Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusLa consommation engagée, S. Dubui...

Comptes rendus

La consommation engagée, S. Dubuisson-Quellier

Presses de Sciences Po, Paris (2009). 143 p.
Dominique Roux
p. 413-414
Bibliographical reference

Sophie Dubuisson-Quellier, La consommation engagée, Presses de Sciences Po, Paris, 2009, 143 p.

Full text

1Rendre compte des répertoires de protestation des consommateurs et permettre de donner sens à la variété de leurs mobilisations, tel est l’objectif poursuivi par Sophie Dubuisson-Quellier dans cet ouvrage. Le postulat de départ est de donner à la consommation le rôle d’arène politique où l’échange économique fait office de sanction, comme de récompense, des acteurs marchands. Dans ce sens, le terme « engagé » doit autant à la volonté du consommateur de soutenir des entreprises socialement ou écologiquement vertueuses (buycott), qu’au principe de son retrait ou de sa dénonciation en cas de manquements (boycott). Pour autant, le phénomène englobe une large palette de manifestations, individuelles ou collectives, dont l’auteur entend faire la synthèse. Trois temps viennent ainsi rythmer le projet : un bref rappel de l’histoire des mouvements de protestation des consommateurs ; une présentation des deux principaux axes de mobilisation collective que sont aujourd’hui l’environnement et la justice sociale ; la mise au jour d’autres formes de consommation, diffuses et alternatives, témoignant de nouvelles manières de contester le marché.

2La partie historique, tout d’abord, permet de revisiter quelques-unes des filiations européennes et nord-américaines des mouvements coopératifs et des ligues d’acheteurs, jusqu’à la naissance de leurs associations de défense. Elle fait apparaître la progressive institutionnalisation de la protection des consommateurs, mais aussi, corrélativement, l’autonomisation de la sphère marchande par rapport aux formes économiques et sociales antérieures, comme les mouvements ouvriers ou les coopératives patronales. Cette rapide incursion dans l’histoire récente montre aussi que depuis l’après-guerre, l’institutionnalisation de la défense des consommateurs, à la fois étatique et managériale, signe le recul de la régulation des marchés par les individus eux-mêmes. Face à cette reconfiguration du paysage consumériste, la réflexion s’oriente alors sur le déploiement des nouvelles formes de militantisme, leur nature, leurs contenus et leurs modalités d’action.

3Les enjeux environnementaux et la justice sociale constituent ainsi les axes forts de la protestation contemporaine, analysés dans un second temps. À travers l’exemple de l’agriculture biologique, le premier axe souligne la complexité des combats portés par les mouvements militants face à d’autres parties prenantes, pour lesquelles le consommateur est plus une caution ou une référence qu’un acteur à part entière. Les dualités qui opposent bonheur privé et action publique sont par exemple discutées et confrontées à la réalité des volumes d’achat des consommateurs en matière de produits labellisés. La significativité discutable de ces pratiques conduit Sophie Dubuisson-Quellier à suggérer que la sensibilisation du consommateur est moins un déterminant du changement que son résultat. Ce dernier n’est palpable que lorsque les groupes militants parviennent à mobiliser la figure du consommateur pour soutenir leurs luttes, sinon à inscrire leur combat à l’agenda des politiques publiques. Le second axe souligne la difficulté d’une démarche similaire en matière de justice sociale. En effet, la difficile « traçabilité » des pratiques le long des chaînes de production souligne le caractère utopique d’une coopération volontaire des firmes.

4Enfin, après l’examen de la dimension collective et organisée des protestations, c’est à leurs formes moins institutionnalisées et plus atomisées que s’intéresse la dernière partie de l’ouvrage. Elle met au jour la diversité des modalités de résistance au marché, entre actions collectives et pratiques individuelles, qu’il s’agisse de postures contre-culturelles, d’actions anti-publicitaires ou de décroissance. Le dernier chapitre aborde plus particulièrement les formes alternatives d’échanges issues de l’économie sociale et solidaire, et celles qui, comme les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), se sont développées dans le domaine alimentaire. Ce dernier exemple ouvre une réflexion sur la question de la gouvernance des consommateurs et de leur participation aux décisions de la construction des marchés. En guise de conclusion, Sophie Dubuisson-Quellier propose d’organiser ce large répertoire en une taxonomie bidimensionnelle des dimensions de l’action résistante – individuelle ou collective, d’une part, centrée sur la consommation ou incluse dans des pratiques sociales élargies, d’autre part.

5L’ouvrage présente au final une grille de lecture claire d’un sujet naturellement foisonnant. On peut toutefois regretter qu’il conduise à une focalisation plus marquée sur les dimensions collectives, plutôt qu’individuelles, de protestation des consommateurs. Même si l’auteur note toute la difficulté à rendre compte de l’infinité de leurs gestes diffus, tout comme du décalage entre discours activistes et réalité de leurs comportements atomisés, force est de constater que l’ouvrage fait la part belle à la mise en visibilité des mouvements militants au détriment des gestes quotidiens, ciblés, voire limités, mais souvent non affiliés des consommateurs ordinaires. Investis récemment par les courants du marketing qui approchent la consommation durable, responsable, résistante, avec l’objectif d’éclairer les enjeux managériaux que ces pratiques posent aux firmes, cet espace d’analyse partiellement négligé laisse dans l’ombre une part de la notion d’engagement : celle qui convoque en retour l’idée d’un désengagement des consommateurs, d’un déficit de confiance et de fidélité de leur part à l’égard des acteurs, des dispositifs et du fonctionnement marchand. On peut également regretter que le rôle des entreprises dans ces phénomènes soit en partie occulté au profit de celui des structures institutionnelles ou militantes, alors qu’elles constituent les acteurs majeurs de la construction des marchés. Que leurs comportements, idéologies et intérêts soient la cible d’une partie des dénonciations collectives, plus ou moins fortement médiatisées, ne peut qu’inciter à de nouvelles réflexions sur leur implication et leurs responsabilités dans une telle thématique, à côté de celles de consommateurs, militants ou non.

Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Roux, « La consommation engagée, S. Dubuisson-Quellier », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 413-414.

Electronic reference

Dominique Roux, « La consommation engagée, S. Dubuisson-Quellier », Sociologie du travail [Online], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, Online since 18 August 2010, connection on 01 December 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14981 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.14981

Top of page

About the author

Dominique Roux

IUT de Sceaux, université Paris Sud-11, 8, avenue de Cauchy, 92330 Sceaux, France
dominique.roux1[at]u-psud.fr

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search