Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Masure, Qu’est-ce que devenir Français ? Approche anthropologique de la nationalité

Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2014, 342 p.
Myriam Hachimi Alaoui
Référence(s) :

François Masure, Qu’est-ce que devenir Français ? Approche anthropologique de la nationalité, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2014, 342 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Trajectoires, Migration
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de l’article 9ter de la « loi pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif e (...)
  • 2 Songeons entre autres aux « guichets » de la naturalisation (Spire, 2005), aux « entretiens “d’assi (...)

1La manière dont l’adoption de l’amendement relatif au droit du sol à Mayotte1 a récemment fait débat illustre significativement les enjeux toujours d’actualité qui entourent l’acquisition de la nationalité française. S’y exprime la crainte que des individus nés par opportunité sur le territoire ne bénéficient indûment de la qualité de Français. Si elle prend des formes diverses, cette suspicion plane également sur les personnes qui s’engagent dans une procédure de naturalisation. C’est précisément à l’analyse de l’expérience vécue par ces Français « par acquisition » que l’ouvrage posthume de François Masure, intitulé Devenir Français ?, est consacré. Fondée sur son travail doctoral soutenu en 2007, cette recherche s’inscrit de façon originale dans les travaux sur la naturalisation qui, dans la lignée d’Abdelmalek Sayad, se sont développés depuis les années 2000 et questionnent, à partir d’objets différents2, la manière dont la communauté nationale érige ses frontières entre « Nous » et « les Autres ». F. Masure emprunte une perspective originale qui s’intéresse à la naturalisation à partir du point de vue de celles et ceux qui s’y soumettent. Il ne s’agit pas pour lui de s’interroger sur ce que signifie être Français, mais plutôt de comprendre le sens de l’expérience singulière et parfois douloureuse constituée par le passage du statut d’étranger à celui de national. L’auteur entend ainsi élucider les liens, les tensions et les contradictions entre le statut juridique et les définitions que chacun peut avoir de soi-même. L’ambition de ce « Français ordinaire », tel que se décrit le chercheur, est de rendre « familières » (p. 46) ces pratiques extraordinaires liées à la naturalisation, d’en saisir les logiques et les enjeux. C’est là le pari de cette « approche anthropologique de la naturalisation » annoncée dans le sous-titre de l’ouvrage — et ce pari est largement remporté.

2L’ouvrage, encadré par une préface d’Alban Bensa et une postface d’Abdellali Hajjat, est construit en deux temps. Une partie historique est consacrée à la genèse de la catégorie de la nationalité et permet de situer l’« ambiguïté inaugurale » (p. 87) qui travaille profondément la naturalisation. À peine la qualité de Français est-elle définie juridiquement avec le premier Code de la nationalité en 1889 que s’y adjoint une dimension morale dont les contours sont définis à l’aune de la désirabilité des étrangers.

