Navigation – Plan du site
Articles

Travailleurs indépendants mais subalternes. Les rapports à l’indépendance des bûcherons non salariés

Independent but Subordinate. The Meaning of Independence to Self‑employed Woodcutters
Julien Gros

Résumés

Cet article vise à rendre compte de la différenciation sociale des expériences de l’indépendance professionnelle à travers l’exemple d’une activité du bas du monde du travail, le bûcheronnage. Il s’agit d’examiner les significations, en termes de mobilité sociale, de passages à l’indépendance par une activité proche du monde ouvrier. Deux modalités d’accès à l’indépendance sont mises en évidence, associées à des milieux sociaux différents, qui se distinguent par leur place dans les parcours professionnels : l’une, majoritaire, dans laquelle l’installation intervient après une expérience durable du travail ouvrier qu’elle permet de quitter ; l’autre dans laquelle elle est une manière, pour des individus plus dotés, d’éviter la subordination ouvrière dès l’entrée dans la vie active. Ces modalités d’accès à l’indépendance débouchent sur des rapports au travail différents une fois installé dans le métier. En particulier, elles sont associées à des capacités très inégales à tenir à distance le caractère subalterne de l’activité. L’article s’appuie principalement sur des entretiens réalisés durant une enquête de terrain au long cours sur l’emploi dans le secteur forestier.

Haut de page

Notes de la rédaction

Premier manuscrit reçu le 5 octobre 2016 ; article accepté le 21 mars 2017.

Notes de l’auteur

Outre les évaluateurs anonymes de la revue Sociologie du travail, son comité de lecture et son secrétariat de rédaction, je remercie Sarah Abdelnour et Bénédicte Zimmermann pour leurs précieux conseils lors de l’élaboration de cet article.

Texte intégral

1S’étendant vers le haut comme vers le bas de la hiérarchie sociale, la population des actifs non salariés est extrêmement hétérogène et stratifiée en termes de revenus, de patrimoine, d’éducation et de conditions de travail (Algava et Vinck, 2009 ; INSERM, 2011 ; INSEE, 2015). Cette étendue interdit de la réunir en une position sociale unifiée : définie juridiquement par l’absence de relation de subordination (Supiot, 2002), la catégorie de « travailleur indépendant » n’a, d’ailleurs, pas plus que celle de « salarié », vocation à être une catégorie d’analyse de la stratification sociale. De plus, la difficulté d’intégrer les travailleurs indépendants à une analyse de la stratification sociale ne tient pas qu’à la largeur de ce spectre, mais également à un manque d’outils d’analyse (Bessière et Gollac, 2014). Lorsque l’on cherche à repérer une différenciation sociale parmi les non-salariés — excepté pour les professions libérales que leur haut niveau de diplôme et leur revenu attachent sans équivoque aux catégories supérieures du salariat (Chauvel, 1995) —, on s’appuie sur des caractères économiques et juridiques — nombre de salariés, voire nombre de clients dans le cas des « indépendants économiquement dépendants » (Supiot, 1999) — plus que sur des propriétés permettant, comme c’est le cas des salariés, d’approcher les diverses dimensions d’un statut social.

  • 1 La position des agriculteurs dans le travail de P. Bourdieu est un peu plus ambiguë en raison d’une (...)

2Des travaux se sont attachés à approcher la position sociale de certains groupes d’indépendants au travers du large ensemble que composent les artisans (Zarca, 1993 ; Mazaud, 2013), les commerçants (Gresle, 1982 ; Mayer, 1986) et, éventuellement, les agriculteurs (Sociétés contemporaines, 2014). Cet ensemble correspond peu ou prou à ce que Pierre Bourdieu entendait par « petite bourgeoisie traditionnelle », une catégorie moyenne de l’espace social principalement définie par son capital économique (Bourdieu, 1978)1. Intégrés aux analyses de mobilité sociale, ces groupes peuvent constituer une filière de promotion ouvrière (Mayer, 1977 ; Chenu, 1993). Si un usage rapide de la nomenclature des Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) conduit parfois à utiliser le terme « indépendants » pour désigner cet ensemble (rassemblé dans les deux premières catégories du premier niveau du code), il faut garder à l’esprit que l’hétérogénéité du non-salariat dépasse largement les frontières de ces groupes intermédiaires de la structure sociale.

  • 2 À la suite d’Olivier Schwartz, on entend par « classes populaires » un ensemble de populations part (...)
  • 3 Association notamment constatée par les auteurs du plus récent ouvrage de synthèse sur les classes (...)

3En effet, l’indépendance professionnelle se prolonge dans les classes populaires2, formant des « fractions populaires du monde des indépendants » (Siblot et al., 2014, p. 46) que Bernard Zarca observait, il y a quarante ans, en décrivant les membres les plus dominés de l’artisanat, la « plus populaire des classes moyennes » (Zarca, 1979, 1993). Bien que l’on manque encore de données d’ensemble, il est possible que ces situations soient même en essor, sous les effets conjugués de la fragilisation des classes populaires par le chômage et la multiplication des statuts salariés instables d’une part, et de la promotion de dispositifs d’incitation à l’auto-emploi, comme l’auto-entrepreneuriat, d’autre part (Abdelnour, 2013). D’un côté, ces usages populaires de l’indépendance mobilisent le modèle de la mobilité ouvrière par l’accès à la petite entreprise artisanale et commerciale (Mayer, 1977). D’un autre côté, ils participent d’une transformation des modes de domination des classes populaires au sein desquelles l’émancipation par la sortie du salariat revêt désormais la forme de l’injonction à l’« entreprise de soi » (Abdelnour et Lambert, 2014). Ainsi, l’aspiration à devenir son propre patron emmêle aujourd’hui des enjeux de mobilité sociale à un contexte de déstabilisation de l’emploi dans ses fractions dominées. Pour analyser empiriquement les accès à l’indépendance dans le bas du monde du travail tout en tenant compte de cette ambivalence, on cherchera donc à nuancer la superposition des catégories d’analyse de la stratification sociale (classes populaires / classes moyennes) et des catégories juridiques de partition de la population active (salariés / indépendants), conduisant à associer spontanément les classes populaires au salariat d’exécution et les indépendants aux catégories moyennes de la structure sociale3.

  • 4 La construction de la classe ouvrière, telle qu’elle s’est cristallisée politiquement et statistiqu (...)
  • 5 Par ailleurs, la population ouvrière existait, jusqu’à la fin du XIXe siècle, voire bien après pour (...)

4Le métier de bûcheron, exercé sous le statut d’« entrepreneur de travaux forestiers » (ETF), est un cas d’activité indépendante dans le bas du monde du travail. Il mêle les traits habituels du travail indépendant (absence de supérieur hiérarchique et de contrat de travail, propriété du capital professionnel, liberté formelle dans la cadence et les horaires) et d’autres qui évoquent certains aspects du travail ouvrier (une position subalterne dans la production, une activité manuelle et dangereuse où le corps est directement mis à l’épreuve). Aussi ces bûcherons font-ils figure, à certains égards, d’ouvriers non salariés. Si l’expression sonne comme un oxymore, en partie à juste titre4, elle force à considérer qu’une part de l’emploi subalterne échappe non seulement au salariat stable (Jounin, 2009), mais aussi au salariat lui-même5. Le propos de cet article est de rendre compte des significations que prennent ces passages à l’indépendance par une activité ouvrière.

5Pour faire face à l’apparente hétérogénéité des situations professionnelles de ces travailleurs, il s’agira de restituer la différenciation sociale des expériences qu’ils font de l’indépendance, autrement dit ce que les perceptions qu’ont les individus de leur statut doivent à leurs ressources et leurs socialisations. Pour cela, je m’appuierai sur des matériaux produits au cours d’une enquête de terrain de longue durée sur l’emploi dans le secteur forestier (voir l’encadré 1). Par ailleurs, leur analyse complétera une approche en termes de trajectoire sociale par une approche en termes de parcours professionnels. J’entends par parcours professionnel le récit produit par l’enquêté dans sa relation à l’enquêteur, qui restitue les différentes étapes de son expérience du travail d’une manière relativement cohérente, cohérence qui dépend à la fois de la position qu’a atteinte l’enquêté et de la relation d’enquête (Zimmermann, 2011, p. 86). La mise en perspective des parcours (le récit socialement situé de la succession des étapes biographiques) et des trajectoires (objectivant la succession des positions) permet de comprendre les modes d’accès et les rapports à l’indépendance à l’aune des dynamiques de mobilité sociale, développant une analyse conjointe de l’emploi et de la structure sociale.

6Pour commencer je montrerai que, si l’on peut qualifier de subalterne la position des ETF dans la division du travail, leur entrée et leur maintien dans l’indépendance demandent des ressources, ce qui explique que les installations soient polarisées entre celles qui interviennent dès l’entrée dans la vie active et celles, plus tardives, qui prennent la forme de reconversions. Puis, par l’étude approfondie de deux cas, je montrerai que ces modalités d’accès à l’indépendance, associées à des milieux sociaux différents, diffèrent notamment par leur rapport à la subordination ouvrière : dans un cas, l’installation intervient après une expérience durable du travail ouvrier qu’elle permet de quitter ; dans l’autre elle est une manière, pour des individus plus dotés, d’éviter le travail ouvrier dès l’entrée dans la vie active. Enfin, je montrerai qu’après l’installation, les rapports au travail varient selon les ressources disponibles et selon les parcours, les individus parvenant inégalement et différemment à tirer profit de l’indépendance pour tenir à distance le caractère subalterne de leur activité.

Encadré 1. L’enquête et la construction des cas

Cet article s’appuie sur une enquête de terrain menée de 2007 à 2012 dans une région rurale française. L’enquête, intégrée au collectif Encadrement et sociabilité dans les mondes ruraux (ESMR) de l’INRA, a permis de conduire des observations du travail et des entretiens ethnographiques, souvent répétés, avec différents acteurs du monde du travail forestier : des ETF certes, mais aussi des bûcherons salariés, des chefs d’entreprises du secteur, des membres d’associations professionnelles, des agents de l’Office national des forêts (ONF).

Plus spécifiquement, cet article mobilise en premier lieu les entretiens réalisés avec les ETF d’une même génération (nés dans les années 1950-1960) et, plus ponctuellement, une analyse quantitative des dossiers de demande d’installation comme ETF dans la région.

