Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Prix du jeune auteurLes ouvriers en Europe centrale :...

Prix du jeune auteur

Les ouvriers en Europe centrale : la dissolution d’une catégorie sociale dans les statistiques

Blue-collar workers in Central Europe: A vanishing social category in statistics
Marie Plessz
p. 340-358

Résumés

En Europe centrale le statut économique et symbolique des ouvriers s’est singulièrement dégradé avec la fin du communisme. Quelle est la visibilité des ouvriers dans les statistiques et les recherches sociologiques sous le communisme et après 1989 ? Les ouvriers en tant que catégorie sociale sont-ils d’autant plus visibles dans la production scientifique qu’ils ont des conditions d’existence propres et une identité collective forte ? Sous le communisme, il est difficile de parler de classe ouvrière, pour des raisons différentes en Pologne et en Tchécoslovaquie, alors même que les autorités communistes appuient leur légitimité sur ce groupe. Après 1989, on est frappé par l’invisibilité des ouvriers dans la statistique publique comme dans les publications sociologiques. L’adoption de la Classification internationale type des professions (CITP) en Europe centrale, et la façon dont les instituts nationaux de statistiques les mobilisent dans leurs publications, brouillent les limites de la catégorie d’ouvrier. Ensuite, les sociologues s’intéressent peu aux ouvriers après 1989 : nous proposons quelques explications à ces choix de recherche. Enfin, nous tirons parti des quelques travaux ethnographiques, publiés souvent par des chercheurs occidentaux, pour souligner l’ambiguïté des discours sociologiques sur les ouvriers. La comparaison entre la CITP et le code des Professions et catégories socio-professionnelles (PCS) montre l’intérêt et la difficulté pour les sociologues de construire des nomenclatures satisfaisantes pour eux et pour les instituts de statistiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article a été présenté au séminaire scientifique de l’Observatoire sociologique du changement l (...)

1La chute des régimes communistes en Europe centrale n’est pas seulement un coup dur porté à l’idéologie qui avait fait des ouvriers des héros et un moteur de l’histoire1. C’est aussi le début d’une crise économique profonde, accompagnée de restructurations d’entreprises et du renouvellement des formes de management. Dans le cadre d’une thèse sur la transformation postcommuniste, nous avons voulu décrire, par une revue de la littérature, le sort des ouvriers après 1989 et nous sommes heurtée à une impasse : les travaux sociologiques sur le sujet étaient bien maigres ! Le but de cet article est de comprendre pourquoi les sociologues se sont détournés de ce sujet, à travers une comparaison des situations matérielles et symboliques des ouvriers avant et après 1989, telles qu’on les déduit des publications sociologiques.

1. Introduction

2Le débat sur l’(in)existence des classes sociales – et en particulier de la classe ouvrière – a été particulièrement vif en sociologie et est régulièrement réactivé. En France, ce débat prend une dimension supplémentaire, d’ordre méthodologique, du fait d’une double tradition. L’intérêt des chercheurs français pour la façon dont les catégories statistiques ou légales façonnent et reflètent les représentations politiques, savantes ou ordinaires du monde social est particulièrement vivace, comme l’attestent les publications reconnues sur les catégories de chômeur (Topalov, 1994) ou de cadre (Boltanski, 1982 traduit en anglais en 1987). D’autre part, et en lien avec ce courant de réflexions, le code des Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS), représente un effort original et prolongé pour dépasser la simple nomenclature des professions et construire des regroupements qui aient du sens du point de vue des comportements et des conditions d’existence à la fois sur le marché du travail et dans les autres sphères d’activités (culture, politique, etc.) (Chenu, 1990 ; Desrosières et Thévenot, 1988). Les PCS sont régulièrement employées non seulement par la statistique publique qui les a élaborées, mais aussi par les sociologues ainsi que par les acteurs politiques, les partenaires sociaux ou les media. La réflexion sur les classes sociales a été fortement influencée par les catégories socioprofessionnelles, qu’elle utilise très régulièrement (Chauvel, 2001), et la moindre utilisation de cette nomenclature dans les publications récentes de l’Insee attire également l’attention et les réflexions des chercheurs (Pierru et Spire, 2008).

  • 2 Rappelons le théorème de Thomas : « If men define situations as real, they are real in their conseq (...)

3L’étude du groupe ouvrier en Europe centrale s’appuie avec fécondité sur cette double tradition française. En mettant en jeu d’autres classifications, souvent purement professionnelles (et non socioprofessionnelles), elle met en relief la spécificité des PCS, et donc du regard que le sociologue français peut jeter sur d’autres traditions statistiques et sociologiques. En montrant des évolutions très marquées par le contexte économique et politique, et leur écho dans le monde de la sociologie, elle suggère combien les angles morts de la recherche sociologique sont lourds de sens pour la façon dont une société se représente à elle-même et aux autres. Précisons cependant que nous ne supposons pas que la représentation des ouvriers en termes de classe serait bonne en soi : il ne s’agit pas de céder à la nostalgie d’une classe ouvrière qui « ne [serait] plus ce qu’elle n’a jamais été » (Cornu, 1995). Mais il est important de comprendre en quels termes cette catégorie est, ou n’est pas, perçue parce que les représentations sont toujours portées par des acteurs – politiques entre autres – et des institutions et que de ce fait, elles influencent la définition de la situation2 politique et sociale, des problèmes et des solutions envisageables. De ce point de vue, il n’est certainement pas indifférent que les acteurs aient une vision plutôt gradualiste ou plutôt catégorielle de la structure sociale. Nous essaierons donc tout d’abord de comprendre si la « classe ouvrière » existait en tant que classe sous le communisme, puis nous montrerons comment la catégorie d’ouvrier devient de plus en plus difficile à saisir dans les statistiques tchèques en particulier, avant de montrer le désintérêt des sociologues centre-européens pour une population ouvrière dont le statut objectif et symbolique s’est fortement détérioré. Afin de souligner la diversité de l’Europe centrale communiste et postcommuniste, nous centrons cette analyse sur deux pays contrastés, la Tchécoslovaquie (République tchèque à partir de 1993) et la Pologne.

2. Les ouvriers sous le communisme : fantasme et réalités

4Y avait-il une classe ouvrière sous le communisme ? La réponse à cette question dépend de trois éléments : la définition d’une « classe » que l’on retient bien sûr, mais aussi le pays observé et même la date à laquelle on se penche sur ce pays. La notion de classe implique presque toujours deux ordres de réalités, qui peuvent être plus ou moins hiérarchisés selon les auteurs. Le premier ordre est économique et renvoie à la position spécifique que les ouvriers occupent sur le marché du travail, dans la relation d’emploi et dans les entreprises, souvent aussi à leurs conditions matérielles d’existence ; le second est symbolique ou politique et renvoie aux identités collectives et au-delà, à la capacité de la classe à se mobiliser en tant qu’acteur collectif. C’est la distinction entre « situation de classe » et « action de classe » chez Max Weber, ou entre classe en soi et classe pour soi chez Karl Marx. Cette distinction nous sera très utile pour examiner successivement la classe ouvrière fantasmée par le gouvernement communiste, les existences ouvrières sous le communisme et enfin la capacité des ouvriers à se mobiliser en acteurs collectifs. Sur ces deux derniers points, les situations polonaise et tchécoslovaque contrastent.

2.1. Une classe fantasmée par les régimes socialistes

5Dans les pays socialistes la « dictature du prolétariat » est exercée par le parti communiste sur la société tout entière, au nom de la classe ouvrière. Celle-ci est en effet le dépositaire de la légitimité que lui confère le matérialisme historique. Par conséquent, les régimes communistes ne cessent de mettre en avant une classe ouvrière, mais c’est une classe ouvrière fantasmée, qui existe non pas tant « pour soi » que « pour eux », pour le pouvoir et par le pouvoir. La propagande officielle et les dispositifs institutionnels s’efforcent de rendre visibles les ouvriers en bons communistes, et les bons communistes en ouvriers. Ainsi les quotas à l’université favorisent les personnes qui peuvent se prévaloir d’une appartenance « ouvrière » mais cette appartenance est définie de façon très large : ce peut être un parent ouvrier ou simplement le fait d’avoir travaillé quelques mois comme ouvrier (Kreidl, 2005). De même, les statistiques officielles des partis communistes portent à croire que les définitions ont été élargies puisque la part des ouvriers y aurait augmenté de 40,2 à 46,2 % en Pologne entre 1964 et 1979 (Bafoil, 2000), alors même que les directives du parti ne cessent d’inciter les membres à recruter des ouvriers. Enfin bien sûr, toute la rhétorique des partis communistes tient pour évidente l’existence de cette classe ouvrière héroïque et mobilisée pour la construction du socialisme, incarnée sur les affiches par de jeunes gens souriants et enthousiastes, leurs outils à la main. Au final, la question de l’existence de la classe ouvrière ne peut pas se poser sous le communisme : ce n’est pas une question, c’est une nécessité idéologique et politique. La légitimité du régime en dépend. Pour se faire une opinion, il faut donc regarder hors des statistiques et des discours officiels, ou du moins dans leurs failles.

2.2. Réalités : des modes de vie de plus en plus convergents... vers la société de consommation

  • 3 « En 1979, un sondage réalisé en Pologne montrait qu’avant les salaires, c’est le plein-emploi qui (...)

6Quelles réalités peut-on entrevoir derrière cette mise en scène d’une classe par ses représentants autodésignés ? Commençons par évoquer leurs conditions matérielles d’existence. Un trait commun se dégage des deux pays étudiés, avec des nuances que nous évoquerons par la suite. Les ouvriers communistes forment un groupe social très « jeune » au sens où ses membres sont massivement issus de l’exode rural. Leurs modes de vie s’homogénéisent ensuite mais ils tendent de plus en plus vers un modèle qui n’est pas spécifiquement ouvrier, celui de la société de consommation. En effet, selon le dogme léniniste, la politique de développement économiste que doit adopter tout pays communiste est une industrialisation extensive, fondée sur l’accroissement de la main-d’œuvre. Cette politique permet également d’éloigner le spectre du chômage, un argument de propagande de tout premier plan pour les régimes socialistes3. Accroître très brutalement les effectifs ouvriers signifie donc que l’on puise largement dans les réservoirs de main-d’œuvre existants, et en tout premier lieu la main-d’œuvre agricole. Ainsi, en 1967 en Tchécoslovaquie, 37,5 % des ouvriers avaient un père paysan et 53,6 % avaient un père ouvrier. En Pologne, ces deux chiffres valaient respectivement 43,2 % et 50,4 % en 1972. D’après une enquête de 1963, un ouvrier polonais sur deux avait vécu à la campagne au moins jusqu’à l’âge de 14 ans (Gati et Triska, 1981). Ceci nous révèle à quel point la classe ouvrière était jeune et nouvelle en Europe centrale, en particulier en Pologne. En effet, vers 1930, il y avait en Pologne 64 % de paysans contre 37 % en Tchécoslovaquie (Gati et Triska, 1981). Pour ces personnes qui ont participé à l’exode rural, devenir ouvrier représente une mobilité sociale ascendante, et l’accès à un confort quotidien jusque-là inconnu – pour la qualité du logement notamment. Mais bon nombre de ces ouvriers polonais conservent de fortes attaches à la campagne, comme le montre le million d’ouvriers polonais (15 % du total) qui travaillent aussi sur une exploitation agricole en 1974 (Gatiet Triska, 1981). Ils ont également tendance à simplement déplacer leur mode de vie paysan dans leur nouvel espace urbain : par exemple, ils vivent essentiellement dans leur cuisine, ou ne vont pas au travail mais à l’Église les jours de fêtes religieuses (Bafoil, 2007). Cela signifie aussi que les ouvriers de la « seconde génération » nés en ville, ne ressembleront pas à leurs pères. En outre, le déplacement des frontières polonaises vers l’ouest a impliqué des mouvements de populations et des changements de nationalité qui troublent encore plus les identités collectives. La situation est légèrement différente en Tchécoslovaquie où l’industrie était plus importante avant-guerre et où l’idéologie communiste avait relativement prospéré sous les auspices de la démocratie. Une « classe ouvrière » qualifiée, politisée, existait donc déjà en particulier dans les régions les plus industrielles. D’autre part, la féminisation de la classe ouvrière, bien qu’elle se soit développée dans des secteurs d’activité souvent très spécifiques – en particulier dans le textile – et probablement avec une forte ségrégation professionnelle, contribue aussi à diminuer la cohérence des ouvriers comme groupe social.

  • 4 Selon M. Weber, les ouvriers seront plus exploités sous le communisme du fait de l’étatisation des (...)

7Sur la base de ces origines souvent rurales, l’usine, la ville et les organisations de masse socialisent progressivement ces ouvriers. Mais même au travail, leur communauté de destin est ambiguë. D’une part, la conscience aiguë de la « ligne des cols » qui sépare les ouvriers de « ceux qui sont assis » dans les bureaux (Bafoil, 2000 ; Haraszti, 1976) semble commune à tous les ouvriers. Michael Burawoy (1988) va plus loin en affirmant que les ouvriers des régimes communistes sont conscients du fait que le système ne fonctionne pas comme il le prétend et ne remplit pas ses engagements d’efficacité et d’équité. Cette « conscience critique » s’enracine profondément dans la position que les ouvriers occupent dans l’économie planifiée et dans l’entreprise d’État, autrement dit dans sa « situation de classe » pour reprendre le terme de Max Weber. De ce point de vue, il est frappant de constater la convergence entre les propos de M. Weber en 1920, qui prédisait une exploitation plus forte des ouvriers sous le communisme que sous le capitalisme4, et l’expérience du jeune Hongrois Miklos Haraszti (1976) qui gagne à peine de quoi vivre en travaillant comme un forcené sur deux machines à la fois dans une usine de pièces détachées. En outre, les collectifs de travail étaient souvent très soudés, l’organisation et la coopération étant nécessaires pour remplir les normes de production en situation de pénurie (Burawoy et Lukács, 1992).

8Mais, par ailleurs, les divisions sectorielles et en particulier la distinction entre entreprises prioritaires et non prioritaires dessinent des clivages profonds, que ce soit dans les niveaux de salaire ou dans les conditions d’accès aux biens rares comme le logement (Rowell, 2006). Ainsi Dominique Redor (1988) montre que la différence de salaire entre travailleurs manuels et non manuels est relativement faible, mais que la dispersion des gains est beaucoup plus forte parmi les travailleurs manuels. Enfin, dans les années 1980, la consommation a pris une valeur nouvelle dans les sociétés communistes, une valeur qui est partagée par tous ses membres, mais qui n’est pas toujours accessible aux ouvriers surtout non qualifiés. Le « socialisme du frigidaire » permet à un grand nombre de Hongrois d’y accéder, mais au prix de journées de travail très longues et souvent contradictoires avec les collectifs de travail. C’est que les Hongrois construisent leur résidence secondaire à la campagne avec des amis le week-end – souvent un simple chalet –, travaillent dans l’économie grise après l’usine, ou s’impliquent dans les VGMK, des collectifs de travail que l’entreprise paie à la tâche et qui utilisent les équipements de l’usine pour produire hors des horaires de travail. Ces collectifs sont fondés sur l’interconnaissance, le réseau personnel et les arrangements informels, et ils brouillent le jeu des collectifs de travail « officiels » – l’équipe, la brigade de travail, ou l’atelier –, créant des lignes de fracture entre ouvriers selon qu’ils sont ou non capables de se procurer de telles opportunités de gains (Burawoy, 1988 ; Szalai, 2006). De tels dispositifs ont également vu le jour en Pologne dans les années 1980, mais pas en Tchécoslovaquie. Or ces gains supplémentaires sont essentiels car ils permettent la consommation, une aspiration commune aux sociétés communistes et occidentales dans leur ensemble. Ainsi George Kolankiewicz (1981) souligne que la crise économique en Pologne dans les années 1970 n’a fait qu’aggraver les tensions autour de l’accès aux biens. En effet, les aspirations en matière de consommation matérielle convergent dans l’ensemble de la société, mais en situation de pénurie, les privilèges plus ou moins institutionnalisés et rarement légitimes de certaines franges de la main-d’œuvre – en particulier les ingénieurs, disposant de compétences techniques spécialisées – créent des crispations encore plus fortes.

9Ainsi dans les années 1950, les ouvriers n’ont rien d’une classe car leur socialisation est largement celle de ruraux sans qualification industrielle. La classe ouvrière préexistante en Tchécoslovaquie fait figure d’exception. Au cours du temps, les ouvriers sont sujets, d’une part, aux effets fédérateurs de leur position spécifique dans l’entreprise industrielle, des politiques centralisées dont ils sont l’objet et de la socialisation produite par les collectifs de travail institués et informels, et d’autre part, aux effets centrifuges des clivages institués entre différentes entreprises industrielles et de l’aspiration à la consommation qui pousse à chercher de menus profits en marge du travail à l’usine.

2.3. Les ouvriers, acteur collectif en puissance ?

  • 5 Même s’il ne fait aucun doute que les Polonais étaient spontanément assez hostiles au système commu (...)

10Quelle place, dès lors, pour les ouvriers comme acteur collectif en Pologne et en Tchécoslovaquie avant 1989 ? Ici le contraste entre les deux pays est particulièrement instructif. En effet, la Pologne a connu des mobilisations ouvrières de grande ampleur contre le régime communiste (1956, 1968, 1970–1971, 1976, et 1980–1981). Les ouvriers y sont de plus en plus organisés. Le KOR, comité de défense des ouvriers, naît en 1976 et Solidarité, premier syndicat indépendant dans le bloc communiste est fondé en mai 1981. Solidarité a constitué le point d’orgue de cette mobilisation ouvrière intense. Cependant, quelles sont les revendications des ouvriers ? Elles sont le plus souvent matérielles : protestations contre la hausse des normes de production ou la hausse des prix des biens de consommation de base, contre la modification des grilles de salaires, contre des dysfonctionnements de l’économie qui mettent en péril le versement des primes... Autrement dit, elles émergent des problèmes concrets du quotidien, non d’une remise en cause du système socialiste dans son ensemble et dans ses principes5. Au contraire en Tchécoslovaquie, les seules grandes grèves que l’on puisse noter ont lieu en 1953 à Plzenˇ ainsi qu’à Prague et Ostrava, les trois grandes régions industrielles tchèques, pour protester contre une réforme monétaire qui menace le pouvoir d’achat. En 1968 lors du Printemps de Prague, la population toute entière se mobilise essentiellement en réaction à l’entrée des troupes du Pacte de Varsovie dans le pays, pour défendre les réformes du gouvernement. Les Tchécoslovaques ne sont pas redescendus en nombre dans la rue avant 1989.

  • 6 Pour une analyse très fine de la dépendance mutuelle entre la direction des entreprises et les sala (...)

11Cette apathie signifie-t-elle que les ouvriers tchécoslovaques n’ont pas constitué un acteur collectif tout au long de la période communiste, eux qui avaient pourtant une culture ouvrière plus ancrée que leurs voisins polonais ? Il nous semble que cette lecture serait hâtive. Les ouvriers ont plutôt constitué en Tchécoslovaquie un acteur collectif potentiel, qu’il fallait se concilier. Dans les politiques sociales et économiques, il s’agissait justement d’éviter que la masse des travailleurs industriels ne se mobilise, quitte à reculer sur des réformes urgentes ou à les accompagner de primes généreuses. Les ouvriers sont donc une menace de troubles qui impose de savants dosages entre égalitarisme et stimulation de la productivité, entre la priorité à l’industrie lourde et la nécessité de fournir des biens de consommation6. En Tchécoslovaquie, une réforme visant à augmenter la dispersion des rémunérations pour accroître la productivité industrielle a ainsi été retirée, par peur de la grogne ouvrière (Parkin, 1969). En Pologne, des grèves ouvrières parfois violentes ont pu être déclenchées par une hausse du prix de la viande, en décembre 1970, hausse dont l’annulation quelques mois plus tard apporte une popularité inédite au nouveau leader polonais Edward Gierek. C’est que les aspirations à la consommation des Polonais – qui étaient bien souvent simplement le désir d’en finir avec les pénuries et le rationnement récurrent de tel ou tel produit des plus ordinaires (viande, pain, etc.) – ont constamment buté sur la mauvaise santé de l’économie et la priorité à l’industrie lourde.

12L’acteur collectif que constituent les ouvriers en Pologne s’est donc réalisé en partie à cause de l’incapacité du régime à garantir l’accès à ces biens, encore plus à satisfaire les aspirations à la consommation de masse des Polonais, de plus en plus conscients du décalage entre leur niveau de vie et le niveau de vie occidental. En Tchécoslovaquie, l’acteur collectif est resté une potentialité, une possibilité qu’il faut prendre en compte mais qui n’a pas trouvé de raison de se concrétiser dans des mobilisations collectives de grande ampleur. Plus précisément, la mobilisation polonaise s’appuie autant sur la frustration matérielle que sur des ressources idéologiques et identitaires fortes, plus polonaises qu’ouvrières. C’est ce qu’illustre Solidarité. Le syndicat regroupe les mécontentements ouvriers mais aussi paysans, opposés à la collectivisation et aux attaques contre l’Église, ainsi que les dissidences intellectuelles et catholiques. Le Forum civique de Václav Havel est au contraire l’organe d’une dissidence intellectuelle qui ne peut bâtir d’alliance avec la population ni sur un fond religieux – le parti communiste a au contraire connu une popularité réelle après 1945 –, ni sur des aspirations matérielles qui sont plutôt mieux satisfaites que dans les pays voisins.

13Pour conclure, les régimes communistes ont tous mis en avant, pour asseoir leur légitimité, des classes ouvrières largement fantasmées, qui seraient nombreuses, unies et mobilisées en faveur du régime. Les effectifs ouvriers étaient effectivement importants, mais le noyau, plus ou moins nombreux selon les pays, d’ouvriers de l’Entre-deux-guerres est vite submergé par les paysans qui participent à l’exode rural, et dans une moindre mesure par les femmes. Cette population qui partage une commune distance, objective et subjective, avec les « cols blancs », reste divisée par les lignes de clivages sectoriels ou entre entreprises, et par leur niveau de qualification qui recoupe bien souvent leur origine rurale ou urbaine. Cependant, au cours du temps, une aspiration vers la consommation de masse se dessine. Commune aux ouvriers, elle ne leur est pourtant pas spécifique et renvoie plus à un habitus de classe moyenne, assez individualiste, qu’à une « culture ouvrière » telle qu’on l’imagine généralement. Enfin, les ouvriers développent une « conscience critique » (Burawoy, 1988) qui se nourrit du décalage entre la mise en scène ritualisée du discours officiel sur l’économie et la réalité de son fonctionnement quotidien. Ceci fait d’eux un acteur collectif en puissance, dont la capacité à se mobiliser est parfaitement mesurée par les autorités mais généralement motivée par des problèmes d’ordre matériel, en particulier autour du niveau de vie. Les gouvernements communistes s’efforcent donc de plus en plus de satisfaire les aspirations à la consommation des ouvriers communistes, afin de préserver la paix sociale. Les grèves qui n’ont cessé d’agiter la Pologne illustrent ce qui se passe au contraire quand des ouvriers qui disposent de ressources identitaires – le catholicisme, l’identité polonaise rempart contre l’impiété et la barbarie russes –, organisationnelles – l’Église, puis Solidarité – et intellectuelles – la dissidence polonaise – sont confrontés à une pénurie persistante des biens les plus élémentaires. Pour cette raison, la « classe ouvrière » existait probablement plus en soi en Tchécoslovaquie qu’en Pologne communiste – tout en étant plus mobilisée, autour d’enjeux souvent matériels, en Pologne.

3. Après 1989 : les ouvriers invisibles ?

14À partir de 1989, l’identité ouvrière ainsi que les conditions objectives d’existence des ouvriers sont radicalement modifiées. L’idéologie qui en avait fait des « héros au pouvoir » (Bafoil, 2000) est profondément dévalorisée ; les restructurations et fermetures d’usines signifient pour beaucoup au mieux la préretraite, au pire le chômage. Or, quelle peut être l’identité d’un ouvrier chômeur ? La faiblesse des mobilisations et des affiliations syndicales et politiques des chômeurs en dit long sur l’absence de statut que signifie le chômage. Au cours de notre travail de recherche, notre première intention était de décrire les conditions d’existence actuelles des ouvriers, un angle mort dans la littérature sur la transformation postcommuniste. Confrontée à l’impossibilité de construire de telles données en particulier en République tchèque, nous suggérons ici que le premier fait concernant les ouvriers après 1989 est leur invisibilité. Cette invisibilité est d’abord statistique. Dans la nomenclature adoptée par l’Union européenne, la CITP (Classification internationale type des professions, ISCO en anglais), les frontières de la catégorie ouvrière sont brouillées ; or cette nomenclature a été massivement adoptée par la statistique publique centre-européenne après 1989. Mais même dans le monde académique, on constate une certaine cécité des chercheurs, dont il faudra chercher les limites et les explications. Nous passerons ensuite en revue ce que les rares auteurs qui ont étudié la question nous disent sur les ouvriers après 1989.

3.1. Le flou statistique autour des ouvriers aujourd’hui

15Erzsébet Szalai (2006) estime que les ouvriers « représentent 40 % de la société hongroise », mais ne précise pas comment elle obtient ce chiffre, avec quelle nomenclature et sur quelles données. Que l’on puisse lancer de telles affirmations sans même se référer à des données de la statistique publique en dit long sur le flou qui entoure la place des ouvriers dans les sociétés postcommunistes, ne serait-ce que du point de vue quantitatif.

16En effet, pour pouvoir compter et décrire la catégorie des ouvriers, il faut disposer de l’information sur les professions à un niveau de détail suffisant, sur un vaste échantillon afin de réduire les marges d’erreur. On pense typiquement aux recensements ou aux Labour force surveys (LFS, Enquêtes sur la force de travail de l’Union européenne, qui se basent sur les enquêtes Emploi en France). Toutes les nomenclatures de professions contiennent, à leur niveau le plus détaillé, les professions qui constituent le groupe ouvrier, mais les données sont rarement présentées à ce niveau de détail : tout l’intérêt d’une classification professionnelle réside dans l’agrégation des professions en grands groupes.

17En Europe centrale après 1989, les offices nationaux de la statistique ont rapidement adopté le code CITP qu’Eurostat utilise pour présenter les résultats des LFS. Ainsi, en France, l’enquête Emploi est recueillie à l’aide des PCS, puis les PCS sont converties par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) en codes CITP. En Europe centrale, il n’y a pas de nomenclature « native », si ce n’est la version nationale de la CITP qui consiste pour l’essentiel en sa traduction. En République tchèque, l’Institut de statistique publie en 1992 une grille de passage de sa classification JKZ, révisée en 1985, vers la CITP et abandonne définitivement la nomenclature nationale (Bureau fédéral de statistiques tchécoslovaque, 1992). En Pologne, la nomenclature SKZ avait été mise au point en 1974 et révisée en 1978 par les sociologues Michal Pohoski et Kazimierz Słomczyński, proches des sociologues stratificationnistes anglo-saxons (Pohoski et al., 1974). Encore utilisée en même temps que la CITP pour coder la profession dans des enquêtes sociologiques quantitatives en 1994, elle est malgré tout progressivement abandonnée y compris par le monde académique. Dans ces nomenclatures de l’époque communiste, les ouvriers étaient toujours soigneusement séparés des professions des services ou de l’agriculture. Au contraire dans la CITP les ouvriers apparaissent dans trois grands groupes et les ouvriers non qualifiés sont regroupés avec les ouvriers agricoles, comme en France, mais aussi avec les employés non qualifiés. À ce stade, une comparaison avec les PCS est éclairante, comme le montre le Tableau 1.

18Les PCS et la CITP ont deux points communs : au niveau le plus agrégé, les ouvriers agricoles sont regroupés avec les ouvriers de l’industrie alors que ces deux catégories étaient séparées dans les nomenclatures communistes que nous avons consultées. D’autre part, PCS et CITP distinguent les ouvriers de type artisanal des ouvriers de type industriel – le groupe 8 de la CITP –, pour lesquels la division du travail est plus forte. Toutefois, dans la CITP cette distinction disparaît pour les ouvriers non qualifiés.

  • 7 La CITP répond en effet à des ambitions bien différentes des PCS : 1) elle doit être pertinente dan (...)

19La différence majeure entre PCS et CITP est que cette dernière nomenclature exclut explicitement le statut d’emploi (salarié, indépendant, etc.) comme critère de classement. Il est clairement précisé dans la documentation qu’un travailleur indépendant dont les tâches quotidiennes seraient celles d’un ouvrier doit être classé avec les ouvriers de son corps de métier7. Or la tradition sociologique fait du statut de salarié un élément structurant de la condition ouvrière.

20Dans la CITP, les ouvriers sont répartis dans trois grands groupes, le groupe 7 (artisans et ouvriers des métiers de type artisanal), le groupe 8 (conducteurs d’installations et de machines et ouvriers de l’assemblage) qui est le seul à contenir uniquement des ouvriers, et le groupe 9 (ouvriers et employés non qualifiés). La principale difficulté pour utiliser la CITP si l’on travaille sur les ouvriers réside dans l’inclusion, dans les groupes 7 et 9, de positions professionnelles qu’il est délicat de qualifier d’ouvrières. Dans le groupe 7 sont inclus des artisans : si l’on admet que le salariat est un trait constitutif de la condition ouvrière, il faudrait donc disposer de l’information sur le statut d’emploi. D’autre part, si l’on examine en détail les professions contenues dans ce groupe, on constate une très forte hétérogénéité. Ainsi, au sein du sous-groupe 71, on retrouve aussi bien les mineurs que les ouvriers du bâtiment, deux types d’ouvriers très différents. Les sous-groupes 72 et 73, en revanche, mêlent des professions susceptibles d’employer des ouvriers de métier, qualifiés, ayant une forte tradition d’identité ouvrière, comme le mouleur ou le réparateur d’instruments de précision, et des professions plus hétéroclites comme l’accordeur d’instruments de musique ou l’homme-grenouille. En revanche, dans le groupe 9, il faut utiliser la nomenclature à deux chiffres pour séparer les travailleurs non qualifiés de l’industrie, des ouvriers agricoles et des employés. Enfin, le statut conceptuel du secteur d’activité dans les PCS et la CITP semble légèrement différent. Pour la CITP, le regroupement de professions appartenant au même secteur est présenté comme le résultat du rapprochement de professions sur la base des tâches et des compétences requises, tandis que pour les PCS, il semble acquis que l’on peut s’appuyer sur l’activité de l’entreprise pour coder la profession, même si bien évidemment les deux informations ne coïncident pas.

Tableau 1. Les ouvriers dans les PCS et dans la CITP-88.

Tableau 1. Les ouvriers dans les PCS et dans la CITP-88.

Site Internet de l’Insee et Desrosières et Thévenot (1988) pour les PCS, Birch et Elias (1994) pour la CITP-88 (COM).

21Nous avons eu accès aux microdonnées des Labour Force Surveys par le biais d’EQUALSOC. Ces données ont été regroupées, harmonisées et anonymisées par Eurostat. Les informations qui restent dans la base de données sont considérablement appauvries. Ainsi, toutes les informations sur les revenus ont été retirées. Le code CITP est tronqué après le second chiffre : si ceci nous laisse la possibilité d’identifier les ouvriers – grâce à l’information sur le statut d’emploi –, c’est insuffisant si l’on veut évaluer l’existence de clivages fondés sur l’activité professionnelle au sein de la catégorie ouvrière.

  • 8 Nous avons travaillé sur le second trimestre de chaque année civile. Il n’y a pas d’information sur (...)

22Pour isoler les ouvriers, nous avons repéré les professions ouvrières grâce à la CITP : ce sont les groupes 7 et 8 et le sous-groupe 93. En outre, pour clarifier le rôle de la branche d’activité dans l’identification des ouvriers, nous avons restreint la population aux personnes travaillant dans les mines, les transports, l’industrie, la construction et l’énergie. Les ouvriers ainsi définis représentent, de 1997 à 20048, une part constante et non négligeable de la population en emploi centre-européenne : 32 % en République tchèque, 30 % en Hongrie, 24 % en Pologne. En France, avec cette définition, on trouve 20 % d’ouvriers jusqu’en 2002, puis 18 %, du fait d’un changement dans la grille de passage des PCS au code CITP. Ceci sous-évalue d’environ 4 points la population ouvrière telle qu’on la trouve dans le groupe 6, ouvriers agricoles inclus, des PCS sur les mêmes données. Parmi ces ouvriers, il reste de 8 %, en Pologne, à 12 %, en République tchèque, d’indépendants ou chefs d’entreprise : la CITP même codée à deux chiffres n’est donc pas suffisante pour identifier les ouvriers.

23Or, si la statistique publique nationale ou européenne propose quelques tableaux soit à ce niveau de détail, soit croisant la CITP à un chiffre avec le statut d’emploi, les deux ne sont à notre connaissance jamais faits conjointement. Il s’avère donc impossible d’utiliser les tableaux publiés par les instituts de statistique publique pour compter et a fortiori caractériser la catégorie ouvrière.

  • 9 La classification Erickson-Goldthorpe-Portocarrero (EGP) fait figure de référence hors de France. E (...)

24Certes, les enquêtes de stratification sociale conçues par les chercheurs en sciences sociales ont souvent recours à des nomenclatures plus pertinentes pour les sociologues. L’enquête Social Stratification in Eastern Europe de 1993, par exemple, permet d’identifier les ouvriers (routine manual workers) au sens de la classification EGP9. Mais les effectifs de quelques milliers de personnes contenus dans l’échantillon nous paraissent insuffisants pour des statistiques descriptives.

25Restent les microdonnées des LFS, qui sont difficilement accessibles aux chercheurs centre-européens. En effet, les instituts de statistiques accordent très rarement l’accès à ces données aux chercheurs issus du monde académique, ou les vendent à prix d’or. Nos discussions avec des collègues des deux pays et avec des employés de ces instituts statistiques suggèrent que les Tchèques veillent encore plus jalousement que leurs voisins sur ces enquêtes. L’un des moyens les plus simples d’accéder aux données des LFS semble être l’appartenance à une institution membre du réseau d’excellence européen EQUALSOC (Economic change, quality of life and social cohesion). Or aucune institution centre-européenne, à l’exception de l’université de Tartu, en Estonie, n’est membre de ce réseau. Si quelques chercheurs polonais et hongrois participent aux activités du groupe et peuvent accéder aux données à ce titre, les Tchèques sont absents du dispositif.

  • 10 Pour une discussion plus détaillée de la féminisation des secteurs avant et après 1989, voir : Pail (...)

26Parmi les ouvriers centre-européens, on compte environ un quart de femmes, un peu moins en Pologne (20 %) sans doute en raison de l’importance persistante du secteur minier. Cette proportion est légèrement plus élevée qu’en France, et peut s’expliquer de deux façons : une féminisation des métiers ouvriers qui signerait le déclin de ces professions, ou une spécificité liée au développement de la structure de l’emploi en Europe centrale10. En effet, alors qu’en France les femmes accèdent à l’emploi à un moment où les emplois de services se développent rapidement, en Europe centrale, ce sont les emplois industriels qui sont alors en expansion très forte. Ceci est compatible avec la très forte segmentation des emplois industriels en secteurs masculins et féminins, mais les nomenclatures utilisées dans les LFS ne sont pas assez détaillées pour nous permettre d’approfondir la question. Au final, dans les années 2000, on compte parmi les hommes en emploi 43 % d’ouvriers en République tchèque, 41 % en Hongrie et aux alentours de 34 % en Pologne alors que parmi les femmes on dénombre respectivement, 17 %, 17 %et 10 % d’ouvrières.

27Toutefois, au-delà de ce décompte, les données des LFS ne permettent guère de qualifier la situation des ouvriers sur le marché du travail ou dans les sociétés centre-européennes : les ouvriers sont plus souvent en contrat à durée indéterminée (CDI) que les autres personnes en emploi et leur temps de travail hebdomadaire est légèrement supérieur à la moyenne nationale. Ceci suggère qu’il y a moins de temps partiels parmi les ouvriers. Leur répartition par âge est très proche de celle de l’ensemble des actifs, peut-être très légèrement décalée vers les groupes plus jeunes. Ceci avait déjà été constaté et expliqué par Peter M. Blau et Otis D. Duncan : les emplois ouvriers surtout peu qualifiés sont souvent occupés par des jeunes qui entrent sur le marché du travail et peuvent ensuite bénéficier de promotions (Blau et Duncan, 1967).

28Le groupe ouvrier semble ainsi s’être dissous dans la statistique publique. Le choix de la CITP comme seule classification des professions dans les données de la statistique publique contribue à opacifier les limites du groupe ouvrier. L’impossibilité de passer avec rigueur du code CITP à une classification comme EGP sans mobiliser une autre variable rendant compte du statut d’emploi montre que la CITP est probablement inappropriée pour un travail sociologique, car les grands groupes qu’elle dessine laissent dans l’ombre des variables essentielles de structuration des professions en groupes socioprofessionnels, le statut de salarié en constituant l’exemple le plus frappant. Sur le plan de la conception des nomenclatures professionnelles, faut-il ici mettre en cause le principe même d’une nomenclature qui se veut unidimensionnelle ? Est-ce la dimension choisie pour la CITP qui la rend si peu pertinente pour le sociologue en quête d’un outil de description efficace ? Le problème réside-t-il au contraire dans l’usage fait de cette nomenclature unidimensionnelle qui, de fait, est rarement croisée avec les autres dimensions de la position professionnelle dans les publications statistiques ?

29Quoi qu’il en soit, la statistique publique centre-européenne présente un angle mort autour des ouvriers qu’aucune publication ne permet de compter. Les données détaillées accessibles à un petit nombre de chercheurs sont si fortement anonymisées qu’elles obligent à une gymnastique complexe de recodage dont le résultat est incertain – quant à sa fécondité, étant donné la quantité d’informations qui a été retirée du fichier, on peut en douter. Ces sources semblent encore moins accessibles aux chercheurs tchèques qu’aux chercheurs polonais car ils sont moins impliqués dans les réseaux de recherche internationaux et en position de faiblesse plus marquée dans leurs négociations avec l’institut tchèque de statistique (Lefèvre, 1992 ; Plessz, 2009). Mais l’invisibilité statistique des ouvriers – qui constituent toujours près d’un tiers de la population en emploi en Europe centrale – ne renvoie-t-elle pas aussi au faible intérêt des sociologues pour un groupe social en situation de fort déclassement collectif ?

3.2. Cécité des chercheurs ?

30Nous avons tenté d’évaluer l’intérêt que les chercheurs en sociologie pouvaient porter aux ouvriers dans leurs publications, avant et après 1989. Pour cela, nous avons construit un indicateur extrêmement simple. Nous avons fait une recherche sur les titres des articles publiés dans deux grandes revues de sociologie polonaise et tchèque. Les revues retenues ont été : Studia Socjologiczne pour la Pologne, publiée par l’Institut de philosophie et de sociologie, et la Sociologický časopis/Czech Sociological Review en République tchèque, publiée par l’Institut de sociologie.

  • 11 http://www.csa.com/factsheets/socioabs-set-c.php
  • 12 Ce terme qui existe aussi en tchèque est à l’origine du mot français robot, inventé par l’auteur tc (...)

31Nous avons cherché, dans les titres d’articles publiés dans ces revues et archivés par Sociological Abstracts11, les occurrences du terme « ouvrier » comme adjectif ou comme substantif, en tchèque pour la revue tchèque, en polonais pour la revue polonaise. Alors qu’en anglais il n’y a pas de mot unique synonyme d’ouvrier – on emploie le plus souvent manual worker ou blue-collar worker –, le polonais et le tchèque ont un substantif équivalent au mot français. Toutefois, dans ces deux langues slaves la racine sur laquelle le terme est formé diffère : en tchèque dělník – prononcer dielniik – renvoie à dílo, le travail, l’ouvrage. En polonais, robotnik vient de robota, la corvée12.

  • 13 La même recherche effectuée sur les résumés donne des résultats similaires.

32Nous avons donc recherché dans les titres13 des articles des revues tchèque et polonaise, respectivement les chaînes de caractères dělník- et robotn- ce qui permet de capter toutes les déclinaisons d’ouvrier comme substantif et comme adjectif. Cet indicateur rudimentaire est forcément imparfait, d’une part, parce que les sociologues publient aussi des livres, d’autre part, parce que les revues que nous avons sélectionnées ne couvrent pas tout le champ de la sociologie ; en particulier la sociologie qualitative est peut-être sous-représentée. Mais notre mesure bibliographique n’a pas pour but de rendre compte précisément de toute la recherche qui a pu se faire sur les ouvriers, plutôt de saisir des évolutions. Pour compenser le possible biais en faveur des méthodes quantitatives et des thèmes liés à la structure sociale, en particulier dans la Czech Sociological Review, nous avons également passé en revue les tables des matières de la revue Biograf, revue fondée en 1994 par Zdeněk Konopásek (2000) et présentée comme un « Journal not only for biographical and reflexive sociology ». Nous n’avons trouvé aucune occurrence du mot « ouvrier », comme substantif ou comme adjectif dans les titres d’articles publiés par cette revue. Les résultats de cette analyse lexicale sont présentés dans le Tableau 2.

Tableau 2. Titres d’articles contenant « ouvrier » dans deux revues polonaise et tchèque.

Czech Sociological Review

Studia socjologiczne

Première année référencée

1965

1961

Titre le plus ancien contenant « ouvrier »

1983

1963

Nombre de titres avant 1989

23

21

Nombre de titres après 1989

2

1

Total

25

22

Calculs de l’auteur à partir de la base de données bibliographiques Sociological abstracts.

  • 14 On peut s’étonner que les ouvriers apparaissent subitement dans la Revue tchèque de sociologie au d (...)
  • 15 M. Burawoy qui se décrit comme « unrepentant marxist » écrit ainsi : « The working class may betray (...)

33Comment interpréter alors le désintérêt, voire le refus d’intérêt de la part des chercheurs d’Europe centrale à l’égard des ouvriers ?14 La première explication, la plus évidente, est sans doute le rejet des catégories et des thèmes marxistes (Sztompka, 2002), mêlé au soulagement de pouvoir choisir son objet d’études et donc de laisser derrière soi un objet que le régime socialiste avait sans doute beaucoup encouragé. Mais au-delà de ce rejet du passé, le regard des chercheurs s’est spontanément porté vers des groupes sociaux nouveaux, qui ont émergé de la transformation, qu’ils soient les signes de son ambivalence ou la marque de sa réussite. On s’est donc beaucoup intéressé aux chômeurs, à la pauvreté ou aux entrepreneurs. Il y a parmi eux d’anciens ouvriers, mais ces derniers ne sont pas identifiés comme tels. Enfin, le financement de la recherche se fait de plus en plus en Europe centrale sous la forme de financement sur projets, par appels d’offres d’un organisme national ou supranational, l’Union européenne entre autres. Cela est vrai aussi en France, mais en Europe centrale les salaires des chercheurs étant encore plus modestes, obtenir de tels crédits de recherche est essentiel. Or ces financements sont orientés vers des thématiques particulières. L’Union européenne, par exemple, finance beaucoup de projets sur la société civile ou sur l’impact des politiques sociales – inégalités de genre et d’origine ethnique, minorités, pauvreté, chômage, etc. Si les relations professionnelles sont un sujet porteur, les ouvriers eux ne le sont pas. La plupart des publications sur les ouvriers sont donc l’œuvre de chercheurs souvent étrangers (Michael Burawoy, Katherine Verdery, François Bafoil), souvent de gauche ou du moins critiques avec une inspiration marxiste (M. Burawoy15, E. Szalai).

34Enfin, un dernier niveau d’explication peut être proposé. Il renvoie à la faiblesse des porte-parole des ouvriers après 1989. Proposer une lecture de la structure sociale qui fasse une place aux ouvriers en tant qu’ouvriers – et non en tant que population peu qualifiée, ou particulièrement vulnérable au chômage et à la pauvreté, ou comme « perdants de la transition » – n’a en effet rien d’évident. Luc Boltanski suggère ainsi qu’en France :

« La division de la société en classes sociales, le fait que ce principe de classification et ce facteur d’inégalités l’emportaient sur les autres, se présentait aussi pour nous [sociologues proches de Pierre Bourdieu] comme une cause, la cause des classes sociales, dont il fallait assurer la défense contre ceux qui en niaient l’importance ou en prédisaient la fin comme pour mieux les effacer de la perception collective, les rendre invisibles. » (Boltanski, 2008).

35Ainsi, selon L. Boltanski, la représentation en termes de classes pâtit du « nouvel esprit » du capitalisme qui émerge en France dans les années 1980–1990 et qui « n’a pas eu pour conséquence une diminution du poids relatif de l’État mais la mise en place d’une nouvelle formule d’État dont la notion même de classe sociale était absente » (Boltanski, 2008, p. 132). La désyndicalisation et l’affaiblissement du parti communiste ont également joué un rôle. Or qu’observe-t-on en Europe centrale ? L’affaiblissement des syndicats est patent au point qu’on a parlé de labour quiescence (Crowley et Ost, 2001). En effet, les syndicats perdent leur légitimité du fait de leur positionnement idéologique contradictoire – ils ne peuvent se réclamer du marxisme pour s’opposer au patronat mais doivent se démarquer de leur ancien rôle de « courroie de transmission » –, de leurs marges de manœuvre très étroites – ils se contentent bien souvent d’essayer d’endiguer les licenciements, ce qui ne saurait satisfaire leur base –, et des difficultés qu’il y a à négocier avec un patronat éclaté, changeant et très méfiant. En outre, les restructurations, les créations d’entreprises et en particulier des petites et moyennes entreprises (PME) ont fortement réduit l’implantation des syndicats. Même Solidarité en Pologne n’a pas résisté aux premières années de démocratie : gouverner et instaurer la « thérapie de choc » lui a attiré l’antipathie de beaucoup d’ouvriers, puis le syndicat s’est divisé en courants et partis hétéroclites. Quant aux mobilisations collectives, après 1989, elles ont été peu nombreuses en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Hongrie–à la différence de la Roumanie, par exemple, dont les mineurs ont régulièrement fait parler d’eux. Enfin, si le « nouvel esprit du capitalisme » français est aveugle aux classes, que dire de « l’esprit du nouveau capitalisme » centre-européen, qui se construit contre le régime communiste arc-bouté, justement, à une vision du social et du politique en termes de classes ?

36Ainsi, une multitude de facteurs se renforcent mutuellement pour rendre les ouvriers invisibles dans les sociétés postcommunistes. Ils ont peu d’intérêt pour les chercheurs, ils sont absents des statistiques et ils manquent de porte-parole dans l’espace public, un espace public où les représentations pertinentes de la société ne sauraient emprunter des catégories chères au régime socialiste. Cependant, comme nous l’avons dit, quelques chercheurs, étrangers à l’Europe centrale pour la plupart, ont écrit sur les ouvriers.

3.3. L’ambiguïté des discours sociologiques sur les ouvriers

37Que nous apprennent les travaux consacrés aux ouvriers ? Il faut y relever au moins deux ambiguïtés. Tout d’abord ces chercheurs relèvent l’appauvrissement des ouvriers, leur perte de pouvoir et de statut sur le lieu de travail et dans la société et au final leur relative apathie politique. Mais cette situation est-elle spécifique aux ouvriers ? Ainsi E. Szalai (2006) met en relief les nouveaux clivages au sein de la population ouvrière, clivages selon des critères sectoriels propres à une économie capitaliste tournée vers les exportations, mais aussi clivages générationnels. Les jeunes sont moins amers qu’apathiques et refusent l’identité d’ouvrier. Francois Bafoil (2000), Burawoy et Verdery (1999) soulignent l’accélération des cadences et la crainte d’être licencié.

38Mais Stéphane Portet suggère que la relation d’emploi est devenue plus prenante et en même temps plus précaire pour la plupart des Polonais, pas seulement pour les ouvriers. La paralysie des syndicats, si elle nuit beaucoup aux ouvriers, est également très pénalisante pour les employés des grandes entreprises de services – supermarchés, sociétés de nettoyage, etc. Enfin, la menace du chômage, dans un pays comme la Pologne, pèse sur la grande majorité des salariés surtout si leur niveau d’éducation est faible (Portet, 2006). La situation des ouvriers est-elle vraiment un cas à part ? Et donc, la distinction des ouvriers, parmi la masse des salariés d’exécution peu qualifiés a-t-elle encore un sens ? Nous nous contenterons de donner un chiffre, tout rudimentaire qu’il soit. Dans les données des LFS de 2003, nous avons rapporté la part de chômeurs ayant auparavant occupé un emploi industriel à la part d’actifs actuellement occupés dans l’industrie, en regroupant les secteurs de l’industrie, des mines et de la construction. Ce chiffre, qui vaut en 2004, 1,22 en République tchèque, 1,25 en Hongrie et 1,32 en Pologne, témoigne de la surreprésentation d’un passé industriel parmi les chômeurs. Autrement dit, il semble bien que l’industrie ait plus souvent licencié et que ces chômeurs aient moins que les autres trouvé un nouvel emploi. La situation de fragilité des ouvriers n’est donc peut-être pas spécifique à ces derniers, mais elle semble plus marquée pour eux que pour les autres actifs.

39D’autre part, il se dégage de tous ces travaux l’impression que « c’était mieux avant ». Cependant, les formes de cette nostalgie sont très proches non seulement de ce qu’on peut lire à propos des ouvriers français (Beaud et Pialoux, 1999 ; Monchatre, 2004), mais aussi, sous la plume d’un Michael Burawoy (1988) de la part d’ouvriers hongrois dans les années 1980. La perte de pouvoir des syndicats et partant la difficulté à se faire représenter est partout mentionnée (Kramer, 1995). La place prise par des machines plus riches en technologies, qui rendent les vieux savoir-faire inutiles et justifient une « logique des compétences » contre l’ancienne logique de l’ancienneté est dénoncée par les ouvriers interrogés (Bafoil, 2000). La position de force des patrons pour imposer des licenciements ou repousser des hausses de salaire paraît insurmontable. Pour Erzsébet Szalai (2006) l’exploitation est maintenant « totale » car la vulnérabilité, la pauvreté et l’atomisation des ouvriers a augmenté. Mais ces éléments ne sauraient surprendre le lecteur français, pour qui ils sont déjà familiers. Comment expliquer le parallélisme des situations ? F. Bafoil (2000) cherche des explications à la nostalgie ouvrière du communisme – nostalgie bien compartimentée : on ne regrette pas le communisme en bloc mais certains de ses aspects. Il évoque pour cela l’habitus forgé sous le communisme et les logiques d’action des ouvriers, qui font qu’ils ne perçoivent pas la situation comme la direction des usines voudraient qu’ils le fassent. E. Szalai (2006) avance l’idée que le rapport de classe qui s’est instauré en Hongrie après 1989 n’est pas né directement du contexte hongrois, il est aussi largement importé par les multinationales dans un environnement mondialisé : selon elle, devant l’épuisement des sources de profit, les « élites économiques » internationales ont cherché à briser les acquis sociaux du capitalisme ainsi que les « expérimentations collectives » telles que le socialisme, et c’est dans ce monde que la Hongrie fait sa transition au capitalisme.

40Plus surprenante peut-être est la proximité que l’on peut noter entre des discours tenus après 1989 et des propos recueillis dans une aciérie hongroise par M. Burawoy dans les années 1980 :

« [...] “L’expérience comptait vraiment. Maintenant n’importe quel paysan sans qualification venant d’une coopérative peut être fondeur”. Joszi, 45 ans, le plus vieux de la brigade, dont le père avait été une grande figure des laminoirs, dit qu’il ne souhaiterait jamais que son fils suive ses traces. [...] [Ils gardent] la nostalgie d’un rythme de travail qu’ils pouvaient contrôler. La vie était plus dure mais plus humaine » (Burawoy, 1988).

41Qui pourrait croire que ces propos ont été recueillis avant 1989 ? Les ouvriers ne savent-ils donc que se plaindre ? Le changement est-il toujours un défi trop insurmontable pour eux ? Les sociologues prêtent-ils une oreille trop complaisante à cette nostalgie d’un passé qui « n’a jamais été » (Cornu, 1995) ? Certes non. Elisabeth Dunn en donne un exemple dans un entretien avec une syndicaliste polonaise dans une usine agro-alimentaire :

« “You can’t say that all was bad under socialism. What was bad under socialism will be bad under capitalism, and it has to go. What was good under socialism will be good now, and it has to stay [...] This was really a good firm. We made profits, and that has to stay [...].” [...] She, like many other workers, believes that parts of the way work was organized under socialism are, in fact, suitable for use under the new constraints of the capitalist enterprise. » (Dunn, 1999).

42Elle montre ensuite comment les ouvriers sont à leur aise dans le travail en « flux tendu » promu par le nouveau management de l’entreprise, qui requiert de changer fréquemment de poste de travail et donc non seulement de maîtriser toutes les tâches mais aussi d’anticiper sur la prochaine activité afin de ne pas perdre de temps. Ce que le management présente comme une nouvelle organisation du travail, les ouvriers se l’approprient en réinterprétant leur expérience du socialisme, quand il fallait adapter la production non pas à la demande mais aux livraisons des coopératives agricoles, dont le contenu et la qualité étaient imprévisibles.

43Selon E. Dunn, donc, la référence fréquente au passé socialiste ne doit pas être comprise comme une nostalgie ou un refus des changements, mais comme une ressource pour résister aux catégories projetées sur les ouvriers par les directions des entreprises persuadées de la rupture radicale entre le capitalisme flexible et « moderne » et le socialisme rigide, irrationnel et obsolète. Ce n’est pas « le socialisme » dans sa totalité qui est valorisé, ce sont certains éléments qui sont réutilisés pour se réapproprier son travail et valoriser son identité. Mais dans ce va-et-vient constant entre passé et présent, les ouvriers courent le risque de rester identifiés au socialisme et donc au passé.

44Pour conclure, l’absence de visibilité statistique et d’attrait académique que présentent les ouvriers ne saurait surprendre. En effet, si leur situation est dans l’ensemble sûrement pire que celle des autres salariés – en termes de risque de chômage en particulier –, elle ne semble pas forcément leur être spécifique. L’intérêt heuristique de la séparation entre les ouvriers et les autres salariés d’exécution peut même à bon droit être questionné. Cependant, ne faut-il pas inverser le raisonnement en suggérant que l’absence de catégories statistiques et de travaux de recherche sur cette catégorie la rend justement invisible ? Le découpage en classes sociales, groupes sociaux ou catégories sociales est peut-être plus démodé dans les travaux de recherche et de statistique qu’inopérant dans la réalité sociale, mais à l’inverse, le travail de mise en forme du social par la statistique publique et par les sociologues n’est pas sans conséquences sur le statut des groupes sociaux et leur capacité à défendre leurs intérêts (Pierru et Spire, 2008). Enfin, ce travail a montré que les relations que les sociologues parviennent à établir avec les offices nationaux ou supranationaux de statistique sont essentielles car elles peuvent procurer aux sociologues des données riches sur des échantillons de bonne qualité – cas français –, mais aussi au contraire, aboutir à produire à grands frais des informations peu pertinentes pour la sociologie – cas tchèque et dans une certaine mesure cas Eurostat. Ainsi, la position institutionnelle de la sociologie conditionne étroitement sa capacité à produire un discours pertinent à la fois pour ses récepteurs et pour sa propre culture professionnelle. On pourrait alors caractériser les contextes polonais et tchécoslovaque par le fait que les sociologues ont perdu prise sur les nomenclatures professionnelles face à des instituts statistiques jaloux d’une indépendance nouvelle et tournés en priorité vers leur partenaire à l’échelle européenne : Eurostat. La spécificité de la France résiderait moins dans un hypothétique goût français pour une approche en termes de classes, que dans l’élaboration d’une nomenclature qui satisfasse à la fois les exigences de la statistique publique et celles des sociologues.

Haut de page

Bibliographie

Bafoil, F., 2000. La classe ouvrière postcommuniste. Des « héros au pouvoir » à l’exclusion des « petites gens ». Genèses 39, 74–97.

Bafoil, F. (Ed.), 2007. La Pologne. Fayard, Paris.

Beaud, S., Pialoux, M., 1999. Retour sur la condition ouvrière : enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard. Fayard, Paris.

Blau, P.M., Duncan, O.D., 1967. The American Occupational Structure. Wiley, New York.

Boltanski, L., 1982. Les cadres : la formation d’un groupe social. Éditions de Minuit, Paris.

Boltanski, L., 2008. Rendre la réalité inacceptable : à propos de « La production de l’idéologie dominante ». Démopolis, Paris.

Burawoy, M., 1988. Peindre le socialisme. Actes de la recherche en sciences sociales 75 (1), 75–82.

Burawoy, M., 2002. What Happened to the Working Class? Errors of an Unrepentant Marxist. Research in Social Stratification and Mobility 19, 69–76 [Special issue, The Future of Market Transition].

Burawoy, M., Lukács, J., 1992. The Radiant Past: Ideology and Reality in Hungary’s Road to Capitalism. University of Chicago Press, Chicago.

Burawoy, M., Verdery, K. (Eds.), 1999. Uncertain Transition: Ethnographies of Change in the Postsocialist World. Rowman & Littlefield, Lanham.

Bureau fédéral de statistiques tchécoslovaque, 1992. Klasifikace zaměstnání [Classification des professions]. Bureau fédéral de statistiques tchécoslovaque, Prague.

Chauvel, L., 2001. Le retour des classes sociales ? Revue de l’OFCE 79, 314–359.

Chenu, A., 1990. L’archipel des employés. Insee, Paris.

Cornu, R., 1995. Nostalgie du sociologue : la classe ouvrière n’est plus ce qu’elle n’a jamais été. In: Deniot, J., Dutheil, C. (Eds.), Métamorphoses ouvrières : actes du colloque du LERSCO, Nantes, octobre 1992, tome 2. L’Harmattan, Paris, pp. 345–353.

Crowley, S., 1997. Hot Coal, Cold Steel : Russian and Ukrainian Workers from the End of the Soviet Union to the Postcommunist Transformations. University of Michigan Press, Ann Arbor.

Crowley, S., Ost, D., 2001. Workers after Workers’ States: Labor and Politics in Postcommunist Eastern Europe. Rowman & Littlefield, Lanham.

Desrosières, A., Thévenot, L., 1988. Les catégories socioprofessionnelles. La Découverte, Paris.

Dunn, E., 1999. Slick Salesmen and Simple People: Negotiated Capitalism in a Privatized Polish firm. In: Burawoy, M., Verdery, K. (Eds.), Uncertain Transition, Ethnographies of Change in the Postsocialist World. Rowman and Littlefield, Lanham, pp. 125–150.

Erikson, R., Goldthorpe, J.H., Portocarero, L., 1979. Intergenerational Class Mobility in Three Western European Societies. British Journal of Sociology 30 (4), 415–441 [Special issue, Current Research on Social Stratification].

Elias, P., Birch, M., 1994. Harmonisation des classifications des professions : CITP-88 (COM). Office statistique des communautés européennes, sl. http://www2.warwick.ac.uk/fac/soc/ier/research/isco88/frenchisco.doc.

Gati, C., Triska, J.F. (Eds.), 1981. Blue-Collar Workers in Eastern Europe. Allen & Unwin, Londres.

Haraszti, M., 1976. Salaire aux pièces : ouvrier dans un pays de l’Est. Seuil, Paris.

Kolankiewicz, G., 1981. Poland, 1980: the Working Class under “Anomic Socialism”. In: Gati, C., Triska, J.F. (Eds.), Blue-Collar Workers in Eastern Europe. Allen & Unwin, Londres, pp. 136–156.

Konopásek, Z. (Ed.), 2000. Our Lives as Database: Doing a Sociology of Ourselves, Czech Social Transitions in Auto-biographical Research Dialogues. Charles University Press, Prague.

Kramer, M., 1995. Polish Workers and the Post-communist Transition, 1989–1993. Communist and Post-Communist Studies 28 (1), 71–114.

Kreidl, M., 2005. Educating Communist Cadres: School Re-entry and Sponsored Educational Mobility in State Socialism. CCPR Working Paper Series, California Center for Population Research.

Lefèvre, C., 1992. Pologne–Tchécoslovaquie : transition économique et sociale, statistique en mouvement. Insee, Paris.

Monchatre, S., 2004. De l’ouvrier à l’opérateur : chronique d’une conversion. Revue Française de Sociologie 45 (1), 69–102.

Pailhé, A., 1998. L’offre de travail des femmes en Europe centrale dans la transformation systémique. Revue d’études comparatives Est-Ouest 29 (2), 11–40.

Parkin, F., 1969. Class stratification in socialist societies. British Journal of Sociology 20 (4), 355–374.

Pevalin, D., Rose, D., 2002. The National Statistics Socioeconomic Classification: Unifying Official and Sociological Approaches to the Conceptualisation and Measurement of Social Class in the United Kingdom. Sociétés Contemporaines 45–46 (1–2), 75–106.

Pierru, E., Spire, A., 2008. Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles. Revue Française de Sociologie Politique 58 (3), 457–481.

Plessz, M., 2009. Stratification sociale et générations en Europe centrale postcommuniste. Thèse de sociologie, Sciences Po, Paris.

Pohoski, M., Milczarek, K., Słomczyński, K.M., 1974. Społeczna klasyfikacja zawodów [Classification sociale des professions]. Institut de philosophie et de sociologie de l’Académie des sciences de Pologne, Varsovie.

Portet, S., 2006. Les paradoxes de la flexibilité du temps de travail en Pologne. Thèse de sociologie, Université de Toulouse-Le Mirail, Toulouse.

Redor, D., 1988. Les inégalités de salaires à l’Est et à l’Ouest. Economica, Paris.

Rowell, J., 2006. Le totalitarisme au concret : les politiques du logement en RDA. Economica, Paris.

Szalai, E., 2006. Ouvriers, relations de propriété et structure sociale. La nouvelle alternative 21 (69–70), 171–183.

Sztompka, P., 2002. The Condition of Sociology in East-Central Europe. In: Kaase, M., Sparschuch, V., Wenninger, A. (Eds.), Three Social Science Disciplines in Central and Eastern Europe: Handbook on Economics, Political Science and Sociology (1989–2001). Lit Verlag, Berlin, pp. 548–558.

Topalov, C., 1994. Naissance du chômeur, 1880–1910. Albin Michel, Paris.

Weber, M., 2004. Œuvres politiques (1895–1919), discours sur « Le socialisme ». Albin Michel, Paris, pp. 457–491.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été présenté au séminaire scientifique de l’Observatoire sociologique du changement le 6 février 2009. Nous remercions en particulier Sophie Pochic et Violaine Delteil pour leurs relectures et leurs nombreux conseils. Nous remercions également le jury du Prix du Jeune Auteur de la revue Sociologie du travail pour les suggestions faites.

2 Rappelons le théorème de Thomas : « If men define situations as real, they are real in their consequences ».

3 « En 1979, un sondage réalisé en Pologne montrait qu’avant les salaires, c’est le plein-emploi qui constituait l’élément décisif du soutien accordé au socialisme » (Bafoil, 2000).

4 Selon M. Weber, les ouvriers seront plus exploités sous le communisme du fait de l’étatisation des biens de production (Weber, 2004).

5 Même s’il ne fait aucun doute que les Polonais étaient spontanément assez hostiles au système communiste, athée et imposé par les Russes.

6 Pour une analyse très fine de la dépendance mutuelle entre la direction des entreprises et les salariés de la production, de son degré variable selon les secteurs et de ses conséquences sur les mobilisations collectives avant et après 1991 en URSS, voir : (Crowley, 1997).

7 La CITP répond en effet à des ambitions bien différentes des PCS : 1) elle doit être pertinente dans tous les pays, y compris des sociétés très peu industrialisées ; 2) les PCS sont conçues comme un construit multidimensionnel alors que la CITP vise la « clarté conceptuelle » (Pevalin et Rose, 2002), c’est-à-dire qu’une variable doit renvoyer à un seul concept, d’autres variables captant les autres dimensions du phénomène.

8 Nous avons travaillé sur le second trimestre de chaque année civile. Il n’y a pas d’information sur le code CITP en Pologne avant 2000, ni en Hongrie en 1998 et 1999, nous n’avons donc pas d’information sur les ouvriers à ces dates.

9 La classification Erickson-Goldthorpe-Portocarrero (EGP) fait figure de référence hors de France. Elle est probablement la représentation d’une structure de classe la plus proche des PCS même si son esprit est légèrement différent puisqu’elle se bâtit sur la notion de « relation d’emploi » (Erikson et al., 1979).

10 Pour une discussion plus détaillée de la féminisation des secteurs avant et après 1989, voir : Pailhé, 1998.

11 http://www.csa.com/factsheets/socioabs-set-c.php

12 Ce terme qui existe aussi en tchèque est à l’origine du mot français robot, inventé par l’auteur tchécoslovaque Karel Čapek dans une pièce de théâtre écrite en 1920.

13 La même recherche effectuée sur les résumés donne des résultats similaires.

14 On peut s’étonner que les ouvriers apparaissent subitement dans la Revue tchèque de sociologie au début des années 1980. Les articles des numéros des années 1965–1966 font presque tous référence au monde du travail industriel et semblent orientés vers la résolution des problèmes visibles dans le fonctionnement de l’économie socialiste. Cette perspective est manifestement la réponse à une demande des autorités inquiètes de la crise économique du début des années 1960.

15 M. Burawoy qui se décrit comme « unrepentant marxist » écrit ainsi : « The working class may betray the intellectuals’ hopes and aspirations for emancipation, but this is no reason for intellectuals as a group to then return the favor by betraying the working class, that is by abandoning the working class for some other class upon which it can ride to power. To turn from the working class to the study of elites and policies because they appear to be forging history is to abandon the critical perspective of the subaltern » (Burawoy, 2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les ouvriers dans les PCS et dans la CITP-88.
Crédits Site Internet de l’Insee et Desrosières et Thévenot (1988) pour les PCS, Birch et Elias (1994) pour la CITP-88 (COM).
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/14721/img-1.png
Fichier image/png, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Plessz, « Les ouvriers en Europe centrale : la dissolution d’une catégorie sociale dans les statistiques », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 340-358.

Référence électronique

Marie Plessz, « Les ouvriers en Europe centrale : la dissolution d’une catégorie sociale dans les statistiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14721 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.14721

Haut de page

Auteur

Marie Plessz

Observatoire sociologique du changement, Sciences Po/CNRS, 27, rue Saint-Guillaume, 75337 Paris cedex, France
INRA-ALISS, 65, boulevard de Brandebourg, 94205 Ivry-sur-Seine, France
Marie.Plessz[at]ivry.inra.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search