Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les mouvements sociaux face au commerce éthique, une tentative de régulation démocratique du travail, T. Brugvin

Hermes/Lavoisier, Paris (2007). 402 p.
Marie-Emmanuelle Chessel
p. 112-114
Référence(s) :

Thierry Brugvin, Les mouvements sociaux face au commerce éthique, une tentative de régulation démocratique du travail, Hermes/Lavoisier, Paris, 2007, 402 p.

Texte intégral

1Dans quelle mesure la mondialisation récente modifie-t-elle la manière dont est mis en place et appliqué le droit du travail ? Est-ce que les organisations non gouvernementales et les entreprises peuvent se substituer efficacement aux États pour faire appliquer des normes sociales dans les pays du Sud ? Ces nouveaux modes de gouvernance du droit social sont-ils démocratiques ? Ces vraies questions, importantes pour les chercheurs comme pour les citoyens, constituent le point de départ de ce livre ambitieux. Il est issu d’une thèse de sociologie et porte sur l’incidence des mouvements sociaux et plus particulièrement des campagnes de commerce éthique sur les conditions de travail dans les pays du Sud, ici l’Inde.

2On le sait, le droit du travail a mis longtemps à se mettre en place dans les pays occidentaux. En France, c’est à partir de la fin du xixe siècle et surtout au xxe siècle que des configurations d’acteurs particulières — syndicats, associations de consommateurs, associations féminines, philanthropes, églises, réformateurs, radicaux et socialistes, etc. — ont milité pour l’adoption puis l’application de lois sociales, au niveau national avant la Première Guerre mondiale, et au niveau international à partir de l’entre-deux-guerres. Ainsi, par exemple, c’est une coalition particulière de catholiques, de ligues de consommateurs, de syndicats d’employés et d’ouvriers qui ont abouti à faire voter puis qui ont cherché à faire appliquer la loi sur le repos hebdomadaire de 1906.

3L’ouvrage de Thierry Brugvin s’intéresse lui aussi indirectement à l’histoire et à la sociologie du droit du travail en réfléchissant aux nouvelles configurations d’acteurs qui définissent ou redéfinissent ce droit à la fin du xxe siècle, dans les pays du Sud. À côté des syndicats et des associations de consommateurs, se trouvent désormais aussi des organisation non gouvernementales (ONG), des entreprises transnationales, des entreprises certificatrices, des organismes internationaux comme l’Organisation internationale du travail (OIT) ou l’Organisation mondiale du commerce (OMC), pour ne citer que quelques-uns des acteurs du Nord impliqués dans la genèse de ces nouveaux droits du travail. Là encore, des campagnes mobilisant plusieurs acteurs sont menées, comme celle qu’analyse plus particulièrement l’auteur, la Clean Cloth Campaign qui cherche à partir de 1990 à mettre en place dans des pays du Sud des normes sociales dans la fabrication des vêtements. Mais au lieu de chercher à faire voter une loi, cette coalition tente de faire respecter volontairement des normes par les entreprises transnationales qui sous-traitent leur fabrication dans ces pays. Tout se passe comme si les États s’étaient volatilisés, au risque de la disparition de la démocratie, commente T. Brugvin.

4Cette vision qui oppose deux modes de régulation du travail est particulièrement intéressante ; elle mérite néanmoins discussion. En effet, la loi n’a pas toujours été la seule solution réformatrice disponible dans l’éventail des modes d’action. Labels, boycotts, listes blanches et régulations volontaires de la part des entreprises étaient aussi à la disposition des militants et la loi n’était pas nécessairement souhaitée par tous. On peut signaler une association de promotion du repos hebdomadaire (la Ligue populaire pour le repos du dimanche) formée de libéraux désespérés lorsque la loi met en place « leur » réforme en France en 1906. Au début du xxe siècle comme au début du xxie siècle, les réformateurs américains et européens mettaient en place des campagnes ensemble, comme la Clean Cloth Campaign qui circule elle aussi dans le monde occidental. Certes, l’auteur a raison de nous initier à une nouvelle configuration où les réformateurs sont dans les pays occidentaux (au Nord) et les usines dans les pays en voie de développement (au Sud). Il nous aide à comprendre le magma des outils utilisés dans l’univers du commerce équitable contemporain. Labels, codes de conduite, normes et certification sont autant de pratiques mises en place par les militants des pays du Nord qui méritent d’être longuement expliquées. Cela dit, T. Brugvin idéalise sans doute un passé où les États et leurs lois sociales étaient légitimes, de même qu’il fustige une mondialisation « néolibérale » actuelle d’où les États seraient totalement absents.

  • 1 Trentmann, F., 2008. Free Trade Nation. Commerce, Consumption, and Civil Society in Modern Britain, (...)

5Sans doute cet ouvrage est-il représentatif d’une littérature qui associe recherche scientifique, dénonciation des inégalités sociales et recommandations aux militants. Cela n’est pas propre à cet auteur puisque la campagne Clean Cloth a pour point de départ un ouvrage hollandais dénonçant les pratiques de délocalisation du géant C&A, ouvrage produit par un centre de recherche sur les entreprises multinationales (Stichting Onderzoek Multinationale Ondernemingen, SOMO) en 1989. Des ONG se rapprochent de ce centre et lancent alors la campagne. Dans ce sens, l’ouvrage est là encore très utile. Il propose des critères normatifs pour définir le « caractère citoyen » d’une association civique (par opposition aux lobbies), ainsi qu’une méthodologie de la certification. Il donne aussi de nombreux éléments sur différentes campagnes de commerce éthique, les débats dans l’univers « équitable », les conceptions qui s’opposent ou les idéologies qui s’affrontent. Il propose une lecture engagée du rôle limité que devraient jouer les entreprises et les ONG dans la mise en place d’un droit du travail. Contrairement à un monde militant pluriel, l’ouvrage donne néanmoins à voir un ensemble dit « néolibéral » étonnamment homogène. Entreprises multinationales, lobbies, États britanniques, américains et français, institutions internationales telles que l’OMC apparaissent comme autant de soldats d’une armée « néolibérale » qui n’est jamais définie et qui est nécessairement opposée au bien-être des citoyens, et en particulier à celui des ouvriers. Or comme l’explique, l’historien Frank Trentmann, lorsque le « libre échange » a été mis en pratique par l’Angleterre du début du xxe siècle, il était alors défendu par l’ensemble des acteurs de la société, y compris les ouvriers et les syndicats1. Pour eux, il constituait précisément le symbole de bas prix des produits, de partage de la richesse et de démocratie. Autrement dit, explique F. Trentmann, les relations entre consommation engagée, société civile et démocratie sont suffisamment complexes pour mériter des recherches approfondies qui remettent en cause les catégories de pensée habituelles des prolibéraux et des altermondialistes.

6L’ouvrage de T. Brugvin aurait peut-être été plus abouti s’il avait été centré autour de son étude de cas : les conditions de travail en Inde. En effet, l’idée consistant à aller voir sur place si les codes de conduite signés par les entreprises sont respectés et comment ils sont vérifiés est une excellente idée. On regrettera dès lors que l’auteur ne se soit finalement pas intéressé plus au contexte lui permettant d’analyser les données de son enquête (en particulier menée auprès de cadres et d’ouvriers indiens). Où sont les syndicats locaux ? Que dit l’État indien ? Existe-t-il un droit du travail local et est-il appliqué ? Existe-t-il des associations de consommateurs locales ou des ONG localement très implantées ? Dans un pays où le boycott a été un outil de libération nationale, quelle est la place des outils de militantisme liés à la consommation ? Dans un pays qui a appartenu à l’Empire britannique, quelle est la place accordée désormais à l’État indien dans l’économie ? Si l’auteur a raison de poser la question de la nature démocratique des nouvelles règles sociales mises en place en l’absence (semble-t-il) de tout représentant du pays concerné, il semble difficile de comprendre la configuration indienne en passant sous silence les acteurs locaux. S’ils se sont volontairement exclus de toute discussion, cela mériterait un débat. Sans doute le qualificatif de « colonial » que suggère l’auteur en conclusion de sa partie sur l’Inde (p. 360) pourrait-il être appliqué aux ONG et aux associations de consommateurs qui définissent, au nom des droits de l’homme, des normes internationales applicables partout, mais il est dommage que cette métaphore ne soit pas filée plus avant.

Haut de page

Notes

1 Trentmann, F., 2008. Free Trade Nation. Commerce, Consumption, and Civil Society in Modern Britain, Oxford University Press, Oxford.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Emmanuelle Chessel, « Les mouvements sociaux face au commerce éthique, une tentative de régulation démocratique du travail, T. Brugvin », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 1 | 2010, 112-114.

Référence électronique

Marie-Emmanuelle Chessel, « Les mouvements sociaux face au commerce éthique, une tentative de régulation démocratique du travail, T. Brugvin », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 1 | Janvier-Mars 2010, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/13357

Haut de page

Auteur

Marie-Emmanuelle Chessel

Centre de recherches historiques (CRH) – CNRS-EHESS, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
chessel[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals