Navigation – Plan du site
Articles

Le travail vu par les assistés : éléments pour une sociologie des politiques d’insertion

Work as seen by welfare beneficiaries: For a sociology of integration policies
Nicolas Duvoux
p. 389-408

Résumés

Cet article vise à clarifier les relations de l’assistance et du travail du point de vue des usagers de l’assistance pris en charge dans le cadre de politiques d’insertion. À partir d’un matériau recueilli lors d’enquêtes menées par entretiens semi-directifs (70) auprès d’allocataires du revenu minimum d’insertion (RMI) ayant un contrat d’insertion en cours de validité dans trois collectivités territoriales franciliennes entre 2005 et 2007, il montre que leurs relations au travail sont différenciées et procèdent de relations à la norme d’autonomie, de résistances au stigmate et à la culpabilisation distinctes car en grande partie dépendantes des caractéristiques sociodémographiques et des parcours des publics très hétérogènes du RMI. Trois types de relations à l’insertion sont ainsi repérés qui permettent une vérification empirique du postulat de la difficulté des catégories les moins dotées à s’approprier la norme d’autonomie individuelle dont la diffusion est aujourd’hui généralisée.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 2000, le débat social et l’action publique en matière de chômage et d’inactivité se sont polarisés sur les relations qu’entretiennent les dispositifs de protection sociale et le travail. L’idée que les mécanismes d’indemnisation du chômage, qu’ils soient directement conçus à cet effet – indemnisation dont les règles sont définies par les conventions Unedic – ou non – par les minima sociaux –, produisent une désincitation à la reprise d’un emploi du fait d’un écart trop faible entre le taux de couverture qu’ils assurent lors des périodes d’inactivité et les gains possibles sur le marché du travail, n’a cessé d’orienter les réformes et les discours politiques qui les ont accompagnés. Or, si comme le présuppose la thèse des « trappes d’inactivité », les acteurs calculent les pertes et les gains, il a été démontré (Dubet et Vérétout, 2001) que ces calculs comportent des dimensions sociales, morales, culturelles qui rendaient le modèle du seul calcul économique inopérant pour rendre compte des choix effectués en situation par les allocataires. Ces choix sont déterminés par d’autres variables que le calcul monétaire (Deroyon et al., 2008).

2Bien qu’elle ait été largement invalidée scientifiquement, la thématique de la désincitation au travail n’en continue pas moins de produire des effets réels. Elle a en effet justifié une transformation des politiques sociales allant dans le sens d’un renforcement de l’idée de contrepartie au droit social et donc d’un renforcement des exigences explicites ou implicites portant sur les individus les plus défavorisés. Elle a ainsi contribué à accroître l’injonction à l’autonomie présente dans le contrat d’insertion du revenu minimum d’insertion (RMI) (Castel, 1995, p. 763). Ce droit institué en 1988 était en effet double : à un revenu versé par la collectivité à l’individu sans contrepartie, il liait un droit à la participation sociale. Ce second droit a été formalisé dans un contrat d’insertion. Même si ce contrat n’a jamais été conçu comme un instrument juridique à proprement parler (Lafore, 1989), il a néanmoins cristallisé, au travers du rapport singulier d’un intervenant avec un usager, les « engagements réciproques » de l’individu et de la collectivité, définis sur une base large et visant à prendre en compte une diversité de problématiques tenant certes à l’emploi mais également à la santé, à la participation sociale, à la citoyenneté, etc. Cependant, appliquée à des individus dépourvus des supports sociaux nécessaires pour la mettre en œuvre, la norme d’autonomie engendre le développement d’une injonction paradoxale. Elle l’est à double titre. Matériellement d’une part, puisque les allocataires sont, du simple fait de leur statut, incapables de répondre à l’injonction d’être autonomes. D’autre part, d’un point de vue symbolique, l’intériorisation des normes promues par l’institution peut conduire les individus à se dévaloriser eux-mêmes et donc à s’enfermer dans une forme de dépendance (Dubet, 2005).

3L’idée de désincitation a donc justifié les réformes récentes des politiques d’insertion, notamment le revenu minimum d’activité en 2003 ou encore le revenu de solidarité active qui a remplacé le RMI à partir du 1er juin 2009. Celles-ci ont conduit, outre le renforcement des exigences envers les allocataires, à un rétrécissement du contenu de cette norme d’autonomie désormais identifiée à l’accès et au retour à l’emploi. La justification implicite ou explicite de ces réformes a bien été que les allocataires procédaient à un arbitrage travail/loisir et que la structure d’incitation devait être revue pour éviter l’aléa moral dans le recours aux prestations. En conséquence, la collectivité doit s’évertuer à corriger ces comportements par l’application plus stricte du mécanisme contractuel, c’est-à-dire en procédant notamment à des suspensions – non-renouvellement du contrat – en cas de refus d’une ou plusieurs propositions d’emploi. En retour, le soupçon sur la bonne volonté des allocataires s’est amplifié, le sens commun présumant que le loisir était en toutes circonstances préféré au travail dès lors que celui-ci n’était pas ou trop peu rentable d’un point de vue monétaire.

4Dans la mesure où la question de l’accès et du retour à l’emploi donne son contenu à la norme d’autonomie du contrat d’insertion, étudier la représentation subjective que les allocataires de minima sociaux ont du travail doit permettre de clarifier les logiques sociales différenciées qui permettent de rendre compte de leur présence dans le dispositif. Il est possible de substituer un usage scientifique déterminé de la notion de désincitation à un usage idéologique généralisé de cette notion. Ainsi, alors que les aspects institutionnels des transformations des politiques sociales ont été bien analysés et que l’étude des relations au stigmate de l’assistance a fait l’objet de nombreux travaux, aucune étude n’avait, à notre connaissance, articulé ces deux problématiques dans le contexte français. C’est ce que nous visons en étudiant la façon dont les usagers des politiques d’insertion se représentent la norme institutionnelle d’autonomie et l’incitation au travail qu’elle contient. Il s’agit pour nous d’une part d’apporter une vérification empirique au postulat de la difficulté des catégories les moins dotées à s’approprier cette norme dont la diffusion est aujourd’hui généralisée (Castel, 1995). D’autre part, nous pourrons alors produire des différenciations dans les modalités d’appropriation de cette norme par les publics aujourd’hui très hétérogènes de l’assistance et comprendre les rapports au travail différenciés qu’elles impliquent.

5Cet article repose sur l’analyse d’un matériau recueilli lors d’enquêtes menées par entretiens semi-directifs auprès d’allocataires du RMI ayant un contrat d’insertion en cours de validité dans trois collectivités territoriales franciliennes entre 2005 et 2007. Il vise à clarifier les relations de l’assistance et du travail du point de vue des usagers de l’assistance pris en charge dans le cadre de politiques d’insertion. Plus précisément, il s’agit de montrer d’une part que les relations au travail des allocataires du RMI sous contrat d’insertion sont différenciées et procèdent de relations à la norme d’autonomie et de résistances au stigmate et à la culpabilisation (Gruel, 1985) distinctes car en grande partie dépendantes des caractéristiques sociodémographiques et des parcours des enquêtés. D’autre part, il s’agit d’étudier comment les relations de négociation entre les usagers et les travailleurs sociaux sont déterminées par le rapport à l’emploi et à la norme d’autonomie du contrat.

6Nous mettrons d’abord en perspective la recherche sur la relation au travail des allocataires du RMI dans le cadre des politiques d’insertion par rapport à la littérature existante et nous expliciterons les modalités de réalisation et de traitement de l’enquête qualitative qui a permis de recueillir un matériau d’entretiens (70 retenus, voir Tableau 1). Ensuite, nous présenterons la typologie élaborée à partir de ce matériau dans une perspective qui articulera les relations à la norme d’autonomie du contrat d’insertion, les relations au travail et aux travailleurs sociaux chargés d’assurer la mise en relation des allocataires au travail via l’intériorisation de la norme d’autonomie et d’un encadrement institutionnel personnalisé.

Tableau 1. Synthèse des déterminants sociodémographiques des enquêtés en fonction des types définis.

Tableau 1. Synthèse des déterminants sociodémographiques des enquêtés en fonction des types définis.

Prof. : professionnel.

1. La contrainte de l’insertion

7Le travail entrepris sur les relations des allocataires du RMI avec les normes d’autonomie et l’incitation à la reprise d’emploi des politiques d’insertion s’inscrit dans la continuité de travaux de sociologie compréhensive de l’expérience vécue du non emploi et des relations aux statuts de l’État-providence (Schnapper, 1989 ; Paugam, 1991).

8La nouveauté de la configuration historique dans laquelle se déroulent les relations d’assistance résulte de la promotion de la norme d’autonomie individuelle par les institutions. D’une part, en incitant les différents publics à entrer dans des relations régulières et contractuelles avec les services sociaux, celles-ci opèrent une généralisation de ce que Georg Simmel (1998 [1902]) appelait la condition d’assisté, alors qu’avant la généralisation des politiques d’insertion, les bénéficiaires de l’aide sociale les plus proches de l’emploi échappaient relativement à cette emprise institutionnelle (Paugam, 1991). D’autre part, cette évolution contribue à délégitimer la valeur de l’ayant droit qui était jusqu’ici au cœur de la justification de l’installation dans le statut d’assisté (Messu, 1989). Ainsi, la mobilisation de la norme d’autonomie conduit à l’ouverture à la fois d’un droit à la parole dans l’insertion et d’une incitation au travail. Or, la seconde peut se révéler contradictoire avec la première dans la mesure où les emplois disponibles ne correspondent pas nécessairement aux emplois envisagés.

9Sur le premier point, les institutions ont accompagné, autant qu’elles ont produit, une transformation des publics et de la société dans laquelle la relation d’assistance prend sens. Sur les enjeux du RMI, Robert Lafore (1989) indiquait que, par le contrat d’insertion, le législateur s’était donné comme horizon l’avènement d’une société contractuelle où les relations d’assistance seraient des relations de réciprocité, même si cette représentation lui semblait plus constituer une visée ultime que la réalité actuelle. Les travaux en sciences sociales étudiant les relations des populations les plus vulnérables aux institutions reflètent d’ailleurs ces mutations en même temps qu’ils les ont amplifiées. Alors qu’une vision du travail social essentiellement normalisatrice prévalait dans les années 1970 (Donzelot, 1977 ; verdès-Leroux, 1978), les chercheurs ont ensuite davantage mis l’accent sur les marges de manœuvre des individus dans la définition de leur identité au cours de leurs interactions avec les représentants des institutions de l’État-providence (Schnapper, 1989). Cette évolution n’a toutefois pas conduit à la remise en cause de l’idée d’un apprentissage progressif des rôles définis par les institutions pour ceux qui refusent la marginalité (Paugam, 1991). L’existence d’une domination liée à l’asymétrie entre institutions et individus n’empêche pas non plus le déploiement de stratégies ni de tactiques par ces derniers (Dubois, 2003).

10Cette ouverture des institutions à la parole des usagers de l’assistance produit cependant des effets paradoxaux. La gestion du social par l’écoute se déploie et se manifeste en effet par un encadrement institutionnel intensif par les services d’action sociale, encadrement lui-même orienté par une recherche de mise en relation de plus en plus systématique des individus avec le marché du travail. Cette action institutionnelle est d’abord adressée à ceux qui sont perçus comme les plus employables (Zoyem, 2002 ; Outin, 2007) et cette orientation transforme les priorités de l’intervention sociale par rapport à l’époque où les travailleurs sociaux n’étaient pas en charge des métiers de l’insertion et où les plus installés des bénéficiaires étaient également les plus suivis par les institutions comme l’a montré Serge Paugam (1991). Les représentations des professionnels et les objectifs qui leur sont assignés ont cependant plus changé que les pratiques (Castra, 2003). La gestion de cette relative déconnexion entre les objectifs – professionnels – de l’insertion et la réalité de l’accompagnement – social – repose largement sur les partenaires engagés dans la relation. La gestion d’une demande institutionnelle d’autonomie en droit, sinon en fait, fortement orientée vers l’emploi apparaît ainsi comme une contrainte imposée à toutes les parties en présence dans les interactions liées à la signature et au renouvellement du contrat d’insertion.

11En France, aucune étude ne s’est penchée sur la façon dont les usagers des politiques se représentaient les normes institutionnelles et le travail. Si Isabelle Astier (2007) a étudié le fonctionnement institutionnel de l’insertion et notamment la fabrique de l’exigence d’autonomie individuelle, ses travaux n’ont pas cherché à appréhender l’expérience vécue des cibles de cette action publique. Parmi les nombreuses études publiées aux États-Unis à la suite de la réforme de l’assistance de 1996, celle portant sur le cas des mères célibataires cibles des programmes de workfare (Edin et Lein, 1997) montre que la thèse de la désincitation – en permanence associée dans le contexte nord-américain à la culture de la pauvreté répandue dans l’underclass – ne permet pas de rendre compte des stratégies effectivement mises en œuvre par les mères soumises à des contraintes de reprise d’emploi et à des menaces de sanction d’un degré qui rend la comparaison avec la France difficile. De plus, une des caractéristiques de l’insertion en France est que la règle collective s’efface devant la singularité des situations définies dans les interactions et qu’à la différence du cas américain, aucun ensemble de règles édicté au niveau central – l’équivalent du niveau fédéral – ne prescrit de manière systématique des comportements de retour et d’accès à l’emploi sous peine de sanction.

12Malgré cette relative autonomie laissée à la sphère interactionnelle, les caractéristiques sociales des assistés structurent ces rencontres et déterminent en partie les types de représentation de l’insertion, notamment dans la mesure où elles conditionnent les aspirations relatives au travail. L’enquête qualitative que nous avons menée auprès d’allocataires du RMI franciliens avait précisément pour but d’identifier ces différents types de relation à l’insertion.

2. L’enquête et l’élaboration d’une typologie

13Pour comprendre le sens de l’expérience vécue des politiques d’insertion et identifier les logiques sociales que les acteurs mettent en œuvre dans leurs comportements individuels, nous avons donc retenu l’exemple du contrat d’insertion du RMI et mené des enquêtes par entretiens approfondis avec plus de 70 allocataires du RMI entre 2005 et 2007, en ciblant les individus susceptibles d’être exposés à la norme d’autonomie (Duvoux, 2008). Cela supposait de remplir une condition administrative et une condition sociologique. D’un point de vue administratif, l’enquête a été limitée aux allocataires du RMI sous contrat d’insertion. Ce choix excluait certes les publics les plus éloignés des institutions et risquait donc de redoubler les logiques d’exclusion institutionnelles des plus vulnérables. Pour pallier cette difficulté, un travail d’explication des objectifs de l’enquête a systématiquement été mené auprès des équipes de travailleurs sociaux. Pour pouvoir articuler les caractéristiques sociodémographiques des individus interrogés avec la signification qu’ils donnaient à leur expérience, les entretiens ont porté sur trois dimensions : le parcours biographique des individus, le sens qu’ils donnaient à leur relation avec les institutions du service social, et en particulier avec le référent avec lequel ils signaient et renouvelaient leur contrat d’insertion, et enfin, les thèmes de la citoyenneté et de la vie sociale.

14La condition sociologique était que, pour étudier la relation à une norme d’autonomie en partie identifiée avec l’accès et le retour à l’emploi, les entretiens devaient avoir lieu dans un contexte où l’éventualité d’une embauche était crédible. La région parisienne donne toute sa portée à la norme d’autonomie étant données les opportunités d’emploi qui y sont offertes aux allocataires. Les enquêtes sur lesquelles repose cet article ont été menées successivement à Paris, en Seine-Saint-Denis et dans les Yvelines dans des contextes urbains différenciés tant du point de vue de la densité que des caractéristiques sociodémographiques de la population.

15En règle générale, les réponses aux questions portant directement sur la signification du contrat d’insertion ont servi à élaborer des types abstraits de relation à l’insertion puis à classer les individus en fonction du type abstrait le plus pertinent. À la lecture des entretiens, il est assez vite apparu que trois grandes modalités de relation à l’insertion se dégageaient : adhésion, négociation, refus. Certains allocataires adhéraient pleinement à la philosophie du contrat d’insertion et intériorisaient ses exigences. D’autres manifestaient leur volonté d’être autonomes mais disaient également éprouver des difficultés qui les empêchaient de l’être. Pour les premiers, le RMI était très souvent vécu comme une transition tandis que pour les seconds, la présence de difficultés les empêchait de se projeter dans une sortie à brève échéance du dispositif. À l’intérieur de ce dernier groupe, une différence est à nouveau apparue entre ceux qui faisaient état de leurs difficultés pour justifier leur adhésion à l’idée de transition contenue dans l’insertion et ceux qui, au contraire, mentionnaient leurs « handicaps » pour signifier l’insuffisance de l’aide qui leur était apportée et le caractère paradoxal des injonctions qui leur étaient appliquées. Le recoupement de ces discours avec certaines caractéristiques sociodémographiques des enquêtés a ensuite permis de faire apparaître trois profils sociaux distincts où les jeunes et les diplômés qui adhèrent au contrat se distinguaient nettement des autres, tandis que les individus se rattachant aux deux autres types étaient relativement proches les uns des autres. Ceux qui percevaient la norme d’autonomie comme une pure contrainte étaient cependant plus souvent marqués par un cumul de ruptures dans leur biographie, ce qui se traduit notamment par une moindre orientation des contrats d’insertion vers des objectifs professionnels (Tableau 1).

16À partir de ces rapprochements progressivement opérés au cours de l’analyse du matériau recueilli, l’élaboration de la typologie s’est faite par corrections successives. La première étape fut la constitution de « tas » d’entretiens (Schnapper, 1999). Puis, le passage incessant entre les données d’enquête et les questions plus générales liées à la portée de la stigmatisation m’a permis de ne plus seulement classer les discours en « tas » relativement homogènes mais de hiérarchiser les expériences en fonction des modalités de rationalisation de leur situation que les enquêtés pouvaient mettre en œuvre. Ici, le fait d’étudier les relations que les individus entretiennent avec un objet – la relation d’insertion – qui est lui-même une relation m’a permis de gagner en abstraction. La présence d’une forte dimension de lien de citoyenneté dans le contrat d’assistance français – ce qui est une particularité si on la replace dans une comparaison internationale (Morel, 2000) –a pu être exploitée pour comprendre une première forme de rationalisation qui consiste à considérer l’insertion comme une forme légitime de lien de citoyenneté et d’interdépendance de l’individu et de la collectivité. Cette première forme de lien marque nettement la différence avec un deuxième aspect, toujours concomitant, de l’insertion : la relation singulière d’accompagnement social.

17La récurrence d’une opposition symétrique entre ces deux dimensions – l’une est valorisée quand l’autre est dépréciée et réciproquement –a permis de dégager la signification des deux premiers types comme étant deux formes, opposées, de rationalisation du statut d’assisté. Le repérage de termes renvoyant soit à la relation abstraite, soit à un lien intersubjectif chargé d’affect – et leur « relative » exclusion mutuelle – a permis de stabiliser deux premiers types de lien à l’insertion. Leur opposition renvoie au caractère perçu comme réversible ou non du passage dans l’assistance. L’attachement au volet « accompagnement social » du contrat est presque toujours lié à l’absence, ou à la perte, de perspective de sortie durable et à brève échéance du dispositif. À l’opposé, l’attachement au volet « contrat » renvoyait à une expérience où l’insertion est vécue comme une transition. Le troisième type des refus a été constitué à partir de l’absence de valorisation de l’un ou l’autre pôle de l’insertion.

18La distinction de ces deux dimensions du contrat et de l’accompagnement social s’est donc révélée opératoire pour hiérarchiser et comprendre les différents types d’expérience vécue et les mettre en lien avec les caractéristiques sociodémographiques des enquêtés. Cette typologie sera présentée à partir de l’articulation de trois dimensions : la relation avec la norme d’autonomie, la représentation du travail et enfin les relations avec les travailleurs sociaux en charge de la signature et du renouvellement du contrat d’insertion.

3. L’autonomie intériorisée

19Le premier type de rapport aux institutions, dénommé « autonomie intériorisée », est une réponse d’adhésion où l’allocataire anticipe l’attente formulée par le travailleur social pour éviter de se la voir imposée. L’enjeu pour les allocataires est de prouver et de se prouver qu’ils sont des individus autonomes pour lesquels le RMI n’est qu’une aide bienvenue dans un moment critique. Ils opèrent ainsi une dénégation de leur statut d’assisté. Intérioriser la norme d’autonomie permet aux individus de résister au stigmate et au sentiment de déclassement. Ils peuvent dès lors montrer, à eux-mêmes comme aux autres, et en dépit de leurs difficultés présentes et de leur statut infériorisant, qu’ils disposent des ressources matérielles, sociales et identitaires pour résister à l’assignation au statut d’assisté. L’expérience vécue par 21 personnes interrogées au cours de l’enquête se rapproche de ce premier type. Les supports sociaux dont elles disposent leur donnent une marge de manœuvre importante pour négocier leur projet avec les travailleurs sociaux. En effet, l’autonomie intériorisée rassemble des allocataires qui sont dans l’ensemble plus jeunes – 16 sur 21 ont entre 25 et 35 ans – et dotés de capitaux, notamment scolaires, que les autres allocataires rencontrés ne possèdent pas.

20Ils font l’objet d’une attention et d’une mobilisation très intenses de la part des institutions parce qu’ils sont considérés comme les plus employables. Cependant, les relations que ces allocataires entretiennent avec l’offre institutionnelle sont ambivalentes. En effet, si celle-ci est appréciée et si, par souci de réassurance morale et de distinction par rapport à l’image sociale d’assisté, ils ne la refusent pas, il n’en reste pas moins que celle-ci ne correspond pas à leurs aspirations.

3.1. Les ressorts de l’adhésion au contrat

21Les individus souhaitent d’autant plus mettre à distance leur statut d’assisté qu’ils ont une bonne image d’eux-mêmes. En entrant au RMI, ils ont le sentiment de vivre un déclassement inacceptable. Nombreux sont ceux qui affirment avoir résisté aussi longtemps qu’ils l’ont pu avant d’effectuer les démarches leur permettant de bénéficier du RMI. L’intériorisation de la valeur du mérite et le sentiment de leur propre compétence sociale font que l’entrée dans le dispositif RMI est pour eux une véritable épreuve.

22Les entretiens menés auprès des personnes dont l’expérience s’est révélée, à l’analyse, proche du type de l’autonomie intériorisée étaient fortement caractérisés par la désirabilité sociale, celle-là même qui tient éloigné des institutions un certain nombre de populations. De manière générale, le discours recueilli dans les entretiens sociologiques est, au moins pour une part, informé par la désirabilité de produire une image positive de soi. Même si elle est en partie fausse ou illusoire, cette image de soi n’en est pas moins instructive quant aux représentations qui structurent l’expérience vécue. En l’occurrence, les individus se sont souvent présentés en cherchant à masquer leur fragilité et en tenant un discours dans lequel ils euphémisaient le plus possible les signes qui auraient pu laisser apparaître leur(s) fragilité(s) sociale(s). L’un des enjeux des entretiens fut de parvenir à dépasser les manifestations d’une conformité systématique aux attentes institutionnelles et les énoncés de valorisation de soi qui constituent les exigences implicites de tout entretien avec un « référent » susceptible de donner accès à des opportunités d’emploi. Les individus ont, en général, conscience qu’il est fonctionnel pour eux de dissimuler les éventuels obstacles à un accès et à une reprise d’emploi immédiate, dans la mesure où, pour les individus dont l’expérience se rapproche de ce type, l’insertion est conçue comme une transition au-delà de laquelle ils se projettent. De cette manière, leur situation actuelle apparaît comme une perturbation temporaire de leur état normal. L’analyse de cette forme de présentation de soi permet d’accéder à la compréhension du type de rationalisation qui caractérise « l’autonomie intériorisée ».

23La mise à distance du statut d’assisté pour les individus qui ont des capacités mais des difficultés passe par une référence au RMI comme à un droit légitime. Le fait de considérer le RMI comme un droit légitime parce qu’il vient en aide à des populations qui seraient sinon dépourvues de ressources, leur permet de neutraliser la dévalorisation qui naît de la position inférieure dans laquelle ils sont placés dans le cadre du suivi et du renouvellement de leur contrat d’insertion. Cette rationalisation est une manière pour eux de résister au déclassement et à la blessure narcissique qu’il inflige, en particulier à des individus convaincus que le mérite individuel et l’effort sont la clé de toute trajectoire sociale. Le contrat d’insertion du RMI permet à l’individu de se rattacher à une identité positive de citoyen dans la mesure où l’institution soutient les valeurs auxquelles il se rattache.

3.2. L’appropriation de la rhétorique du projet pour éviter le déclassement

24Les individus dont l’expérience vécue se rapproche de ce premier type de relation à l’insertion se disent dans un rapport d’échange, c’est-à-dire d’interdépendance avec la société. Ils refusent de se penser comme unilatéralement dépendants de la société qui les assiste. Leur adhésion à la valeur « travail », loin de déboucher sur une forme de fatalisme (Messu, 1989), les conduit au contraire à adopter le discours et la pratique de l’autodiscipline dans la recherche d’un travail. Dans le cadre de leur négociation avec les services sociaux, les plus jeunes allocataires du RMI, notamment ceux qui sont diplômés et disposent de solidarités familiales fortes, peuvent négocier le report de l’acceptation d’un emploi qu’ils considèrent comme indésirable car les conduisant à un déclassement. Intérioriser le langage institutionnel de l’autonomie leur permet de faire reconnaître la légitimité et le caractère réaliste de la poursuite des projets professionnels, voire artistiques ou intellectuels, dans lesquels ils sont engagés et ainsi de se soustraire, fût-ce de manière temporaire, à la nécessité de reprendre les emplois qu’ils considèrent comme dégradants.

25C’est ainsi parce qu’ils intériorisent la norme d’autonomie qu’ils estiment que l’aide qui peut leur être procurée par le service social pour s’insérer professionnellement est réduite. S’ils ne la méprisent ou ne la dénigrent pas, ils font souvent état du sentiment qu’ils ont de mieux connaître le créneau du marché du travail sur lequel ils veulent s’insérer que leurs conseillers, ce que ceux-ci reconnaissent d’ailleurs également parfois explicitement ou le plus souvent à mots couverts. Les travailleurs sociaux se disent d’ailleurs parfois désarmés face à des individus pour lesquels ils ne peuvent rien, notamment parce qu’ils sont plus diplômés qu’eux. Denis Castra a parfaitement relevé les termes de l’inadéquation entre les attributs professionnels détenus par les agents d’insertion et les éléments effectivement requis pour une action efficace :

« Issus pour la plupart du secteur du travail social, de l’animation, de la formation, leur identité première comme leur habitus professionnel ne concernent pas particulièrement les relations professionnelles, les organisations de travail, le recrutement, la gestion des ressources humaines. » (Castra, 2003, p. 128)

26Cette inadéquation est vivement critiquée par les allocataires. Quand ils pensent avoir de bonnes chances de pallier cette difficulté par leurs propres ressources, cette critique s’exprime plutôt sur un mode ironique ; à l’inverse, quand les services d’insertion leur apparaissent comme l’unique porte d’entrée vers le marché du travail, l’aigreur et la colère l’emportent. Un homme qui a un projet de création d’entreprise dans le domaine des cosmétiques se souvient de sa rencontre avec une « conseillère » dans le cadre de son accompagnement :

« Ils vous proposent des bilans de compétence, mais ils ne vérifient pas les boulots des consultants. On m’avait donné un consultant pour aider à la création d’entreprise, donc les personnes que j’avais en face ne s’occupaient que de la création de toutes petites entreprises, la coiffeuse qui va à domicile, ce genre de choses. La fille était beaucoup plus incompétente. »
(Homme, 32 ans, célibataire, locataire, DESS de gestion, RMI depuis trois ans, 5e contrat, orienté « création d’entreprise »)

27Comme le maintien d’une identité valorisante passe pour les individus par une adhésion aux normes de l’institution, ils doivent éviter de se mettre dans une posture trop explicite de reproche ou de critique des services sociaux. C’est parce qu’il leur faut remplir deux rôles aux exigences antithétiques – chercheur d’emploi autonome et ayant droit assisté – que les individus dont l’expérience se rapproche du premier type de relation à l’insertion dissocient de manière très nette l’aide matérielle et administrative que le RMI – et les droits connexes – peut leur apporter d’une part et les ressources qu’ils doivent mobiliser pour s’insérer professionnellement et qu’ils estiment leur être propres d’autre part. Cette déconnexion structure leurs relations avec les agents du service social. En effet, la possibilité de revendiquer une autonomie par rapport à l’aide et aux normes promues par le service social repose sur la certitude de disposer de capitaux sociaux qui permettent de ne pas seulement être en position de débiteur par rapport à la société. Le sentiment de leur autonomie sociale et le discours de la compétence qui l’accompagne se traduit par une volonté de maintenir une certaine distance par rapport aux structures destinées à leur procurer du travail.

3.3. La mise à distance des travailleurs sociaux

28Malgré leur volonté de se conformer aux normes qui correspondent, de leur point de vue, à ce que l’on est en droit d’attendre d’un citoyen responsable, on voit que les allocataires ont peur d’être confondus avec l’image sociale du « Rmiste » et la rencontre avec le travailleur social, si elle peut offrir un soutien de type moral, n’en cristallise pas moins l’infériorisation liée à leur statut. Comme le montre la phrase suivante prononcée par une jeune femme détentrice d’un diplôme très valorisé, une déconnexion entre le contrat et l’accompagnement structure la relation des allocataires à l’insertion :

« Faire les démarches, eh bien c’était assez simple, parce que la démarche elle est assez simple. Oui, c’était assez simple. Après, faire les rendez-vous avec l’assistante sociale, c’était plus compliqué. » (Femme, 31 ans, célibataire, locataire, DESS finance, au RMI depuis trois ans, 3e contrat, orienté « emploi »)

29Les individus vivent leurs rencontres avec les travailleurs sociaux comme de véritables cérémonies de dégradation statutaire (Ogien, 1983), d’autant plus vivement ressenties qu’elles les obligent à dévoiler leur intimité. La nécessité de faire état de difficultés personnelles dans le cadre du suivi leur pose déjà problème mais c’est bien l’intrusion dans l’intimité ressentie lors des contrôles à domicile par exemple qui entraîne le développement d’une relation ambivalente avec les institutions.

4. L’autonomie contrariée

30Le second type de relation à l’insertion, intitulé « autonomie contrariée », est également une forme d’adhésion à la norme d’autonomie, mais qui se trouve cette fois contredite par la situation actuelle des allocataires qui ne leur permet pas d’actualiser cette norme. L’enjeu de ce second type d’expérience est de gérer l’installation de manière durable dans un statut d’assisté que les institutions se refusent à considérer autrement que comme une aide temporaire. L’épreuve de l’entrée dans la durée est compensée ou négociée par le biais d’une reconnaissance dans le cadre d’une relation de confiance. Le rapport de la personne au travailleur social prime sur le rapport abstrait du contrat et la référence au citoyen. L’accompagnement social permet de compenser l’éloignement des perspectives d’insertion professionnelle. La confiance intersubjective étaie la légitimité vacillante accordée à des institutions qui sanctionnent un processus d’exclusion.

31Parmi les entretiens réalisés, l’expérience vécue par 28 personnes renvoie à ce second type. Elles sont en général beaucoup moins dotées que les précédentes, tant du point de vue des diplômes – elles se répartissent entre les niveaux Bac, le niveau CAP et l’absence de diplômes – que de la possibilité de disposer de soutiens autres que des solidarités de proximité. Elles sont également plus âgées que les individus du type précédent : 24 des 28 individus ont entre 40 et 60 ans. Les profils sociodémographiques sont diversifiés, allant des anciens ouvriers ayant perdu leur emploi depuis plusieurs années à ceux des mères célibataires d’origine populaire ayant arrêté leur activité pour s’occuper de leurs enfants. Aux deux extrêmes du spectre des situations, on trouve des individus issus des classes moyennes, « tombés » dans la dépression et l’isolement à la suite d’un licenciement ou d’une maladie, et des personnes qui se trouvent dans une situation de reproduction intergénérationnelle de la pauvreté mais qui ont réussi à stabiliser, au moins relativement, leur situation grâce au RMI.

4.1. Demande de reconnaissance et détournement du stigmate

32Dans l’autonomie contrariée, les personnes mettent plus volontiers en avant leurs difficultés dans les entretiens, notamment celles qui sont relatives à leur santé ou à leurs difficultés de transport, pour attester d’une bonne volonté contrariée d’adhésion à la norme institutionnelle d’autonomie. À mesure que leur dépendance envers les institutions croît, les individus élaborent de nouvelles rationalisations de leur situation. La reconnaissance des difficultés de l’individu, tant du point de vue de l’identité pour soi que de l’identité pour autrui (Dubar, 1996) devient alors un élément fondamental du processus de l’insertion.

33La référence obligée à l’autonomie sociale nourrit une recherche permanente de justifications de la part des individus. Pour que cette référence reste dans le cadre discursif légitime de l’allégeance aux attentes institutionnelles, l’insertion professionnelle reste indiquée comme l’objectif ultime de l’ensemble des démarches. L’enjeu du « dialogue » instauré avec les individus, dans les interactions donnant lieu à la signature et au renouvellement du contrat d’insertion, est alors la reconnaissance par l’institution des motifs de disqualification sur le marché du travail. Ainsi, par exemple, cette femme souffrant d’une maladie chronique qui accepte peu à peu son statut d’assisté en rationalisant la nécessité qu’il y a pour elle de faire reconnaître son handicap. Elle évoque tout d’abord ses résistances :

« Elle [l’assistante sociale] m’a proposé de faire ce dossier COTOREP, moi j’ai toujours refusé jusqu’à maintenant. Je me disais qu’avec ce dossier, reconnue comme travailleur handicapé, je serais encore plus handicapée au niveau du travail pour trouver quelque chose. »

34Puis elle mentionne le rôle de son interlocuteur institutionnel :

« petit à petit, elle a su m’en parler, elle a su me renseigner. J’ai beaucoup écouté la chargée d’insertion m’en parler. Au début elle m’en parlait un petit peu, puis elle m’en parlait un peu plus en m’expliquant davantage et c’est là que j’ai changé de point de vue parce qu’elle a développé beaucoup ce terrain-là et c’est là que j’ai compris que c’était pas un handicap, au contraire. »

35Avant de dire comment elle perçoit sa situation au moment de l’entretien :

« Maintenant, vu mon état de santé, je me dis que ça serait peut-être un petit plus pour trouver un travail. » (Femme, 32 ans, hébergée, vit en couple, niveau BEP, RMI depuis six ans, 5e contrat, orienté « santé » : dossier COTOREP)

36Des rationalisations s’opèrent ainsi dans l’interaction avec les référents institutionnels. Identité pour soi et identité pour autrui peuvent d’autant moins être distinguées que la validation sociale des handicaps de l’individu et donc la justification de sa bonne volonté passent par l’établissement de relations de confiance avec le travailleur social. Il est donc logique que les allocataires du type de l’autonomie contrariée valorisent l’accompagnement social, la confiance et le soutien moral rendus possibles par l’attention, le souci des travailleurs sociaux à leur endroit plutôt que la norme d’autonomie dans sa dimension plus abstraite de contrat.

37L’intériorisation par les individus de la stigmatisation du groupe des allocataires du RMI auquel ils appartiennent a pourtant pour fonction d’opérer un détournement du discrédit (Gruel, 1985). Accompagnés dans le cadre des politiques d’insertion qui ne justifie l’assistance que dans la perspective d’une transition, les individus en voie d’installation risquent d’entrer dans une situation intolérable. L’enjeu est alors, pour eux, de :

« restituer [leur] histoire dans un régime de valeurs respectables et détourner le stigmate d’une part vers les étrangers, d’autre part, sinon vers son double, du moins vers son autre le plus proche » (Gruel, 1985, p. 437).

38La négociation d’une identité qui se déroule dans le cadre du parcours d’insertion doit ménager un équilibre entre les justifications des individus et la référence à l’objectif de l’autonomie qui ne doit, en théorie, jamais cesser de guider les actions. Pour attester de leur bonne volonté, les individus opèrent des détournements du discrédit, le plus souvent par la dénonciation des autres « assistés ». Cette lutte symbolique s’explique également par le fait que les individus sont objectivement en concurrence pour l’obtention des ressources rares que sont les emplois, même peu qualifiés, du secteur privé et surtout les contrats aidés du secteur public.

4.2. Le travail comme vecteur de déstabilisation

39Dans ce contexte de pénurie, le travail est unanimement valorisé et recherché. La manifestation d’une bonne volonté de s’insérer passe par la recherche d’emplois même très précaires et par l’acceptation des offres faites par les services d’action sociale. Or les formes régulières d’emploi disponibles ne permettent pas aux individus de conserver la stabilité liée à leur statut d’assisté. Ces individus sont effectivement désincités à reprendre un travail mais ce n’est pas d’abord pour des raisons financières. Le travail désorganise plus qu’il n’améliore sur le long terme l’existence des individus enracinés dans les dispositifs des politiques d’insertion. Nous verrons dans la dernière section de cette partie comment le contrat d’insertion peut en partie pallier cette difficulté. En effet, l’allocation donne aux individus une certaine régularité qui leur permet d’organiser leur vie. Même si celle-ci s’apparente plutôt à une solution de survie, elle est assurée par le caractère extrêmement régulier du versement du RMI. À l’inverse, les allocataires qui ont fait l’expérience d’une reprise d’emploi racontent de manière systématique les problèmes inattendus qui ont surgi quand ils ont dû de nouveau demander le RMI après l’arrêt du travail – le plus souvent précaire – qu’ils avaient effectué.

  • 1 Seuls 32 % des allocataires du RMI étaient inscrits à l’Anpe en 2006 et une récente étude de l’Obse (...)

40En effet, si une nouveauté a réellement été introduite par l’insertion dans l’action sociale, c’est que la référence à l’insertion professionnelle y est permanente. Toutes les démarches de l’individu sont supposées être orientées vers son accès ou son retour à l’emploi. Or l’accompagnement qui vise à rendre les individus autonomes a pour effet de les déposséder de leurs facultés d’initiative. La dépendance objective s’accroît à mesure que les allocataires cherchent à s’en extirper. Cela est particulièrement net dans le cas de ceux qui ont quitté le dispositif pour reprendre un travail. Dans les conditions administratives en vigueur au moment de l’enquête, les allocataires du RMI étaient incités à prendre des emplois1 alors même que la reprise d’un emploi peut paradoxalement renforcer la dépendance. La complexité et l’incertitude des démarches administratives nécessaires pour pouvoir continuer à bénéficier de droits connexes au RMI en même temps que la reprise d’activité expliquent cet effet. Ainsi, un homme de plus de 50 ans au RMI retrouve du travail, mais au bout de quelques mois, il doit arrêter son activité parce qu’il est atteint d’un cancer. Les problèmes commencent à se poser quand, après cette expérience professionnelle involontairement interrompue, il souhaite reprendre le RMI :

« Alors là, ce qui s’est passé, c’est qu’au niveau sécu, CAF, chômage, c’est l’enfer. Même pour quelqu’un d’intelligent, c’est l’enfer. Donc, là j’étais en arrêt maladie, donc j’étais payé par les Assedic. Après, il a fallu que je reprenne le RMI, mais comme j’avais dépassé 60 ans, je pouvais pas reprendre le RMI, il a fallu que je fasse ma demande de retraite. Quand j’ai fait ma demande de retraite, c’était un vrai bordel. Même si on ne veut pas prendre sa retraite, il faut faire la demande et quand on la fait, ils la refusent. Tant que ça c’était pas fait, je ne pouvais pas reprendre le RMI. » (Homme, 63 ans, divorcé, locataire en instance d’expulsion, CAP, RMI depuis sept ans, rang du contrat non renseigné, orienté « recherche d’emploi »)

41Les règlements qui organisent le dispositif empêchent souvent les allocataires qui prennent le risque de reprendre un emploi de bénéficier de la simple continuité du versement de l’allocation dans le cas où ils auraient à subir une interruption prématurée et imprévue de leur activité. Or, dans les emplois peu qualifiés et précaires occupés par la plus grande partie des allocataires du RMI qui travaillent, la précarité du rapport à l’emploi est, plus qu’ailleurs, la règle. Face à la colère et au désarroi des individus, les professionnels sont souvent désarmés. Une des stratégies dont ils disposent est d’utiliser le contrat pour « protéger » les allocataires. Cette stratégie se déploie d’ailleurs auprès de nombreux publics identifiés comme « incasables » et dont il faut donc organiser l’existence dans le dispositif.

4.3. Le contrat comme instrument de protection et la négociation du retrait

42En relation avec ces problèmes de suivi, liés à l’organisation administrative des dispositifs de cumul de revenus, la reprise d’un travail crée une forme d’insécurité pour l’allocataire. Le contrat d’insertion peut cependant être utilisé pour pallier cette difficulté. En effet, quels que soient ses revenus, dès lors que l’individu a un contrat d’insertion en cours de validité, le RMI ne peut être suspendu. On comprend dès lors que le contrat d’insertion soit utilisé par les travailleurs sociaux comme un outil de protection. Le fait d’élaborer des contrats d’insertion portant sur de longues durées – six mois, voire un an – a ainsi, aux dires de tous les acteurs, une fonction protectrice en accroissant l’intervalle entre les moments où le contrat d’insertion doit être renouvelé et ou plane donc sur l’individu la menace de suspension. Cet usage concerne surtout les contrats dont les objectifs sont uniquement sociaux et explique comment des individus peuvent rester au RMI pendant de nombreuses années. Le renouvellement des initiatives visant à mobiliser les individus est ambivalent car il s’accompagne de la protection implicite accordée par « l’octroi » de contrats longs. Nous parlons d’octroi car les contrats d’un an par exemple sont bien appréhendés par les acteurs comme des signes d’une reconnaissance par l’institution des difficultés particulières de la personne.

43Cette pratique permet de faire apparaître, dans le cadre des suivis d’insertion, une tension entre l’assignation au statut d’assisté et l’identité vécue. Cette tension est similaire à celle qu’a identifiée Didier Demazière (1992) lorsqu’il étudiait les relations des chômeurs de longue durée avec les agents de l’Anpe. Il avait en effet repéré une catégorie – les « demandes mortes » – constituée par les chômeurs et forgée par les agents qui avaient décidé collectivement et en négociation avec la « catégorie » – toujours à travers des interactions individuelles – de les laisser tranquilles car ils ne trouvaient pas de solutions pour les placer.

44Par rapport à ces travaux, deux points doivent être ajoutés. D’une part, la recherche d’accompagnement et de mobilisation conduit les travailleurs sociaux à chercher à « faire faire » un travail aux allocataires, même quand celui-ci est détaché de toute finalité productive. Pour satisfaire l’exigence de contrepartie et discriminer entre ceux qui souhaitent et ceux qui ne souhaitent pas s’insérer, une forme de travail sur soi est exigée des allocataires. En réponse, les enjeux de reconnaissance à l’œuvre dans ces interactions sont aiguisés. Il y a bien là une transformation qualitative, déjà soulignait par D. Demazière (1992) à propos des interactions entre chômeurs de longue durée et agents de l’Anpe et qui portaient sur l’identité.

4.4. Les conditions de possibilité de l’enracinement

  • 2 Et que l’on peut résumer par la démonstration d’une bonne volonté mutuelle de la part de l’allocata (...)

45Certains allocataires sont présents dans le dispositif depuis son origine en 1989 et sont d’ailleurs souvent d’anciens usagers de l’assistance sociale qui ont changé de catégorie administrative à l’occasion de la création de ce dispositif. Or, la possibilité de rester allocataire pendant de nombreuses années, voire pendant toute une vie, suppose un certain nombre de conditions. Seuls certains supports de l’intégration sociale permettent aux individus de maintenir un consensus sur la définition de la situation (Goffman, 1973) de la relation d’insertion avec les travailleurs sociaux2. Parmi ceux-ci, le fait de bénéficier de protections rapprochées dans la sociabilité primaire est très important. Il facilite l’adoption de rôles de substitution valorisé et confirmé par le regard d’autrui, et permet surtout à l’individu de trouver dans le lien social communautaire des formes d’intégration et de protection contre l’isolement et la stigmatisation (Paugam, 2005).

5. Le refus de la dépendance

46L’exigence d’autonomie tend enfin à être vécue comme une pure contrainte par les allocataires les plus marginaux. Ceux-ci expriment un « refus de la dépendance » qui constitue un dernier type de relation à l’insertion. Une forte ambivalence affective caractérise leurs relations avec les travailleurs sociaux. Elle place la relation sous la modalité du conflit ou de la revendication d’une autonomie que le dispositif ne permet pas d’atteindre. L’exigence d’autonomie est perçue comme irréaliste et apparaît comme une stratégie d’euphémisation de la domination que les individus disent subir.

47En effet, la tension entre les mots et les choses que l’on voit à l’œuvre dans le type précédent se développe car le RMI n’a pas été conçu pour gérer de façon permanente la vie des individus. L’intégration sociale qu’il permet tant en termes matériels que d’activités se révèle précaire et insatisfaisante. De plus, l’allégeance envers le travailleur social peut devenir difficile à supporter dans la mesure où elle place l’individu dans une situation de débiteur, dont il est convaincu qu’il ne lui est guère possible de s’extraire. L’ensemble de ces éléments conduit à la montée en tension et à des ruptures avec la norme institutionnelle d’autonomie. L’interaction sociologique elle-même peut être rendue problématique quand le degré de contrainte de leur situation matérielle empêche les individus de se projeter dans la relation désintéressée de l’entretien sociologique.

48Ce troisième type de relation à l’insertion regroupe 21 personnes dont les profils sociodémographiques montrent clairement qu’elles appartiennent aux populations les plus éloignées du marché du travail et les plus précarisées. Ces personnes expriment un refus de se conformer à la demande institutionnelle d’autonomie. Elles sont caractérisés par un cumul de difficultés : les problèmes de santé graves concernent 10 des 21 interviewés ; 11 ne disposent pas d’un logement autonome ; 9 n’ont pas fait d’études. Ces caractéristiques ne sont pourtant pas systématiques.

5.1. Les retournements du stigmate

49La norme d’autonomie apparaît avant tout comme une contrainte pour les allocataires tenus de s’y conformer malgré la fragilisation souvent très avancée de leurs différents liens sociaux et un déficit d’intégration sociale. Des logiques de retournement du stigmate se mettent en place sur le fond de ce refus de la forme d’autonomie, proposée par les institutions de service social, en charge de la mise en œuvre des politiques d’insertion. Les individus critiquent la société qui ne leur donne pas de travail ou les institutions qui ne répondent pas à leurs besoins tant en termes matériels que moraux. La perte de l’estime de soi est la plupart du temps exprimée par un discours très général de refus de la société. Un individu exprime ainsi sa colère et son humiliation en passant d’un discours politique à un discours d’attente eschatologique d’un renversement de l’ordre du monde :

« Le RMI, c’est bien mais c’est l’effet de la précarité voulue par la mondialisation. Je pense que la France laisse sur le bord du chemin les plus faibles, les moins instruits, ceux qui paraissent différents. Donc ce sont des humains qui dégradent d’autres humains, donc il faut que ces humains qui se croient intouchables pensent que demain la mort les touchera et que les choses évolueront et leur enfant un jour subira ce qu’ils font subir à ces gens qu’ils trouvent si différents d’eux. » (Homme, 46 ans, célibataire, locataire en cohabitation, non scolarisé, RMI depuis six ans, 8e contrat, orienté « santé »)

50Cependant, ces refus peuvent prendre plusieurs formes et significations mais celles-ci ont en commun d’être des revendications par les individus d’une place différente de celle qui leur est attribuée par les institutions dans et par le contrat d’insertion. Pour comprendre les motifs du refus, il faut prendre en compte les ressources dont disposent les individus qui l’opèrent. Si les plus éloignés des institutions sont en général les moins dotés, la correspondance entre ces deux caractéristiques n’est pas systématique. Les analyses quantitatives des populations suivies par les institutions de service social dans le cadre de l’insertion liée aux minima sociaux ont mis en lumière la présence d’au moins 20 % d’allocataires ayant un niveau d’études Bac ou supérieur parmi les populations les plus éloignées des institutions. Pour rendre compte de ces disparités, il convient de montrer comment deux types opposés de relation au travail peuvent donner lieu à un retournement du stigmate lié à la responsabilisation du contrat d’insertion. Les plus dotés se justifient en pointant les contradictions internes du dispositif, ou plus simplement en dénonçant le contrat comme un instrument de pression qui dérive directement du climat de suspicion qui s’est développé envers les « Rmistes ».

5.2. Une relation ambivalente au travail

51Chez ceux qui dénoncent l’injonction à l’autonomie présente dans le contrat d’insertion, le travail fait l’objet d’une grande ambivalence. Le travail est survalorisé dans la mesure où il est considéré comme l’envers absolu de l’assistance. Le monde du travail est vu comme irénique par les allocataires qui en sont exclus, tout simplement parce que l’appartenance à celui-ci représenterait la fin de la dépendance et la possibilité de mener une vie autonome tant du point de vue financier que social. Dans le même temps, le travail concret est souvent refusé parce que trop précaire, trop peu rémunérateur et/ou trop peu satisfaisant selon les aspirations. Les opportunités existantes sont considérées comme des formes de sous-emploi incapables de remplir les visées associées à un travail d’autant plus idéalisé qu’il est lointain de l’expérience vécue actuelle des individus. Les contrats aidés ou les stages qui nourrissent l’offre d’insertion peuvent ainsi être refusés car les individus qui ont déjà fait de telles expériences savent qu’elles ne débouchent que très rarement sur des emplois pérennes et suffisamment rémunérateurs pour sortir de l’assistance.

52Pour les mieux dotés, le refus de l’insertion peut ainsi apparaître comme une parade protectrice (Gruel, 1985) lorsqu’ils sont installés dans un statut infériorisant. Le discours élitiste d’affranchissement des contraintes sociales et morales que certains individus mobilisent pour justifier leur attitude ne saurait en effet être tenu pour argent comptant. Il invite au contraire à porter l’attention sur la déception que ces individus ont ressenti par rapport à leurs expériences concrètes du travail ou sur leur appréhension du déclassement s’ils devaient rejoindre le salariat à une place qui ne leur offre pas la possibilité de se réaliser comme ils le souhaitent.

53Comme de nombreux travaux le suggèrent, les assistés volontaires sont souvent aussi des « déçus du travail » qui n’ont pas trouvé dans celui-ci les satisfactions matérielles et morales qu’ils en attendaient. Dans le cadre d’une interaction avec un sociologue qui l’invite à ressaisir sa relation à la norme d’autonomie du contrat d’insertion et à expliciter ses choix, l’individu rationalise sa déception par rapport au travail, ou son appréhension de celui-ci, par l’adoption d’un discours plus valorisant de retournement du sens de l’épreuve du non emploi.

54L’intériorisation des normes de reconnaissance sociale, de la quête d’authenticité pousse des individus à prendre des initiatives dont ils s’aperçoivent ex post qu’ils n’avaient pas les moyens de les mener à bien. Un ancien cadre dans les assurances explique pourquoi il s’est lancé dans un projet de création d’entreprises :

« J’avais un besoin de créativité que je ne retrouvais pas dans ces métiers, besoin d’entreprendre. En fait, j’avais besoin socialement d’être fier de ce que je faisais.
Question : La reconnaissance que vous aviez dans l’entreprise ne vous suffisait pas ?
J’étais comme tout le monde. J’avais pas de liens directs avec la hiérarchie. J’étais cadre moyen, donc j’étais presque anonyme au sein de la structure même de l’entreprise et j’ai un instinct très fort par rapport aux relations, je sentais bien que j’étais un cadre moyen. Je le sentais personnellement parce que les structures, la hiérarchie étaient faites de telle façon que ce soit visible, même pour quelqu’un d’extérieur.
Question : Vous aviez des assurances en démissionnant. Vous saviez ce que vous alliez faire après ?
Le problème, c’est que je n’ai pas assuré mes arrières. » (Homme, 32 ans, célibataire, locataire, DESS de gestion, RMI depuis trois ans, 5e contrat, orienté « création d’entreprise »)

55Cependant, la déception vis-à-vis du travail ne débouche que rarement sur le refus de toute forme d’activité. Au contraire, l’individu peut justifier son refus de l’insertion par la possibilité qui s’ouvre à lui de mener une activité personnelle même si celle-ci ne peut déboucher sur des revenus stables et réguliers :

« Je réalise des films depuis trois ans. Un jour, un ami pour qui j’avais fait des directions de production répondait à un concours de scénario et m’a proposé de coécrire un scénario et on a gagné le concours et depuis on a gagné un autre concours de scénario et là j’ai commencé depuis ce jour-là à écrire et à réaliser au quotidien. [.. .] il y a des obligations, mais au final, c’est que des contraintes que moi je m’impose. Personne ne me demande quoi que ce soit. » (Homme, 34 ans, célibataire, locataire, maîtrise de droit, RMI depuis neuf ans, 8e contrat, orienté « projet artistique »)

56La valorisation de ses compétences, la volonté de s’en sortir par son talent et celle d’être reconnu sont les raisons qui expliquent l’acceptation par l’individu du statut dévalorisant et infériorisé d’allocataire du RMI. Les « artistes » sont la catégorie administrative dans laquelle les institutions regroupent en général les individus qui ne veulent pas se soumettre au « salariat ».

5.3. L’instauration de relations de domination

57En parallèle avec ces deux modalités très différenciées et presque opposées de refus, deux types de relations avec les travailleurs sociaux se déclinent. Celles-ci ont cependant en commun d’être des relations de pouvoir qui ne fonctionnent que dans un seul sens. Cette trame des scènes de la disqualification opère un réinvestissement d’une dimension psychologique dans la négociation d’« avantages » au profit de celui qui apparaît, dans ce jeu de langage décalé par rapport au droit, comme un « bénéficiaire ». Étant donné la différence des pouvoirs sociaux qui les sépare, il est évident que dans la plus grande majorité des cas, c’est le travailleur social qui prend l’ascendant sur l’allocataire. Les démarches permettant d’améliorer la vie quotidienne de l’usager sont effectuées par l’individu en fonction de sa propre temporalité. C’est également en fonction de son opinion sur l’insertion que se règle le discours d’adhésion que l’allocataire va formuler. Quand l’incitation au travail donne explicitement son contenu à la négociation du contrat d’insertion, cette injonction est perçue par les individus comme irréaliste car trop déconnectée de leur situation présente avec le cumul de difficultés qui la caractérise. La relation de domination du travailleur social débouche sur des manifestations de colère ou de violence dans lesquelles la négociation se perd.

58Cependant, la relative maîtrise du temps dont peuvent disposer les allocataires les mieux dotés leur permet d’opérer un renversement de l’ascendant psychologique qui joue désormais en leur faveur. La force du nombre qui n’apparaît jamais aussi nettement que quand les individus disposent de capitaux divers impressionne les travailleurs sociaux au point de leur faire adopter des attitudes de soumission. L’allocataire peut mettre le travailleur social à son service. Celui-ci devient un adjuvant dans la stratégie de refus des objectifs de l’insertion que mènent les allocataires. Ils les « couvrent » de la sanction institutionnelle de suspension en justifiant leur présence dans le dispositif par des manifestations de leur volonté de s’insérer. Ce soutien peut aussi être un choix assumé par les travailleurs sociaux quand ils ont une opinion personnelle critique vis-à-vis de la philosophie de l’insertion qu’ils doivent pourtant faire intérioriser aux individus. Des stratégies de séduction, d’apitoiement, de mise en scène de la faiblesse peuvent s’avérer redoutablement efficaces pour orienter l’opinion personnelle et transformer l’avis professionnel émis par le travailleur social :

« Il y a complicité active du travailleur social qui soutient même complètement des fois la démarche.
Question : Elle la soutient pourquoi la démarche à votre avis ?
Elle essaie de trouver dans mon dossier, dans ma vie, dans ce que j’entreprends, des choses concrètes, du solide. Voir : qu’est-ce qu’il est possible de faire de ça mais concrètement, mais c’est vrai ce ne sont jamais que des rendez-vous d’une demi-heure qui sont obligatoires, mais qui passent vite. » (Ibid.)

59Dans un cas comme dans l’autre cependant, la visée normative de l’insertion est battue en brèche par la réalité des interactions.

6. Conclusion

60À l’issue de cette présentation de la typologie des relations des assistés avec la norme d’autonomie, il apparaît que la relation au travail est essentielle pour comprendre la signification de l’expérience vécue des populations très hétérogènes qui sont présentes dans un dispositif tel que le contrat d’insertion du RMI. Pour les individus du premier type, l’aspiration à occuper un emploi qualifié et satisfaisant conduit les individus à utiliser l’assistance comme un support dans l’attente de cette prise ou reprise d’emploi. Le travail est d’abord perçu comme le garant du statut social de l’individu auquel celui-ci aspire et auquel il se rattache donc au moins indirectement par le niveau d’études atteint. Pour les individus du deuxième type, une forme de désincitation apparaît effectivement, mais elle est sans doute plus due à la complexité organisationnelle et institutionnelle du cumul qu’à des critères financiers strico sensu. La réforme portant création du revenu de solidarité active a pallié cette difficulté en assurant une continuité des revenus en cas de cumul des revenus du travail et de la solidarité. Pour les individus présents dans le dernier type, la distance sociale et culturelle empêche bien souvent la négociation. Quand les questions du travail déterminent le contenu de la négociation de l’insertion, elles sont ressenties comme une violence par les allocataires dans la mesure où ils perçoivent la demande institutionnelle de reprise ou d’accès à l’emploi comme une injonction à une précarité déconnectée de leurs conditions réelles d’existence pour les plus modestes ou de leurs aspirations pour les plus dotés.

61Il apparaît donc que l’insertion n’a pas débouché sur la généralisation de relations de réciprocité entre individus et institutions. L’idée que des relations horizontales de réciprocité auraient pris le pas sur la relation verticale entre individus et institutions ne résiste pas à l’examen des contraintes qui pèsent sur les allocataires. Cette vision évacue trop vite le caractère unilatéral de la nécessité de se justifier pour les allocataires dans le cadre des interactions d’insertion. L’application de la norme d’autonomie n’a cependant pas non plus débouché sur une pure contrainte que tous les allocataires percevraient comme telle. Au regard des résultats de l’enquête, il apparaît que la spécificité de l’insertion est précisément d’associer une forme de contrainte et d’incitation à la reprise d’un emploi à un support dont certains peuvent se servir pour développer une autonomie effective, c’est-à-dire qui ne se réduit pas à la conformité aux demandes institutionnelles. Entre obligation et soutien, le contrat d’insertion est ouvert à des appropriations différenciées et en partie contradictoires par les différents publics d’assistés. Cet instrument ouvre ainsi la voie à un déploiement des inégalités au sein même de la régulation politique des questions de pauvreté.

62Les logiques sociales de relation à la norme d’autonomie du contrat d’insertion et au travail qui en constitue la finalité explicite, sinon effective, dans l’immense majorité des cas, sont ainsi profondément différenciées. Un des résultats de ces logiques est la formulation de la question sociale en termes de reconnaissance (Honneth, 2000), que ce soit celle des compétences des individus ou de leurs difficultés. Le décalage subjectivement perçu entre ce qui pour l’individu demande à être reconnu par la société et ce que les institutions reconnaissent effectivement permet ainsi de comprendre les différenciations de relation à l’insertion observées entre les trois types. Pour les individus qui la subissent, la disqualification ne se vit et ne se pense plus immédiatement sur le registre de la réponse à apporter en termes de protection sociale, mais d’abord en termes de reconnaissance. Le contrat d’insertion apparaît comme la formalisation (pseudo-)juridique de l’injonction sociale à se réaliser soi-même. Elle redouble en même temps qu’elle compense les processus de transformation des modes de légitimation du capitalisme par celle des instruments institutionnels destinés à produire l’intégration des plus vulnérables. Cependant, l’étude des rapports au travail des assistés montre que l’intériorisation même de cette injonction sociale produit des effets ambivalents. Le sentiment de malaise de la société française vis-à-vis de ses dispositifs d’assistance aux plus démunis vient sans doute en partie de ce qu’ils sont le réceptacle, en même temps qu’ils contribuent à produire, des ambitions individuelles profondément en phase avec les valeurs de la société mais que celle-ci ne rend pas accessibles à tous.

Haut de page

Bibliographie

Astier, I., 2007. Les nouvelles règles du social. PUF, Paris.

Castel, R., 1995. Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat. Fayard, Paris. Castra, D., 2003. L’insertion professionnelle des publics précaires. PUF, Paris.

Demazière, D., 1992. La négociation des identités de chômeurs de longue durée. Revue française de sociologie 33 (3), 335–363.

Deroyon, T., Hennion, M., Maigne, G., Ricroch, L., 2008. L’influence des incitations financières sur le retour à l’emploi des bénéficiaires du RMI. In: Lelièvre, M., Nauze-Fichet, E. (Eds.), Le RMI, état des lieux. La Découverte, Paris.

Donzelot, J., 1977. La police des familles. Éditions de Minuit, Paris.

Dubar, C., 1996. La crise des identités. Puf, Paris.

Dubet, F., 2005. Propositions pour une syntaxe des sentiments de justice dans l’expérience de travail. Revue française de sociologie 46 (3), 495–528.

Dubet, F., Vérétout, A., 2001. Une réduction de la rationalité de l’acteur. Pourquoi sortir du RMI ? Revue française de sociologie 42 (3), 407–436.

Dubois, V., 2003. Le rapport des assistés aux organismes sociaux : domination, tactiques et logiques identitaires. Pyramides – Revue de l’Université libre de Bruxelles 7, 33–43.

Duvoux, N., 2008. L’injonction à l’autonomie. L’expérience vécue des politiques d’insertion. Thèse de sociologie, EHESS, Paris.

Edin, K., Lein, L., 1997. Making Ends Meet: How Single Welfare Mothers Survive Welfare and Low-wage Work. Russell Sage Foundation, New York.

Goffman, E., 1973. La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi. Éditions de Minuit, Paris.

Gruel, L., 1985. Conjurer l’exclusion. Rhétorique et identité revendiquée dans des habitats socialement disqualifiés. Revue française de sociologie 26 (3), 431–453.

Honneth, A., 2000. La lutte pour la reconnaissance. Le Cerf, Paris.

Lafore, R., 1989. Les trois défis du RMI. À propos de la loi du 1er décembre 1988. Actualité Juridique – Droit administratif 10, 563–585, 20 octobre.

Messu, M., 1989. L’utilisation des services sociaux : de l’exclusion à la conquête d’un statut. Revue française de sociologie 30 (1), 41–55.

Morel, S., 2000. Logiques de la réciprocité. Les transformations de la relation d’assistance aux États-Unis et en France. Puf, Paris.

Ogien, R., 1983. Théories ordinaires de la pauvreté. Puf, Paris.

Outin, J.L., 2007. Modélisation du RMI et trajectoires des allocataires. Une analyse empirique des liens RMI-marché du travail à partir de données individuelles. Document de travail. CES-Matisse, Paris.

Paugam, S., 1991. La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté. Puf, Paris.

Paugam, S., 2005. Les formes élémentaires de la pauvreté. Puf, Paris.

Schnapper, D., 1989. Rapports à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux. Revue française de sociologie 30 (1), 3–29.

Schnapper, D., 1999. La compréhension sociologique. Essai sur la démarche typologique. Puf, Paris. Simmel, G., 1998 [1902]. Les pauvres. Puf, Paris.

Verdès-Leroux, J., 1978. Le travail social. Éditions de Minuit, Paris.

Zoyem, J.P., 2002. Contrats d’insertion et sortie du RMI : évaluation des effets d’une politique sociale. Économie et statistiques 346–347, 75–86.

Haut de page

Notes

1 Seuls 32 % des allocataires du RMI étaient inscrits à l’Anpe en 2006 et une récente étude de l’Observatoire de l’Anpe indique que l’agence accompagne dans les faits de moins en moins les allocataires du RMI, cf. « Les demandeurs d’emploi allocataires du RMI », Jonathan Bougard et Danielle Gréco, Novembre 2007.

2 Et que l’on peut résumer par la démonstration d’une bonne volonté mutuelle de la part de l’allocataire et du travailleur social. Ce dernier doit vouloir aider l’allocataire et celui-ci doit vouloir « s’en sortir » et, au moins sur le mode discursif, aspirer à retrouver une autonomie qui coïncide avec les énoncés institutionnels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Synthèse des déterminants sociodémographiques des enquêtés en fonction des types définis.
Légende Prof. : professionnel.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/14894/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Duvoux, « Le travail vu par les assistés : éléments pour une sociologie des politiques d’insertion », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 389-408.

Référence électronique

Nicolas Duvoux, « Le travail vu par les assistés : éléments pour une sociologie des politiques d’insertion », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14894 ; DOI : 10.4000/sdt.14894

Haut de page

Auteur

Nicolas Duvoux

Centre de recherche sur les liens sociaux (UMR 8070), université Paris-Descartes, 45, rue des Saint-Pères, 75270 Paris cedex 06, France
nicolas.duvoux[at]parisdescartes.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals