Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusLa liberté au prisme des capacité...

Comptes rendus

La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, J. de Munck, B. Zimmermann (Eds.)

Éditions de l’EHESS, Paris (2008). 336 p.
Bernard Gazier
p. 423-425
Référence(s) :

Jean de Munck et Bénédicte Zimmermann (dir.), La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, Éditions de l’EHESS, Paris, 2008, 336 p.

Texte intégral

1Fruit d’un attentif travail d’élaboration et d’édition, ce recueil particulièrement soigné se centre sur le concept de capacité (capability), tel qu’il a été forgé par l’économiste du développement, Amartya Sen, et en propose des spécifications et prolongements dans le cadre de l’économie et de la société européennes d’aujourd’hui. Il rassemble les contributions de philosophes, de sociologues et d’économistes, dont beaucoup ont participé au programme de recherche européen Social dialogue. Employment and territories. Toward a european politics of capabilities (EUROCAP), sous la direction de Robert Salais, et peut donc s’inscrire comme une des retombées éditoriales de ce programme. Il inclut aussi deux traductions, par Jean de Munck, de textes déjà publiés, l’un de A. Sen lui-même, consacré aux droits sociaux, et l’autre du philosophe James Bohman, sur capacités et démocratie.

2Les enjeux concrets qui sont tantôt explicites, tantôt en filigrane tout au long du recueil sont ceux de l’emploi et des obstacles qu’il dresse à l’accomplissement de soi – chômage, carrières, employabilité individuelle et collective. Les onze articles du recueil sont organisés en trois parties. Tout d’abord, quatre contributions (Jean de Munck, Nicolas Farvaque, Albert Ogien et Bénédicte Zimmermann) interrogent directement le concept de capacité, son ancrage théorique et les difficultés que fait naître son opérationnalisation lorsque l’on sort du domaine de la très grande pauvreté dans les pays en voie de développement, pour lequel A. Sen l’avait construit. On pourrait résumer l’orientation méthodologique principale de cette partie en disant : vers le social, la sociologie et le qualitatif toute ! Ces dimensions qui n’étaient pas au centre du propos de A. Sen, plus directement éthiques, politiques, économiques et quantitatives, sont ici présentées comme autant de compléments nécessaires, dans le prolongement même de ce propos. L’attention portée à la liberté située, aux institutions, à la construction des préférences et à l’action collective débouche ainsi sur une exigence d’enquête au plus près des biographies en situation.

3Ensuite, quatre contributions, dont celles de A. Sen et J. Bohman, dévident un fil plus politique en confrontant l’exigence éthique des capacités aux dominations et injustices qui caractérisent l’économie et la société actuelles : affirmation de droits (A. Sen), lutte contre l’emprise du marché (Francois Eymard-Duvernay) et contre les carences du débat public (James Bohman et Jean-Michel Bonvin). On en retiendra ici la mise au premier plan du droit et des capacités politiques, ainsi que la nécessité de réintroduire une « socioéconomie positive » de l’entreprise et de l’État comme institutions majeures dans l’étude des capacités.

4Enfin, trois contributions à contenu plus appliqué développent une perspective en termes de capacités dans trois champs empiriques : le congé parental européen et sa déclinaison en Belgique (Jean de Munck et Jean-Francois Oriane), les choix individuels et collectifs en matière d’horaire de travail pour des caissières de supermarchés (Isabelle Ferreras) et les présupposés cognitifs de la méthode ouverte de coordination (MOC) mise en œuvre dans la Stratégie européenne de l’emploi depuis 1997 (Robert Salais). Si la contribution de I. Ferreras s’inscrit directement dans les suggestions méthodologiques de la première partie, les deux autres, qui restent plus globales, n’en questionnent pas moins la construction sociale des préférences et c’est finalement sur la figure nécessaire d’un enquêteur-militant que se clôt le texte de R. Salais.

5En dépit de sa richesse et de son ambition, ce recueil ne se veut qu’une introduction et un prolongement à l’œuvre, elle-même délibérément incomplète – « savamment inachevée », comme le précise J. de Munck – de A. Sen. C’est ainsi qu’il ne rentre pas, délibérément, dans les discussions sur les théories de la justice, pas plus que sur la dualité fin/moyen qui affecte la conception de la liberté chez A. Sen. « Avec Sen et contre Sen », comme le dit l’introduction, ce travail qui cherche à combiner appropriation et prolongement ne peut guère être taxé de complaisance vis-à-vis de son inspirateur. Chaque contribution reprend – parfois au risque de redites – des éléments de problématique générale et souligne, soit des difficultés de logique ou d’application ou encore, identifie un point aveugle après un développement jugé prometteur. Pris dans le champ de la socioéconomie ou de la philosophie, différents points d’appui permettent de progresser. Pour les uns (F. Eymard-Duvernay, R. Salais), l’économie des conventions ; pour d’autres (J. de Munck, B. Zimmermann), le pragmatisme, Jürgen Habermas... avec aussi l’appui, temporaire, des commentateurs, tels qu’Ingrid Robeyns ou James Bohman. Nous sommes donc à la croisée de plusieurs chemins, dans une perspective de relance à la fois positive et normative de l’ancienne économie politique au travers d’une « socioéconomie » critique. Dans le champ de l’emploi et des politiques de l’emploi, cette démarche permet, notamment, de montrer que les politiques d’« activation » et de développement de l’employabilité en Europe peuvent souvent être interprétées comme des pratiques de « capacitation unilatérale », sollicitant l’autonomie des personnes sans leur en donner les moyens.

6Une interrogation demeure une fois le livre refermé. Ce prolongement–réinterprétation pluraliste et exigeant en direction du qualitatif et de l’appropriation politique se place en complémentarité très ouverte avec les développements et orientations de A. Sen lui-même, les auteurs reconnaissant eux-mêmes que d’autres approches peuvent être pertinentes. Mais, s’agit-il d’un simple contrepoint, d’une juxtaposition ou d’une complémentarité plus forte ?

7On peut d’abord regretter deux manques, quelque peu paradoxaux dans la logique même du recueil. D’une part, il n’y a pas de contribution de juriste en tant que tel, alors que la place du Droit et de l’État sont centrales ici – il est vrai que parmi les collaborateurs d’EUROCAP, on trouve Simon Deakin, dont certaines études sont évoquées ; et, d’autre part, la dimension de « genre » est évidemment primordiale dans le domaine de l’emploi en Europe, or les contributions de ce recueil se bornent à évoquer de manière très générale et critique les travaux de Martha Nussbaum, sans approfondir cet aspect.

8Ensuite, on peut s’interroger sur les grands processus du marché du travail en amont des interactions fines de l’employabilité située. Si certaines contributions du recueil évoquent à juste titre les dimensions dynamiques des trajectoires, des carrières, de l’employabilité, la primauté donnée au qualitatif fait ici disparaître la dimension quantitative au-delà du simple constat du chômage de masse et de la précarité en Europe. Un prolongement du prolongement apparaît alors possible et souhaitable. On peut remarquer que l’étude quantifiée des multiples dimensions de la qualité de l’emploi est devenue un programme majeur de recherche en Europe, avec des batteries d’indicateurs et des résultats nombreux, laissés ici de côté. Il y a là, à la fois matière à discussion critique – sommes-nous loin des indicateurs de A. Sen ? – et ressource de cadrage, voire d’identification sociétale, en complémentarité avec les approches qualitatives présentées ici. La critique du taux d’emploi comme indicateur central de la Stratégie européenne de l’emploi pourrait, par exemple, déboucher sur une appréciation plus riche des développements actuels sur la qualité de l’emploi.

9Enfin, la complexité de la position théorique et méthodologique de A. Sen vis-à-vis du marché n’est paradoxalement guère questionnée, sauf par la contribution de F. Eymard-Duvernay. A. Sen, pour le dire brièvement, combine un agenda radical de politique économique et sociale – juger de l’économie indépendamment de toute référence au fonctionnement même du marché du travail, au travers d’indicateurs du « développement humain » – avec une posture méthodologique syncrétique : celle qui consiste à conserver et questionner les outils néoclassiques de l’économie, par l’introduction des thématiques de la domination et de la violence faite aux choix et aux conditions de vie. On trouve donc chez lui des références tout à fait traditionnelles aux marchés des produits et à leurs externalités, qui se comprennent aisément dans un contexte de grande pauvreté marqué par la prévalence de l’économie informelle. Le recueil souligne à juste titre l’incomplétude délibérée de sa théorie. Il conviendrait aussi d’en discuter le syncrétisme, voire l’hétérogénéité, de toute évidence créateurs, voire libérateurs, mais aussi sources d’instabilité et de tensions. Les auteurs en conviennent, « le chantier reste ouvert ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gazier, « La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, J. de Munck, B. Zimmermann (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 423-425.

Référence électronique

Bernard Gazier, « La liberté au prisme des capacités, Amartya Sen au-delà du libéralisme, J. de Munck, B. Zimmermann (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/15030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.15030

Haut de page

Auteur

Bernard Gazier

MATISSE, Centre d’économie de la Sorbonne, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, 106‑112, boulevard de l’Hôpital, 75647 Paris cedex 13, France
gazier[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search