3La seconde partie est consacrée à l’enquête de terrain et montre avec finesse la manière dont cette « ambiguïté » continue de marquer l’expérience sociale des naturalisés. La recherche s’appuie sur l’analyse de vingt-huit entretiens biographiques (avec 21 hommes et 7 femmes), répétés, qui ont été menés entre 2000 et 2007 à Paris et à Toulouse. Les larges extraits restitués dans l’ouvrage témoignent des grandes qualités de chercheur de F. Masure. Son empathie transparaît dans la confiance avec laquelle les femmes et les hommes interrogés se livrent sur les contradictions, les espoirs, les désillusions et les tourments que fait naître l’acquisition de la nationalité française. La notion de « carrière » empruntée aux sociologues américains Everett C. Hughes et Howard S. Becker est particulièrement féconde pour rendre compte des ajustements aux positions et aux rôles nouveaux qui résultent du passage du statut d’étranger à celui de Français. L’examen serré des « carrières morales » des naturalisés permet à F. Masure de montrer ce que la diversité des rapports au rôle d’étranger et de Français doit aux positions sociales, aux histoires migratoires et aux configurations familiales. C’est sans doute aux « enfants de l’immigration maghrébine » (p. 163), auxquels l’auteur consacre un chapitre entier, que la naturalisation pose les plus grands dilemmes : elle les expose à l’accusation de reniement et de trahison. Pour eux, arrivés très jeunes en France, comme pour l’ensemble des personnes rencontrées, l’acquisition de la nationalité française permet d’échapper à l’incertitude juridique qui pèse sur le statut d’étranger. Néanmoins, cette dimension déterminante de l’existence (résolution de problèmes de titres de séjour, facilité de travail, liberté de circulation, possibilité d’une vie familiale etc.) est « indicible » publiquement (p. 310). Tout le travail législatif et bureaucratique est là pour rappeler le caractère honorifique de l’acquisition de la nationalité française. Il est attendu des Français par acquisition qu’ils adhèrent à cette logique de l’honneur et c’est là, selon l’auteur, que « réside une distinction essentielle entre naturels et naturalisés » (p. 207). Le temps de la procédure est émaillé d’expériences humiliantes dont l’entretien d’assimilation constitue l’un des points culminants : il doit établir qu’on ne naturalise que des « déjà-Français [et il] vise à s’assurer de la rupture avec la communauté » (p. 217 et suivantes). Comment tout à la fois « ne pas trahir [et] mériter d’être Français en témoignant de la rupture avec la communauté d’origine » (p. 231) ?

4L’analyse des carrières morales des naturalisés montre que l’épreuve de la naturalisation ne s’arrête pas avec l’acquisition du statut de Français. Ce statut, et c’est là une des idées-forces de l’ouvrage, ne suffit pas à faire de ces Français naturalisés des « Français comme les autres ». Si un soupçon pèse sur tous, c’est sur les « immigrés naturalisés » qu’il pèse le plus lourdement, parce qu’ils ne peuvent effacer le « stigmate de la “couleur” » (p. 269) contre lequel la naturalisation ne peut rien. Le hiatus entre le statut juridique et la stigmatisation par-delà la qualité de Français constitue ainsi la source de profondes désillusions avec le risque « de ne plus être en mesure que de se percevoir dans l’épreuve des contradictions et d’être “étranger” à soi-même » (p. 312).

5La réussite de ce travail de recherche réside dans l’articulation maîtrisée entre anthropologie, histoire et sociologie qui permet non seulement de rendre compte avec finesse de la complexité du vécu des Français par acquisition mais aussi, par effet de miroir, de mettre au jour le regard que la communauté nationale porte sur ses nouveaux entrants, toujours disqualifiables. Cet ouvrage nous invite à demeurer vigilants sur les menaces que font peser les évolutions récentes du droit de la nationalité sur ces « étranges nationaux » (p. 311) qui, au-delà de la nationalité française, continuent d’être considérés comme des « Autres ».

Haut de page

Bibliographie

Hajjat, A., 2012, Les frontières de l’identité nationale. L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale, La Découverte, Paris.

Mazouz, S., 2017, La République et ses autres, ENS Éditions, Lyon.

Spire, A., 2005, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Grasset, Paris.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de l’article 9ter de la « loi pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie » adoptée en nouvelle lecture par l’Assemblée nationale le 26 juillet 2018.

2 Songeons entre autres aux « guichets » de la naturalisation (Spire, 2005), aux « entretiens “d’assimilation” » (Hajjat, 2012) ou aux cérémonies de naturalisation (Mazouz, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Hachimi Alaoui, « François Masure, Qu’est-ce que devenir Français ? Approche anthropologique de la nationalité », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 61 - n° 1 | Janvier-Mars 2019, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14442

Haut de page

Auteur

Myriam Hachimi Alaoui

Laboratoire IDEES-Le Havre – Identités et différenciations dans les espaces, les environnements et les sociétés (UMR CNRS 6266)
Université Le Havre Normandie, UFR Lettres et Sciences Humaines
25, rue Philippe Lebon, BP 1123, 76063 Le Havre Cedex, France
m.hachimialaoui[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals