Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 61 - n° 1Comptes rendusHoward S. Becker, Evidence

Comptes rendus

Howard S. Becker, Evidence

The University of Chicago Press, Chicago, 2017, 240 p.
Marie Buscatto
Référence(s) :

Howard S. Becker, Evidence, The University of Chicago Press, Chicago, 2017, 240 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Épistémologie
Haut de page

Texte intégral

1Evidence. Par ce titre évocateur, Howard S. Becker annonce la couleur : se poser la question fondamentale, et pourtant si souvent oubliée, des fondements épistémologiques aussi bien de nos résultats empiriques de recherche que de nos concepts et théories sociologiques. H. S. Becker, sociologue mondialement connu pour ses apports décisifs à notre compréhension de la déviance ou des arts, s’intéresse ici aux questions de méthode. Comment en effet s’assurer qu’une recherche a produit des résultats pertinents et sérieux ? Comment savoir qu’un concept ou une théorie sociologique sont bien fondés sur des données de qualité — et non le fruit d’une imagination fertile ou de présupposés idéologiques ? Tel est le cœur de cet ouvrage qui, en multipliant les discussions simples et efficaces menées à partir d’exemples empiriques précis, nous amène à réfléchir à nouveaux frais les conditions de production de recherches sociologiques de qualité.

2La première partie de l’ouvrage, de nature épistémologique, délimite les fondements scientifiques de toute activité de recherche sociologique de qualité. H. S. Becker fonde son raisonnement sur différents travaux menés en sociologie et en histoire des sciences — dont ceux majeurs de Thomas S. Kuhn sur les paradigmes scientifiques, d’Alain Desrosières sur l’histoire de la statistique ou de Bruno Latour sur l’activité scientifique expérimentale comme construction sociale —, ou en physique — à travers l’exemple notamment des travaux empiriques du physicien Sébastien Balibar. Son but est ici de démontrer la nature fondamentalement fragile, incomplète et subjective du processus scientifique en sciences sociales. Pour H. S. Becker en effet, la question de la qualité scientifique de nos travaux de recherche ne peut être travaillée de manière pertinente que si l’on accepte d’emblée deux constats épistémologiques fondant tout processus de recherche en sciences sociales.

3D’une part, empruntant ici les développements du mathématicien Georges Polya, il affirme qu’aucun résultat sociologique ne peut s’appuyer sur un « demonstrative reasoning », un « raisonnement démonstratif » qui permettrait de conclure de manière objective et définitive, preuves à l’appui. Il faut plutôt faire appel à un « plausible reasoning », un « raisonnement vraisemblable », jamais définitif : le processus de recherche est par nature incertain, sujet à controverse et temporaire. D’autre part, et ce quelle que soit la technique d’enquête employée, qualitative ou quantitative, toute donnée de recherche est potentiellement entachée d’erreurs et sa transformation en preuve est en soi un enjeu majeur et difficile de la recherche qui doit occuper le ou la chercheuse de manière première.

4Dès lors, que la démarche soit plutôt déductive — la chercheuse tente de démontrer, par la production de données spécifiques, les hypothèses posées en préalable à l’enquête — ou inductive — le chercheur construit ses hypothèses de recherche en fonction des données produites au fil de l’enquête —, que la méthode principale soit plutôt qualitative ou quantitative, que le travail soit mené en solitaire ou en équipe, la démarche empirique est sans cesse soumise aux possibles erreurs de définition, de catégorisation et/ou d’interprétation faute de pouvoir constituer des preuves directes, nécessaires et définitives des phénomènes étudiés. Quel est le sens d’une réponse donnée à une question posée à un enquêté ? Quel est le sens d’un chiffre constitué par une institution dans son activité quotidienne ? Quel est le sens d’une pratique observée par l’ethnographe dans un contexte donné ? Quel est le sens d’une catégorie utilisée par les unes et les autres pour s’auto-définir ? Aucune méthode, aucune démarche ne nous protègent a priori des erreurs nombreuses entachant tout travail de recherche. Seule une démarche rigoureuse, systématique et précise d’interrogation des conditions de production de la recherche permet éventuellement de ne pas sur-interpréter ou d’interpréter de manière erronée telle ou telle donnée produite par les institutions ou par les chercheurs.

  • 1 « Dès lors que les données, les preuves et les idées constituent vraiment un cercle de dépendance, (...)

5Evidence met ainsi la réflexivité au cœur de l’acte scientifique dans sa capacité à inciter les chercheuses et les chercheurs à sans cesse penser l’articulation cohérente entre données, preuves et théories. « Because data, evidence and ideas really do constitute a circle of dependencies, we can move in both directions around that circle » (p. 23)1.

6La deuxième partie de l’ouvrage consiste alors pour l’auteur à réaliser trois objectifs parallèles, connectés et complémentaires : identifier différentes erreurs pouvant entacher le processus de recherche ; réfléchir aux manières de s’en préserver au mieux dans une enquête, qu’elle soit plutôt de nature qualitative et inductive, ou plutôt de nature quantitative et déductive ; utiliser ces sources d’erreurs comme points d’appui dans la production de résultats sociologiques à la fois pertinents et originaux. La démonstration se fonde ainsi de manière particulièrement efficace sur de nombreux exemples empiriques passés — dont les travaux de Howard S. Becker et de son mentor Everett C. Hughes réalisés dans les années 1940 et 1950 — et récents — travaux menés aux États-Unis et en France, dont ceux de Howard S. Becker et Robert Faulkner sur les répertoires du jazz. Je ne donnerai ici qu’un seul exemple probant, tiré des pages entières consacrées à décortiquer les sources d’erreurs possibles identifiées à travers différentes enquêtes et les manières dont les chercheurs ont parfois réussi à les utiliser comme points d’appui à la production de résultats scientifiques de qualité.

7Si on s’intéresse à l’usage sociologique des statistiques sur la délinquance, le sociologue a certes intérêt à connaître ses conditions de production avant toute analyse afin d’éviter de les utiliser et de les interpréter de manière erronée dans sa recherche. Mais il peut aussi utiliser ce savoir pour mener des enquêtes originales sur l’activité policière. Ainsi, H. S. Becker discute plusieurs enquêtes prouvant que tout chiffre de la délinquance est d’abord le fruit de conditions organisationnelles, institutionnelles, sociales et politiques de comptage qui affectent grandement ce qui est compté comme délinquance dans une société donnée, et qui est finalement compté comme délinquante ou délinquant. À partir des travaux fondateurs d’Edwin Sutherland menés, dès les années 1940, sur les « crimes en col blanc » — et leur faible criminalisation sociale — et de différents travaux réflexifs menés depuis et portant sur les chiffres de la délinquance, Howard S. Becker illustre comment le sens à donner aux chiffres de la délinquance est bien différent de ses usages habituels — par exemple, la surreprésentation des personnes d’origine populaire dans ces chiffres est à interpréter comme le fruit de choix sociaux sur les crimes combattus plutôt que comme la seule expression de comportements délinquants de ces populations. Mais étudier les manières dont ces chiffres sont constitués en suivant l’activité quotidienne d’une unité de police peut aussi nourrir notre connaissance des conditions sociales, politiques, organisationnelles et institutionnelles de l’activité policière, comme l’illustre l’exemple de la recherche ethnographique menée par Peter Moskos aux États-Unis dans les années 2000, qui documente les manières dont les policiers choisissent, ou non, d’arrêter l’un ou l’autre délinquant au quotidien, loin d’un idéal faisant de l’activité policière un travail régulier, objectif et clairement défini.

8S’assurer de la qualité des données produites et du sens qui leur est donné par les sociologues est alors situé au cœur de l’activité scientifique. Que l’on étudie l’échec scolaire, les pratiques culturelles, la délinquance, les identités « ethniques », les populations sans domicile fixe ou l’activité musicale, on doit sans cesse interroger les données produites par l’enquête et le sens à leur attribuer. Lors de leur enquête sur les répertoires des musiciens de jazz menée aux États-Unis au cours des années 2000, Howard S. Becker et Robert Faulkner se sont ainsi progressivement rendu compte que leur connaissance intime du jazz des années 1940 et 1950 les rendaient peu sensibles aux nouveaux répertoires mis en place par les générations plus jeunes. Seule une prise de conscience de leurs biais cognitifs et sociaux leur a permis d’ouvrir leurs observations à d’autres conditions d’exercice de la musique et d’analyser les données ainsi produites de manière pertinente pour leur enquête.

9Pour H. S. Becker, l’erreur étant la règle, la capacité de l’identifier et de la travailler doit devenir l’effort premier à réaliser pour tout chercheur ou chercheuse, qui fera alors de l’erreur le fondement même de son acte de recherche afin, d’une part, d’éviter au mieux toutes les erreurs pouvant entacher son processus de recherche et, d’autre part, de tirer parti de ses inévitables erreurs pour asseoir son analyse sur des données de qualité.

10Pour conclure, cet ouvrage apparaît comme un livre particulièrement nécessaire pour ceux et celles qui décident de mener une activité de recherche scientifique en sociologie. Loin de toute controverse sans fondements, il indique plutôt aux unes et aux autres, exemples probants et efficaces à l’appui, tous les biais possibles pouvant entacher les résultats empiriques et théoriques d’une recherche. Mais surtout, suivant une pensée constructive, il montre comment faire pour passer de l’évitement de l’erreur possible à la production de résultats originaux et pertinents. Lors de la lecture d’un article, d’un ouvrage ou d’un mémoire, il oblige aussi le lecteur à poser la seule question qui compte en science : les résultats présentés sont-ils, oui ou non, fondés sur une recherche empirique de qualité ? Pour le dire autrement, les preuves mobilisées sont-elles probantes et peuvent-elles se voir donner le sens sociologique accordé par l’auteur, au-delà de notre seule affinité, ou non, avec les fondements théoriques de sa pensée ? Trop souvent encore, les sociologues s’interrogent plus sur l’intérêt d’un concept ou d’une théorie que sur ses fondements empiriques. À l’aube de ses 90 ans, Howard S. Becker continue à nous inciter à poser les bonnes questions dans la mise en œuvre de notre discipline et à nous donner les moyens concrets d’avancer dans la meilleure direction scientifique possible à l’avenir pour faire de la sociologie une discipline pertinente et originale en toute sérénité professionnelle, et hors de toute polémique stérile !

Haut de page

Notes

1 « Dès lors que les données, les preuves et les idées constituent vraiment un cercle de dépendance, nous pouvons nous déplacer autour de ce cercle, dans un sens comme dans l’autre » (NDLR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Buscatto, « Howard S. Becker, Evidence »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 1 | Janvier-Mars 2019, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14279 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.14279

Haut de page

Auteur

Marie Buscatto

Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S)
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne — CNRS
16, boulevard Carnot, 92340 Bourg La Reine, France
marie.buscatto[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search