Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le travail créateur, S’accomplir dans l’incertain, P.M. Menger

Seuil/Gallimard, Paris (2009). 670 p.
Marie Buscatto
p. 418-421
Référence(s) :

Pierre-Michel Menger, Le travail créateur, S’accomplir dans l’incertain, Seuil/Gallimard, Paris, 2009, 670 p.

Texte intégral

1Le travail artistique est un objet à la fois séduisant et difficile à saisir. Souvent placé sous les registres de la « vocation », de l’« inspiration », de la « passion », il échappe a priori aux analyses classiques des sciences sociales. Empreint de sentiments passionnés et d’implications subjectives dans l’accomplissement de l’œuvre, il oblige à analyser autrement le rapport au travail de ses protagonistes. Activité fluide, fuyante et parfois même solitaire, il rend également difficile la reconstitution de ses principes collectifs d’action. L’acharnement des artistes à se maintenir dans leur activité alors même qu’ils et elles sont dans leur grande majorité confronté-e-s à des conditions de travail et d’emploi peu favorables oblige les sociologues à analyser le travail autrement.

2Pierre-Michel Menger est de celles et de ceux qui, depuis une trentaine d’années, participe de manière riche et originale à analyser les fondements du travail artistique au travers aussi bien d’enquêtes empiriques ambitieuses que de réflexions plus larges sur le travail créateur. Cet ouvrage volumineux de 670 pages est, certes, pour lui l’occasion de rassembler, en 13 chapitres, un ensemble d’études passées, déjà publiées dans des ouvrages et des revues scientifiques. Ce livre lui donne encore l’occasion de discuter de manière critique et documentée les travaux passés et présents des économistes et des philosophes de l’art, enrichissant notre connaissance pluridisciplinaire sur un sujet aussi complexe et riche en analyses contradictoires. Mais il est surtout l’occasion, pour l’auteur, de rendre compte de sa vision globale des fondements du travail artistique, « depuis l’intimité de l’activité créatrice jusqu’aux analyses du marché du travail », vision construite autour du « principe d’incertitude » censé modeler le travail artistique (p. 8). Les chapitres cinq et six, respectivement intitulés « Rationalité et incertitude de la vie d’artiste » et « Talent et réputation. Les inégalités de réussite et leurs explications dans les sciences sociales », jouent ici le rôle d’une armature conceptuelle à partir de laquelle se déploient les autres chapitres centrés sur des thèmes plus précis – Émile Durkheim et l’art, la consommation culturelle, la précocité des compositeurs de musique, le génie de Ludwig van Beethoven, l’œuvre d’Auguste Rodin, l’intermittence du spectacle, les relations d’emploi des comédien-ne-s ou la place de l’action publique en art. C’est donc autour de ces deux chapitres que nous rendrons compte du raisonnement de l’auteur dans ses grandes lignes et évoquerons les critiques que soulève cette stimulante analyse.

3Dans les sociétés occidentales contemporaines, le travail artistique est devenu une activité prestigieuse, jugée épanouissante, libre et non routinière, attirant un nombre toujours plus grand de candidat-e-s à la professionnalisation. Les faibles chances de réussite, les niveaux de revenu peu attrayants, les conditions d’emploi très précaires sont acceptées en échange de la possibilité d’accéder à une activité si valorisante pour l’expression de « soi ». L’incertitude est non seulement constitutive de l’activité artistique et de ses possibilités de reconnaissance, mais elle est surtout au fondement de la valeur ainsi accordée par les unes et les autres à l’exercice de cette activité de manière forte : « Le prestige même et la force de séduction des métiers artistiques sont mesurés au degré d’imprévisibilité du résultat et du succès » (p. 205).

4Or, différentes enquêtes empiriques menées sur les mondes de la danse, de la littérature, des arts plastiques, de la musique, de l’écriture ou du cinéma constatent toutes également que dans ces mondes très hiérarchisés, seule une très faible minorité « vit exclusivement de son art ». À côté de cette élite reconnue, se consacrant à son art et plutôt bien rémunérée, exerce une grande majorité d’artistes confrontés à des conditions de travail et d’emploi dégradées loin de l’idéal artistique d’épanouissement de soi dans son art. Comment alors expliquer que se construisent et se perpétuent des inégalités si criantes ?

5Selon P.‑M. Menger, deux mécanismes expliquent en grande partie la construction et la légitimation de ces fortes inégalités professionnelles et artistiques. D’une part, les individus, dans leur volonté de s’accomplir dans l’art, surévaluent leurs chances de réussite et sous-évaluent les preuves contraires que le temps met sur leur chemin. D’autre part, les professionnel-le-s de l’art, confronté-e-s à l’incertitude du jugement artistique, soumettent les œuvres d’art, et les artistes qui les produisent, à des épreuves régulières, nombreuses, relatives de jugement afin de limiter les risques d’erreur. Si l’incertitude est jugée nécessaire pour générer des travaux créatifs et originaux, elle est également porteuse de risques d’échec pour les différents professionnel-le-s de l’art engagé-e-s à évaluer, à commercialiser, à acheter, à financer les œuvres produites. Le « talent » d’un-e artiste, sa capacité à créer des œuvres de qualité dans la durée, n’est jamais visible d’emblée, il ne se révèle qu’au fil du temps et des épreuves que constituent les expériences créatrices. Sont ainsi mis en place des « tournois d’évaluation », des « compétitions par comparaison relative » (p. 293) aux issues incertaines – auditions, lancement d’un disque, production d’un spectacle, exposition en galeries – qui classent les artistes et leurs œuvres.

6Les mondes de l’art, par ces comparaisons relatives, identifieraient les plus talentueux et miseraient sur eux et sur elles pour assurer la meilleure qualité créatrice. Se construisent alors des « appariements sélectifs » qui agissent comme « un levier dans le mécanisme d’avantage cumulatif ». Les œuvres d’art sont le produit d’un travail collectif qui gagne à associer les artistes et les professionnel-le-s d’un même niveau de réussite – voire meilleur – renforçant ainsi les chances de succès de celui ou de celle qui a une réputation déjà élevée. Dès lors, même si les écarts objectifs de talent sont minimes au départ, le processus même de compétition entre les artistes joue à creuser les écarts de manière forte tout en faisant émerger les plus talentueux. P.‑M. Menger fait ici appel à « l’effet Mathieu » décrit par Robert Merton et Harriet Zuckerman, parabole biblique utilisée pour expliquer les écarts considérables de carrière entre des scientifiques pourtant peu différents au départ de leurs trajectoires grâce aux mécanismes de l’« avantage cumulatif ». Mais là où ces deux chercheurs attribuaient les différences énormes entre individus avant tout à des effets de positionnement institutionnel – selon que les jeunes chercheur-e-s appartiennent, ou non, aux institutions les plus prestigieuses et/ou commencent sous de brillants parrainages – P.‑M. Menger y voit avant tout la marque d’un talent objectif, de « différences intrinsèques ». Pour l’auteur, « des écarts de talent dont l’amplitude est initialement faible ou, à tout le moins, d’importance incertaine, quant à la réussite future, sont rapidement augmentés par le jeu des appariements sélectifs, avec leur action multiplicative sur l’expression des qualités individuelles de ceux qui collaborent, et avec l’autorité qu’ils confèrent à ceux qui se cooptent dans le choix sélectif de leurs projets créateurs » (p. 357). Pour conclure, l’auteur juge ce mécanisme heureux pour la collectivité puisque seul un fort taux d’entrée dans les métiers de l’art garantirait un certain niveau de créativité et d’innovation artistique.

7Cet ouvrage, original, stimulant, cultivé, présente un double intérêt pour les sociologues contemporains du travail. À travers des exemples précis et au moyen de discussions approfondies de nombreuses recherches menées en sociologie et en économie de l’art, il rend compte du travail créateur dans sa double dimension individuelle et sociale, subjective et collective. Si le désir d’accomplissement de soi, la passion de créer motive un nombre toujours plus grand d’individus à entrer et à se maintenir dans des mondes de l’art pourtant précaires, éminemment concurrentiels, et aux trajectoires souvent décevantes, il fonde aussi la capacité de ces mondes à se renouveler, à gagner en qualité, à continuer à produire des œuvres originales. De plus, parce qu’il étudie une activité peu soumise aux règles organisationnelles, une activité particulièrement fluide et incertaine, P.‑M. Menger rappelle avec grande clarté les processus sociaux de construction des réputations artistiques à travers les règles de cooptation et de construction de réseaux, des « appariements sélectifs », dans le prolongement des travaux fondateurs de Howard S. Becker et de Raymonde Moulin sur les mondes et les marchés de l’art.

8Il appelle cependant à une critique de fond. Pour l’auteur, grâce au jeu de la concurrence et de la compétition relative, ce sont bien les plus talentueux qui émergent et s’élèvent au plus haut de la hiérarchie des mondes de l’art. Or, cette vision « naturaliste » des talents, légitimant en retour aussi bien les hiérarchies artistiques existantes que la pertinence des modes de fonctionnement des mondes de l’art se heurte aux enquêtes qualitatives et quantitatives contraires qui démontrent plutôt, au-delà des différences de talent, la persistance des inégalités fondées sur les seules différences de genre, de classe ou « ethniques ». Du seul côté des études statistiques, qui ont la faveur de l’auteur, nous ne donnerons que deux exemples. Dans leur étude statistique sur les scénaristes d’Hollywood, Denise et William Bielby démontrent par exemple qu’à réussite initiale équivalente, les hommes, les blancs, les jeunes ont plus de chances que les femmes, les noirs, les anciens de construire une carrière favorable par le seul jeu de la cooptation sélective des talent agencies. Raymonde Moulin et Dominique Pasquier, en lien avec leur enquête quantitative menée sur les trajectoires des plasticien-ne-s des années 1980, parlent du « handicap » des femmes dans l’accès à l’élite artistique. Les études plus qualitatives de Delphine Naudier sur les écrivain-e-s, de Hyacinthe Ravet sur les musicien-ne-s d’orchestre ou de Marie Buscatto sur les musicien-ne-s de jazz, confirment encore ces constats, chiffres à l’appui, et exposent aussi les processus sociaux qui participent à favoriser certains par rapport à d’autres et à légitimer ces différences en les faisant apparaître comme « naturelles » : des réseaux, des stéréotypes, des normes ou des conventions sociales sexuées. Ces faits contraires limitent la capacité explicative du modèle présenté, sans lui ôter tout son intérêt. Le jeu de la comparaison relative a sûrement des effets de sélection par la qualité des artistes et a favorisé l’émergence d’artistes exceptionnels tels L. van Beethoven ou A. Rodin. Mais il est également travaillé par des processus sociaux bien éloignés de l’idéal méritocratique qui expliquent aussi bien la disparition « naturelle » de tous ces talents qui n’ont jamais pu s’exprimer que la réussite d’artistes aux talents « normaux » si vite oubliés et pourtant célébrés ou, du moins, capables de vivre de leur art de leur vivant. Plus largement, expliquer la hiérarchisation des mondes de l’art suppose certes de rendre compte des manières dont certains individus réussissent à se maintenir dans l’activité, voire à « vivre de leur art » grâce à des talents spécifiques, à un travail permanent et à une volonté sans faille. Mais elle oblige aussi à rendre compte de leur capacité sociale à créer, à entretenir et à faire croître des réseaux sociaux qui leur sont favorables et à répondre à des conventions, des stéréotypes ou des règles qui leur sont socialement proches.

9Mais cette critique ne doit pas faire oublier la grande qualité de l’ouvrage, riche en exemples empiriques et en discussions critiques. Ambitieux dans le modèle global qu’il présente sur la construction des hiérarchies et des réputations artistiques, il est une lecture incontournable pour celles et ceux qui s’attachent à mieux saisir les processus de construction des carrières des élites sociales, professionnelles, politiques, scientifiques ou artistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Buscatto, « Le travail créateur, S’accomplir dans l’incertain, P.M. Menger », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 418-421.

Référence électronique

Marie Buscatto, « Le travail créateur, S’accomplir dans l’incertain, P.M. Menger », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/15014

Haut de page

Auteur

Marie Buscatto

Laboratoire G.- Friedmann, université Paris-1 Panthéon Sorbonne–CNRS, 16, boulevard Carnot, 92340 Bourg-la-Reine, France
marie.buscatto[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals