Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Prix du jeune auteurÉditorial

Prix du jeune auteur

Éditorial

Le Prix du jeune auteur 2009
La rédaction
p. 303-304

Entrées d’index

Mots-clés :

Prix du jeune auteur
Haut de page

Texte intégral

1Imaginé au moment des 40 ans de la revue et mis en place en 2001, le prix du jeune auteur 2009 connaît cette année sa huitième édition alors que Sociologie du travail atteint ses 50 ans. Le « PJA » suit désormais son rythme de croisière, au cœur des dynamiques éditoriales de la revue et du champ académique des sciences sociales. Ses objectifs demeurent identiques à ceux qui justifiaient sa création : promouvoir de jeunes collègues et se faire l’écho du dynamisme de nos disciplines de sciences sociales ; offrir une incitation pour que les nouvelles générations se confrontent tôt à l’écriture d’un article, se familiarisent avec les dispositifs d’évaluation par les pairs, marque des fonctionnements de nos champs scientifiques, et publient.

2Preuve de son succès, 18 candidats étaient en compétition en 2009 dont cinq articles en anglais. Le nombre de textes reçus et leur qualité d’ensemble montrent la fécondité des recherches. Six articles ont été retenus à la suite d’un premier tour, tous les articles, rendus anonymes, ayant fait l’objet de trois lectures par trois membres du jury. Lors du second tour, les textes ont été lus par l’ensemble des membres du jury et classés. Comme de coutume, le jury de six personnes était composé pour moitié de membres du comité de rédaction de la revue – cette année Philippe Bezes, Dominique Lorrain et Christine Musselin – et pour moitié de collègues français ou étrangers – cette année Steve Jefferys, Annette Jobert et Bénédicte Zimmermann. Au terme de ce processus, trois textes ont été primés couronnant trois lauréates et témoignant d’une belle diversité d’objets, de problématiques et de méthodes d’enquête.

3Le premier prix a été attribué à Marlène Benquet pour un article consacré aux conditions et aux raisons d’une mobilisation collective de salariés d’un hypermarché marseillais. Reposant sur de nombreuses données empiriques et soulignant, preuves à l’appui, les insuffisances explicatives des intérêts objectifs (précarité des formes d’emploi, etc.) et des ressources organisationnelles, l’article montre comment se construisent des intérêts subjectifs à l’action collective, ancrés dans les dimensions culturelles de l’action. Un sentiment d’injustice partagé et une identité collective extraprofessionnelle liée à l’appartenance commune des salariés au quartier Nord de Marseille et aux interactions ordinaires nouées dans ce cadre, constituent les leviers de la mobilisation. Cet article s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie en préparation à l’EHESS au Centre Maurice Halbwachs (équipe « Enquêtes, Terrains, Théories ») sous la direction de Stéphane Beaud.

4Le deuxième prix a été attribué à Julie Pollard pour un article qui analyse les dispositifs fiscaux, mis en place en France depuis les années 1980, proposant des exonérations d’impôts aux particuliers investisseurs qui achètent un logement pour le louer mais constituant indirectement une activité de soutien substantielle aux agences immobilières, aux entreprises de construction et aux promoteurs immobiliers. Ces aides de l’État, instruments indirects d’action publique, sont destinées à soutenir le marché de la construction de logements et à développer l’offre locative. Nouvelle modalité d’action étatique « par délégation à des acteurs privés », elles dessinent une forme singulière du rapport entre État et marché mais soulève un certain nombre de problèmes liés à la forme discrète d’une politique qui repose sur le crédit d’impôt et prête mal aux contrôles. Ce travail est issu d’une thèse de science politique soutenue en 2009 à Sciences Po et réalisée au Centre d’études européennes sous la direction de Patrick Le Galès.

5Le troisième prix a été attribué à Marie Plessz pour un article qui analyse le devenir de la catégorie « ouvriers » dans les statistiques de deux pays anciennement communistes, la République tchèque et la Pologne. Etudiant le sens des notions de classe et d’ouvrier sous le régime communiste puis proposant une véritable enquête pour saisir « l’invisibilité des ouvriers après 1989 », l’article rend compte des enjeux de construction et d’usage des catégories statistiques et la force des intérêts politiques dans ces activités. Aux « arrangements statistiques » pendant la période communiste cherchant à faire coïncider les représentations et rôle politiques avec le poids réel dans la société succède l’absence d’intérêts politiques pour les ouvriers dans la période contemporaine et leur « disparition » des statistiques, doublée d’un relatif désintérêt des sociologues est-européens. Cet article est issu d’une thèse de sociologie soutenue en 2009 à Sciences Po et réalisée au sein de l’Observatoire sociologique du changement sous la direction d’Alain Chenu.

6L’appel aux candidatures pour le prix 2010 est d’ores et déjà lancé. Nous espérons recevoir des propositions aussi nombreuses et stimulantes que cette année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction, « Éditorial », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 303-304.

Référence électronique

La rédaction, « Éditorial », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.14159

Haut de page

Auteur

La rédaction

Laboratoire Printemps, UVSQ, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
sociodutravail[at]printemps.uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search