Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 52 - n° 3Comptes rendusAu-delà du stress au travail, Une...

Comptes rendus

Au-delà du stress au travail, Une sociologie des agents publics au contact des usagers, M. Buscatto, M. Loriol, J.‑M. Weller (Eds.)

Erès, Toulouse (2008). 288 p.
Marie-Anne Dujarier
p. 429-431
Référence(s) :

Marie Buscatto, Marc Loriol et Jean-Marc Weller (dir.), Au-delà du stress au travail, Une sociologie des agents publics au contact des usagers, Erès, Toulouse, 2008, 288 p.

Texte intégral

1Un ouvrage sociologique proposant de « décrire les usages sociaux du stress » (p. 8) est une heureuse initiative à une époque où la demande sociale pour comprendre les tensions subjectives au travail est vive. Douze contributions traitent successivement de la construction sociale du stress, présentée par Marc Loriol, de la psychologisation sociale, introduite par Marie Buscatto et de l’expression du stress du point de vue de l’activité elle-même, cadrée par Jean-Marc Weller. Cette partition ne confine heureusement pas les auteurs à un seul niveau d’analyse.

2L’ouvrage se présente comme une collection de cas empiriques, très majoritairement localisés en Île-de-France. Ils traitent d’employés aux statuts divers – fonctionnaires et contractuels – travaillant dans des organisations privées, étatiques, semi-publiques, paritaires ou hospitalières. Les contributions ont pour point commun de traiter d’activités opérationnelles qui se réalisent dans une relation avec les usagers ou clients. Il peut s’agir de service sur les personnes – professionnels de soins palliatifs et psychiatriques, médiateurs familiaux – de prestations matérielles – guichetiers, téléopérateurs – de services collectifs – conducteurs de métro, musiciens d’orchestre – ou de contrôle règlementaire. Ce livre montre bien que le stress n’est plus le propre des cadres et dirigeants, ici absents.

3Moins que des recherches sur le stress, ici qualifiée de « notion » à la fois « floue et incertaine » (p. 7), cet ouvrage rassemble des textes autour d’une consigne implicite : relire des travaux sociologiques réalisés – souvent sur d’autres objets – et y repérer les expressions de malaise subjectif au travail pour leur donner une interprétation sociologique. Les auteurs affichent alors généralement une honnête prudence : ils rapportent leurs « impressions » et « hypothèses », sans prétendre à une objectivation méthodique du phénomène. Ils cueillent le « stress » au ras du discours, au même titre que les termes de plainte, peur, pénibilité, usure, burn out, émotion, affect, souffrance, manque de reconnaissance, angoisse, conflit, malaise, épreuve, tension, frustration, fatigue, épuisement...

4L’ouvrage ne défend pas une école et encore moins une théorie sociologique unifiée sur le stress et ses usages sociaux. D’ailleurs, comme l’observe Francoise Piotet en postface, les contributions mobilisent peu les traditions sociologiques sur ce sujet. De même, restent-elles généralement en retrait du débat interdisciplinaire contemporain sur les liens entre travail et subjectivité.

5De ces contributions, très riches empiriquement, le lecteur pourra induire quelques constats sociologiques communs – à défaut d’être collectifs. Elles suggèrent qu’il existe deux emplois sociaux du « stress ». Le premier est instrumental : les organisateurs l’utiliseraient pour individualiser le travail et son vécu. Le discours sur le stress participerait du phénomène de « psychologisation sociale » (p. 112). Faire reconnaître le stress comme le résultat d’un problème d’organisation collectif et objectif s’avèrerait alors conflictuel. Ces tentatives échouent effectivement sur un rapport de force défavorable aux employés « stressés ».

6Le second usage social du stress serait expressif : l’usage de ce terme par les indigènes tente de dire quelque chose à propos du travail. Les auteurs soulignent que les difficultés du métier sont généralement interprétées par les professionnels comme des occasions de développements social et subjectif plus que comme une source de « stress », même lorsqu’il s’agit de faire face à l’agressivité, à la maladie mentale, à l’indigence ou à la mort. En revanche, les contraintes imposées par l’organisation du travail semblent parfois durement vécues. Le travail empêché ou encombré, pour reprendre les termes d’Yves Clot, souvent cités, serait source de pénibilité subjective. Plus que les embarras du travail productif lui-même, ce serait donc les maladresses du travail d’organisation qui seraient « stressantes ». Elles mettent les professionnels face à des conflits de critères qu’ils ne peuvent résoudre de manière satisfaisante. L’individualisation accentuerait le désarroi subjectif. Inversement, le collectif est une ressource précieuse pour y faire face, rappellent plusieurs auteurs.

7Ce recueil de textes montre remarquablement bien l’importance prise par la subjectivité au travail. Elle est présente dans la prescription, est objet de négociations, est mobilisée dans l’activité réelle et abondamment citée dans les discours sur le travail vécu. Ce constat invite les chercheurs à rendre compte de la manière dont ils peuvent observer et interpréter sociologiquement la mobilisation subjective dans l’activité, jusque dans ses éventuels déboires. Une explicitation des théories du sujet en activité étayerait utilement le débat au sein de la discipline, mais aussi avec celles qui étudient également cet objet. Cette clarification permettrait sans doute, in fine, d’arriver à nommer le phénomène social qu’est « cet au-delà du stress au travail ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Anne Dujarier, « Au-delà du stress au travail, Une sociologie des agents publics au contact des usagers, M. Buscatto, M. Loriol, J.‑M. Weller (Eds.) », Sociologie du travail, Vol. 52 - n° 3 | 2010, 429-431.

Référence électronique

Marie-Anne Dujarier, « Au-delà du stress au travail, Une sociologie des agents publics au contact des usagers, M. Buscatto, M. Loriol, J.‑M. Weller (Eds.) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 52 - n° 3 | Juillet-Septembre 2010, mis en ligne le 18 août 2010, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/15066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.15066

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Dujarier

Université Sorbonne-Nouvelle Paris III, Formation continue, 13, rue Santeuil, 75005 Paris, France
marie-anne.dujarier[at]univ-paris3.fr
Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE, UMR CNAM-CNRS), département humanités et sciences sociales, école polytechnique, 91128 Palaiseau cedex, France
marie-anne.dujarier[at]polytechnique.edu

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search