Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La construction sociale des acteurs de l’entreprise, M. Maurice

Octarès, Toulouse (2008). 232 p.
Denis Segrestin
p. 298-300
Référence(s) :

Marc Maurice, La construction sociale des acteurs de l’entreprise, Octarès, Toulouse, 2008, 232 p.

Texte intégral

1Les responsables de la collection « Travail et activité humaine » chez Octarès ont rempli une mission d’intérêt public en accueillant ce florilège de textes publiés par Marc Maurice, seul ou en collaboration, entre 1960 et 2002, augmenté d’une introduction originale de l’auteur. Faut-il présenter M. Maurice aux jeunes générations ? On veut croire qu’à tout le moins, « l’analyse sociétale » – clé de voûte de son travail et de ses collaborations au sein du laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), à Aix-en-Provence, puis marque de fabrique du laboratoire aixois lui-même – est encore communément enseignée en France et au-delà pour ce qu’elle est : une voie indépassée pour saisir la variation internationale des systèmes productifs et des régimes d’emploi. Rappelons-en seulement l’argument princeps, élaboré 30 ans plus tôt avec François Sellier et Jean-Jacques Silvestre, pour expliquer les écarts constatés en matière de rémunération entre la France et l’Allemagne : derrière les salaires se logeaient des « cohérences structurelles » liant notamment les organisations productives, les systèmes de formation et les normes de relations sociales. L’effet sociétal était né et avec lui un regard comparatif neuf sur les « agencements institutionnels » qui, dans chaque pays, modèlent l’activité économique et la vie des firmes.

2Bien sûr, le présent recueil fait la part belle à l’analyse sociétale, mais il ne s’y réduit pas. Le premier bloc de contributions, rédigées avant l’épisode fondateur de l’enquête France-Allemagne, est encore de facture ostensiblement « friedmannienne ». M. Maurice, déjà sur le terrain, notamment chez Merlin Gérin à Grenoble, étudie les états de conscience des salariés. Encore faut-il voir la portée de son propos : le texte initial s’intéresse aux écarts de positions en entreprise et annonce une réflexion générale sur la condition des cadres. Les trois papiers qui suivent apportent une belle assise à ce projet : outre un retour à l’histoire du mouvement ouvrier, ils s’ouvrent au travail comparatif. L’auteur s’enquiert des travaux américains sur les « professionnels salariés » et sur les façons dont ceux-ci s’organisent. Cette mise en perspective vaut aujourd’hui encore par elle-même, mais aussi quant à la conception de la recherche qu’elle véhicule : M. Maurice se pose une fois pour toutes en chercheur modeste, mais soucieux d’inscrire la sociologie empirique dans une démarche cumulative et formalisée – dans la meilleure veine des sciences sociales anglosaxonnes.

3L’avant-propos annonce une deuxième séquence dédiée au rapport entre la technologie et le travail. À dire vrai, c’est un leurre, car une fois l’aventure sociétale engagée, la production de M. Maurice fut à ce point habitée par la comparaison internationale que les standards de la sociologie du travail cessèrent d’être tout à fait les siens. Seules du genre ici, les variations sur le reflux du déterminisme technique y font écho, mais elles évoquent l’exercice rétrospectif de commande : elles ont vieilli. À l’inverse, les pages sur l’introduction de la mécatronique en France et au Japon, datées de 1988, sont emblématiques, car en plus de la translation inédite de l’Europe à l’Asie, le « label sociétal » s’y impose et il éclaire par le terrain les bonnes raisons de bâtir une représentation socialisée de la technique. Les commandes numériques survenaient dans des systèmes où se redessinaient aussi l’organisation du travail et les échelles de qualification ; le changement fut donc le fruit d’arrangements d’ensemble, propres à chaque contexte national.

4On a compris qu’au seuil du troisième bloc consacré au sujet-maître, on avance sur un chemin déjà bien tracé. Le panel des textes qui s’y rapporte couvre un arc élargi, introduit par le long et fameux article de 1979, cosigné des trois, sur la « production de la hiérarchie ». L’arc est d’autant plus ouvert que des trois, c’est M. Maurice qui s’est le plus investi dans la diffusion du modèle et les discussions théoriques qu’il a suscitées. D’où les mises au point successives sur la méthode comparative, sur la façon dont l’effet sociétal « absorbe » la culture et l’histoire ou sur l’insuffisance des théories confinées aux régulations locales à la façon de Jean-Daniel Reynaud et plus encore d’Erhard Friedberg. À bien des égards, ce labeur de justification critique est impressionnant, mais au point de sembler rétrospectivement envahissant, au détriment de ce qu’aurait été, pour un penseur plus détaché de ses pairs, une mise à jour sereine de cette théorie qui fût vraiment adressée à la postérité.

5Ce regret s’applique singulièrement au texte le plus récent (daté de 2002) relatif à « l’actualité de l’analyse sociétale ». À son crédit, M. Maurice ne craint pas de soumettre l’effet sociétal aux objections qui saturent l’air du temps : à l’heure de l’économie monde et du reflux de l’État-nation, peut-on croire que les cadres de l’action en société vont encore s’imposer au capitalisme et à l’entreprise ? Malheureusement, sa réponse s’en tient aux codes des discussions antérieures : renouant avec l’idée que le changement opère par les « espaces intermédiaires » de l’action, il explique que la tâche est désormais d’identifier les nouveaux espaces qui font l’histoire. La pertinence du propos n’est pas en cause, mais celui-ci n’offre guère de prise sur la réalité...

6Selon nous, on atteint une zone plus sensible du débat à s’interroger sur l’état de « l’entreprise dans la société » – formule chère à l’auteur mais reléguée par les débats dominants. À ce propos, on se méfiera de la notion d’espace à deux titres : d’abord parce que le capitalisme financier a sinistré les organisations de travail dont le compromis fordien tirait sa stabilité. Ensuite parce que l’économie ouverte invite à saisir les institutions dans l’action – auprès des entrepreneurs eux-mêmes plutôt que dans les espaces qu’ils sont supposés gouverner. Si les « cohérences structurelles » se dérobent, il faut réapprendre à lire la régulation de l’économie dans le flux des échanges politiques qui circulent entre l’entrepreneur et la cité. On sait que ces échanges ont toujours existé, permettant à la fois aux stratèges de capter de la valeur et de garantir leur légitimité ; posons qu’ils redoublent aujourd’hui.

7Dans l’article de 2002, M. Maurice observe (p. 195) que la comparaison sociétale a éludé à tort le croisement des histoires nationales : croit-il si bien dire ? La conquête des marchés à l’étranger donne une intensité inédite aux arrangements bilatéraux de tous rangs, mettant aux prises pays d’origine et d’accueil, actionnaires réunis par les joint-ventures, acteurs locaux placés par le destin sur les mêmes sentiers industriels et territoriaux. En l’occurrence, la régulation s’opère en milieu ouvert, du global au local ; les comparaisons sociétales stricto-sensu n’y font plus sens. Nous retrouverons néanmoins l’École d’Aix sur l’essentiel : la globalisation n’est pas la vaste transgression opportuniste que l’on dit. Comprenons que des « agencements institutionnels » en resteront le socle, dans une acception au fond à peine élargie. Pour cela aussi, il faut rendre justice à l’analyse sociétale et oublier les différends dont ses promoteurs eux-mêmes se sont encombrés. S’il y a un avenir pour la sociologie de l’entreprise, il faudra tout faire pour sauvegarder la mémoire de ce que M. Maurice et ses collègues nous ont appris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Segrestin, « La construction sociale des acteurs de l’entreprise, M. Maurice », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 2 | 2010, 298-300.

Référence électronique

Denis Segrestin, « La construction sociale des acteurs de l’entreprise, M. Maurice », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 2 | Avril-Juin 2010, mis en ligne le 24 janvier 2019, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14107

Haut de page

Auteur

Denis Segrestin

CNRS, centre de sociologie des organisations (CSO), institut d’études politiques de Paris, 13, rue de l’Université, 75007 Paris, France
denis.segrestin[at]sciences-po.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals