Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sébastien Michon (dir.), Le Parlement européen au travail. Enquêtes sociologiques

Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2018, 242 p.
Guillaume Marrel
Référence(s) :

Sébastien Michon (dir.), Le Parlement européen au travail. Enquêtes sociologiques, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2018, 242 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1À quelques mois des élections européennes de 2019, la collection Res Publica des Presses universitaires de Rennes livre un stimulant collectif sur le travail parlementaire européen, dirigé par Sébastien Michon, chercheur au Centre national de la recherche scientifique. La publication rassemble onze textes, tirés d’un colloque organisé en novembre 2014 à Strasbourg et financé par le laboratoire SAGE (Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe). Hébergeant les trois-quarts des treize contributeurs de cette nouvelle sociologie du Parlement européen, ce laboratoire confirme la vitalité de l’expertise acquise dans l’étude du champ du pouvoir en Europe. Le lecteur dispose en fin de volume d’une solide bibliographie collective et de 24 pages d’annexes.

2Dans son introduction, S. Michon défend le projet d’une sociologie du Parlement européen au travail, fondée sur l’étude empirique de l’identité, des relations et de l’action concrète de l’ensemble des agents élus et non élus qui peuplent cet espace de pratiques, d’investissements, de spécialisation, de concurrence et de co-production législative. L’ouvrage offre ainsi une alternative aux travaux institutionnalistes et néo-institutionnalistes fidèlement recensés, et aux angles morts d’études trop souvent « quantitativistes », rationalistes ou culturalistes. Il prolonge le programme conceptuel d’une sociologie structurale du « champ de l’Eurocratie » défendu depuis le début des années 2000, autour de Didier Georgakakis, Niilo Kauppi ou Antonin Cohen. S. Michon pose cependant comme perspective inédite l’analyse conjointe de l’espace des pratiques et des positions des élus, mais aussi des entourages, assistants, stagiaires, fonctionnaires, administrateurs, agents des groupes et autres interlocuteurs à la Commission, dans les représentations permanentes et les groupes d’intérêt. Sans que cela ne se matérialise dans le sommaire, les neuf chapitres se structurent en deux parties : la première relative aux parlementaires rassemble les cinq premiers chapitres ; la seconde regroupe les quatre chapitres suivants autour des autres « permanents du champ de l’Eurocratie », dans les « coulisses » d’un Parlement appréhendé comme un véritable « monde social ». À l’exception des trois derniers chapitres, l’ensemble repose sur des enquêtes peu ethnographiques et constitue sans doute moins une « sociologie du travail au Parlement européen » (entendue comme une sociologie des activités et interactions plus ou moins codifiées et publicisées) qu’une première série de focales sur les dispositions et trajectoires d’une pluralité d’agents engagés en divers endroits de l’espace europarlementaire.

3Dans les deux premiers chapitres, Willy Beauvallet et Sébastien Michon, assistés de Julien Boelaert, Victor Lepaux et Céline Monicolle, revisitent le recrutement périphérique du Parlement européen et les logiques d’accès au leadership parlementaire, en exploitant les bases de données prosopographiques du laboratoire SAGE sur quatre législatures (1e, 6e, 7e et 8e) dans des approches diachroniques ou séquentielles, afin de saisir les propriétés, trajectoires et mobilisations des députés depuis 1979. Les auteurs inscrivent le recrutement et l’investissement parlementaire dans le champ du pouvoir communautaire. Ils soulignent l’engagement singulier des « élus en ascension politique » et la consolidation d’un groupe d’élus « permanents de l’Europe », qui s’explique moins par les variables individuelles que par le jeu structural des dispositions et positions articulant dimensions sociales, politiques et nationales. L’étude plus précise du leadership au Parlement européen (présidence, groupes, commissions) révèle quant à elle une distinction parmi les « spécialistes de l’Eurocratie » entre présidents de groupes et présidents de commissions, et une opposition dans le capital institutionnel transnational entre profil politique local et profil technique sectoriel.

4L’étude des usages du mandat européen se poursuit dans les trois chapitres suivants à partir d’enquêtes plus ciblées et davantage qualitatives. Cédric Pellen analyse la délégation polonaise depuis 2004 et examine l’intérêt singulier — notamment financier — que représente le mandat européen pour les élites nationales de ce pays. Soulignant l’hétérogénéité de l’investissement des 122 représentants polonais, il montre cependant comment les trajectoires sociales et politiques prédisposent encore une fois — au-delà de la nationalité — au leadership parlementaire. Laure Neumayer cible ensuite une mobilisation d’élus dans la production et les usages de la mémoire anticommuniste préparatoires au vote de la Résolution d’avril 2009 sur la conscience européenne et le totalitarisme. Elle identifie un groupe d’entrepreneurs de mémoire aux propriétés spécifiques qui se spécialisent et influencent les jeux de positions et la production d’un compromis fondé sur la dénationalisation des enjeux. Dans le chapitre 5, Hélène Michel et Victor Lepaux s’intéressent enfin aux sortants de la 7e législature non réélus en 2014, mettant en perspective pratiques parlementaires et trajectoires de reconversion, à partir d’un questionnement sur l’ampleur du phénomène d’« aller-retour » (revolving doors) entre représentation et lobbying. Avec 66 cas parmi les 366 non-réélus, la reconversion dans la défense d’intérêts privés reste minoritaire. Mais, limité aux élus les moins professionnalisés et peu insérés dans les vies politiques nationales, le lobbying permettrait d’attendre une échéance électorale ou de préparer une sortie de la vie politique, bien davantage que de progresser dans le champ de l’Eurocratie.

5La seconde partie de l’ouvrage s’applique à démontrer le caractère éminemment collectif et relationnel du travail parlementaire européen. Inspiré des travaux sur les assistants parlementaires, les chapitres 6 à 9 dévoilent un peu plus les structures de la division du travail d’assemblée à Bruxelles et Strasbourg et la discrète contribution législative de quatre autres catégories d’acteurs non élus. Francisco Roa Bastos s’intéresse d’abord à un échantillon de 104 agents des Europartis de 1974 à 2004. Principalement composés de fonctionnaires détachés du Parlement européen et affectés aux groupes politiques, ceux-ci constituent pour l’auteur les véritables « permanents de l’Europe », des professionnels certes dominés, mais vivant de et pour la construction d’un véritable espace partisan européen. Yoann Morival identifie ensuite les lobbyistes d’organisations patronales nationales comme une autre catégorie de « permanents du Parlement européen ». Il souligne leur spécialisation institutionnelle dans l’espace européen de la représentation d’intérêts, avec un capital social, des savoirs, des compétences, des pratiques spécifiques et en définitive un profil davantage politique que celui plus technique des lobbyistes de la Commission.

6Les deux derniers chapitres observent les relations de coopération et de concurrence des nébuleuses du travail législatif à partir de productions parlementaires. Yiorgos Vassalos suit la révision de la régulation des instruments financiers de l’Union entre 2012 et 2014 et montre l’intensité de la présence des groupes d’intérêt aux côtés des députés et la dépendance des élus à l’égard des plus puissants d’entre eux. Disposant de moyens humains et techniques considérables, et surtout du « capital bureaucratique spécifique à la régulation financière », le lobbying bancaire construit et impose le cadrage politique de la régulation législative. La dimension collective du travail parlementaire apparaît de manière encore plus évidence dans le dernier chapitre rédigé par Marylou Hamm à propos de la genèse du « rapport troïka » de 2014 sur la gestion de la crise financière de 2008 dans la zone euro par la Banque centrale européenne, la Commission et le Fonds monétaire international. Une fois encore, un petit groupe d’acteurs « de l’ombre » (assistants, agents de groupe et surtout administrateurs du staff de la commission des affaires économiques et monétaires) se retrouve au cœur des décisions, mène le jeu, stabilise les croyances légitimes et cadre les débats. L’examen de ces productions d’assemblée met ainsi en lumière ce que l’acte législatif de nature politique doit en amont aux luttes concurrentielles que se livrent de multiples acteurs aux positions et légitimités diverses, dans le sous-champ parlementaire de l’Eurocatie.

7Didier Georgakakis ne dit pas autre chose dans un retour conclusif et convaincant sur la contribution théorique de l’ouvrage, lorsqu’il rappelle la position ambivalente du Parlement, « en porte à faux » entre technocratie et démocratie. Le Parlement européen reste un sous-espace de l’Eurocratie, qu’il définit comme un « champ bureaucratique » au sens de Pierre Bourdieu, où, en relation avec de multiples d’agents situés, les parlementaires ne constituent rien d’autre qu’un type particulier de « bureaucrates » — des bureaucrates élus, en concurrence avec d’autres bureaucrates, fonctionnaires du public ou agents du privé, nationaux ou européanisés. Les contributions dévoilent ainsi la position à la fois dominée et ascendante d’une institution dont les agents sont en quelque sorte condamnés à dissimuler leurs investissements techniques et leur capital bureaucratique derrière l’affirmation qu’ils incarnent la démocratie européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Marrel, « Sébastien Michon (dir.), Le Parlement européen au travail. Enquêtes sociologiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 1 | Janvier-Mars 2019, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14322

Haut de page

Auteur

Guillaume Marrel

Université d’Avignon
74, rue Louis Pasteur, 84029 Avignon cedex 1, France
guillaume.marrel[at]univ-avignon.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals