Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La nouvelle sociologie chinoise, L. Roulleau-Berger, L. Peilin, G. Yuhua, L. Shiding (Eds.)

CNRS éditions, Paris (2008). 500 p.
Olivier Marichalar et Camille Salgues
p. 291-293
Référence(s) :

Laurence Roulleau-Berger, Li Peilin, Guo Yuhua, Liu Shiding (dir.). La nouvelle sociologie chinoise, CNRS éditions, Paris, 2008, 500 p.

Texte intégral

  • 1 Merle, A., Zhang, L. (Eds.), 2007. La Chine en transition, regards sociologiques. Cahiers internati (...)

1Fait sans précédent, trois ouvrages de traduction en français et d’introduction à la sociologie chinoise sont parus successivement ces deux dernières années : d’abord un numéro des Cahiers internationaux de sociologie, puis deux livres, sous la direction de Laurence Roulleau-Berger et des sociologues pékinois Guo Yuhua, Li Peilin et Liu Shiding pour l’un, de Jean-Louis Rocca pour l’autre1. Des trois ouvrages, le second, La nouvelle sociologie chinoise, dont la publication a été suivie d’un colloque qui s’est tenu à Paris et à Lyon en juin 2008 en présence de certains des contributeurs, se distingue par sa taille (500 pages, 17 textes) et par son ambition.

2Il s’agit en effet de donner accès à la production sociologique chinoise actuelle et à un panorama général des transformations du pays. C’est sans doute l’intérêt principal de l’ouvrage : fournir des enquêtes fouillées sur la Chine des réformes. À côté de textes plus exclusivement théoriques, certains articles nous donnent à voir des matériaux empiriques riches et détaillés, qu’il s’agisse du récit des conflits parfois violents entre propriétaires et syndics dans la contribution de Shen Yuan, des luttes d’un clan dans un village pris dans les grands bouleversements historiques sous Mao Zedong dans le texte de Tang Jun, ou, dans celui de Li Peilin, de l’organisation d’un « village urbain » idéal-typique de la Chine du Sud ; de l’action collective d’ouvriers d’une usine d’État contre sa privatisation dans l’article de Tong Xin ou de la comparaison de la mobilité sociale avant et après les réformes effectuées par Li Chunling. On a là autant de tableaux finement analysés de la Chine contemporaine.

3Toutefois, tous les textes ont également une ambition théorique appuyée. Il ne s’agit pas tant de proposer de nouveaux paradigmes que de revisiter des théories sociologiques importantes en les confrontant aux « spécificités » du cas chinois et en les retravaillant à cette lumière. Là- aussi, le spectre des sensibilités et des problématiques est vaste : discussions des théories de la transition (Sun Liping, Li Lulu), sociologie économique (Liu Shiding), sociologie de l’action collective (Guo Yuhua, Tong Xin), etc. Le texte de Yang Yiyin sur un « nous » chinois relève d’une psychologie sociale assez différente et fait un peu figure d’intrus dans l’ensemble, malgré les efforts en introduction pour le rattacher à une réflexion sociologique canonique sur « individu et sociétés ».

4Le panorama proposé en introduction par Laurence Roulleau-Berger ne convainc en effet pas toujours. Après des éléments intéressants de contextualisation de la sociologie chinoise actuelle, l’auteure déploie toute une série de rapprochements entre les différents textes réunis dans cet ouvrage et un ensemble tous azimuts d’auteurs français, dressant au moins autant un tableau de la sociologie française que de la sociologie chinoise. Ces rapprochements semblent bien formels, ne serait-ce que parce que les auteurs s’inspirent bien davantage, comme le rappelle Michel Wieviorka en conclusion, de la production américaine. Cette longue comparaison se substitue alors à un autre travail, qui aurait été peut-être plus nécessaire, d’accompagnement de ces textes. Titrer La nouvelle sociologie chinoise, est-ce désigner l’ensemble de la sociologie chinoise actuelle, ou est-ce faire la promotion d’un nouveau courant théorique comme le laissent entendre, dans leur court texte introductif, les coauteurs chinois en défendant une « sociologie de la transition sociale » (p. 84) ? Il n’en sera plus question ailleurs, mais on retrouve de fait une certaine unité dans les références et les orientations des articles retenus, au détriment d’autres courants de la sociologie chinoise, comme la sociologie de la famille ou du genre. Cette ambiguïté semble aussi retenir l’auteure de formuler toute réflexion critique sur une sociologie qui n’est pensée que dans le prolongement de l’action publique et de l’édification de la « société harmonieuse » de Hu Jintao (p. 84).

5Cet ouvrage offre cependant un matériau important pour un travail de réception critique de la sociologie chinoise en France. Dans cette perspective, un choix plus systématique de donner le pinyin des mots chinois dans les textes et dans le glossaire aurait contribué à lever certaines obscurités (par exemple, autour de la notion de « domination civique » dans le texte de Zhang Jing p. 405, ou celle de « tabou » pour désigner les valeurs confucianistes de piété filiale et de loyauté, p. 438).

6En effet, si l’effort énorme de traduction, par Hu Yu et Pierre Miège, et sa qualité d’ensemble, ne peuvent être que soulignés et salués, celle-ci est cependant un peu inégale d’un chapitre à l’autre de ce volumineux ouvrage. Sans doute est-ce à mettre au compte, avec d’autres problèmes de forme (nonmingong au lieu de nongmingong dans le lexique, différentes transcriptions du nom de Fei Xiaotong dans l’introduction, un passage entier de l’introduction répété deux fois, des bibliographies peu soignées...), de la vitesse avec laquelle cette compilation a été réalisée, entre le départ de l’auteure pour la Chine et la publication. Cela n’en reste pas moins une contribution importante au débat, encore embryonnaire et à la circulation des idées en sociologie, de la Chine à la France – et inversement.

Haut de page

Notes

1 Merle, A., Zhang, L. (Eds.), 2007. La Chine en transition, regards sociologiques. Cahiers internationaux de sociologie. 112, 5–168. — Rocca, J.L. (Ed.), 2008. La société chinoise vue par ses sociologues, Migrations, villes, classe moyenne, drogue, sida. Presses de Sciences Po, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Marichalar et Camille Salgues, « La nouvelle sociologie chinoise, L. Roulleau-Berger, L. Peilin, G. Yuhua, L. Shiding (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 2 | 2010, 291-293.

Référence électronique

Olivier Marichalar et Camille Salgues, « La nouvelle sociologie chinoise, L. Roulleau-Berger, L. Peilin, G. Yuhua, L. Shiding (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 2 | Avril-Juin 2010, mis en ligne le 24 janvier 2019, consulté le 20 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14047

Haut de page

Auteurs

Olivier Marichalar

École normale supérieure de Cachan, 61, avenue du Président Wilson, 94235 Cachan cedex, France
olimarichalar[at]hotmail.com

Camille Salgues

IRIS, EHESS, 96, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
camillesalgues[at]hotmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals