Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 61 - n° 1Comptes rendusDominique Pécaud, L’esprit des rè...

Comptes rendus

Dominique Pécaud, L’esprit des règles. Regards sur l’activité policière

Octarès, Toulouse, 2018, 216 p.
Fabien Jobard
Référence(s) :

Dominique Pécaud, L’esprit des règles. Regards sur l’activité policière, Octarès, Toulouse, 2018, 216 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les regards sur l’activité policière que propose dans son ouvrage Dominique Pécaud, professeur de sociologie à l’Université de Nantes, sont le motif d’une petite surprise éditoriale. L’auteur rassemble dans ce bref ouvrage des « regards », soit une succession de 25 chapitres ordonnés en trois parties à grand peine distinctes (« Récits », « Récits et commentaires », « Un savoir pratique au risque de la procédure et du contrôle »), qui chacun propose de revenir sur « les règles », le plus souvent à partir de développements autour de conversations avec des policiers, au commissariat.

2Pour cette raison, l’ouvrage résiste à la présentation succincte : le lecteur a toutes les peines à distinguer l’ordonnancement du propos, la démonstration, le simple cheminement d’un raisonnement. Comme le dit l’auteur (p. 7), « des questions vont être posées ». Elles le sont en effet, qui se rapportent toutes au rapport de la règle et de sa mise en œuvre (« l’organisation juridico-rationnelle des activités ») et aux « rapports entre action et morale ». À ces questions seront offertes des affirmations aussi roboratives que vagues, sous les formulations les plus diverses : de « relier règles et efficacité de l’activité traduit l’évolution d’une vie sociale tendue vers plus de rationalité » (p. 48) à « d’une part, les normes peuvent apparaître comme de nouvelles règles, et, d’autre part, les règles peuvent finir par faire office de normes » (p. 194), en passant par « la différence entre activité légale et illégale ne peut s’établir ni au regard de la seule évaluation des formes que cette activité prend, ni [à celui] des effets qu’elle produit » (p. 73), le raisonnement progresse peu.

3Présenter l’ouvrage sous l’aspect de l’enquête réalisée ne sera pas plus aisé. L’ouvrage s’engage, dans la première partie, par un récit de terrain (« Ce matin, je quitte le commissariat avec deux policiers à bord d’un véhicule de patrouille », p. 15), le lecteur en sera quitte pour ce qui est de l’enquête, des conditions de sa réalisation, de sa durée, de la nature des services investigués, des entretiens menés, etc. Tout au plus apprendra-t-on du paratexte, en l’espèce une indication glissée en deuxième de couverture, que la publication « prend sa source dans une recherche financée par l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure », ce qui, compte tenu de la transformation de cet institut survenue en 2004, suggérerait une enquête commanditée il y a une quinzaine d’années. D’un entretien avec un policier évoquant un maintien de l’ordre violent lors d’une manifestation de pompiers, on serait tenté de comprendre que l’enquête s’est déroulée après 2006 — bien que des affrontements entre pompiers et policiers se soient également produits plus tard, par exemple à Nice en 2010. L’ouvrage offre ainsi l’avantage d’un beau jeu de piste avec ses lecteurs.

4La surprise est en revanche des plus réussies lorsque l’on considère l’effort de l’auteur pour ne pas accorder la moindre attention aux travaux existants sur la sociologie du travail policier. Deux travaux français font exception : les observations de Cédric Moreau de Bellaing (2009) sur la formation en école de police et le travail philosophique d’Hélène L’Heuillet sur la police (2001), bien que cette dernière ne soit en réalité employée qu’à rapporter les propos de David Bayley — et non (sic) Baylet — dans son article séminal de 1975. Cet effort suscite désarroi et admiration mêlés chez le lecteur, tant la sociologie de la police a été marquée, en France, par la figure de Dominique Monjardet qui, à ce qu’il semble d’une indication incidente de l’auteur (p. 192), partage avec ce dernier de s’être intéressé à la police après s’être consacré à la sociologie du travail industriel. Que de considérations déjà vues, lues, sues, eussent pu être épargnées au lecteur si D. Pécaud avait pris la peine de considérer les notions d’inversion hiérarchique ou d’involution des buts forgées par D. Monjardet (notamment dans les pages de cette revue) et considérées comme acquises par la communauté scientifique. L’auteur n’a pas plus considéré l’abondante sociologie anglophone du travail de patrouille de police depuis le travail fondateur de Michael Banton en 1964, The Policeman in the Community.

5En lieu et place, Dominique Pécaud recourt à diverses traditions philosophiques, notamment celle de Paul Ricoeur sur la justification, sans que le lien entre ces références et les extraits d’entretiens (nombreux et riches, mais jamais contextualisés) ne soit jamais bien clair, ni que la connaissance de la police ou des sociétés rationnelles-légales ne progresse vraiment. Il eût fallu à cette fin qu’à une problématique nettement formulée succèdent un état des travaux et une grille d’analyse conséquente des entretiens mais, bien que publiée dans une collection établie (« travail et activité humaine »), cette recherche n’a malheureusement pas bénéficié d’une telle attention.

Haut de page

Bibliographie

Bayley, D., 1975, The police and political development in Europe, in Tilly, C. (dir.), The Formation of National States in Western Europe, Princeton University Press, Princeton, p. 328-379.

L’Heuillet, H., 2001, Basse politique, haute police. Une approche historique et philosophique de la police, Fayard, Paris.

Moreau de Bellaing, C., 2009, Comment la violence vient aux policiers. École de police et enseignement de la violence légitime, Genèses, n° 75, p. 24-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Jobard, « Dominique Pécaud, L’esprit des règles. Regards sur l’activité policière »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 1 | Janvier-Mars 2019, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.14413

Haut de page

Auteur

Fabien Jobard

Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)
43, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
fabjob[at]cesdip.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search