Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 57 - n° 3Comptes rendusLes aides à domicile. Un autre mo...

Comptes rendus

Les aides à domicile. Un autre monde populaire, C. Avril

La Dispute, Paris (2014). 290 p.
Gabrielle Schütz
p. 391-393
Référence(s) :

Christelle Avril, Les aides à domicile. Un autre monde populaire, La Dispute, Paris, 2014, 290 p.

Texte intégral

1Qu’on les loue comme « gisement d’emploi » ou qu’on en dénonce les conditions d’exercice, les services à la personne sont l’objet de discours contradictoires et restent relativement méconnus. Ne serait-ce que pour cette raison, une enquête sociologique sur les aides à domicile, ces femmes qui se rendent chez les personnes âgées quelques heures par jour pour les aider à faire leur toilette ou accomplir des tâches domestiques, était bienvenue. Mais elle l’est également parce que l’aide à domicile est aujourd’hui le secteur qui contribue presque à lui seul à la croissance de l’emploi non-qualifié. L’ouvrage de Christelle Avril s’attache d’abord à objectiver cette activité, les façons de s’en saisir. Il fait aussi découvrir les femmes qui l’accomplissent et fait entendre leurs voix en montrant comment les premières intéressées considèrent leur travail.

2Loin de se limiter à ces questions, le propos fait des aides à domicile l’observatoire d’une recomposition des classes populaires, travaillées par des évolutions socioéconomiques (déclin de l’industrie, du petit commerce et de certains emplois administratifs), par l’extension aux femmes de la norme de l’emploi salarié et par une plus forte mixité ethnoraciale. Il prolonge une thèse soutenue en 2007, fruit d’un investissement empirique important : une enquête ethnographique de huit ans, principalement réalisée dans une association d’aide à domicile de banlieue parisienne ; une analyse des discours politiques et institutionnels sur cette activité des années 1950 à 2000 ; une étude statistique fondée sur plusieurs enquêtes de l’INSEE et sur des sources de première main. Le livre impressionne autant par l’ampleur des enjeux qu’il embrasse que par son acuité, témoignant des effets de la durée sur la réflexion scientifique, à rebours des injonctions ambiantes au productivisme. Pour la publication, les données statistiques ont été actualisées, mais surtout, le cheminement intellectuel de l’auteur l’a menée à relire son matériau et à re-problématiser son propos pour l’ancrer au croisement de la sociologie du travail et des professions, de celles des classes populaires, du genre et des relations ethnoraciales.

3Dans un premier temps le travail des aides à domicile et leur position dans l’espace social sont disséqués. On les suit dans les domiciles où elles officient, côtoyant les personnes âgées mais aussi leurs familles et des soignants. On les accompagne dans les bureaux de l’association et dans la ville qu’elles arpentent d’un foyer à un autre et où elles font des courses et se rencontrent. Les spécificités de cet emploi, les contraintes et ressources de la situation de travail sont objectivées dans une démarche comparative permanente. Les aides à domicile sont jaugées tantôt à l’aune de l’ensemble des femmes en emploi, tantôt à celle des employés non qualifiés, des ouvriers, ou encore des assistantes maternelles et des femmes de ménage. Le chapitre sociohistorique interpelle particulièrement. La représentation de l’aide à domicile n’a pas toujours été celle d’un prolongement du travail domestique féminin, mais a pu dessiner une mission sanitaire et sociale requérant un savoir spécialisé sur la vieillesse et la dépendance. La perspective de professionnalisation par un processus de qualification des employées a toutefois été remplacée par une professionnalisation « par le haut », qui vise surtout l’ajustement des aides à domicile aux transformations d’un secteur désormais soumis au marché, et favorise la naturalisation de leurs compétences.

4Par la suite, deux grandes manières pour les aides à domicile d’investir leur travail et d’en façonner les contours sont exposées. Certaines, généralement des « déclassées autochtones », des « blanches », perçoivent cet emploi comme une déchéance et s’investissent avant tout dans les tâches d’entretien des domiciles, tentant d’échapper au travail sur les personnes âgées, corporel ou émotionnel. D’autres, les « déclassées mobiles », « noires » ou « arabes » originaires des DOM-TOM ou de l’étranger, ou encore les « promues », issues des fractions les plus prolétarisées des classes populaires, se déclarent fières de leur travail. Elles relèguent au second plan le travail matériel et revendiquent s’occuper des « cas difficiles », personnes démentes sur lesquelles elles improvisent des savoir-faire ajustés. Derrière ces deux conceptions du travail se profilent des positionnements sociaux qui traduisent de profondes lignes de clivage dans les classes populaires contemporaines, attisées par des préjugés racistes qui se recréent au quotidien dans les rivalités professionnelles. Chacun des deux groupes fait l’objet d’une analyse serrée, qui part d’une interrogation sur ses modes de légitimation professionnelle, s’attache à ses modes de légitimation sociale et inclut jusqu’à ses modes de consommation et de loisir.

5L’un des apports majeurs de l’ouvrage réside dans le concept de « style de féminité », inspiré par Max Weber, qui englobe aussi bien des façons de se vêtir et de marcher que des rapports à la sphère publique et des arbitrages entre sphères domestique et professionnelle. Le premier groupe, issu des classes populaires « respectables », est attaché à une forme traditionnelle de féminité. Ancrées dans la droite locale, proches de l’univers du petit patronat, se vivant comme des femmes d’intérieur accomplies, ces femmes n’en font pas moins preuve d’une « virilité féminine », valorisant sur un mode ouvriériste le courage physique, des formes de solidarité contre leurs « patronnes », n’hésitant pas à « gueuler » pour obtenir ce qu’elles veulent. Le second groupe, le plus dominé, est paradoxalement celui dont le style de féminité se rapproche le plus des femmes des classes moyennes et supérieures, en ce qu’elles recherchent sur un mode individualiste un accomplissement personnel par le travail. Celui-ci forge chez elles de nouvelles dispositions au « souci de soi » et à l’émancipation de la sphère domestique. Si l’on perçoit bien la force des antagonismes qui traversent les aides à domicile, on se demande parfois dans quelle mesure des passerelles et des zones de flou n’existent pas entre les deux groupes, qui gagneraient peut-être à être présentés comme des idéaux-types. Certaines enquêtées « promues » ont ainsi un positionnement plus proche de celui des « déclassées autochtones » que des « déclassées mobiles » ; certaines femmes du second groupe se laissent stratégiquement percevoir comme dominées dans la sphère domestique pour conserver le soutien de l’encadrement, tandis que d’autres du premier se plaisent au contraire à mettre en scène une autonomie domestique. L’ouvrage de Christelle Avril apporte une contribution décisive, tout en recelant nombre de paradoxes subtilement éclairés, qui en rendent la lecture passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Schütz, « Les aides à domicile. Un autre monde populaire, C. Avril »Sociologie du travail, Vol. 57 - n° 3 | 2015, 391-393.

Référence électronique

Gabrielle Schütz, « Les aides à domicile. Un autre monde populaire, C. Avril »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 57 - n° 3 | Juillet-Septembre 2015, mis en ligne le 17 juillet 2015, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sdt/1492 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.1492

Haut de page

Auteur

Gabrielle Schütz

Professions, institutions, temporalités (PRINTEMPS), UMR 8085 CNRS – Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, 47, Boulevard Vauban, 78047 Guyancourt Cedex, France
gabrielle.schutz[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search