Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusLes relations sociales en entrepr...

Comptes rendus

Les relations sociales en entreprise, Un portrait à partir des enquêtes "Relations professionnelles et négociations d’entreprise", T. Amossé, C. Bloch-London, L. Wolff (Eds)

La Découverte, Paris (2008). 455 p.
Guy Groux
p. 411-413
Référence(s) :

Thomas Amossé, Catherine Bloch-London et Loup Wolff (dir.), Les relations sociales en entreprise, Un portrait à partir des enquêtes "Relations professionnelles et négociations d’entreprise", La Découverte, Paris, 2008, 455 p.

Texte intégral

1L’ouvrage rédigé par 40 auteurs venus d’institutions ou de disciplines diverses, comporte 18 chapitres. Il renvoie à trois grandes enquêtes – les enquêtes REPONSE – impliquant notamment des employeurs, des syndiqués et des salariés. Initiées par l’administration du travail dès le début des années 1990, elles couvrent la période 1992–2004. À l’origine, il s’agissait de pallier les carences des données existantes et de s’inspirer de certaines expériences analogues faites en Grande-Bretagne avec l’enquête Workplace Industrial Relations Surveys (WIRS) initiée dès 1980 et devenue Workplace Employment Relations Surveys (WERS) en 1998.

2D’un point de vue général, l’ouvrage contient des apports particulièrement innovants du moins dans le contexte français. Dans un même mouvement, il s’attache à saisir les relations sociales, la performance, le contexte de l’entreprise et l’évolution du tissu productif. Dans ce cadre, il montre que si la déconcentration productive a pu fragiliser l’implantation des syndicats, la concentration financière qui s’est développée dans le même temps a pu à l’inverse favoriser leur présence dans de nouveaux lieux de travail (Loup Wolff, chapitre 4). Ailleurs, est abordée une question peu posée en France, celle du rapport entre syndicats et performance économique et financière de l’entreprise (Patrice Laroche, Heidi Wechtler, chapitre 11).

3Un autre apport original concerne l’implantation des syndicats ou des institutions représentatives des personnels (IRP) et leur rapport aux salariés. De ce point de vue, le constat est net. L’implantation des IRP s’est beaucoup développée au cours de la période concernée par les enquêtes. Mais ceci n’a pas véritablement donné lieu à un enrichissement des rapports avec les salariés de base. La présence des syndicats dans l’entreprise se réduit souvent à un noyau absorbé dans le fonctionnement des IRP, les syndicats étant les représentants des IRP auprès des salariés plus souvent que l’inverse, à savoir les représentants des salariés au sein des institutions (Jean-Marie Pernot, Maria-Teresa Pignoni, p. 161). En fait, « en dehors des conflits et des scrutins, les représentants du personnel apparaissent [souvent] isolés » (Thomas Amossé, Oliver Jacod, p. 180). Ici derrière les constats de l’enquête, ce qui est en cause renvoie bien à l’une des questions essentielles de la science et de la sociologie politiques d’aujourd’hui : la crise de la représentation.

4D’autres chapitres s’éloignent de certains stéréotypes dominants. Il en est ainsi de celui rédigé par David Mardsen, Richard Belfield et Salima Benhamou qui compare la France et la Grande-Bretagne à propos du modèle salarial et des rémunérations incitatives. En effet, « les établissements français [demeurent] les plus gros utilisateurs d’incitations salariales liées à la performance, surtout individuelles sous forme de prime ou d’augmentation, révélant une logique d’individualisation des rémunérations étonnamment plus développée qu’en Grande-Bretagne » (p. 401). Ailleurs est encore évoquée la sur-réglementation juridique qui n’empêche nullement l’essor de la négociation locale voire de son autonomie au moins relative (Catherine Bloch-London, Jérôme Pélisse). L’ouvrage traite aussi du développement de conflictualités en marge des traditions de la grève et des luttes syndicales – conflictualités que Christian Morel désignait dès 1981 par le terme de « grève froide » (Sophie Béroud et al.). Enfin est aussi abordée l’existence dans des activités diverses d’un néotaylorisme ou d’une « retaylorisation du travail » (Thomas Amossé, Thomas Coutrot), qui confirme certaines thèses portées dans les années 1980, par des auteurs comme Pierre Morville et Danièle Linhart pour ne citer qu’eux.

5Bien sûr, ce recueil comporte certaines limites dues notamment aux modalités de l’enquête REPONSE. Dans l’analyse des pratiques de conflits d’entreprise, le coulage, le sabotage, le détournement de la production ne sont jamais mentionnés alors qu’ils l’étaient dans certains ouvrages de sociologie durant les années 1970 (e.g. Pierre Dubois, Le sabotage dans l’industrie, Calmann-Lévy, Paris, 1976). D’où les vertus de l’observation participante ? Autre limite. Si un chapitre est consacré au genre, rien n’est dit sur une part importante du monde du travail : les immigrés. Dès lors quid de la diversité du monde de la production ?

6L’ouvrage constitue un opus. Une nouvelle vague d’enquête est prévue. Elle permettra de saisir les effets des nouvelles règles de représentativité syndicale dans l’entreprise comme ceux de la crise économique et financière actuelle sur les relations sociales. Elle se voudra également internationale et comparative, le projet étant de lier les enquêtes REPONSE et WERS pour mieux comprendre « le rôle des contextes légaux et sociétaux dans la caractérisation des compromis de gouvernance d’entreprise » (Thomas Amossé, Thomas Coutrot, p. 450). Mais dans ce cas, ne faudrait-il pas aussi tenir compte des résultats fournis par d’autres grandes enquêtes internationales comme l’European Social Survey (ESS) ? Outre les aspects contextuels, celle-ci tient compte d’aspect beaucoup plus « micro » comme, par exemple, la confiance ou la défiance des salariés entre eux. Et dans ce contexte, la France forme avec l’Espagne ou la Pologne l’un des pays où l’on compte les plus fortes proportions de salariés qui se défient de leurs collègues a contrario d’autres pays comme les Pays-Bas, la Suède ou la Grande-Bretagne. Fait sans importance ? Dans son introduction au livre, Michel Lallement évoque la richesse des questionnements qui portent sur les perceptions des salariés de base. À leur manière, elles expliquent les interactions et les rapports de coopération ou de confits qui jouent ici ou là. Or les rapports de confiance ou de défiance qui structurent ou déstructurent les collectifs de travail n’expliquent-ils pas, à leur niveau, l’état des rapports sociaux ou institutionnels qui structurent l’entreprise comme les relations de chaque salarié avec les IRP ? La question ne mérite-t-elle pas d’être abordée lors de la prochaine vague d’enquête ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Groux, « Les relations sociales en entreprise, Un portrait à partir des enquêtes "Relations professionnelles et négociations d’entreprise", T. Amossé, C. Bloch-London, L. Wolff (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 411-413.

Référence électronique

Guy Groux, « Les relations sociales en entreprise, Un portrait à partir des enquêtes "Relations professionnelles et négociations d’entreprise", T. Amossé, C. Bloch-London, L. Wolff (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14958

Haut de page

Auteur

Guy Groux

CEVIPOF (FNSP–IEP), 98, rue de l’Université, 75007 Paris, France
guy.groux[at]sciences-po.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search