L’analyse croisée des parcours et des trajectoires a donné lieu à la construction de deux cas ethnographiques, ceux d’Éric V. et de Didier T., protagonistes de l’article. Comme dans toute étude de cas, ceux-ci n’ont pas vocation à être représentatifs d’une population, ni d’épuiser l’ensemble des situations possibles, ni d’incarner des idéaux-types, par définition inobservables dans la réalité (Passeron et Revel, 2005), mais s’approchent du rôle donné au portrait en sociologie (Lahire, 2002) : par l’explicitation de ce qui fait leur singularité, ils permettent de soulever et résoudre des problèmes contribuant à la connaissance de cas comparables. Autrement dit, ces cas ne sont pas des réalités flottantes et dissociées d’enjeux de généralisation : leur contextualisation permet de les situer afin de mieux estimer les fractions du monde enquêté qu’ils sont susceptibles d’éclairer.

1. Des indépendants dans le bas du monde du travail

7Le bûcheronnage exercé à son compte partage de nombreux traits avec les emplois masculins du bas du monde du travail : il consiste en un travail manuel que l’on peut qualifier de subalterne. Néanmoins, l’installation et le maintien comme travailleur indépendant demande un certain nombre de ressources, en particulier une forte inscription dans des réseaux de relations localisés. Par conséquent, comme dans beaucoup d’activités non salariées, ces installations sont polarisées entre, d’un côté, des installations dès l’entrée dans la vie active, pour ceux qui disposent précocement des ressources suffisantes, et d’un autre côté des installations tardives, pour ceux qui, après avoir accumulé peu à peu ces ressources, y voient un moyen d’accomplir une conversion professionnelle.

1.1. La désalarisation d’une activité subalterne

8L’activité de bûcheron brouille les frontières entre travail indépendant et travail salarié. Ce flou est ancien et n’est pas le résultat de l’effritement récent d’un statut salarié stable. En effet, jusqu’aux années 1970, les bûcherons, comme les travailleurs de chantiers en général, sont décalés par rapport à un droit du travail davantage taillé pour le travail manufacturier. Comme les autres ouvriers du secteur agricole, ils connaissent un retard systématique dans l’application des droits du travail et de la protection sociale. De ce fait, même à l’apogée de la société salariale, les travailleurs des chantiers forestiers connaissent des situations d’emploi mal définies, difficiles à identifier, par exemple, lorsqu’elles sont contestées juridiquement — comme le montrent les revirements de la jurisprudence, visibles dans les contentieux aux Prud’hommes (Gros, 2015). En 1972, lorsque les employeurs de bûcherons deviennent obligés d’assurer leurs salariés contre les accidents du travail, ils incitent ces derniers à s’installer à leur compte (Schepens, 2008). L’institutionnalisation du statut d’ETF dans les années 1980 est donc la conséquence de l’imposition d’un droit du travail à une activité ouvrière peu formalisée, les employeurs réagissant à cette réglementation du salariat par l’externalisation du bûcheronnage (Gros, 2014).

  • 6 C’est aussi le cas des bûcherons salariés, qui sont rémunérés à la tâche (Gros, 2014).

9Les ETF profitent d’une grande autonomie au travail : ils sont entièrement libres de leur cadence et de leurs horaires6. Néanmoins, de nombreux caractères de leur activité autorisent à qualifier de subalterne leur position dans la division du travail.

  • 7 D’après les données de la Mutualité sociale agricole (MSA) pour 2011, 71 % des entreprises de trava (...)

10D’abord, ces bûcherons indépendants, aujourd’hui plus nombreux que les salariés, partagent avec ces derniers une position et des conditions de travail semblables. Ils réalisent, avec leurs propres outils, un travail d’exécution sur les chantiers forestiers pour le compte d’une entreprise qui possède et commercialise le bois. Cette dernière les rémunère à la tâche, en fonction du volume de bois qu’ils ont abattu. Les donneurs d’ordre sont le plus souvent des Petites et moyennes entreprises (PME) — scieries, entreprises d’exploitation forestière — et, parfois, l’Office national des forêts (ONF), en tant que propriétaire et gestionnaire des forêts publiques. Ces acteurs ayant un pouvoir de marché important, les bûcherons ont une faible marge de manœuvre sur les prix de leurs prestations (Morice, 2006) qui, de ce fait, sont assez homogènes : les clients les fixent souvent eux-mêmes en fonction des coûts et du prix auquel ils revendent le bois. En outre, les ETF travaillent principalement seuls, puisque les trois quarts d’entre eux n’emploient pas de salariés7. Cette absence de délégation montre une distance à la figure du chef d’entreprise, mais aussi une difficulté à rehausser sa position en déléguant les tâches les plus dures.

  • 8 Principalement due à la fluctuation et à la difficile prévisibilité des contrats, cette arythmie pe (...)
  • 9 Les données statistiques sont inexistantes ; je m’appuie ici sur ce que mon enquête de terrain m’a (...)
  • 10 F. Schepens indique que l’indice de fréquence moyen d’accidents du travail pour les salariés adhére (...)

11Cette situation d’exécutant se double d’une fragilité du statut professionnel. Les bûcherons sont en effet très exposés au risque économique : parce que le recours à des non-salariés libère les anciens employeurs de la gestion d’une main-d’œuvre jugée trop coûteuse, l’impératif de continuité de l’activité et la responsabilité que fuyaient ces employeurs repose désormais sur les travailleurs. Ces derniers doivent faire face aux variations potentiellement importantes de leurs recettes dues aux arythmies de l’activité8. Ce risque est d’autant plus fort que ces derniers sont très dépendants de leurs donneurs d’ordre, beaucoup semblant n’en avoir qu’un ou deux9. Enfin, leur activité est particulièrement dure et dangereuse : comptant déjà parmi les métiers les plus exposés au risque d’accidents du travail, le bûcheronnage l’est plus encore lorsqu’il est exercé à son compte10. Par ailleurs, le bruit, le poids et les vibrations de l’outil rendent le travail éprouvant au quotidien (Prévitali et Lornet, 2009).

  • 11 Le revenu mensuel moyen (un douzième du bénéfice net annuel) étant impossible à évaluer statistique (...)

12Le terme « subalterne » est donc utilisé ici dans le but de décrire la position des ETF dans la division du travail : ils ont une faible marge de manœuvre sur l’organisation de la production, un faible revenu du travail11, un rôle d’exécutants même en situation autonome. En l’occurrence, cette position subalterne n’équivaut pas à une situation de subordination juridique qui, en droit, appelle un contrat de travail : elle hérite davantage du modèle du travail à la tâche et de l’autonomie ouvrière (Mottez, 1960 ; Pillon et Vatin, 2007). Ainsi, et surtout, le terme « subalterne » n’est pas utilisé pour définir une position sociale et ne se réfère pas à des propriétés culturelles ou politiques, contrairement à l’usage qu’en proposent les subaltern studies (Merle, 2004). Pour cela, j’utilise l’expression plus commune en sociologie de la stratification sociale de « classes populaires » (Schwartz, 2011), ces positions sociales n’étant qu’imparfaitement définies par cette position subalterne dans la division du travail.

1.2. Des ressources pour entrer et tenir sur le marché

13Malgré cette position subalterne, l’activité de bûcheron demande, lorsqu’elle est exercée à son compte, un certain nombre de ressources. Certaines sont liées à la réglementation de l’activité, d’autres aux dynamiques concurrentielles du marché de la prestation. Cela explique que l’entrée et le maintien dans l’indépendance professionnelle soient socialement sélectifs.

14Jusqu’à la deuxième moitié des années 1980, les bûcherons non salariés constituent une main-d’œuvre flexible vers laquelle se tournent massivement les dirigeants de PME forestières. L’incitation à s’installer à son compte provenant de ces derniers, la facilité des démarches administratives et le faible coût du matériel nécessaire — un véhicule et une tronçonneuse — expliquent la croissance très rapide du nombre de non-salariés pendant cette décennie.

  • 12 Ces commissions ouvrent en réalité le droit de s’affilier au régime de protection sociale des non-s (...)
  • 13 Cette comparaison soulève évidemment le problème insoluble que constitue le fait de devoir comparer (...)

15Mais, dès le début des années 1980, les faillites deviennent nombreuses. Dans le but d’en limiter l’impact sur le fonctionnement du marché, l’État réglemente l’accès au statut en 1986, en instituant des commissions régionales chargées de sélectionner les travailleurs jugés les plus aptes à survivre12. Celles-ci, dites « commissions de levée de présomption de salariat », évaluent les dossiers des candidats selon des critères de qualification, d’expérience et d’autonomie de fonctionnement (possession du matériel adéquat, clients potentiels). Cette réglementation, associée à un relatif affaissement des récoltes de bois qui diminue les besoins de main-d’œuvre, limite, en partie, les nouvelles installations (Schepens 2007). À ce moment, les effectifs atteignent un point d’équilibre, les ordres de grandeur, difficiles à estimer précisément, étant restés relativement stables jusqu’aujourd’hui. Dès lors, la récolte de bois est davantage assurée par des travailleurs non salariés : environ 10 000 ETF (presque uniquement des entreprises individuelles) contre environ 8000 salariés (payés à la tâche) en 2003, correspondant à un peu moins de 6000 équivalents temps plein (Laurier, 2006)13.

16Ainsi, bien que l’installation ne nécessite pas de capital économique important, elle demande, depuis la fin des années 1980, un petit capital culturel permettant de présenter un dossier de candidature crédible à l’administration. Bien que cette sélection soit faible (dans la région enquêtée, près des trois quarts des candidats dans les années 2010 obtiennent le droit de s’installer), elle tend à favoriser ceux qui détiennent un niveau de diplôme dans le secteur forestier au moins égal au Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) et à exclure du marché les plus démunis, souvent des travailleurs étrangers ou des chômeurs en reconversion. Il n’en reste pas moins que l’activité recrute, aujourd’hui encore, principalement des hommes issus du salariat ouvrier (Gros, 2015).

17En outre, la survie sur le marché, particulièrement sélective dans les premières années, sollicite quant à elle des ressources d’un autre type. Établir des relations marchandes durables implique une intégration dans des réseaux de relations localisés à l’intersection du petit patronat et de la petite fonction publique. Cette intégration est essentielle à l’établissement de liens utiles avec ces clients potentiels que sont les dirigeants de PME et les gardes forestiers de l’ONF, parce qu’elle assure la circulation de l’information et le contrôle réciproque des stratégies concurrentielles qui façonnent les relations de confiance et garantissent la crédibilité du travailleur (Schepens, 2008 ; Laferté, 2010 ; Gros, 2016). Elle est en outre nécessaire pour accéder à des chantiers moins pénibles et plus lucratifs et pour accroître la régularité des contrats.

  • 14 L’expression « fractions stabilisées » ou « fractions supérieures » des classes populaires désigne (...)

18En ce sens, les ressources qu’implique la survie sur le marché favorisent les individus appartenant aux fractions supérieures des classes populaires qui peuvent faire valoir un capital d’autochtonie (Renahy, 2010)14. Ainsi, si l’indépendance par le bûcheronnage fait partie de l’espace des possibles des hommes des catégories populaires peu dotés économiquement, les dynamiques du marché de la prestation sont telles que, dès le début des années 1980, et vraisemblablement de plus en plus, il n’offre une situation viable qu’à certains d’entre eux, mieux intégrés que les autres dans des réseaux de relations localisés.

1.3. Installations d’entrée et installations tardives

19Le fait que le bûcheronnage associe une position professionnelle subalterne à un statut de travailleur indépendant permet de comprendre la différenciation des modalités d’entrée dans l’indépendance. En effet, le moment de leur parcours auquel les individus s’installent varie selon les ressources qu’ils détiennent.

20Cette différenciation sociale des moments d’accès à l’indépendance a été observée dans des activités sollicitant un investissement économique plus élevé. En effet, Bernard Zarca (1979), étudiant les artisans dans les années 1970, remarquait que s’y distinguaient ceux pour qui l’installation s’était faite lors de l’entrée dans la vie active et ceux qui avaient occupé d’autres emplois avant de s’installer plus tardivement. Les premiers étaient souvent des héritiers, les seconds des artisans d’origine ouvrière. Il qualifiait d’« artisanat de promotion ouvrière risquée » ce pôle populaire des artisans, moins susceptibles d’employer des salariés ou des aides familiaux, possédant pour la plupart un capital de faible valeur, ayant les revenus les plus faibles. Souvent issus de familles d’ouvriers ou d’employés, ils étaient plus prompts que les autres à se définir comme ouvriers (Zarca, 1979, p. 10).

  • 15 Dans tous les cas que présente ce paragraphe, la mère n’exerce pas d’activité professionnelle.

21Bien que le bûcheronnage attire majoritairement des hommes ayant eu auparavant une expérience professionnelle longue dans un emploi salarié subalterne, on y retrouve cette différenciation des installations selon l’origine sociale. En effet, parmi les ETF rencontrés et nés dans les années 1950-1960, les moins dotés ont commencé leur vie active comme ouvriers, dans l’industrie, l’artisanat ou le bûcheronnage. Pour Éric V., fils d’un ouvrier du bâtiment15 et diplômé d’un CAP dans l’industrie, l’installation intervient à presque 40 ans, après un emploi d’ouvrier à l’usine. Étienne M., fils de bûcheron et titulaire d’un CAP de charcuterie, s’installe à plus de 40 ans, après une trajectoire alternant emplois ouvriers et tentatives d’installation à son compte dans le commerce et l’artisanat. Michel A., fils d’ouvrier de scierie, commence à travailler à 17 ans après un CAP d’ajusteur, d’abord comme ouvrier dans la même scierie que son père, puis comme bûcheron, et ne s’installe à son compte qu’à 40 ans, incité par la forte demande provoquée par la tempête de 1999. Manuel R., fils d’un ouvrier devenu artisan maçon, s’installe à plus de 30 ans, après avoir été bûcheron salarié.

22Plus rares, dans cette génération, sont ceux qui s’installent dès leur entrée dans la vie active, comme c’est le cas de Franck M. Ce fils d’agriculteurs relativement aisés, mais qui n’est pas le repreneur pressenti de l’exploitation destinée à son frère aîné, s’inscrit dans un lycée forestier, y obtient, brillamment d’après lui, un CAP de travaux forestiers, et s’installe à son compte dès ses 18 ans. Éric T., que l’on retrouvera plus bas, est issu d’une famille plus dotée et s’installe lui aussi dès le début de sa vie active, après l’obtention d’un baccalauréat professionnel.

23En observant non plus les parcours d’une même génération, mais les entrées à une date donnée (donc, de générations différentes), on retrouve cette polarisation. L’analyse quantitative des données recueillies auprès de la commission de la région enquêtée indiquent que, dans les années 2010, la génération 1960-1970 — qui s’installe donc tardivement puisque la source les enregistre à plus de 40 ans — accède au bûcheronnage après une expérience longue dans des emplois ouvriers. C’est le cas majoritaire. Ceux qui entrent plus jeunes (entre 20 et 30 ans) appartiennent à des générations plus diplômées et s’installent plus souvent avec une qualification (baccalauréat professionnel voire Brevet de technicien supérieur, BTS) et, lorsqu’ils ont commencé leur vie active, l’ont fait dans des emplois plus qualifiés.

24Ainsi, bien que le métier d’ETF renvoie à une activité située dans le bas du monde du travail, par son histoire, ses conditions d’exercice et son recrutement, la population qui s’y installe reste différenciée socialement. Pour analyser cette différentiation, il paraît utile d’aller au-delà des constats, justes mais rudimentaires, liant le moment de l’installation dans le cycle de vie à la mobilité sociale : une installation précoce des enfants des catégories intermédiaires dans une dynamique de reproduction sociale, une installation tardive des enfants d’ouvriers dans une dynamique de promotion sociale. Afin de comprendre le sens et les conditions de ces accès différenciés à l’indépendance, je mobiliserai principalement deux cas, qui présentent deux trajectoires sociologiquement comparables en ce qu’elles correspondent à une même séquence historique (une enfance dans les années 1970 et une entrée dans la vie active dans les années 1980) et se déroulent dans la même localité. Ces deux individus sont devenus ETF et le restent durablement, ce qui explique que je les rencontre durant mon enquête. Mais cette installation a eu lieu à deux moments très différents de leur trajectoire — et donc, historiquement, à presque vingt ans d’écart : dès le début de sa vie active pour l’un, après plus de quinze ans d’emploi comme ouvrier pour l’autre.

2. Ne plus être ouvrier, ne pas être ouvrier : le sens opposé des passages à l’indépendance

25Parmi les individus qui s’installent, certains sont d’anciens ouvriers et d’autres, souvent plus jeunes, n’ont pas fait l’expérience d’un travail d’exécution. Deux cas permettent ici de saisir ce qui distingue ces deux situations. Pour donner un sens aux installations et aux aspirations qu’elles portent chez ces enquêtés, leurs parcours seront reliés à leur socialisation et aux expériences du travail qu’ils ont connues. On distingue alors deux modes d’entrée dans l’indépendance que nous exposerons successivement et qui prennent tous deux sens par rapport à la subordination ouvrière : un mode davantage ouvriérisé et l’autre, à distance du monde ouvrier, qui concerne des individus déclassés.

2.1. Quitter la subordination ouvrière par l’indépendance

26En devenant bûcherons indépendants, la plupart des individus sortent de la situation subordonnée qu’ils occupaient auparavant, souvent dans un travail ouvrier. Spontanément, on pourrait lire dans ces installations tardives une forme d’ascension sociale, comme sont souvent interprétées, dans les analyses de mobilité sociale, les sorties du salariat ouvrier par l’indépendance professionnelle. Cependant, le fait que le bûcheronnage conserve de très nombreux traits du travail ouvrier invite à être prudent. En associant les expériences successives du travail et le sens qu’elles prennent dans le récit qu’en font les enquêtés, on peut comprendre en quoi l’accès à ces formes fragiles d’indépendance peut, malgré tout, apparaître comme une promotion pour les enquêtés.

27Examinons le cas d’Éric V., né en 1968 dans un village de 600 habitants. Sa sœur aînée et lui grandissent dans une famille ouvrière : leur père est ouvrier du bâtiment dans une ville moyenne de la région, sa mère « ne travaill[e] pas », et reste à la maison pour s’occuper des deux enfants. Après une scolarité courte sanctionnée par un CAP de tourneur sur métal, il enchaîne les petits boulots pour les exploitations agricoles et les patrons des environs. Au retour de son service militaire, il trouve un emploi de tourneur pour un artisan de son village. C’est aussi à ce moment qu’il s’installe en couple avec Vanessa. Elle aussi a grandi dans la région, et est devenue assistante maternelle.

  • 16 Selon l’INSEE (source : Déclarations annuelles des données sociales 2005), en 2005 les hommes ouvri (...)

28En 1994, à 26 ans, son patron le met en chômage technique. Éric cherche un nouvel emploi et se fait embaucher dans l’usine de charbon d’un village voisin qui emploie une trentaine de salariés. Il reste douze ans dans cette usine et y expérimente une forme de travail inconnue jusqu’alors, les trois-huit. « Je ne connaissais pas du tout, et je ne savais pas si j’allais supporter… physiquement… […] Et puis ça a bien été ». À ses yeux, le travail qu’il effectue n’est pas trop dur (il surveille la cuisson du charbon dans les fours), ce qui atténue le caractère contraignant des horaires. Quant au salaire, les primes de nuit et de week-end font d’après lui la différence avec la plupart des ouvriers qu’il connaît. En 2005, à 37 ans, il gagne entre 1400 et 1500 euros par mois, ce qui correspond à environ une fois et demie le SMIC de l’époque, et au salaire moyen des ouvriers16.

29Dans cette usine, il découvre l’engagement syndical, devient délégué du personnel puis délégué syndical. Bien qu’il l’évoque rarement lorsqu’il raconte sa trajectoire, cette fonction aiguise la conscience qu’il a des rapports de domination personnalisée au sein de la petite entreprise familiale qu’est l’usine où il travaille. Elle le sensibilise également à la juridicisation des relations de travail (Pélisse, 2009) et à la dimension collective des rapports de force professionnels. Néanmoins, découragé par le faible investissement de ses collègues, Éric se désengage progressivement et durablement du syndicalisme. En 2005, il dépose sa démission afin de s’installer à son compte comme ETF.

30Tel qu’il le restitue d’abord, le parcours professionnel d’Éric révèle une certaine sécurité malgré les changements d’emploi, puis une bifurcation lorsqu’il devient bûcheron. Néanmoins, cette démission et cette installation tardive à son compte ne correspondent pas à une conversion. En se limitant aux situations professionnelles officielles, ce premier récit laisse dans l’ombre un autre parcours, qui émerge rapidement lorsque, dans la suite de l’entretien, je cherche à lui faire raconter ce qui l’a mené à s’installer à son compte. Son installation s’inscrit alors dans la continuité de pratiques plus ou moins professionnalisées exercées à côté de son emploi d’ouvrier salarié.

  • 17 Sur la place des activités manuelles dans les sociabilités ouvrières, voir Pinçon, 1986. Au sujet d (...)

31Comme beaucoup de garçons issus de milieux ouvriers dans les mondes ruraux, Éric apprend très jeune à travailler au bois avec les hommes de la famille — père, oncles, cousins. Cette socialisation masculine au travail manuel à l’extérieur s’articule aux formes variées de « travail à-côté » des pères (Weber, 1989), favorisant l’acquisition d’un goût pour ces activités exercées pour soi, l’apprentissage des techniques et l’insertion dans des réseaux de sociabilité localisés qui permettront, plus tard, l’entretien d’un capital d’autochtonie17. Une fois adulte, Éric continue à « travailler au bois » à côté de son activité principale. Progressivement, ce travail à-côté est quasiment professionnalisé : Éric coupe et vend du bois au noir, pour des particuliers ou des entreprises de la région. Au-delà du complément de revenu important qu’elle procure, cette activité lui apporte la possibilité de travailler seul, à son rythme et sans situation de subordination, tout en adoptant des pratiques valorisées dans le milieu social auquel il appartient. Cela permet de comprendre que, lorsqu’il commence à travailler aux trois-huit, Éric double ses journées, en utilisant le temps laissé libre par les horaires décalés pour « travailler au bois » :

« Quand je faisais quatre heures du matin midi, tantôt je pouvais aller au bois… je ne dormais pas, je ne faisais pas de sieste, je dormais à neuf heures le soir et voilà, c’était bien ! […] Et quand j’étais de nuit j’y allais un peu l’après-midi, et quand j’avais deux jours de repos, trois jours de repos, j’y allais ».

  • 18 Pour d’autres exemples de ces « carrières invisibles », voir Pudal, 2010 ; Chevalier et Simonet 201 (...)

32Si son installation constitue un tournant dans son parcours professionnel tel qu’il le raconte, elle s’y inscrit dans la continuité d’une activité non déclarée mais centrale dans son quotidien, tant économiquement qu’en termes d’emploi du temps. Cette seconde interprétation — l’installation comme continuité et non plus comme rupture — implique de prêter directement attention à ces formes d’activité, exercées à la marge des activités principales subordonnées et répandues chez les hommes de classes populaires, qui entretiennent « l’idéal de la profession indépendante » (Weber, 1989, p. 97). Les ignorer expose à des mésinterprétations qui peuvent être dommageables lorsque l’on s’intéresse aux mobilités professionnelles dans ces milieux18.

  • 19 Remarquons d’ailleurs que le fait de changer ou non d’emploi est considéré, par Goldthorpe et al. ( (...)
  • 20 Son épouse a un revenu, même s’il est relativement faible, et, parce qu’elle garde chez elle les en (...)

33De plus, la conclusion selon laquelle cette installation correspond à une promotion sociale doit être précisée. Certes, le fait qu’Éric démissionne de son emploi à l’usine indique qu’il espère trouver mieux en s’installant à son compte19. Mais cette revalorisation ne peut être réduite à des enjeux de promotion professionnelle qu’à condition d’ignorer le contexte domestique dans lequel ces aspirations émergent — une réduction bien plus fréquente lorsque l’on analyse les trajectoires des hommes que celles des femmes. En effet, dans les années qui précèdent la démission d’Éric, le couple achète une maison et envisage à court terme d’avoir un enfant — qu’il parviendra à avoir quatre ans plus tard, à plus de trente-cinq ans, un âge tardif pour un couple de ce milieu social. Selon Éric, son rythme de travail cumulant emploi salarié à plein temps et activité à-côté le rendait indisponible pour une vie de famille. Son installation est donc le résultat d’un arbitrage visant à réduire le temps passé au travail, un arbitrage coûteux mais supportable économiquement, notamment parce que son épouse a aussi une activité professionnelle20, et au terme duquel la professionnalisation de son travail à-côté l’a emporté sur l’activité salariée.

34L’accès d’Éric à l’indépendance professionnelle doit donc être situé dans les enjeux qui se posent aux hommes des classes populaires rurales. Il prend son sens relativement à un travail ouvrier salarié, dont les horaires sont particulièrement contraignants, qu’il parvient à mettre à distance en travaillant à côté. Pour lui, quitter la subordination au travail signifie exploiter pleinement un savoir-faire associé à l’insubordination. C’est ce qu’il réalise en démissionnant et s’installant. Ces modalités d’accès à l’indépendance des hommes de classes populaires tranchent avec celles des individus mieux dotés, qui contournent l’emploi ouvrier plus qu’ils ne le quittent.

2.2. Éviter la subordination ouvrière : l’installation pour amortir le déclassement

35Les installations comme bûcheron en début de trajectoire professionnelle sont plus rares et semblent davantage le fait d’individus mieux dotés, héritant d’un patrimoine ou d’un petit capital culturel, bénéficiant d’un plus haut niveau de diplôme. C’est le cas de Didier T., dont l’installation diffère radicalement de celle d’Éric par la place qu’elle prend dans son parcours. Rappelons que Didier s’est installé à son compte au début des années 1980, à une époque où l’accès à l’indépendance dans le bûcheronnage n’était pas encore réglementé. Les ressources dont il dispose laissent néanmoins présumer qu’il aurait eu peu de difficultés à obtenir le droit de s’installer.

36« Je suis d’origine citadine », m’explique d’emblée Didier afin d’accentuer le contraste avec la suite de son parcours. En effet, il est né et a grandi dans la banlieue pavillonnaire d’une capitale régionale de l’est de la France. Fils d’un ancien ouvrier qualifié promu cadre technique et d’une mère « sans profession » dont il est l’unique enfant, il vient d’une famille en ascension sociale et fortement politisée à gauche. Il ne convertit toutefois pas cet héritage naissant en une trajectoire scolaire prestigieuse puisqu’il arrête ses études immédiatement après avoir obtenu un baccalauréat agricole. Un arrêt qu’il intègre à sa « démarche », une manière de rassembler sa trajectoire dans un parcours cohérent, tant professionnellement que politiquement :

« J’ai arrêté mes études. Ça aussi ça fait partie de ma démarche. Je suis parti aux États-Unis voyager pendant six mois. Après quoi je suis revenu, j’ai fait des petits boulots […], j’ai répondu à une annonce et je suis allé travailler dans les Vosges chez des éleveurs de chèvres… ».

37Attiré par le travail manuel à condition qu’il soit exercé à l’extérieur, il trouve à s’employer dans les activités agricoles et sylvicoles. Lorsqu’à 24 ans, il s’installe à son compte comme bûcheron, après des petits contrats d’ouvrier forestier et une formation professionnalisante de bûcheronnage, c’est d’après lui avant tout pour répondre à la demande de son ancien maître d’apprentissage prêt à lui donner du travail à condition qu’il soit indépendant.

  • 21 On retrouve ici une différence entre le capital d’autochtonie, difficilement transférable, et le ca (...)

38Son installation est d’abord révélatrice d’une époque où le statut d’indépendant n’est pas encore réglementé et connaît un essor rapide sous l’impulsion du patronat du bois. Elle est en outre révélatrice d’un type de trajectoire et de ressources. En effet, Didier s’installe rapidement grâce à l’opportunité que lui offre son maître d’apprentissage de lui fournir du travail. Il déménage pour se rapprocher de quelques dizaines de kilomètres du secteur de son nouveau client, pour lequel il travaillera dix ans et grâce auquel il rencontrera, bien plus tard, d’autres clients. Ainsi, à la différence d’Éric, Didier s’installe alors qu’il n’est pas intégré au milieu forestier local, excepté grâce aux relations acquises, à distance, lors de sa formation21.

39En outre, Didier donne, de manière centrale, un sens politique à cette installation, ce qui le distingue d’Éric pour qui l’engagement syndical n’est, par exemple, jamais convoqué pour expliquer son parcours :

« C’est vrai que quelque part, ça me convenait aussi, parce que le fait d’être entrepreneur, vous avez la liberté de la forêt, en plus de la liberté sociale, parce qu’on peut pas vous traiter comme un salarié ».

  • 22 Ainsi que les propriétés de sa famille d’origine : professions intermédiaires techniques ayant donn (...)

40Ainsi énoncé, son parcours n’évoque pas le déclassement que suggèrent pourtant les étapes objectives de sa trajectoire sociale22. On sait que le réinvestissement politique des trajectoires de déclassement est assez fréquent dans les familles disposant d’un relatif capital culturel (Pagis, 2014 ; Sinthon, 2014), même s’il est ici est assez frappant que Didier trouve explicitement une convergence heureuse entre une volonté patronale de contournement du droit du travail et son aspiration à la « liberté sociale ». Certes, en s’installant à son compte, il parvient à éviter l’emploi ouvrier salarié, destin probable pour un homme peu diplômé, au moins en première partie de carrière. Mais, de manière tout à fait explicite, c’est pour lui son militantisme qui explique son installation : « J’ai commencé à être militant quand j’allais au lycée […] et même avant. Ça fait partie de ma vie et ça explique pourquoi je suis bûcheron ». Le bûcheronnage s’inscrit pour lui dans le prolongement d’un parcours militant le tenant à distance de la subordination salariale. Le fait que l’installation prenne sens par l’investissement politique et non pas, comme c’est le cas de la plupart des bûcherons rencontrés, dont Éric, par un goût pour le travail manuel du bois, renvoie à une socialisation qui donne une place importante aux justifications intellectuelles des choix biographiques. Cela permet, du même coup, d’anoblir l’activité face à un interlocuteur situé, par l’enquêté, dans les fractions culturelles de la bourgeoisie — ce qui est le cas pendant l’entretien, mais aussi dans un grand nombre de situations de son quotidien.

  • 23 « Les réseaux militants du NPA sont faibles et peu structurés, notamment dans les milieux ouvriers, (...)
  • 24 La notion de « petite bourgeoisie culturelle » renvoie à la sociologie de Pierre Bourdieu, mais sur (...)

41En effet, par son mariage, il resserre les liens avec les milieux culturellement dotés desquels son travail l’éloigne. Sa conjointe, elle aussi d’origine citadine et issue d’une famille appartenant aux catégories intermédiaires salariées (son père était chef comptable d’une coopérative viticole), est directrice de la médiathèque de la petite ville voisine. En outre, son activité militante l’a conduit à adhérer au Nouveau parti anticapitaliste (NPA), dont il est le candidat aux élections législatives pour sa circonscription en 2007. Bien qu’explicitement d’extrême-gauche, le parti n’a pas une assise ouvrière locale et réunit surtout des militants diplômés23, comme le relève Didier : dans sa section locale, « il y a beaucoup de profs », « deux professeurs de lycée », « un éducateur spécialisé ». Cette proximité avec la petite bourgeoisie culturelle locale s’ajoute à l’origine sociale de Didier pour le différencier nettement de la plupart des bûcherons, bien plus proches du monde ouvrier24.

42Contrairement à Éric, Didier ne s’installe pas pour ne plus être ouvrier, mais pour ne pas l’être. Par conséquent, malgré des similitudes importantes dans la justification de leur installation — éviter une situation subordonnée au travail —, les deux parcours diffèrent fortement, à la fois par l’expérience du travail qu’ont les deux hommes lorsqu’ils s’installent et par la signification qu’ils donnent à l’installation en entretien. Ces différences correspondent également à des socialisations en des régions différentes de la structure sociale.

43Devenir ETF peut constituer un moyen de se maintenir à distance des positions les plus basses de la structure sociale. C’est l’interprétation qu’a proposée Florent Schepens (2007, p. 104). Pour lui, les ETF se caractérisent par une trajectoire descendante. Il observe que beaucoup d’entre eux sont des fils d’indépendants, qu’ils ont été socialisés à l’indépendance mais que, pour diverses raisons (un frère aîné qui reprend l’entreprise, des accidents biographiques), ils se voient privés des possibilités de réalisation de leur ethos d’indépendant. Ils se tournent alors vers une activité ajustée à cet ethos tout en étant économiquement accessible puisqu’elle ne demande pas de capital. C’est ainsi que, pour F. Schepens, les ETF sont des « oiseaux de passage » qui travaillent au bois « faute de mieux » : ils n’ont pas reçu l’activité de leur père, qui exerçait une activité plus valorisée, et ils ne la transmettront pas à leurs enfants pour qui ils envisagent un meilleur destin.

44Tout en étayant l’idée que devenir ETF peut constituer un filet de rattrapage pour des individus en déclassement, le cas relativement atypique de Didier permet de prolonger l’analyse de F. Schepens. Cette forme peu coûteuse d’indépendance professionnelle n’attire pas seulement les descendants non héritiers d’indépendants à patrimoine, mais recrute plus largement dans les fractions intermédiaires salariées de la structure sociale lorsque, pour diverses raisons, les hommes qui en sont issus se tournent vers une activité manuelle. L’indépendance semble donc anoblir suffisamment l’activité pour qu’il soit possible, pour des anciens ouvriers comme pour des hommes provenant de lignées plus dotées, d’y entrer et d’y voir une manière de contourner la subordination au travail.

45Les modalités d’accès à l’indépendance diffèrent, dans leur forme et leur sens, selon les régions de la structure sociale qu’elles concernent. Elles n’en convergent pas moins vers une même activité, certes valorisée par l’autonomie qu’elle procure, mais marquée négativement par son caractère subalterne. La manière de gérer ce caractère distingue, de fait, les travailleurs une fois qu’a été expérimentée la réalité du travail dans son ambivalence.

3. Une fois à son compte, l’inégale mise à distance de la dimension subalterne du travail

46Les représentations qu’ils ont de l’indépendance professionnelle suscitent chez ceux qui s’installent à leur compte des attentes quant à leur travail et des aspirations à un statut social qui les tienne à l’écart de la condition ouvrière. Ces attentes et ces aspirations sont susceptibles d’entrer en tension avec certaines conditions d’exercice du métier que tous les enquêtés mentionnent, d’une manière ou d’une autre, toujours négativement : la mise à l’épreuve quotidienne du corps et la dangerosité du travail, qui peuvent le rendre physiquement plus dur que le travail ouvrier antérieur ou que le travail espéré ; la faiblesse relative et l’irrégularité du revenu qu’ils en retirent ; la faible marge de manœuvre qu’ils ont face à leurs clients, parfois plus proches d’un patron. En outre, alors que la revalorisation du statut social pourrait passer par l’emploi d’au moins un salarié, seuil que l’on sait décisif dans le positionnement social des indépendants (Gollac et Laulhé, 1987), très peu deviennent employeurs, les entreprises étant trop fragiles économiquement.

47Selon leurs ressources et leurs socialisations, les travailleurs parviennent inégalement et par des moyens différents à atténuer le caractère subalterne de leur activité. Cela engendre des rapports au travail et des expériences de l’indépendance variables. Pour en explorer l’éventail, je mobiliserai les deux cas opposés d’Éric et Didier ainsi qu’un cas intermédiaire, celui d’Étienne M. Ces trois cas offrent un gradient de positions sociales permettant de saisir la manière dont les ressources entrent en jeu dans l’investissement de l’indépendance professionnelle pour définir un statut social. Si les ressources et les représentations de ceux qui, comme Didier, s’apparentent à des groupes plus dotés de la structure sociale, permettent d’estomper les aspects les plus durs et dégradants du travail, le cas d’Étienne montre, à rebours d’une vision misérabiliste, que des ressources propres aux classes populaires peuvent être aussi mobilisées pour se saisir positivement de certaines propriétés du travail indépendant. En revanche, le cas d’Éric indique qu’une situation sociale plus fragile peut empêcher de tirer profit de l’indépendance professionnelle.

3.1. « Je ne suis pas un vrai ouvrier » : desserrer l’emprise de l’activité

48Certains bûcherons disposent de ressources suffisantes pour atténuer l’effet de leur position professionnelle dans la définition de leur statut social, que ce soit symboliquement, en se définissant par autre chose que leur métier, ou en pratique, en réduisant la nécessité économique du travail. Didier offre, ici encore, un miroir grossissant de l’effet de ces ressources. Il le revendique lui-même : sa position sociale ne se résume pas à son travail — ce qui est une revendication fréquente chez les déclassés (Wolff et Attias-Donfut, 2001 ; Sinthon, 2014). Son mariage lui permet notamment de moins se sentir ouvrier et de se distinguer du reste des bûcherons :

« Je ne connais pas d’autres collègues qui ont ça. Moi, j’ai le niveau Bac, […] mais intellectuellement j’ai le niveau de mon épouse. Ce n’est pas parce que j’ai arrêté et… ce n’est pas ce que l’on demande à un bûcheron, d’avoir un niveau… Je suis marié à quelqu’un qui a un niveau intellectuel supérieur ».

49Cependant, son sentiment de se distinguer n’est pas uniquement attaché à son alliance, mais aussi à son activité militante. Dans ce cadre, son métier est mobilisé d’une manière ambivalente. Didier ne s’y réduit pas, mais il lui donne précisément une valeur dans un milieu relativement éloigné du monde ouvrier :

« Du coup, je me suis retrouvé candidat pour les législatives parce que justement, bûcheron, c’est bon pour l’extrême-gauche. […]
— En fait, dans le groupe, vous représentez l’ouvrier !
— Ce n’est pas que je représente, je suis ! Enfin je ne suis pas ouvrier, mais il y a l’éthique, ça marche dans les deux sens. C’est-à-dire que ma réalité n’est pas la même que la leur. […] D’un autre côté, je suis un peu déclassé, on voit bien que je ne suis pas un vrai ouvrier. Mais je me sers de ça, ma profession, c’est ma profession. Ensuite qu’intellectuellement je n’aie rien à voir avec ma profession est un autre problème. Ça n’empêche pas que je gagne ma vie avec ça ».

  • 25 Sur la différenciation sociale des usages du cadre naturel et l’usage récréatif qu’en fait la bourg (...)

50Être bûcheron, pour lui, renvoie à une position sociale dominée : un métier dont les intérêts sont potentiellement représentés par un parti d’extrême-gauche, un métier dont on est supérieur si l’on a un certain niveau intellectuel. La rareté de son activité dans son milieu social et le fait qu’elle puisse y avoir une valeur symbolique lui permet, d’une certaine manière, d’en retourner la connotation stigmatisante. Sa manière de me vanter son travail en entretien — il est l’unique enquêté à l’avoir fait de la sorte — mobilise précisément les principes de jugement des catégories supérieures. En effet, le bûcheronnage tient son prix, malgré la dureté du métier, de ce que la forêt est un espace à haute valeur récréative pour ces fractions citadines et cultivées de la structure sociale que sont « les Parisiens »25 :

« C’est aussi un confort, je ne connais pas d’autres métiers comme ça. Je pique-nique tous les jours. Ce ne sont pas de bonnes conditions, mais il y a des gens qui paieraient pour ça. Des Parisiens, tout ça… Je mange au pied d’un arbre, les oiseaux… ».

51D’autre part, à la réduction de l’emprise de la position professionnelle subalterne sur la définition de soi s’ajoute une limitation de l’impératif de rentabilité du travail. La sécurité de l’emploi et l’assurance du revenu élevé et régulier de sa conjointe, ainsi que la propriété de leur grande maison, font que Didier n’est pas dominé économiquement. Il reconnaît pouvoir, mieux que les autres, affronter le défaut de paiement d’un client. Mais surtout, cela lui permet de réduire la dureté, notamment la dégradation du corps, que provoque le travail : « Je ne crois pas être fainéant, mais je ne suis pas un… Je prends mon temps ».

  • 26 La plupart des bûcherons rencontrés commencent à travailler avant 8 heures. Alain Chenu (2002) a mo (...)

52Didier gagne ainsi environ 800 euros par mois, ce qu’il dit lui suffire. En outre, contrairement aux autres ETF, il commence à travailler tard : il arrive sur les coupes à neuf heures et demie, ce qui est plus un horaire de cadre qu’un horaire d’ouvrier26. Pour autant, il n’estime pas faire de plus courtes journées de travail que les autres. Comme la plupart des bûcherons rencontrés, il dit rester environ huit heures par jour sur les coupes ; c’est donc dans la cadence et dans les pauses que se joue la différence.

53Lorsque les ressources détenues par le travailleur le protègent des dimensions les plus pénibles, dangereuses et dégradantes de l’activité, celui-ci peut s’y identifier positivement. Pour ceux qui, comme Didier, s’apparentent aux catégories intermédiaires de la structure sociale, l’indépendance laisse la possibilité d’ajuster le sens et la réalité de l’activité au statut social espéré. Cet usage bourgeois d’une activité subalterne non salariée est très minoritaire, mais il révèle deux propriétés du travail indépendant. D’une part, il souligne sa malléabilité : investi politiquement et associé à une représentation récréative de la forêt, cet usage s’oppose ici à la figure plus commune du travailleur indépendant comme un petit patron. D’autre part, il rappelle la force avec laquelle les inégalités s’expriment dans la définition — matérielle et symbolique — du travail lorsqu’il est exercé à son compte.

3.2. « 50 % dans la tête, 50 % dans les bras » : le rôle des ressources populaires dans l’investissement d’un ethos d’entrepreneur

  • 27 La plupart des ETF s’inscrivent également au registre du commerce comme exploitants forestiers, ce (...)

54La plupart des ETF n’ont pas le même type de ressources que Didier. Pour eux, atténuer l’effet de sa position professionnelle dans la définition de son statut social, c’est d’abord ne pas travailler seulement de ses mains ni seulement pour les autres. C’est ce que permet le petit commerce de bois. En effet, presque tous les ETF rencontrés « font leur bois ». « Faire son bois » ne signifie pas travailler au noir, mais travailler sur du bois qui leur appartient. Alors que lorsqu’il travaille au bois, l’ETF abat les arbres d’un autre qui le paie pour ce service, lorsqu’il fait son bois, il travaille une matière qu’il a achetée et qu’il va revendre transformée, sous forme de bois de chauffage27. Autrement dit, lorsqu’il fait son bois, un bûcheron échange autre chose que sa force de travail : il vend le produit de son travail. Ainsi, il gagne de l’argent sur autre chose que son travail manuel.

55Cette pratique correspond à des socialisations masculines dans les classes populaires et valorise l’idéal de l’indépendance présent dans le monde ouvrier. C’est ce que montre le cas d’Étienne M., un ETF d’une soixantaine d’années installé depuis quinze ans. Il est fils de bûcheron et marié à une femme employée dans un supermarché discount. Avant de s’installer comme ETF, il a été ouvrier dans l’industrie, puis artisan sérigraphe pendant quelques années (il possédait son petit atelier), puis à nouveau ouvrier, puis a ouvert une charcuterie qu’il tenait avec sa conjointe (il a fini sa scolarité dans les années 1960 par un CAP de charcuterie). Confronté à des difficultés financières, il ferme la charcuterie après cinq années, ce qui endette le ménage. Il travaille alors comme salarié d’une autre charcuterie puis, disant ne plus supporter « avoir un patron », s’installe comme bûcheron. Ce métier, qu’il dit aujourd’hui beaucoup apprécier, intervient dans sa trajectoire comme une entrée, faute de mieux, dans l’indépendance. À la fois tardive et plus accessible, cette installation s’opère après des tentatives renouvelées mais éphémères d’accéder à des formes plus valorisées d’artisanat : elle se réalise dans un métier plus dur physiquement (dangereux, pénible) et économiquement (travail pour le compte d’entreprises et non de particuliers), sans propriété de la matière travaillée ni des locaux, sans mobilisation d’une main-d’œuvre conjugale. Elle semble davantage s’apparenter aux modes d’installation de travailleurs indépendants à faible patrimoine professionnel comme certains artisans du bâtiment.

56Le cas d’Étienne s’approche de celui d’Éric, bien qu’il soit plus âgé et ait, avant son installation, goûté plusieurs fois aux formes plus valorisées de l’artisanat et bien moins à l’emploi ouvrier. À la différence de Didier, il est issu des classes populaires des mondes ruraux et y appartient encore, au regard de son alliance, même si le ménage jouit désormais d’une relative aisance économique (propriétaire d’un pavillon, deux revenus, enfant unique financièrement autonome).

57Étienne accumule assez vite une trésorerie lui permettant de faire du petit commerce, un commerce qui le valorise en mobilisant cette dimension du travail qui n’est pas seulement manuelle. Pour lui, retirer une plus-value sur la revente d’un produit demande un raisonnement spécifique, si bien que, dans l’ensemble, son métier, « c’est 50 % dans la tête, 50 % dans les bras ». Il ne s’agit plus seulement de bien et beaucoup travailler pour gagner de l’argent, mais de bien compter : « un jour, j’ai fait un calcul et en une heure, j’ai gagné autant que si j’avais travaillé une journée au bois ».

58L’investissement, déclaré ou non, de ces marges du travail, révèle l’investissement populaire d’un ethos d’entrepreneur — qu’Étienne appelle « un esprit d’entrepreneur » — qui reprend de nombreux caractères du « travail à-côté » auquel ces hommes issus des classes populaires rurales ont été socialisés. En effet, il leur permet, premièrement, de s’identifier à autre chose qu’un rôle d’exécutant en se réappropriant leur travail, deuxièmement, d’entretenir un capital d’autochtonie par l’échange, plus ou moins marchand, du produit de leur travail dans un réseau d’interconnaissance, et troisièmement, de profiter d’un revenu complémentaire qui permet de relâcher, ne serait-ce qu’un moment, l’emprise du travail. Pour Étienne, dont le corps est désormais trop usé pour obtenir un revenu suffisant et qui ne sait pas s’il tiendra les trois années qui lui restent pour obtenir une retraite complète, son bois, « c’est pour mes vacances et ma retraite ». Tant qu’il peut travailler, cela lui permet, au prix d’un effort physique moindre, de gagner un peu plus pour les années où il ne le pourra plus. Cette réappropriation de son travail que rend possible le statut d’indépendant entre en affinité avec les dispositions acquises par les hommes dans le monde ouvrier, ce qui permet à Étienne de dire, aujourd’hui, que parmi ses différents métiers, celui qu’il a préféré, « c’est celui que je fais maintenant ».

3.3. « C’est moi qui galère le plus » : des difficultés à tirer profit de l’indépendance

59Ce mode populaire d’investissement du travail indépendant est inégalement accessible. Au-delà de l’intégration dans un réseau d’interconnaissance, déjà essentiel à la survie en tant qu’ETF, il demande un minimum de trésorerie pour acheter le bois qui sera immobilisé pendant plusieurs mois avant d’être revendu.

60Éric, qui consacrait une importante partie de son temps à « faire son bois » avant son installation puis dans ses premières années comme ETF, ne peut rapidement plus s’autoriser ce petit commerce. Peu après son installation, il m’évoque ses projets d’avenir, qui associent deux manières de revaloriser un travail qu’il juge « physiquement dur » : faire un commerce de bois et gérer des équipes de bûcherons pour réaliser les chantiers. Cinq ans plus tard, ce projet n’existe plus, le revenu qu’il parvient à retirer chaque mois de son travail, au mieux 1500 euros, étant insuffisant pour dégager de quoi investir. Son travail est, à ce moment, uniquement un travail manuel sur le bois des clients.

61De ce fait, le cas d’Éric rend particulièrement saillant le décalage entre les aspirations qui animent l’installation et l’expérience de l’indépendance. Cette étroitesse des ressources économiques et l’impossibilité de tirer profit de l’indépendance pour revaloriser son activité s’accompagnent d’une explicitation, en entretien, des difficultés et déceptions qu’il affronte et qui tranchent avec son engouement des premiers temps (voir l’encadré 2).

62La mise en scène de la liberté au travail se fait peu à peu plus rare dans ses propos, d’où semblent disparaître les atouts de l’indépendance évoqués lors de notre première rencontre (« je ne me prends pas la tête […], si demain je veux bosser jusqu’à six heures, bah je bosserai jusqu’à six heures ; si j’ai envie d’y aller samedi matin j’irai, sinon je vais à la chasse ou je vais me promener… »). Cinq ans plus tard, il remarque :

« Si tu veux prendre une semaine de congé, ça va te faire une semaine de rentrée en moins ! […] Même si c’est plus facile de prendre une semaine de congé, les conséquences sont un peu plus dures. […] Le seul [avantage], ajoute-t-il en comparant sa situation à celle de ses beaux-frères salariés, c’est que si demain je veux prendre une journée pour emmener ma fille en voyage, j’ai pas de comptes à rendre à mon patron ».

63Cette comparaison avec les frères de son épouse, ouvriers ou agents municipaux, est fréquente. S’il a pu, au moment de son installation, espérer une meilleure situation que la leur, il constate aujourd’hui la fragilité de son statut : « c’est moi qui galère le plus ».

64De même, la condition ouvrière est plus présente. Toujours dans ce deuxième entretien, lorsqu’il parle de la dureté physique de son métier, il la nuance, non pas en le distinguant, mais en le rapprochant de métiers ouvriers qu’il juge tout aussi durs, de sorte que le sien n’est pas plus dur qu’un autre :

« Moi, à la limite, c’est peut-être moins dur qu’un mec qui monte des parpaings toute la journée ou qui est sur un toit aux quatre vents. Parce qu’en plus de ça, lui il va être salarié, il va être obligé de rester jusqu’à cinq heures et demie. Moi, si je suis mouillé, je peux rentrer. Alors, j’aurai pas gagné ma journée, mais je vais rentrer. Alors faut pas réagir comme ça. C’est pas la solution. Mais c’est dur ! C’est sûr que c’est dur ! Mais il y a plein d’autres métiers qui sont durs. Plein plein plein ».

65Enfin, à la contrainte de l’argent et la dureté du travail s’ajoute un sentiment de domination. Pour lui, être son propre patron ne signifie pas pour autant être un patron. Plus encore, cela ne veut pas non plus dire ne pas se sentir ouvrier. Après qu’il s’est comparé à ses beaux-frères, je lui demande :

« Toi, tu te sens ouvrier ?
— Oh oui ! Moi je ne me considère pas comme un patron ».

66Le patron n’est pas seulement l’employeur légal, c’est aussi celui qui détient du pouvoir sur la scène professionnelle. Pour Éric, ce sont les clients : ils sont en situation dominante et ont du pouvoir sur sa survie comme entrepreneur. Dans cette logique, il regrette qu’il n’y ait pas de syndicat d’ETF. Lorsque je lui demande à quoi pourrait lui servir un tel syndicat, il me répond : « Nous défendre… par rapport à un patron ! ». Bien que cette subordination n’existe plus en droit, elle façonne ses représentations. Cela le conduit même à souhaiter revendiquer des droits dans un raisonnement mobilisant un modèle salarial, vraisemblablement hérité de son expérience syndicale lorsqu’il était ouvrier :

« [Le syndicat pourrait] défendre la profession… les tarifs qu’on peut appliquer, ou si on pouvait toucher quelque chose sur les frais d’essence, ou les vêtements de sécurité… Là, on n’a pas ça. On n’a plus ça ».

67En outre, cette expérience syndicale contribue sans doute à son sentiment d’être dominé tant il tend, plus promptement que les autres, à considérer ses clients comme des patrons — ce qu’ils sont socialement, contrairement à lui, mais pas juridiquement — et à peu mobiliser l’image du rapport égalitaire entre un prestataire et son client. Mais si le sentiment de dépendance économique persiste, il ne correspond pas à l’état des rapports contractuels définis par la loi. Le « patron » n’existe plus :

« Et ça, il faudrait le revendiquer face à qui ?
— Bah… justement, c’est pas facile ! ».

68Le sentiment d’occuper une position subalterne est indépendant de la subordination juridique. Éviter cette dernière n’atténue le premier qu’à certaines conditions : en mobilisant à côté du travail des ressources pour se définir autrement, ou en trouvant, sur la scène professionnelle elle-même, de quoi compenser cette situation subalterne.

Encadré 2. Saisir le désenchantement.
Parcours d’indépendants et relation d’enquête

De manière générale, faire parler les enquêtés de leurs déceptions n’est pas facile. Le travail à son compte fait assez facilement l’objet, surtout dans les périodes qui suivent l’installation, de discours enjoués, enchantés, et ce d’autant plus que les représentations communes offrent des arguments positifs facilement mobilisables par les individus : liberté des horaires, n’avoir personne sur le dos, travailler à son rythme. Si, progressivement, peuvent s’ajouter d’autres arguments, très répandus eux aussi mais moins positifs (lors du paiement des premières cotisations et des bilans comptables, par exemple), ils ne forcent pas mécaniquement l’enquêté à reconnaître qu’il s’est trompé ou qu’il est déçu.

Saisir le rapport désenchanté d’Éric à son travail a demandé du temps. Je l’ai rencontré pour un premier entretien en 2007, alors qu’il était installé depuis deux ans. Puis je l’ai revu plusieurs fois pendant l’enquête de terrain. Lorsque celle-ci touchait à sa fin, je l’ai recontacté pour solliciter un nouvel entretien, en 2012. Ce qu’il livre dans ce deuxième entretien est très différent de ce qu’il m’avait raconté dans le premier ; son regard sur sa situation est plus amer, comme le révèlent les extraits cités dans cette section.

Au-delà de sa plus grande exposition au risque d’être fortement déstabilisé économiquement par l’indépendance, on peut y lire l’effet de deux facteurs. Premièrement, le temps écoulé : l’expérience du travail peut atténuer voire renverser l’engouement des premiers temps, et l’avancée dans le cycle de vie peut augmenter les aspirations (en termes de revenu, de disponibilité) et révéler un décalage croissant avec le statut réel conféré par l’activité professionnelle. Deuxièmement, l’intimité de la relation d’enquête : la durée et l’approfondissement de la relation — rendus possibles par un jeu sur les propriétés sociales compatibles comme le sexe, l’âge, ou une expérience de la vie dans les mondes ruraux — aide à confier à l’enquêteur les déceptions et les regrets en en explicitant les raisons. Un des atouts majeurs, pour l’analyse des rapports au travail des indépendants, de l’enquête de terrain de longue durée par entretiens répétés, réside dans sa capacité à saisir certaines de ces déceptions.

4. Conclusion

69Si l’accès à l’indépendance par le bûcheronnage peut se faire à moindre coût, il demande des ressources permettant de se maintenir durablement sur le marché, comme un capital d’autochtonie permettant de tisser des relations marchandes ou une situation conjugale apportant la garantie d’un autre revenu. Pour cette raison, l’activité d’ETF recrute surtout dans les fractions supérieures des classes populaires et, dans une moindre mesure, dans les catégories intermédiaires de la structure sociale. Cela étant, les parcours professionnels menant à l’indépendance diffèrent fortement selon les propriétés (ressources et socialisations) des travailleurs. Ils prennent des sens différents selon que l’individu cherche à quitter une position dominée occupée jusqu’alors ou qu’il trouve là un moyen d’éviter d’avoir à occuper une telle position. La plupart des travailleurs sont issus du monde ouvrier et y ont forgé un certain nombre de dispositions masculines et populaires : un goût pour la bricole et le travail manuel réalisé de manière autonome mais pris dans une sociabilité locale. Leur accès à l’indépendance par le bûcheronnage, relativement tardif, s’inscrit dans le prolongement de cette socialisation. Il se distingue nettement de celui des hommes qui, issus de milieux mieux dotés, investissent cette activité pour parer au déclassement auquel ils sont exposés.

70Ces parcours façonnent des rapports à l’indépendance qui mettent différemment à distance le caractère subalterne de l’activité. Ici, la réappropriation du produit du travail et son intégration dans les réseaux d’échanges locaux, qui caractérise le rapport ouvrier à l’activité, s’oppose à son investissement politique et à la réduction de son emprise sur le corps et sur le statut social dans le cas d’individus plus proches de la petite bourgeoisie culturelle. Cependant, les différences de ressources économiques détenues marquent nettement et durablement les expériences du travail. Elles génèrent de très fortes inégalités quant à la possibilité de mettre à distance le caractère subalterne de l’activité et de se prémunir de ses conséquences en termes de santé, de revenu, d’identité professionnelle — autrement dit, de statut social.

71Ces cas nous renseignent sur les ressources qui façonnent l’expérience du travail indépendant, qu’il s’agisse du rapport au travail qu’il définit ou des perspectives de mobilité sociale qu’il procure. De nombreux secteurs connaissent aujourd’hui un développement de l’emploi non salarié dans des activités dans le bas du monde du travail (bâtiment, transport, services à la personne, etc.). Or, les incitations à s’installer à son compte et l’implicite égalitaire du terme d’entrepreneur dissimulent les inégalités qui traversent les conditions de travail et d’existence de ces indépendants une fois installés. La plasticité du statut d’indépendant qui, à l’échelle collective, laisse relativement ouverts les modes d’appropriation du travail et produit l’importante variabilité des situations que l’on connaît, trouverait alors son revers dans la rigidité que lui confère, à l’échelle individuelle, sa sensibilité aux ressources et aux dispositions que l’on peut y investir.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour, S., 2013, « L’entrepreneuriat au service des politiques sociales : la fabrication du consensus politique sur le dispositif de l’auto-entrepreneur », Sociétés contemporaines, n° 89, p. 131-154.

Abdelnour, S., Lambert, A., 2014, « « L’entreprise de soi », un nouveau mode de gestion politique des classes populaires ? Analyse croisée de l’accession à la propriété et de l’auto-emploi (1977-2012) », Genèses, n° 95, p. 27-48.

Algava, E., Vinck, L., 2009, « Les conditions de travail des non-salariés en 2005 », Premières Synthèses, n° 50, décembre, p. 1-8.

Bessière, C., 2003 « Une profession familiale : les trois dimensions de la vocation agricole », in Weber, F., Gojard, S., Gramain, A. (dir.) Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, La Découverte, Paris, p. 237-273.

Bessière, C., Gollac, S., 2014, « Travailleurs indépendants », in Chauvin, P.-M., Grossetti, M., Zalio, P.-P. (dir.), Dictionnaire sociologique de l’entrepreneuriat, Presses universitaires de France, Paris, p. 537-549.

Bourdieu, P., 1974, « Avenir de classe et causalité du probable », Revue française de sociologie, vol. 15, n° 1, p. 3-42.

Bourdieu, P., 1979, La distinction : critique sociale du jugement, Éditions de Minuit, Paris.

Bozon, M., Chamboredon, J.-C., Fabiani, J.-.L., 1982, « Les usages sociaux du cadre naturel. Élaboration sociale et conflit des modes de consommation de la campagne : l’exemple de la chasse », Revue forestière française, numéro spécial « Sociétés et forêts », p. 273-279.

Bruneau, I., Renahy, N., 2012, « Une petite bourgeoisie au pouvoir. Sur le renouvellement des élus en milieu rural », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 191-192, p. 48-67.

Chauvel, L., 1995, « Le retour des classes sociales ? », Revue de l’OFCE, n° 79, p. 315-359.

Chenu, A., 1993, « Les ouvriers et leurs carrières : enracinements et mobilités », Sociétés contemporaines, n° 14, p. 79-91.

Chenu, A., 2002, « Les horaires et l’organisation du temps de travail », Économie et statistiques, n° 352-353, p. 151-167.

Cottereau, A., 2002, « Droit et bon droit. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit du travail (France, XIXe siècle) », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 57, n° 6, p. 1521–1557.

Détang-Dessendre, C., Aubert, F., Blanc, M., 1999, « Le fonctionnement des marchés du travail ruraux », Économie rurale, n° 250, p. 31-39.

Didry, C., 2016, L’institution du travail, droit et salariat dans l’histoire, La Dispute, Paris.

Goldthorpe, J.H., Lockwood, D., Bechhofer, F., Platt, J., 1972, L’ouvrier de l’abondance, Le Seuil, Paris.

Gollac, M., Laulhé, P., 1987, « Les composantes de l’hérédité sociale : un capital économique et culturel à transmettre », Économie et statistique, n° 199.

Gresle, F., 1981, L’univers de la boutique : famille et métier chez les petits patrons du Nord (1920-1975), Presses universitaires de Lille, Lille.

Gros, J., 2014, « Les bûcherons tâcherons, des travailleurs restés à l’écart du salariat », Nouvelle revue du travail, n° 5 [en ligne : https://nrt.revues.org/1875].

Gros, J., 2015, « Des classes populaires à la lisière du salariat. Une analyse des bûcherons entre emploi, marché et stratification sociale », Thèse de sociologie, EHESS, Paris.

Gros, J., 2016, « Comment l’État choisit ses bûcherons. Le rôle du capital d’autochtonie dans la structuration du marché de la prestation de services forestiers », in Aunis, E., Benet, J., Mège, A., Prat, I. (dir.), Les territoires de l’autochtonie, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

INSEE, 2015, « Emploi et revenus des indépendants », Insee Références, édition 2015.

INSERM, 2011, Stress au travail et santé : Situation chez les indépendants, Les Éditions Inserm, Paris.

Jounin, N., 2009, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, La Découverte, Paris.

Laferté, G., 2010, « Théoriser le crédit de face-à-face : un système d’information dans une économie de l’obligation », Entreprises et histoire, n° 59, p. 57-67.

Laferté, G., 2013, « L’embourgeoisement agricole dans les formes localisées de la structure sociale », Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris 4.

Lahire, B., 2002, Portraits sociologiques : dispositions et variations individuelles, Nathan, Paris.

Laurier, J.-P., 2006, « Les opérateurs de récolte des bois : tentative de dénombrement des effectifs et examen de leur évolution », Informations forêt, n° 724, p. 1-6.

Mayer, N., 1977, « Une filière de la mobilité ouvrière : l’accès à la petite entreprise artisanale et commerciale », Revue française de sociologie, vol. 18, n° 1, p. 25-45.

Mayer, N., 1986, La boutique contre la gauche, Les Presses de Sciences Po, Paris.

Mazaud, C., 2013, L’artisanat français. Entre métier et entreprise, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Merle, I., 2004, « Les Subaltern Studies. Retour sur les principes fondateurs d’un projet historiographique de l’Inde coloniale », Genèses, n° 56, p. 131-147.

Morice, A., 2006, « Les salariés payés à la tâche dans le forestage : portée actuelle d’un modèle réputé archaïque », in Askenazy, P., Cartron, D., Gollac, M., De Coninck, F. (dir.), Organisation et intensité du travail, Octarès, Toulouse.

Mottez, B., 1960, « Du marchandage au salaire au rendement », Sociologie du travail, vol. 2, n° 3, p. 206-216.

Noiriel, G., 1986, Les ouvriers dans la société française : XIXe et XXe siècles, Le Seuil, Paris.

Pagis, J., 2014, Mai 68, un pavé dans leur histoire, Les Presses de Sciences Po, Paris.

Passeron, J.-C., Revel, J. (dir.), 2005, Penser par cas, Éditions de l’EHESS, Paris.

Pélisse, J., 2009, « Judiciarisation ou juridicisation ? Usages et réappropriations du droit dans les conflits du travail », Politix, n° 86, p. 73-96.

Pillon, T., Vatin F., 2007, Traité de sociologie du travail, Octarès, Toulouse.

Pinçon, M., 1986, « Autoproduction, sociabilité et identité dans une petite ville ouvrière », Revue française de sociologie, vol. 27, n° 4, p. 629-653.

Pudal, R., 2010, « Ni professionnel, ni bénévole : être pompier volontaire aujourd’hui », Socio-logos, n° 5 [en ligne : https://socio-logos.revues.org/2465].

Renahy, N., 2010, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usage d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, p. 9–26.

Schepens, F., 2007, Hommes des bois ? Socio-anthropologie d’un groupe professionnel, Éditions du CTHS, Paris.

Schwartz, O., 2011, « Peut-on parler des classes populaires ? », La vie des idées [en ligne : http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html].

Siblot, Y., Cartier, M., Coutant, I., Masclet, O., Renahy, N., 2014, Sociologie des classes populaires contemporaines, Armand Colin, Paris.

Sinthon, R., 2014, « Reconversions extrascolaires du capital culturel. Une révision de la mobilité sociale depuis ses marges », Thèse de sociologie, EHESS, Paris.

Supiot, A., 1999, Au-delà de l’emploi : transformations du travail et devenir du droit du travail en Europe. Rapport pour la Commission des Communautés européennes, Flammarion, Paris.

Supiot, A., 2002, Critique du droit du travail, Presses universitaires de France, Paris.

Vigna, X., 2012, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Perrin, Paris.

Weber, F., 1989, Le travail à-côté : étude d’ethnographie ouvrière, INRA/EHESS, Paris.

Wolff, F.-C., Attias-Donfut, C., 2001, « La dimension subjective de la mobilité sociale », Population, vol. 56, n° 6, p. 919-958.

Zarca, B., 1979, « Artisanat et trajectoires sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 29, p. 3-26.

Zarca, B., 1993, « L’artisanat. La plus populaire des classes moyennes ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 37, p. 55-68.

Zimmermann, B., 2011, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Économica, Paris.

Haut de page

Notes

1 La position des agriculteurs dans le travail de P. Bourdieu est un peu plus ambiguë en raison d’une attention plus prononcée aux fractions les plus dominées de l’agriculture (Laferté, 2013, p. 24).

2 À la suite d’Olivier Schwartz, on entend par « classes populaires » un ensemble de populations partageant trois critères : « petitesse du statut professionnel ou social, étroitesse des ressources économiques — sans que cela signifie nécessairement précarité —, éloignement par rapport au capital culturel, et d’abord par rapport à l’école, même s’il ne s’agit aujourd’hui que d’un éloignement relatif » (Schwartz, 2011).

3 Association notamment constatée par les auteurs du plus récent ouvrage de synthèse sur les classes populaires (Siblot et al., 2014, p. 45).

4 La construction de la classe ouvrière, telle qu’elle s’est cristallisée politiquement et statistiquement, est fondée sur l’institutionnalisation du salariat (voir Noiriel, 1986 ; Vigna, 2012).

5 Par ailleurs, la population ouvrière existait, jusqu’à la fin du XIXe siècle, voire bien après pour certaines activités, sous des formes proches de travailleurs indépendants et de relations de sous-traitance (voir Mottez, 1960 ; Cottereau, 2002 ; Didry, 2016).

6 C’est aussi le cas des bûcherons salariés, qui sont rémunérés à la tâche (Gros, 2014).

7 D’après les données de la Mutualité sociale agricole (MSA) pour 2011, 71 % des entreprises de travaux forestiers ont déclaré n’avoir versé aucun salaire et 18 % ont déclaré avoir versé plus de 10 000 euros (ce qui est moins qu’un équivalent temps plein). Source : la base Cotisants non-salariés (COTNS) de la MSA ; traitements personnels.

8 Principalement due à la fluctuation et à la difficile prévisibilité des contrats, cette arythmie peut aussi être liée à la saisonnalité relative de l’activité : s’il y a du travail en grande quantité toute l’année, le travail d’été et celui d’hiver ne sont pas de même nature et portent sur des chantiers différents : bois d’œuvre l’été, bois de trituration, à moindre valeur ajoutée, l’hiver.

9 Les données statistiques sont inexistantes ; je m’appuie ici sur ce que mon enquête de terrain m’a donné à voir.

10 F. Schepens indique que l’indice de fréquence moyen d’accidents du travail pour les salariés adhérents au régime général de la sécurité sociale est d’environ 48 pour mille en 2000, celui des métiers du bâtiment et des travaux publics de 99 pour mille en 2002, et celui des bûcherons non salariés affiliés à la MSA de 166 pour mille en 2003 (Schepens, 2007, p. 76).

11 Le revenu mensuel moyen (un douzième du bénéfice net annuel) étant impossible à évaluer statistiquement faute de source, on peut, par l’enquête de terrain, proposer l’hypothèse, à confirmer, qu’il est rarement supérieur à 1500 euros pour un bûcheron indépendant exerçant seul.

12 Ces commissions ouvrent en réalité le droit de s’affilier au régime de protection sociale des non-salariés agricoles. Un bûcheron indépendant n’ayant pas le droit de s’affilier ailleurs qu’à ce régime, cette autorisation d’affiliation est une autorisation d’installation.

13 Cette comparaison soulève évidemment le problème insoluble que constitue le fait de devoir comparer des ensembles de travailleurs pour lesquels le temps de travail n’est pas compté, puisqu’ils sont payés à la tâche, et pour lesquels le produit du travail n’est pas estimé puisqu’ils n’en sont pas propriétaires.

14 L’expression « fractions stabilisées » ou « fractions supérieures » des classes populaires désigne ces groupes qui, tout en partageant avec les classes populaires de nombreux traits (distance à la culture scolaire, position subalterne dans la division du travail, petitesse du statut social), ne sont pas démunis : ils peuvent jouir d’un certain confort économique et/ou avoir une familiarité relative avec la culture scolaire (ceux qu’Olivier Schwartz appelle « les dominés aux études longues »). Voir Schwartz, 2011.

15 Dans tous les cas que présente ce paragraphe, la mère n’exerce pas d’activité professionnelle.

16 Selon l’INSEE (source : Déclarations annuelles des données sociales 2005), en 2005 les hommes ouvriers à temps complet gagnaient en moyenne 1441 euros par mois. Ce chiffre était plus bas dans les espaces ruraux (Détang-Dessendre et al., 1999).

17 Sur la place des activités manuelles dans les sociabilités ouvrières, voir Pinçon, 1986. Au sujet de la formation du goût des jeunes au travail manuel dans les mondes ruraux, voir Bessière, 2003.

18 Pour d’autres exemples de ces « carrières invisibles », voir Pudal, 2010 ; Chevalier et Simonet 2012.

19 Remarquons d’ailleurs que le fait de changer ou non d’emploi est considéré, par Goldthorpe et al. (1972), comme l’indicateur statistique le plus objectif des rapports, positifs ou négatifs, entretenus par les ouvriers avec leur travail.

20 Son épouse a un revenu, même s’il est relativement faible, et, parce qu’elle garde chez elle les enfants des autres, le couple n’a pas à prévoir les coûts relatifs à la garde de son propre enfant. Cela peut contribuer à atténuer l’impact du fait qu’en s’installant à son compte, Éric renonce au double revenu du travail salarié et du travail à-côté.

21 On retrouve ici une différence entre le capital d’autochtonie, difficilement transférable, et le capital scolaire ou culturel, qui peut être converti en dehors de l’espace local (Renahy, 2010).

22 Ainsi que les propriétés de sa famille d’origine : professions intermédiaires techniques ayant donné naissance à un fils unique. Sur les stratégies de contrôle des naissances de la petite bourgeoisie, voir Bourdieu, 1974.

23 « Les réseaux militants du NPA sont faibles et peu structurés, notamment dans les milieux ouvriers, car ils recrutent surtout parmi les catégories sociales diplômées, au sein notamment d’une petite bourgeoisie culturelle (enseignants, travailleurs sociaux, employés des services publics) qui constitue l’élite militante du mouvement » (Julian Mischi, « Au nom des ouvriers. Quelle représentation politique des classes populaires ? », Mediapart, 16 mars 2012).

24 La notion de « petite bourgeoisie culturelle » renvoie à la sociologie de Pierre Bourdieu, mais surtout à sa mise à jour par Ivan Bruneau et Nicolas Renahy (2012) en vue d’interpréter les dynamiques d’accès aux positions politiques locales.

25 Sur la différenciation sociale des usages du cadre naturel et l’usage récréatif qu’en fait la bourgeoisie, voir Bozon et al., 1982.

26 La plupart des bûcherons rencontrés commencent à travailler avant 8 heures. Alain Chenu (2002) a montré que commencer le travail au petit matin (entre 5 heures et 9 heures) était plus fréquent dans les catégories les moins qualifiées (environ 14 % du temps de travail des ouvriers et employés est effectué entre 5 heures et 9 heures, contre un peu moins de 7 % du travail des cadres).

27 La plupart des ETF s’inscrivent également au registre du commerce comme exploitants forestiers, ce qui leur donne le droit de vendre du bois. En raison des maigres ressources économiques des ETF, il s’agit toujours de bois de chauffage, de faible valeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Gros, « Travailleurs indépendants mais subalternes. Les rapports à l’indépendance des bûcherons non salariés », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 59 - n° 4 | Octobre-Décembre 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1405 ; DOI : 10.4000/sdt.1405

Haut de page

Auteur

Julien Gros

Université Paris Dauphine, PSL Research University, CNRS, UMR 7170, Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO), Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75775 Paris cedex 16, France
Laboratoire de Sociologie Quantitative (Centre de Recherche en Economie et Statistique)
juliendgros[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals