Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusDe l’école au marché du travail, ...

Comptes rendus

De l’école au marché du travail, l’égalité des chances en question, V. Dupriez, J.F. Orianne, M. Verhoeven (Eds)

Peter Lang, Berne (2008). 411 p.
Annick Kieffer
p. 425-427
Référence(s) :

Vincent Dupriez, Jean-François Orianne et Marie Verhoeven (dir.), De l’école au marché du travail, l’égalité des chances en question, Peter Lang, Berne, 2008, 411 p.

Texte intégral

1Contrairement à ce que peut laisser penser la première partie de son titre, De l’école au marché du travail, l’égalité des chances en question n’est pas une contribution de plus au débat sur la transition de l’école au travail. L’hypothèse de la « sortie du principe d’égalité des chances » des politiques publiques est au cœur des contributions rassemblées par l’équipe de sociologues belges. Deux domaines sont convoqués pour illustrer cette thèse : l’éducation et l’emploi. Dans une période où l’attention des sociologues s’est déplacée vers les inégalités, un retour théorique sur la notion d’égalité des chances est la bienvenue. Celle-ci est abordée en relation avec les conceptions de la justice.

2Les politiques éducatives, constatent les éditeurs, ont échoué à vaincre les inégalités d’éducation, malgré un siècle de réformes visant à la démocratisation de l’école. Ce constat explique l’abandon du principe d’égalité des chances et les politiques menées actuellement dans les pays européens se réfèrent à une conception de la justice de type libéral, qui met l’accent sur les ressources mises à la disposition des individus, ou sur celles dont ils disposent, et sur la responsabilité individuelle. Par l’intérêt qu’il attache à la notion de justice, cet ouvrage se situe dans la lignée des travaux menés depuis plusieurs années par Marie Duru-Bellat et Francois Dubet dans le domaine de l’éducation. Une réflexion de F. Dubet sur cette notion clôt d’ailleurs l’ouvrage.

3Le propos des auteurs est ambitieux. Il vise à présenter les principales théories d’égalité et de justice, à revisiter les analyses des réformes dans les domaines de l’éducation et de l’emploi à leur lumière, à confronter enfin leurs hypothèses avec des données empiriques sur les politiques publiques.

4La première partie présente les différentes théories de justice. Les trois contributions déclinent les acceptions possibles de l’égalité qui en découlent du point de vue de l’économie, de la philosophie sociale et de la sociologie. Les deux premières s’intéressent aux théories de John Rawls, Amartya Sen et Michael Walzer et à leur mise en œuvre dans le champ de l’éducation. L’école doit-elle préparer au monde tel qu’il est – il s’agit alors de rendre l’école plus juste – ou doit-elle préparer à transformer la société afin de la rendre plus juste – l’instruction et l’éducation des futurs citoyens sont alors centrales ? La dernière contribution se focalise sur le renouvellement de la réflexion sur la justice grâce à la notion de « capabilités » introduite par A. Sen. Au-delà des ressources dont disposent les individus, il faut considérer leur liberté réelle de choix, ce qui amène à relativiser, sans l’abandonner complètement, la notion de responsabilité individuelle. Les opportunités, ou chances lui étant reliées, la responsabilité est alors entendue comme une construction sociale qui passe par une évaluation située et un jugement aux différents niveaux de l’action publique. Elle n’est pas un point de départ, mais un objectif à atteindre.

5La partie suivante expose les conceptions de l’égalité et de la justice qui ont présidé aux politiques publiques, plus précisément les cadres cognitifs et normatifs qui les sous-tendent. Au cours de l’histoire éducative de la Belgique, l’égalité des acquis de base tend à se substituer à l’égalité des chances, notamment par un transfert progressif du principe de méritocratie – l’égalité dépend du talent et non de l’origine – vers celui de responsabilité individuelle. Les élèves doivent atteindre un socle de compétences, entendues non pas comme aptitude à mettre en œuvre des savoirs organisés mais comme ressource que l’individu responsable doit savoir utiliser à bon escient. Dans le domaine des politiques sociales, l’impératif de réduction du nombre des bénéficiaires et de réduction des coûts heurte le principe d’égalité de traitement.

6La troisième partie mobilise les matériaux empiriques quantitatifs et qualitatifs sur les écarts de performance des élèves en Europe, sur les effets de contexte – qui servent à justifier l’attribution d’une plus grande autonomie aux établissements scolaires – ou l’accès à la formation continue – comme injonction adressée aux individus pour prendre en main leur évolution professionnelle. La comparaison d’une batterie d’indicateurs mesurant les inégalités de performances des élèves selon les différentes conceptions de la justice aboutit à la conclusion que seuls les pays qui ont promulgué une structure éducative et un enseignement commun à tous les élèves jusqu’à 16 ans ont réduit significativement les inégalités devant l’école.

7La dernière partie fournit une critique des politiques publiques. Le déplacement de la responsabilité vers l’individu transforme les pratiques professionnelles dans les deux domaines considérés. On assiste à l’émergence d’une profession autonome chargée du conseil. Dans le domaine éducatif, elle assure la régulation des pratiques des enseignants grâce à un pilotage et à une évaluation des résultats. On aboutit à une standardisation : fixation des objectifs à atteindre, contrôle des résultats. Dans le cas du chômage, aider à trouver un emploi devient second. Le rôle des conseillers consiste à amener les enseignants, les spécialistes du traitement du chômage ou les chômeurs eux-mêmes à opérer un travail sur soi, à accepter une forme d’autocontrainte. Ces nouvelles normes sont intériorisées. Une même conception est à l’œuvre dans le cas des projets des élèves.

8L’ouvrage, malgré la qualité du travail éditorial, souffre de nombreuses répétitions, notamment dans les énoncés des théories. Les parallèles établis entre les actions de l’État dans les domaines de l’éducation et de l’emploi ne vont pas de soi. Quel est le sens de la notion d’égalité des chances dans le cas du chômage ? L’abandon du principe d’égalité de traitement semble le mieux à même de rendre compte des évolutions des politiques publiques dans ce domaine, ce que soulignent d’ailleurs une partie des auteurs. Est-il par ailleurs raisonnable de placer le principe d’égalité des chances au cœur des réformes éducatives du xxe siècle ? L’instruction du citoyen ou la formation des différentes catégories de main-d’œuvre ont davantage guidé les actions des États en Europe. D’une manière générale, peut-on analyser les politiques passées au prisme des conceptions contemporaines de la justice ?

9Les mérites de l’ouvrage résident dans l’effort de clarification des théories et dans la tentative de les articuler aux politiques publiques. Les questions qu’il soulève sont capitales. Les politiques scolaires peuvent-elles assurer une égalité ou une justice dans un monde où tous les individus, y compris les élèves, sont inégaux ? Peut-on raisonnablement exiger de l’école qu’elle redistribue les cartes des positions sociales ? F. Dubet souligne avec raison les limites du juste dans le cas de l’école. L’éducation est aussi morale. Former un citoyen, socialiser, transmettre le savoir à tous importe tout autant que de tenter d’annuler les effets de la reproduction sociale ou d’assurer à chacun les mêmes opportunités d’accès aux places inégales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Kieffer, « De l’école au marché du travail, l’égalité des chances en question, V. Dupriez, J.F. Orianne, M. Verhoeven (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 425-427.

Référence électronique

Annick Kieffer, « De l’école au marché du travail, l’égalité des chances en question, V. Dupriez, J.F. Orianne, M. Verhoeven (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/15039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.15039

Haut de page

Auteur

Annick Kieffer

CNRS, centre Maurice-Halbwachs, École normale supérieure, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
Annick.kieffer(at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search