Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusEuropean Unions, Labor’s Quest fo...

Comptes rendus

European Unions, Labor’s Quest for a Transnational Democracy, R. Erne

Cornell University Press, Ithaca and London (2008). 260 p.
Élodie Béthoux
p. 409-411
Référence(s) :

Roland Erne, European Unions, Labor’s Quest for a Transnational Democracy, Cornell University Press, Ithaca and London, 2008, 260 p.

Texte intégral

1En quoi la construction européenne transforme-t-elle les stratégies et les identités syndicales ? Telle est la question posée par un nombre croissant de travaux qui examinent les voies d’une possible européanisation des relations professionnelles. S’inscrivant dans ce courant de recherches en plein développement, l’ouvrage de Roland Erne présente quatre traits singuliers qui signalent son originalité et son intérêt.

2Venu de la science politique, l’auteur inverse tout d’abord l’interrogation en se demandant dans quelle mesure l’acteur syndical contribue au processus de démocratisation de l’Union européenne. Après une brève introduction, la première partie présente ainsi le cadre analytique forgé par R. Erne : la définition de quatre stratégies syndicales alternatives, qui se distinguent par leur orientation vers l’européanisation ou la renationalisation, d’une part, et par leur nature démocratique ou technocratique, d’autre part, dessine la matrice conceptuelle qui sert d’ossature à l’ensemble de l’ouvrage, assurant clarté et unité de l’exposé. L’acteur syndical – entendu dans une acception large qui inclut les institutions représentatives du personnel – est alors saisi non par ses discours mais par ses pratiques, l’auteur soumettant son analyse à l’épreuve de deux « terrains » : la négociation collective sur les salaires (deuxième partie) et la protection de l’emploi face aux restructurations industrielles (troisième partie). Étudier ces pratiques le conduit à croiser les niveaux d’observation – locaux, nationaux, européens et transnationaux – proposant une vue d’ensemble des transformations que connaissent aujourd’hui les systèmes de relations professionnelles en Europe. Cette vue large tient aussi à la bibliographie très européenne mobilisée par l’auteur, à l’image de sa propre trajectoire, qui offre au lecteur un excellent panorama des recherches britanniques, allemandes, françaises ou italiennes sur ces questions. Enfin, l’ouvrage se démarque avec bonheur d’une littérature trop souvent partisane, partagée entre euro-pessimistes et euro-optimistes, en adoptant un positionnement mesuré et modéré, car toujours référé à la complexité des situations que le travail empirique révèle.

3Le traitement réservé aux deux parties empiriques de l’ouvrage diffère cependant, tout comme, par conséquent, que leurs apports respectifs à la démonstration générale : si l’axe opposant stratégies de renationalisation et d’européanisation prévaut dans la deuxième partie, la troisième s’organise autour de l’opposition entre stratégies technocratique et démocratique, considérées toutes deux au niveau européen.

4Reprenant les débats désormais classiques sur le « néo-corporatisme » national et l’affirmation d’un régime compétitif de relations professionnelles européen (chapitre 4), la deuxième partie examine donc les négociations salariales en Europe en trois temps. Statistiques syndicales à l’appui, l’auteur dresse tout d’abord une typologie des stratégies syndicales nationales en matière de salaires, afin de tester l’hypothèse d’une « renationalisation technocratique », par laquelle les syndicats acceptent des concessions salariales au nom de la défense de l’économie nationale (chapitre 5). Trois cas sont identifiés en fonction de l’évolution observée des salaires : pas de modération salariale – Danemark, Suède et Royaume-Uni, hors de la zone euro, et Grèce et Portugal, où les syndicats rejettent la modération salariale – ; une modération salariale pour des raisons structurelles – France et Espagne – ; une modération salariale négociée avec les syndicats, mais selon des modes différents – partenariat social ancien aux Pays-Bas et en Irlande, changement progressif en Allemagne et Autriche, et brutal en Italie et Finlande, imposition étatique en Belgique. En n’approfondissant pas la question de la détermination des salaires, dont les modalités diffèrent nettement d’un contexte national à l’autre, cette typologie, bien que stimulante, décrit plus qu’elle n’explique les évolutions présentées : l’auteur répond à la question qu’il pose – les syndicats ont-ils soutenu une politique de modération salariale dans les différents pays européens depuis les années 1990 ? – sans examiner vraiment le pourquoi de ce soutien ou de ce rejet. Le deuxième temps, consacré aux expériences de coordinations salariales européennes, entre plus finement dans les stratégies syndicales exposées (chapitre 6). Qu’il s’agisse de l’adoption « euro-technocratique » de benchmarks salariaux par le groupe de Doorn, la Confédération européenne des syndicats et la Fédération européenne de la métallurgie, ou des diverses initiatives plus « euro-démocratiques » de la Fédération européenne des travailleurs du bâtiment et du bois, l’auteur montre comment une stratégie d’européanisation des activités syndicales peut être motivée avant tout par des intérêts locaux – ici la défense des salaires contre la pression à la baisse qui résulte de la compétition internationale. Le choix des syndicats d’agir prioritairement aux niveaux local, national ou européen dépend donc moins de leurs objectifs que des opportunités d’action dont ils disposent à ces différents niveaux. Le lien entre la typologie des situations nationales et l’étude de ces coordinations salariales européennes se noue alors dans le chapitre 7 qui clôt la deuxième partie du livre en détaillant les cas allemands, français et italien. Dans toute cette deuxième partie, l’auteur s’appuie donc sur une synthèse et un rappel des faits toujours très informés pour proposer sa lecture de phénomènes par ailleurs étudiés par d’autres, sans toutefois que la plus-value apportée par sa matrice conceptuelle soit, à nos yeux, toujours évidente. Par contraste, la troisième partie de l’ouvrage, plus inductive, nous entraîne sur des terrains que l’auteur a lui-même parcourus et observés et à partir desquels son cadre analytique semble avoir été initialement forgé.

5Centrée sur le niveau de l’entreprise, cette troisième et dernière partie compare les stratégies syndicales menées dans deux cas de fusions transnationales. Un bref mais utile chapitre rappelle l’état de la réglementation communautaire en la matière, pour souligner le peu de place réservée aux travailleurs dans le cadre institutionnel de la politique de la concurrence communautaire (chapitre 8). Les deux études de cas visent alors à montrer comment, en dépit de ces limitations réglementaires, les syndicats ont cherché à influencer les processus en cours par le biais de deux stratégies contrastées : une stratégie euro-démocratique fondée sur la politisation de l’affaire et l’organisation d’actions collectives transnationales dans le cas de la fusion entre Alstom et ABB (chapitre 9) ; une stratégie euro-technocratique, dont les effets restent limités, usant des arguments propres aux procédures technocratiques de contrôle des fusions dans le cas Alcan-Péchiney (chapitre 10). En rapprochant les récits détaillés de ces monographies, l’auteur cherche à expliquer l’adoption de ces stratégies divergentes, alors que les mêmes syndicats européens, allemands et français sont mobilisés dans les deux cas. C’est dans cette comparaison que sa thèse prend corps avec le plus de netteté.

6Rejetant les approches déterministes qui font de la diversité des identités nationales, de la mise en concurrence qui résulte de l’intégration économique européenne ou de l’affirmation de structures de gouvernance communautaires néo-libérales des obstacles irrémédiables au développement de l’action collective, l’auteur met en évidence l’émergence de nouvelles formes d’action syndicales transnationales, en insistant sur trois points essentiels. L’approche comparée permet de souligner la coexistence de stratégies européanisées et nationales. Pour expliquer cette européanisation, l’attention portée aux situations concrètes conduit à privilégier des facteurs socio-économiques et institutionnels plutôt qu’idéologiques ou culturels : en premier lieu, la centralisation des décisions managériales à un niveau supranational, le rôle dominant de la Commission européenne en matière de politique de la concurrence et l’existence de structures européennes de représentation des salariés, qu’il s’agisse de la CES, de la FEM ou des comités d’entreprise européens. Enfin, pour comprendre les formes que prend cette européanisation, les clivages sectoriels se révèlent plus prégnants que les clivages nationaux. C’est lorsque cette européanisation passe par des actions collectives transnationales et une politisation du processus décisionnel communautaire que les syndicats deviennent alors acteurs de la démocratisation de l’Union européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Béthoux, « European Unions, Labor’s Quest for a Transnational Democracy, R. Erne », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 409-411.

Référence électronique

Élodie Béthoux, « European Unions, Labor’s Quest for a Transnational Democracy, R. Erne », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14946

Haut de page

Auteur

Élodie Béthoux

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), École normale supérieure de Cachan, bâtiment Laplace, 61, avenue du Président-Wilson, 94235 Cachan cedex, France
elodie.bethoux[at]ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search