Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Moral Gray Zones: Side Productions, Identity, and Regulation in an Aeronautic Plant, M. Anteby

Princeton University Press, Princeton (2008). 248 p.
Alexandra Bidet
p. 290-291
Référence(s) :

Michel Anteby, Moral Gray Zones: Side Productions, Identity, and Regulation in an Aeronautic Plant, Princeton University Press, Princeton (2008). 248 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Michel Anteby est la « traduction » pour un public américain – plus sensible aux thématiques de la sociologie économique et de la sociologie de la culture que de la sociologie du travail – des résultats d’une enquête de terrain menée au début des années 2000 sur la production et les échanges de « perruques » au sein d’une usine aéronautique française. Par « perruque », on désigne communément l’utilisation par le travailleur de matériaux et d’outils, sur les lieux et les temps du travail, pour confectionner un objet destiné à l’usage personnel. L’auteur, qui n’a pu accéder à l’usine elle-même, a fait appel à des méthodes variées : une soixantaine d’entretiens sur les « perruques de retraite » ont été menés avec des employés retraités ; il a fait passer par voie postale un questionnaire auprès d’un tiers d’entre eux, a exploité des fonds d’archives de l’usine et s’est fait observateur au sein du comité d’entreprise et du musée de l’usine.

2Si l’enquête a porté sur la « perruque » – saisie à travers la parole rétrospective des retraités à propos de celles, les plus visibles, offertes lors de départs en retraite – l’auteur travaille aussi d’emblée à élargir le propos à ce qu’il nomme des « zones grises morales » : les espaces où employés et maîtrise s’engagent dans des pratiques illégales, mais tolérées. De même qu’on ne saurait réduire, à ses yeux, la « perruque » à une activité marginale, clandestine, délictueuse, ou systématiquement réprimée, il s’emploie à montrer que les organisations sont riches en « zones grises », où la maîtrise ignore systématiquement des violations de règles. Partant de la « perruque », il confère ainsi un statut à une série de pratiques dérogeant à la dichotomie ordinaire entre loyauté et résistance. On ne saurait en effet réduire la « perruque » à un moyen d’assouplir un cadre organisationnel, une échappatoire ou encore un « quant à soi », où le travailleur se loverait à distance des injonctions. En s’intéressant à ce que fabriquent ces « productions à côté », M. Anteby découvre plutôt la genèse d’identités professionnelles, éminemment morales.

3Il analyse ces « zones grises morales » comme des « zones d’échange de crédits identitaires » : offrant respect et reconnaissance, elles représentent une « incitation [identitaire] à réaliser le travail officiel ». En même temps que l’identité professionnelle est un « levier pour l’engagement », la « perruque » constitue une source d’identifications et de concernements partagés. L’auteur s’inscrit ici en faux contre l’école critique qui a marqué les travaux américains en décrivant des identités imposées. La « perruque », en plus d’être un espace « de régulation et d’expression », voit la genèse ou l’entretien d’une professionnalité. Dans l’usine aéronautique étudiée, elle offre même aux travailleurs ce à quoi l’activité professionnelle pourvoit d’ordinaire, et pointe ainsi ce qui fait défaut à ces employés de l’usine, face au hiatus croissant entre leur activité et celle inscrite au cœur de leur identité professionnelle. Face au sentiment d’inutilité suscité par la déconnexion des modes d’usage de soi passés et présents, la pratique de la « perruque » tramerait une continuité ; les employés étudiés retrouvent ainsi, à la périphérie du travail, leur mode antérieur d’engagement dans la technicité. Il ne s’agit pas là de regagner un statut, mais de tramer une nécessaire continuité : ce n’est « pas seulement un enjeu de reconnaissance mais d’accomplissement ».

4Deux interrogations peuvent être soulevées. La première engage la notion de « respect ». Inscrite au cœur de l’économie des « zones grises morales », elle est essentiellement associée à la dimension interpersonnelle : les travailleurs « expriment leur respect » à leurs collègues ; ils en revendiquent aussi. Mais ne pourrait-on pas l’associer aussi au travail lui-même ? De nombreuses citations militent en ce sens. La « perruque » pourrait être alors saisie comme une forme d’hommage au travail par le travail – non pas un hommage au travail en général, mais à un travail, aux façons de faire auxquelles on s’est attaché. La « perruque », et plus encore celle offerte lors du départ en retraite, rappellerait un attachement commun au travail : « cela me plait de voir cela car cela représente du travail ». Cet attachement, au-delà de la nostalgie pour une activité disparue, pointe la valeur conférée au travail. Si l’étude des « zones grises morales » note souvent que les « identités résultent de moments de friction », le cas de la « perruque » n’inviterait-il pas à dessiner un cadre élargi, où les identités se définissent aussi par des modes d’attachement ? L’ouvrage invite du moins à saisir des formes d’agentivité que les travaux classiques n’ont guère considérées. L’étude des « zones grises morales » n’épuise donc pas l’intérêt de l’objet « perruque » pour le sociologue du travail.

5La seconde interrogation a trait aux « situated moralities ». M. Anteby désigne ainsi les évaluations concurrentes autour des « zones grises » ; le degré de moralité des pratiques est toujours disputé, jamais acquis. Faute d’avoir pu pénétrer dans l’usine, il dit toutefois peu de choses sur la façon dont les employés travaillent en contexte à la légitimité et à l’acceptabilité de ces pratiques. Le sociologue s’appuie sur des narrations a posteriori, faites par des retraités, dans un double éloignement à l’égard de l’arène productive ; et il s’interroge peu sur ce que ces évaluations morales doivent, éventuellement, à cette situation singulière d’énonciation. Or les enquêtés, retraités, ne procèdent-ils pas aussi à une évaluation rétrospective de leur trajectoire, à travers la « perruque » – qui en a marqué le terme, et en porte la mémoire ?

6Si l’ouvrage rejoint ainsi, malgré lui, l’interdit implicite qui a longtemps tenu les sociologies du travail et des organisations à l’écart de la production, ce n’est pas le moindre intérêt des pratiques de « perruque » que de montrer qu’il est malaisé d’approcher les identités professionnelles sans considérer le geste productif lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bidet, « Moral Gray Zones: Side Productions, Identity, and Regulation in an Aeronautic Plant, M. Anteby », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 2 | 2010, 290-291.

Référence électronique

Alexandra Bidet, « Moral Gray Zones: Side Productions, Identity, and Regulation in an Aeronautic Plant, M. Anteby », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 2 | Avril-Juin 2010, mis en ligne le 24 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14042

Haut de page

Auteur

Alexandra Bidet

CNRS-EHESS-ENS, centre Maurice-Halbwachs, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
alexandra.bidet[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals