Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le travail des sociétés, F. Dubet

Le Seuil, Paris (2009). 348 p.
Frédéric Ocqueteau
p. 300-301
Référence(s) :

Francois Dubet, Le travail des sociétés, Le Seuil, Paris, 2009, 348 p.

Texte intégral

1Comme chaque printemps, paraît un nouvel opus de Francois Dubet. Il s’agit d’une heureuse cuvée, le vigneron a su y rassembler de nombreux acquis de ses travaux antérieurs et produire un cru de très bonne facture, élégant et précis, racé et pédagogique, heureusement charpenté dans son écriture et modérément optimiste dans ses inspirations déontologiques. Tous les thèmes chers au sociologue bordelais sont désormais bien balisés. Qu’ils proviennent de la « sociologie de l’expérience », en 1994, en passant par le « déclin de l’institution », en 2002, jusqu’à la modélisation en creux de la soif inextinguible d’égalité, de mérite et d’autonomie auxquelles sont aux prises les individus souffrant d’injustices, en 2006, ces dimensions sont reprises au service d’une thèse désormais mieux assurée sur le fonctionnement général des sociétés démocratiques.

2Dans un monde qui se différencie toujours plus, les principes d’« intégration sociale » cèdent progressivement la place aux phénomènes de « cohésion sociale », dont l’image est explicitement empruntée aux réflexions de Jacques Donzelot et Anne Wyvekens – Faire société : la Politique de la ville aux États-Unis et en France, Le Seuil, Paris, 2003. Il n’y a pas lieu de le regretter, semble concéder l’auteur avec un brin de nostalgie, mais au contraire de le montrer, en redonnant une nouvelle vocation à la sociologie. Il la définit de la façon suivante : « science de la mise en évidence des mécanismes et processus dont la somme fait quelque chose ressemblant aux sociétés » ou, plus modestement, « science des 1000 manières de faire des sociétés ». La société du risque dépeinte par Ulrich Beck (p. 132) est sans doute en arrière fond, ce qui n’empêche pourtant pas que le travail des sociétés, y compris dans un tel contexte, reste toujours à décoder. Ce « travail » n’est rien d’autre que la manière dont les sociétés se produiraient elles-mêmes à travers leurs bricolages historiques incessants, même si l’ancien modèle intégré tourainien de l’action, du système et du changement (ASC), qui eut son heure de gloire sous les Trente Glorieuses, n’a plus grande valeur heuristique aujourd’hui.

3À travers l’expérience de l’action, celle de la domination et de la critique continue des agents sur ce qu’ils pensent et font eux-mêmes, F. Dubet montre alternativement comment trois grands sous-systèmes se sont irrémédiablement autonomisés. Or, l’auteur y insiste, ces sous-systèmes ne sont pas englobés « en dernière instance » par une économie néo-libérale mondialisée qui aurait vocation à emporter l’ensemble. Voilà une certitude opportunément énoncée en pleine crise financière de l’automne 2008. En effet, les divers sous-systèmes désemboîtés de l’intégration, de la culture et des marchés chercheraient incessamment, au contraire, à s’articuler les uns les autres. Il faut attendre le dernier chapitre, sans aucun doute le plus novateur de l’ouvrage, pour bien comprendre les ressorts de cette articulation. Trois modalités particulières en sont décrites à titre principal, les « medium », les « machines », et les « processus de représentation ».

4Les « medium » jouent comme des commutateurs liant entre elles les actions verticales et horizontales, notamment : les routines ou habitudes – des conduites semi automatiques structurant les échanges sociaux à ne pas confondre avec les habitus ; l’argent, qui renforcerait la cohésion sociale plutôt qu’il ne la détruirait, et le pouvoir, entendu comme flux d’interdépendances plutôt que comme capacité d’imposer à autrui ce qu’il ne ferait pas autrement.

5Les « machines », les systèmes juridico-techniques négociés par exemple, sont des produits politiques ou de grandes organisations capables d’imposer des coordinations de l’action, indépendamment des individus, au besoin par la menace explicite ou implicite, une réalité souvent négligée par la sociologie croziérienne de l’espace stratégique.

6Les « processus de représentation collectifs » enfin, où se côtoient pêle-mêle la politique qui fonde la supériorité des utilités collectives, les technologies d’information et de communication (TIC), sondages, lieux de mémoires, médias – dont F. Dubet affirme qu’ils produisent plus de désordre que d’ordre – et l’ensemble des mouvements sociaux d’aujourd’hui, aussi hétérogènes, ambigus et diversifiés qu’ils apparaissent. À ce sujet, l’ancien observateur engagé des mouvements sociaux des années 1970 décrit ceux du xxie siècle comme un mixage disparate de mobilisations hyper-corporatives, de revendications culturelles et morales ou d’élans pulsionnels anti-système radicaux, avec un floutage évident de la figure du militant de la société industrielle ou de l’État providence.

7On trouvera sans doute à redire à certains des arguments avancés pour illustrer la thèse, au sujet notamment de la réhabilitation de l’argent comme medium, par le biais d’arguments empruntés à Georg Simmel. Ou bien encore au sujet de la vision stratégique des acteurs et de la logique de leur autonomie d’action. Ils restent en effet décrits de manière un peu fixiste, comme le fait d’êtres humains « définissant des objectifs en se donnant les moyens de les atteindre » et considérant « autrui comme des alliés ou des concurrents », ce qui demanderait plus de complexité et de plus amples nuances. À la lumière des travaux d’un Jon Elster, par exemple, ils auraient pu être aussi interrogés en tant qu’acteurs individuels ou politiques, qui, au-delà de la surface sociale et du degré de confiance et méfiance qu’ils s’accordent respectivement, changent fréquemment les objectifs qu’ils prétendent vouloir atteindre à cause des faiblesses de leur propre volonté.

8Quoiqu’il en soit, une chose est sûre. Il y a là un festival d’intelligence nourri par une belle capacité à digérer le meilleur de la production sociologique des pairs, présents et passés avec lesquels F. Dubet poursuit un dialogue profond et incessant, sans jamais dévier de son propre chemin. Ce livre généreux revendique d’œuvrer à la construction d’une « bonne société », quand tant d’autres sociologues ont renoncé à croire en cette possibilité. Son utopie serait en effet de permettre à chacun de construire son expérience sociale et de la mieux maîtriser. La sociologie dubétienne qui sert cet objectif s’efforce pour sa part d’être rationnelle, déontologique, mesurée, démocratique, et à ces divers titres, ne saurait en aucune façon apparaître comme relativiste. On peut donc saluer l’entreprise et trouver qu’elle réussit assez bien à remplir son propre objectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Ocqueteau, « Le travail des sociétés, F. Dubet », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 2 | 2010, 300-301.

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Le travail des sociétés, F. Dubet », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 2 | Avril-Juin 2010, mis en ligne le 24 janvier 2019, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14099

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

CNRS, centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques (CERSA), 10, rue Thénard, 75005 Paris, France
frederic.ocqueteau[at]cersa.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals