Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dérives financières. Trois livres sur la globalisation et la financiarisation de l’économie

Dominique Lorrain
p. 115-117
Référence(s) :

John Kenneth Galbraith, The Economics of Innocent Fraud, Truth for Our Time, Houghton Mifflin Company, Boston, New York, 2004, 62 p.

Joseph E. Stiglitz, The Roaring Nineties, Why We’re Paying the Price for the Greediest Decade in History, Penguin Books, New York, 2004, 389 p.

Thierry Godefroy et Pierre Lascoumes, Le capitalisme clandestin, l’illusoire régulation des places offshore, La Découverte, Paris, 2004, 264 p.

Texte intégral

1Si nos gouvernants avaient lu attentivement les trois livres dont il va être question, tous publiés en 2004 après la crise de 2001–2002, et s’ils en avaient tiré les conséquences, le monde aurait sans doute évité une crise financière et économique majeure. Dans des registres différents, ils se complètent car chacun présente à sa manière un point de vue sur la globalisation et la financiarisation de l’économie. L’un discute des catégories de représentation d’un monde global, un autre nous donne une political economy des années 1990, un troisième se concentre sur les paradis fiscaux qui représentent l’envers de ces phénomènes.

2Dans un dernier petit livre, The Economics of Innocent Fraud, John Kenneth Galbraith énonce quelques vérités dérangeantes ; on peut se le permettre à 96 ans. Pour lui le mal principal dont souffre l’économie en fin du xxe siècle tient d’abord à un détournement du sens des mots. Un décalage s’est établi entre le monde réel et sa perception, et en modifiant les repères, ce sont les mécanismes d’échanges, les équilibres entre forces qui se sont modifiés. En 60 pages, il parcourt quelques-unes de ces déviations. La première d’entre elle tient à la manière de nommer le système. Le terme de capitalisme est en déclin ; on parle maintenant d’économie de marché qui se trouve étroitement associée à celle d’un pouvoir du consommateur. « Monopoly capitalism [...] has been dropped from the academic and political lexicon [...]. The renaming of the economy served to affirm consumer sovereignty » (p. 12). J.K. Galbraith insiste sur le pouvoir de la grande firme et sur celui des managers. Pour lui, à l’évidence, cette représentation correspond à une falsification d’une réalité où domine le pouvoir de la firme qui conc¸oit les produits, les fabrique, les commercialise et les vend par tous les circuits du marketing et de l’influence.

3Il poursuit par une discussion sur la notion de travail car ce terme englobe les travaux les plus pénibles, épuisants, mal payés, et ceux des créateurs, libres, qui se réalisent, s’amusent et ont des avantages nombreux (salaires, voyages, frais, etc.). On admet comme équation que les pauvres doivent travailler tandis que le temps libre est pour les riches. La manière de désigner la grande firme correspond à un autre marqueur de sens ; il est désormais question de corporate management. Le terme de bureaucratie a été gommé du vocabulaire pour être uniquement associé à l’État. En définitive, le système a été renommé (il n’y a plus de capitalisme), la grande firme qui a le pouvoir est euphémisée derrière les notions de marché et de corporate management, terme qui évite le qualificatif de bureaucratie. II dénonce aussi le mythe des deux secteurs, celui de l’économie et celui du gouvernement, et soutient l’idée d’une subordination du second au premier. La séparation entre public et privé n’a plus beaucoup de sens, comme par exemple, dans les activités militaires. Il moque enfin le monde de la finance, moins pour ses erreurs que pour avoir fait croire que la mise au point d’outils mathématiques sophistiqués permettrait la prévision de l’inconnu. Pour lui, ces équations compliquées n’ont de la connaissance que l’apparence et relèvent plutôt de « l’ignorance sophistiquée ». Le trait est parfois forcé, certains phénomènes sont ignorés — comme le développement des pays émergents — mais dans cet essai, l’économiste, qui a écrit sur l’économie du monde pendant plus de 50 ans, attire notre attention sur des équilibres menacés. Tout ne se réduit pas aux marchés, leur autorégulation a des limites et le pouvoir des firmes doit être équilibré par celui des acteurs publics.

4Le livre de Joseph Stiglitz, The Roaring Nineties, croise à plus d’un titre celui de J.K. Galbraith. L’auteur a eu le prix Nobel d’économie avec George Akerlof en 2001 et a été au long des années 1990 successivement Chairman of the Council of Economic Advisers sous la présidence de Bill Clinton, puis économiste en chef de la Banque mondiale. Il a donc occupé des positions stratégiques dans le système. Ce livre est nourri de ce parcours entre l’université et des responsabilités au plus haut niveau. L’auteur circule entre ses travaux sur les théories de l’information, une connaissance de la politique économique américaine et les affaires du monde. Observons par rapport au livre précédent, Globalization and Its Discontents, un jugement plus nuancé.

5La lecture peut s’en faire à plusieurs niveaux. C’est d’abord une political economy des années 1990, celles de la nouvelle économie et de la globalisation. Mais elles s’achevèrent aussi par une récession qui rappela à tous « that recessions were not a thing of the past » et par des scandales financiers touchant les plus grandes sociétés. Le crédit de nombreuses institutions a été durablement affecté : les grands managers, le système judiciaire, les banques et les comptables. Cet axe conduit, deuxièmement, à une lecture des rapports entre les États-Unis et le reste du monde. J. Stiglitz développe une lecture critique des politiques suivies. Elles ont concerné au premier chef l’économie américaine, mais elles ont eu un impact plus large car les États-Unis se sont projetés comme le modèle à suivre. Les institutions internationales de développement, en particulier le Fonds monétaire international (FMI), se chargeaient de diffuser ce modèle aux pays émergents. Troisièmement, l’auteur s’interroge sur les équilibres entre l’État et le marché, il donne son témoignage sur les politiques de dérégulation dans les télécommunications, l’énergie, le secteur financier, et la réforme du système comptable. Quatrièmement, il développe une réflexion sur le règne de la finance : « the decade in which finance reigned supreme » jusqu’à influencer les plus hautes sphères sur les politiques à mener.

6Une valeur ajoutée de ce livre tient à sa description fine des instruments. Le théoricien de l’économie de l’information place au cœur de son analyse ce qui touche à la fiabilité de l’information sur les entreprises : leur vraie valeur, leurs résultats, leur potentiel. Dans les chapitres sectoriels (chapitres 4, 5, 6), il entre dans le détail des mécanismes internes qui expliquent pourquoi les garde-fous mis en place dans les années 1930 ont cessé de fonctionner. La libéralisation dans la banque et l’assurance a augmenté la concurrence et a affaibli un principe de prudence, une éthique des affaires qui garantissaient la fiabilité des informations ; les analystes internes aux grandes banques ont cessé d’évaluer objectivement. Le même mélange des genres au sein des grands cabinets d’audit et de conseil a conduit au même résultat. Les dirigeants de certaines grandes firmes n’ont pas été plus prudents car leur rémunération par des stock options les rendaient dépendants d’un système haussier. Enfin, il n’existait pas de force de réglementation externe car cette industrie avait réussi à faire valoir sa vision de l’autorégulation.

7Le message de J. Stiglitz est double. Premièrement, les marchés peuvent être des créateurs de richesses mais « les marchés sont des choses délicates » ; il faut donc accorder une grande attention au bon ajustement entre la liberté et la règle. Deuxièmement, les remèdes se trouvent autant dans des facteurs généraux que dans des mécanismes internes, invisibles à l’observateur, qui envoient des signaux aux acteurs.

8Cette lecture par les mécanismes se trouve parfaitement complétée par le livre de Thierry Godefroy et Pierre Lascoumes sur les paradis fiscaux car ces derniers apportent la souplesse ultime qui permet au système d’échapper aux règles des États. Le capitalisme clandestin commence par le rappel de la crise de 2002, mais cela pourrait mot à mot s’appliquer à celle de 2007. C’est un ouvrage précis, nourri de la presse économique, des enquêtes du Congrès des États-Unis et des meilleures sources de recherche. Dans des encadrés nombreux, les auteurs nous instruisent sur des dossiers qui ont leur propre logique : le Delaware, les îles Nauru, l’usage des pavillons de complaisance, les paradis fiscaux de la Couronne britannique, l’affaire Long Term Capital Management (LTCM), les dossiers de Citigroup, etc. Cette mobilisation de sources nombreuses leur permet d’étayer l’argument selon lequel les paradis fiscaux ne sont plus des dispositifs externes à l’économie officielle, permettant de recycler l’argent de la fraude fiscale et de tous les trafics parallèles ; ils font partie intégrante de l’économie financière mondialisée. Les auteurs nous montrent combien les acteurs de la banque et de l’assurance en font un usage grandissant et normal dans le montage de transactions toujours plus sophistiquées. Les frontières entre l’offshore et l’onshore se sont estompées et la régulation de ces places devient de plus en plus « illusoire », comme le marque leur sous-titre. Malgré les déclarations lors des sommets internationaux, les États ne parviennent plus à maîtriser des pans entiers de l’économie. Les circuits des transactions financières sont devenus très complexes, de sorte qu’il est devenu difficile de savoir quelle est la valeur des actifs, qui porte la dette et quel en est le montant.

9Ces trois ouvrages tracent sans le dire une image pessimiste de l’économie mondialisée ; celle de son impossible régulation. Cela est évident en se plaçant au niveau global, mais la perspective pourrait être différente en examinant les mêmes phénomènes du point de vue des transactions. II manque à ces travaux une lecture micro qui décrive les montages juridiques et financiers qui relient une opération réelle, et socialement utile, à une cascade d’acteurs. Outre la mise à plat de la chaîne de la valeur et de son partage, cette lecture ferait ressortir que les États disposent d’un levier. Quelle que soit la complexité des circuits, les transactions doivent se fixer à un moment ou à un autre sur des actifs fixes territorialisés. À ce moment-là, les États peuvent mettre en place des réglementations qui rendent obligatoire de révéler les circuits (principe de traçabilité) et ils peuvent rétablir une symétrie concurrentielle entre des transactions « normales » et les circuits « distorted ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Lorrain, « Dérives financières. Trois livres sur la globalisation et la financiarisation de l’économie », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 1 | 2010, 115-117.

Référence électronique

Dominique Lorrain, « Dérives financières. Trois livres sur la globalisation et la financiarisation de l’économie », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 1 | Janvier-Mars 2010, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/13367

Haut de page

Auteur

Dominique Lorrain

Centre d’étude des mouvements sociaux, École des hautes études en science sociales, 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
lorrain[at]ehess.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals