Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique

Raisons d’agir, Paris, 2016, 230 p.
Emilien Schultz
Référence(s) :

Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique, Raisons d’agir, Paris, 2016, 230 p.

Texte intégral

1Tandis que la notion de controverse apparaît avoir largement essaimé dans les sciences sociales, une grande partie de son développement conceptuel et de ses travaux empiriques trouve son origine en sociologie des sciences. La monographie de Pascal Ragouet s’inscrit pleinement dans cette tradition de sociologie des controverses scientifiques en retraçant l’affaire dite « de la mémoire de l’eau », qui est l’histoire de la marginalisation progressive, dans les années 1990, de Jacques Benveniste, chercheur en biologie dans une unité de l’INSERM.

2L’ouvrage se compose de six chapitres. L’introduction pose le cadre théorique, inspiré d’une perspective bourdieusienne de l’activité scientifique en termes de champ social amendée d’une perspective pragmatique. Mis à part le cinquième chapitre, davantage conceptuel, sur le « substrat normatif de la science », les cinq autres chapitres, très descriptifs — où les citations des protagonistes sont largement présentes — abordent ensuite chronologiquement la trajectoire du chercheur à partir de l’exploitation de plusieurs ouvrages déjà consacrés à cette affaire assez largement médiatisée et des propos publics des protagonistes.

3Récompensé par une médaille d’argent du CNRS en 1973 pour ses travaux sur les allergies, Jacques Benveniste débute un axe de recherche sur les hautes dilutions à partir de 1980. En quelques mots, l’idée est de mettre en évidence un effet biologique de certains composés chimiques, même quand ceux-ci ne sont plus présents dans l’eau par suite de dilutions successives. Ces recherches font écho aux mouvements en faveur de l’homéopathie, qui leur apportent un soutien financier explicite. J. Benveniste tente de publier à partir de 1986 un article dans la grande revue scientifique Nature sur le résultat d’une expérience allant dans le sens de l’effet des hautes dilutions, en contradiction avec les connaissances établies. Cet article ne sera finalement publié qu’en 1988 après de nombreux échanges, la reproduction des expériences par d’autres laboratoires, et assorti de plusieurs mises en garde soulignant le caractère non-conventionnel de ce travail. Suspectant une fraude, une improbable équipe d’investigation, comprenant un magicien, se rend dans le laboratoire de J. Benveniste pour vérifier la reproductibilité des résultats et révéler les trucages suspectés. La proximité avec l’homéopathie et la stratégie de communication de J. Benveniste transportent les débats dans l’espace médiatique avec la multiplication, de part et d’autre, de stratégies argumentatives. La recherche d’une « expérience cruciale » qui écarterait les suspicions croissantes des porte-paroles des communautés scientifiques amène le chercheur à se marginaliser et à perdre peu à peu sa crédibilité et ses ressources.

4Pascal Ragouet s’appuie sur cette controverse pour approfondir l’explication de la dynamique du champ scientifique dans la perspective des apports de Robert K. Merton, Thomas Kuhn et Pierre Bourdieu. Contre une tendance, par ailleurs bien identifiée, des travaux d’inspiration constructiviste à insister sur les facteurs sociaux dans la formation des consensus sur les énoncés scientifiques, l’auteur souligne la primauté du rappel à la « réalité » dans les discussions entre scientifiques : « la nature ne peut être reléguée au second plan lorsqu’il s’agit d’expliquer la dynamique d’une controverse comme sa clôture » (p. 189).

5Il montre que les observations de phénomènes sont évaluées par les chercheurs selon un espace épistémique à deux dimensions, constitué d’une norme de « réalisme » et d’une norme de « cohérentisme ». La première correspond à la stabilité des phénomènes. La controverse scientifique s’organise ainsi d’abord autour de la réalité des observations empiriques, ce qui se traduit par l’injonction répétée à J. Benveniste de prouver la reproductibilité de ses observations. La seconde norme correspond à l’injonction de mettre les observations en accord avec les connaissances déjà validées. Cette norme constitue la « forme instituée d’une présomption favorable par rapport aux faits connus et reconnus » (p. 142). La priorité d’une norme sur l’autre dans la validation d’un phénomène particulier peut être discutée. Ainsi Jacques Benveniste insiste-t-il sur la robustesse de ses observations même si elles n’entrent pas dans le cadre d’intelligibilité de la science contemporaine. La hiérarchisation de ces normes de validation suivant les représentations plus personnelles qu’ont les chercheurs sur leurs objets d’étude ouvre la possibilité de stratégies argumentatives à la fois internes et externes au champ scientifique. La controverse ne se limitant pas au champ scientifique, les protagonistes s’expriment dans les médias où d’autres logiques d’action et d’argumentation prévalent.

6À travers cette étude de cas, P. Ragouet expose avec clarté et symétrie l’histoire d’une controverse scientifique éclairée par les acquis de la sociologie des sciences. Cet ouvrage, utile dans le paysage mouvant des études sur les sciences, contribue à un débat ancien sur la place à donner à « la nature » dans la dynamique de production des connaissances, en soulignant l’importance du recours à la « réalité » dans l’engagement des chercheurs et en montrant sa double manifestation en termes de stabilité et de cohérence. Il souligne aussi l’importance des interventions médiatiques dans le fonctionnement du champ scientifique.

7Cependant, le lecteur peut être un peu déçu que l’auteur ne cherche pas à définir plus clairement ce qui relève de l’objet « controverse », utilisé comme synonyme de « débat » ou « désaccord ». Ceci est d’autant plus regrettable que son débordement vers la sphère médiatique interroge les limites entre ce qui relève de la controverse scientifique per se et d’autres formes d’échanges. Ce traitement médiatique, s’il est présenté comme un ressort important des controverses, semble par ailleurs insuffisamment discuté à la lumière de la sociologie du journalisme, témoignant d’un certain confinement de la sociologie des sciences à ses propres objets et résultats. Ainsi, le rôle de la revue Nature dans l’existence de ces controverses « généralistes » est assez peu problématisé. Plus périlleuse, à notre avis, est la montée en généralité qui consiste à identifier des normes transversales au champ scientifique à partir d’une étude de cas unique. P. Ragouet ne discute pas les spécificités disciplinaires, et s’en tient à noter que le travail expérimental occupe en biologie un rôle particulier dans la validation des connaissances, bien différent de celui qu’il tient en physique ou en mathématiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilien Schultz, « Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1389

Haut de page

Auteur

Emilien Schultz

Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS), UMR 8598 CNRS et Université de Paris-Sorbonne
20, rue Berbier-du-Mets, 75013, Paris, France
emilien.schultz[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals