le quotidien Le Monde, dans son édition du 8 janvier 2011, consacre un dossier à la « réforme de la dépendance » (une série de mesures envisagées pour faire face à l’augmentation prochaine du nombre de personnes âgées dites « dépendantes ») que le gouvernement présente alors comme son « grand chantier » de l’année. On peut notamment y lire la tribune d’un médecin du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nancy, le docteur Thérèse Jonveaux, qui compte une description lyrique des bienfaits supposés du « jardin thérapeutique » sur les « patients sévèrement dépendants » :

« (…) Autonomie, liberté intangible, celle de la caresse du vent, d’un rayon de soleil sur la joue parfois, où es-tu partie ? Cette dame s’agite devant la porte vitrée verrouillée — réponse au risque de fugue —, brandissant sa canne de colère : elle veut juste aller se promener au jardin, voir les fleurs, écouter le chant des oiseaux… ! Choisir encore des choses simples : sortir dehors… De là, un simple espace vert, à Nancy, est devenu jardin thérapeutique dont la création s’étaye de la lecture des symptômes de la maladie d’Alzheimer : œuvres d’art et plantations concourent à des activités de réhabilitation cognitive, attirent les enfants…
Modestes instants glanés auprès de patients sévèrement dépendants : mains potelées et mains ridées tassent la terre du petit pot, et la bouture d’ancolie trouve son équilibre, son assise, bien plantée. Pimpante, elle secoue ses corolles, au rythme des pas légers, emportée à la maison, vers le jardin de l’enfant, coin de mystère et de rêves. Le bambin laisse au regard adouci de l’aïeul le bouquet composé ensemble dans le vase improvisé : la lumière des couleurs de l’été envahit la chambre et, dans le jardin, demain palpite encore, invisible, la joie des heures partagées ».

2Ce texte mobilise des ressources très contemporaines, du lexique des neurosciences (la « réhabilitation cognitive ») aux valeurs du zen (la « simplicité » qui permet d’évacuer la « colère »), et voit dans le jardinage une source de fatigue saine qui s’avère bénéfique pour l’individu, sur le plan physique comme sur le plan moral. Cette représentation n’est pourtant pas nouvelle : au cours de l’histoire, le jardinage a fait l’objet de réinventions successives, selon le contexte politique et moral du moment, souvent associées à un souci de contrôle social et d’encadrement des classes dangereuses (Castel, 1976). Au XIXe siècle, la croyance en un « redressement moral » par le travail de la terre a ainsi servi de socle à la création de colonies pénitentiaires agricoles pour enfants délinquants ou vagabonds, dont témoignent les établissements de Clairvaux ou de Mettray (Dupont-Bouchat et Pierre, 2001 ; Condette, 2005 ; Forlivesi et al., 2005). Elle a aussi induit l’essor des jardins ouvriers (Cabedoce, 1991 ; Weber, 1998).

  • 1 Témoignage de cette diffusion, l’abondante littérature contemporaine « ouvrant une zone indécise en (...)

3Si la réactivation contemporaine de cette représentation romantique de la nature par des dispositifs associatifs ou institutionnels doit beaucoup à l’hygiénisme philanthropique du XIXe siècle (Dubost et Lizet, 2003), son contexte d’énonciation a, quant à lui, changé. Plus d’un siècle plus tard, celui-ci est en effet marqué par la diffusion conjointe de deux lieux communs qui se trouvent réunis dans l’idée des « bienfaits thérapeutiques du jardinage » : d’une part, une vulgate écologisante qui fait du « vert » une injonction constante d’ordre moral et pratique (voir notamment Micoud, 1995 ; Delavigne, 2003) et, d’autre part, une vulgate psychologisante où l’éloge du « soi » et l’incitation à rechercher le « bien-être » sont continus (Corcuff, 2002)1. Ce cadre moderne offre alors de nouvelles opportunités à des acteurs qui « font de la morale en croyant qu’ils font de la science » (Bourdieu, 1987 : 120).

1.1. Les vertus thérapeutiques du jardinage : une question pour le sociologue ?

4Le jardinage possède-t-il effectivement de telles vertus thérapeutiques ? En quoi est-il plus bénéfique, par exemple, que la menuiserie ? Le sociologue semble a priori bien dépourvu pour aborder ces questions. Pourtant, une littérature académique revendiquant une affiliation aux sciences sociales s’est développée ces dernières années, avec l’objectif d’y apporter une réponse : il s’agit de démontrer que le jardinage a bel et bien des effets bénéfiques (Haubenhofer et al., 2007 ; Eilings et Hassink, 2010). Soucieux d’informer les politiques publiques (Hassink et Van Dijk, 2006), ces travaux sont par exemple conduits par certains sociologues pour accompagner une réflexion sur la multifonctionnalité et le développement de « prestations sociales » dans le secteur agricole (Widmer et al., 2011 ; Wydler et Picard, 2010 ; Fazzi, 2011). Des études sont ainsi menées afin de déterminer les « bénéfices sociaux » que peuvent tirer de ces activités les « exclus » (comme le bien-être, la capacité retrouvée à poursuivre un but ou à prendre part à un collectif de travail, ou encore l’apprentissage de la confiance en soi et de la sociabilité : Sempik et al., 2005).

5Certes, ces travaux restent prisonniers d’une orientation thérapeutique, et d’une vision souvent enchantée de la nature. Le sociologue peut alors préférer s’intéresser aux investissements symboliques opérés, dans une logique de distinction, par les acteurs qui s’engagent dans ces groupes et qui disent tirer du jardin ou du potager des vertus autres que les seuls bienfaits alimentaires (Bergues, 2011). Pourtant, même ici, la question des vertus thérapeutiques du jardinage paraît constamment en toile de fond : parce que les acteurs y apportent une réponse dans leur pratique, et surtout parce qu’ils doivent y apporter une réponse pour voir leur pratique reconnue comme légitime. Le présent article propose de prendre au sérieux cette question, non pas cette fois-ci pour contribuer à y répondre, mais bien plutôt pour saisir la manière dont elle se pose aux acteurs qui œuvrent pour le développement de l’hortithérapie et sa reconnaissance institutionnelle en France : les associations, les bénévoles ou hortithérapeutes professionnels qui entendent créer des jardins à but thérapeutique dans les hôpitaux, les maisons de retraite ou les établissements de santé. Comment attester que le jardinage a bel et bien de telles vertus ? Il s’agit d’examiner comment les acteurs posent la question — ou au contraire évitent de la poser, s’accordant sur l’impératif de ne pas la soumettre à la discussion. Ce rapport à l’épreuve scientifique qui hante leur activité nous permet en effet de comprendre comment ces acteurs orientent une stratégie de légitimation d’un secteur d’intervention.

1.2. L’institutionnalisation des thérapies horticoles, des États-Unis à la France

6L’idée selon laquelle le jardinage recèle des vertus thérapeutiques permet à de nouveaux acteurs d’investir la gestion des catégories de population décrites comme dépendantes ou vulnérables.

7Aux États-Unis, l’hortithérapie se présente comme un « champ de recherche bien établi » depuis 1973 (Adil, 1994 : VI), année où l’Université d’État du Kansas a, la première, proposé à ses étudiants une licence d’horticulture thérapeutique — filière enrichie depuis d’un diplôme de troisième cycle — et où une association professionnelle a été créée (l’American Horticultural Therapy Association, AHTA). Elle édite depuis 1986 le Journal of Therapeutic Horticulture qui offre un espace de débat professionnel et d’échanges sur les pratiques, et qui se veut une revue universitaire en faisant progresser un front de recherche. Pour les thérapeutes enseignant dans les filières universitaires, il s’agit de développer un programme de recherche finalisé permettant de systématiser et de rationaliser « l’art ancestral des guérisseurs », et légitimant l’horticulture thérapeutique en tant que profession (Adil, 1994 : VI). Les acteurs identifient ainsi une série de bienfaits à la fois physiques (le jardinage comme une saine activité à l’air libre qui permet de faire de l’exercice et qui stimule les sens), émotionnels ou psychologiques (une activité réduisant le stress, permettant d’oublier les tracas quotidiens, de conforter l’estime de soi et le sens des responsabilités et procurant un sentiment d’accomplissement lorsque le travail porte ses fruits), sociaux (une activité créatrice de lien social) ou intellectuels (une activité qui suppose un apprentissage constant, qui permet d’expérimenter et qui stimule la créativité) (Adil, 1994 : VI). À partir des années 1980, y compris hors des États-Unis (pays anglophones, Europe du Nord et Japon), le thème des bienfaits thérapeutiques du jardin fournit régulièrement matière à des ouvrages ou articles de revue relevant de disciplines telles que l’architecture du paysage (Nakamura et Fuji, 1992 ; Cooper-Marcus et Barnes, 1999) ou encore la psychologie environnementale (Ulrich, 1981 ; Whitehouse et al., 2001) voire, beaucoup plus rarement, de la médecine (Horsburgh, 1995). Les études qui font autorité dans le domaine s’appuient sur une méthodologie consistant à mesurer, à l’aide d’indicateurs se voulant objectifs, les effets d’une mise en présence d’êtres de nature : les chercheurs vont par exemple évaluer si les patients d’un hôpital dont une fenêtre donne sur un jardin effectuent un séjour post-opératoire à l’hôpital plus court ou prennent moins d’analgésiques que des patients qui n’ont face à eux qu’un mur de briques (Ulrich, 1984), ou encore examiner les électro-encéphalogrammes de sujets en train d’observer des plantes (Nakamura et Fuji, 1990).

8Titulaires de diplômes universitaires, et insérés dans une communauté professionnelle reconnue, les hortithérapeutes ou architectes paysagistes spécialisés en horticulture thérapeutique dirigent aujourd’hui aux États-Unis des programmes de prise en charge de patients « vulnérables » ou « dépendants ». Financés sur fonds privés ou subventionnés par des départements d’État, ces programmes sont proposés à des personnes âgées, des enfants autistes ou encore des vétérans de guerre atteints de syndromes de stress post-traumatique : s’ils sont parfois réappropriés par la clientèle urbaine des classes moyennes ou supérieures désireuses de « renouer avec la nature », ils apparaissent également comme un nouveau dispositif pour gérer, à l’écart de la société, des populations étiquetées comme déviantes ou dangereuses (Doidy, 2012).

  • 2 Des programmes de formation sont tout de même proposés, mais souvent d’initiative associative et mo (...)

9Bien qu’en France aucune université ni école ne délivre de diplôme d’hortithérapie2, il existe aujourd’hui plusieurs associations qui militent pour la reconnaissance de savoir-faire professionnels et pour le soutien public au développement de jardins à but thérapeutique. Créée en 2005 et s’inspirant des modèles anglo-saxons, l’association Jardins et Santé – Jardins ouverts au service de la santé, par exemple, est définie par ses membres (parmi lesquels des universitaires et chercheurs à la retraite, agronomes ou botanistes) comme une « société savante ». Elle réunit des dons privés et finance, d’une part, des bourses de recherche clinique sur les maladies du cerveau et, d’autre part, des actions de promotion. L’attribution d’aides à la création de jardins à but thérapeutique au sein d’établissements hospitaliers ou médico-sociaux poursuit ainsi l’aide à la formation proposée tandis que l’organisation de manifestations permet la mise en réseau de porteurs de projets et la collecte de fonds. Néanmoins, l’horticulture thérapeutique est encore loin d’être aussi institutionnalisée qu’aux États-Unis : la pratique est peu légitimée et les liens forts avec des institutions telles que l’hôpital font encore défaut.

1.3. Système de croyance, mise en réseau et rapport à l’épreuve

  • 3 Le symposium « Les jardins à but thérapeutique : l’accompagnement par le jardin et le jardinage des (...)
  • 4 Les promoteurs des jardins à but thérapeutique produisent certaines normes relatives à la santé ou (...)

10Bien que certaines études aient finement retracé a posteriori la manière dont des pratiques proches se sont constituées en véritables filières professionnelles — avec un double souci de contrôle de l’accès à la pratique et de l’amélioration de l’efficacité de la pratique (le soin par le contact animalier : Michalon, 2011) —, il reste à décrire comment, en situation d’incertitude (la pratique n’est pas encore légitimée) et alors même qu’ils ne se sont pas encore détachés d’une conception enchantée de la nature, ces acteurs confrontent leur pratique au principe de réalité et se démènent dans leurs efforts pour mobiliser d’autres acteurs et institutions. L’enquête par observation participante représente un moyen privilégié pour y parvenir : nous nous appuierons ici sur un matériau empirique recueilli lors d’un symposium organisé par l’association Jardins et Santé pour permettre la rencontre de différents acteurs et soutenir l’essor des jardins à but thérapeutique3. Notre matériau nous donne d’une part accès à un moment-clé d’un travail de légitimation (Baszanger, 1990) : présentant ouvertement dans son programme une série d’opportunités liées aux nouveaux dispositifs de l’action publique (le Plan Autisme, le Plan Alzheimer), le symposium a pour objet de faire reconnaître un domaine professionnel d’intervention (action dirigée vers l’extérieur) et d’unifier des pratiques (constitution d’une identité collective). Mais notre matériau nous permet d’autre part de comprendre la place qu’occupe le rapport à l’épreuve (Boltanski et Thévenot, 1991) dans la stratégie de légitimation, à partir de l’observation directe d’un moment où les acteurs s’engagent dans l’épreuve. Le matériau ethnographique met en effet l’accent sur une dimension encore peu explorée de l’activité pratique des « entrepreneurs de morale » (Becker, 1985 : 171-172)4. Les recherches sur les « croisades morales » abordent habituellement l’étude de ces mobilisations à partir, soit des processus de socialisation et de leur recrutement dans l’espace social (Beisel, 1990), soit de la manière dont elles s’adressent à des tiers indéterminés dans l’espace public (les discours de légitimation ou les stratégies de présentation de soi : Mathieu, 2005). Ici, nous proposons de compléter ces entrées par l’étude de la place de l’épreuve de réalité (la norme que l’on défend est-elle réellement fondée ?) dans la constitution d’un collectif solidaire, et de l’activité des militants pour faire face au problème pratique de l’impossibilité de clore l’épreuve.

11Nous montrerons d’abord que l’adhésion à l’idée d’une efficacité thérapeutique des jardins repose avant tout sur une « croyance » plutôt que sur une démonstration, comme dans la plupart des cas où une pratique se présente comme innovante (Alter, 2000 : 33). Mais notre approche méthodologique, mettant délibérément l’accent sur la situation et les interactions, nous permettra de montrer que cette croyance n’est pas forcément dans la tête des acteurs : elle est activement produite (Eliasoph, 2010), et entretenue dans le contexte situationnel du symposium par certains acteurs engagés dans cette activité spécifique. L’action des bénévoles de l’association, qui organisent le symposium et animent les débats, peut en effet se lire comme une tentative de consolidation du réseau, avec tantôt l’abord de l’épreuve (ce qui nous rassemble n’est pas une simple croyance, son bien-fondé est attesté), tantôt sa mise à distance (ce qui nous rassemble est bien notre for intérieur, et questionner les bienfaits du jardinage pourrait fragiliser la solidarité du réseau). Ces évitements et/ou mises en scène de l’épreuve semblent alors opérer comme de véritables compétences au service de l’institutionnalisation de l’horticulture thérapeutique.

2. Établir des connexions sans passer par la controverse

12Le symposium que nous avons observé peut être appréhendé, non pas tant comme un moment militant de mise en visibilité dans l’espace public des vertus de l’horticulture ou du jardinage, mais plutôt comme un moment connexionniste, au cours duquel l’enjeu est la formation d’un réseau d’acteurs. Faire tenir ce collectif suppose alors un effort constant de la part des animateurs et des participants car, dans cette situation particulière, la seule controverse sur les vertus thérapeutiques du jardinage porte en elle la vérifier). Nous montrerons ensuite que les acteurs, tout en le tenant à distance, ne peuvent tout à fait se détacher de l’horizon de l’épreuve de réalité.

2.1. Des participants et des biens hétérogènes

  • 5 Les moments de distraction, de distance, d’inattention ou de dissipation composent ici un « mode mi (...)

13Le symposium attire un public d’environ 200 personnes, dont la moitié provient du monde médical ou paramédical. Médecins ou infirmières travaillant en CHU ou clinique sont cependant moins nombreux que les dirigeants d’établissements de prise en charge spécialisée : responsables d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), de maisons de retraite ou d’établissements médico-éducatifs, ainsi qu’étudiants de l’École des hautes études en Santé publique (où sont notamment formés les directeurs d’hôpital ou d’EHPAD et les cadres d’établissements médico-sociaux). Un quart des participants provient du monde du paysage : botanistes, jardiniers ou encore paysagistes, ainsi qu’étudiants d’écoles d’architecture du paysage (Versailles, Genève). Le quart restant des participants est constitué de bénévoles de l’association Jardins et Santé, d’associations ou d’institutions diverses. Quelques-uns des participants ont eux-mêmes un proche dépendant ou un enfant autiste fréquentant un jardin. Dans les conversations ou les propos des animateurs, les participants sont régulièrement assemblés dans un « nous ». Mais ce « nous » reste hétérogène tant les visées des uns et des autres peuvent ne pas partager grand-chose, quand bien même elles s’accordent occasionnellement. Plus encore qu’une diversité d’intérêts, ces acteurs déploient des mondes différents, dans lesquels les biens mis en valeur ne sont pas les mêmes. Cela les conduit à adhérer de diverses manières (dont certaines plus ténues que d’autres5) à l’idée selon laquelle le jardinage recèle des vertus thérapeutiques.

14Certains viennent chercher au symposium de nouvelles idées d’activités à proposer aux personnes vulnérables qu’ils accueillent et à leurs familles : c’est le cas des directeurs d’EHPAD ou d’établissements spécialisés. Les activités qu’ils cherchent à développer doivent pouvoir être valorisées dans un « projet d’établissement » et, à ce titre, ne pas paraître simplement triviales (d’où une insistance de ces acteurs sur le fait que « le jardin à but thérapeutique, ce n’est pas de l’occupationnel ») et doivent aussi pouvoir drainer des financements (d’où un cadrage constant avec le Plan Alzheimer et le Plan Autisme : « le vieillissement, c’est porteur ! »). D’autres participants sont préoccupés par tout autre chose : les plantes elles-mêmes, rares ou anciennes. Lors de la séance d’ouverture en amphithéâtre, une botaniste norvégienne explique ainsi que « la diversité génétique est en train de se perdre et pour nous c’est important ». Pour elle, l’objectif du jardin est alors de constituer une « banque biologique des variétés anciennes ». La dimension « thérapeutique » n’intervient ici qu’en second lieu, avec la thématique de la « mémoire » et de la maladie d’Alzheimer : « ce sont des plantes historiques, qui peuvent donc raconter beaucoup de mémoire ». La mise en valeur d’un « patrimoine » se conjugue chez ces acteurs avec une mise en valeur de la plante pour elle-même (Lafaye et Thévenot, 1993). C’est ainsi qu’un autre intervenant, généticien des plantes de l’Institut national de recherche agronomique (INRA) en retraite qui parle du rôle des plantes comme « composante culturelle » du patrimoine de certaines populations, attribue une dignité spécifique aux non-humains : « la plante retrouve aujourd’hui sa royauté… Il existe quelque chose d’inexprimable qui tient à sa vitalité même ».

  • 6 Alors que les précédents adoptent une posture de porte-parole d’une institution, des familles de pa (...)

15D’autres participants sont là pour faire reconnaître un savoir-faire professionnel spécifique6. Les personnels soignants de CHU ou cliniques, ergothérapeutes ou art-thérapeutes, attendent du jardin à but thérapeutique la même chose que de toute autre forme de work-therapy (Goffman, 1968 : 138) : une infirmière explique ainsi « ça nous permet d’avoir une bonne observation et une bonne évaluation des patients ». Chez ces acteurs, les êtres de nature ne sont pas a priori, en eux-mêmes, dotés de vertus thérapeutiques. Les « hortithérapeutes » en activité ou sortant de formation aux États-Unis, ou encore les paysagistes, qui participent au symposium, partagent cette conception du jardin qui s’accompagne d’une réflexion « théorique » et entend aboutir à un accompagnement par des professionnels formés en vue d’un résultat identifié. Mais à l’inverse des précédents, ils valorisent aussi le jardin comme lieu spécifique (un lieu « de vie » où « trouver le bien-être », un « lieu extraordinaire de relaxation » à la différence de l’atelier) et les êtres de nature comme porteurs d’une énergie bienfaisante (la thématique du contact avec la nature : « toucher la terre », « toucher le végétal », « ressentir les choses »).

16Bien que ces acteurs et leurs visées soient très hétérogènes, le cadre dans lequel s’opère leur co-présence dépasse le simple « rassemblement » où les participants ne se perçoivent pas nécessairement comme membres d’une entité collective distincte (Joseph, 1996). Cette rencontre n’a pas pour autant la consistance d’une action collective : les participants peuvent se mouvoir dans des mondes différents et autonomes les uns par rapport aux autres, et ne se réfèrent pas forcément à un ensemble de conventions explicites (Livet, 1994). Pour l’association de promotion des jardins à but thérapeutique, l’enjeu est alors d’établir les connexions entre ces acteurs et ces visées hétérogènes, de stabiliser un collectif pensé comme un « réseau » permettant l’émergence de jardins compris comme autant de « projets » (Boltanski et Chiapello, 1999 : 163-181).

2.2. Le jardin (thérapeutique) dans la cité

17Ce qui est en effet valorisé ici est la capacité à établir des connexions autour de projets (comme la création d’un jardin à but thérapeutique dans une institution, qui « ne doit pas être le projet d’une seule personne mais doit être investi par toute une équipe ») : au cours des ateliers pratiques, les intervenants louent tous la capacité à porter un projet avec audace, enthousiasme et persévérance (la « passion »), à mobiliser et connecter (ou « faire bouger ») en faisant preuve de sens de l’écoute et de l’adaptation (« créez un groupe de réflexion […] valorisez les ressources internes […] c’est un échange de compétences […] ne faites pas les choses dans la précipitation, laissez aux équipes le temps d’accepter, parce que ça peut être difficile de faire bouger le jardinier du service, dont vous remettez en question le rythme de travail […] mettez en place des ateliers avec les soignants pour apprendre à parler ensemble […] ne soyez pas trop ambitieux au départ, dites-vous que vous pourrez faire évoluer votre projet une fois les choses en place »)… C’est en ce sens que sont régulièrement cités en exemple le docteur Jonveaux et ses collègues, qui ont lancé le projet d’un jardin à but thérapeutique au CHU de Nancy.

« Ce projet de jardin de près de 4000 m2 “Art, mémoire et vie” a su enrôler des acteurs très différents, de l’étape du financement à celle de sa gestion au quotidien. Un contexte favorable a permis la mobilisation, notamment, d’acteurs du monde médical autour de la thématique de la maladie d’Alzheimer (lancement d’un label « Alzheimer Grande Cause Nationale » en 2007 ; existence de centres de recherche et de fondations), d’acteurs du monde économique autour de la valorisation des savoir-faire locaux et de l’exploitation de matériaux locaux (miroiteries, vitraux lorrains, tailleurs de pierre) et d’acteurs institutionnels autour de la mise en valeur du patrimoine historique de la Lorraine et de la coopération franco-allemande (collectivités locales). Le fait que le concepteur du projet appartienne à la fois au monde médical (il s’agit d’un médecin travaillant dans l’industrie pharmaceutique) et au monde de l’art (c’est un sculpteur qui expose, notamment en Lorraine) a été décisif dans cette mise en relation. L’animatrice d’une table ronde cite en exemple cette capacité à connecter, à mettre en réseau, à s’impliquer dans un projet en étant “à l’écoute” : “à Nancy, c’est la région qui va avec le docteur Jonveaux… Le projet est construit avec la culture régionale, les façons de faire locales” ».

18Mais les participants soulignent cependant que l’exemple nancéen reste l’exception. Certains indiquent combien un « porteur de projet » échoue lorsqu’il ne parvient pas à construire du réseau — par exemple cette paysagiste qui explique :

« On a un projet en maison de retraite mais on a eu beaucoup de mal à contacter les soignants. Ils ne se sont pas investis dans ma démarche de projet […] Ce jardin, je l’ai tenu à bout de bras, alors quand j’ai vu le jardin de Nancy je me suis dit, flûte, ça aurait été le bonheur suprême de bosser avec eux ».

19L’enjeu pour Jardins et Santé est alors de faire tenir cette mise en relation encore précaire qu’effectue le symposium. C’est dans les situations de controverse que s’opèrent les traductions qui permettent à des mondes hétérogènes de se constituer en réseau (Callon, 1986 ; Callon et al., 2001). Or dans le cas présent, la fragilité de l’attestation empirique de quelconques bienfaits de la nature ou vertus thérapeutiques du jardinage rend délicate toute situation de controverse : plutôt qu’à opérer des traductions d’un monde à l’autre, l’activité des militants consiste alors à faire que l’horizon de la controverse s’évapore.

2.3. L’évaporation de la controverse : correction des discordances et postulat du consensus

20Dans les ateliers d’échange d’expériences, la question de la difficulté de connecter des mondes différents est souvent évoquée. Le thème revient souvent du manque d’investissement des personnels soignants de l’hôpital et du personnel d’entretien des espaces vert. L’une des personnes du public, qui gère un de ces jardins, rapporte le fait que « l’horticultrice a du mal à faire comprendre aux soignants qu’il faut s’en occuper [du jardin], nourrir les lapins, etc. Ils répondent : “nous on est des soignants, on n’est pas…” ». Dans la discussion qui suit, l’animatrice du débat reformule cette discordance sur un mode positif : « les éducateurs me disent souvent “on n’a pas assez de contact avec les agronomes” » (bien que venant de mondes différents, les acteurs cherchent à tisser des liens). Tout au long du symposium, l’apaisement semble une préoccupation majeure. Car, au-delà d’un problème de langage ou de métier, certaines tensions peuvent en effet révéler des discordances dans les biens qui sont visés par chacun des participants. Lorsque ces biens se révèlent trop décalés les uns par rapport aux autres, voire antagonistes, la solidarité du réseau est mise à mal et les connexions s’avèrent impossible. Dans l’exemple qui suit, le désaccord touche ainsi au statut qu’occupent les objets de nature :

Échange dans un atelier sur la préparation d’un projet de jardin, discussion sur les choses à ne pas oublier :
Un directeur d’EHPAD — Le raccordement en eau par exemple. Ou encore l’électricité pour l’éclairage la nuit.
Un botaniste, qui fronce les sourcils — Pourquoi, vous éclairez le soir, vous ? Vous ne laissez pas la nature se reposer ?
Le directeur — Eh, c’est pas pour les plantes qu’on éclaire le soir.
(Protestations du botaniste)
Le directeur, s’esclaffant — Les plantes on s’en fout !
(Brouhaha général, l’animatrice embraye sur un autre sujet)

  • 7 Cette manière de revenir à une situation détendue, en faisant taire la dispute sans engager une épr (...)

21Parce qu’elles menacent de faire éclater la solidarité de réseau, ces prémices de dispute sont prises au sérieux. Les animateurs s’engagent dans un travail actif pour les désamorcer, le plus souvent en déviant vers un autre thème, et les participants suspendent la question de l’accord pour passer à autre chose, comme si la dispute n’en valait pas la peine7. Une architecte paysagiste explicite, lors d’un débat en séance plénière, la nécessité d’apaiser les tensions : « les intérêts sont parfois divergents […] qui viennent mettre en danger ces espaces [les jardins à but thérapeutique] qui sont, on est tous d’accord là-dessus, vitaux pour les personnes qui en ont besoin ». Elle signifie ici que la solidarité du réseau repose sur les projets de jardin : la rigidité « met en danger » ces projets et le réseau lui-même. Elle rend alors explicite un impératif constant de ces journées : ne pas ouvrir d’espace d’interrogation critique des bienfaits effectifs de ces jardins. Plus qu’un simple constat, le « on est tous d’accord » régulièrement répété lors de ces journées, sous une forme ou une autre, revêt aussi un caractère performatif.

  • 8 Les intervenants ou animateurs semblent tirer parti du contexte actuel de survalorisation de l’inte (...)

22Au cours des échanges, l’accord est ainsi de rigueur. Des formules comme « c’est intéressant ce que vous dites » ou « c’est important ce que vous dites » sont souvent utilisées comme relances de la part des animateurs des débats, y compris lorsque les énoncés des différents participants sont contradictoires, sans que soit relevée la contradiction. Bien que l’idée selon laquelle les jardins sont dotés de vertus thérapeutiques ne soit pas forcément partagée par tous les participants d’emblée, elle est postulée et continuellement affirmée. Ces vertus ne sont pas discutées scientifiquement : bien que les animateurs membres de l’association disposent eux-mêmes de ressources savantes, les références sont limitées et ne sont pas débattues (celle qui revient le plus souvent est celle à l’étude de Roger S. Ulrich publiée dans Science)8. Le plus souvent, ces vertus sont posées comme une évidence de sens commun, illustrée en séance plénière par des citations littéraires (le romantisme, Goethe, Herman Hesse, etc.) et des références religieuses (le jardin d’Eden). L’affirmation répétée de l’accord comme s’il allait de soi et ne pouvait être remis en question crée un environnement normatif qui fait exister le collectif : il le fait advenir et lui permet de se maintenir en tant que tel.

3. Du contournement de l’épreuve de réalité : les jardins exercent-ils un effet bénéfique, et comment ?

23L’aplanissement des discordances permet à certaines connexions de tenir, mais de manière pourtant peu stable et peu durable : la dispute menace toujours de survenir, le défaut d’accord sur les biens visés rend la situation fortement perturbée et l’activité de correction ou de ré-accordement peut s’avérer épuisante. La solidarité du réseau et son extension supposent alors d’aborder le moment de l’épreuve de réalité : pouvoir attester des bienfaits du jardinage permet de stabiliser une forme d’accord plus solide face aux discordances, et de mobiliser de nouveaux acteurs institutionnels. Mais la mise à l’épreuve de la croyance risque toujours de l’ébranler. On observe alors les acteurs s’engager dans deux activités constamment parallèles : évacuer l’épreuve ou éviter le moment où celle-ci surgit ; et, en même temps, la rappeler ou l’inscrire en toile de fond de la situation.

3.1. L’impossible administration de la preuve : les vertus thérapeutiques de la ligne courbe

24Le fait que les vertus du jardin soient rendues indiscutables évacue la possibilité de l’épreuve de réalité. Au cours des échanges en effet, les intervenants alternent deux logiques différentes. Elles ont en commun de tenir à distance l’horizon de l’épreuve scientifique qui permettrait d’arrêter un jugement sur ces prétendues vertus. La première consiste à rejeter tout simplement la pertinence de la focalisation sur une telle épreuve. Plusieurs intervenants soulignent ainsi qu’on parle de « jardins à but thérapeutique » et non de « jardins thérapeutiques » : les jardins prodiguent d’indiscutables bienfaits, mais de l’ordre du « bien-être », soit « quelque chose qui ne s’évalue pas, qui ne se met pas dans des grilles » (exit donc l’épreuve qui passe par un impératif d’objectivation). La seconde logique consiste à considérer le bien-fondé de ces vertus comme un acquis qui n’a pas à être remis en question. Au cours d’un atelier, l’un des bénévoles de Jardins et Santé montre une certaine irritation devant une discussion qui aborde peu à peu la définition de ce qu’on entend par « thérapie » : il propose de remplacer le terme « jardin à but thérapeutique » par le seul terme de « jardin ». Plus tard, un autre intervenant affirme que l’expression « jardin thérapeutique » est un « pléonasme ». Ces participants manifestent ainsi qu’il est inutile pour eux de perdre du temps à réexaminer une question déjà réglée, et que l’objectif du travail est simplement d’en examiner les modalités d’application.

25Mais l’affirmation d’énoncés posés comme des évidences de « bon sens » évacue aussi les épreuves portant sur ces modalités d’application mêmes, comme par exemple les compétences qui feraient un « bon professionnel ». Or, la reconnaissance de la légitimité d’un champ d’intervention a en effet partie liée avec la formalisation de qualifications et de savoir-faire spécifiques (Granjou et al., 2010). Ce problème est d’autant plus crucial pour les acteurs dont il est ici question, dans la mesure où, contrairement aux nouveaux métiers ou « métiers flous » qui ont émergé à la suite de déplacements institutionnels (Jeannot, 2005), c’est dans leur cas l’affirmation d’un « métier » qui doit permettre des déplacements institutionnels. Or, l’évacuation des épreuves empêche cette affirmation.

26L’échange qui suit a par exemple lieu au cours d’un atelier pratique, animé par une bénévole de Jardins et Santé, qui rassemble plusieurs intervenants, dont une psychologue « hortithérapeute », venant présenter leur propre expérience avec la quinzaine de personnes du public. L’une des participantes du public fait part de son projet de créer un jardin et de son besoin d’avoir des réponses à des questions d’ordre pratique. Elle aborde alors le thème de l’entretien des jardins et prend l’exemple du tracé des allées. La psychologue hortithérapeute lui répond, avant que n’intervienne l’animatrice. Afin de marquer, non seulement les oppositions, mais surtout la manière dont chaque argument entraîne un contre-argument similaire, nous avons choisi de rendre compte de l’échange en deux colonnes. Ces interventions sont donc à lire, non pas une colonne après l’autre, mais de haut en bas.

Le public — Tenir une courbe par exemple, c’est difficile. Entretenir une allée en ligne droite c’est beaucoup plus facile qu’une allée qui serpente. Moi la question que je voulais vous poser, c’est est-ce que c’est vraiment une nécessité thérapeutique d’avoir des allées en ligne courbe ?

 

 

L’hortithérapeute — Ah mais, la courbe déjà c’est…

Le public — Parce que si on peut éviter…

 

 

L’hortithérapeute — Oui mais la courbe, la courbe c’est quoi, la ligne courbe ça introduit de la rondeur. C’est la rondeur, ça n’enferme pas.

Le public — Oui mais quand on travaille avec des personnes atteintes d’Alzheimer, là on parle de personnes atteintes d’Alzheimer, eh bien les faire tourner en rond ça n’est pas… Très… La courbe c’est quand même tourner en rond.

 

 

L’hortithérapeute — Bon. Nous, je vois, on a une unité Alzheimer, on a un espace de déambulation. Parce que quand il arrive au bout d’un couloir rectiligne et qu’il trouve une porte fermée – fatalement au bout la porte elle est fermée, ben arrivé sur cette porte fermée il y a obligation de faire demi-tour et ça…

L’animatrice — Hier ça a bien été expliqué par le Dr. Jonveaux, et puis par le docteur

L’hortithérapeute — C’est très paniquant le demi-tour.

L’animatrice — Moi je ne suis pas médecin, je ne suis qu’agronome, mais les docteurs hier ont eu l’air de dire que les courbes…

Le public — Justement, hier dans la présentation de l’atelier horticole en Suisse, on a bien vu qu’en Suisse, le jardin il était très géométrique. Les allées étaient bien droites.

 

 

L’hortithérapeute — Oui mais là c’est des autistes ! Il ne faut pas faire de confusion non plus. Les autistes… Les gens ne vont pas avoir besoin, tous, de la même chose. Faut pas penser à leur place. Là c’était des autistes.

L’animatrice — La courbe tout de même, la courbe est quelque chose de plus ludique. Que quand ça part tout droit. La courbe c’est l’ouverture !

Le public — En même temps, une pelouse avec un chemin qui ondule c’est très oppressant.

 

 

L’animatrice — Oui mais la courbe ne doit pas être trop complexe ! La courbe, c’est quand même quelque chose d’important pour le soin !

27Bien que le thème abordé soit présenté comme « une question d’ordre pratique », les réponses fournies sont fondées sur un ensemble de représentations imaginaires normatives : des images positives qu’est censé évoquer aux patients le tracé courbe d’une allée. Mais ces représentations sont arbitraires et, peu spécifiées, ne reposent en l’état sur rien d’autre qu’une simple association d’idées. La participante qui soulève la question peut alors aisément retourner ces représentations, par des associations négatives tout aussi justes et fausses à la fois. Qu’elles soient chargées positivement ou négativement, ces représentations sont purement symboliques (l’angoisse de faire « demi-tour » vs. celle de « tourner en rond » ou de s’engager sur des chemins sinueux) et difficiles à mettre à l’épreuve. Lorsque les participants convoquent des formes de réalisme (« Nous, je vois, on a une unité… » vs. « en Suisse, le jardin… »), le manque de stabilité du dispositif fait caler l’épreuve, dont l’issue reste indéterminée. L’insistance de la personne du public dans sa recherche de réponse, la contradiction qu’elle apporte obstinément devant les réponses de la professionnelle, agissent alors comme autant de perturbations dangereuses, car elles réclament une épreuve qui ne peut advenir. L’animatrice finit par évacuer l’horizon de l’épreuve en adoptant une posture d’autorité qui convoque les médecins (« ça a bien été expliqué par le docteur… », « les médecins ont eu l’air de dire ») et en relativisant la dispute à l’aide d’une réconciliation des imaginaires (la courbe, mais pas trop). Mais sans épreuve, l’échange tourne lui aussi en rond.

3.2. La rémanence de la science : l’autorité médicale entre expertise, caution et distance

28Le fait qu’il n’existe pas, en France, de communauté instituée de professionnels en matière de jardins thérapeutiques place les acteurs dans une posture difficile à tenir. Les promoteurs de ces jardins se présentent comme dépositaires d’une certaine forme d’expertise : mais les formes d’expertise qu’ils ont à faire valoir sont soit, dans le cas des bénévoles de l’association, situées hors du domaine de la santé (elles concernent la botanique, l’horticulture, le jardinage, etc.), soit, dans le cas des « hortithérapeutes », floues et peu reconnues (bien-être, thérapies alternatives). Les uns comme les autres sont alors mal équipés pour investir l’arène scientifique et ses dispositifs d’objectivation qui mettent à l’épreuve les vertus thérapeutiques du jardinage. Or, le registre scientifique et technique permet, non seulement d’être entendu, mais en outre de mobiliser d’autres acteurs autour de la cause défendue (Dodier, 1993 : 334). L’autorité médicale possède en effet un pouvoir d’entraînement fort : qu’elle porte elle-même le projet (comme dans le cas du dispositif constamment cité comme exemple, le jardin du CHU de Nancy) ou qu’elle en prononce le bien-fondé, son soutien permet d’intéresser plus facilement des institutions, de drainer des financements, de mobiliser des personnels, etc. Pour cette raison, les promoteurs des jardins à but thérapeutique ne peuvent tout à fait éviter l’épreuve scientifique. Pour autant, comme on l’a vu, ils ne peuvent tout à fait s’y soumettre.

29La première manière de répondre à ce problème pratique est de parvenir à enrôler des « experts au service d’une cause » : des acteurs venant attester des bienfaits du jardinage mais qui, par opposition à la figure de « l’expert neutre » (Dodier, 1993 : 274), sont mus par une conviction qu’ils cherchent avant tout à étayer. Certains médecins occupent effectivement cette posture : proches de l’association, ils réunissent engagement militant et expertise médicale fondée sur un savoir scientifique (Garcia, 2005). Ainsi, lors de leur intervention en séance plénière, les médecins de Nancy distribuent un résumé s’appuyant, comme dans un article académique, sur une description savante des symptômes manifestés et sur une bibliographie fournie. La présence de médecins au symposium est remarquée par les participants, qui n’ignorent pas son importance capitale, et fait l’objet de nombreuses discussions dans les moments de pause :

Une étudiante en fin de formation d’architecte-paysagiste, qui dit vouloir faire des jardins à but thérapeutique un projet professionnel : « Je trouve ça vachement bien qu’il y ait beaucoup de professions médicales à ce colloque. Ça veut dire que les sciences dures s’y mettent. Elles se mettent à y croire. Et si on arrive à convaincre les sciences dures… ».

Une participante qui revient d’un stage de formation en hortithérapie à New York : « Moi de toute façon, je viens de la philo [elle a passé un diplôme de philosophie dans une université italienne], donc je n’ai pas besoin de “preuves scientifiques” – je sais [elle insiste]. Mais je comprends que quand on a un projet et qu’on va voir un directeur d’hôpital, il va dire “qu’est-ce que ça me rapporte à moi ?” et là il faut pouvoir lui donner un peu des arguments qu’il attend ».

30Mais ces « experts au service d’une cause » venus du monde médical sont très peu nombreux. Les acteurs ont alors une deuxième manière de répondre au problème qui est le leur : en mettant en scène la caution de l’autorité médicale. Dans cette logique, l’institutionnalisation de l’hortithérapie passe par un type de légitimité qui diffère de la « légitimité scientifique » (Karady, 1979) où l’épreuve porte sur la scientificité de la démonstration. Ne pouvant s’engager dans un véritable examen sur les vertus thérapeutiques des jardins, mais ne pouvant pas non plus l’ignorer, les organisateurs et animateurs des rencontres exhibent les signes d’une approbation par l’autorité médicale en tant qu’autorité institutionnelle et morale. Le « Haut patronage du ministère de la Santé » est souligné à plusieurs reprises. Le lieu même du symposium, un grand hôpital parisien (Sainte-Anne) qui n’est pas choisi au hasard, est mis en valeur avec en toute fin de programme une présentation du projet de rénovation architecturale de l’établissement, pourtant déconnectée du thème de ces journées. Les animateurs insistent sur le titre de quelques intervenants avec une déférence appuyée, qui souligne « dans les règles » ce dont ils sont « le symbole, l’extension ou l’agent » (Goffman, 1974 : 51) : « merci Docteur », « je passe la parole à monsieur le Professeur », etc. Lorsqu’il ouvre et clôt le symposium, le président du conseil scientifique de l’association est présenté davantage comme autorité médicale (il exerce la profession de pédopsychiatre) que comme membre de l’association : très courte, sa conclusion du symposium est qualifiée de « superbe synthèse ». Bien que les médecins soient peu nombreux, mobilisés de proche en proche, et que leurs communications en séance plénière soient parfois assez éloignées de la question des vertus thérapeutiques du jardinage (le directeur du CHU de Nancy présente ainsi de manière technique le Plan Alzheimer), leur participation est toujours mise en valeur. La convocation d’une figure centrale de la tradition clinique, le médecin perçu comme autorité morale, permet ici d’éviter de devoir affronter l’épreuve scientifique, propre à la « médecine des preuves » (Dodier, 2003 : 42).

31Les médecins présents se prêtent généralement de bonne grâce au jeu. En introduction, le président du conseil scientifique annonce : « en ce qui concerne le débat jardin - santé, je pense que nous n’aurons pas de gros malentendus ». Il conclut le symposium par : « nous ne sommes pas beaucoup de médecins dans la salle, mais il y en a quelques-uns et l’on peut espérer que cela va changer ». Mais les médecins semblent régulièrement introduire une certaine distance qui relativise insidieusement leur engagement : l’arrivée en retard à l’ouverture du symposium, le fait de ne pas se prononcer sur l’apport thérapeutique du jardinage (un médecin sollicité par un bénévole parle ainsi de la pertinence d’installer un jardin plutôt qu’un parking supplémentaire à l’hôpital)… Le président rend explicite cette distance lorsqu’il présente le Conseil scientifique de l’association : constitué de différentes spécialisations médicales, celui-ci n’intervient que sur l’attribution des bourses de recherche clinique et ne s’implique pas dans les jardins eux-mêmes. Explicitement, le professeur indique alors qu’au sujet des jardins eux-mêmes, « il n’y a pas besoin de conseil scientifique » et précise que « l’association finance la recherche clinique et c’est la seule raison de ma présence ici ». Sa dernière phrase, qui distingue le « vous » (participants partie prenante de l’horticulture thérapeutique) et le « nous » (médecins) alors même qu’il appartient au Conseil scientifique de l’association, non seulement instaure un fossé entre hortithérapie et « vraie » médecine, mais aussi ruine les efforts conduits depuis le début du symposium par les animateurs pour faire tenir le collectif hétérogène en un « nous » solidaire :

« Je parle de “votre discipline”, car les médecins sont très minoritaires, donc je dirais “votre” ».

32On voit ici resurgir — par la révérence avec laquelle les médecins, leur présence et leur statut, sont mis en valeur par les organisateurs du symposium —, une figure foucaldienne de l’autorité médicale : édictant ce qui est bon pour la santé dans une perspective moralisatrice, normalisatrice et disciplinaire (Foucault, 1972), l’institution médicale devient un acteur central de l’émergence d’un projet biopolitique (Foucault, 2001). Mais les médecins que l’on rencontre au symposium, peut-être au grand dam des militants de l’hortithérapie, n’ont pas toujours la gravité du pouvoir, la solennité du rôle que leur affecte le cadre situationnel. On s’aperçoit que la plupart d’entre eux (ceux qui ne sont pas experts au service de la cause) exercent, avec plus ou moins d’insistance, une certaine habileté qui n’est pas inconnue du quotidien de la médecine : la distance au rôle, dont l’usage stratégique permet notamment aux individus de se prémunir du discrédit lorsque celui-ci menace de survenir (Goffman, 2002 : 85 ; Piette, 1996 : 101).

4. Conclusion

33La visibilité accordée à la vulnérabilité dans l’espace public, les dispositifs réglementaires et les annonces gouvernementales faisant une « priorité nationale » de la prise en charge de certaines catégories de population décrites comme vulnérables, dessinent un contexte favorable au changement et au développement d’une offre thérapeutique nouvelle. L’hortithérapie permet une rencontre de professionnels à la recherche de nouveaux marchés ou de nouveaux débouchés, d’institutions à la recherche de programmes innovants et susceptibles de drainer des financements, de passionnés des plantes qui voient là un moyen de valoriser et de conserver le végétal, et d’associations philanthropes qui disposent là d’un nouvel espace où investir des perspectives morales.

34Mais cette rencontre est aussi un problème pratique pour ces acteurs : à partir d’un collectif hétérogène et instable, stabiliser un réseau qui puisse favoriser la formation de projets de jardins thérapeutiques. L’élément qui permettrait une certaine solidarité est l’affirmation des vertus thérapeutiques du jardinage, mais il reste fragile, tant les savoirs sont eux-mêmes peu stabilisés. Une bonne partie de l’activité observée dans ce symposium consiste alors à éviter de le mettre à l’épreuve. Ne pouvant pourtant pas se détacher complètement de l’horizon de l’épreuve — laquelle ouvre la voie à la constitution d’un corps de spécialistes aux compétences objectivables, à la mobilisation du corps médical et à une reconnaissance institutionnelle —, les acteurs s’efforcent de la mettre en scène.

35Lorsqu’ils commencent à se constituer autour d’innovations ou d’opportunités nouvelles, les collectifs de ce genre font face à l’épreuve de réalité comme une menace, mais une menace qui les hante et dont ils ne peuvent se défaire. Avant même l’institutionnalisation et la consolidation de nouvelles filières professionnelles, le changement réclame alors des militants de ces collectifs une compétence particulière : non seulement produire activement une croyance, mais aussi la tenir à une distance prudente de l’épreuve de réalité.

Haut de page

Bibliographie

Adil, J., 1994. Accessible Gardening for People with Disabilities. A Guide to Methods, Tools, and Plants. Woodbine House, Bethesda.

Alter, N., 2000. L’Innovation ordinaire. PUF, Paris.

Baszanger, I., 1990. Émergence d’un groupe professionnel et travail de légitimation. Le cas des médecins de la douleur. Revue française de sociologie 31(2), 257-282.

Becker, H., 1985 (1963). Outsiders. Études de sociologie de la déviance. Métailié, Paris.

Beisel, N., 1990. Class, Culture, and Campaigns Against Vice in Three American Cities, 1872-1892. American Sociological Review 55(1), 44-62.

Bergues, M. 2011. En son jardin. Une ethnologie du fleurissement. Éd. de la MSH, Paris.

Boltanski, L., Chiapello, È., 1999. Le Nouvel Esprit du capitalisme. Gallimard, Paris.

Boltanski, L., Thévenot, L., 1991. De la Justification. Les économies de la grandeur. Gallimard, Paris.

Bourdieu, P., 1987. La Dissolution du religieux. In : Choses dites. Minuit, Paris, 117-123.

Cabedoce, B., 1991. Jardins ouvriers et banlieue : le bonheur au jardin ? In : Les Premiers banlieusards. Aux origines des banlieues de Paris (1860-1940). A. Faure Éd., Paris, 249-279.

Callon, M., 1986. Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques dans la baie de Saint-Brieuc. L’Année sociologique 36, 169-208.

Callon, M., Lascoumes, P., Barthe, Y., 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Le Seuil, Paris.

Castel, R., 1976. L’Ordre psychiatrique. L’âge d’or de l’aliénisme. Minuit, Paris.

Condette, J.-F., 2005. Entre enfermement et culture des champs, les vertus éducatives supposées du travail de la terre et de l’atelier. Les enfants de Clairvaux (1850-1864). Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière” 7, 41-75.

Cooper-Marcus, C., Barnes, M. (Eds), 1999. Healing Gardens: Therapeutic Benefits and Design Recommendations. John Wiley, New York.

Corcuff, P., 2002. La Société de verre. Armand Colin, Paris.

Delavigne, A.-É., 2003. Un écologisme à la danoise. Communications 74, 201-216.

Dodier, N., 1993. L’Expertise médicale. Essai de sociologie sur l’exercice du jugement. Métailié, Paris.

Dodier, N., 2003. Leçons politiques de l’épidémie de sida. Éd. de l’EHESS, Paris.

Doidy, E., 2012. Reconstruction personnelle et critique sociale. Enjeux politiques de la réinsertion des anciens combattants par l’agriculture. Lien social et politiques 67, 33-50.

Dubost, F., Lizet, B., 2003. La Nature dans la cité. Communications 74, 5-18.

Dumont, E., 2011. L’Émergence des jardins à but thérapeutique en France. Mémoire de Master de l’université de Bourgogne, Dijon.

Dupont-Bouchat, M.-S., Pierre, E. (Eds), 2001. Enfance et Justice au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée de la protection de l’enfance : France, Belgique, Pays-Bas, Canada (1820-1914). PUF, Paris.

Eilings, M., Hassink, J., 2010. The Added Value of Care Farms and Effects on Clients. In: Darnhofer, I., Grötzer, M. (Eds). Building Sustainable Rural Futures. Proceedings of the 9th European IFSA Symposium, University of Natural Resources and Applied Life Sciences, Vienne, 239-247.

Eliasoph, N., 2010 (1998). L’Évitement du politique. Comment les Américains produisent l’apathie dans la vie quotidienne. Economica, Paris.

Fazzi, L., 2011. Social Co-operatives and Social Farming in Italy. Sociologia Ruralis 51 (2), 119-136.

Forlivesi, L., Pottier, G.-F., Chassat, S. (Eds.), 2005. Éduquer et punir. La colonie agricole pénitentiaire de Mettray (1839-1937). Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Foucault, M., 1972. Histoire de la folie à l’âge classique. Gallimard, Paris.

Foucault, M., 2001 (1974). La Naissance de la médecine sociale. In : Dits et écrits, 1954-1988 (III : 1976-1979). Gallimard, Paris, 207-228.

Garcia, S., 2005. Expertise scientifique et capital militant. Le rôle des médecins dans la lutte pour la légalisation de l’avortement. Actes de la recherche en sciences sociales 158, 96-115.

Goffman, E., 1968 (1961). Asiles. Études sur la condition sociale des maladies mentaux. Minuit, Paris.

Goffman, E., 1974 (1967). Les Rites d’interaction. Minuit, Paris.

Goffman, E., 2002 (1961). La « Distance au rôle » en salle d’opération. Actes de la recherche en sciences sociales 143, 80-87.

Granjou, C., Mauz, I., Cosson, A., 2010. Les Travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension. SociologieS [en ligne] : http://sociologies.revues.org/3296.

Grisoni, A., 2011. Sous les pavés, la terre : culture du bien-être et nouveaux métiers. La naturopathie en transformation à la conquête du marché. Thèse de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Hassink, J., Van Dijk, M. (Eds.), 2006. Farming for Health. Green-Care Farming Across Europe and the United States of America. Springer, Dordrecht.

Haubenhofer, D., Hassink, J., Eilings, M., 2007. Qualities of Dutch Green Care Farms. In General and for Specific Clients Groups. In: Dessein, J. (Ed.), Farming for Health. Proceedings From the Community of Practice Farming for Health (Gand, Belgique, 6-7 novembre 2007), ILVO, Merelbeke, 71-79.

Horsburgh, R., 1995. Healing by Design. New England Journal of Medicine 333, 735-740.

Jeannot, G., 2005. Les Métiers flous du développement rural. Sociologie du travail 47(1), 17-35.

Joseph, I., 1996. Les Compétences de rassemblement. Une ethnographie des lieux publics. Enquête 4, 107-122.

Jullien, F., 2005. Nourrir sa vie. À l’écart du bonheur. Seuil, Paris.

Karady, V., 1979. Stratégies de réussite et modes de faire-valoir de la sociologie chez les durkheimiens. Revue française de sociologie 20(1), 49-82.

Lafaye, C., Thévenot, L., 1993. Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature. Revue française de sociologie 34(4), 495-524.

Livet, P., 1994. La Communauté virtuelle. Action et communication. Éd. de L’Éclat, Paris.

Mathieu, L., 2005. Repères pour une sociologie des croisades morales. Déviance et société 29(1), 3-12.

Michalon, J., 2011. L’Animal thérapeute. Socio-anthropologie de l’émergence du soin par le contact animalier. Thèse de l’université Jean Monnet, Saint-Étienne.

Micoud, A., 1995. Les Balbutiements du génie écologique. Réflexions à partir de deux exemples-documents. Les Annales de la recherche urbaine 74, 21-30.

Nakamura, R., Fuji, E., 1990. Studies of the Characteristics of the Electroencephalogram when Observing Potted Plants: Pelargonium Hortorum “Sprinter Red” and Begonia Evansiana. Technical Bulletin of the Faculty of Horticulture of Chiba University 43, 177-183.

Nakamura, R., Fuji, E., 1992. A Comparative Study of the Characteristics of the Electroencephalogram when Observing a Hedge and a Concrete Block Fence. Journal of the Japanese Institute of Landscape Architects 55, 139-144.

Piette, A., 1996. Ethnographie de l’action. L’observation des détails. Métailié, Paris.

Sempik, J., Aldridge, J., Becker S., 2005. Health, Well-being and Social Inclusion. Therapeutic Horticulture in the UK, Policy Press, Bristol.

Ulrich, R., 1981. Natural Versus Urban Scenes: Some Psychological Effects. Environment and Behaviour 13, 523-556.

Ulrich, R., 1984. View Through a Window May Influence Recovery from Surgery. Science 224(4647), 420-421.

Weber, F., 1998. L’Honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du XXe siècle. Belin, Paris.

Widmer, S., Wydler, H., Christ, Y., 2011. Potentiel de développement du Care Farming. Recherche agronomique suisse 2(7-8), 342-347.

Wydler, H., Picard, R., 2010. Care Farming : prestations sociales dans l’agriculture. Recherche agronomique suisse 1(1).

Haut de page

Notes

1 Témoignage de cette diffusion, l’abondante littérature contemporaine « ouvrant une zone indécise entre “Santé” et “Spiritualité” » (Jullien, 2005) constitue désormais une véritable niche commerciale dans laquelle investissent des essayistes : après avoir publié des ouvrages traitant de la vie après la mort, des médiums et des phénomènes paranormaux, un des rédacteurs du mensuel Psychologies magazine écrit ainsi des livres à succès intitulés Le Petit Zen du jardin ou Le Jardin philosophe.

2 Des programmes de formation sont tout de même proposés, mais souvent d’initiative associative et moins formalisés que dans le cas d’autres thérapies non conventionnelles comme la naturopathie, plus ancienne et qui semble aujourd’hui plus fortement constituée en marché (Grisoni, 2011).

3 Le symposium « Les jardins à but thérapeutique : l’accompagnement par le jardin et le jardinage des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer, d’autisme et de troubles apparentés », 7 et 8 octobre 2010, Hôpital Sainte-Anne (Paris).

4 Les promoteurs des jardins à but thérapeutique produisent certaines normes relatives à la santé ou au bien-être. Ils sont animés par l’idée que les gens auxquels ils prescrivent une bonne relation à la nature, et par rapport auxquels ils occupent une posture sociale de surplomb (autistes, vieillards, etc.), tireront eux-mêmes grand bénéfice de ces conduites.

5 Les moments de distraction, de distance, d’inattention ou de dissipation composent ici un « mode mineur » (Piette, 1996) de cette arène du processus d’institutionnalisation.

6 Alors que les précédents adoptent une posture de porte-parole d’une institution, des familles de patients (les directeurs d’EHPAD) ou même des végétaux (les botanistes), ces acteurs-ci tiennent à se présenter en tant que représentants d’une profession ― par exemple un membre du public dont l’intervention, lors des débats en séance plénière la première journée, est simplement celle-ci : « Personne n’a parlé des paysagistes, je voulais citer cette profession ».

7 Cette manière de revenir à une situation détendue, en faisant taire la dispute sans engager une épreuve, est désignée comme « relativisation » (Boltanski et Thévenot, 1991 : 339).

8 Les intervenants ou animateurs semblent tirer parti du contexte actuel de survalorisation de l’international et des critères quantitatifs dans le « pilotage de la recherche » lorsqu’ils emploient des formules comme « il y a eu énormément d’articles dans des revues internationales », « les chercheurs américains ont écrit des articles là-dessus », etc., qui sont censées clore le débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Doidy et Emmanuel Dumont, « Jardins et dépendance. L’institutionnalisation précaire de l’horticulture thérapeutique », Sociologie du travail, Vol. 55 - n° 1 | 2013, 39-55.

Référence électronique

Eric Doidy et Emmanuel Dumont, « Jardins et dépendance. L’institutionnalisation précaire de l’horticulture thérapeutique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 55 - n° 1 | Janvier-Mars 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 14 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/12949 ; DOI : 10.4000/sdt.12949

Haut de page

Auteurs

Eric Doidy

(auteur correspondant)
UR 178 (INRA SAD), AgroSup Dijon, Bâtiment Les Longelles, 26, boulevard Petitjean, BP 87999, 21079 Dijon Cedex, France
eric.doidy[at]dijon.inra.fr

Emmanuel Dumont

UR 178 (INRA SAD), AgroSup Dijon, Bâtiment Les Longelles, 26, boulevard Petitjean, BP 87999, 21079 Dijon Cedex, France

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals