Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Invitation à la sociologie, P.L. Berger

La Découverte, Paris (2006). 250 p. [Traduction C. Merllié-Young, préface de D. Merllié]
Maria Vasconcellos et Constance Daniel
p. 125-127
Référence(s) :

Peter L. Berger, Invitation à la sociologie, La Découverte, Paris, 2006, 250 p. [Traduction C. Merllié-Young, préface de D. Merllié].

Notes de la rédaction

Maria Vasconcellos, auteur du compte rendu est décédée, en novembre 2008.

Texte intégral

1Chez les sociologues francophones, Peter L. Berger est surtout connu pour La construction sociale de la réalité (paru en 1966, avec Thomas Luckmann). Traduit en 1986, cet ouvrage vient à l’appui de nouvelles approches théoriques, plus individualistes ou microsociologiques que celles qui prédominaient jusqu’alors. Curieusement, l’ouvrage antérieur ici présenté est passé quant à lui presque inaperçu dans le milieu de la sociologie académique. Paru en 1963 aux États-Unis, il pose pourtant les principes fondateurs de la théorie sociologique de P.L. Berger, en dépit de sa volonté de ne pas se présenter comme un « théoricien ».

2Comme le souligne Dominique Merllié, dans sa préface, l’ouvrage est paru dans un contexte de forts changements sociaux aux États-Unis et dans le monde (guerre froide, émergence du féminisme comme objet d’études universitaires, mouvements sociaux de jeunesse, conflits raciaux, lutte contre la guerre du Vietnam, nouvelles expressions artistiques, etc.). On tend alors à rejeter la sociologie « traditionnelle », en même temps que se multiplient les groupes professionnels utilisateurs de connaissances sociologiques (comme les travailleurs sociaux), ainsi que les tentatives d’explication sociologique de nouveaux phénomènes sociaux. Le moment est propice à l’apparition de « francs-tireurs », tel Charles Wright Mills. Pour P.L. Berger, qui se consacrait jusqu’alors à la sociologie des religions, cet ouvrage marque une « mobilité thématique ». Sans abandonner la sociologie religieuse, il entame des travaux sur le changement social, en sociologie du développement, un domaine en plein essor dans les années 1960 sur le plan international.

3Le titre de l’ouvrage, en forme d’« invitation », et sa façon d’aborder les problématiques atteste de son intention de rendre la discipline sociologique accessible à tous les publics, hors les murs académiques. L’avant-propos de 1963 vise un large public, avec ce qui n’est ni un manuel, ni un essai, ni un autre genre d’ouvrage d’initiation à la connaissance du monde social : les étudiants en sociologie sans doute, mais aussi le « public cultivé » qui cherche à comprendre le nouveau monde social. Ne s’adressant pas à des spécialistes, le livre cherche à échapper aux principes canoniques du travail académique (absence de notes, réduction au maximum des explications sur les auteurs, les concepts, etc.).

4Pour « présenter » la sociologie aux non-initiés, il adopte un ton ironique, amusé, par lequel il essaie de démystifier les représentations courantes de la sociologie. D’abord, il explicite ce que le sociologue n’est pas (théoricien du travail social, réformateur, collecteur des statistiques, jargonneur abscons, etc.). Il est en revanche celui qui travaille à comprendre la société, avec un cadre de référence et une méthodologie adaptés. Ses « missions » consistent à étudier la société à partir de l’idée que le social se construit par un ensemble d’interactions. Le sociologue est appelé « au refus des évidences sociales » qui permet par exemple de distinguer pouvoir formel et pouvoir effectif, d’affirmer que « l’amour n’est pas aveugle » et, finalement, de marquer la différence entre problème sociologique et « problème social ».

5En somme, il prône une démystification, avec un ton irrespectueux et un sens de la relativité. Évoquant la « mobilité moderne des identités », il s’attache à traiter de la « réversibilité biographique ». Les récits biographiques ou autobiographiques n’échappent pas à la « flexibilité du passé ». Les modalités de la mobilité géographique, toujours liée à une mobilité sociale, produisent des « valses des identités », avec la rectification du passé ou la reconversion du sens donné aux événements. La situation de « l’homme dans la société » le conduit alors à considérer les formes de contrôle social, ou l’importance du « réseau de coordonnées sociales », en évoquant la question des castes et du système racial qui met en évidence l’importance des institutions sociales. Puis, abordant « la société dans l’homme », il revient sur la question des identités, au cœur de cette relation de la société à l’individu. Au moment où les questions d’identité prennent une place importante dans les sciences sociales, la synthèse présentée par P.L. Berger devrait permettre d’éviter les écueils qui marquent certains des travaux sur ce thème.

6Apparaît alors sa façon d’envisager la vie sociale — la société comme mise en scène. Ce « renversement de perspective » revisite le rôle du sociologue. Il doit s’impliquer moralement et relativiser les étiquettes sociales (il prend l’exemple de l’homosexualité, alors généralement persécutée, mais valorisée dans certains milieux). Il prône une attitude de détachement par l’humour, portant les valeurs de la science, mais contribuant à « libérer l’humanité ».

7Tout au long de cet ouvrage, P.L. Berger laisse apparaître son ancrage dans la sociologie des religions, par l’évocation de textes bibliques ou canoniques des religions qui ponctuent ou illustrent ses propos. Plus généralement, le langage utilisé est stimulant. Toujours teinté d’humour, il fait appel à des exemples inattendus, peu habituels dans la littérature sociologique.

8Dans l’article de 1992, traduit ici comme postface, il réitère son « invitation » en soulignant les changements rapides et radicaux qui traversent les sociétés, notamment le « retour du religieux », et sont porteurs de nouvelles configurations sociales. Dans la nouvelle préface de cette traduction de 2006, il évoque les changements intervenus dans le monde (chute du bloc socialiste, émergence des pays asiatiques sur la scène économique et politique, globalisation, etc.) qui interpellent plus que jamais les sociologues. Il attire aussi l’attention sur le fait que la sociologie a quitté les murs académiques avec le nombre important de sociologues intégrés dans la vie économique, financière, politique, etc. Le rôle du sociologue a changé en cessant d’être cantonné à des secteurs d’activité (enseignement, travail social, etc.) relevant de l’État–Providence.

9Cet ouvrage resterait peu accessible au public qui « s’invite » à la sociologie sans le travail important de D. Merllié : les intertitres, les précisions données en notes (du texte et des encadrés bibliographiques) sur les auteurs cités ou évoqués par P.L. Berger peuvent être utiles même au lecteur averti. Par ces compléments, cet ouvrage devient un livre à mettre entre les mains de tout « apprenti » en sociologie, quel que soit son domaine d’étude ou de travail (travailleurs sociaux, médiateurs, étudiants en sociologie ou dans des disciplines proches, futurs enseignants et bien d’autres).

10Laissant transparaître une proximité avec la tradition de Chicago, l’interactionnisme symbolique et la sociologie phénoménologique, l’ouvrage de P.L. Berger « invite » à partager son point de vue sociologique et, par le foisonnement des questions abordées, donne envie non seulement de le lire, mais aussi d’approfondir certaines questions ou de mieux connaître des auteurs peu connus (ou diffusés) en France. Plus de 40 ans après sa rédaction, sa lecture suscite l’intérêt et convainc de l’actualité des propositions de son auteur qui nous incite à renouveler les approches des problèmes actuels avec le recul de l’humour, mais sans rien sacrifier des questions fondamentales de la sociologie et de ses « pères fondateurs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Vasconcellos et Constance Daniel, « Invitation à la sociologie, P.L. Berger », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 1 | 2010, 125-127.

Référence électronique

Maria Vasconcellos et Constance Daniel, « Invitation à la sociologie, P.L. Berger », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 1 | Janvier-Mars 2010, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/13443

Haut de page

Auteurs

Maria Vasconcellos

CNAM, Chaire « Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations » LISE/CNRS, France

Constance Daniel

Collège Louis-Philippe, rue du Mont-Vitôt, 76260, France
constancedaniel[at]yahoo.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals