Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusL’artiste pluriel, Démultiplier l...

Comptes rendus

L’artiste pluriel, Démultiplier l’activité pour vivre de son art, M.-C. Bureau, M. Perrenoud et R. Shapiro (Eds)

Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq (2009). 193 p.
Antoine Vernet
p. 417-418
Référence(s) :

Marie-Christine Bureau, Marc Perrenoud, et Roberta Shapiro (dir.), L’artiste pluriel, Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2009, 193 p.

Texte intégral

  • 1 Voir : J. Rannou, I. Roharik, Les danseurs. Un métier d’engagement, La Documentation française, Par (...)

1L’ouvrage rassemble dix contributions autour de la thématique de la multi-activité dans le travail artistique. L’introduction précise le cadre : les auteurs reprennent la distinction établie par Janine Rannou et Ionela Roharik1, au sein de la multiactivité, entre polyvalence – exercice de plusieurs fonctions au sein d’un même collectif de travail –, polyactivité – exercice de plusieurs métiers dans des branches différentes – et pluriactivité – exercice de plusieurs métiers dans le même secteur d’activité.

2Les contributions explorent surtout la différence entre pluriactivité et polyactivité. Le travailleur artistique pluriactif est souvent mieux intégré sur le marché en termes de salaire, de volume d’emploi que le polyactif, qui subit plus souvent sa situation, mais aussi que le monoactif.

3L’ouvrage rappelle que la monoactivité est souvent une exception dans les mondes de l’art et qu’être bien intégré sur le marché du travail, c’est aussi être capable de développer une pluriactivité. Ce que, par exemple, les femmes musiciennes d’orchestre ont plus de difficultés à faire que leurs homologues masculins, du fait d’éventuelles maternités, et parce qu’elles assument en moyenne plus de responsabilités dans leur vie de famille que les hommes (Hyacinte Ravet). Ce résultat est, somme toute, assez classique, mais l’apport principal du livre est de montrer, au travers d’enquêtes de terrain, les formes spécifiques que prend la multiactivité.

4Par exemple, les réformes de l’intermittence élaborées par le législateur paraissent souvent inadaptées : conçues avec la monoactivité salariée comme modèle de référence, elles risquent de mettre en péril les équilibres, plus ou moins instables, rendus possibles par la diversification de l’activité, et de contrarier ainsi la professionnalisation dans ce secteur d’activité au lieu de l’encourager (Antonella Corsani et Mauricio Lazzarato).

5Les avantages que procure la pluriactivité aux artistes sont différenciés suivant les mondes de l’art : les danseurs gagnent en longévité professionnelle (Janine Rannou et Ionela Roharik) ; les musiciens stabilisent leur activité géographiquement et en termes de revenus en complétant leurs cachets par l’enseignement (Marc Perrenoud). La place de l’enseignement est d’ailleurs centrale dans la pluriactivité à travers les différents mondes de l’art. Enseigner permet aux artistes de compléter leurs revenus sans s’éloigner trop de leur pratique artistique. Au-delà des frontières de branches et de secteur d’activité, on passe de la pluriactivité – bénéfique, en général, pour l’intégration sur le marché – à la polyactivité quand l’activité secondaire vient perturber l’exercice de l’activité principale.

6Signalons encore l’article sur la transition du théâtre est-allemand vers l’économie de marché (Laure de Verdalle). L’auteur y montre que la diversification de l’offre culturelle a été rendue possible dans ce contexte par le recours à la polyvalence des travailleurs, préalablement fonctionnaires ou assimilés. Les nouvelles structures, moins bureaucratiques, offrent plus de liberté, mais nécessitent que les individus multiplient les responsabilités au sein du collectif – ex. mettre en scène, jouer et gérer la compagnie théâtrale.

7L’ouvrage met bien en évidence le constat classique de la spécificité de l’activité artistique qui nécessite de se diversifier pour se maintenir sur le marché. Mais l’analyse se précise, au travers des enquêtes qui servent de matériau aux chapitres, en montrant comment le type de cette diversification (polyvalence, pluriactivité, polyactivité) influence la carrière des individus.

8En définitive, on peut regretter l’absence d’un texte théorique – une conclusion ou une introduction plus développée ? – qui soulignerait mieux la cohérence de l’ouvrage et ferait aussi la distinction entre, d’une part, la pluriactivité et la polyactivité qui relèvent d’une logique assurantielle et, d’autre part, la polyvalence qui relève de contraintes d’organisation du travail. Cela aurait peut-être conduit à revoir la troisième partie de l’ouvrage dans laquelle la problématique d’ensemble n’apparaît jamais très clairement.

Haut de page

Notes

1 Voir : J. Rannou, I. Roharik, Les danseurs. Un métier d’engagement, La Documentation française, Paris, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Vernet, « L’artiste pluriel, Démultiplier l’activité pour vivre de son art, M.-C. Bureau, M. Perrenoud et R. Shapiro (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 417-418.

Référence électronique

Antoine Vernet, « L’artiste pluriel, Démultiplier l’activité pour vivre de son art, M.-C. Bureau, M. Perrenoud et R. Shapiro (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/14998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.14998

Haut de page

Auteur

Antoine Vernet

Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense, maison Max-Weber, bureau K229, 200, avenue de la République, 92001 Nanterre, France
antoine.vernet[at]u-paris10.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search